undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Robert Mando > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Robert Mando
Classement des meilleurs critiques: 43.956
Votes utiles : 55

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Robert Mando (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Old Yellow Moon
Old Yellow Moon
Prix : EUR 6,99

3.0 étoiles sur 5 ...pour la touche du B3 Hammond (...), 22 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Old Yellow Moon (CD)
Découvert presque par hasard quelques années plus tard ... presque une bonne surprise pour 2 protagonistes "stars in USA" à priori un peu érodés mais qui livrent là une partition complice et touchante. Une musique de "vieux", diront les générations d'aujourd'hui ! Oui mais c'est justement dans "les vieux pots que l'on fait la meilleure..." Démonstration :
- le son tout d'abord. Pour avoir laissé trainer mes oreilles un peu partout, je me suis toujours demandé pourquoi les ricains étaient les seuls à maitriser un son aussi précis, percutant et efficacement roots.
- Emmylou Harris a bien sûr déjà sorti quelques perles mais le côté lancinant de sa voix, à la limite du tempo m'agace parfois. Souvent, les clichés Country s'exportent mal... Là, son association avec la voix rocailleuse de Rodney Crowell évite justement cet écueil et recadre l'affaire. L'équilibre global et le spectre vocal sont vraiment intéressants (sans doute la complicité des années , puisque Rodney Crowell fut membre du Hot Band d'Emmylou...)
- la touche délicate de Bill Payne (champion) de l'orgue B3 Hammond sur "Back when we where beautiful" (un titre repris à Matraca Berg), est une perle à elle seule !
ça ressemble finallement à des retrouvailles entre vieux amis.... dans le "pot de la bonne soupe" un peu comme le raconte la chanson :
Back when we were beautiful, beautiful, yes... Et bien, le mieux, c'est de continuer comme ça !


Neewer Pro (Version Pro de Neewer Produit) Caméra Vidéo Cage en Aluminium Kit avec (1)Vidéo Cage (1)Poignée en Haut (2)15mm Barres pour Canon 5D Mark II / 5D Mark III / 700D 650D 600D 550D 500D 450D; Nikon D7000 D5200 D5100 D5000 D3300 D3200 D3100 D3000; Pentax K7 K5 K3; Sony A850 A700 A550 A450 A77; Olympus E-P3 E-P5 E-PL3 et Autres Appareils Photos Reflex Professionals avec Sabot Universel avec 1/4" Filetage
Neewer Pro (Version Pro de Neewer Produit) Caméra Vidéo Cage en Aluminium Kit avec (1)Vidéo Cage (1)Poignée en Haut (2)15mm Barres pour Canon 5D Mark II / 5D Mark III / 700D 650D 600D 550D 500D 450D; Nikon D7000 D5200 D5100 D5000 D3300 D3200 D3100 D3000; Pentax K7 K5 K3; Sony A850 A700 A550 A450 A77; Olympus E-P3 E-P5 E-PL3 et Autres Appareils Photos Reflex Professionals avec Sabot Universel avec 1/4" Filetage
Prix : EUR 59,85

4.0 étoiles sur 5 Outil sérieux, 16 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Un brin réservé au moment du choix, car la mode GoPro a laissé venir beaucoup ''d'accessoires-jouets'' qui embrouillent le marché.
Celui-ci n'est pas le cas. Utilisé avec un GH2, c'est parfait pour réaliser des plans vidéo confortables. Produit de bonne facture et à priori très ergonomique.
Facile à monter et bien équilibré. Donc aucun regret et avec la surprise d'une livraison plus tôt que prévue. Un sans faute...


Bluenote Cafe
Bluenote Cafe
Prix : EUR 20,99

5 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Twilight for ever, 2 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bluenote Cafe (CD)
Comme tout le monde le sait, Neil Young n’apprécie guère le format mp3. En 2014, the Loner a réussi à lever près de 6 millions de $ pour lancer Pono, son lecteur haute définition grâce au Crowdfunding (Quickstarter). Sans doute pas assez pour rivaliser avec les grandes marques comme Apple… Pour Neil Young, faire de l’argent n’est pas son objectif mais plutôt celui de laisser le choix aux gens : le mp3 ou la haute définition… qui a aussi un prix (399 $ pièce). Ceux qui ont lu le bouquin du Loner savent aussi que sa passion pour retaper les Buicks ou autres voitures des années 50 lui coûte un bras. Alors, difficile de ne pas penser que Neil Young a peut-être besoin d’argent par les temps qui courent. Et si le coup des archives que l’on sort à tout bout de champ n’était qu’une… Oui mais voilà, il y a Twilight et d’autres titres qui vous restent dans la tête, longtemps après avoir écouté le double CD. La plupart des morceaux sont longs, hors normes… avec des batteurs qui cognent (dont Ralph Molina), Frank Sampedro qui laisse rugir l’Hammond B3 derrière la guitare rageuse du Loner et les cuivres qui claquent à la Blues Brothers... Ça swingue comme jamais, c’est le foutoir une fois de plus, c’est à prendre ou à laisser comme d’habitude. Pourtant, on y revient toujours comme le thème dans Twilight… Enregistré à la fin des années 80, quand Neil Young ne cherchait pas encore désespérément sa Muse comme aujourd’hui, l’occasion est forcément bonne pour s’en mettre plein la tête… comme Twilight. C’est tout dire !


Dual DTJ 301.1 USB (Import Allemagne)
Dual DTJ 301.1 USB (Import Allemagne)
Prix : EUR 218,02

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Good feeling..., 30 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dual DTJ 301.1 USB (Import Allemagne) (Appareils électroniques)
L'impression de départ était la bonne. Au déballage, le matériel s'avère de bonne facture et rassure d'emblée. Après l'étape d'assemblage des pièces comme chez Ikea, l'objet a fière allure. Rien à voir avec l'Audio Technica observée en live chez un détaillant, pourtant plus chère et qui paraissait beaucoup plus cheap... Les premières heures d'écoute sont un régal. En résumé, un produit sérieux que les audiophiles qui avaient conservé, sans aucune hésitation, leur collection de vinyls ne regretteront certainement pas. Enjoy !


Storytelling - Réenchantez votre communication
Storytelling - Réenchantez votre communication
par Sébastien Durand
Edition : Broché
Prix : EUR 22,40

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Best practices !, 5 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Storytelling - Réenchantez votre communication (Broché)
«La créativité consiste juste à connecter les choses. Quand vous demandez aux personnes créatives comment ils font quelque chose, ils se sentent un peu coupables parce qu’en réalité ils ne l’ont pas vraiment fait. Ils ont juste vu quelque chose qui leur semblait évident après un certain temps». Ce sont les propos de Steve Jobs. Moi, cela me fait penser à 2 notions évoquées dans ce bouquin : la "sérendipité" et "la colligation". Le phénomène du hasard heureux et l'art de savoir relier des choses auxquelles on n'a pas pensé. Elémentaire mon cher Watson ! Oui, mais c'est beaucoup mieux en l'expliquant... Après, les plus assidus se nourriront des 7 typologies narratives (très instructives) tout en avalant les nombreux études de cas. Vous verrez, ce livre est destiné à trainer sur le coin de votre bureau parce que vous allez le consulter à plusieurs reprises. Bref, un ouvrage bien utile pour mettre en pratique la citation de Georges Eastman le créateur de Kodak : "on se caractérise par ce que nous sommes, pas par ce que nous faisons"


Glad Rag Doll
Glad Rag Doll
Prix : EUR 6,99

4.0 étoiles sur 5 Grooving à souhait !, 1 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Glad Rag Doll (CD)
Et bien moi, je le trouve vraiment de très bon goût ce dernier CD d'Elvis Costello !... heu pardon... de Diana Krall. C'est du pur, T.Bone Burnett à 100% ! heuh pardon... du pur Diana Krall comme on l'aime... Et faudrait pas cracher sur les sidemen de haute volée, piliers de la scène newyorkaise ou de Nashville (Marc Ribot, Dennis Crouch...) sans oublier Howard Coward...heu pardon... Elvis Costello (ukulele), qui apportent chacun à leur niveau, talent et sonorité bien à eux. Bon même, si on se perd un peu dans la paternalité de cet opus, force est de constater que le résultat en vaut la chandelle. Curieusement, une fois glissé dans le lecteur, le CD s'y installe pour un sacré bout de temps !


CSNY 1974 - Coffret 3 CD + DVD + Livret 188 pages
CSNY 1974 - Coffret 3 CD + DVD + Livret 188 pages
Proposé par Fulfillment Express
Prix : EUR 56,11

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le marathon des égos : « On l’a fait : je suis fier de nous » !, 26 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : CSNY 1974 - Coffret 3 CD + DVD + Livret 188 pages (CD)
Plutôt une bonne surprise quand la sortie du coffret fut annoncée dans la presse. La fameuse tournée 1974, tout le monde en avait entendu parlé et des bootlegs circulaient… mais le coffret, on ne savait pas bien à quoi s’attendre.

A l’époque, la tournée avait été un sacré défi : celui de jouer dans des stades de football ! Personne ne l’avait encore fait et pour tenter le coup, Stills et Young sont venus chercher le producteur Bill Graham, l’ancien propriétaire du Fillmore de NYC. En peu de temps, plus de 30 dates furent bloquées dont la plupart en plein air, dans de gigantesques stades. Il faut dire qu’à cette époque CSN&Y, bénéficiait d’une forte demande, poussée par la presse qui attendait leur come-back comme des morts de faim, après une longue interruption ponctuée de divers succès en solo.
Entre Juillet et septembre 1974, un staff technique de plus de 80 personnes va être mobilisé pour gérer au mieux l’affaire, incluant les conditions difficiles imposées par des lieux inappropriés. Au final, la tournée déplacera plus de 11 Millions de gens en un seul été, pour un bénéfice record de 12 Millions de dollars.
Pour les musiciens, on raconte que le marathon fut des plus éprouvants, avec beaucoup de pression, d’autant que la motivation de se produire devant des foules aussi importantes n’était pas partagée par tout le monde... « On l’a fait, je suis fier de nous » dira Stephen Stills après le dernier concert.
Au total, une dizaine de shows majeurs ont été enregistrés sur 16 pistes en prévision d’un prochain album live. A l’issue de la tournée, l’écoute des bandes par les protagonistes (en particulier le concert de Wembley) sera si décevante, que le projet fut aussitôt abandonné.

40 ans après, l’opiniâtreté de Graham Nash (assisté de Joël Bernstein) pendant 4 à 5 ans d’efforts et avec tous les progrès technologiques de l’intervalle, on obtient un coffret de haute tenue…
Pour bien des raisons, les 3 CD représentant les 3 sets qui constituaient l’architecture des concerts apportent de bonnes surprises et feront probablement date.
- d’abord pour la charge d’émotion que l’ensemble dégage. C’est une évidence : CSN&Y avait plaisir de jouer ensemble et cela s’entend (50 000 personnes qui écoutent en silence, 4 types minuscules chanter à capella au fond d'un stade…c’est quelque chose !)
- ensuite pour les titres inédits ou que l’on n’a jamais entendu dans cette formation et l’inspiration collective de CSN&Y dans leur interprétation.
- ensuite pour la qualité du son : 40 ans, ils ont bien fait d’attendre car sans la maitrise actuelle du numérique, le résultat n’aurait probablement pas été à ce niveau.
- enfin et encore pour l’alchimie incroyable du groupe. Je ne sais pas comment cela peut s’expliquer mais il faut avouer que le mélange des genres, l’osmose qui se dégage de la tessiture des 4 voix, ça tient de la magie… même avec les petits décalages inévitables de tuning dus aux conditions scéniques de la tournée.

Bien sûr, avec le recul et pour la majorité des jeunes générations, cela n’a probablement pas beaucoup de sens. Mais quand même, retrouver le son de la D45 de Crosby sur Guinevère, procure largement et sinon plus d’émotion que le meilleur des australiens Angus et Julia Stone !


Croz
Croz
Prix : EUR 9,84

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tout le contraire d'un produit jetable..., 3 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
Parler de David Crosby à l'époque de Daftpunk, est complètement paradoxal ! Pour nos 2 français, il aura fallu les casques et les costumes pour attirer l'attention de la maison Virgin. Pour David Crosby, c'est peut-être son foutu caractère qui aura marqué les esprits depuis ses premières bêtises californiennes à l'adolescence. Le 17 juillet 2013, dans le théâtre romain de Fourvière, quand CSN entra en scène je pensais encore que David Crosby restait le plus diletante des 3. L'enfant terrible qui a brulé sa vie et gâché son talent. Celui qui met les mains dans les poches et chante les yeux fermés quand les 2 autres sont au four et au moulin. Oui mais voilà, ce jour-là, DC crève l'écran et sa présence est indiscutable. Il impose par sa carrure, il brille par son charisme, son humour et sa voix domine l'espace sonore...sans que l'on s'en rende compte vraiment. L'instant rare ? les 3 à capella, à la nuit tombée, avec la voix profonde de Crosby qui donne le frisson en faisant vibrer les vieilles pierres du théâtre antique...
Bob Dylan parle de Crosby comme fin mélodiste. Cet album ne le contredira pas ! Je ne sais pas si on doit parler de nostalgie. Il faut juste prendre le temps de l'écouter, de savourer comme un vin du meilleur cru. Tout le contraire d'un produit jetable de grande consommation... tout le contraire de Daftpunk.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 1, 2014 3:10 PM MEST


Honky Tonk
Honky Tonk

3.0 étoiles sur 5 Allez le voir en live..., 4 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Honky Tonk (CD)
Ils en sont tous dingues... qui ça ? ...et bien les 11 pickers français qui pratiquent la musique Bluegrass dans leur salle de bain ! Faut dire que le public a déjà oublié l'épisode "O'Brother" des frères Coen et sa BO où l'on entendait (aussi) du Bluegrass. Bon, alors tout l'espoir repose désormais sur Sanseverino comme si l'opportunité du moment allait faire bouger les choses au point d'entendre résonner prochainement du banjo sur le plateau de l'émission The Voice (...)
Donc, le nouvel Opus de Sanseverino sort du manouche pour venir s'encanailler du côté de Bill Monroe. Est-ce vraiment surprenant quand on compare la structure musicale des deux genres ? ...Une flopée de notes à la seconde, une contrebasse qui fait des pompes et un violon qui brode autour! Ajoutez à tout ça un brin de spontanéité et un sens inné pour l'improvisation : vous avez tous les ingrédients pour comprendre le choix de Sanseverino.
A l'écoute de l'album, certaines oreilles pourront regretter le côté plus feutré, plus swing d'un accompagnement purement manouche. Et c'est vrai que la personnalité de Sanseverino, ses textes acerbes collent naturellement à l'esprit manouche. Son volume de mots à la minute, sa diction théatralisée... nécessitent un mimimum de fluidité dans l'accompagnement... Pas sûr que l'instrumentation liée au Bluegrass parvienne à équilibrer dans ce sens. A contrario, la bande à Séguret a suffisemment d'expérience et de talent pour exploser l'ambiance dans les concerts de la tournée qui débute ce printemps. De toute façon, Sanseverino, c'est surtout en live qu'il faut le découvrir... tout comme la poignée des 11 chanteurs français (un peu hors circuit) qui ont fourbi leurs premières armes à l'école de la rue.


4 Way Street
4 Way Street
Prix : EUR 22,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Celui qui reste..., 20 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 Way Street (CD)
Comment dire... j'ai acheté ce CD parce que mon double album vinyl est passablement usé. S'il est usé... c'est qu'il a été beaucoup écouté depuis sa sortie en 1971. Sans tomber dans une "nostalgia attitude" partisane et suspicieuse, je dois dire que la réécoute de cet album a été l'occasion de retrouver intact une ambiance artistique très particulière (sans doute liée aux courants de pensée des années 70) avec la surprise de ressentir le même plaisir qu'à l'époque où j'avais découvert l'album.
La première satisfaction a été de re-constater la qualité du son, notamment la sonorité des D45 Martin sur le premier CD. D'ailleurs, la partie acoustique mérite à elle seule l'achat de cet album, d'autant plus que la version CD s'enrichit de quelques inédits dont 2 titres chargés d'émotion de David Crosby, un medley convainquant de Neil Young et un titre de Graham Nash (pas indispensable à mon sens).
A l'époque, le double LP avait fait un carton (vendu à plus 4 millions d'exemplaires) malgré un accueil mitigé des chroniqueurs qui dénonçaient certaines approximations musicales. Depuis, les esprits rocks reconnaissent encore aujourd'hui la performance des joutes guitaristiques des 2 compères Stills et Young sur Carry On et Southern man. Pour ma part, j'ai toujours considéré le back line assuré par Johny Barbara (drums) et Calvin Samuels (bass) un peu lourd, en regrettant la finesse qu'aurait apporté Dallas Taylor par exemple.
Et les voix me direz-vous ? ...Evident mon cher Watson! Cela reste la marque de fabrique de ces 4 compères. L'exception absolue qui fait qu'aucun autre groupe ne pourra reproduire autant d'intensité harmonique et transmettre autant d'émotion. L'épreuve du live ne fait que confirmer cette force unique qui est à l'origine de leur collaboration et qui fait que cela dure encore 40 ans après. On ne s'en lasse pas!...


Page : 1 | 2