Profil de majanissa > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par majanissa
Classement des meilleurs critiques: 463
Votes utiles : 609

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
majanissa (bretagne)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18
pixel
Mon bisou préféré
Mon bisou préféré
par Coudol
Edition : Broché
Prix : EUR 8,00

5.0 étoiles sur 5 Adorable, 17 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mon bisou préféré (Broché)
Voici le nouveau livre préféré de numéro bis. Quel est le bisou préféré de bébé éléphant? Le bisou dans le cou? Le bécot sur le front? Le poutou sur la joue? Non aucun!!! Oh??? Papa éléphant va alors lui monter quel est le maitre des baisers, le baiser sur le bout du nez :).
Accompagnez la lecture avec un bisou dans le cou, sur le front, la joue et le nez et ça fera un moment très complice avec vos enfants. Le livre est indiqué entre 12 mois et 24 mois mais y a t-il un âge pour les bisous? Ma fille de 6 ans a également adoré la lecture du livre.
Vous pouvez également demander à vos enfants de vous faire les bisous quand vous énoncez la phrase. Ils en seront enchantés :).
En bref, un pur moment de complicité, de tendresse et de câlin avec son enfant, ça n'a pas de prix et c'est le bienvenu.


L'impératrice des éthérés
L'impératrice des éthérés
par Laura Gallego Garcia
Edition : Broché
Prix : EUR 14,50

5.0 étoiles sur 5 Un bon fantasy, 6 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'impératrice des éthérés (Broché)
Le monde est froid, sous la neige et la glace. Les hommes survivent dans des cavernes. En dehors, vivrait une impératrice envoûtante dans un somptueux palais au royaume des éthérés où seuls accèdent les purs. C’est ce que raconte la légende qui fascine les enfants des grottes.
Aer est le fils d’une humaine et d’un pur. Il est irrésistiblement attiré par ce royaume. Il ne ressent pas d’attache dans le monde des hommes et pense appartenir à ce royaume d’où venait son père. Considérant que rien ne le retient, il quitte sa mère pour entamer le long et difficile apprentissage pour devenir un pur. Bipa, atterrée par la décision de son ami se lance à sa poursuite bien décidée à le ramener chez lui.
Un monde de glace, une impératrice invisible, des hommes relégués dans les cavernes, un processus de transformation qui faire perdre leur humanité aux candidats qui veulent atteindre le royaume éthéré. Perte des sentiments, des sensations, de l’enveloppe corporelle, perte d’identité, l’impératrice n’est-elle pas une entité sombre au final ? Des créatures fantastiques, des amulettes magiques, des batailles, des ingrédients qui concoctent un fantasy jeunesse des plus plaisant, actifs et sympathique à lire. La quête de Bipa est intéressante et le côté spirituel de la transformation donne à réfléchir. On s’approprie l’histoire, c’est agréable.


Le sabre de sang (Tome 1-Histoire de Tiric Sherna)
Le sabre de sang (Tome 1-Histoire de Tiric Sherna)
par Thomas Geha
Edition : Poche
Prix : EUR 7,40

5.0 étoiles sur 5 Extra, 6 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le sabre de sang (Tome 1-Histoire de Tiric Sherna) (Poche)
Tiric et Kardelj sont des shaos réduis en esclavage suite à la défaite de leur peuple face aux qivhiens, sortes de lézard/hommes qui envahissent les terres des sept royaumes. Ils sont compagnons d’infortune dans une caravane qui les mène vers Ferza, capitale de l’empire quivhien où ils seront vendus. Tiric et Kardelj savent se battre, ils sont destinés aux arènes desquelles il est peu probables de sortir vivant. Mais Tiric est fort et empli de rage et de désir de vengeance. Son but, vaincre les quivhiens et libérer son peuple.
Je connais Thomas Geha par les blogs et les salons littéraires, ça faisait des années que je cherchais à me lancer dans ce livre. Je voulais être pleinement en état de le lire. Comme c’est de la fantasy un peu sanglante, brute avec différentes espèces, des noms à assimiler, des mots sortant tout droit de l’imagination de l’auteur, des contrées inconnues, je voulais vraiment être en forme pour lire ce livre d’où la longue attente.
Finalement la lecture est nettement plus aisée et plus fluide que ce que je pensais. Il n’y a pas trop de personnages, on assimile vite et facilement les lieux et les spécificités du livre. Il y a tout pour faire un bon livre de fantasy. Des espèces avec leurs particularités, l’environnement, la description des sociétés, des coutumes de ces espèces, de la magie et des pouvoirs. Les garçons apprécieront le côté guerrier, combat de l’arène, soldats barbares, vengeance, armes. Les filles aimeront le féminisme chez les quivhiennes, la magie et les soldats barbares ;).
C’est une lecture que j’ai beaucoup apprécié, plus simple d’accès que ce que je pensais. C’était agréable. Dommage que je ne possède pas le tome 2.


Les agents secrets de l'Olympe, Tome 1 : La pomme d'or
Les agents secrets de l'Olympe, Tome 1 : La pomme d'or
par Alain Surget
Edition : Poche
Prix : EUR 6,90

5.0 étoiles sur 5 Bon livre à partir de 10 ans, 5 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les agents secrets de l'Olympe, Tome 1 : La pomme d'or (Poche)
La guerre de Troie est le résultat de l’enlèvement d’Hélène épouse de Ménélas roi de Sparte par Paris fil de Triam, roi de Troie. Hélène avait été promis à Paris par Aphrodite car ce dernier l’avait considéré comme la déesse la plus belle et lui avait attribué le (trognon) de la pomme d’or. Ce que l’Histoire ne raconte pas c’est le rôle de Léa la fille de 10 ans de Zeus et d’une caresse du vent et de son ami Lithos. Cette dernière est envoyée sur Terre pour persuader Paris d’être le juge du concours de beauté. Elle aidera ensuite Paris à conquérir sa belle. Et si la légende rapportée par Homère avait omis un personnage essentiel ?
Ce livre est destiné à des enfants à partir de 12 ans, je pense qu’à partir de 10 ans, ça peut très bien se lire à condition d’avoir un minimum de connaissances de la légende de la guerre de Troie. L’histoire est suffisamment courte pour cet âge, le vocabulaire est riche mais les jeunes lecteurs s’en sortiront sans dictionnaire. L’histoire est racontée de manière humoristique grâce aux personnages de Léa et Lithos. Le livre contient des illustrations très jolies. C’est une lecture très agréable que les jeunes lecteurs intéressés par les légendes grecques pourraient apprécier. Pour des premières longues lecture de CM2/6è, c’est un livre très abordable voir idéal.


Créature de la nuit
Créature de la nuit
par Kate Thompson
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

3.0 étoiles sur 5 Ne correspond pas vraiment à mes attentes, 23 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Créature de la nuit (Broché)
Je commence par mes attentes du livre. La page de couverture représente en arrière plan une maison qui a pas mal vécu. Au milieu, en premier plan, une forme aux traits et allure de fillette en blanc, très floue et comme de la poussière d’étoile qui émane d’elle. J’espérais du fantastique, une enquête, peut être une maison hantée ?
Bobby, sa mère et son jeune frère Denis emménagent dans la campagne Dublinoise. Bobby enrage contre sa mère qui cherche à l’écarter de la ville où il s’amusait tant à chourrer et détruire des voitures, voler, dealer. Qu’est ce qu’il se marrait, le pied. Ici il n’y a rien à faire, il se fait chier. Elle va voir la mère si elle réussit à le forcer à rester là. Et puis qu’est ce que c’est que cette baraque dont l’ancien locataire a disparu subitement et dans laquelle une petite fille aurait été assassinée. « Créature de la nuit », j’espérais vraiment un livre frissonnant avec du surnaturel, de la peur, du stress. A la place c’est un roman sur l’adolescence, sur un petit con qui en fait voir de toutes les couleurs à sa mère paumée complètement dépassée, sans situation, qui survit d’aides et qui a autre chose à s’inquiéter que de passer son temps à surveiller un sale morveux qui fait tout pour l’emm*****. Bon sang si mes gamins pouvaient éviter de prendre ce chemin là, ma santé mentale leur serait particulièrement reconnaissante. Elle fait ce qu’elle peut à hauteur de ses possibilités et de ses moyens. Je ne me permettrais pas de porter un jugement sur l’ éducation qu’elle donne à son fils, il faut à un moment que les adolescents se prennent en main et comprennent que l’on essaie de faire ce que l’on peut, souvent maladroitement, jamais assez bien à leur goût mais ce que l’on fait c’est pour eux, pour les accompagner au mieux, pour leur permettre de s’en sortir. Ca ne leur convient pas, de toute façon on est nul et ce que l’on fait c’est nul. Soit il a le droit de le penser mais pas de jouer à l’abruti comme il le fait. C’est un emm******* un point c’est tout. Voilà tout le bien que je pense de ce garçon qui est cependant comme sa mère, totalement paumé, sans repère et c’est l’autorité de Mr Dooley qui va le sortir du gouffre. Il va ouvrir les yeux sur la situation de sa mère qui l’a eu à 14 ans, l’âge qu’il a au moment du récit.
Je rappelle cependant que le livre évoquait la disparition subite de l’ancien locataire et les croyances de la vielle Dooley concernant une petite fée à laquelle Denis est particulièrement attachée. Cette histoire passe en second plan et ce qui aurait pu être un bon fil conducteur pour le livre passe totalement à la trappe. Une fois que j’ai fait le deuil de l’enquête sur la disparition et l’assassinat de la fillette c’est un livre qui m’a fait fulminer. Bobby m’a mise en rage une bonne partie du livre. La mère m’a fait pitié mais m’a également mise en colère par sa faiblesse et Denis m’a vraiment peinée. Tout au long de la lecture, je me suis demandée comment je gèrerai si mes enfants prenaient le même chemin. Ca ne m’empêchera jamais de les aimer et d’essayer de les sortir des ennuis s’il le faut et ça m’a de manière effrayante rapproché de la mère. Cette impuissance face à son enfant qui dérive de façon incontrôlable et ingérable. Difficile mission que d’être parent. J’espère qu’ils s’en rendront compte un jour.
Le livre se termine cependant de manière très optimiste. Bobby retrouve une voie plus raisonnable. J’ai beaucoup apprécié l’homme qu’il est devenu.


500 for the piece leaves Ghibli dedicated puzzle frame (green) (38 x 53cm) 5-B (japan import)
500 for the piece leaves Ghibli dedicated puzzle frame (green) (38 x 53cm) 5-B (japan import)
Proposé par Rich World Japan
Prix : EUR 32,60

5.0 étoiles sur 5 fantastique, 23 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Mon mari m'avait ramené de Corée des puzzle ghiblis. Je suis fan, ils sont magnifiques. Quand est venu le moment de les encadrer, on ne trouvait pas de taille de cadre correspondante en France. On s'est tourné vers l'importation. Ces cadres spéciaux ghiblis sont fantastiques. Les gravures Totoro tout autour du cadre sont magnifiques. Je ne regrette pas du tout cette folie et le puzzle rend parfaitement bien dans ces cadres dédiés.


Le mystère de la chaussette orpheline et autres tracas du quotidien
Le mystère de la chaussette orpheline et autres tracas du quotidien
par COLOMBE LINOTTE
Edition : Broché
Prix : EUR 9,95

5.0 étoiles sur 5 Poilant, 23 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le mystère de la chaussette orpheline et autres tracas du quotidien (Broché)
Colombe Linotte est une blogueuse humoristique, chroniquant le quotidien. Elle rassemble dans son recueil « le mystère de la chaussette orpheline », des anecdotes, de l’humeur, de l’humour. Chaque petite histoire, remarque est un véritable clin d’œil à notre quotidien. Ca rassure, on n’est pas seul dans certaines débilités. Et ça fait rire. Ces récits sont poilants, c’est bien tourné, c’est bien raconté. Un bol d’air frais après des journées un peu mornes ou pour justement se mettre de bonne humeur le matin. C’est très court, il y a un gout de trop peu d’ailleurs mais ça se lit très bien.

Quelques exemples :

P45 : J’ai décidé de ne plus acheter de nouveaux produits de beauté tant que je n’aurai pas entièrement vidé les flacons entamés qui encombrent l’armoire de la salle de bain[…]

P61 : Dans la même journée, j’ai été la victime d’un bisou goutte au nez et d’une manche eau de vaisselle. Si demain ma chaussette tombe dans la flaque du vestiaire de la piscine, je prends 5 jours de vacances.

P72 : Au bureau, il y a eu débat pour savoir qui de Jude Law ou de brad Pitt était le plus beau. Fadaises, Léo dans sa cotte de maille derrière l’aquarium. Les vrais fans SAURONT.

P73 : Je ne peux pas aspirer la brosse de mon balai, j’ai peur qu’il ne se vexe. La dernière fois que j’ai passé l’éponge sur le goulot du liquide vaisselle, il n’a pas moussé pendant un mois.

P80 : Je suis atteinte du syndrome de l’alzheimer ferroviaire. J’oublie instantanément mon numéro de place après en avoir pris connaissance. Je le vérifie 2 fois à la borne, 2 fois sur le quai avant de monter dans le train, 2 fois dans le couloir et 2 fois assise. […]

P93 :Depuis que j’ai acheté tout Twilight, je suis coincée dans une faille spatio temporelle entre 17 et 18 ans et je n’ai plus qu’un seul et unique but : lire en chaussette toute la journée. J’ai même du interrompre la lecture de l’histoire de France […]. Il faut quand même que je comprenne cette histoire de vampires canons (je lui ai touché la main à la cantine, c’était trop bien) […]

P94 LuluChatigré a dormi 56h en 3jours et changé 3 fois de position[…] Moi je dors 10 minutes de travers dans le train et ma jambe est paralysée par des fourmis. Les chats nous survivront.

P99 : Tu as l’air soucieux ai-je dit au mâle qui lisait le Monde. Tu penses à la guerre Israélo-palestinienne ? – On ne dit pas guerre, on dit conflit.
Je n’ai pas moufté mais Chewbacca ne va pas être content, il faut refaire toutes les affiches.

P125 : Aujourd’hui j’ai vu pointer un rayon de soleil. Alors j’ai immédiatement investi dans un plant de basilic. Il est déjà mort 2 fois. En moyenne le basilic meurt 10 fois. Mort de froid, de chaud, de soif, noyé, sous la grêle, sous attaque terroriste de limaces, dépoté par chute de rambarde, inexpliquée, par esprit de contradiction, par vengeance.

Et vous, osez me dire que vous n’avez jamais connu la solitude de la chaussette orpheline ?


Abecedaire de la Ville
Abecedaire de la Ville
par Jean-Pierre Dupuich
Edition : Broché
Prix : EUR 14,00

5.0 étoiles sur 5 Très coloré, Très agréable, 12 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Abecedaire de la Ville (Broché)
Number One est en Grande Section, elle élabore un abécédaire à l'école. L'alphabet, les différentes manières d'écrire les lettres, le son des lettres, reconnaitre les lettres dans un mot et y associer le son, elle est en plein dedans. J'avais pris un abécédaire poster de chez Jouet Club, elle avait reçu un abécédaire poster princesse, je lui avais également pris un abécédaire livre dense très dense, un peu trop à son âge.(Abécédaire Pour apprivoiser les lettres)

L'abécédaire de la ville est très épuré. Sur la page de gauche il y a l'illustration du mot écrit en page droite. Sur la page droite il y a la lettre écrite de plusieurs manières, le mot présenté écrit sur des lignes à écriture et le mot écrit dans un autre style. C'est simple, ludique, très bien pour un enfant qui débute dans la lecture, vers 5-6 ans. Ma fille fait 2 mots chaque soir et ça se passe plutôt bien. Les images qui accompagnent sont inhabituelles mais très sympa. Ca change des dessins basiques, l'éternel crocodile pour le C, éléphant pour le E. Là c'est de l'art de rue, des oeuvres de "graffeurs", des fresques, des inscriptions, des tags. J'aime beaucoup les images choisies. C'est coloré, vivant, les photos sont bien choisies. Ca permet d'ouvrir l'univers des enfants de cet âge, c'est très bien.

EN bref, un abécédaire très appréciable et très ludique pour un enfant de 5-6 ans.


AU SUD DE LA FRONTIERE A L'OUE
AU SUD DE LA FRONTIERE A L'OUE
par HARUKI MURAKAMI
Edition : Broché
Prix : EUR 7,50

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une lecture plaisante, 8 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : AU SUD DE LA FRONTIERE A L'OUE (Broché)
Ce fut une lecture bien étrange. On découvre les personnages au moment de l’adolescence. Ils sont attachants. Premiers émois, complicité mais la vie fait que… On suit ensuite le parcours ennuyeux de Hajime. Je n’ai pas toujours été d’accord avec ses choix, son style de vie mais j’aime ce qu’il est devenu. On sait très peu de choses sur Shimamoto-San. Ses apparitions / disparitions sont très mystérieuses tout comme le personnage. On la sent détruite, en souffrance, on ne sait que faire pour elle car on ne sait ce qu’elle a en tête. Mais Hajime la désire. Elle est son plus gros regret. Elle est plus importante que la famille. Un avenir est-il envisageable ensemble ? Est-ce dans les intentions de Shimamoto-San ?
C’est un livre dont j’ai apprécié la lecture. C’était plaisant à lire même si finalement il ne m’en reste pas grand-chose car pas vraiment de but à l’histoire. Je ne me suis pas identifiée aux personnages, je ne me suis pas sentie proche d’eux mais leur histoire m’a touchée. Je voulais connaitre l’aboutissement, les choix de chacun. Un livre qui se laisse très bien lire même si après la lecture, je n’en retiens pas grand-chose de ce livre.


Alice au pays des singes, Tome 1 :
Alice au pays des singes, Tome 1 :
par Tébo
Edition : Cartonné
Prix : EUR 13,90

5.0 étoiles sur 5 Je me suis poilée, 27 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alice au pays des singes, Tome 1 : (Cartonné)
Alice en suivant le lapin blanc tombe dans un trou de taupe et déboule dans le pays des singes. Ces derniers la prennent pour Tarzan qui s’est fait subitement la malle il y a quelques temps. Le tigre qui règne sur la jungle n’est pas content de ce retour et compte bien croquer la pseudo Tarzan. Lorsque les macaques admettent qu’elle n’est pas Tarzan, un périple démarre pour l’aider à retourner au pays des merveilles.
J’ai mis un peu de temps à démarrer la lecture de cette BD, les dessins ne me bottaient pas des masses malgré une couverture très aguichante. Je ne savais pas qu’il s’agissait d’une BD humoristique, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en fait, du coup je n’arrivais pas à me lancer. Une fois bien démarrée, je me suis sacrément poilée. Le macaque et ses expressions, je l’ai adoré. « Derrière moi Alice que je le gun », « Alice mon pote, hé mec ! » « Ouille ça craint du boudin » « le pays des merdouille ». Ca donne le ton, c’est léger avec un langage qui m’a bien fait rire. J’avais en plus en tête l’accent d’Obama des guignols avec son éternel « Hey mec ! ».
Alice est naive, aussi naive que la version Lewis Caroll. Ici elle atteint même un degré de « neuneutitude » que j’avais ressenti dans mes lectures d’Alice au pays des merveilles » et « de l’autre côté du miroir ».
Et enfin le tigre, la porte de sortie, il est super ! Il m’a bien fait rire aussi. En particulier au final lorsqu’il nous dévoile la raison de son ressentiment envers Tarzan.
Niveau dessin, au premier abord, ça a coincé. Un peu sombre, c’est la jungle, c’est très vert mais je m’y suis faite. J’ai surtout apprécié 2 doubles pages. La première représente le pays des merveilles. L’image donne parfaitement le côté farfelu de ce monde. La chenille avec sa chicha, le chapelier et le lièvre prenant le thé de non anniversaire, le chat complètement fou, la partie d’échec hallucinante, le morse du conte, la reine de cœur, l’œuf sur le mur, les champignons hallucinogènes, le labyrinthe, les fleurs, tout y est et le rendu fait vraiment « fumage de moquette », c’est très réussi. C’est tout à fait le sentiment que j’avais ressenti à la lecture des oeuvres originales. La deuxième double page est l’arrivée d’Alice dans le pays des singes. Finalement les dessins peuvent être très drôles.
En bref, une lecture qui m’a un peu rebutée au début mais que j’ai finalement trouvée extra. Une véritable poilade !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18