Profil de Bernard > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Bernard
Classement des meilleurs critiques: 30.376
Votes utiles : 136

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Bernard (Paris)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
L'Intégrale Saison 1 (1979-1983)
L'Intégrale Saison 1 (1979-1983)
Prix : EUR 20,06

18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Rudement épatant!, 9 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Intégrale Saison 1 (1979-1983) (CD)
Qu'on le dise et le répète: Odeurs a été un des plus grands groupes de pop/rock français, qui a réussi à marier une très haute exigence musicale et des paroles d'un mauvais goût consommé façon Hara-Kiri. Il faut dire que quand on peut se payer Manu Katché à la batterie, Pierre Chereze à la guitare, Francis Lockwood aux claviers ou Bernard Paganotti à la basse, on a toutes les garanties quand à la qualité de la musique. Ajoutez la joyeuse bande d'allumés d'Au Bonheur des Dames pour les paroles et la mise en scène, et vous obtenez cet hybride décapant du Grand Orchestre du Splendid et du Rocky Horror Picture Show version franchouillarde. Qu'ils parodient Dire Straits (l'homme objet), Kraftwerk (Couscous Boulettium), Gainsbourg (douce crème), les Beach Boys (Joe le surfer), Dépèche Mode (que c'est bon), Johnny Halliday (ma chanson est malade), Screamin'Jay Hawkins (défécation blues), les Sex Pistols (Sex Bazooka) ou Claude François (Youpi! la France), ce méga zapping est (presque) complétement réussi et surprendra par sa liberté de ton qui leur vaudrait aujourd'hui quelques procès en sorcellerie. Un peu de Frank Zappa pour l'état d'esprit et l'excellence musicale (l'expérimental en moins) et de R. Stevie Moore pour l'éclectisme, et une grosse inspiration de Coluche, Desproges, Gotlib et consors pour les textes. On attend avec impatience la 'saison 2' avec des videos des spectacles totalement déjantés - on espère que le DVD sera en odorama. Ce coffret comporte leurs quatre albums de studio plus de nombreux inédits de très bonne facture, dont le remarquable "Les Nouveaux Russes Blancs" chanté par un Klaus Blasquiz (si, si, le chanteur aux quatre octaves de Magma) en pleine forme.


Invisible
Invisible
Prix : EUR 13,66

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le grand retour des agités, 17 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Invisible (CD)
Le premier contact est surprenant. La pochette est luxueuse, la production soignée, les thèmes abordés sont plus écolo qu'anarchistes, il y a une chanson en anglais (sur la sexualité, sujet rare chez les bérus) et certains textes comme "la piste inconnue" sont particulièrement bien écrits. L'incroyable énergie animale est toujours là, on trouve toujours son lot de chansons-slogans ("on en a marre" pourrait bien devenir le tube des prochaines manif') mais on sent un travail dans ce disque auquel le groupe ne nous avait guère habitué, et des préoccupations qui séduiront les quadras que nous sommes devenus. Le résultat est un des meilleurs albums de rock de l'année, pas moins.


La Mort D'Orion
La Mort D'Orion
Prix : EUR 26,00

33 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sidérant, 26 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Mort D'Orion (CD)
Dans un futur antérieur ("cela remonte à bien longtemps...") la planète Orion, colonie de la Terre, entre en rébellion. Mais les grands prêtres vont mater l'insurrection et en effacer toute trace dans les mémoires ("que la légende d'Orion soit morte!").

Bricolé avec des moyens plus que modestes par un gamin de 20 ans ambitieux et inspiré à une époque où on était majeur à 21 ans (69), La Mort d'Orion empile quatuor à cordes, récitant, guitares et cythares, choeurs et sons électroniques pour un opéra rock hors norme qui réussit là ou des super-productions pharaoniques modernes ont échouées. Ce manga gothique reste encore aujourd'hui d'avant-garde, inégalé, paradigme de l'OVNI musical. Ici, on peut parler d'oeuvre d'art tant le disque est magique et inclassable. Ecoutez le Paradis Terrestre ("je me suis pris la gorge, j'ai serré, j'essérai...") et ses effets électro-accoustiques inégalés qui reprend en fond "Animal on est mal", ou "Salomon l'hermite" qui sera tiré en 45t avec la magnifique voix d'Anne Vanderlove ("c'est au creux d'une lagune..."), on a pas fait mieux depuis.

On regrette cependant que les ciseaux d'argent du grand prêtre Manset aient fait quelques ravages en coupant inutilement des vers ("Il en existe deux par an/qui cherchent/[leurs parents]" par exemple). Une manie agaçante caractéristique de Manset, qui a conduit certains fans à s'organiser pour constituer une crypte numérique où sont pieusement conservés les originaux restaurés.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 12, 2015 1:48 PM MEST


Le Train du soir
Le Train du soir

14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ombres et Lumières, 26 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Train du soir (CD)
Ce double CD compile certains morceaux des albums "Le train du soir" et "Comme un guerrier", ainsi que l'intégrale de "Lumières" et "Prisonnier de l'inutile" et un titre inédit, "Pavillon sous la neige". Le premier CD est inégal, mais nous offre quelques chefs d'oeuvres à commencer par "Comme un guerrier", sorte de film sans image qui évoque Platoon ou Apocalypse Now. Malheureusement, certains titres déçoivent, soient qu'ils aient un texte un peu faible (l'épée de lumière) ou que le remixage ait trop dilué leur force (marchand de rêves, qui perd ses envolées Pink-Floydiennes). Le deuxième CD nous offre le meilleur de Manset, du superbe Entrez dans le rêve avec sa musique style Pulp Fiction à Est-ce ainsi que les hommes meurent, ample et funèbre à souhait, en passant par Et l'or de leurs corps, chanson sur Gauguin dont les vers sont les titres de ses tableaux. On regrette l'absence de certains titres (où sont passés Les loups ou Les rendez-vous d'automne ? ), une pathologie chronique chez Manset qui ne peut pas s'empêcher de gommer petit à petit son oeuvre.


Page : 1 | 2