ARRAY(0xac5a3bb8)
 
Profil de E. Spalding > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par E. Spalding
Classement des meilleurs critiques: 1.497
Votes utiles : 229

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
E. Spalding (Surrey, Colombie-Britannique)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Ce que pensait Roger
Ce que pensait Roger
par John Updike
Edition : Broché
Prix : EUR 14,73

3.0 étoiles sur 5 Roman exigeant d’un auteur talentueux, 11 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ce que pensait Roger (Broché)
[Lu en anglais.] On est en 1984, dans une grande ville en Nouvelle-Angleterre. Le narrateur, Roger Lambert, 52 ans, est professeur de théologie. Au début du récit, un étudiant en informatique vient le rencontrer dans son bureau. Ce jeune homme voudrait obtenir des fonds pour effectuer une recherche sur l’existence de Dieu. Il aimerait recourir à l’informatique pour démontrer combien il est invraisemblable de croire que notre univers n’est que le fruit du hasard. Les ambitions de l’étudiant m’ont semblé naïves, mais elles reflètent un envoûtement pour le potentiel des ordinateurs qui me semble être typique des années 80.

Roger a d’autres histoires à raconter : sa femme lui est peut-être infidèle; son fils de douze ans a des problèmes d’apprentissage; sa nièce est une mère célibataire qui a besoin d’argent et d’attention. Mais ces histoires progressent lentement parce que Roger consacre beaucoup de temps à ressasser certains problèmes théologiques. Je dois dire que je n’ai pas complètement saisi toutes ses réflexions. En même temps, Updike m’a impressionné par son aptitude à fournir des descriptions riches et souvent poétiques de ses personnages et de leurs milieux et par sa maîtrise de questions d’ordre théologique et informatique.


La Vallée des cobras
La Vallée des cobras
par Hergé
Edition : Relié
Prix : EUR 9,93

4.0 étoiles sur 5 Le meilleur Jo, Zette et Jocko, 28 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Vallée des cobras (Relié)
Si vous avez déjà lu tous les Tintin, je vous recommande de lire cette aventure de Jo, Zette et Jocko. Sur les cinq livres portant sur eux, c'est mon préféré. À mon avis, Jo, sa saeur Zette et leur singe Jocko ne sont pas à la hauteur de Tintin, le Capitaine Haddock et Milou. En effet, par rapport à ces derniers, ils me semblent plutôt fades. Ils ont tendance à subir l'action plutôt que de la contrôler, se faisant souvent dépanner par leur père ou d'autres adultes.

Cependant, La vallée des cobras a une intrigue bien ficelée, des décors exotiques (les Alpes françaises et le nord de l'Inde) et un personnage comique qui me rappelle le Capitaine Haddock : le Maharadjah de Gopal, si imbu de lui-même qu'il se froisse quand Jo et Zette le dépassent en faisant du ski (p. 2). Cette aventure est aussi la mieux dessinée des Jo, Zette et Jocko, aussi belle que les derniers Tintin tels que Les bijoux de la Castafiore et Vol 714 pour Sydney.


Un mois de dimanches
Un mois de dimanches
par John Updike
Edition : Poche
Prix : EUR 5,89

3.0 étoiles sur 5 Original, mais lent., 28 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un mois de dimanches (Poche)
[Lu en anglais.] J'aime beaucoup John Updike : quel portrait touchant d'un père de famille qu'est Le centaure; quelle série fascinante qu'est le Cycle Rabbit, sur un Américain très moyen qui tente tant bien que mal de ne pas trop gâcher sa vie.

Le roman Un mois de dimanches a ses qualités aussi, mais il ne compte pas parmi mes préférés. Le narrateur est un pasteur protestant obligé par ses supérieurs de se retirer dans un centre de repos pendant un mois. À chaque jour, il doit mettre sur papier ses réflexions sur le tort qu'il a fait aux gens autour de lui. Le roman est composé des 31 textes qu'il rédige au cours du mois.

Le début est cocasse : une nuit, le pasteur remarque par la fenêtre de sa chambre la voiture de sa maîtresse devant la maison de son assistant. Se sentant jaloux, il quitte discrètement son domicile. Il ne porte qu'un haut de pyjamas, car il n'a pas voulu réveiller sa femme en s'habillant à côté d'elle. Épiant son voisin, il croit entrevoir sa maîtresse dans un rapport intime avec lui. Suivant cette découverte, le pasteur va se comporter de plus en plus mal.

Ce début est amusant, mais le style du livre m'a semblé exagérément compliqué et il y a beaucoup de longueurs, y compris quatre sermons (un pour chaque dimanche du mois de séquestration). J'ai eu de la difficulté à m'intéresser aux nombreuses réflexions sur la religion d'une personne qui n'en fait qu'à sa tête.


Life After Life: A Novel
Life After Life: A Novel
par Kate Atkinson
Edition : Relié
Prix : EUR 21,26

3.0 étoiles sur 5 Passé imparfait, 28 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Life After Life: A Novel (Relié)
[Lu en anglais.] J'ai entamé ce roman avec enthousiasme à cause des nombreux éloges qu'il a reçus. Malheureusement, je ne l'ai pas autant aimé que bien d'autres lecteurs ont semblé le faire.

La protagoniste, Ursula Todd, naît le 11 février 1910 dans un patelin anglais, puis elle meurt, puis elle renaît le même jour au même endroit, puis elle meurt à nouveau, et ainsi de suite. À chaque nouvelle vie, des changements mineurs font en sorte qu'elle suit un parcours très différent. Dans certaines de ses vies, elle pressent et évite des dangers qui sont survenus dans des vies antérieures. Dans d'autres, elle n'a aucun souvenir d'avoir vécu la même chose auparavant. Je me serais attendu à ce qu'Ursula progresse d'une vie à l'autre, mais tel n'est pas le cas. Peut-être que, dans les mêmes circonstances, on serait semblable à elle : même si on évitait de répéter les mêmes erreurs, on ne pourrait pas s'empêcher d'en commettre de nouvelles.

D'autre part, le tout premier chapitre m'a leurré. On y voit Ursula en 1930 s'apprêtant à assassiner Hitler. Je m'attendais donc à ce que ce projet occupe une place importante dans le livre; ce n'est pourtant pas le cas. En revanche, il était souvent question de la Seconde Guerre mondiale. Par exemple, dans certaines de ses vies, Ursula se retrouve à Londres pendant le Blitz, ce bombardement sans merci effectué par les Nazis sur les citoyens de la ville.

En bref, malgré certaines imperfections, ce roman montre beaucoup d'imagination et sort de l'ordinaire.


Je suis un écrivain japonais
Je suis un écrivain japonais
par Dany Laferrière
Edition : Poche
Prix : EUR 5,80

3.0 étoiles sur 5 Improvisation sur le Japon, 28 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je suis un écrivain japonais (Poche)
J'ai aimé le début de ce roman, où l'auteur propose à son éditeur d'écrire un livre dont le titre serait « Je suis un écrivain japonais ». Excellent titre, propre à attirer le lecteur curieux : après tout, en quoi Dany Laferrière, Haïtien d'origine qui vit à Montréal depuis les années 70, serait-il un auteur japonais?

Il y a des réflexions intrigantes ou comiques tout au long du roman. J'ai particulièrement aimé un malentendu farfelu entre le narrateur et son concierge grec. Le narrateur prétend qu'il attend le retour de son ami Platon avant de pouvoir payer son loyer, se moquant du fait que le concierge n'a jamais entendu parler du philosophe grec. En conséquence, le concierge, en le voyant, n'arrête pas de lui demander, « Il est où ton Platon? »

Cependant, j'ai eu l'impression que Laferrière n'avait pas de plan particulier pour son œuvre, au-delà de rapporter ce qu'il connaissait sur le Japon, lui qui n'y avait jamais été. Au bout du compte, j'ai trouvé que le récit était assez décousu.


Les Jours de mon abandon
Les Jours de mon abandon
par Elena Ferrante
Edition : Broché
Prix : EUR 20,24

5.0 étoiles sur 5 À lire en cas de divorce, 28 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Jours de mon abandon (Broché)
[Lu en anglais.] Dès la première page, on apprend de la narratrice, Olga, que son mari, après quinze ans de mariage, va la quitter. Cette situation peut sembler banale, le sujet de maints romans de toutes sortes. Pourtant, Elena Ferrante réussit à l'explorer avec beaucoup d'originalité.

Olga vit extrêmement mal sa rupture. Elle a deux enfants en bas âge et un chien, et elle peine à se maîtriser suffisamment pour assumer la responsabilité de ceux-ci. Ferrante explore dans toutes ses dimensions le malheur de cette femme abandonnée. Je crois qu'une personne nouvellement divorcée s'identifierait à la protagoniste et se sentirait consolée en lisant ce livre.

Au moment où j'ai commencé à me demander ce qu'elle pouvait dire de plus sur le sujet, l'auteur entame une histoire qui est la suite logique des circonstances et de la personnalité d'Olga. Il n'y a rien de gratuit dans le récit : les diverses scènes de ce livre s'enchevêtrent très harmonieusement.

Par surcroît, en lisant ce livre, on acquiert une vive impression de la vie quotidienne en Italie.


Simple Dreams: A Musical Memoir
Simple Dreams: A Musical Memoir
par Linda Ronstadt
Edition : Relié
Prix : EUR 19,76

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Mémoires musicaux, 29 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Simple Dreams: A Musical Memoir (Relié)
[Lu en anglais.] Il est pertinent de souligner qu'il s'agit bien ici de mémoires « musicaux ». Tout ce que raconte Linda Ronstadt dans cette autobiographie a trait à la musique. Elle ne mentionne sa vie privée qu'en passant. Ainsi, on en apprend très peu sur ses relations amoureuses avec notamment le politicien Jerry Brown et le chanteur J.D. Souther.

D'autre part, Ronstadt semble être une personne très stable et raisonnable. Elle a vécu une enfance heureuse, elle a connu le succès sans avoir à surmonter trop d'obstacles, elle a évité les écueils de la drogue et l'alcool. Donc elle n'a pas d'histoires tragiques à raconter à la Janis Joplin ou Jim Morrison (qu'elle a rencontrés et qui figurent brièvement dans le livre).

Pour ce qui est de la musique et du chant, en revanche, ce sont clairement des passions pour elle, et elle offre au lecteur un compte-rendu chronologique de ces passions, en parlant des divers producteurs, auteurs-compositeurs et musiciens qui l'ont aidée à réaliser ses nombreux disques. Curieuse omission: elle mentionne à peine six de ses albums les plus populaires enregistrés entre 1975 et 1982.


Traveling Sprinkler: A Novel
Traveling Sprinkler: A Novel
par Nicholson Baker
Edition : Relié
Prix : EUR 20,65

3.0 étoiles sur 5 Le retour de Paul Chowder, 7 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Traveling Sprinkler: A Novel (Relié)
[Lu en anglais.] Paul Chowder est le narrateur d'un de mes romans préférés de Nicholson Baker, The Anthologist. Le quinquagénaire fait son retour dans Traveling Sprinkler (« Arroseur mobile »), roman qui représente bien l'approche singulière de cet auteur. Ce dernier adore se pencher sur des sujets que d'autres romanciers trouveraient un tant soit peu frivoles. La description détaillée de l'ingénieux appareil du titre illustre bien la méthode amusante de Baker.

Dans Traveling Sprinkler, Paul Chowder continue à se morfondre de sa copine. Il s'occupe tant bien que mal en enregistrant seul à la maison ses propres compositions, ce qui le motive à réfléchir longuement sur la musique de tous genres (rock, dance, classique...).

Ce roman m'a donné du plaisir, mais je recommanderais à tout lecteur qui n'a pas lu The Anthologist de commencer par cette dernière oeuvre. Dans celle-ci, la difficulté de Paul Chowder à rédiger une introduction pour une anthologie de poèmes et ses tergiversations constantes produisent plus de tension dramatique et d'humour que dans Traveling Sprinkler. Il n'empêche qu'on peut aisément apprécier le second livre sans avoir lu le premier.


The Inconvenient Indian: A Curious Account of Native People in North America
The Inconvenient Indian: A Curious Account of Native People in North America
par Thomas King
Edition : Relié
Prix : EUR 18,96

5.0 étoiles sur 5 Compte rendu accessible sur les Amérindiens, 7 novembre 2013
[Lu en anglais.] The Inconvenient Indian (« L'Indien importun ») est pertinent pour toute personne qui s'intéresse à la condition des Amérindiens au Canada et aux États-Unis. L'auteur, Thomas King, est lui-même un autochtone né en 1943, et son engagement envers le sujet est clair.

Dans ce livre, King passe en revue les points saillants de l'histoire difficile des autochtones. Il n'est certes pas le premier à le faire, mais il doit être parmi les premiers à employer un style si accessible et teinté d'humour quand le sujet s'y prête. Les injustices historiques envers les Amérindiens sont tragiques. En même temps, on ne peut s'empêcher de sourire quand King décrit par exemple les manières absurdes dont Hollywood a dépeint les « Indiens » au fil des décennies.

J'espère que ce livre sera traduit en français un jour, car il aborde un sujet important tout en étant agréable à lire.


Bernadette a disparu
Bernadette a disparu
par Maria SEMPLE
Edition : Broché
Prix : EUR 19,95

4.0 étoiles sur 5 Problèmes de riches, 7 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bernadette a disparu (Broché)
[Lu en anglais.] Bee, âgée de quinze ans, est la narratrice de ce roman. Dès la première page, celle-ci annonce que sa mère Bernadette a disparu. L'adolescente rassemble ensuite une diversité de documents (courriels, lettres, billets, extraits de blogs...) afin de reconstituer les circonstances entourant la disparition de sa mère. Ce sont ces documents, complétés par ses commentaires, que Bee présente au lecteur.

L'auteure Maria Semple nous donne une vive impression de la ville de Seattle où Bee habite et nous porte à réfléchir sur l'Antarctique, continent où les parents aisés de la jeune femme promettent de l'emmener un jour. La famille de Bee a beaucoup d'argent et a toujours l'option de dépenser une petite fortune pour résoudre un problème. À ce titre, les soucis de Bernadette sont celles d'une personne riche : avant de disparaître, cette architecte de formation se cherchait depuis de nombreuses années pendant que son mari, fonctionnaire haut placé à Microsoft, la soutenait financièrement.

Il n'empêche que les personnages sont habilement dépeints et cette histoire est humoristique et originale (frôlant cependant l'invraisemblance à une ou deux occasions).


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6