undrgrnd Cliquez ici Toys Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Van @lex > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Van @lex
Classement des meilleurs critiques: 13.422
Votes utiles : 206

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Van @lex (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
The Astonishing
The Astonishing
Prix : EUR 17,50

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 A New Beginning, 13 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Astonishing (CD)
Avec « The Astonishing » Dream Theater réussi l'exploit de nous présenter leur album le plus conventionnel,
qu'il n'ai jamais réalisé un concept album de surcroît et malgré un apanage qui pourrais nous rendre moins dubitatif
il n''en ai rien bien au contraire...
D.T et ces membres respectifs ont depuis le début de leur carrière placé la barre si haut et ce sur chacun de leurs
opus sublimé le précédent pendant tant d'années (ayant eu pour point d'orgue à mon goût « Systematic Chaos » titre pré destiné)
depuis lors, la messe est dite ou quasiment et depuis les trois précédents albums l'un pré et les deux autres post Mike Portnoy
Je reste quelque peu sur ma faim...
L'un des piliers et co-fondateur du groupe parti vers d'autres aventures, libre choix a été donné à maître Petrucci de continuer
(ou pas) de perpétrer la renommé de ce groupe phare (au sens propre et figuré) et ce n'était chose aisée il faut bien le reconnaître !
Mais nous avons à faire à de grands artistes !

Dans son ensemble l''album est plutôt réussi, mais il comporte à mon goût trop de morceaux dispensables,
oui dispensables au sens où l''on évoque Dream Theater tout de même !! Alors rien à redire c'est une super production
c''est superbement joué, orchestré, interprété avec ici met là de riches idées, mais l''on commence s''ennuyer grave à partir
« d''Act Of Faythe » (avec dans son introduction à noter une légère inspiration de Chopin) bref on entre dans le ventre mou
de ce concept album, cela devient mollasson, praline, soupe, trop commun, trop pas le D.T aimé, adulé et chéri.
« Brother, Can You Hear Me » Les influences sont savamment distillées, Pink Floyd ici Yes par là « A Life Left Behind »
qui commence plutôt bien pour après sombrer dans le lieu commun'...Prétexte d''un concept raconté ?!
C''est l'histoire qui dicte les thèmes, l'approche stylistique, il est vrai qu''à leur décharge, ils n''avaient pas encore donné
à ce point là dans ce goût là « Ravenskill » « Chosen » alors c''est beau une intro au piano « The X Aspect » mais quid
de la soupeuse suite...Heureusement qu'après il y a « A New Beginning » qui remet les pendules à l'heure !
Voilà un titre qui tombe à point nommé ! un peu de pêche de patate, un morceau façon D.T comme on les aime' !
Je pourrais ainsi continuer à dépeindre tous les morceaux mais la suite de l'article serait du même acabi.
Je trouve cet album excessif dans le nombre de titres qu'il proposent mais pour finir sur une note positif tout de même
Je dirais que c'est un album familiale qui peut-être écouté par le tout à chacun, le lambda, le commun des mortels
le néophyte, si tant est que cela puisse introduire à l''œuvre essentielle et complète de ce qui est encore un super groupe
même s'il ne fait plus trop hélas à présent dans mes cordes...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 16, 2016 6:30 AM MEST


Heavy Crown
Heavy Crown
Prix : EUR 18,42

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Last but not least, 5 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heavy Crown (CD)
Last in line ou comment Vivian Campbell, Jimmy Bain et Vinny Appice scellent leurs retrouvailles de fort belle manière !
D'aucun se rappelle la triste façon dont Vivian Campbell avait quitté Dio après le cœur sacré, le cœur serré'
Alors l'idée que le groupe allait être un hommage au grand Ronnie semblait plutôt illusoire'
Non, le concept est que ces trois musiciens de grands talents qui n'avaient plus jouer ensemble depuis une éternité aient
pu constater à cette occasion de que rien n'avait changé et que le temps (qui en général ne fait rien à l'affaire..) n'avait point alterné
leur complicité et que leur talent respectif semblait en être à nouveau décuplé !
En s'associant avec Andrew Freeman au chant on peut dire que le choix a été très pertinent et la référence au passé semble
n'être que le nom du groupe !
Des concerts, la participation de Claude Schnell (ex Dio) puis la proposition d'un label et voici « Heavy crown » !
Album forgé dans la ligné de ses illustres prédécesseurs (sans clavier toutefois exit Claude !) une production irréprochable
signé Jeff Pilson (ex Dio lui aussi on reste en famille) et des morceaux qui tiennent la route, « Devil In Me » « Martyr »
« I Am Revolution » (« In Flames » bonus sur l'édition Japonaise) l'on retrouve avec plaisir un savoir faire et un style qui a fait
le sous bassement du R.J.D band et je rejoins ici d'autres commentaires tant il est bon de retrouver Vivian Campbell ses riffs
accrocheurs et son sens aiguë de la mélodie (le solo d'«Orange Glow» rappelant dans la structure celui «d'Holy diver» par ailleurs) ainsi que
de retrouver la patte d'une rythmique qui on fait les grandes heures de DIO et tant de classiques !
A n'en point douter Ronnie n'aurait pas regné certains morceaux tels que « Burn This House Down »« Blame It On Me »
qui sonnent à la manière d'un Heaven and Hell et « Starmaker » qui aurait pu figuré par exemple sur « Killing the dragon »
et « Already Dead» sur «Master of the Moon» quant à « Curse The Day » tout comme « The Sickness » ainsi que le titre
éponyme, celles-ci me font plus penser à du « Kingdom Come » dans le style...

On se prend à imaginé parfois ce qu'aurait été ses morceaux avec Dio au chant, la nostalgie nous éprend parfois à notre insu.
L'édition Japonaise nous gratifie d'«Heavy crown » en version acoustique ou la basse du regretté Jimmy Bain caresse les oreilles
de l'écouteur, selon Vivian Campbell le groupe devrait tout de même perdurer (peut-être avec Jeff Pilson qui sait ?!) en attendant
cet opus est à savourer sans modération'


Inglorious
Inglorious
Prix : EUR 19,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Non sans gloire !!, 5 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Inglorious (CD)
Un vent nouveau souffle sur le Hard Rock en mode « Old school » et ce n'est pas fait pour me déplaire,
j'avoue même apprécier grandement ce premier opus d'Inglorious !
Tout d'abord « Until I die » le morceau d'ouverture avec son intro façon pourpre profond, son orgue Hammond
et à l'un de leur titre phare « Highway stars » qui d'un coup prend un style à la manière de « Badlands » remember l'album
éponyme de 1989 (cela ne nous rajeunis pas) et le titre "Dreams in the Dark », bref au chant Nathan James assure grave,
ce dernier possède une voix exceptionnelle qui n'est pas sans rappeler celle de Ray Gillen (parti trop vite hélas) mais aussi
celle de Ian Gillan du temps de sa superbe !

Il est évident que les affluences du groupe sont nombreuses mais assumées Led Zeppelin, « High flying gypsy »
Deep Purple, Whistenake avec « Holy water » « You're mine » mais également Scorpions «Break away » « Warning »
« Bleed for you » « Inglorious » l'époque épique de l'ère Uli Jon Roth sa collaboration auprès du maitre n'y est pas étrangère
loin s'en faut, à ses côtés notre jeune homme a appris l'humilité charismatique et le respect du public'

L'album est fort bien produit et les morceaux se suivent sans anicroche sans temps mort,divers et variés
dans une approche Européenne d'un Hard Rock de bonne facture.

Pour les avoir vu en première partie des Winery Dogs au Trabendo je puis écrire qu'en live ce groupe se donne à fond et à cœur de
partager le plaisir d'être là et de vivre l'instant présent ! On ressent une bonne complicité entre les musiciens et chacun d'entre eux
fait un maximum pour communiquer et plébisciter auprès de leur auditoire les groupes dont ils sont fan, j'en veux pour preuve les
reprisesde Deep Purple « Lay down stay down » et de Rainbow « Surrender » sur une set list rondement bien menée et pensée
de mains de jeunes auxquels que je souhaite plein d''avenir ... Refresh !!


The book of souls - Édition Deluxe (inclus : 2 CD et livre relié)
The book of souls - Édition Deluxe (inclus : 2 CD et livre relié)
Prix : EUR 23,00

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Les boucs me saoulent !!!, 27 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : The book of souls - Édition Deluxe (inclus : 2 CD et livre relié) (CD)
Autant "Final frontier" m'avait procurer de bons moments un mois durant et avait bouté temporairement
mon coté réactionnaire,un coup de cœur qui certes était vite passé sans laisser d'accoutumance mais qui toutefois
m'avait laissé un bon souvenir tel un flirt d'adolescent....
Cette fois-ci il n'en va pas de même, c'est un sentiment très partagé qui se veut hélas "pantois" marqué d'une certaine
déception sur l'ensemble des compositions excepté le single "Speed of light" dont la vidéo est au demeurant très sympa
"Empire Of The Clouds" qui vaut son pesant d'écoute et sauve in extrémiste avec également soyons juste
"Death of Glory"cet opus de la désillusion la plus complète qui soit pour un fervent aficionados du style NWBHM
des premières heures...
Concernant l'inspiration de la la vierge de fer c'est une sensation de déjà entendu ici où là de redite voir d'auto plagiat
"Shadow Of The Valley" de longueurs monotones de mélodies par trop chatoyantes, proprettes dans un style néo folklorique qui bien qu'agrémenté par une production hors paire laisse un goût mitigé aux premières écoutes puis laisse indifférent après plusieurs...
Alors oui Bruce Dickinson « the captain » assure grave au chant ; Niko tout pareil derrière ses fûts et il n'y a rien à redire
sur la prestation de chacun des protagonistes, l'idée du live in studio offre de bien belles perspectives apporte aux morceaux
une bonne dynamique la production sonore est sans faille en effet mais il manque à mon sens le principal : Des morceaux qui
déchirent de bout en bout, pêchus avec des guitares tranchantes avec des riffs sanglants une basse qui claque des morceaux qui rivalisent de peps et qui percutent leurs écouteurs avec d'élégantes mélodies métalliques froides et mystiques !
L'ensemble sonne et reflète en effet comme un mix de projet solo de nos duettistes Harris et Dickinson...
Question concept design et packaging c'est plutôt réussi à en faire pâlir le plus hardi du service marketing mais cela ne suffit guère à me faire vibrer et à rivaliser avec les faits d''armes audio et visuel d''un Auguste passif'...
Toutefois, sans faire de mauvais esprit, aujourd'hui grâce à leurs fans du monde entier le groupe fait sa tournée en Boeing 747, à mon humble avis il ne serait pas inintéressant qu'ils reprennent un jour la route avec le mini bus de leur début...


The Purple Album - Deluxe Edition CD/DVD
The Purple Album - Deluxe Edition CD/DVD
Prix : EUR 23,36

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Purple snake !!, 20 mai 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Purple Album - Deluxe Edition CD/DVD (CD)
L'âge aidant David Coverdale est empreint à une certaine nostalgie ou bien a-t-il en ce moment à cœur de rendre des hommages
appuyés à ses anciens acolytes et partenaires du Pourpre Profond ?!
En effet, après avoir intitulé le dernier album live de Whitesnake « Made in Japan » en référence (sans l'ombre d'un doute)
au canonique album live de D.P voila à présent qu'il nous sort un album de reprises de la période Mark III et Mark IV
où celui-ci avait si brillamment officié'.

Mais voilà notre homme n'est qu'un cinquième des membres originaux et notre éminent chanteur connu et reconnu n'a pour sa part
plus la même voix (hélas trois fois hélas) que par son illustre passé, les affres du temps ont fait leurs offices et ont laissé place à une
voix plus rocailleuse qui n'a plus la même puissance que quatre décennies en arrière ni la même sensualité, ni le même côté groovy
soul,blues, funk.
Si très objectivement ce dernier s'en sort plutôt bien dans l'ensemble quid de la magie de l'alchimie de la finesse et du style de l'art
et la manière cette épique époque'

Mr Coverdale a encore un indéniable talent, un savoir faire, une expérience qui n'est pas négligeable, il sait ce qu'il veut et comment
l'obtenir, il est donc entouré par de bons voir même de très bons musiciens.
Le groupe s'est bien approprier les titres (les solis de guitares de Reb Beach et de Joel Hoekstra successeur de Doug Alridch (dont
David ne tarie pas d'éloges...) sont bien chiadé et tout à été rondement mené c'est un fait tout sonne façon Whitesnake 2015
(qu'on se le dise..) mais au demeurant sans grande surprise à quelques exceptions près, celles qui confirment la règle et par exemple deux très belles versions acoustique de « Holy man » et de «Sail Away», version pour cette dernière qui nous fait redécouvrir toute la richesse de ce morceau et qui se démarque totalement de l'originale à l'instar de « Soldier of Fortune » dont pour mémoire une
version existe avec Adrian Vandenberg sur l'album « Starkers in Tokyo» de 1997 un poil meilleure selon moi et surtout sur la même tonalité...

Notons également le traitement particulier par l'ajout d'une guitare acoustique bluesy jouée au bottleneck qui offre une autre perspective du morceau « Might Just Take your life » ainsi que la tonitruante intro à l'harmonica sur « You fool no one » avec un clin d'œil appuyé au père fondateur (Ritchie Blackmore période Rainbow « On Stage » ) et pour en revenir au morceau son interprétation réussit l'exploit de concilier passé et présent sans rien écorner ou du moins rassembler ce qu'il y a pour moi d'appréciable sur ce titre.

D'aucun dirons qu'il n'est pas toujours évident ni aisé de reprendre des morceaux tels que ceux choisis, des titres touchés par
la grâce, par le talent de chaque musicien, par la grâce encore de toute une époque bref l'exercice de la reprise est très périlleux
« The Gypsy », extrait de Stormbringer « You Keep on Moving », extrait de l'album « Come Taste the Band » post Blackmore
avec le regretté Tommy Bolin en sont les parfaites illustrations'

Finalement, ce qui me perturbe le plus à l'écoute de cet album, est le fait que la basse soit négligé dans le mixage, que les claviers
soit pratiquement inaudibles sur l'ensemble des reprises, alors que l'on connaît la place prépondérante qu'ils occupaient au sein de
Deep Purple !
Aux dires de l'intéressé le décès de son ami Jon Lord (qui avait pour souhait de refonder le groupe version MkIII avec les membres
originaux) aurait été le détonateur de cet ambitieux projet ?! Cela me laisse pantois, perplexe, circonspect et quelque peu dubitatif.

Comment reprocher à Tommy Aldridge un jeu moins subtil que son contemporain Ian Paice, sur par exemple «Lay Down, Stay Down»
mais où est donc la finesse, la subtibilité dans l'interprétation ?

D'autres titres sont du même acabi et ont hélas subit le même traitement « Love Child » « Mistreated »

Les interprétations des titres « Burn » et « Stormbringer » sont sans surprise et si l'objectif était de les moderniser l'approche est à
mon goût est trop typée Heavy !

Je crains que cet album divise plus qu'il ne rassemble et je m'interroge de ce que l'on retiendra de cet opus ?
Pourquoi David Coverdale n'a-t-il pas convié Glenn Hughes « son frère d'âme » sur un ou plusieurs titres ?!
Est-ce une véritable déclaration d'amour à ses anciens compagnons de fortune ou une farouche volonté d'apposer son
empreinte à ces classiques ?
On ne pourra pas reprocher toutefois à David Coverdale d'avoir pris des risques et fait certains discutables choix en dépit de très
bonnes réinterprétations mais dans une tonalité plus basse que les titres originaux ce qui pèse assez lourd en fin de compte quant à l'appréciation et à la perception de ce fort discutable hommage.


War of Kings
War of Kings
Prix : EUR 48,32

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 La guerre des Rois n'aura pas lieu !!, 8 mai 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : War of Kings (CD)
Ce groupe au fil de ces derniers opus assume de plus en plus savamment ses multiples influences et prend par le fait une place de moins en moins négligeable dans le paysage musical Hard Rock façon " old school" !!!
Nos deux charismatiques leaders Tempest Joey de son prénom chanteur de son état et Norum John guitariste virtuose laissent aller leur créativité et nous gratifient encore une fois d'un bon album qui toutefois ne révolutionnera pas encore le monde de la "Hard Rock" music mais qui a le mérite d'être de bonne facture et honnête quant au choix des morceaux et de leur place respective'.
"War of king" qui ouvre les hostilités donne à l'auditeur l'envie d'en entendre un peu plus et ainsi de suite mais parfois pas pour les meilleures raisons cela dit le "calibrage" des morceaux a bel et bien été pensé, réfléchi et c'est bien l'une des caractéristiques de leurs dernières productions.
Je ne ferais pas dans l'exhaustivité et ne serais pas aussi dithyrambique que d'autres commentateurs qui s'en sont plus ou moins brillamment donner la peine, je recommande toutefois l'écoute de "California 405" "Days of Rock n Roll" et "Angels (With Broken Hearts)"L'oreille de l'averti aura remarqué que la seconde partie du morceau "Light Me Up" est un clin d'œil manifeste à Michael Shenker à son MSG au classique "Lost Horizon" et pour finir "Vasastan" l'instrumental n'est pas sans rappeler l'approche et le feeling d'un Gary Moore (R.I.P) ou d'un Jeff Beck quant au phrasé...
Epilogue :L'album est dans la continuité de ces prédécesseurs alors avis aux amateurs....


Decadent
Decadent
Prix : EUR 22,62

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Nous vivons dans un monde décadent !!!, 27 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Decadent (CD)
Udo Dirkschneider fait ce triste et amère constat et nous propose un nouvel opus aux textes des plus mordant
aux morceaux accrocheurs et aux guitares tranchantes.
Deux nouveaux guitaristes, Kasperi Heikkinen et Andrey Smirnov ont prêtés main forte au redoutable brailleur teuton
et ce pour notre plus grand plaisir...
Ce sang neuf permet à Udo de réaliser à mon goût un brillant album de la même vaine (si si) que les dernières productions
de ses anciens acolytes.
Un pied de nez ?! Une réponse du berger à la bergère ou tout simplement parce que notre homme est aussi l'une des pièces
fondératrices de ce Metal qui fait son infinie pluralité.

Le spectre d'Accept plane sur cet opus "Speeder" "Décadent" "Pain" qui fleur bon l'épopée Metal Heart "Meaning of Life"
"Breathless" "Under Your Skin" "Untouchable" "Rebels of the Night" l’approche rythmique et mélodique des deux nouveaux
gratteux n'est pas sans rappeler celle de Wolf Hoffmann et consorts à l'évidence.

"Mystery" se dénote et détonne du reste de l'album avec son intro façon Ozzy et ce riff bien Heavy avec un côté quelque
peu "psyché malsain". La ballade "Secrets in Paradise" se laisse écouter et même si pour ma part je considère que la voix
d'Udo se prête mal à ce genre d'exercice il en demeure pas moins qu'elle passe plutôt bien à ce moment précis.
"Words in Flame" avec son côté Metal symphonique prog vient clore cet opus de très bon acabi ce n’est ni plus ni moins
qu’un retour aux sources aux fondamentaux un savant mélange de fougue et d’expérience, une pierre de plus à l’édifice
Melalo-Teuton !!


L'orgasme sans tabou: L'art d'avoir des orgasmes et d'en procurer
L'orgasme sans tabou: L'art d'avoir des orgasmes et d'en procurer
par Lou Paget
Edition : Poche
Prix : EUR 5,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très instructif !, 27 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'orgasme sans tabou: L'art d'avoir des orgasmes et d'en procurer (Poche)
L'approche de l'auteur est très pédagogique et la lecture se fait donc sans que notre sens moral en soit affecté bien au contraire....
Ce livre tend plutôt à instruire sainement, à décomplexer le cas échéant à faire admettre que pour mieux aimer l'autre, c'est d'abord
apprendre à s'aimer soit même, à comprendre que l'on peut prendre du plaisir à en donner et à faire prendre conscience qu'il n'y a point
de schéma type pour le plaisir des sens où plus précisément qu' il y en a autant qu'il y a d'âmes qui vivent !!


Nouveauté! Pingouin / Manchot Mignon Étui / Housse / Coque en Silicone pour Samsung Galaxy Ace 3 - Noir
Nouveauté! Pingouin / Manchot Mignon Étui / Housse / Coque en Silicone pour Samsung Galaxy Ace 3 - Noir

5.0 étoiles sur 5 Rempli parfaitement sa fonction !!, 27 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
A l'instar des étuis rigides, les étuis en silicone supportent mieux les transports et absorbent d'autant mieux les chocs le cas échéant...


Aucun titre disponible

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Dommage..., 27 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Par deux fois l'étui rigide nous est parvenu cassé et ce malgré que j'ai pris la peine d'informer le service après vente que le conditionnement
ne pouvait protéger efficacement ledtit étui..
J'ai toutefois apprécier l'implication de kwmobile et la qualité de la correspondance ainsi que le second envoi à titre gracieux mais qui en
malheureusement s'est avéré vain puisque l'étui est arrivé endommagé également....


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8