Profil de Loucy > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Loucy
Classement des meilleurs critiques: 15.282
Votes utiles : 68

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Loucy (Palaiseau, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Plus jamais sans elle
Plus jamais sans elle
par Mikaël Ollivier
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un livre palpitant, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plus jamais sans elle (Broché)
Dans Plus jamais sans elle, Mikaël Ollivier nous entraîne dans un livre palpitant. Si tout commence plutôt sagement, un héros, très propre sur lui, qui vient d’avoir son bac et ne sait pas quoi faire de sa vie, cela change rapidement. En effet, Alan demande comme cadeau pour ses 18 ans, d’en savoir plus sur sa mère, cette femme qu’il n’a jamais connue et dont il n’a jamais rien demandé. Son père lui donne alors une adresse, à Londres. Et c’est parti direction l’Angleterre, sans savoir si elle habite toujours à cet endroit, si elle sera là … Notre héros part donc à l’aventure pour tomber sur une femme atypique. Un caractère étonnant, un métier sans nom, qu’on soupçonne plus ou moins assez vite, et surtout un rythme de vie très original. Et voici Alan rendu dans une vie totalement différente. Lui qui s’ennuyait presque dans la vie de tous les jours, lui qui était plutôt effacé découvre une nouvelle part de lui. Si cette aventure lui permet de découvrir sa mère, d’en apprendre davantage sur ce qu’elle est, elle lui offre également la possibilité de mieux cerner son père, presque de découvrir un homme différent.

J’ai aimé le personnage d’Alan, qui est réfléchi mais sans être trop adulte, on voit des réactions encore jeunes, il n’hésite pas à montrer qu’il a besoin d’aide, qu’il est un peu perdu à certains moments. Ellen, sa mère, est une femme particulière, étonnante, et au final assez attachante. Elle a choisi une vie originale et vu sa personnalité, on peut le comprendre. Le personnage qui m’a le plus marquée est cependant le père, que l’on trouve presque transparent au début pour mieux le découvrir et l’apprécier au fur et à mesure des pages. Une fois de plus, la mère est absente des romans de Mikaël Ollivier, enfin elle est celle qui part, cela nous permet de développer le lien mère / fils, souvent oublié dans les romans.

Le roman est écrit à deux voix, celle d’Ellen et celle d’Alan, ce qui nous permet de voir les évènements selon leurs connaissances, leurs secrets mais aussi leurs ressentis. Cela nous permet à la fois de gagner en tension, mais aussi de remarquer l’évolution dans leur relation. Un livre qui nous entraîne, qui nous fait le lire d’une traite.

Le style de Mikaël Ollivier est toujours addictif, on tourne les pages sans y penser, et on se retrouve à la dernière page surpris. Un bon roman à découvrir.


Nos étoiles contraires
Nos étoiles contraires
par John Green
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

5.0 étoiles sur 5 A lire sans tarder, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nos étoiles contraires (Broché)
Je voulais lire Nos étoiles contraires depuis avant sa sortie … J’avais repéré l’annonce du livre, et je patientais … Patientais … Patientais … Je l’ai commandé pour mon boulot et à peine arrivé et catalogué, il était dans mon sac ! Ca tombait bien, le lendemain j’allais à une formation à l’autre bout de la région et j’avais donc pas mal de transport … Nos étoiles contraires dans mon sac, me voici en route pour la prépa !

J’ouvre avide et rouvre les yeux étonnés à mon premier arrêt … Complètement absorbée, je n’ai pas vu passer les 40 premières minutes de trajet. Emue, entre les larmes et les rires selon les moments, j’ai été totalement captivée par cette histoire.

John Green réussit à traiter d’un thème pas facile : le cancer, en le rendant encore moins facile : des enfants, ados malades, et à ne pas écrire un livre mélodramatique ! On y trouve beaucoup d’humour, Hazel n’est pas politiquement correct quand elle parle du cancer et ça dédramatise beaucoup ! Quand elle dit à son ami que c’est de sa faute s’il lui arrive un évènement négatif, parce qu’il n’avait qu’à pas avoir un cancer, on n’aurait pas imaginé dire ça à un malade, ce n’est pas « politiquement correct », et c’est justement génial de lire ça.

Hazel est touchante, attachante, drôle, j’ai beaucoup aimé l’accompagner pendant ces pages, et j’ai été triste de la quitter en fermant le livre. Elle a des passions fortes, de la volonté à revendre, elle est impressionnante. Augustus est beau, intelligent, drôle, il a tout pour lui, et pourtant on apprend à découvrir qu’il est encore « plus », il est encore moins politiquement correct qu’Hazel, ce qui nous donne un duo génial.

Nos étoiles contraires n’est pas un livre qui nous déprime totalement à la fin, bien sûr on a des larmes, on a des passages tristes, mais on a aussi beaucoup d’humour, beaucoup d’émotions positives, on ressort du livre sans être anéanti, l’histoire nous reste, on y resonge pendant quelques temps … Un livre totalement bouleversant à découvrir sans plus attendre … Je l’avais emprunté, mais je vais me l’acheter car il doit absolument faire partie de ma bibliothèque …

Un gros coup de cœur.


La singulière tristesse du gâteau au citron
La singulière tristesse du gâteau au citron
par Aimee Bender
Edition : Broché
Prix : EUR 22,50

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un titre trop vendeur, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La singulière tristesse du gâteau au citron (Broché)
Le titre de ce roman m’a beaucoup attirée, d’autant plus que j’en entendais de très bonnes critiques (j’avais écrit « trop », lapsus ?). C’est donc avec un a priori très positif que je commençai ma lecture … Lecture que j’ai finie il y a presque un mois déjà … Je mets donc du temps à écrire cette critique !

Pour commencer, j’ai beaucoup aimé Rose, une petite fille très humaine, attachante, vive qui nous fait part de réflexions assez intéressantes, qui voit la vie avec justesse. Elle est très posée, capable d’assumer des informations qui ne sont pas forcément de son âge. J’ai été moins enthousiaste pour le reste de la famille, le frère (Joseph) m’a dérangée et les parents m’ont semblés inintéressants. J’ai par contre beaucoup aimé le meilleur ami du frère, George, qui est une personne très positive, qui s’intéresse aux autres, alors que Joseph est renfermé, n’aime pas les gens, bref un duo totalement différent.

On suit leurs vies sur une quinzaine d’années, au début Rose est une petite fille de huit ans, un peu paumée en découvrant ce « don » qui lui permet de ressentir les émotions des gens en mangeant la nourriture qu’ils ont préparée. Au fur et à mesure, grâce à des expériences, grâce au temps, à la maturité etc, elle apprend à mieux apprivoiser ce « pouvoir », belle métaphore pour montrer qu’elle arrive à mieux se connaître, à mieux se trouver.

Différents thèmes sont abordés au cours de ce livre, tout d’abord évidemment la nourriture, les goûts sont décrits de façon très profonde, on a l’impression de goûter en même temps que Rose, de ressentir ce qu’elle ressent, et surtout on comprend le malaise qu’elle peut éprouver ! Avec Joseph et la mère, on aborde les relations mère / fils, un lien assez difficile relie ces deux personnages. Joseph est considéré comme la huitième merveille du monde, il ne peut être que parfait, il est son tout, cette relation m’a parfois mis mal à l’aise, surtout vis-à-vis de Rose. On parle également du thème du génie, car Joseph est considéré comme un génie, malheureusement pour lui trop introverti pour faire réellement passer ses connaissances.

Pour finir, c’est un bon roman, qui est intéressant à découvrir, cela dit avec les critiques dithyrambiques entendues, je m’attendais un petit peu à mieux. Je n’ai pas été spécialement captivée par les « super pouvoirs » familiaux, par contre j’ai bien aimé les métaphores qu’ils symbolisaient.

Le style d’Aimee Bender est agréable, on passe un bon moment à lire ses phrases, son histoire. Tout s’enchaîne de façon fluide, on a quelques rebondissements, de l’amour, de l’amitié, du bon esprit en somme.


Le Fils de Manhattan, vol 1
Le Fils de Manhattan, vol 1
par Bruno GAREL
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

5.0 étoiles sur 5 Un coup de coeur inattendu, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Fils de Manhattan, vol 1 (Broché)
J’ai reçu Le Fils de Manhattan grâce à une masse critique de Babelio, je tiens donc avant tout à remercier Babelio et les éditions Belfond pour leur confiance.

Quand j’ai reçu le mail me proposant ce livre, je dois avouer que je n’en avais pas entendu parler, le résumé me tentait bien. Et je n’ai pas été déçue, je partais sans aucun à priori, n’ayant lu aucune critique. Ce fut un vrai « page turner », je l’ai commencé dans la soirée, et l’ai reposé une fois fini quelques heures plus tard.

Nous découvrons donc Cham Wickware, publicitaire pour une compagnie aérienne, New-Yorkais, au début on comprend qu’il est obsédé par les aigles, du moins par un aigle. Nous sommes le 21 décembre 2012, date bien connue vu à quel point nous en avons parlé récemment, mais ce n’est pas que la fin du monde, c’est aussi l’anniversaire de Cham. Mais c’est une fête plutôt gâchée, puisqu’il perd son travail, est possédé par un esprit indien et doit rendre visite à ses parents qui nous apparaissent vraiment particulier. L’antiquaire qui aspire à un grand destin pour son fils et la mère, psychologue, qui semble assez timbrée elle-même.

Dans ce livre, nous découvrons le chamanisme, thème que je ne connaissais pas et que je n’avais pas encore croisé dans les livres. J’ai trouvé très intéressant la façon de l’évoquer et ce qu’on en découvre. Ca fait du bien en plus de changer un peu de thématique et de trouver un livre très original comme ça.

L’écriture de Bruno Garel est très fluide, on lit les mots, on enchaîne les pages sans s’en rendre compte. En quelques heures j’avais fini le livre sans m’en apercevoir. Les personnages sont attachants, Cham et Marie sont mignons, on a envie de les protéger, Tom est drôle, la mère complètement folle nous atterre un peu. Lorsqu’on finit le tome, on ne tombe pas sur l’éternel cliffhanger, ce que je trouve agréable. Nous ne sommes donc pas obligés de lire le tome 2 ou de râler parce qu’il faudra attendre, il n’y a pas de suspense particulier, bien sûr il reste des choses à découvrir, mais le livre pourrait finir ainsi.

Bref, ce fut une très bonne lecture, très agréable, originale.


A toi pour l'éternité: roman - traduit de l'allemand (Autriche) par Anne-Sophie Anglaret
A toi pour l'éternité: roman - traduit de l'allemand (Autriche) par Anne-Sophie Anglaret
par Daniel Glattauer
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un bon roman, 12 juillet 2013
J’attendais avec impatience le nouveau roman de Daniel Glattauer qui m’avait totalement séduite avec Quand souffle le vent du nord (un peu moins avec sa suite). J’avais aperçu le titre, aperçu la couverture qui ne me disait pas grand-chose et me voici donc avec le livre en main.

On commence avec une rencontre entre Judith et Hannes, dans un supermarché, il lui marche sur le pied, s’excuse, rien de très original, une banale rencontre. Puis, Hannes revient dans la vie de Judith, il se dit fou d’elle, l’encense, l’adore, est à ses pieds. Je ne pouvais m’empêcher d’imaginer un petit chien aux pieds de sa maîtresse en lisant cette partie, avant que le rythme ne change.

Ils sortent donc ensemble et on suit les réflexions de Judith et on trouve Hannes bizarre. Mais peut-on réellement imaginer qui il est. J’avoue avoir eu une petite idée (qui s’est avérée assez juste) mais qui ne m’a pas gênée dans ma lecture. Je reste un peu étonnée de ce roman, qui m’a captivée, Judith m’a plu, j’ai aimé ce qu’elle racontait généralement. J’ai beaucoup aimé également retrouvé le style de Daniel Glattauer qui sait décidément nous emporter dans son monde et surtout qui sait créer des personnages attachants mais contrasté (ni trop négatif ni trop positif).

Le roman est découpé en « phase », relatant l’évolution de la relation du couple, ça m’a fait sourire car effectivement on peut voir les relations sentimentales sous cette forme et leur évolution est intéressante, la narration est très bien découpée.

Bref, c’est un roman qui m’a mise mal à l’aise, mais que j’ai beaucoup aimé lire. Petit bémol, je trouve que la fin n’est pas assez aboutie, il manque quelques pages d’explications, j’ai trouvé que le rythme se cassait un peu et qu’il aurait dû poursuivre sur les conséquences de son dénouement, au moins un petit plus.


Struck
Struck
par Chris Colfer
Edition : Broché
Prix : EUR 15,95

4.0 étoiles sur 5 Un beau pari, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Struck (Broché)
Je voulais découvrir Struck depuis plusieurs mois déjà, j’avais découvert que Chris Colfer écrivait un livre et ça me rendait curieuse : quel type de livre pouvait-il écrire ? Pari risqué … Et Livraddict proposa un partenariat ! Merci à Livraddict et à Michel Laffont pour m’avoir choisie et permis de lire Struck.

Pour commencer, j’ai beaucoup aimé l’humour dans le livre, le personnage est « too much », il va au bout de ses défauts, au point d’être caricatural, comme les personnages secondaires cela dit. Cela donne un humour assez incisif, beaucoup de sarcasme, d’ironie, un bon point pour le livre. On suit donc Carson Philips, un jeune marginal de son lycée, qui vit dans une ville paumée, qui a pour rêve de devenir Rédac chef. Il remplit donc son dossier pour être accepté dans la fac de ses rêves, et pour avoir des points plus positifs encore, il décide de créer un magazine littéraire … Mais il ne peut pas le faire seul … il doit donc convaincre certains camarades de lycée de le suivre dans cette aventure. Mais détesté de son lycée, il n’arrive pas à les persuader, d’autant que la plupart des jeunes nous sont décrits comme stupides.

L’histoire est plutôt clichée, on sait ce qui va se passer, les personnages sont caricaturaux, on anticipe les pages suivantes … Et pourtant, on se laisse emmener dans le récit, on rit grâce à cet humour très second degré. Le côté désabusé de Carson est ce qui ressort le plus avec son esprit cynique, il ne peut s’empêcher de faire des remarques qui nous font sourire.

Ce n’est donc pas le prochain prix de littérature, mais à quoi bon ? On passe un bon moment et c’est le principal. Le livre m’a surtout donné envie de voir le film en fait. Je pense que l’histoire doit être intéressante visuellement, surtout pour voir certaines situations cocasses. Une écriture scénarisée qui nous permet d’imaginer les scènes … A voir à l’occasion du coup !


pour un jour avec toi
pour un jour avec toi
par Gayle Forman
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un voyage très émouvant, addictif, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : pour un jour avec toi (Broché)
Un nouveau roman de Gayle Forman … J’étais aux aguets ! Et l’Opération masse critique de Babelio l’avait mis dans les livres potentiels ! Evidemment coché, et bonne surprise obtenu ! Merci donc à Babelio et aux éditions Kero pour l’envoi rapide du livre et pour leur confiance.

Je me suis donc plongée dans Pour un jour avec toi, et dans les pensées d’Allyson, au point d’en perdre la notion du temps. J’avais envie d’aller dans les différents quartiers de Paris, d’aller à Boston, d’aller dans tous les lieux cités … Une histoire toute simple qui arrive à nous émouvoir complètement. Comme toujours avec les romans de Gayle Forman, les personnages sont forts en émotion, on s’accroche à eux, Allyson m’a conquise, Dee m’a fait mourir de rire, Willem m’a séduite … J’attends avec une grande hâte de découvrir la version de Willem à la rentrée 2013 !

Un petit bijou d’émotions, on plonge avec délice dans cette histoire d’amour, mais pas que. Allyson aborde également les soucis de l’adolescence et de la fac avec des parents exigeants, la difficile orientation, se laisser contrôler, choisir son avenir … Les amitiés qui peuvent se détruire en grandissant … Plein de thèmes que l’on retrouve fréquemment dans les récits de young adult et loin d’être une redite, on accroche sans difficulté et on en redemande.

Allyson obtient donc un voyage de fin d’études avant de commencer la fac en prémédecine. Elle part en voyage organisé en Europe avec son amie Melanie. Juste avant leur retour, alors qu’elles sont sur le point de voir Hamlet au théâtre, elles rencontrent un jeune homme qui leur propose de voir une version inédite d’une autre pièce de Shakespeare. Allyson tombe sous le charme de ce bel inconnu, un certain Willem. Par une suite d’ « accidents », ils se retrouvent et il propose de l’emmener à Paris. Commence alors une folle journée parisienne.

On découvre alors une autre facette d’Allyson, qui jusqu’à maintenant semblait plutôt être une jeune fille sage, rangée, elle devient alors Loulou. Jeune femme séductrice, fonceuse, qui ne perd pas de temps en hésitation. Elle est fascinante et se rend compte que cette personnalité a toujours fait partie d’elle. On découvre également Willem, mais nous n’en savons pas plus qu’Allyson , c’est-à-dire pas grand-chose, si ce n’est : « Vingt ans. 1,90 mètre. 75 kilos la dernière fois que j’ai vérifié. (Il pointe le doigt vers une cicatrice qui court en zigzag sur son pied :) Ça. (Puis il plante ses yeux dans les miens pour me dire). Négatif. »

Un fil rouge en plus de l’histoire d’amour est le théâtre de Shakespeare, vous retrouverez des titres qui vous parleront et vous aurez envie de les relire, d’analyser la vision de Dee sur certains personnages.

Gayle Forman réussit donc à nouveau à merveille son pari. Nous sommes complètement à sa merci, à patienter avec impatience le tome de Willem. Un gros coup de cœur.


Insaisissable T02 Ne m'échappe pas
Insaisissable T02 Ne m'échappe pas
par Tahereh Mafi
Edition : Broché
Prix : EUR 16,95

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bon deuxième tome, toujours sans coup de coeur, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Insaisissable T02 Ne m'échappe pas (Broché)
J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire cependant, peut-être parce que ça faisait longtemps que j’avais quitté le premier tome. Finalement, une fois le rythme retrouvé, j’ai pu redécouvrir avec plaisir les personnages, avoir une autre vision d’eux et surtout j’ai trouvé le roman plus rythmé que le tome précédent.

Kenji m’a fait sourire, m’a touchée, je l’ai trouvé émouvant dans sa façon d’être, moins agaçant qu’avant. On retrouve Juliette qui reste toujours très naïve, mais qui nous accompagne au cours de cette aventure, et qui se bouge un peu plus, qui pense un peu moins à son malheur et ouvre les yeux sur le monde dans lequel elle vit. J’ai aimé voir une autre facette de Warner, le voir sous un autre angle grâce à l’arrivée de son père, tout comme j’ai apprécié mieux connaître l’organisation du Point Omega et son chef Castle.

Pour le tome 3, j’espère découvrir une Juliette plus mature, moins égoïste, plus honnête. J’espère également un début plus rapide à se mettre en place. J’aime beaucoup cela dit l’écriture de Tahereh Mafi qui nous projette dans ce monde affreux, j’aime les jeux de typo avec les mots barrés. Ce n’est donc pas un coup de cœur pour ce tome 2 mais je lirai le troisième tome !

Autre détail : le travail soigné du livre, la couverture est sublime comme d'habitude !


Au bout du rêve
Au bout du rêve
par Sarah DESSEN
Edition : Broché
Prix : EUR 17,50

5.0 étoiles sur 5 Avec Sarah Dessen, on n'est jamais déçu ..!, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Au bout du rêve (Broché)
Je retrouve Sarah Dessen comme à chacune de ses sorties littéraires depuis quelques années maintenant, et elle arrive toujours à m’émouvoir tout autant … Mon côté fleur bleue ? Dans Au bout du rêve, nous suivons Catlin, jeune fille qui vivait dans l’ombre de sa sœur, Cass, qui vient de s’enfuir. Elle doit donc désormais composer avec l’absence laissée et compense pour sa mère. Elle devient ainsi Cheerleader, sans que cela la passionne réellement, rencontre un mec dont elle tombe folle amoureuse et vit sa vie …. Evidemment, si tout cela était aussi simple, cela ne serait pas du Sarah Dessen !

Dans ce roman, elle aborde comme toujours les maux des adolescents et nous voyons la violence conjugale, la drogue, la difficulté de faire ses propres choix, à quel point cela est facile de s’oublier. Le thème de la violence m’a particulièrement touchée, c’est très bien décrit, la vision de la victime est forte, on sent bien toute la culpabilité, toute la honte mais aussi tout l’amour qu’il y a. Une situation qui met mal à l’aise et pourtant qui est très courante à l’heure actuelle où nombre de femmes (et d’hommes) sont violentés au quotidien.

Les personnages sont très attachants, j’ai beaucoup aimé Catlin, j’ai compatis avec Cass et son besoin de fuir, j’ai apprécié Corinna … Rina me faisait globalement sourire, même si elle est assez caricaturale dans son genre.

Bref, je trouve que c’est un très bon livre pour parler de la violence conjugale auprès des jeunes, que ça permet de faire passer un message, de montrer qu’être la victime est difficile, que ce n’est pas facile de parler des violences, et de montrer les différentes émotions. Le thème de la difficile orientation est plus courant, on en parle davantage, cette difficulté à choisir ce que l’on souhaite réellement et pas se conformer aux attentes que nos proches peuvent avoir pour nous. Là, c’est abordé sous le point de vue des deux sœurs, avec des attentes différentes, on l’entrevoit également avec la vie de Corinna.

Voilà un bon roman young adult, et je dois avouer être toujours autant conquise par Sarah Dessen !


Velvet
Velvet
par Mary Hooper
Edition : Broché
Prix : EUR 17,50

4.0 étoiles sur 5 Un bon roman de Mary Hooper même si moins bon que Waterloo Necropolis, 21 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Velvet (Broché)
J’avais un petit peur de lire Velvet, même si on m’avait assurée qu’il était pas mal, car j’ai commencé Mary Hooper avec son meilleur roman – je trouve – Waterloo Necropolis. Les autres lus s’étaient avérés décevants il faut l’avouer … Pour Velvet, même s’il n’atteint toujours pas le niveau de Waterloo Necropolis, j’ai trouvé qu’il était vraiment pas mal.

On se retrouve donc dans l’univers des blanchisseuses puis des médiums. Nous sommes dans le Londres du début du XXe siècle, on découvre la vie quotidienne des « petites gens », tout en apercevant la vie des grands du monde. On croise des personnes renommées comme Sir Arthur Conan Doyle. A un instant, on fait également un clin d’œil à Houdini, bref ça nous fait souvent sourire de voir ces personnes connues apparaître ou juste être citées.

J’ai trouvé que l’intrigue était bien menée, même si on devine assez vite les rebondissements qui auront lieu un peu plus tard dans le livre, ce n’est pas gênant malgré tout. Le livre est très fluide, on le lit facilement d’une traite. Les personnages sont attachants et même si parfois Velvet m’a agacée, je l’ai dans l’ensemble trouvée plutôt mignonne. Malgré tout, j’aurai aimé en savoir plus sur certains comme Lizzie ou Charlie. Je trouve qu’on les effleure juste sans vraiment apprendre à les connaître, même Velvet nous reste un peu superficielle.

On retrouve également ce que j’apprécie chez Mary Hooper, elle est capable de nous faire voyager dans le temps, on est plongé totalement dans le début des années 1900 à Londres, on imagine parfaitement les lieux, les rues, les innovations qui apparaissent petit à petit. Le téléphone par exemple est décrit et elle nous montre bien que c’est une nouveauté presque perturbante.

La narration est principalement du point de vue de Velvet, mais des chapitres nous montrent les entretiens privés de la médium avec ses clients. Ces chapitres sont importants car ils nous permettent de nous faire un avis sur Madame, et d’en savoir plus que Velvet sur certains points, puisqu’elle-même n’est jamais présente à ces moments-là.

Bref, un bon roman de Mary Hooper à découvrir, une belle nouveauté des éditions des Grandes Personnes, comme d’habitude je dirai.


Page : 1 | 2 | 3 | 4