Profil de D. Cohen > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par D. Cohen
Classement des meilleurs critiques: 273
Votes utiles : 1878

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
D. Cohen
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Karpathia
Karpathia
par Mathias Menegoz
Edition : Broché
Prix : EUR 23,90

22 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très beau roman..., 5 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Karpathia (Broché)
... qui serait trop long à résumer mais le style est superbe et l'ambiance de cette fresque austro-hongroise est très prenant.

Pour tout ceux qui aime l'aventure, la nostalgie de cette époque où les officiers portent sabres et shako, où la vie déborde des tavernes, où le crime hante les sombres forêts de Transylvanie. On suit les aventures du comte Alexander Korvanyi et de son épouse autrichienne Cara von Amprecht. Les plus de 700 pages passent à toute vitesse tant ce roman est prenant. Un grand bravo à l'auteur tant on est proche du chef d'oeuvre.

A lire au lieu de vous abrutir des mini-romans de Nothomb à la Pétronille, suivez les traces de Sandor et de Cara dans cette Europe proche du Moyen-âge.


Pétronille
Pétronille
Prix : EUR 11,99

40 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Plus du Beaujolais Village que du Champagne..., 3 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pétronille (Format Kindle)
Le Nothomb de la rentrée c'est un peu comme le Beaujolais-Village, on a beau avoir eu mal à la tête l'année précédente, le matraquage publicitaire est tel qu'on replonge...

Bien sûr après on regrette. Forcément...

C'est toujours les mêmes recettes:

- des prénoms à la mords moi le noeud. On avait eu droit à Pannonique, Zdena, Saturnine, Zoïle et Astrolabe voilà Pétronille.
- une histoire courte et simple... pourquoi se casser le c... ?
- de gros caractères
- une photo de l'auteure avec son chapeau sur la couv... on ne vend pas un livre mais un Nothomb
- un plan média serré avec apparition en gothique sur tous les plateaux en chapeau, genre Veyrat vantant ses plantes alpestres.
- un humour que je qualifierais de daté pour être gentil
- pas vraiment de style ni de message. On évite la prise de tête.

Je dois reconnaître une qualité à Amélie Nothomb, celle du marketing. Elle s'est starisée et a compris que son public n'avait pas la capacité d'aller au delà de 200 pages écrit gros. Une nouvelle en somme...

Ses lecteurs achètent le bouquin comme chaque année je renouvelle ma carte intégrale... Un réflexe. J'ai plus de rancoeur envers les médias qui nous servent ce mauvais picrate chaque année sans prendre la peine d'aller chercher les grands crus qui doivent se trouver dans le reste de la production littéraire.

L'histoire me direz vous ? Benh Amélie rencontre une lectrice androgyne amatrice de Champagne et se lie d'amitié avec elle. Elles font des virées et picolent. Le ski, Londres... Voilà voili voilou...

Economisez vos 16.50 EUR et payez vous plutôt une bouteille de Champagne. C'est plus enivrant et ça fait moins mal à la tête.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 16, 2014 1:10 AM MEST


JOURNAL D'UN GARÇON DISCRET
JOURNAL D'UN GARÇON DISCRET
Prix : EUR 2,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un texte d'une grande puissance, 5 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : JOURNAL D'UN GARÇON DISCRET (Format Kindle)
Rien ne me destinait à acheter un livre estampillé gay mais quand j'ai commencé à lire ce texte, j'ai été aspiré par le style, la puissance, la sincérité qui s'en dégage. J'ai lu d'une traite ce court roman tant le texte est prenant dans sa structure en forme d'enquête. On a envie de savoir ce que Léo va vivre et devenir.

Le destin et l'enfance de Léo prennent aux tripes dans cette ambiance oppressante du Nord pluvieux. L'opposition entre la découverte de sa sexualité et l'éducation sévère est très prenant. Le passage sur l'Empire des mères est un des plus beaux du roman. Au delà de la découverte de soi-même qui dépasse en effet le strict point de vue homosexuel, c'est le style qui impressionne par son côté sans gras, sec, percutant, parfois cru et même violent. Une gifle...

Un roman universel qui parle à tout un chacun de la confrontation entre ce que nous sommes et ce que la société veut faire de nous. Un texte qui mérite beaucoup mieux que sa couverture lascive avec éphèbe aux couleurs gay. Je reste étonné que des textes de cette qualité littéraire ne rencontre pas plus d'écho. Si je le compare avec "En finir avec Eddy Bellegueule" d'Edouard Louis qui raconte aussi une trajectoire homosexuelle dans le Nord (Picardie) mais dans un milieu plus populaire que celui de Léo, il n' y a pas photo. Le Journal d'un garçon discret est un texte beaucoup plus authentique qui prend aux tripes sans être racoleur comme Edouard Louis.

Les journalistes gagneraient à sortir du suivisme et d conformisme pour découvrir ce genre de pépite littéraire.


Trilogie de L'emprise (Tome 1) - L'emprise
Trilogie de L'emprise (Tome 1) - L'emprise

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Roman commercial au style agréable, 25 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Trilogie de L'emprise (Tome 1) - L'emprise (Format Kindle)
Marc Dugain écrit bien mais ce roman sent trop le coup éditorial pour surfer sur le dégoût du monde politique. Les caractères et la soif du pouvoir font dans la caricature comme le cynique Lubiak, on retrouve également des gens ressemblant à des personnes connues comme Squarcini ou le groupe Areva. Finalement c'est dans la relation dans le couple de Launay que le roman est le meilleur avec cette femme qui reproche à son mari le suicide de leur fille. Le reste fera très bien une adaptation télévisée.

Au delà d'un certain niveau de dégoût dans la réalité faut-il écrire encore ou plutôt se taire et passer à autre chose ?

Avec ce roman, Marc Dugain répond à cette question. C'est déjà ça, même lui semble mélancolique quand il parle de la politique comme on parle d'une maîtresse que l'on a aimé.


Transsibérien (Littérature Française)
Transsibérien (Littérature Française)
Prix : EUR 6,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Ceux qui l'aiment prendront le train..., 22 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transsibérien (Littérature Française) (Format Kindle)
Invité avec d'autres écrivains sur le Transsibérien, l'auteur nous livre des réflexions inégales sur la nouvelle Russie. Il y a quelques clichés, des étonnements, une nostalgie et beaucoup de culture. Un livre plein d'information sur ce continent sibérien, à lire par tous ceux qui prendront le train.

Un récit de voyage parfois paresseux mais souvent instructif.


Les oiseaux de Bangkok
Les oiseaux de Bangkok
par Manuel Vázquez Montalbán
Edition : Poche
Prix : EUR 7,60

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Vraiment pas terrible, 7 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les oiseaux de Bangkok (Poche)
Mon premier Vasquez Montalban et mon dernier tant la description de Bangkok manque de saveur. Il y a beaucoup mieux pour ceux qui veulent découvrir les oiseaux de Bangkok. Encore que la métaphore marine me semble plus exacte.


Pimp : Mémoires d'un maquereau
Pimp : Mémoires d'un maquereau
par Iceberg Slim
Edition : Broché
Prix : EUR 7,60

5.0 étoiles sur 5 Un diamant noir, 7 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pimp : Mémoires d'un maquereau (Broché)
Une plongée dans le monde glacial d'Iceberg Slim où l'on apprend comment se bâtir une écurie de gagneuses et se la garder. Un roman dur et cruel sur le monde du ghetto.


Bangkok 8
Bangkok 8
par John BURDETT
Edition : Poche
Prix : EUR 8,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Le premier mais pas le meilleur..., 7 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bangkok 8 (Poche)
Bof bof... A lire pour touts ceux qui aiment la Thaïlande mais l'intrigue me semble pas mal tiré par les cheveux, pas mal de clichés comme cette histoire de serpents.
A mon avis le meilleur de Burdett reste malgré tout Bangkok Psycho qui est plus complexe et un peu fantastique.


The Dead Zone
The Dead Zone
Prix : EUR 6,20

3.0 étoiles sur 5 Pas le meilleur des King..., 28 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dead Zone (Format Kindle)
Stephen King est un grand auteur de fantastique mais il livre là une histoire plutôt mineure et ennuyante. C'est long, souvent laborieux et on peut s'en dispenser. Ceux qui veulent découvrir cet auteur risque d'être découragé avec Dead Zone, l'histoire de John Smith, un homme qui à la suite d'un accident qui l'a plongé dans le coma se retrouve doué d'une capacité médiumnique. L'histoire de Stillson un aventurier douteux visant la présidence est pas mal tirée par les cheveux. Je tairai la suite pour ne pas déflorer l'intrigue (assez prévisible).


Peste et Choléra - Prix Femina 2012
Peste et Choléra - Prix Femina 2012
Prix : EUR 6,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Instructif, 22 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Peste et Choléra - Prix Femina 2012 (Format Kindle)
Patrick Deville nous fait découvrir le passionnant Alexandre Yersin, un touche à tout génial qui a traversé cette période entre Pasteur et ses élèves et colonisation de l'Indochine. Mais si le livre est bien documenté, il présente plusieurs défauts.

- Les incessants allers retours entre passé et futur font qu'on ne sait plus très bien où l'on en est. Tout cela est très chaotique. La linéarité permet mieux de comprendre un destin si extraordinaire que ce portrait en kaléidoscope assez déroutant.
- Le voyageur du futur avec son carnet gris taupe n'amène pas grand chose à la lecture.
- Le style n'est pas très séduisant alors que le sujet indochinois aurait permis d'aller vers une plus grande sensualité. Cela reste sec comme du Wikipédia.
- Les approximations scientifiques sont nombreuses (sérum versus vaccin par exemple).

Mais le plus grand défaut à mon avis est ce sentiment de rester à l'extérieur du personnage de Yersin. Deville nous fait comprendre que l'homme ne reste guère plus de deux ans dans un poste ou sur un sujet mais pour le reste de sa vie, on a du mal à entrer dans sa psychologie même si des allusions parlent de jeunes aides qui l'accompagnent sans aller jusqu'au bout. Yersin reste un homme sans sexualité (alors que son attirance pour les jeunes garçons est connue) et sans véritable caractère alors qu'il devait en avoir un sacré pour réaliser tant de choses.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20