Profil de Amadis > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Amadis
Classement des meilleurs critiques: 1.481
Votes utiles : 335

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Amadis

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10
pixel
Les trois légions, I : L'Aigle de la 9e légion
Les trois légions, I : L'Aigle de la 9e légion
par Rosemary Sutcliff
Edition : Poche
Prix : EUR 8,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 ... quand l'histoire rencontre l'Histoire, 10 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les trois légions, I : L'Aigle de la 9e légion (Poche)
Alors que l'avenir souriait à Marcus Aquila, un jeune légionnaire brillant envoyé en Bretagne pour y faire régner l'ordre, voilà que ses ambitions s'écroulent brusquement, suite à une vilaine blessure à la jambe. Fidèle à son pays, Marcus est cependant chargé d'une mission de la plus haute importance : parcourir la Bretagne à la recherche de l'Aigle de la neuvième légion, l'étendard sur lequel son père devait veiller, avant de disparaître mystérieusement. Commence alors pour Marcus un terrible périple, qui le mènera en territoire barbare.

L'Aigle de la neuvième légion est un classique en littérature de jeunesse. S'inspirant de faits historiques réels, l'Aigle de la neuvième légion est un roman d'aventure historique à conseiller à ceux qui désirent découvrir l'Antiquité Romaine au fil d'une agréable lecture. En plus d'une intrigue prenante, les personnages sont tous aussi attachants les uns que les autres : Marcus à qui on peut s'identifier sans peine, Esca, digne malgré sa condition d'esclave, Loupiot mais aussi Cottia, une jeune fille fougueuse qui n'a rien à envier à Marcus question caractère.

Conquise par le livre, il ne me reste donc plus qu'à regarder le film maintenant, car l'Aigle de la 9e légion a été adapté au cinéma avec Channing Tatum dans le rôle de Marcus, et Jamie Bell dans celui d'Esca.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 31, 2013 12:24 PM MEST


Black Rose Alice Vol.6
Black Rose Alice Vol.6
par Setona Mizushiro
Edition : Broché
Prix : EUR 6,79

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 To be continued..., 26 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Rose Alice Vol.6 (Broché)
Alors que le départ de Dimitri est un véritable coup de tonnerre pour Alice et ses prétendants, les souvenirs de Kaï et Reiji se réveillent lentement, levant ainsi le voile sur leur passé trouble... Rien ne va plus, au nid des Vampires !

Après avoir eu très peur quant à la tournure qu'a pu prendre ce dernier tome de Black Rose Alice, avec le départ de Dimitri et l'arrivée soudaine d'un nouveau personnage (sans parler des états d'âme d'Alice qui n'en finissent plus !) Mizushiro Setona sait toujours aussi bien surprendre ses lecteurs. Alliant humour et réflexion profonde sur ce qu'est la nature véritable de l'Amour, ce sixième tome de Black Rose Alice, à la fois tendre, brute et envoûtant, clos en beauté le premier arc de la série.

Et rassurez-vous, même si la fin reste ouverte, le suspense n'est pas non plus insoutenable... tant mieux, parce que pour l'instant, on ignore encore quand la série reprendra son cours au Japon.


Paradise
Paradise
par Simone Elkeles
Edition : Broché
Prix : EUR 13,90

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Lecture sympathique pour lectrices à coeur de midinette, 12 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paradise (Broché)
Publié à l'origine en 2007, soit un an avant Irrésistible Alchimie, Paradise est un roman qui annonce les prémices de la trilogie des frères Fuentes : les points de vue alternés, l'amour qui revient à la haine, la barrière sociale... Les thèmes qui sont chers à Simone Elkeles sont donc présents, mais malgré ces similitudes, Paradise n'a pas été un véritable coup de caeur. Il lui manquait un petit quelque chose. Le scénario, bien que convenu d'avance et sans grands rebondissements, reste plaisant et facile à lire. Ce sont plutôt les personnages principaux qui manquent de sel, de cet humour ravageur que dis-je, du charisme qui fait que l'on craque pour les frères Fuentes. Dans Paradise, l'atmosphère est plus lourde et sérieuse, les personnages ont un caractère résigné et torturé qui peut vite exaspérer. Heureusement que Mrs Reynolds est là pour dynamiser un peu l'histoire !

Plein de bons sentiments et fleur bleu, Paradise n'égale pourtant pas la trilogie des frères Fuentes dans mon caeur mais reste une bonne lecture de divertissement. La plume de Simone Elkeles est toujours aussi agréable à lire et les pages filent sans même que l'on s'en rende compte. Un deuxième tome est prévu et j'en attends beaucoup.


The Lying Game - T1
The Lying Game - T1
par Sara SHEPARD
Edition : Broché
Prix : EUR 16,10

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un Desperate Housewife pour adolescents !, 10 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Lying Game - T1 (Broché)
Avec Tu es moi, le premier volume de la série The Lying Game, Sara Shepard, sait comment maintenir son lecteur en haleine : un récit haletant, des personnages attachants quoi que légèrement stéréotypés et une ambiance oppressante, pleine de non-dits dans laquelle on devine des secrets dérangeants...

The Lying Game fait partie de ces livres addictifs, ceux qu'une fois commencé, il est impossible de lâcher : qui est coupable du meutre de Sutton ? La petite saeur ? Les amies de lycée ? La rivale ? Le beau garçon ténébreux ? C'est un peu comme si Emma venait de débuter une partie du Loup-Garou de Thiercelieux version lycéenne : derrière chaque camarade de classe se cache un Loup-garou qui rôde à l'affut car beaucoup enviaient Sutton, la fille la plus populaire et tyrannique du lycée. Qui est coupable, qui est innocent ?

Concept original : c'est à travers le regard d'une Sutton version spectre que l'on suit les aventures d'Emma. En effet, la jeune fille ignore tout des raisons pour lesquelles on l'a définitivement réduite au silence. Impuissante, elle tente, comme sa jumelle, de résoudre l'enquête.

The Lying Game est donc un livre qui plaira à celles et ceux qui aiment les enquêtes policières allié à un univers très girly : car en grattant un peu, Emma va vite se rendre compte que la vie de rêve que menait sa jumelle n'était pas si rose, en réalité.


Dans ma bulle
Dans ma bulle
par Éléonore Cannone
Edition : Broché
Prix : EUR 10,70

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Journal intime pour Geek qui s'assume !, 26 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dans ma bulle (Broché)
Attention, attention, surprises et éclats de rire garantis ! Rappelant Chloé & the Dark Light avec son côté original et décalé, Dans ma bulle, Le carnet de Théo est un roman à conseiller aux jeunes ados fanas du Japon, mais aussi aux moins jeunes ayant conservés la même passion pour la culture nippone au fil des ans.

Humoristique et touchant à la fois, l'originalité de ce petit roman tient en ce qu'il regorge de références aux mangas/animés (Monster, Black Butler), aux jeu-vidéos (Final Fantasy, Tales of), à la musique (Peter Doherty, Dir en Grey) et à la langue japonaise ! On a l'impression de lire un vrai journal intime d'adolescent, autant dans les questionnements qui s'y trouvent que dans les réactions du personnage principal. Je me suis totalement reconnue en Théo, malgré notre différence d'âge (aurais-je gardé mon âme d'enfant otakette ?) en ayant parfois l'impression que l'auteure m'avait totalement percée à jour.

Les dessins de Sinath (l'illustratrice) quant à eux, ajoutent du charme au roman, puisqu'ils aèrent le texte et contribuent à l'effet comique. On regrettera cependant le côté "remplissage" qu'ils prennent parfois. En effet, il arrive que ceux-ci, très beaux, soient réutilisés dans d'autres contextes totalement différents, une dizaine de pages plus loin... une fois, deux, trois, quatre fois même, ce qui sur la longeur, dissocie le texte des illustrations, mais n'enlève cependant rien à la beauté des dessins. En espérant que dans le prochain tome, il y ait encore davantage de dessins, mieux exploités cette fois-ci, car Le carnet de Théo n'est que le premier tome d'une trilogie.

Bref, vous l'aurez compris, j'ai totalement craqué sur ce roman d'Eléonore Cannone, illustré par Sinath... mais quand on retrouve des noms tels que les Arctic Monkeys, Miyavi, Fruit Basket, Death Note, Black Jack... comment être partiale, après ça ? (lol)


L'invention de Hugo Cabret
L'invention de Hugo Cabret
par Brian Selznick
Edition : Broché

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ne tournez pas la page trop vite ! Imaginez d'abord que vous êtes assis dans le noir, comme au cinéma avant le début d'un film.., 21 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'invention de Hugo Cabret (Broché)
Un automate cassé, un mystérieux dessin, un marchand de jouet et un petit voleur, L'invention de Hugo Cabret est un roman propice à l'émerveillement ! En plus de son histoire, authentique et touchante, le principal intérêt de Hugo Cabret réside dans son caractère hybride. Raconté en mots et en images, le roman de Brian Selznick est à mi-chemin entre un roman et un livre illustré. Ici, les dessins n'illustrent pas l'histoire, ils la créent et font parti intégrante de celle-ci. C'est ce qui rend l'oeuvre de Brian Selznick très cinématographique.

Sous fond de conte de Noël, ce roman en deux parties se lit très vite, et pour cause, puisque le livre est composé de 158 superbes illustrations. Si le texte montre l'action, les dessins complètent celui ci, en faisant office de description. L'invention de Hugo Cabret charmera petits et grands lecteurs : il encouragera les plus jeunes à lire un "pavé" de cinq cent pages et fascinera aussi les plus grands, de par la dextérité de conteur de l'auteur, qui arriver à mêler diffèrents genres avec brio.

Brian Selznick a su exploiter ses talents pour faire de son roman une oeuvre unique, un conte hivernal, mystérieux et magique, mêlant aux rêves une réflexion sur les débuts du cinéma. Composé de textes, images, croquis et photographies, L'invention de Hugo Cabret ne laissera pas de marbre les amateurs de belles histoires et de belles illustrations. Brian Selznick est assurément un auteur/illustrateur de talent, qui mérite d'être connu.

Aucune surprise, donc, à ce que ce roman, aussi magnifique qu'unique, ait été porté au cinéma par le grand Martin Scorsese, qui rendent ainsi tous deux hommage au grand George Méliès, pionnier du cinéma français.


The Day Before
The Day Before
par Lisa Schroeder
Edition : Relié
Prix : EUR 13,52

4.0 étoiles sur 5 Poétique et envoûtant, 30 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Day Before (Relié)
The Day Before est un très joli roman, écrit presque totalement en vers. La poésie rend ainsi compte de toute la profondeur, mais aussi de la fugacité des émotions que ressentent les personnages : derrière chaque mot se cachent mille sensations.

Plein de non-dits et d'allusions, ce roman de Lisa Schroeder est donc un véritable concentré d'émotions brutes. Il se lit d'une seule traite, tant on cherche à comprendre les mystérieuses motivations des personnages. Mais le mieux, pour découvrir The Day Before, est peut-être d'ailleurs de s'y plonger...


Memento Mori 01
Memento Mori 01
par Rann
Edition : Relié
Prix : EUR 10,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Tonkam au Pays des BDs !, 24 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Memento Mori 01 (Relié)
A la croisée du manga et de la bande-dessinée française, préparez-vous à sombrer dans l'univers onirique de Memento Mori...

Empruntant à la Belle et la Bête certains motifs, Memento Mori enchevêtre une multitude de thèmes et personnages propres aux contes de fées : une héroïne légèrement garçon manqué, le Prince d'un royaume féérique victime d'une malédiction, sans oublier la méchante demi-soeur... Malédictions, sombres complots et pouvoirs magiques sont au programme.

Au niveau des dessins, les graphismes sont denses et travaillés. Rann a d'abord su se faire un nom dans le monde des fanzines, ces petits magazines faits par les fans de mangas, vendus lors des conventions d'animation tels que la Japan Expo. On ressent ainsi toute l'influence manga dans le chara-design des personnages créés par la jeune auteur. Je pense notamment au personnage de Franz, qui rappellera sans doute Lelouch Lamperouge aux fans de la série Code Geass. Cette fois, pour son premier projet professionnel, c'est une bande-dessinée entièrement en couleur que nous livre Rann. On est bien loin des BDs amateurs en noir et blanc car chaque page tournée est un véritable arc-en-ciel de couleurs et de nuances !

Alliant des graphismes plaisants à une intrigue prenante, savamment dosé entre sérieux et humour, Memento Mori a donc tout pour plaire et se lit d'une traite, tant on est pressé de découvrir quels secrets cache le village de Tenval. Beaucoup de mystères restent d'ailleurs irrésolus une fois la dernière page tournée, et c'est normal puisqu'un deuxième volet est prévu, pour notre plus grand plaisir !

A noter : l'édition de ce premier volume est tout simplement sublime, un grand format couleur à un prix tout à fait raisonnable. Foncez dans vos librairies !


Le dernier hiver
Le dernier hiver
par Jean-Luc Marcastel
Edition : Broché

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'Homme est un loup pour l'Homme, 16 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le dernier hiver (Broché)
Alliant un petit côté très "contes macabres" à une ambiance oppressante, Le Dernier Hiver de Jean-Luc Marcastel vous fera frissonner du début à la fin.

Dans un futur proche où la nature reprend ses droits et se venge de la trop longue suprématie des Hommes sur Terre, la civilisation humaine décline lentement. Le Dernier Hiver est un roman à ne pas manquer : des personnages attachants, une ambiance surréaliste, le tout saupoudré de suspense et de créatures qui font VRAIMENT PEUR (en majuscule, oui, j'en profite d'ailleurs pour vous déconseiller de lire ce roman avant d'aller dormir XD)

Les créatures imaginées par Jean Luc Marcastel font la force de ce roman : les pins tueurs, ces arbres mutants qui s'abreuvent du sang de ceux que leurs branches ont le malheur de rencontrer marqueront les esprits... et si vous n'êtes déjà pas vraiment rassurés à l'idée de traverser une telle forêt (même en tant que spectateur), ne vous en faites pas : ces bois recèlent bien d'autres bizarreries pire encore que la première. Leur point commun ? Ils désirent tous votre sang.

J'ai été très sensible à l'ambiance qu'arrive à instaurer l'auteur dans ce roman, à la fois oppressante, fascinante et cruelle : un mélange de sensations qui fait qu'il est impossible de lâcher ce roman, tant que les héros ne sont pas tous en sécurité. Certaines scènes sont plutôt dures, ce qui peut surprendre pour un roman estampillé Black Moon (préjugés, quand tu nous tiens...). La facilité n'est pas du voyage... Mais malgré cette part sombre du roman dans lequel la tristesse se mêle à l'espoir, Le Dernier Hiver reste bien une ode à la vie et à l'Amour.

Les thèmes abordés dans ce roman sont d'actualité : on s'interroge ainsi sur notre perception de la Terre et sur nos rapports avec la nature, mais aussi sur la notion d'évolution : qu'est-ce qu'être humain ? Car parfois, les créatures les plus cruelles ne sont pas forcément celles que l'on croit...

Lecture douce et amère à la fois, Le Dernier Hiver de Jean-Luc Marcastel a donc été un véritable coup de caeur. Je conseille cette lecture aux amateurs de dystopie !


La Fille du Marais
La Fille du Marais
par Franny Billingsley
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Something Wicked This Way Comes, 7 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Fille du Marais (Broché)
La fille du marais est un roman complexe dont il est difficile de rendre compte avec des mots : tout n'y est que ressenti, ce qui peut rendre les premières pages opaques. Sans fard ni paillettes, Briony raconte son histoire à la première personne dans un style qui lui est propre : sombre, tarabiscoté et jonché de métaphores étranges.

Briony est pour le moins une héroïne atypique : très dure envers elle-même et autrui, elle ne plaira pas à tout le monde de par son cynisme et son détachement. Et si notre sorcière n'est pas forcément une héroïne de roman à laquelle on s'identifie facilement, on s'y attache néanmoins au fil des pages, si on sait aller au-delà des apparences. Eldric, le personnage masculin principal, quant à lui, est à l'opposé de Briony : nouveau venu dans la ville de Swampsea, c'est un véritable rayon de soleil dans ce sombre univers. Il réussit à faire fondre les lectrices sans être parfait. Les passages dans lesquels il apparait sont vraiment agréables à lire.

Malgré ses méandres, La fille du Marais reste donc un récit haletant si l'on ne s'y laisse pas embourber. Lugubre et mystérieuse, l'ambiance est très « burtonienne », oscillant constamment entre ténèbres et lumière. J'ai été sensible aux créatures que l'on rencontre dans le marais : la Muse Noire, la Main Morte.... Elles fascinent et glacent le sang à la fois.

La Fille du Marais a donc tout pour plaire : une intrigue rondement menée, des personnages attachants et réalistes, mais surtout un univers unique en son genre, fantastique et poétique. Il faudra cependant passer outre les quelques difficultés du roman de Franny Billingsley pour pouvoir l'apprécier pleinement, car La fille du Marais est un livre qui se bonifie de pages en pages, une sorte de Saga des Sorcières Mayfair (Anne Rice) pour adolescents : à vous couper le souffle.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10