undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de rockin-jl > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par rockin-jl
Classement des meilleurs critiques: 6.890
Votes utiles : 3725

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
rockin-jl

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Et nous on est où ?
Et nous on est où ?
Proposé par discadelic
Prix : EUR 19,86

4.0 étoiles sur 5 DU BON FRENCH ROCK SOUS INFLUENCE BRITISH, 12 mai 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Et nous on est où ? (CD)
GRM, retenez bien ces trois lettres qui signifient Guitare Rouge Music, référence aux red guitares de son fondateur, le varois Jean Pascal Roblin. Aprés un premier album en 2010 et un Ep en 2012 voici ce tout frais nouvel opus de 11 titres. Autour de JP (guitares et lead vocaux) on trouve sa compagne Céline au chant, Bastien (guitares, dobro, slide), Stéphane Pisani à la basse, les drums se partagent entre Didier Coranti et un citoyen de sa gracieuse majesté, Rob Hirons, enfin aux claviers Christophe Boin, également derrière les manettes de l'enregistrement et du mixage.
Le credo du groupe c'est le "British rock façon frenchy", puisant ses influences dans le rock anglo saxon, celui des Stones, des Who, des Troggs, ou des plus contemporains Oasis , Blur ou Babyshambles mais aussi de ce coté ci du chanel, Téléphone, Starshooter, Bashung. Mais GRM c'est aussi un look (voir leurs photos et clips) qui ne passe pas inaperçu, sauf à Glasgow peut-être...
Les premières notes de "Rock intimity" donnent le ton, un rock nerveux, au riff "stonien" accoquiné avec une power pop à la Oasis dans ce refrain et ces chœurs, ça sonne vraiment bien, ça pourrait même être un hit en puissance. Une ouverture qui invite à visiter leur monde ("come into my rock intimity, come in my world, come in my words") et donne envie de découvrir la suite. Elle sera en français avec "Néandertal" , réflexion sur la condition humaine et son évolution, pas très glorieuse ces temps ci...On relève un joli gimmick de gratte et musicalement un petit coté Téléphone et plus précisément deux de mes titres préférés du gang d'Aubert et Bertignac: "Flipper" ou "Metro c'est trop"(sur leur premier album). On continue avec "Mind the gap", un pop/rock simple, direct et efficace, refrain entêtant, facile à mémoriser, le genre de trucs qu'on se met à chantonner à la première écoute "Wouu mind the gap" ...
Chaud devant avec "Sexe contre sexe", de Gavroche de Parenthèses (!) seul texte non signé JP, c'est sensuel et hot, Gainsbourg aurait aimé...
"No comprendo" est peut être clin d’œil au célèbre album des Rita Mitsouko, à y réfléchir d'ailleurs ce ne serait pas si absurde car ces GRM ne sont pas si éloignés de l'univers du duo Chichin/Ringer..
Avec "Waiting for you" , retour au rock stonien, folk rock plutôt, comme les Stones en ont parfois commis ("Parachute woman" ou "Factory girl" sur "Beggars banquet").
On en arrive à ma plage favorite "La vie c'est rock'n'roll", tout est dans le titre.... Voila une petite tuerie, en français s'il vous plait, du rock jubilatoire et pas prise de tête, comme en pondait Bijou il y a déjà quelques années, certains penseront aussi aux Wampas ou aux Stones de "It's only rock'n'roll but I like it" . Un petit tour dans les marais maintenant avec "E-blues (the sky is grey)" , blues traînant avec un petit coup d'harmo (de Bastien), puis "Just a kiss", solide rock qui me fait penser à un des plus grands groupes français of all times, les Roadrunners, avant le final "Et nous on est où" , le 4eme titre en français, jolie guitare, regard un peu désabusé avec une pointe d'humour pince sans rire, so british, et encore ces refrains et choeurs accrocheurs. Engagés GRM? Oui, sans doute, contre cette société où le capital a pris le pas sur l'humain, on notera d'ailleurs sur leurs précédents albums des titres comme "la crise" ou "Le hic c'est l'fric"
Franchement si ces lascars ne percent pas, c'est à désespérer de notre pays... Comment? Trop tard, la France est fichue pour la musique? Oui sans doute, mais des groupes tels celui ci apportent une pointe d'espoir, Rock'n'Roll 's not dead!
Vivement recommandé, et en prime un digipack soigné avec livret copieux, paroles, illustrations et préface de l'écrivain rock Pascal Pacaly

chronique de Rockin-Jl, retrouvez la et bien d'autres sur ledeblocnot.blogspot.fr


Gloires
Gloires
Prix : EUR 17,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 LA CLAQUE!, 8 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gloires (CD)
Voici une claque comme je n'en avais pas pris depuis des lustres. Difficile en effet quand on aime rock ET belle chanson française de ne pas tomber sous les coups de boutoir de Jérémie. Les quelques renseignements que j'ai pu glaner m'ont appris qu'il était natif de la Loudun dans la Vienne et avait commencé son parcours musical comme chanteur d'un groupe de métal progressif avant de bifurquer vers folk et chanson, découvrant les géants, les Brassens, Ferré, Brel, Barbara mais aussi Graeme Allwright, Léonard Cohen et surtout Bob Dylan.
Si ce membre du collectif "les Astapotes" arpente les salles et festivals depuis une dizaine d'années et a remporté plusieurs prix, ceci est son premier vrai album, on y retrouve les titres d'un premier EP autoproduit ainsi que d'autres titres qu'il joue sur scène, un disque mixé par une pointure du métier, Ian Caple (Bashung, Simple Minds, Stevie Wonder, Higelin..). Il s'est entouré de son frère Benjamin (claviers, piano), Daniel Jea (guitares), Benoit Luque (basse), Bertrand Noël (drums), lui même étant au chant et aux guitares.
Mais sans plus attendre, plongeons dans son univers, une traversée nocturne de la ville par le poète aux prises avec les affres de la création et qui n'a "Rien à dire". On pense à Manset qui lui n'avait "Rien à raconter" mais aussi à Borhinger ("C'est beau une ville la nuit") , Philippe Léotard et bien sûr Brel, avec des fulgurances de rock électrique, comme dans "Décomplexe", qui ose poser la vraie question : l'amour, la vie, la mort, et puis quoi...
Moment fort avec une reprise de "Göttingen" de la dame en noir, une cover belle à pleurer, où la voix de Bossone rejoint presque celle de Barbara, montrant son large registre dans cet émouvant hommage.On en arrive à "La tombe", sans doute le monument de cet album, une ode sombre et forte à la mort, ça explose en déluge rock'n'rollien à sa moitié, écrit et chanté avec les tripes, avant ce final qui ramène à notre propre trépas "cette tombe était la sienne/en ce jour oui, mais demain/ cette tombe elle sera mienne / c'est la ronde des humains".
Pour reprendre nos esprits, rien de tel qu'une virée irlandaise, vers "Galway", une ballade folk sur laquelle Jérémie sort son harmonica (à la Dylan ou Neil Young), un poème à la fin duquel Jérémie prends congé, "en ménestrel sur le chemin" avant de nous faire rencontrer "Scarlett", encore une histoire de looser magnifique, d'auteur raté qui se noie dans le Whisky, aux accents "Breliens" (je ne sais pas pourquoi elle me fait penser à "Ces gens là" du grand Jacques). L'alcool, thème récurrent qui reviendra dans "L'empire", celui des oiseaux de nuit, celui des solitudes, des maudits et des paumés.
L'amour est là également, le sulfureux avec "L'érotique", celui qui se consume et s’achève dans "Jamais rester", le romantique dans "Les amants de la Seine". Puisqu'on parle de romantisme voici la seconde reprise, "Der leierman", un texte du poète allemand Wilhelm Muller (1794-1827), mis en musique par Franz Schubert, un "lied" que ça s'appelle, une autre influence du garçon.
On termine avec le second morceau de bravoure de l'album, embarquement sur le "Cargo noir" pour un voyage chimérique, long poème halluciné qui fait ressortir les fantômes de Rimbaud et ses semelles de vent, de Baudelaire et ses "Fleurs du mal", de Lautréamont et ses chants de Maldoror, ("j'ai vogué sur des mers d'extase/enlacé des constellations/chevauché sirènes et Pegases/ dans la lumière des créations ..."). Et si ce cargo noir était son bateau ivre ? 8 minutes, le truc qui ne passera jamais en radio, mais il s'en fout Bossone, et le dit dans les remerciements: "Merci aux salauds du show biz, vous aiguisez mes crocs".
"Bossone, le chaînon manquant entre Brel et Noir Désir", c'est par cette formule choc que je voulais conclure ma chronique mais je m'aperçois que tous ceux qui ont déjà écrit sur ce disque ont fait aussi ce rapprochement, c'est qu'il doit sauter aux oreilles, tant pis je trouverai autre chose....
Il a tout pour lui ce Bossone, une gueule, une plume, un talent viscéral, une présence scénique qui le fait habiter ses textes, tout pour lui sauf... la France, pays capable de faire Christophe Maé chevalier des Arts et des lettres, de donner la légion d'honneur à Mimie Mathy, ou de considérer M Pokora comme un artiste...
A la fois trop lettré pour le rocker de base et trop rock pour le fan de chanson française, tel est le risque encouru mais en de rares fois le talent fini par s'imposer au delà des genres aux yeux de tous, telle une évidence, je prends le pari que ce sera le cas ici. Jérémie Bossone, retenez son nom et s'il passe prés de chez vous foncez!
Signé Rockin-JL
(chronique parue sur ledeblocnot.blogspot.fr)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 13, 2015 11:54 PM MEST


Millesimes (Live 2013-14)
Millesimes (Live 2013-14)
Prix : EUR 25,00

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Liberté d'expression ?, 16 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Millesimes (Live 2013-14) (CD)
Quand je pense aux tombereaux d'insultes -et même d'intimidation et de menaces- que j'ai reçu sur ce site pour avoir osé dire tout le mal que je pensais -sans termes de haine ou insultes- des fers de lance de la variété neuneu, les christophe maé, grégoire, pascal obispo, les bimbos du ereunbi, m pokora, one direction, innommable Keen V, bref les produits de consommation NRJ & compagnie..
Quand je pense qu'une bonne partie des amateurs de ces trucs qui m'ont insulté ici ont défilé dimanche 11 Janvier pour défendre la liberté d'expression, eh ben ça me fait bien marrer.
Enfin puisse cela les faire réfléchir, les faire accepter qu'on puisse être d'un avis différent du leur, leur donner envie de s'ouvrir, d'être curieux . Se cultiver, c'est encore le meilleur moyen de résister aux fanatismes de tous genres. Peace .
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 17, 2015 11:10 AM CET


Live au Millenium (Live)
Live au Millenium (Live)
Prix : EUR 7,09

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 LES CHICS TYPES EN LIVE COMME SI VOUS Y ETIEZ!, 6 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live au Millenium (Live) (Téléchargement MP3)
Voici le 4eme album du gang des lyonnais (aprés "Une belle journée" "Hey ma BO" et "Alabama blues") composé de Cédric Vernet (basse, harmo), Christian Biral (guitare, chant) et Jean-Yves Demure (batterie) les 3 Chics types "canal historique", ils sont épaulés de Christophe Annequin au piano et de Philippe Crova à la guitare. Un CD capturé live au Millénium à l'Isle d'Abeau.
Les Chics types, c'est un groupe sympa comme l'indique leur nom , des gars qui vivent la musique comme une fête, sans se prendre la tête , visiblement heureux de partager leur bonne humeur et leur amour de la bonne zic.
On notera d'entrée le superbe visuel signé du bien connu Dom S-D qui pourrait justifier à lui l'achat, une pochette comme ça c'est la classe, mais rassurez vous le contenu vaut le coup aussi.
12 titres au programme, moitié reprises moitié compos originales, des titres puisés dans les 3 albums plus quelques surprises comme nous allons le voir.
"Sur la route de Tullins" ouvre les débats, après une belle intro au piano, c'était un de mes titres favoris d'Alabama Blues, une belle chanson sur la vie de musicien "on the road", sans doute un peu autobio, sur tous ces gars qui loin des sunlights "donnent du bonheur pour quelques euros", c'est ça en fait les Chics types: des pourvoyeurs de bonheur...C'est plutôt enlevé musicalement, frais et entrainant, les Chics c'est un groupe de scène et ça se sent, par rapport aux versions studio on sent comme un petit supplément d’âme, de vie, de joie communicative. La reprise d'Hygiaphone (Téléphone) est aussi parfaitement réussie, bien bluesy, avec un petit coup d'harmonica et de piano. Nous aurons aussi droit à 4 titres sympas du premier album "Road movie", "Une belle journée", "Chacun pour soi", "Faut pas zoomer" parmi lesquels je m’arrêterai sur "Une belle journée" qui rejoint ce que je disais tout à l'heure tant ce titre respire la bonne humeur et donne envie de siffloter dans la rue et d'aller folâtrer avec une jolie fille derrière un bosquet au parc de la Tête d'or...euh excusez moi je m'emporte, c'est ça "l'effet Chics Type"...Y'a un p'tit coté Charles Trenet là dedans, 'y'a d'la joie...
Autre incontournable du groupe "Hey ma B.O." qui résume à lui seul leurs passions musicales, pas trés éloignées des miennes d'ailleurs ; "A nos amours" d'un autre enfant de Lugdunum, l'ex Starshooter Kent et "One" de la bande à Bono (U2..). J'en arrive au final qui sera torride avec "Come together" (Beatles of course), puis la surprise du chef, la chantilly sur le banana split, avec un medley Lio qui commence avec une reprise blues rock des "brunes comptent pas pour des prunes" enchainé par son fameux et licencieux "Banana split" ; ça c'est aussi une force de nos Chics de savoir accommoder des tubes pop à leur sauce, savant mélange de blues, de rock et de pop. On termine avec "Rockin all over the world" de John Fogerty, une bonne conclusion et un pur moment de folie rock'n'roll.
Ça devait être une soirée sympa et on envie les veinards qui y étaient, mais par la magie de l'enregistrement, on y est un peu grâce à ce disque, un bon "best of " live qui résume bien leur première partie de carrière, qui n'est qu'un début..

Rockin-JL ; chronique parue dans le Deblocnot le 30.09.2014
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 11, 2014 6:33 PM MEST


Bon anniversaire
Bon anniversaire
Prix : EUR 22,99

9 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 MISERE CUTURELLE, 28 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bon anniversaire (CD)
La bonne action n'excuse en rien le coté artistique pitoyable de ces horreurs sonores qui donnent plus envie de gerber dans la soupe populaire que de la manger. Pourquoi ajouter à la misère de la misère culturelle?! Que ces pseudos artistes de pacotille nous lâchent au lieu de se faire encore de la pub sous couvert de bons sentiments, d'ailleurs on n'en peut plus de voir leurs tronches .
Il est aussi intéressant de noter que toute cette sous culture et la misère ont un dénominateur commun: la capitalisme et la société de sur consommation, qui d'un coté produit des produits culturels jetables et débilitants et de l'autre toujours plus de précarité, poussant des milliers de gens à la rue..

PS- Donnez donc directement aux restos du coeur, ( ....) vous ferez une action utile et positive en terme de développement durable pour la planète en évitant un peu de pollution sonore et le retraitement des cd dans les déchets; et en plus pour déduirez 75% de la somme versée de vos impôts (pour 100€ donnés vous en déduirez 75 donc le cout réel pour vous sera de 25€).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 27, 2015 5:17 AM CET


Generation Goldman Vol 2
Generation Goldman Vol 2
Prix : EUR 9,99

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 (DE)GENERATION DAUBE, 24 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Generation Goldman Vol 2 (CD)
Je ne suis pas un fan de Goldman au sens pur et dur mais il faut lui reconnaitre un certain talent pour torcher de bonnes chansons, disons que coté variété c'est ce qui se fait de moins pire. Mais que dire de ce massacre, arrangements "modernes" désastreux, pseudos chanteurs issus de ces pitoyables émissions de télé réalité, c'est vraiment une horreur. Y'a que les gosses que l'on a formaté à coups de matraquage de daube sur nrj et skyrock qui sont capables d'écouter ça, pauvre génération, franchement je les plains..
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 15, 2014 7:15 PM MEST


Nrj Music Awards
Nrj Music Awards
Prix : EUR 25,63

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 POUR MASOCHISTES .., 21 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nrj Music Awards (CD)
Pratique cette compile! On y retrouve toutes les daubes matraquées a longueur d'années par cette pseudo radio , qui ne fait pas de la radio mais de la pub pour les trucs formatées que lui refilent les majors. Être sur cette chose c'est un vrai label de qualité a l'envers , la certitude d'avoir affaire à de la variété pour gamin(e)s incultes, de la dance ,electro, du rap, du pseudo pop rock de chez Disney, on y retrouve ainsi les risibles One Direction, Christophe Maé et sa voix de crécelle, le pathetique Keen V etc; y'a vraiment très peu de trucs à sauver..
Non mais c'est pas possible que des gens achètent ça, vous avez si peu de culture musicale, vous manquez de curiosité a ce point? Réagissez, fermez la porte aux marchands de soupe, il y a tant a découvrir dans tous les domaines! De plus quel intéret d’acheter ça alors que ces trucs sont matraqués a longueurs d'heures par ces désastreuses radios, il est déjà difficile d'y échapper alors l'acheter pour l'écouter à la maison c'est du masochisme..
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 2, 2014 9:55 PM CET


Midnight Memories'
Midnight Memories'
Prix : EUR 6,70

6 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 BEST DAUBE EVER, 21 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Midnight Memories' (CD)
y'en a vraiment marre de ce genre de pseudo-artistes en toc qui ne sont aussi musiciens que moi je suis le pape. Ces gamins sont calibrés par les publicitaires pour faire fantasmer les vierges et leur extorquer des tunes en leur fourguant des produits dérivés (On se demande d'ailleurs ce qu'elles leur trouvent vu qu'ils ont une virilité et un charisme d'escargot). Et en plus les compositeurs pitoyables qui écrivent pour eux n'hésitent pas à utiliser -sans les mentionner bien sur- des morceaux ressemblant fort à ceux d'autres groupes comme les Clash, les Who ou récemment Def Leppard (pour les fans ignares: ce sont de grands groupes qui ont laissé une trace dans l'histoire du rock alors que les 1D seront oubliés dans 2 ans et resterons la risée des amateurs de musique). Vivement que les fans de ces trucs passent l'age des couches culottes, éteignent les radios et télés poubelles rétribuées par les majors qui matraquent cette bouillie sonore et s’intéressent un peu à autre chose.
PS - fans, épargnez moi vos remarques stupides que je ne lirai pas, écrivez plutôt vos propres commentaires (sans trop de fautes ni en langage sms) pour défendre si c'est possible vos guignols et leurs savants brushings.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 24, 2014 7:20 PM MEST


En Amazonie: infiltré dans le "meilleur des mondes"
En Amazonie: infiltré dans le "meilleur des mondes"
par Jean-Baptiste Malet
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

25 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 AMAZON, LA JUNGLE LIBERALE, 27 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : En Amazonie: infiltré dans le "meilleur des mondes" (Broché)
Voila un livre intéressant et courageux qui a le mérite d'éclairer un peu plus sur les méthodes des géants de l'e-commerce et par delà sur les délires engendrés par l'ultra libéralisme (et ce n'est que le début). Ce qui est présenté dans ce livre corrobore d'autres enquêtes en Allemagne et en Angleterre qui concordent sur les méthodes peu reluisantes constatées . Bravo et merci à l'auteur pour ce vrai travail de journalisme d'investigation, loin du journalisme de complaisance pratiqué par les médias corrompus ou apathiques. Puisse t'il ouvrir les yeux à certains, mais si j'en juge par les commentaires déjà publiés, c'est pas gagné..
Passons sur les hilarants commentaires bidons sensés provenir d'employés du groupe (c'est gros les gars, ça va se voir) et revenons sur quelques propos aussi inquiétants que choquants. Comme ceux de ces internautes qui disent en substance," bof, les autres font pareil". Et alors? Est-ce une raison, doit on pour autant accepter au nom de la crise cette forme d'esclavage moderne ? Est ce une raison pour oublier que nos parents ou grands parents se sont battus pour leurs droits, pour nos droits? Réveillez vous! Les multinationales domiciliées aux Bahamas ou au Luxembourg se permettent tout, elles auraient tort de se priver…les pouvoirs public ferment les yeux, l'inspection du travail est impuissante et les millions de chômeurs constituent un réservoir inépuisable d'esclaves, pardon, d'employés résignés, malléables et corvéables; c'est chouette la crise finalement...pour le patronat , d'ailleurs les ventes de très grosses cylindrées ne se sont jamais aussi bien portées…
Et pendant ce temps là des centaines de derniers libraires passionnés n'ont plus qu'à baisser le rideau une dernière fois…(pour les disquaires c'est déjà mort- RIP).
Grosse pensée et solidarité pour les employés du groupe, et merci de laisser passer mon commentaire.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 27, 2014 11:51 AM CET


Dark room
Dark room
Prix : EUR 9,87

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 DU BLUES ET DU POWER, 10 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dark room (CD)
Revoilà le Blues Power Band avec "Dark room", son quatrième album après "Shoot shoot! Don't talk" (2007), "Zee" (2009) et le CD/DVD live "Where the action is" (2010).
Comme on ne change pas une équipe qui gagne (à être connue!), le line-up de ce groupe français est toujours le même, à savoir , autour de son chanteur Hervé Joachim, rien moins que deux guitaristes, Pascal Guégan et Régis "Papygratteux" Lavisse (également directeur artistique), aux claviers Damien Cornelis (que l'on peut retrouver notamment auprès de Nina Attal) et une rythmique composée de Nicolas Paulin (bass) et Olivier Picard (drums).
Cette fine équipe à la cohésion éprouvée "on the road" se bonifie au fil des albums et nous délivre encore une fois une galette explosive tendance blues-rock, comme peu de groupes de l'hexagone en sont capables.Sans plus tarder on se l'écoute, et ça démarre pied au plancher avec "Fr-Fr-Fr Frustrated", auquel je trouve un petit quelque chose de J.Geils Band, et ça, dans ma bouche, sur mon clavier plutôt, c'est pas un petit compliment. "That will be "commence comme une ballade "Springsteenienne" ("The river"..) puis la sauce monte crescendo, très bon titre. Avec "Insane","What you see is what you get" et "Anger", on reste dans un rock nerveux et puissant, avec de belles envolées de grattes et parfois des refrains "poppy" (quoi? c'est pas dans le dico? comprenne qui pourra alors). Un petit mot sur les sujets abordés, "frustré" "fou" "colère" "chambre sombre", vous l'aurez comprit c'est plutôt sombre et explore "les états d’âmes de l'homme hyper moderne"; c'est pas moi qui le dit, ce sont eux; comme quoi on peut faire du rock et réfléchir plus loin que les sempiternels "je t'aime trop ma chérie, reviens"...
Une petite pause bluesy acoustique avec "Who holds the keys" et on attaque "All together now", à mes oreilles indiscutablement le grand titre de cet opus, 8'44, ça ne passera pas en radio mais ce n'est sans doute pas le but! Un hymne révolutionnaire ("We need a revolution all together now!") avec extraits de discours, et dédicacé au MC5, le gang de fous furieux de Detroit de Fred Sonic Smith et Wayne Kramer, avec un gros final guitares en avant, presque sudiste à la Allman BB ou à la Lynyrd. On aura encore un morceau pop musclé qui m'évoque les Beatles, entre "Helker shelter" et "For no one" ("she's runnong away"), une ballade plutôt sombre ("Dark room"), "For real" au riff diabolique à la "Oh Well" du Fleetwood Mac, "tell me" , rock puissant , guitares de sortie. Pour finir, "Memento Mori", un long titre dédicacé à une amie du groupe hélas disparue, titre aux climats variés flirtant avec le progressif, avec un final.., je cherche les mots, mélancolique autant que tellurique. Après plusieurs écoutes, j'ai prit une bonne rasade de rock'n 'roll musclé dans la tronche, de rock plutôt que de blues rock d'ailleurs, avec un groupe qui assure, que ce soit la rythmique béton, les gratteux ou le chanteur , puissant et qui s'en tire bien dans la langue de David Beckham (pour changer de Shakespeare..), sans cet accent qui gâche parfois tout chez les groupes "frenchy", et de bonnes compos variés.
Un album qui termine 3ème aux Deblocd'or 2012 décernés par les lecteurs du site "Le Deblocnot", une récompense méritée.
copyright Rockin-JL
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (12) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 24, 2015 9:46 AM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20