Profil de johan floriot > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par johan floriot
Classement des meilleurs critiques: 1.147.612
Votes utiles : 359

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
johan floriot (marseille)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5
pixel
The End Complete
The End Complete
Prix : EUR 9,60

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 On continue!!!, 29 octobre 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : The End Complete (CD)
Le retour d'Allen West ne change pas grand-chose dans la maison. Obituary a trouvé la recette pour faire des morceaux qui décollent la cervelle et s'y tient. Cet album est très lourd, plus lourd que les précédent. Il peur même être parfois indigeste. En tout cas, Obituary prend sa véritable dimension sur scène et ils s'attachent justement à écrire des morceaux qui font complètement exploser la foule. Rien que pour ça, on peut dire merci Obituary, le groupe le plus lourd de tous les temps.


Cause Of Death - Remasterisé
Cause Of Death - Remasterisé
Prix : EUR 7,00

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Confirmation, 29 octobre 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cause Of Death - Remasterisé (CD)
Cet album est peut-être le meilleur du groupe car il est plus varié dans les tempos; on a droit assez souvent à des accélérations salvatrices qui décoiffent. De plus, James Murphy est meilleur soliste qu'Allen West et donne plus de relief à la section rythmique qui écrase tout sur son passage (mais comment font ces gars pour avoir un son aussi énorme?). Obituary semble être arrivé à maturité avec cet album qui est également une référence du metal.


Slowly We Rot - Remasterisé
Slowly We Rot - Remasterisé
Prix : EUR 14,08

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Premier chef d'oeuvre, 29 octobre 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Slowly We Rot - Remasterisé (CD)
S'il ne devait rester qu'un album d'obituary ce serait celui-là. Le groupe définit son style sur cet album: death metal ultra lourd, son énorme, ambiance lugubre et voix difficilement imaginable. Même si cet album semble naïf, si la production n'est pas parfaite et si les morceaux semblent parfois ne pas être tout à fait finis, Obituary définit son territoire et restera le maître incontesté du death metal.
Slowly We Rot ou la rencontre de Black Sabbath (pour la noirceur et la lourdeur) et de Venom (pour la fuerie).


God Hates Us All
God Hates Us All
Proposé par roundMediaUK
Prix : EUR 4,97

26 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Fabuleux Slayer!!!, 25 octobre 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : God Hates Us All (CD)
Slayer est sans doute le plus grand groupe de métal de tous les temps. God Hates Us All est un album incroyable. Chaque album de ce groupe est un classique et peu de groupes sont capables de maintenir une telle qualité musicale aussi longtemps. Comme à chaque nouvel album, l'attente fut longue. Comme toujours, l'industrie musicale était à la recherche de nouveaux groupes plus fades les uns que les autres alors qu'on nous les présente comme les nouveaux rois du métal. Mais les dieux du métal (car c'est bien leur nom) sont revenus et comme à chaque fois ils ont remis les choses à leur place. Slayer domine le monde du métal de la tête et des épaules. Ils font parti de ces rares groupes qui n'ont pas perdu leur intégrité durant leur longue carrière. Certains diront qu'ils n'évoluent pas, qu'ils ne savent pas où aller. Mais au contraire, je pense qu'ils savent très bien où ils vont. A chaque album, ils réinventent leur musique tout en restant fidèles à leurs racines. Je ne comprend pas les gens qui disent que leurs albums sont tous les mêmes; je pense qu'ils n'ont pas bien écouté. South Of Heaven est totalement différent de Reign In Blood dans l'approche musicale. Et les albums suivant marquaient à chaque fois une évolution.
Slayer a défini son style avec Show No Mercy en 1983 (thrash punk hyper rapide et brutal). Hell Awaits (1985) a marqué une évolution (album plus sombre avec des morceaux parfois plus "calmes"). En 1986, Slayer sort Reign In Blood, l'album le plus brutal de l'histoire du métal, un condensé de 29 minutes de brutalité extrêmes. Plus rien ne sera désormais comme avant, autant pour les autres groupes (Slayer a écrasé la concurrence, de nouveau styles vont apparaître comme le death metal et le black metal) que pour Slayer lui-même. Ils sont arrivés à une telle extrémité qu'il a fallu qu'ils réinventent leur musique pour ne pas éternellement se répéter. South Of Heaven (1988) a marqué un grand pas en avant. C'est un album plus mature mais on sent que Slayer ne maîtrise pas totalement sa nouvelle orientation. Ce sera chose faite avec Seasons In The Abyss en 1990: un chef d'oeuvre et pour une fois un son digne de Slayer. C'est avec cet album que j'ai découvert Slayer personnellement et je suis resté scotché à ce groupe. Il y a tout dans cet album (furie avec War Ensemble, Born Of Fire et Hallowed Point; lourdeur et mélodie avec Blood Red, Dead Skin Mask, Expendable Youth, Skeletons Of Society...); les musiciens maîtrisent totalement ce qu'ils font; les guitares font preuve d'une précision chirurgicale; la batterie est un véritable rouleau-compresseur et les paroles sont fabuleuses, en particulier Skeletons Of Society (meilleur texte de Slayer).
Après cet album et la tournée énorme qui suivit (on eu droit à un album live phénoménal) Dave Lombardo quitte Slayer. Il est remplacé par Paul Bostaph et Slayer n'y perd pas au change. Ce batteur est incroyable; c'est définitivement mon batteur préféré. Il a tout: brutalité, vitesse d'exécution, swing...Divine Intervention (1994) montre que Slayer a totalement assimilé son orientation musicale: c'est un mélange de Seasons pour la maîtrise technique et de Reign pour la furie, la brutalité (due en grande partie à l'apport de Bostaph) et la vitesse. Seul bémol, une production trop brouillonne, pas assez claire. Tout le monde s'attendait à ce que Slayer sorte un Black album comme Metallica (je ne crache pas sur Metallica qui est un groupe énorme mais qui s'est un peu perdu en route même si j'aime tout leurs albums) Vint ensuite l'album de reprises punks (Undisputed Attitude), une récréation où Slayer montre qu'il n'est pas près de céder aux sirènes commerciales. Cet album est suivi de diabolus In Musica en 1998. Cet album est beaucoup plus expérimental même si ça reste du Slayer pur... Et voilà le superbe God Hates All !!!


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5