Profil de Hervé > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Hervé
Classement des meilleurs critiques: 1.375.203
Votes utiles : 283

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Hervé (Lyon)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
Carlos Freire : Tout doit disparaître
Carlos Freire : Tout doit disparaître
par Alain Jouffroy
Edition : Relié

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 livre d'or, 4 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carlos Freire : Tout doit disparaître (Relié)
Eh bien je complète à mon tour ce livre d'or que nous ouvre Amazon pour s'adresser à Carlos Freire, et le félicite à mon tour pour la délicatesse de ses images qui me bouleversent. Un grand merci. Je conseille aussi le livre sur le mont Athos de Carlos Freire avec un texte de JC Carrière. Superbe aussi!


Une voix dans la nuit
Une voix dans la nuit
par Armistead Maupin
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ce satané Maupin, 2 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une voix dans la nuit (Poche)
Dix heures, j'ai passé dix heures d'affilée à ne pas pouvoir relever la tête une seule minute parce qu'il FALLAIT que je sache qui était en réalité ce petit gars de treize ans que le narrateur adopte par telephone ! Un suspens à la Hitchkock - on en vient d'ailleurs à se demander si le jeune garçon n'est pas mort du sida depuis belle lurette tandis que sa mère folle et inconsolable persiste à le faire croire en vie à qui veut l'entendre (uniquement par téléphone), tout en cajolant du regard le corps embaumé de son garçon. On imagine tout tandis que se déroule cette intrigue assez simple si elle n'était entrecoupée régulièrement de remontées dans le temps, faisant, en plus, de ce livre une véritable (auto)biographie. Avec un grand talent, Maupin tisse les genres et les mises en abîme, sans que jamais on ne s'y perde, à peine le maudit-on parfois de retarder toujours plus le moment de la révélation... c'est pour le suspens, certes, mais - et c'est le seul hic du roman, de taille il est vrai - la fin est un vrai saut périlleux arrière, accomodé d'un beau pied de nez : en gros ça ne finit pas! Mais la colère passée, on pardonne à ce satané Maupin pour nous avoir fait passer des heures exaltantes !


Montedidio
Montedidio
par Erri De Luca
Edition : Broché
Prix : EUR 18,80

3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 mont de dieu !, 2 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Montedidio (Broché)
Qu'est-ce qu'il est bien cet Erri de luca, et ses livres sont truffés de belles images, si simples qu'on les dirait sorties de la bouche d'un enfant-petit-prince... presque trop parfois, c'est peut-être la seule réserve que j'émettrais (alors que j'ai adoré Trois chevaux). Et puis, la presse est pénible à vouloir faire de lui à toute force le grand sage de la campagne romaine (même qu'il vit dans une ancienne étable alors...). Alors c'est peut-être pour ça que du coup de Luca il passe ses phrases à la chaux comme les murs de son habitation sistercienne... mais à force ça devient plus blanc que blanc : Mont de Dieu, Erri, te laisse pas avoir !


Trois chevaux
Trois chevaux
par Erri De Luca
Edition : Broché
Prix : EUR 14,90

10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une découverte, 22 mars 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Trois chevaux (Broché)
Pour moi et les amis auxquels je l'ai fait lire, ce superbe petit livre fut un réel plaisir. On se délecte de chaque mot, chaque image. C'est poétique, plein de vie, de vent, de soleil et un hymne au bonheur d'exister. A lire de toute urgence.


Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943
Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943
par Etty Hillesum
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A Etty, 12 mars 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943 (Poche)
Cette Etty Hillesum est porteuse d'un amour de la vie si extra-ordinaire que même les camps de concentration n'ébranleront pas sa certitude que l'homme est bon, que la vie est splendide. Au contraire, la vie au camp vient comme renforcer cette joie libre et souveraine qu'elle a au fond du coeur. Etty est un exemple de courage inclassable. Il tient chaud au coeur, c'est bon de l'avoir auprès de soi pour mieux savoir goûter à la vie, accepter, accueillir ses joies comme ses plus grandes souffrances.


Une mort dans la famille
Une mort dans la famille
par James Agee
Edition : Poche

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Louons maintenant James Agee, 5 mars 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une mort dans la famille (Poche)
Le livre s'ouvre sur de longues et belles pages en italique : souvenirs d'enfance infiniment précis et clairs comme le scintillement d'étoiles dans un ciel lavé. Puis commence le récit proprement dit. Un homme aime une femme. Et Dieu que cette femme, aussi, aime cet homme. Au point de prendre soin l'un de l'autre avec une tendresse quotidienne quasi exaltée, et une attention de tous les instants. Aussi quand survient l'horreur - et l'on sait depuis le début qu'elle va surgir, on l'attend, ce qui confère à la moindre ligne de ce roman une tension faramineuse, parfois à la limite du supportable, bien que Agee ne s'attarde jamais inutilement sur le chemin qui mène au drame - quand survient l'horreur donc, sous la forme d'un accident de voiture, le choc évoque une secousse tellurique, voire intersidérale. Et ce n'est pas seulement le point de vue de l'enfant qu'on nous "donne" à voir (et vraiment c'est un "don" de la part de Agee car quelle sensibilité... on aimerait dire inégalée si l'on avait tout lu !), mais aussi celui de Mary, la femme de l'accidenté, et celui de toute la famille en larmes ou alarmée. Et puis au-delà du sel des larmes, il y a la force qui se lève dans les "rescapés", ceux qui restent et qui subissent - pendant de si longues journées, de si longues années - la mort, comme une onde de choc qui n'en finit pas de rendre à la mort son sinistre écho. Ce roman est prodigieux. Un de ceux qu'on n'oublie pas, qui demeure en vous comme la connaissance d'un être important... et cher.


Pied d'or
Pied d'or
par Rascal
Edition : Album

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 petit bijou, 12 décembre 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pied d'or (Album)
Les petits comme les grands vont se repaître de cette (trop) courte histoire : celle d'un cochon-tirelire qui en a assez de son ventre gonflé de piéces et de la poussière qui recouvre son dos grassouillet. Alors il décide de s'échapper de la chambre de l'enfant-qui-est-devenu-grand. Mais il entend des pleurs dans le placard... Une poupée unijambiste se lamente elle aussi d'avoir été oubliée. La suite, complètement inattendue, est à découvrir... et à savourer !


Un lourd destin
Un lourd destin
par Charles Juliet
Edition : Broché

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 fine plume et lourd destin, 10 octobre 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un lourd destin (Broché)
Hölderlin. D'errances en errements. De désespérances en désespoirs. Il fallait y aller en douceur pour évoquer, en effet, un destin si chargé. Il fallait la pudeur discrète d'un qui a suivi un chemin similaire quoique non identique. Il fallait la sensibilité et la patience infinie du sourcier Charles Juliet pour détecter les chuintements à peine murmurés, presque non perceptibles du cheminement intérieur de Hölderlin le douloureux. Le résultat est remarquable, sans complaisance. Les traits, justes et efficaces retracent non un portrait mais une série de profils, gros plans et vues générales sur le poète allemand, à partir des témoignages imaginés de ses proches. Il fallait y penser ! Charles Juliet l'a fait, et on l'en remercie !


Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943
Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943
par Etty Hillesum
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

58 internautes sur 62 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un livre à vie, 10 octobre 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943 (Poche)
Le journal d'Etty Hillesum est un livre que l'on gardera sans aucun doute à ses cotés, à vie. Ce n'est pas une formule ! Comment dire... tout y est. Vous vous interrogez sans fin sur le sens de la vie - ou de votre vie, sur votre rapport au monde, au temps, au bonheur, à la souffrance, à la mort, à la joie, à la foi - ou à la spiritualité, à la sexualité, au temps, à l'amour, à l'intériorité... par son propre rapport au monde, Etty Hillesum répond à l'ensemble de ces questions, qui sont toutes si étrangement liées lorsque l'on côtoie de si près, comme elle le fait dans les camps de concentration, la mort. Et son regard sur la vie est proprement fantastique, dans la mesure où il ne cesse un seul instant d'y adhérer, à la vie... et elle en explique les raisons.
Pour tous les déçus, désespérés, sceptiques, circonspects, dubitatifs, vidés, neutres et j'en passe, face à la vie. Mais aussi pour tous les fervents, joviaux, amoureux, enthousiastes, adorateurs, attachés, adhérants, heu-reux de la vie : cette petite bible de la-vie-mode-d'emploi s'adresse à tous et devrait déjà être placé en n°1 des ventes d'amazon et d'ailleurs.... je ne comprends pas !


Le Silence du patineur
Le Silence du patineur
par Juan Manuel de Prada
Edition : Broché
Prix : EUR 19,40

3.0 étoiles sur 5 De glissades en vertige, 26 septembre 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Silence du patineur (Broché)
Il faut bien reconnaître qu'on se trouve là en présence d'une "Ecriture". On sent la plume extrêmement habile, libre, lexicalement un peu trop audacieuse peut-être - du genre pourquoi faire simple... Mais cette écriture est porteuse, il faut aussi se l'avouer, d'une vision encore jeune de la vie. D'où, pour certaines de ces courtes nouvelles, un penchant facile pour l'excentrique, le burlesque exacerbé. Pourquoi pas ? Mais malgré nous on se lasse vite de mots qui aiment parler. Heureusement, les trois premières nouvelles, largement autobiographiques, donc portées par une réflexion/réflection, compensent par leurs talent, délicatesse, fine ironie, les faiblesses du recueil.


Page : 1 | 2 | 3