undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de D. Cohen > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par D. Cohen
Classement des meilleurs critiques: 153
Votes utiles : 2754

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
D. Cohen
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Seul dans Berlin
Seul dans Berlin
par Hans Fallada
Edition : Poche

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 De la vie quotidienne sous le III eme Reich, 17 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seul dans Berlin (Poche)
Hans Fallada nous décrit un immeuble de Berlin avec ses occupants pour aborder la question des attitudes pendant le III eme Reich. Il y a ceux qui veulent vivre tranquille, ceux qui regrettent la guerre, ceux qui vivent de petites arnaques, la famille nazie (les Persicke), la vieille dame juive, l'ancien magistrat qui lui vient en aide, le poivrot. On sent le vécu même si parfois la rapidité avec laquelle ce roman a (aurait) été écrit se sent un peu dans un style un peu pauvre. Cela reste un document historique intéressant.


La Quarantaine
La Quarantaine
par Jean-Marie Gustave Le Clézio
Edition : Poche
Prix : EUR 9,70

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Bien ennuyant, 7 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Quarantaine (Poche)
Léon et Jacques, deux frères, retournent sur leur terre natale, l'île Maurice, à bord du navire l'Ava. À la suite d'une escale imprévue, deux passagers du navire sont atteints par la variole ; le bateau, qui ne peut accoster à Maurice, débarque alors ses passagers sur l'île Plate où ils passent plusieurs mois en quarantaine. On s'ennuie beaucoup dans ce roman. Prix Nobel, je suis saisi par le doute.


Dora Bruder
Dora Bruder
par Patrick Modiano
Edition : Poche
Prix : EUR 6,50

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Déroutant, 2 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dora Bruder (Poche)
Pas vraiment un roman, plutôt une quête, celle de Dora Bruder, jeune fille juive mise en pension dans une institution catholique le pensionnat du Saint-Cœur-de-Marie 60 à 64 rue de Picpus, un lieu où elle ne revient pas dormir le soir où elle fugue. A travers des traces du passé, il essaie de retracer son destin. C'est lent, onirique, déroutant. On s'ennuie pas mal dans ce passé ressassé où l'on se snet enfermé. l'impression que Modiano n'arrive pas à tourner la page, qu'il est resté bloqué comme dans un jour sans fin, revaivant en boucle les mêmes épisodes de l'Est Parisien sous l'Occupation.


La Fleur du Capital: premier roman
La Fleur du Capital: premier roman
par Jean-Noël Orengo
Edition : Broché
Prix : EUR 24,00

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un pur chef d'oeuvre !, 28 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Fleur du Capital: premier roman (Broché)
En refermant la dernière page, la 763, je suis resté abasourdi par la puissance de ce roman : un monument, un fleuve littéraire dont le personnage central est cette ville monstrueuse. Pattaya, celle dont l’auteur dit qu’elle héberge cent mille putains. La ville de toutes les folies, de tous les suicides, de toutes les dérives : le miroir du désastre d’un Occident que ses enfants fuient en masse dans un sauve-qui-peut planétaire.

Jean-Noël Orengo nous livre un premier roman sublime et poétique, un chef d’œuvre entre lyrisme et médecine légale. Il se livre à l’autopsie d’un monde onirique, un univers cruel de punters, de ladybars, de ladyboys. Tous livrés à cette folie entre Enfer et Paradis.

Un texte total, beau, sans concession à l’image de la folie de cette cité-ogresse aux yeux étirés de Bouddha. Depuis les blogs des amoureux du Siam jusqu’aux baronnes et autres pirates chassant le dernier client de la nuit à l’Insomnia, ce roman nous emmène dans les errances nocturnes, les doutes, le passé, les espoirs, les affres de cinq personnages emblématiques de cette ville. Marly, Kurtz, Harun et Scribe. Quatre clients, quatre folies, quatre démultiplications, de ce punter ultime cherchant la pierre philosophale entre les cuisses trop douces des jeunes Isânes du soi 6. Ce que Michel Houellebecq appelait l'appel doux et immuable de la chatte asiatique.

Quant à Porn, l’ultime portrait de ce roman, la ladyboy belle et cruelle, elle est la quintessence de ces destins à vendre, toutes celles qui acceptent leur Karma, prennent soin de leur famille en essorant des putassiers heureux de l’être, d’être surtout "enfin vivant" et d’échanger leur papier-monnaie contre un peu de vie. C’est toute l’histoire de la ville, chaque soi, chaque pensée incisée par le scalpel de l’auteur qui défile devant nos yeux. Il serait vain de vouloir résumer ce panorama gigantesque, total. On ne résume pas ce voyage au bout de la nuit.

Ne reste alors que deux solutions :

- Prendre un aller simple pour Pattaya, musarder dans les soi aux néons sanglants, faire la fête au Lucifer, coucher avec les filles du Red Point, sécher des mois dans des piaules minables sans clim entre un corps vendu et le tube de KY, faire le test HIV, les yeux baissés en attendant le verdict. Tomber amoureux, avoir envie de crever, basculer dans une forme de lent suicide siamois.
- Ou bien passer un week-end pluvieux avec du bon café, un frigo rempli, de quoi ne plus ressortir dans le froid de l’hiver et entrer avec bonheur dans cette sublime Fleur du Capital en se disant qu’on ne s’endormira que quand la page 763 sera refermée.


Bluedio HT (Shooting Brake) sans fil bluetooth 4.1 stéréo casque (Noir)
Bluedio HT (Shooting Brake) sans fil bluetooth 4.1 stéréo casque (Noir)
Proposé par diebelleu
Prix : EUR 24,81

1.0 étoiles sur 5 Très fragile, 27 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Le prix est correct, ma seule réserve venait au départ de deux points : autonome de charge assez faible, et le casque serre trop si vous avez la grosse tête. Depuis le casque a cassé au niveau des plastiques des deux côtés. Bien trop fragile.

Je déconseille le produit.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 16, 2015 8:41 AM MEST


Melitta 810055 Cartouche Filtrante Pro Aqua Claris
Melitta 810055 Cartouche Filtrante Pro Aqua Claris
Prix : EUR 14,99

4.0 étoiles sur 5 Très bien, 27 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Melitta 810055 Cartouche Filtrante Pro Aqua Claris (Cuisine)
Pratique pour les machines Melitta, l'eau fait un excellent café... Je conseille sans réserve. Ne pas la changer affecte le goût du café, eau calcaire...


L'économie mondiale 2015
L'économie mondiale 2015
par CENTRE D'ÉTUDES PROSPECTIVES ET D'INFORMATIONS INTERNATIONALES (CEPII)
Edition : Broché
Prix : EUR 10,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Très bon, 27 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'économie mondiale 2015 (Broché)
Un excellent ouvrage économique. Très bonne synthèse sur l'économie mondiale. A conseiller pour tous ceux qui s'intéressent à l'économie dans cette année charnière.


La Mosquée Notre-Dame de Paris : année 2048
La Mosquée Notre-Dame de Paris : année 2048
par Elena Tchoudinova
Edition : Broché

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Potitiquement très incorrect..., 27 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Mosquée Notre-Dame de Paris : année 2048 (Broché)
La première question qui me vient à la lecture de ce roman est :

— Ce livre aurait-il pas pu être écrit et publié en France ?

J’en doute.

Bien sûr, il y a le Houellebecq avec “Soumission” mais l’islam y est plutôt présenté comme une solution pour un auteur déprimé, vantant les joies de la polygamie avec de jeunes femmes. Jean Rolin nous parle dans “les évènements” de salafistes, d’une guerre civile qu’on ne voit jamais. Quant à “Demain les barbares” de Poupart, il commence par un effondrement économique et la création de fiefs salafistes n’est que la conséquence de cet effondrement, de ce vide étatique. On est alors plus proche du post-apocalyptique et de l’ultra-violence.

Non, je ne crois pas que le roman de Elena Tchoudinova puisse être publié en France au delà d’un cercle identitaire restreint. Trop clivant comme on dit, ou trop réaliste. Il faut faire semblant de croire que l’islam acceptera d’être une religion minoritaire, ce qu’il n’a jamais été, nulle part. De la démographie à la poussée salafiste en passant par les multiples guérillas (Nigéria, Thaïlande, Philippines, Somalie…), des cargos chargés de réfugiés économiques en passant par les assauts sur Ceuta ou Melilla, tout nous montre que ce Paris de cauchemar décrit par Elena Tchoudinova n’est malheureusement plus impossible. Qui se souvient que Sainte Sophie fut la plus grande église de la Chrétienté et Constantinople la Deuxième Rome, celle des Grecs ? Un précédent présent dans les consciences russes sûrement quelque part à l’origine de ce roman d’anticipation ?

En 2048, l'Europe entière, à l'exception de la Pologne catholique et de la Russie orthodoxe, est islamisée. De gré ou de force, les chrétiens ont embrassé la religion musulmane. La Charia est appliquée avec une rigueur terrible, notamment envers les derniers Chrétiens qui vivent en dhimmis dans de véritables ghettos paupérisés. L’alcool est proscrit. Un vigneron surpris à faire du vin sera lapidé sous l'Arc de Triomphe. Une poignée de Chrétiens se réunit en secret dans les catacombes autour de Lothaire, un jeune prêtre. Le dernier carré des résistants comme Eugène Olivier (dont le grand-père, servant à Notre Dame a été égorgé quand un groupe de salafistes s'empara de la cathédrale pour en faire la mosquée Al Franconi… comme à Sainte Sophie) ou Sophia (tiens, tiens…) une otage chrétienne torturée par les islamistes. Ces derniers Chrétiens organisent des attentats pour éliminer les cadis les plus sanguinaires à l'encontre des « kaffirs » (infidèles). Décider à en finir une fois pour toutes, le pouvoir musulman décide de nettoyer définitivement les derniers ghettos chrétiens. Un espion faussement converti, mais travaillant en fait pour la Russie libre, vendra la mèche. Les résistants décident alors de se lancer dans un baroud d'honneur désespéré qui aura pour cadre l'île de la Cité et son symbole la Mosquée Notre-Dame.

Ce livre d'anticipation donne froid dans le dos par son implacable logique et sa vraisemblance. Tout comme Houellebecq, Poupart ou Rolin, Elena Tchoudinova extrapole le présent pour imaginer les conséquences logiques du Grand remplacement. Le style reste en deçà des trois autres ouvrages cités, mais la valeur de ce roman n’est pas littéraire, elle est d’ouvrir une fenêtre terrifiante sur un possible. Ceux qui pensent que tout cela est une fiction pour identitaires obsessionnels devraient parler avec les Chrétiens assyriens, les Chaldéens, les Maronites, avec les Coptes d’Egypte harcelés au quotidien par les Frères musulmans ou visiter la mosquée Sainte Sophie qui était encore une église quelques années à peine avant la naissance du plus puissant sultan ottoman : Soliman le Magnifique.

Après tout, le "Camp des saints" de Raspail date de 1973 et l'impossible d'alors est devenu notre quotidien.


Une révolution sous nos yeux (TOUC.ESSAIS)
Une révolution sous nos yeux (TOUC.ESSAIS)
Prix : EUR 9,99

74 internautes sur 77 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quand Caldwell rencontre Houellebecq, 24 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une révolution sous nos yeux (TOUC.ESSAIS) (Format Kindle)
Ce qui me frappe à le lecture de ce remarquable ouvrage c'est la convergence entre l'analyse de chercheurs comme Caldwell, Tribalat, Christophe Guilluy, PA Taguieff et celle de romanciers qui nous présentent une France sombrant dans un futur dominé par l'islam.

Dans les deux cas, la conclusion est identique : une modification aussi considérable de la population de l'Europe impactera nos sociétés. Dans "Soumission" qui n'est pas son meilleur roman, on voit que Michel Houellebecq oscille entre la guerre civile esquissée et la soumission. Il fait le pari que l'Occident préférera éviter le conflit. Jean Rolin dans "les évènements" parle d'un pays qui plonge dans la guerre civile ethnique mais celle-ci reste rêveuse, pittoresque, presqu'irréelle. Là-aussi, finalement le romancier n'ose pas aller jusqu'au bout du futur terrifiant qu'il pressent. Enfin dans "Demain le barbares", F. Poupard nous plonge dans un pays exsangue ravagé par la guerre civile et le crime. Dans un texte post-apocalyptique voire survivaliste, Paris ressemble à Mogadiscio ou Beyrouth sous les bombes et le pays déchiré entre milices salafistes et identitaires (comme chez Rolin) se disloque en quelques jours.

Le seul parallèle historique qui vient à l'esprit à la lecture de ces ouvrages est l'effondrement de l'Empire romain sous la poussée barbare au IV et V siècles.

L'ensemble de ces analyses fait froid dans le dos. Les romanciers sont souvent des visionnaires qui, au même titre que les chercheurs, sentent l'air du temps. Dans ce domaine, le roman de Jean Raspail "Le camp des Saints" écrit en 1973 reste impressionnant de vision. A chaque fois que je vois un cargo bondé de réfugiés aborder Lampedusa, je pense à ce livre. Dans quelques années, les livres de Caldwell, Houllebecq, Rolin ou Poupard apparaitront probablement comme visionnaires. Et tout cela fait froid dans le dos.
Ce qui frappe le plus c'est la rapidité avec laquelle les choses se sont modifiées. La France de mon enfance sentait encore bon l'ambiance rurale de l'après-guerre, la messe dominicale, les étapes du Tour de France. En quelques années, notre pays semble au bord de la guerre civile. Personne ne sait comment tout cela finira mais ce qui est certain, c'est que ceux qui ont permis cela portent une très lourde responsabilité.

Le mérite d'auteurs comme Caldwell est de nous prévenir, personne ne pourra dire, je ne savais pas.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 4, 2016 1:44 PM CET


Devenir soi
Devenir soi
par Jacques Attali
Edition : Broché
Prix : EUR 14,50

20 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Une belle daube, 17 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Devenir soi (Broché)
J'avoue ne pas avoir réussi à terminer la suite de clichés cent fois ressassés que nous impose Saint Attali. Clairement, un des plus mauvais livres de développement personnel que j'ai lu depuis pas mal d'années.

L'auteur n'évite aucune des nombreuses portes ouvertes qu'il enfonce avec une jubilation qui m'épate. Je savais ce personnnage qu'on ne présente plus narcissique, susceptible et orgueilleux mais je le pensais au moins intelligent.

Comment a-t-il pu commettre ou signer un tel ouvrage ? Comment les médias ont-ils pu l'inviter sur tous les plateaux pour faire la promotion de cette daube ?

Etonnant comme disait Pierre Desproges


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20