Profil de steelguitar > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par steelguitar
Classement des meilleurs critiques: 51.697
Votes utiles : 135

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
steelguitar (Auvergne)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Shades
Shades
Prix : EUR 6,99

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Superbe album... un classique JJ Calien... groovy, bluesy, jazzy, et décontracté..., 30 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shades (CD)
Attention, chef d'oeuvre!
Tous les morceaux ont du groove, sont finement ciselés à tous les niveaux (son, mélodie, harmonie)
Ce disque est d'une profonde unité de son et d'ambiance, malgré le fait qu'il ait été enregistré dans près de huit studios différents!
La plupart des musiciens de JJ Cale changent d'albums en albums, mais sont toujours de parfaits accompagnateurs, c'est à dire, en quelque sorte co-constructeurs de la musique de JJ Cale... On peut noter l'inamovible Christine Lakeland à la guitare rythmique et l'excellent batteur Jim Keltner, souvent présent sur les albums du troubadour laid-back du country-blues-rock.

Cet album a, sur quelques morceaux, une sonorité très jazz : pulsation jazz à la batterie, arabesques de piano, basse pratiquant le classique "walking-bass"... et la guitare très blues de JJ Cale : ( Pack My Jack, Runaround).

Le plaisir des musiciens à jouer sur cet album est véritablement palpable sur certains morceaux : sur Mama Don't, ils "s'éclatent" véritablement lorsqu'ils prennent chacun leur tour un solo (guitare, piano, guitare, ...).
Le solo de saxophone de Dennis Solee sur la ballade Cloudy Day est proprement stupéfiant, et semble être enregistré en une seule prise tellement il y a de puissance émotive exprimée dans ce solo. L'ombre de Charlie Parker plane et rôde non loin...

Un classique de JJ Cale, tout simplement..


Alchemy
Alchemy
DVD ~ Dire Straits

7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un live classique... super son, image d'époque améliorée et un excellent documentaire en bonus, 17 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alchemy (DVD)
Pour ma part, je suis très satisfait de cet album d'Alchemy en DVD : musique superbe, son de qualité, et un excellent documentaire réalisé par la BBC tiré de la série de documentaires Arena, d'une durée de 58 minutes (1980), en plus de deux chansons en live datant respectivement de 1978 et 1980.

Je n'ai pas de lecteur Blu-Ray... je commente donc ici la version DVD.
Les précédents commentaires ont évoqué une qualité médiocre d'image.
Hum, tout est relatif. Je n'avais jamais visionné ce live en vidéo, et c'est pas pire que bien des concerts que j'ai en DVD.

Seul regret, il manque en vidéo Love Over Gold : où est-il passé? Peut-être n'y avait il plus de place disponible avec les bonus, en tout cas, c'est dommage, j'aurais aimé disposer de l'intégralité du concert.

L'achat de ce DVD vaut le coup pour 3 raisons :
- le concert en vidéo (même si la qualité de la vidéo est moyenne, le son est bien)
- en bonus : le double album live original en CD...
- en bonus :
* l'excellent documentaire BBC Arena, avec les titres live en vidéo intégraux de : Down To the Waterline, Once Upon A Time In The West, Solid Rock, Where Do You Think You're Going?, Les Boys, Sultans Of Swing.
A noter, une merveilleuse version de Where do you thing tou're going, la meilleure version live à mon sens, et un Once upon a time qui change beaucoup de la version Alchemy...
* 2 morceaux live en video : la version de Sultans Of Swing (1978) et Tunnel Of Love (1980) en live au Old Grey Whistle Test.

Finalement, ce qui compte, n'est-ce pas le son et la musique de Mark Knopfler?
Or, elle est là, exceptionnelle, et ça déménage, même 17 ans après la parution de ce live!!!


Troubadour
Troubadour
Prix : EUR 9,99

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un véritable "classique" : Le troubadour du country-blues-rock nous livre des chansons parfaitement et finement ciselées, 26 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Troubadour (CD)
Sur ce quatrième album de JJ Cale paru en 1976, les compositions de JJ Cale atteignent un niveau rarement égalé par d'autres songwriters : ce sont de véritables perles musicales.
la qualité de son de l'album est beaucoup plus travaillée que sur les précédents albums (bravo les ingénieurs du son).
L'album est à absolument posséder pour faire la connaissance de JJ Cale, de sa musique, et de son jeu de guitare dépouillé, décontracté mais tellement subtil : superbe de bout en bout. Il n'y a vraiment aucun titre à jeter.
Les ambiances musicales sont très variées : ballades (Hey Babe), blues (You got me on so bad), chanson rock au riff qui tue (Cocaïne) et repris brillamment par Eric Clapton au point que beaucoup de personnes croient encore qu'il en est le compositeur, chansons à l'ambiance jazzy (Super Blue).
Les musiciens accompagnateurs de JJ Cale sont parfaits et les arrangements sont impeccables.
Enfin, côté son, même les sonorités les plus typées "années 1970", notamment sur la guitare, ont très bien vieillies (ce qui n'est pas toujours le cas).

Je ne peux m'empêcher de ressortir ici mon topo sur JJ Cale et son style "laid back" qui le caractérise si bien : un phrasé décontracté et presque traînant, une voix marmonnée presque nonchalante, un jeu de guitare dépouillé et fluide, sans esbroufe, une pulsation tranquille mais qui swingue quel que soit le tempo, des chansons à la structure faussement simple, diablement bien construites et harmonisées malgré une première impression d'écoute "facile".

Cet album est un classique du genre, et l'un des meilleurs de la discographie de JJ Cale, pourtant bien fournie en excellents albums.


Really
Really
Prix : EUR 7,00

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album réussi, au style "laid back" et qui plonge dans les racines country et blues, 26 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Really (CD)
Really est un deuxième album de JJ Cale (1972) avec une sonorité très "roots" (Changes, Ridin' Home) sur certains morceaux, et très country sur d'autres (If You're Ever In Oklahoma, Soulin', Louisiana Women). D'ailleurs, une partie de l'album a été enregistré à Nashville avec les musiciens de studio du coin (donc excellents, et capables d'enregistrer un morceau qu'ils n'ont jamais joué auparavant en une ou deux prises).
Il y a à la fois des tempo rapides (If You're Ever In Oklahoma) ou lents (Everything Will Be Alright), une variété de sonorités (Lies), puisqu'on y retrouve les cuivres caractéristiques des musiciens des célèbres studios Muscle Shoals, en Alabama.

J'aime particulièrement deux morceaux : "Ridin' Home", minimaliste et dépuoillé (guitare, piano, basse, harmonica), superbe, avec la mémorable intervention de l'harmonica de Charlie McCoy et "Right Down Here" qui présente toutes les caractéristiques des chansons et du style "laid back" qui colle si bien à la musique de JJ Cale : rythme et pulsation très groovy, guitare élégante et décontractée, paroles marmonnées, et musiciens accompagnateurs parfaits (orgue et solo d'orgue, percussions notamment).
A noter, une reprise du véritable classique du blues écrite par Muddy Waters (Mo Jo) dans une interprétation intéressante et très décontractée, malgré le tempo plutôt rapide.

En résumé (sur cet album comme sur d'autres d'ailleurs) : du blues, de la country, un mélange personnel de toutes ces musiques populaires américaines par JJ Cale avec le rock, un phrasé décontracté et presque traînant, une voix marmonnée presque nonchalante, un jeu de guitare dépouillé et fluide, sans esbroufe, une pulsation tranquille mais qui swingue quel que soit le tempo, des chansons à la structure faussement simple, diablement bien construites et harmonisées malgré une première impression d'écoute "facile".
A posséder et écouter, en complément d'autres albums du grand J. J. Cale.


Farewell Angelina
Farewell Angelina
Prix : EUR 10,00

19 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent album. Voix sublime, reprises de Dylan, de traditionnels et autres, 23 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Farewell Angelina (CD)
C'est un bien bel album que Joan Baez publie en 1965.

Deux guitares acoustiques, guitare électrique (discrète et subtile), mandoline, et basse, sont les instruments entendus tout au long de ces ballades folk : ils constituent un écrin efficace tout autant que discret, permettant à la voix de Joan Baez de se poser.
La sublime voix de soprano, claire et au vibrato intense, fait des merveilles sur l'ensemble des chansons de l'album.
Il est composé de reprises : deux traditionnels (The River in the Pines, The Wild Moutain Thyme) de reprises de Woodie Guthrie (Ranger's Command), Donovan (Colours), Jack Rhodes (Satisfied mind), Pete Seeger (Sagt Mir Wo Die Blumen Sind) et de Léo Ferré (Pauvre Rutebœuf)...
Bob Dylan, est, bien évidemment, chanté par Joan Baez, dans quatre chansons parmi les plus belles de l'album.
Ma chanson préférée est la pure merveille "A Hard Rain's a-Gonna Fall" : longue de 7 minutes, chanson sous forme de dialogue poétique au ton presque biblique, entre un père et un fils qui raconte les horreurs et beautés qu'il a pu rencontrer dans ses voyages de par le monde : la mélodie associée au chant de Baez suscite en moi des émotions puissantes.
Ce qui est très fort, c'est que Farewell Angelina, Daddy, You Been on My Mind, It's All Over Now Baby Blue, A Hard Rain's a-Gonna Fall sont, à la base, de véritables chefs d'oeuvre de composition musicale et des chansons-poèmes. Et pourtant, Joan Baez s'est véritablement appropriée ces magnifiques mélodies, et la voix ainsi que l'intensité émotionnelle du chant de Joan Baez semblent encore pouvoir transcender ces joyaux.

A écouter et réécouter.


Sultans Of Swing
Sultans Of Swing

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Remarquable live du Dire Straits première époque, 8 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sultans Of Swing (CD)
Le contenu musical de ce CD live est exceptionnel, même si le son est ... celui d'un bootleg. D'ailleurs, peu importe, côté qualité du son, ca reste finalement mieux que n'importe quel enregistrement en mp3!!!
Ce live est fantastique et est un témoin formidable de la formation des années 77-79 à la suite du deuxième album Communiqué (tout aussi génial que le premier, rappelons le). Par comparaison, le "Live at the BBC" reflète un live représentatif du premier album seulement de Dire Straits et a deux fois moins de titres que celui-ci tout en me semble moins interessant. Quant à la comparaison avec l'autre album live "Alchemy", elle n'a pas vraiment de sens : la formation du groupe sera alors largement changée et les morceaux repris d'une façon totalement différente.
Formation du Dire Straits originel avec Mark Knopfler en Maître de la Fender Stratocaster accompagné par l'honnête guitariste rythmique David Knopfler, le bassiste John Illsley et l'éternel meilleur batteur de Dire Straits, Pick Withers.
Solos du Sieur Knopfler en majesté, sur les compositions devenues des classiques du groupe : "where do you think you're going", "lions", six blade knife", "news", "once upon a time in the west", "single handed sailor"... et bien sûr, "sultans of swing" repris deux fois, car Knopfler était "décu" de sa première performance (sans qu'on ne perçoive trop ce qui n'allait pas dans la première version: les deux versions du solo sont légèrement différentes et pourtant aussi bien l'une que l'autre!).

Côté audiophilie, c'est un "bon" bootleg... mais musicalement, c'est de l'excellent Dire Straits, du jeune Mark Knopfler lumineux, et pour les fans de guitare, c'est de la Fender Stratocaster jouée aux doigts par l'un des meilleurs Maître en la matière!!!


Sultans Of Swing
Sultans Of Swing
DVD ~ Dire Straits
Prix : EUR 18,83

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Remarquable Live du Dire Straits originel : musique et document vidéo d'exception., 4 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sultans Of Swing (DVD)
Ce live est exceptionnel : c'est vraiment de l'excellent Dire Straits dans sa formation originelle.

Dans un précédent commentaire d'un amazonaute, il est dit que ce live serait un bootleg illégal... et alors?
Ce qui compte, c'est le contenu musical, exceptionnel, même si le son est ... celui d'un bootleg. D'ailleurs, peu importe, côté qualité du son, ca reste finalement mieux que n'importe quel enregistrement en mp3!!! Et n'oublions pas l'intérêt remarquable de ces images d'époque!

Côté vidéo, c'est un dvd vidéo du concert au Rockpalast en Allemagne datant de 1979.
Que l'on me comprenne bien lorsque j'affirme que c'est un document vidéo d'exception : il est un témoignage précieux, en images, de cette période musicale du groupe Dire Straits, et qui était inexistant jusqu'à présent en vidéo.
Alors, certes, les couleurs sont parfois crues, parfois légèrement floues, mais est-ce l'essentiel? Il a le mérite d'exister.
On y voit tous les membres du groupe jouer, et surtout, il y a des plans (et plans serrés) de Knopfler et de sa guitare : tantôt sur ses magiques doigts de la main droite jouant en finger picking, mais aussi de sa main gauche sur le manche de la désormais célèbre Fender Stratocaster rouge "red hot" de Knopfler... Bien pratique pour le guitariste qui essaye de comprendre la technique de Knopfler et de lui piquer quelques "plans" sympathiques!

Côté musique : Ce live est fantastique. Il est un témoin formidable de la formation des années 77-79 à la suite du deuxième album Communiqué (tout aussi génial que le premier, rappelons le).
Par comparaison, le "Live at the BBC" reflète un live représentatif du premier album seulement de Dire Straits et a deux fois moins de titres que celui-ci, tout en me semblant musicalement moins intéressant (mais ça n'est que mon avis).
Quant à la comparaison avec l'autre album live "Alchemy", elle n'a véritablement aucun sens : tout est différent , la formation voit l'adjonction de claviers, de saxophone, le batteur et le guitariste rythmique ont changés, et les morceaux sont repris d'une façon totalement différente et dans des versions bien plus longues.

Formation du Dire Straits originel, donc, avec Mark Knopfler en Maître de la Fender Stratocaster accompagné par son frère, l'honnête guitariste rythmique David Knopfler, le bassiste John Illsley et l'éternel meilleur batteur de Dire Straits, Pick Withers.

Solos du Sieur Knopfler en majesté, sur les compositions devenues des classiques du groupe : "Where Do You Think You're Going?", "Lions", Six Blade Knife", "News", "Once Upon A Time In The West", "Single handed sailor"... et bien sûr, "Sultans Of Swing" repris deux fois, car Knopfler était "décu" de sa première performance (sans qu'on ne perçoive trop ce qui n'allait pas dans la première version: les deux versions du solo sont légèrement différentes et pourtant aussi bien l'une que l'autre!).

Côté audiophilie, c'est un "bon" bootleg...
mais musicalement, c'est de l'excellent Dire Straits, du tout jeune Mark Knopfler lumineux, formidable.
Pour les fans de guitare, c'est de la Fender Stratocaster jouée aux doigts par l'un des meilleurs Maître en la matière!!!

A ne pas manquer!


One Take Radio Sessions
One Take Radio Sessions
Prix : EUR 10,31

21 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent : des sessions d'enregistrement de Knopfler en une seule prise, 19 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : One Take Radio Sessions (CD)
L'ensemble fait une quarantaine de minutes.
Un très bon album, période Shangri-La 2004, pour les fans de Knopfler, Dire Straits évidemment, mais aussi pour les amateurs de bonne chansons, de musique "tranquille", dans le genre blues rock.
One take radio sessions est un album enregistré en live de Knopfler dans les studios Shangri-La de Malibu, en Californie : d'où le nom de "one take" sessions, autrement dit de sessions d'enregistrement en une seule prise.
Tous les titres sont présents sur l'album studio Shangri-La (2004), à l'exception de "Rudiger" tiré de Golden Heart (1996), premier album solo de Knopfler.
Il y a une véritable unité de sons, de sonorités au long de cet album live.
L'équipe de musiciens est restreinte puisqu'il y a 5 musiciens accompagnant Knopfler, les quatre-cinquièmes déjà présents dans l'album solo Shangri-La.
Tous les titres enregistrés dans ces conditions "live" en studio sont très réussis, parfois même supérieurs à leur version studio comme dans le cas de "Rudiger", "The trawlerman's song", "Back to tupelo", "Stand up guy".

Présentation des titres :

- "The Trawlerman's Song" :
Morceau que j'apprécie particulièrement : composition un peu différente des compositions "habituelles" de Knopfler, structure harmonique intéressante avec "marche harmonique" (motif composé de mouvement d'accords, et répétés sur d'autres accords à partir d'autres notes).
Guitare électrique semi saturée aux sonorités sombres.
Très belle mélodie.
- "Back to Tupelo" : Autre superbe morceau de cet album live, dont les paroles évoquent le souvenir d'Elvis Presley.
Belle partie de guitare, voix tranquille et plutot douce de Knopfler sur ce titre.
- "Song for Sonny Liston"
Long blues, joué en trio : guitare basse batterie. Configuration basique donc, mais bougrement efficace.
De longues paroles racontant l'histoire du boxer Sonny Liston.
Rythmique jouée par Knopfler en finger picking sur Gibson et ampli au son saturé.
Le riff de guitare est (relativement) simple, mais efficace. Le "relativement" est entre parenthèses, car en fait, la réalisation du riff n'est vraiment pas facile à réaliser, encore moins si l'on essaye de jouer le riff tout en chantant les paroles, comme le fait Knopfler.
- "Rüdiger"
Unique chanson du premier album solo de Knopfler en 1996. Introduction élégante au piano, avec des harmonies que je qualifierais de debussiennes (Claude Debussy, 1862-1918).
Une version magnifique de cette chanson. Le solo est différent de la version album, et très inspirée couplée à ce magnifique son de guitare saturée de Gibson Les Paul que j'adore.
- "Boom, Like That"
Version moins intéressante à mon gout que la version studio, à cause quelques sons de claviers "synthés" qui jouent une partie de guitare électrique sur le "pont" entre couplet et refrain
- "Everybody Pays"
Belle chanson.
Début de chanson où le chant de Knopfler se cherche un peu au niveau de la justesse, mais qui rentre rapidement dans la tonalité du morceau.
- "Donegan's Gone"
Knopfler encore une fois à la slide guitare après plus de trente ans : le précédent était "water of love" (1977) ... très réussie.
Peut-être trop de reverb sur la guitare slide, mais je chipote.
- "Stand Up Guy"
Belle version, aux accents de country intimistes.

Personnel de l'album :
Mark Knopfler ' guitar, vocals
Richard Bennet ' guitar
Jim Cox and Matt Rollings ' keyboards
Chad Cromwell ' drums
Glenn Worf ' bass


Dire Straits
Dire Straits
Prix : EUR 6,99

12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le paradis du songwriting blues-rock et de la guitare électrique jouée aux doigts, 12 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dire Straits (CD)
Ce disque est d'une perfection inégalée de bout en bout.
Rythmique et mise en place parfaites.
9 chansons, dont le fameux "sultans of swing" et son solo devenu légendaire, mais aussi "water of love" avec sa guitare jouée en "slide" avec un bottleneck, et "six blade knife", modèle de chanson épurée à la JJ Cale. D'autres chansons moins connues méritent elles aussi le détour, notamment "lions" (au niveau guitaristique, cette chanson est typique du style knopflerien avec ses effets de "violoning" en gommant l'attaque du son avec une pédale de volume).
Cet album est le point de départ fulgurant d'un songwriting profondément riche, d'inspiration dylannienne pour la voix et JJ calienne pour la décontraction et le "laid-back", mais qui reste au final personnel. Knopfler a d'ailleurs amplement démontré par la suite sa capacité à composer de véritables pépites musicales, originales, tout au long de sa carrière).
Le style de guitare, reconnaissable entre mille, est proprement lumineux et virtuose : limpidité des phrasés, mélodie parfaite des soli, rythmique complexe pleine de contretemps et syncopée.
Pour l'amateur de guitare, cet album est le véritable paradis de la guitare électrique (Fender Stratocaster) jouée aux doigts en finger-picking; Chet Atkins était le roi du finger picking country, Knopfler adoubé par Atkins lui-même, est définitivement l'empereur du finger-picking rock et blues-rock.

Il est à noter que le remaster est sympa : côté qualité du son, je ne vois pas trop de différences avec la version laser non remasterisée, par contre, il est bien sympathique de disposer de quelques secondes de plus de "fade out" (parfois une petite dizaine de secondes) sur chaque morceau... on découvre un solo fantômatique qui continue au delà de ce que l'on connaissait...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 19, 2011 1:44 PM MEST


Communiqué
Communiqué
Prix : EUR 9,98

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album tout aussi génial que le premier. Un classique du rock tout simplement., 4 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Communiqué (CD)
C'est le deuxième album de Knopfler avec son groupe Dire Straits : c'est un vrai "classique" de la musique rock;
Chacune des chansons est une pur joyau musical : il y a bien sûr les titres les plus connus comme "once upon a time in the west", mais toutes les autres chansons possèdent des qualités intrinsèques qui en font de petits chefs d'oeuvre.
Les ambiances musicales sont variées, les tempi aussi, et en même temps les compositions de Knopfler sont issues d'une synthèse réussie d'influences rock, de country, de folk, de blues, mais à la sauce Knopfler, ce qui confère une unité stylistique aux compositions de cet album.

Le personnel du Dire Straits original et de la première époque comprend le frère de Mark, David Knopfler, le très efficace bassiste John Illsley et le formidable batteur Pick Withers, avec son jeu tout en finesse.
La rythmique (basse / guitare / batterie) est carrée tout en étant élégante, les mélodies sont originales et superbes, et le jeu de guitare de Mark Knopfler est étincelant, brillant, flamboyant de bout en bout. Chaque solo est un modèle à la fois aux niveaux mélodique ("horizontalement"), harmonique ("verticalement") et rythmique. Toutes les particularités et les ressources du jeu à la guitare (et plus spécifiquement du jeu aux doigts à la main droite en "finger picking") sont mobilisées de façon magistrale par Knopfler : les jeunes et moins jeunes qui pratiquent la guitare ont tout à gagner d'une écoute attentive de cet album au niveau du jeu guitaristique!!!
Le son de Knopfler à cette époque est clair comme le cristal (merci les Fender Stratocaster), jouant à la fois sur les attaques des notes propres à la Strato mais aussi sur le sustain, interminable. Les effets de "violonning" gommant l'attaque du son grâce à une pédale de volume sont des modèles du genres, imitant à merveille les sons sortant d'une pedal steel guitar propre à la country music.

Les réécoutes successives ne lassent pas (ou peu), mieux, on (re)découvre des subtilités qui étaient auparavant inouîes, ce qui est le signe indéniable d'un disque que l'on peut qualifier d' "incontournable" (en empruntant le terme utilisé par le philosophe Heidegger, à propos d'un sujet qui n'a rien à voir avec Dire Straits, je vous rassure).

Communiqué est donc un album rock à posséder absolument!


Page : 1 | 2