Profil de Elsair > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Elsair
Classement des meilleurs critiques: 16.373
Votes utiles : 163

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Elsair (VAR ( 83 ) , France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Yongnuo YN-622N-TX LCD Wireless i-TTL Flash Controller Trigger for Nikon Camera
Yongnuo YN-622N-TX LCD Wireless i-TTL Flash Controller Trigger for Nikon Camera
Proposé par glück-express
Prix : EUR 35,49

2.0 étoiles sur 5 CONCEPT THÉORIQUE DE CONTRÔLE A DISTANCE EXCELLENT MAIS ERGONOMIE DE RÉGLAGE MAL FOUTUE !!!!, 7 août 2014
CONCEPT THÉORIQUE DE CONTRÔLE A DISTANCE EXCELLENT MAIS ERGONOMIE DE RÉGLAGE MAL FOUTUE !!!!

Dans l'utilisation conjointe du transmetteur Yongnuo YN-622N-TX LCD et du récepteur/transmetteur Yongnuo YN-622N - tous les problèmes que j'ai rencontré proviennent peut-être d'une info fondamentale que je ne possède pas car le mode d'emploi est fourni en langue chinoise avec ce produit !...

Je possède 2 exemplaires du transmetteur Yongnuo YN-622N-TX LCD, mais aussi, plusieurs exemplaires du récepteur Yongnuo YN-622N, - je précise que théoriquement, ces 2 éléments sont conçus pour être parfaitement compatibles entre-eux, or, malgré tous les essais et les différents réglages que j'ai effectué sur le couple transmetteur/récepteur, - je n'arrive toujours pas à m'assurer le changement de mode de contrôle TTL / M , ainsi que le changement des intensités de ces modes, en utilisant plusieurs flashs Nikon SB-900...
Néanmoins et étrangement, je précise que je contrôle parfaitement les longueurs focales des têtes des flashs (variant entre 24 et 200mm) appartenant aux 3 groupes distincts A, B et C !
Je précise que ce problème ne peut résulter d'un mauvais réglages inhérents aux chaines/canaux car tous mes tests et essais ont été effectués sur un identique canal de transmission affecté simultanément à chaque groupe A, B et C...

Pour tenter de découvrir l'origine de ce problème, j'ai essayé de consulté des tutoriels vidéos concernant l'utilisation de ces 2 éléments (transmetteur YN-622N-TX & récepteur YN-622N), hélas, dans le meilleur des cas, les vidéos contenaient des commentaires en langue anglaise - or, je parle seulement la langue française. :((

Voici mes questions :

Avez-vous rencontré ce problème hallucinant et incompréhensible ????
Si cela est le cas alors, comment avez-vous résolu ce problème ???

Y-a-t-il un firmeware a télécharger pour augmenter l'interaction de contrôle entre le transmetteur Yongnuo YN-622N-TX LCD et le récepteur Yongnuo YN-622N ??? - notamment, afin de permettre de contrôler le changement de mode TLL / M et leurs intensités !
Y-a-t-il un réglage à effectuer sur le flash SB-900 pour rendre possible les changement de mode de contrôle TLL/M entre le transmettre Yongnuo YN-622N-TX LCD et le récepteur Yongnuo YN-622N ???

Je vous remercie par avance pour vos réponses, - ma note médiocre (2/5) tient compte du manque de respect du constructeur chinois vis à vis de ses clients européens - car, imposer une notice chinoise, c'est du foutage de gueule intégral surtout lorsque l'utilisation d'un produit dépend d'une astuce technique très cachée afin d'accéder à toutes les fonctionnalités de l'appareil !...


Canon EOS 70D Nu Reflex numérique, écran 3" (7,62 cm), capteur CMOS 20,2 millions de pixels et processeur DIGIC 5+, wifi, USB Noir
Canon EOS 70D Nu Reflex numérique, écran 3" (7,62 cm), capteur CMOS 20,2 millions de pixels et processeur DIGIC 5+, wifi, USB Noir
Prix : EUR 902,39

9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 LE 70D EST EXCELLENT - MAIS !... IMPOSSIBILITÉ D' OUVRIR LES FICHIERS RAW AVEC PHOTOSHOP CS-5 !!!!!, 16 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
LE 70D EST EXCELLENT - MAIS !... IMPOSSIBILITÉ D' OUVRIR LES FICHIERS RAW AVEC PHOTOSHOP CS-5 !!!!!

Avant de vous fournir mon point de vue détaillé concernant cet excellent, mais perfectible, boitier EOS 70D, je tiens à préciser que mon logiciel Photoshop CS5 n'ouvre pas les fichiers RAW qui sont générés par le 70D !!!

Il semblerait que ce problème résulte d'une mise à jour qui doit être réalisée sur le module complémentaire Camera Raw, pourtant, j'ai réalisé "une" mise à jour que certains internautes sur les forums conseillaient vivement de réaliser, or, malgré cette mise à jour effectuée, les fichiers RAW / 70D continuent à être refoulés par Photoshop CS-5 !

J'avoue que je commence à perdre patience car je suis très habitué à l'usage de Photoshop CS5 et cela me contrarie énormément de sentir que l'on tente de me forcer la patte pour que j'utilise le logiciel DPP fournit par Canon ou alors, que l'on m'oblige à passer à la caisse pour acheter les mises à jour afin de migrer vers Photoshop CS6 !!

Si vous travaillez avec Photoshop CS-5 et que vous avez trouvé l'astuce pour ouvrir vos fichiers RAW / 70D, je suis preneur de vos conseils et autres suggestions (!) car j'ai vraiment besoin d'un coup de pouce pour résoudre ce problème "d'incompatibilité" entre Photoshop CS5 et les RAW / 70D !

CONCERNANT LE 70D :

Je suis déjà possesseur d'un boitier Canon EOS 50D qui fut mon 2ème reflex numérique après l'achat d'un EOS 7D que j'ai revendu 2 ans plus tard...

L' EOS 50D a été mon fidèle compagnon durant + de 3 années - notamment, en devenant mon boitier de baroud attitré pour les séances de proxy photos réalisées sur les fleurs et autres végétaux poussant en pleine campagne ou en milieux urbains...

J'appréciais beaucoup son ergonomie générale, sa prise en main très agréable (surtout avec sa poignée grip fixée), ses menus colorés par groupe de fonction/paramètres s'affichant avec une très grande clarté, l' indéniable qualité des images qui était développée par son capteur survitaminé de 15 Mpix - et la plaisante sensation d'une réelle robustesse produite par son armature interne qui était moulée en alliage de magnésium !...

Durant 18 mois, j'ai attendu patiemment de remplacer mon 50D par l'un de ses successeurs à 2 chiffres qui se montrerait à la hauteur de l'illustre modèle nommé.
Les résultats assez décevant provenant des tests réalisés par les labo indépendants m'ont finalement convaincu de ne pas me procurer son successeur direct, le 60D - à cet égard et après m'être abondamment renseigné sur le Web, je lui ai préféré le boitier D7000 fabriqué par Nikon car tous les tests de l'époque indiquaient que la plage dynamique était plus étendue pour le D7000 et la gamme des couleurs retranscrite par les 2 capteurs concurrents était plus riche chez le D7000 que chez le 60D (!) - bref, le D7000 écrasait le 60D à plat de couture dans quasiment tous les domaines, et même au niveau de la robustesse à cause du châssis en polycarbonate du 60D !

Néanmoins à présent, ce nouveau EOS 70D marque une rupture assez marquée avec les errances désespérantes du 60D car beaucoup d'améliorations vitales ont été effectuées sur le 70D.

En premier lieu, la plage dynamique du capteur du 70D a été améliorée pour permettre de réduire l'écart important qui existait entre produits de gammes égales Canon / Nikon, notamment entre le 60D et le D7000.

Constat identique que l'on dresse concernant l'éventail de couleur qui a été accru pour le 70D permettant de réduire l'écart avec son homologue, le D7100 de Nikon...
En effet, cela crève les yeux sur les photos, il existe à présent un réel fossé entre la palette de couleur visibles sur les photos qui sont générées par le 50D et celle du 70D - car comparativement, les gammes générées par le 50D paraissent plus brutes et moins fines (!)...

D'autre part, si l'on se fonde sur les arguments commerciaux, la plus grande innovation technologique accomplit sur ce 70D proviendrait de l'autofocus en mode "live view" qui permet de bénéficier d'une vitesse de mise au point beaucoup plus rapide et bien plus fine (!)...

Identiquement au boitier 50D, l'ergonomie physique du 70D est tactilement très agréable car la poignée latérale est grosse et assez creusée pour permettre une excellente prise de la main droite où toutes les touches de contrôle des paramètres d'exposition sont bien positionnées, notamment, la touche des "iso", car, ce constat n'est absolument pas valable pour le boitier Nikon D7000 dont la touche "iso" se trouve à gauche de l'écran de contrôle tout en souffrant d'une assez petite poignée pour la préhension de la main droite (!) - à ce niveau, les 50D et 70D se révèlent à l'usage bien mieux conçus que leurs homologues fabriqués par Nikon !...

Autre point positif : la vitesse d'obturation n'est pas bridée de façon mesquine à 1/4000s comme cela est le cas pour le Canon EOS 6D ou le Nikon D610, de ce fait, il est possible de réaliser des shoots en forte luminosité avec une relative grande ouverture qui sera 2 fois plus grande grâce à sa vitesse max de 1/8000s.

Côté défauts, j'ai relevé 2 problèmes ergonomiques très déplaisants dans la conception du 70D qui lui valent 1 étoile en moins dans ma note :

1 - La touche de contrôle de la profondeur de champs (pdc) est réellement minuscule, d'autre part, elle a été mal repositionnée pour être utilisée par la main droite, en ayant été déplacée TROP en dessous du bord d'insertion de l'optique, il en résulte que le (bout du) doigt doit exercer une force vers le haut pour actionner la commande pdc au lieu d'exercer une force latérale !...

2 - La magnifique clarté des menus de contrôle a été perdue puisque le menu est devenu confus en ayant été privé de sa mise en page toute en couleur CAR il n'y a plus les diverses couleurs attribuées aux onglet horizontaux [ rouge / bleu / jaune / marron /vert ] illustrant les divers groupes de réglages du boitier (!) - or, cela est très regrettable, surtout si vous débutez avec un reflex !...

Malgré ces 2 défauts d'ergonomie, il n'en demeure pas moins que ce 70D constitue une excellente cuvée dans la lignée technologique des boitiers à 2 chiffres de Canon, - bref, si votre budget vous le permet, ce 70D constitue un bon investissement tout en étant une très valable alternative à l'achat du boitier Nikon D7100...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 31, 2014 7:56 PM MEST


Hama 6891 Accessoire photo Griffe porte accessoires inclinable Hauteur 4,5 cm
Hama 6891 Accessoire photo Griffe porte accessoires inclinable Hauteur 4,5 cm
Prix : EUR 20,83

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 ATTENTION BELLE ARNAQUE !!!!, 21 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Une belle arnaque s'appuyant sur la mise en vente d'une petite camelote facturée 20 euros !!!

C'est un très mauvais produit car lorsque le serrage est réglé à son maximum, le poids pourtant assez modéré du flash provoque la rotation de la griffe et le flash bascule vers l'avant pour aller se cogner sur l'objectif (!) - Comme si que le mécanisme de blocage était incapable de remplir son rôle à cause de la présence d'un lubrifiant (?) ou d'un corps gras présent sur les éléments internes à friction...

Mon constat est partagé par d'autres internautes sur les forums donc, ce problème est en relation directe avec une conception archi foireuse du produit.

Préférez acheter une bonne petite rotule Cullmann 40061 CB6.1 , offrant un serrage précis, net et rigoureux lorsqu'il supporte le poids d'un flash (ex : Canon 580EXII ou Nikon SB-800), associé à un Sabot dont le filetage est de 1/4" fixé sur la griffe du boitier à l'aide de 2 contre écrous (!) - c'est certes un peu plus cher mais ce système est extrêmement fiable et éprouvé par tous les photographes et vidéastes !

Bref, - Hama peut d'ores et déjà revoir intégralement le système de serrage de cette griffe-arnaque car c'est de la pure mer.. (!) - Heureusement, Amazon a été professionnel en ayant eu l'amabilité de me rembourser cette achat très navrant.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 22, 2013 7:43 AM MEST


Câble d'extension à spirale walimex pour Canon TTL II, 2 m
Câble d'extension à spirale walimex pour Canon TTL II, 2 m
Prix : EUR 34,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 TECHNOLOGIE JETABLE ou IMMONDE CAMELOTE ????, 2 février 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Câble d'extension à spirale walimex pour Canon TTL II, 2 m (Accessoire)
Durant l' été 2011, - j'ai commandé 2 exemplaires (en 2 commandes séparées, je précise) du câble synchro pour flash CANON fabriqué par WALIMEX (référence fabricant 15271) et j'ai TENTÉ de l'utiliser sur ma petite flotte de boitiers CANON [ EOS 50D ; 5D Mark II ; 7D et 500D ]...

Vous avez bien lu, j'ai écris "j'ai tenté de l'utiliser" , - car ce produit souffre d'une si mauvaise conception de fabrication qu'il en devient absolument inutilisable puisque WALIMEX n'a pas tenu compte des diverses cotes et mesures des sabots de fixations des boitiers et des pieds des flash de marque CANON et ce manquement entraine immanquablement que le photographe est obligé de "forcer" sur le mécanisme de fixation en tentant de relier les 2 extrémités du câble sur le sabot du boitier et sur le pieds du flash - DONC, RÉSULTAT PRÉVISIBLE :

Les plateaux de fixation du câble synchro s'abiment EXTRÊMEMENT RAPIDEMENT et le câble cesse de totalement fonctionner au bout de 2 à 5 séances photos, - je ne connaissais pas ce nouveau concept de "technologie jetable" qui est visiblement destiné à être utilisé 2 ou 3 fois avant de cesser de fonctionner !!

Concernant l' extrêmement mauvaise conception de ce câble de synchronisation de flash, mon observation est parfaitement fondée puisque mes essais photos ont englobés 2 exemplaires de ce câble et 4 boitiers CANON, or, ce problème apparaissait quelque soit l'association du boitier ou du flash employé (430 ex II ou 580 ex II)

En tant que photographe professionnel, - je vous déconseille vivement l'achat de ce câble "mono usage" attrape-nigauds.


Jennifer's Body [Non censuré]
Jennifer's Body [Non censuré]
DVD ~ Megan Fox
Prix : EUR 4,98

25 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un film d'horreur sexy et satirique..., 9 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jennifer's Body [Non censuré] (DVD)
---------------------- ***** ----------------------

« Jennifer's body » est le troisième film de Karyn KUSAMA, réalisatrice du futuriste « Aeon Flux » (avec Charlize THERON) et du percutant « Girlfight » (avec Michelle RODRIGUEZ) ...
Décidément, le crédo de cette auteure est essentiellement circonscrit à la mise en scènes de personnages féminins aussi sexy que dangereux avec une pointe de féminisme joliment dosée.

« Jennifer's body » est à voir et apprécier comme un petit hommage aux films d'horreurs américains des eighties, où l'on découvrait des ados tourmentés issus des banlieues pavillonnaires des ville américaines, décimés par une force démoniaque ou par un simple psychopathe...
Effectivement - l'ambiance du premier tier du film est très réussie et peut faire penser, par quelques plans rapides, au cauchemardesque et inventif, « Les Griffes de la nuit », du talentueux Wes CRAVEN, puisque dans l'un et l'autre film, nous assistons aux obsèques des jeunes victimes tout en observant le désarroi de leurs camarades dans une ambiance écolière très endeuillée.
Autant le dire tout de suite, « Jennifer's body » va beaucoup plus loin, puisque celui-ci s'offre par ailleurs une dimension satirique jubilatoire en bottant le c** tour à tour des groupes de Rock, mercantiles et arrivistes (et satanistes ?) ainsi que de leurs fans aveugles, crédules et béats !

Sans être un chef d'oeuvre du 7ème art, « Jennifer's body » n'en est pas moins fortement acidulé en pointant du doigt avec délectation, la relation parfois dangereuse mais souvent illusoire et vaine qu'il existe entre les groupies et leurs idoles égoïstes ; car le film montre non sans une certaine dose d'humour noire, une groupie sacrifiée par le groupe de rock qu'elle était venue soutenir, celle-ci étant la victime d'une messe noire sacrificielle pour permettre à ses adeptes satanistes d'accéder à la gloire et à la célébrité comme cadeau luciférien.
Parfois jusqu'au-boutiste, « Jennifer's body », ose rire du comportement bassement calculateur, parasitaire et opportuniste de certains "artistes", affichant des prétentions (pseudo) humanistes dans leurs discours hypocrites, afin de s'attirer la sympathie et les faveurs commerciales des foules.

Toutefois, la satire sociale sanglante n'est pas le seul point fort de « Jennifer's body » puisque celui-ci joue ouvertement la carte du sexy provocateur en faisant reposer entièrement sa sensualité troublante sur les magnifiques épaules galbées de Megan FOX, d'ailleurs, la plastique de cette dernière, confère une charnalité quasi envoutante à son personnage démoniaque...

Je serai sincère - la provocante Megan FOX est l'autre atout maitre du film, puisque la jeune comédienne révèle pour l'occasion un puissant charisme et une jolie présence "scénique", démontrant de ce fait, que celle-ci est certainement l'une des valeurs sûrs de la prochaine décennie cinématographique américaine.
Peut-être faut-il que Woody ALLEN s'intéresse à Megan FOX et qu'il offre un rôle dramatico-comico-intello à celle-ci, afin que l'actrice accède à une certaine reconnaissance (de complaisance ?) en réaction par pur snobisme intellectuel de la presse, comme cela fut le cas pour la fragile et lunaire Scarlett JOHANSSON ?? - ce qui serait déplacé, en regard du talent réel de Megan FOX, s'exprimant de plus en plus vivement de film en film - certains journalistes percevant en Megan FOX, la nouvelle Angelina JOLIE (toutefois, on est pas obligé d'adhérer à cette comparaison facile, sigh)...
Autre point - « Jennifer's body » offre aux spectateurs (et fans de Megan :-) ), une séquence ultra sensuelle qui restera certainement gravée dans les annales du cinéma sexy de genre (et dans les esprits ;-) ) puisque la scène de la "soirée pyjama entre meilleurs copines", met en image le plus beau baiser entre filles du cinéma (!)...
Pour finir, l'auteure de « Jennifer's body » étant une femme, le corps vertigineusement sculptural de Megan FOX, est filmé avec une sensibilité très féminine, comme naguère Katherine BIGELOW avait filmée Keanu REEVE et Patrick SWAYZE dans son ultra mouvementé « Point Break »...

En conclusion - malgré les défauts liés à quelques facilités du scénario que l'on pourrait reprocher à « Jennifer's body », on appréciera ce petit film sans prétention, soit pour le charisme torride de Megan FOX, soit pour le pincement de nostalgie que l'on ressentira devant ce sympathique retour à un certain cinéma américain des années 80 - pour peu que l'on fasse parti des cinéphiles ayant vécu cette période particulière durant son adolescence.

---------------------- ***** ----------------------
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 14, 2012 9:12 AM CET


Pour Elle
Pour Elle
DVD ~ Diane Kruger
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 12,98

19 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un homme seul luttant contre « le système » devient hors la loi par amour..., 6 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pour Elle (DVD)
** Synopsis :

Julien aime sa jeune femme Lisa d'un amour quasi fusionnel.
Un matin pourtant, la police fait irruption chez le couple sans histoire et embarque Lisa sous les yeux terrifiés de son fils en état de choc, et de son mari athéré.
Un procès a lieu au cours duquel, les pièces à charge s'accumulent par des hasards et des coïncidences aussi dramatiques que troublantes, pour incriminer définitivement la jeune femme - le verdict est sans appel : la douce Lisa est condamnée à une peine de 20 années de réclusion criminelle pour homicide contre son patron avec lequel elle s'était disputée peu de temps avant son assassinat violent.
Pour Julien, une course contre la mort est lancée pour faire évader sa jeune femme diabétique qui a cessée ses injections d'insuline afin d'en finir avec la vie...

** A propos de « POUR ELLE » :

À n'en pas douter, « POUR ELLE » est l'un des grands films de l'année 2008 - le rythme saccadé libère son action par éclaires de violences, le ton est pessimiste et désespéré, l'ambiance est sombre et l'intrigue demeure passionnante de bout en bout...

Le film pose plusieurs questions fondamentales lancinantes durant tout le récit :

Par pur amour, un homme totalement ordinaire peut-il transmuer sa nature profonde au point de devenir l'opposé de ce qu'il a toujours été ??...

Un homme seul peut-il défier par amour « le système », pour tenter de réparer une injustice insupportable à ces yeux ??...

Fred Cavayé décortique et dissèque les états d'âmes de ses protagonistes meurtris dans une étude psychologique fine, cohérente et réaliste - ainsi le film montre les différentes réactions psychologiques induites par une situation extrême où sont plongés des individus communs comme vous et moi - à cet égard, nous observons tour à tour :
l'état de stress omniprésent du « héros libérateur » (Julien, joué par Vincent Lindon sobre et bluffant de naturel) ; la dépression de celle qui se sait victime d'une erreur judiciaire majeure (Lisa incarnée par la troublante et sensuelle Diane Kruger) ; les doutes se mettant naturellement en place chez celui menant une opération de « sauvetage de la dernière chance » ; les angoisses naturelles inhérentes à ce type d'épreuve de force étalée sur plusieurs mois ; la colère et le sentiment d'impuissance devant ce qui constitue une criante injustice à laquelle on ne peut se dérober ; le rejet du jeune fils envers sa mère pourtant innocente ; l'innocente brisée et enfermée se résignant à mourir doucement...

À cette description très détaillée, Fred Cavayé décrit les retombées sur les relations tendues que Julien entretient avec ses proches ainsi que la décision irrévocable de celui-ci de couper tous les contacts avec sa famille (Père, Mère, frère, etc...) lorsqu'il sera en cavale après l'évasion réussie de sa jeune épouse afin de ne pas trahir leurs coordonnées géographiques de fuite à l'autre bout du monde.

De plus, la dramaturgie touchante et si particulière de ce film ambitieux, s'appuie sur un canevas éperdument romantique - « de l'homme ordinaire luttant par amour, contre un adversaire à priori indestructible à échelle humaine (l'état et ses défaillances juridiques) et près à tout risquer » - ainsi, lorsque le système se transforme en machine infernale broyant les innocents, le héros caché en certains hommes est libéré, pour combattre un corps juridique aussi froid que défaillant, agissant tel un rouleau compresseur sur les faux coupables...
À bien des égards, « POUR ELLE » est émouvant parce qu'il nous permet d'assister à la preuve d'amour ultime, celle où l'homme ordinaire se transcende en héros-sauveur.

Pour développer le point précédent, ce que « POUR ELLE » montre, est une remise en question profonde et radicale d'un homme envers son système de valeurs morales afin de mener à terme une épreuve de force lancée contre la machine juridico-carcérale menaçant de détruire celle qu'il aime.
Oui - au-delà de son caractère réaliste, ce film nerveux propose une vision romantique du sens de l'engagement morale et humain, car pour réparer une injustice dramatique insoutenable aux yeux de Julien, celui-ci se sait et se sent obligé de devenir un hors la loi par amour et ainsi sacrifier tous ses principes moraux dans l'ultime but de sauver l'être aimé et brisé.
Dès lors, pour que Julien réussisse sa quête, celui-ci doit devenir un homme qu'il n'a jamais été, en se remettant fondamentalement en question sur tous les plans humains et sociaux : en tant que citoyen responsable de ces actes, en tant qu'enseignant (Julien est professeur de français), en tant que fils, en tant que frère, en tant que mari et en tant que père.

Lorsque Julien ouvre le feu avec son arme, c'est par amour...
Lorsque Julien envisage de braquer une banque, c'est toujours par amour...
Et lorsque Julien dépouille un dangereux dealer psychotique de son magot, c'est encore par amour...

À mon sens, il n'y a pas de plus belles preuves d'amour que les actes dangereux et sortant de l'ordinaire, commis par Julien pour sauver sa femme...

« POUR ELLE » aurait pu s'appeler « PAR AMOUR » ou mieux « HORS LA LOI PAR AMOUR »...

Si vous souhaitez découvrir un autre film français tout aussi réussit mais néanmoins différent, vous devriez voir « Secret défense » avec Gérard LANVIN et Vahina GIOCANTE.
À noter, que la très sensuelle Diane KRUGER a jouée dans le cultissime « Rencontre à Wicker Park » - un autre film à ne pas louper (!)...
Pour élargir la réflexion de la démarche de Julien, il peut être utile de ce référer à certains livres traitant du principe de « désobéissance civique » :
« Pour une éthique de la dissidence : Liberté de conscience, objection de conscience et désobéissance civile » de Guy DURAND.
« La désobéissance civile » de Henry-David THOREAU.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : May 27, 2011 2:32 PM MEST


La bande a baader [Édition Prestige]
La bande a baader [Édition Prestige]
DVD ~ Martina Gedeck
Prix : EUR 13,00

10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un film nerveux, brutal et fébrile..., 23 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La bande a baader [Édition Prestige] (DVD)
Au commencement était un rêve de société, une utopie, un idéal de société nouvelle - et puis ce rêve de société devint cauchemar...
Ce film montre les moyens infiniment violents utilisés pour mettre en place une société théorisée par les idéologues ultra-socialistes des années 60-70,
ainsi nous assistons à la tentative désespérée d'un petit groupe, la R.A.F. (Fraction de l'Armée Rouge), de renverser par la terreur et une violence quasi sans limite, un gouvernement qu'ils haïssaient plus que tout.
Comme tous fantasmes, ceux de fonder par la force armée, des "sociétés parfaites" donc idéalisées (ou utopies) ne sont pas fait pour être réalisés mais pour faire souffrir ceux qui s'abiment dans cette croyance mentalement cécitante.
Dans ce récit convulsif et enfiévré, les "meilleurs intentions" - combattre pour le peuple et le "libérer" (contre son gré) - se transforme en guerre totale déclarée contre une "société de consommation" suspectée d'être une alliée de "l'impérialiste américain".
Nous sommes presque dans une logique schizophrénique confinant l'idéologue maniac, dans un carcan de paranoïa et une vision tronquée puisque bipolaire du monde - "nous contre eux", "notre groupe contre le reste de la société".
La démonstration est totale (et sans effet inutile), alors que le groupe de Andreas Baader s'isole, la perception du monde de chaque membre du groupe se radicalise et enferme chaque adhérant dans une quête infernale de l'impossible.
Le film nous montre les effets pervers du replie sur soi intra-communautaire, où la perception de l'univers de l'individu est conditionnée obligatoirement par celle du groupe - le groupe devenant le centre "totémique" du monde.

Ce film m'avait beaucoup marqué lors de sa sortie relativement discrète en salle.
« LA BANDE À BAADER », sans faire de polémique sur la véridicité des évènement présentés dans le film, est une oeuvre apparemment très bien documentée, ainsi que fiévreuse à l'image de son (anti)héros sociopathe et caractériel, incarné par l'excellent Moritz Bleibtreu.
L'action du film est crue et tendue de bout en bout comme un fil d'acier, et les péripéties s'enchainent sur un tempo laissant parfois K.O. le spectateur.
Toutefois, le film arrive (quelque peu) à prendre du recul vis à vis des personnages radicaux, enflammés et violents qu'il présente, puisque certaines (rares) séquences sont comiques par l'absurdité de certaines situations paradoxales ; ainsi, nous assistons aux entrainements en Libye, du groupe Baader Meinhof, composé partiellement de militantes se baladant toutes nues, dans des camps d'entrainements au milieu des musulmans abasourdis - et cela, pour revendiquer par leurs nudités, certaines valeurs "du sexe libre et du corps libre" comme faisant parti intégrante d'un acte de foi révolutionnaire et politique.

Uli Edel installe avec savoir-faire, l'ambiance de son film, ancrée dans les seventies, en dépeignant un monde en mutation trop rapide pour certains de ses protagonistes, en ponctuant son film de véritables infos télévisées - ainsi, sous nos yeux défilent la guerre froide, le conflit israelo-palestinien, la guerre du Vietnam, la révolution de Mai 68 et ses désillusions.
Le groupe de Baader a été façonné dans le feu dévorant de ce magma culturel incandescent composé de libération sexuelle, de psychédélisme, de tier-mondisme révolutionnaire, de théories marxistes, de rejets et d'idolâtries diverses - le résultat mental à tout cela, étant la destruction des repères moraux dans cette noyade pluriculturelle et communautaire outrancière.

Leurs intentions étaient "louables", mais ne dit-on pas que les chemins menant en enfer sont pavés de bonnes intentions ?...

Pour tenter de comprendre la haine anti-américaniste de la « bande à Baader », voici un livre à découvrir : « L'obsession anti-américaine : Son fonctionnement, ses causes, ses inconséquences »...

Autre livre en rapport direct avec ce film percutant : « La Grande Parade. Essai sur la survie de l'utopie socialiste »...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (18) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 13, 2011 12:31 PM MEST


Les débuts des conquêtes arabo-musulmanes : Mythes et réalité
Les débuts des conquêtes arabo-musulmanes : Mythes et réalité
par Louis Chagnon
Edition : Broché

32 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre partisan et jouissif contre la partisanerie du politiquement correct et son lobbyisme pétrolier..., 17 août 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les débuts des conquêtes arabo-musulmanes : Mythes et réalité (Broché)
---------------------- ***** ----------------------

A n'en pas douter, Louis CHAGNON est un polémiste téméraire sachant manier avec talent, les textes servant habituellement de véhicules à la propagande islamophile béate ou islamique embrigadante,
prompte à tenter de nous convaincre de la supériorité fantasmée de la culture islamique sur celle du monde occidental.

Son livre est clairement partisan et s'inscrit sans ambigüité dans un esprit de rebellion et une démarche individuelle de lutte contre le politiquement correct (et surtout "collaborationniste") de "la pensée unique" autoritariste d'une classe intellectuelle inconsciente et complaisamment aveugle.

Dans son livre, Louis CHAGNON UTILISE PAR PROVOCATION (et seulement dans le troisième chapitre du livre !) des sources peu scientifiques et crédibles (ou d'origines islamiques, émanantes du chroniqueur perse Al-Tabarî !) pour alimenter et démontrer ses conclusions, comme le fait fallacieusement l'intelligentsia islamo-gauchiste européenne
qui sélectionne systèmatiquement et (très) soigneusement des sources tronquées et trafiquées (d'origines coraniques et "pacifiques") pour nous "démontrer" très malhonnêtement que l'islam est une religion "pacifique et tolérante".
[[ les pseudo experts et/ou les simulateurs intellectuels musulmans ont toujours recours au même procédé éventé, consistant à citer arbitrairement les versets coraniques les plus paisibles en piochant dans les versets MECQUOIS du Coran
- qui sont tous DES VERSETS ABROGÉS DONC CADUCS ET RÉVÉLÉS À LA MECQUE (appelés aussi "MANSÛKH" !)- , alors que LE MONDE MUSULMAN suit scrupuleusement les injonctions théo-juridiques et liberticides DES VERSETS CORANIQUES ABROGEANTS RÉVÉLÉS À MÉDINE (aussi appelés "NÂSIKH" !!)...
POUR COMPRENDRE LA VIOLENCE ACTUELLE DE L'ISLAM, IL FAUT SUIVRE LES PRÉCEPTES DU CORAN À LA MANIÈRE (!) DES 1,3 MILLIARD DE MUSULMANS SUR TERRE, QUI SE SOUMETTENT PRÉCISÉMENT À "LA RÊGLE DE L'ABROGATION CORANIQUE" DÉFINIE ET IMPOSÉE PAR L'UNIVERSITÉ ISLAMIQUE DU CAIRE - AL-AZHAR !!...
Lire entre autres : Soufi ou mufti ? : Quel avenir pour l'islam ?]]" de Anne-Marie DELCAMBRE et L'islam. Croyances et Institutions de Henri Lammens

Le "livre bélier" de L. CHAGNON narre dans un style parfois énumératif et simplificateur, les défaites successives des empires perses et byzantins face au double rouleaux compresseur totalitaire arabo-musulman.
En ce sens, l'auteur relate 2 guerres distinctes - contre un adversaire commun carnassier et affamé -, dans 2 chapitres très différents au niveau des sources d'études de l'auteur.
[ le chapitre 3 concerne la chute de la perse et ses sources s'appuient en grande partie sur les chroniques de Al-Tabarî - alors que le chapitre 4 montre l'éclatement de l'empire byzantin dont les sources proviennent essentiellement d'analyses, de travaux ou de témoignages non musulman...]

Les guerres de conquêtes musulmanes racontées chronologiquement dans ce livre très concis, sont toutes menées sous les directives despotiques des 3 premiers califes faisant partie des "quatre califes bien guidés" (ou "khoulafah Rashidun" de l'islam sunnite) :
Abou Bakr (632-634 et successeur direct de Mahomet) ; Omar (634-644 et successeur de Abou Bakr) et Uthman ( 644-656 et successeur de Omar).

Dans le chapitre 3, L. CHAGNON "met en scène" (*) la guerre jetant l'une contre l'autre les hordes musulmanes contre les forces défensives perses et décrit "l'avalement et la digestion" de "l'Irâq" (633-634) dans le "ventre islamique" et l'effondrement civilisationnel en découlant pour l'empire perse sassanide (637-644).

Par suite, le chapitre 4 est consacré à l'écrasement militaire de la résistance byzantine sous les coups de boutoirs répétés du déferlement arabo-musulman ainsi, qu'aux démembrements territoriaux de l'empire byzantin suites aux annexions successives de la Palestine et de la Syrie (634-636) et à son agonie politique, sociale et militaire.

J'emploie volontairement l'expression "met en scène" (*), puisque les abondantes notes révèlent que la source principale pour retracer le cours des évènements "historiques" de l'anéantissement de l'empire perse, est la "Chronique de Tabari : Histoire des Prophètes et des rois : De la création à la dernière Révélation" de Al-Tabarî,
qui n'est pas du tout historiquement fiable par la transmission des évènements puisque ceux-ci ont été véhiculés durant plusieurs siècles via une chaine de transmission orale (ou bouche à oreille ;-) ).

Il faut savoir, que la Chronique de Al-Tabarî : Histoire des Prophètes et des rois, est foncièrement mythologique mais jouit d'une immense popularité dans le monde musulman et révèle partiellement "l'univers mental du musulman" adhérant aveuglément à ce type de mythologie belliqueuse et sinistrement expansionniste.

Dans ce chapitre 3, la stratégie de Louis CHAGNON n'apparait pas évidente au premier abord, puisqu'il emploie un ton "d' historien" pour relater des "faits virtuels" qui sont de l'ordre du "mythe" et de la fantasmagorie idéalisante et donc peu crédible en terme d'objectivité scientifique.

Cette démarche vise à montrer (à mon sens) de quels genres de propagandes "magnifiantes" s'abreuvent les esprits des vrais croyants de l'islam totalement déconnectés du réel.
En psychiatrie, il y a un principe énonçant une pure réalité sur le plan humain à échelle individuelle - "Je suis ce que je pense être" -, or,
nous pourrions reformuler ce "théorème" de la façon suivante - "Je finis par ressembler aux croyances auxquelles j'adhère sans retenue"...

Le chapitre 5 est sans conteste le plus intéressant puisque L. CHAGNON dresse un bilan complet en énumèrant chacune des raisons ayant causées le double effondrement des empires perse et byzantin devant la bête féroce islamique - en ce sens, l'auteur qui travaille au "Service Historique de la Défense" met à contribution ses excellentes notions en stratégies et tactiques militaires pour étayer ses raisonnements...

Enfin, L. CHAGNON cite systématiquement ses sources par une pléthore de notes et révèle que ses travaux prolongent ceux de 27 chercheurs dans différentes diciplines.
Voici quelques chercheurs : Bat YE'OR, Jean-Paul CHARNAY, Bernard LEWIS, André STRATOS, Walter KAEGI, René DUSSAUD, François NAU, etc etc...

En toute logique, ma prochaine lecture devrait porter sur l'ambitieux et intrigant livre La conquête musulmane de l'Égypte (639-646)
pour examiner quel angle d'approche Louis CHAGNON utilise cette fois-ci pour relater la conquête de l'Égypte "par le sabre"
des armées arabo-musulmanes ivres de conquêtes matérielles et géo-territoriales.

Pour finir, si vous souhaitez enrichir avantageusement la lecture instructive de ce livre et développer le thème des conquêtes musulmanes par les exterminations des sociétés et des peuples non musulmans, je vous conseille vivement de lire Un autre regard sur l'Inde de François GAUTIER ainsi que Histoire de l'Inde de Alain DANIELOU - vous découvrirez le bilan humain exorbitant (80 millions de morts minimum entre l'an 1000 et 1534) que les hindous ont payés face à l'obsession de conquête par le "sabre et la décapitation" des Arabo-perso-mongol-musulmans.
[vous pouvez lire un extrait du livre Un autre regard sur l'Inde" en vous rendant sur le site internet - jaia-bharati.org (titre de l'article : "La négation des atrocités musulmanes en Inde") - et sur le site web de François GAUTIER ==>> francoisgautier.fr ]

---------------------- ***** ----------------------
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (20) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 12, 2014 8:04 PM CET


"O"
"O"
DVD ~ Mekhi Phifer
Proposé par laurius
Prix : EUR 18,80

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 De 1603 à 2003 ou d'Othello à Odin..., 4 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : "O" (DVD)
Il est ardu de transposer à notre époque une histoire dont les péripéties (ex : les duels) dépendent totalement du milieux socio-culturel dans lequel celles-ci se déroulent.
Une civilisation et une langue sont vecteurs d'un univers mental inhérent à ceux-ci, et cela est d'autant plus avéré sur l'époque où nous situons l'action.
Nos ancêtres raisonnaient-ils comme nous ? - Il ne fait aucun doute que non, chaque époque structure une "sensibilité type" en véhiculant son lot d'interdits ou de permissions fluctuants en fonction du référentiel moral dans lequel nous sommes immergés.
Ce qui était moralement admis ou non il y a 4 siècles selon certains standards moraux ponctuellement temporaux (et géographiques), est contemporainement rentré dans les moeurs ou est devenu proscrit par de nouveaux référents moraux.

Cela soulève une question : si l'on adapte dans notre époque une situation ou une tragédie, celle-ci demeure-t-elle crédible et naturelle vécue par nos contemporains ?
La force et la faiblesse de ce film ambitieux se situe dans les comportements et les réactions de personnages actuels réagissant entre-eux tels des individus d'il y a 4 siècles -
en émane des relations inter humaines qui ne paraissent pas toujours vraisemblables à l'écran, cédant l'impression que le drame est monté sur des rails sensés véhiculer les personnages au centre du drame shakespearien attendu.
Les manipulations de Hugo (Josh Hartnett) sont "efficaces" parce que les victimes sont "complices" de leurs propres pertes par des réactions contextuellement inadéquates [ il est éminament suspect qu'à l'heure de l'ère de la communication et de l'internet, les personnages ne communiquent pas plus librement entre-eux sur les potins de leur fac :-) ] -

Odin "O" (Mekhi Phifer) et Desi (Julia Stiles) remplacent Othello et Desdémone, chacun d'eux vont chuter dans tous les pièges élaborés par leur "ami" commun Hugo (semblant prévoir leurs réactions tel un télépathe ou un devin).
La mise en scène est soignée, certains rôles sont très bien calibrés comme Duke (Martin Sheen), qui est épatant- et campant un père élitiste obsédé par la compétition sportive et les titres honorifiques, et nourrissant involontairement la jalousie maladive de son fils en reportant son affection paternel envers Odin "O" (la future victime de son fils !).
Je rajouterai une mention pour son interprétation à John Heard incarnant Dean Bob Brable, le père de la malheureuse Desi (Julia Stiles).

Un film qu'il est relativement intéressant de visionner sans que celui-ci soit un chef-d'oeuvre du 7ème art...


AGIPA Rouleau film protège-livres Autocollant 330 mm x 1,5 m Mat
AGIPA Rouleau film protège-livres Autocollant 330 mm x 1,5 m Mat
Proposé par LEADER PAPETERIE
Prix : EUR 3,81

31 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La référence en matière de protection de livres !!!, 19 juillet 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Étant un grand amateur de livres - je possède une vaste bibliothèque - je couvre mes livres depuis plus de 15 ans avec différents protège-livres auto-collant...
Je connais donc assez bien les qualités et les défauts de ces produits.
En ce qui concerne cette marque que j'ai adoptée récemment, je puis vous affirmer qu'elle possède essentiellement de grandes qualités.

Le plastique étant très épais, sont application confère une magnifique tenue et une résistance accrue à la couverture de n'importent quels livres - ce qui n'est pas négligeable lorsqu'on recherche "la longévité" et la robustesse, de plus, cette épaisseur influe directement sur la pose du plastique puisque en cas d'erreur de pose, vous pouvez le réajuster, son décollement ne créant aucune distensions de matières disgracieuses.

Il semblerait, que le constructeur ait prévu un adhésif qui permette un essai d'application sans consolidation de l'adhérence - d'où l'extrême facilité d'application du produit et son résultat impeccable.

Pour information : cette qualité sortant à ce point de l'ordinaire, j'ai commandé 10 rouleaux en une seule commande, ce qui ne m'était jamais arrivé - c'est dire l'extrême qualité du produit !

MA CONCLUSION : La référence absolue en matière de protection de livres.
Un produit que tous les professionnels (ex bibliothécaires principalement) devaient adopter SANS hésitation...


Page : 1 | 2