undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de pomme > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par pomme
Classement des meilleurs critiques: 2.368.566
Votes utiles : 127

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
pomme (Paris, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5
pixel
L'Etat islamique est une révolution
L'Etat islamique est une révolution
par Scott Atran
Edition : Broché
Prix : EUR 14,00

1 internaute sur 5 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 A compléter, 7 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Etat islamique est une révolution (Broché)
Oui l'état islamique (EI) est une révolution, avec destruction de l'ordre ancien des accords secrets Sykes-Picot et de la conférence du Caire de 1921, qui avaient créé aux bons vouloirs de la Grande Bretagne surtout, accessoirement de la France, à la suite de la chute de l'empire ottoman des états comme l'Irak et la Syrie, mais aussi la Jordanie, la Palestine, et Israël, et remodelé le sud de la Turquie. Alors pourquoi l'EI n'existe dans cette région qu'en Irak et en Syrie ? Cette évidence n'est pas discutée dans ce livre malheureusement. Comme le rappelle l'auteur une révolution, c'est d'abord des idéaux, le besoin d'une violence intrinsèque acceptée et glorifiée par ceux qui veulent les mettre en place. Inutile de leur opposer la raison.
Quelques rappels rapides de la révolution française des Jacobins et de Robespierre, de celle de 1848 en Europe, du nazisme ou du communisme, une distinction purement formelle entre le nihilisme (non défini) et la recherche du sublime ou des valeurs sacrés, la soif de gloire et de reconnaissance entre pairs par des marginaux déclassés dans leur pays d'origine comme dans le soi-disant califat, ne font pas une démonstration, surtout quand on évoque l'étude avec une équipe de questionnaires (on aurait aimé en savoir plus comme la nature des questions et des réponses) auprès de combattants (lesquels et combien) locaux ou de retour dans leur pays d'origine pour les étrangers.
Bref cela se lit facilement, mais rien n'est réellement argumenté ni discuté. Un livre, c'est plus que la simple transcription d'un discours ou la reprise d'une conférence, à fortiori quand on rajoute pour la moitié du livre des notes brutes de terrain d'une bataille locale juste pour meubler, comme c'est malheureusement le cas ici. Dommage.


Et si on arrêtait les conneries
Et si on arrêtait les conneries
par Hervé Algalarrondo
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

1.0 étoiles sur 5 Un livre se résumant à 2 phrases, 23 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Et si on arrêtait les conneries (Broché)
Pour Cohn-Bendit la France devrait revenir à des élections législatives à la proportionnelle au décours des élections présidentielles qui seules permettraient de représenter le pays réel et obligerait les politiciens à ne plus jouer sur les oppositions, mais les obligeraient au contraire à des compromis, comme c'est le cas en Allemagne. C'est la condition sine qua none pour faire accepter par la majorité ainsi représentée des réformes d'après lui. Et puis c'est tout.
Rien de plus n'est discuté dans ce pensum.
Bref surtout pour un livre, c'est quand même : "un peu court, et l'on pourrait dire bien des choses en somme" comme le soulignait Cyrano de Bergerac... il y a quelques temps.


Fukushima : Le poison coule toujours
Fukushima : Le poison coule toujours
par Francois-Xavier Ménage
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Le vrai titre est tsunami, 26 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fukushima : Le poison coule toujours (Broché)
Je croyais avoir acheté et pouvoir lire un livre sur le nucléaire et les conséquences d'un tsunami sur la centrale de Fukushima. C'est en fait un livre assez mauvais des tribulations sans intérêt d'un journaliste en goguette envoyé par une télé de m**** au Japon, y retournant 1 mois, 1 an et 3 ans après la catastrophe du 11 avril 2011. Sont ainsi décrits les conséquences d'un tsunami sur la vie des japonais au nord du Japon, et même dans la région de Fukushima. Le livre n'a aucun rapport avec son titre, et pratiquement rien ne concerne la centrale de Fukushima. Bref c'est simplement anecdotique, sans rapport avec le sujet du nucléaire. C'est nul, et emm***ant.


Comment Obama a perdu l'Amérique
Comment Obama a perdu l'Amérique
par Donald Morrison
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

5.0 étoiles sur 5 Remarquable, 20 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comment Obama a perdu l'Amérique (Broché)
Analyse d'une rare intelligence et lucidité sur l'état d'esprit des "américains" sur la politique menée à la Maison Blanche durant le 1er mandat de Barack Obama avec la montée d'une intolérance d'extrême droite... dont le grotesque, abject et sordide Donald Trump, après la dinde du Tea Party la Palin, est aujourd'hui 5 ans plus tard, l'exemple effroyable. L'auteur de ce livre, journaliste de profession, s'est trompé puisque Barak Obama a heureusement depuis été réélu, ce qu'il ne croyait pas à l'époque. On aimerait retrouver son analyse du pourquoi de son erreur, de l'évolution de la mentalité de ses concitoyens, et du bilan final des 2 mandats de Barack Obama.


Les cocus de la révolution: Voyage au cœur du printemps arabe
Les cocus de la révolution: Voyage au cœur du printemps arabe
Prix : EUR 9,99

2.0 étoiles sur 5 Trop superficiel, dommage, 12 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cocus de la révolution: Voyage au cœur du printemps arabe (Format Kindle)
Né en Tunisie, ayant vécu à Doha (Quatar), arabophone et arabophile, spécialiste universitaire du Maghreb et du Machrek, à occasion d'un voyage du Caire au Maroc et à Doha en passant par la Lybie, la Tunisie et l'Algérie, l'auteur revisite en 2012 l'ex révolution du Jasmin, qu'il préfère appeler de la figue de Barbarie, avec quelques piquants. Il interroge le long de son parcours quelques amis et connaissances sur le pourquoi et le comment du mouvement de révoltes dans ces pays. Il reste qu'il est difficile de croire comme il le rapporte que la révolution se résumerait seulement à des problèmes de quelques piquants, et de poils : être barbus chez les hommes, épilées voire même excisées chez les femmes. C'est amusant, mais un peu court. Et cela vire à l'obsession : cf Sexe et Charia par le même auteur. Même s'il est connu que les vrais révolutions ne s'accompagnent jamais de libération sexuelle mais au contraire d'un retour aux pratiques archaïques sous la pression des plus fanatisés. On attend quand même une analyse d'un peu moins de surface pour ne pas dire aussi superficielle. Dommage donc.


Mais non Madame Martin, c'est pas compliqué l'économie
Mais non Madame Martin, c'est pas compliqué l'économie
par Bruno Gaccio
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

13 internautes sur 40 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Le trou normand, 25 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mais non Madame Martin, c'est pas compliqué l'économie (Broché)
Monsieur Gaccio a sa résidence secondaire en Normandie. Il a même fait un "sot" (jeu de mots modèle Les débiles d'Anal Plus) à Londres. Il décrit péniblement, avec des phrases à rallonge et un style de concierge, les affres de l'existence de Madame Martin du Havre, une autre de Rouen, de Lisieux, de Rennes, de Honfleur, de Londres, et même d'ailleurs. C'est souligner l'immensité des voyages et des connaissances de Monsieur Gaccio. Chacune de ces Madame Martin a, d'après lui, quelque(s) chose(s) à cacher et surtout une raison de se venger de leur existence : qui un bec de lièvre, une autre une dent cassée, etc. D'après Monsieur Gaccio, il est normal que toutes n'aient donc pour seules obsessions, que la baise, la cocaïne, et surtout le fric. Les mêmes que Monsieur Gaccio, c'est une chance. On est assez loin de Flaubert. Mais Monsieur Gaccio est un gros malin lui, un grand intellectuel modèle Anal Plus, pas comme toutes les pétasses dont il invente l'existence. C'est un comique qui veut illustrer quelques leçons en économie, enfin de ce qu'il en sait ou plutôt croit en savoir. Un autodidacte. En plus lui il a réussi et a même une résidence secondaire en Normandie. Chaque page des inventions de Monsieur Gaccio dégouline de bêtises, de suffisance, et de mépris. Et pourtant c'est pas compliqué, comme l'économie.
Le plus étonnant est que ce livre, une pelure pour débiles profonds ait même trouver un éditeur.
Ps : et en plus on a la photo du dit gars, dès fois qu'on le croiserait en Normandie...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (9) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 29, 2015 8:57 AM CET


La vérité sur la dette grecque
La vérité sur la dette grecque
par CADTM
Edition : Broché
Prix : EUR 9,90

1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Pas sérieux et grossièrement mensonger, 18 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La vérité sur la dette grecque (Broché)
Il s'agirait d'un rapport d'une dite commission pour la vérité sur la dette grecque. Ce n'est pas très passionnant contrairement aux affirmations du 4ème de couverture tant le parti pris pour qualifier la dette grecque d'illégale, d'illégitime et d'odieuse est assénée dans une synthèse sous forme d'introduction en l'absence de la moindre preuve. Bref une conclusion d'entrée avant de commencer, c'est effectivement assez original comme présentation. Quelques pages plus loin, une figure 1-2 (page 38) résume les composantes de l'augmentation de la dette grecque de 1980 à 2005 avec un solde primaire très négatif (différence entre les dépenses publiques et les recettes budgétaires) de 1991 à 2004, avec pour conclusion la page suivante que la dette provient essentiellement de celle accumulée ... juste avant soit de 1980 à 1993. Tout le contraire de la figure. Qu'importe. Un nouvel agent économique est inventé pour les besoins de la cause appelé "l'effet boule de neige" qui serait positif "quand le taux d'intérêt apparent servi sur la dette publique est plus élevé que le taux de croissance nominal du PIB" (à vos souhaits), et qui serait le principal facteur des malheurs des finances de la Grèce. Quelques pages plus loin (page 42) on peut lire que les déficits primaires sont principalement dûs à la faiblesse de la collecte des recettes publiques (sic)... et que le montant des impayés est estimé à 29,4 Mds € fin 2009 (page 43) et 88 M € (page 44), soit de toute façon 10 points de différence en moins par rapport à ceux de la zone Euro, et que le manque à gagner dû à l'insuffisance des cotisations sociales représenterait 75 Mds sur la période 1995-2009, mais que la majorité des contribuables (77,5 % en 2009)... est dans l'ensemble de bons payeurs (resic). Bref que tout va très bien.... hormis ce manque de sérieux.
Page 66, il est simplement scandaleux de lire : "qu'au cours de la période dite de sauvetage de la Grèce (2012-2014), la dette publique enregistra sa plus forte progression et devint incontrôlable, en passant de 299,69 Mds E (soit 129,7 % du PIB) à 311,94 Mds E (soit 177,1 % du PIB), quant les chiffres respectifs disponibles partout sont : 329,5 Mds E (148,3 % du PIB) en 2010, et 318,7 Mds E (175.1 % du PIB) en 2013, soit moins et non plus, et sans mentionner que l'augmentation du pourcentage par rapport au PIB ne résulte... que de la diminution de celui-ci.
Et le reste est à l'avenant : soit totalement illisible car inondé d'affirmations non fondées avec de vagues références extraites de leur contexte, soit grossièrement mensonger, ou de slogans de politiciens pour par exemple ne cesser de disqualifier les créanciers qui ne respecteraient pas la liberté des grecs de continuer à faire n'importe quoi, à dire n'importe quoi, et à écrire n'importe quoi (comme dans ce livre), droit imprescriptible pour les descendants des inventeurs de la démocratie.


Hôpital : Vers une réforme réussie
Hôpital : Vers une réforme réussie
par Edouard Hatton
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

2.0 étoiles sur 5 Un rapport des rapports sur l'hôpital, et une vision d'hier ou d'avant-hier, 5 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hôpital : Vers une réforme réussie (Broché)
"Un normalien, deux polytechniciens, trois propositions fortes" comme l'annonce Guy Vallancien de l'Institut Mutualiste Montsouris dans sa préface. A l'image de l'ancienne réclame : "un foie, deux reins, trois raisons de boire Contrexeville ".
Donc un rapport de plus colligeant les très nombreux rapports sur l'hôpital en France. Car ce n'est ni le nombre de rapports souvent remarquables en particulier ceux de la Cour des Comptes sur l'hôpital ou la Santé qui manquent, ni les organismes ou agences du ministère de la Santé redondants qui ont été multipliés jusqu'à l'absurde constituant un millefeuille administratif totalement inutile, sans pouvoir de décision, et simplement dépensier.
Après avoir donc réaffirmé que la Santé en France est de bonne qualité, mais à un coût à l'hôpital par comparaison avec d'autres pays comme l'Allemagne (écart de 10 points) sans justification, le manque d'efficience du système hospitalier français est de nouveau rappelé. Car le problème n'est pas un problème de cotisations, pourtant sans cesse stigmatisé par la presse ou les syndicats d'employeurs comme d'employés, mais de dépenses. En clair d'efficience de la dépense.
Quelques outils d'analyse tant quantitatifs et plus récemment enfin qualitatifs ont enfin été mis en place, et sont répertoriés. C'est le minimum pour permettre une gestion des hôpitaux. Sauf que les habitudes sont bien difficiles à changer, que le millefeuille administratif et la dichotomie entre les agences du ministère de la Santé et la Sécurité Sociale n'arrangent rien, chacun ayant ses propres données et ses statistiques qu'il garde soigneusement par devers lui, sous prétexte de confidentialité des données.
Sont aussi rappelées les constatations habituelles (comme la sous utilisation des blocs opératoires dans les hôpitaux publics, le danger des services hospitaliers avec peu de malades, une certaine surconsommation des médicaments, etc), ce que ne cesse de répéter le préfacier Guy Vallancien... avec peu de résultats, et depuis tellement d'années.
Il est dommage que ne soient pas discutés l''état de la consommation des examens complémentaires au lieu de celui ressassé des médicaments, le retard gigantesque d'informatisation de la médecine en France et notamment du dossier médical, de l'information et aussi de la formation des médecins comme des patients, de l'explosion des connaissances en biologie,et donc en médecine, etc.
Il est par ailleurs difficile de lire, pour citer un exemple (Chapitre 11 sous le titre : Le numérique à l'hôpital) qu': "Un état des lieux réalisé par le Sénat en 2005, actualisé et confirmé notamment par la Cour des Comptes en 2007"... pour un livre publié en 2014, et pour un sujet que tout le monde sait en complète évolution et aussi "que la France se situe dans la moyenne des pays européens en terme d'informatisation du secteur de la santé", sauf à croire à une blague de grossiers imbéciles ou ignorants.
Au total peu de ce qui en train de se passer dans la pratique médicale y compris et avec retard à l''hôpital aujourd'hui (ce qui a été compris dans de nombreux pays autres que la France) avec par exemple la problématique du séquençage des génomes pour beaucoup, le rôle des patients et de leurs associations, etc, n'est observé, analysé, discuté. Il manque de même une description et une analyse sérieuse et détaillée des différentes phases d'un acte médical d'aujourd'hui, de ce qu'il nécessite, et de sa transformation prévisible dans un avenir proche, ce qui à l'évidence nécessitent une ouverture d'esprit et quelques compétences autres que celles "d'un normalien, (de) deux polytechniciens... " dans un bureau à lire et à résumer des rapports... anciens.
Bref un pavé de plus, juste pour caler une table. Ainsi va la santé en France.


Santé l'urgence numérique
Santé l'urgence numérique
par ROBIN JEAN YVES
Edition : Broché
Prix : EUR 21,50

1.0 étoiles sur 5 Charabia, truismes et autres rigolades, mais avant tout incompétence absolue, 28 septembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Santé l'urgence numérique (Broché)
Constater pour la "santé, l'urgence numérique" est déjà une évidence et un très vaste programme. Encore plus de la présenter, de l'analyser, de la discuter, de la comparer avec ce qui a été fait ailleurs. Il n'y a rien de tout cela dans ce pensum qui mélange tout, ne décrit rien, enfonce les portes grandes ouvertes, et collectionne les truismes les plus invraisemblables du niveau : "l'hôpital est une organisation complexe en elle même" (p 121), ou qu'une dénommée Bachelot de sinistre mémoire vu son extraordinaire incompétence aurait perdu dans "l'aventure de la grippe H1N1... la bataille de la communication" (p 12)... et les français eux au passage 1,3 milliards d'Euro. Chaque page est farci de ce type de perles et d'imbécilités. Sans bibliographie mais avec quelques vagues références en bas de page, il est impossible d'écrire plus mal en mélangeant tout et n'importe quoi, en ne décrivant rien, et en plus pour ajouter au passage ses petits intérêts commerciaux de plagiste. Inutile de constater l'état catastrophique du dossier médical informatisé (DPM) et autres plaisanteries. Vouloir en plus "faire de la France un leader de l'e-santé" comme proposé relève de la simple blague de l'auteur de cette sinistre et grotesque rigolade. Pour ne pas envisager une énième pantalonnade à la Bachelot.


Se programmer pour guérir - La Delta-médecine : de nouvelles réponses pratiques face au cancer
Se programmer pour guérir - La Delta-médecine : de nouvelles réponses pratiques face au cancer
par Dr Yann Rougier
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Maintenant on rase gratis, 22 août 2015
... car c'est vous qui le faites. Si vous avez un cancer, c'est de votre faute. Donc c'est à vous de réparer les dégâts. La compassion n'est plus ce qu'elle était. Maintenant c'est un commerce. Il suffit de lire les bêtises de ce garçon-coiffeur pour au moins savoir un certain nombre de choses qu'il ne faut pas faire. Le gars n'y connaît rien, mais est un des successeurs des Mathé, Schwatzenberg, Bernard, les " grands cancérologues français " (sic) et autres nuisibles des années 90.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 16, 2016 4:23 AM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5