Profil de Marmonier > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Marmonier
Classement des meilleurs critiques: 378.869
Votes utiles : 144

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Marmonier "David"
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1
pixel
Faut-il manger les animaux ?
Faut-il manger les animaux ?
par Jonathan Safran Foer
Edition : Broché
Prix : EUR 22,30

118 internautes sur 124 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Si c'est un animal, 14 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Faut-il manger les animaux ? (Broché)
Étant donné les conditions de l'élevage industriel, qui produit l'immense majorité des viandes que nous consommons (99% aux Etats-Unis), est-il moralement raisonnable de continuer à manger des animaux? L'enquête de Jonathan Safran Foer, qui mêle l'analyse au récit, montre le coût exorbitant, du point de vue moral et écologique, de la fabrication en masse de produits carnés bon marché. Le sort abominable réservé aux bêtes à viande élevées en série (poulets, dindes, cochons, saumons et, dans une moindre mesure, boeufs) y est relaté avec force détails et arguments. Végétarien ouvert, l'auteur est également parti à la rencontre d'éleveurs traditionnels, qui respectent leurs bêtes et s'efforcent de leur prodiguer, autant qu'il est possible, une bonne vie et une mort douce. Ce livre qui explore les coulisses du théâtre alimentaire a le mérite de faire remonter à la surface un des grands refoulés de notre civilisation, à savoir le rapport que nous avons, ou refusons d'avoir, avec les animaux que nous consommons. Savons-nous vraiment ce qu'il faut aux bêtes endurer pour se retrouver dans nos assiettes? Et aurions-nous encore envie d'en manger si nous le savions? Pourquoi l'ours polaire du zoo de Berlin soulève-t-il l'enthousiasme et la compassion générale, alors que le cochon d'élevage, à l'intelligence comparable sinon supérieure, souffre dans l'indifférence?La désanimalisation qui est le prix nécessaire à la consommation carnée de masse reste un impensé de nos sociétés, auquel le livre de J.S. Foer s'efforce de remédier.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (15) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 6, 2013 12:09 PM MEST


Longévité d'une imposture : Michel Foucault : Suivi de Foucaultphiles et foucaulâtres
Longévité d'une imposture : Michel Foucault : Suivi de Foucaultphiles et foucaulâtres
par Jean-Marc Mandosio
Edition : Broché
Prix : EUR 10,20

26 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Itinéraire d'un imposteur gâté, 23 avril 2010
La critique de Mandosio porte moins sur les faiblesses théoriques de Foucault que sur la posture foucaldienne : celle du rebelle institutionnel, critique infatigable de tous les dispositifs de pouvoir et néanmoins investi d'une chaire au Collège de France dès 1969. L'ouvrage a le mérite de montrer comment Foucault sut surfer sur les vagues contestataires successives pour incarner, sans cohérence aucune mais avec une belle longévité, la figure de l'intellectuel subversif, tour à tour maoïste(à Vincennes en 68), anti-totalitaire, droit de l'hommiste, promoteur des mouvements queer ou défenseur de la révolution islamique iranienne. "En bon écrivain postmoderne appliquant avec zèle les règles du marketing des idées, écrit Damasio, Foucault s'adapte constamment à la tendance du jour, mais son discours ne cesses jamais d'être réversible, si bien qu'il se réserve toujours la possibilité de s'en démarquer et de proclamer sa singularité".
Ne pas se tromper : ce petit livre ne prétend pas réfuter en bonne et due forme la "doctrine Foucault", mais il met clairement en évidence comment le flou des concepts peut servir à l'intellectuel de "boîte à outils" pour justifier tous ses revirements idéologiques.
Le second article de l'ouvrage, "Foucaultphiles et foucaulâtres", vise plus particulièrement la biographie intellectuelle consacrée à Foucault par Paul Veyne.


Page : 1