Profil de Amadis > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Amadis
Classement des meilleurs critiques: 1.321
Votes utiles : 329

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Amadis

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10
pixel
Sortilège
Sortilège
par Alex Flinn
Edition : Poche

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 une réécriture sympathique, 12 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sortilège (Poche)
Le ton est donné dès les premières pages du livre, avec la reproduction d'un forum de discussion internet ayant pour sujet magie, sorcières et sortilèges : Sortilège est un roman qui mélange tradition et modernité.

Adaptation contemporaine du conte de la Belle et la Bête, l'intérêt de ce roman ne réside pas dans son intrigue, loin de là, dans la mesure où le suspense reste quasi inexistant pour un lecteur assidu du conte original (ou un amateur du film de Disney).

Sortilège est avant tout la réécriture d'un mythe littéraire connu de tous. Avoir adopté le point de vue de la "Bête" (et le cynisme de Kyle) apporte une véritable fraîcheur au récit. Le roman suit le cheminement du héros dans sa "rédemption" plutôt que de se contenter de nous montrer la résolution du sortilège par l'arrivée fortuite d'une jeune fille. Ainsi, après avoir achevé ce roman, le lecteur portera un regard neuf sur le conte original.

Mais l'auteur ne se cantonne pas qu'à cela. A travers les lectures de ses protagonistes, elle fait référence à d'autres livres (Jane Eyre, Le portrait de Dorian Gray), d'autres contes célèbres (La Petite Sirène, La Princesse et la Grenouille), qui visent à élargir la réflexion sur les liens qu'entretiennent beauté physique et beauté psychique. Ces clins d'aeil sont un véritable régal, aussi bien pour des lecteurs qui connaissent déjà ces aeuvres auxquelles les héros font allusion que pour les lecteurs néophytes désireux d'étendre leur réflexion sur le thème de la beauté avec d'autres lectures.

En bref, je dirais donc que Sortilège est un livre que les amateurs du conte original dévoreront ne serait-ce que par curiosité... Réécriture fidèle, on déplorera cependant une histoire qui colle bien trop à l'aeuvre originale dans le déroulement de l'action, ce qui prive l'intrigue de tout suspense. L'intériorité du protagoniste prévalait sans doute plus pour l'auteur.


Arcane de l'aube (l') Vol.1
Arcane de l'aube (l') Vol.1
par Zoé Sofer
Edition : Poche
Prix : EUR 6,79

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un tome prometteur !, 6 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Arcane de l'aube (l') Vol.1 (Poche)
Des alliances politiques fragiles, un mariage forcé, un Prince plutôt orgueilleux, une Princesse au caractère aussi flamboyant que ses cheveux et un serviteur dévoué au passé mystérieux : tous les ingrédients pour faire un bon shôjo sont réunis dans ce premier tome de L'Arcane de l'Aube.

A l'image de sa couverture qui subjugue au premier regard, L'Arcane de l'Aube est un shôjo qui sort de l'ordinaire. Avec un fond légèrement politique, il plonge ses lecteurs dans un univers fantasy des plus intéressants où noblesse, humains et "demi-humains" (mi-bêtes, mi-humains) se côtoient.

Sans sombrer dans le mélodramatique, l'ensemble est dynamique : on rit, on est ému. Dans ce premier tome, Rei Toma ne s'attarde pas sur les détails et fait rentrer de plein fouet ses lecteurs au caeur de l'action : pas de discutions inutiles, on a à peine le temps de respirer qu'on se retrouve d'emblée embarqué dans l'univers, pris par l'histoire de cette Princesse prisonnière de son ennemi qu'elle devra apprendre à aimer. Tout va très vite - presque trop vite, ce qui donne toute sa fraîcheur à l'aeuvre, mais aussi un petit côté superficiel. Bref, on aime ou on n'aime pas.

Les graphismes, quant à eux, sont soignés, et si les décors sont plutôt minimalistes, c'est pour mieux attirer l'attention sur la psychologie des protagonistes. Les dessins de Rei Toma contribuent à l'ambiance de L'Arcane de l'Aube, en apportant une petite touche de douceur à l'aeuvre : les visages sont particulièrement expressifs, les costumes détaillés. On reste sous le charme des personnages quand ils sont représentés en SD.

Le premier tome de ce nouveau Shôjo est donc plus que prometteur. Kaze Manga est un éditeur qui sait décidemment bien choisir ses titres. Affaire à suivre !


Black Rose Alice Vol.2
Black Rose Alice Vol.2
par Setona Mizushiro
Edition : Broché
Prix : EUR 6,79

5.0 étoiles sur 5 Un vrai bonheur, 2 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Rose Alice Vol.2 (Broché)
Azusa découvre enfin la raison pour laquelle Dimitri a fait appel à elle : à son réveil, quatre vampires l'attendent pour faire d'elle leur reine. Ce sera à Azusa de choisir qui sera le plus digne d'être « roi ».
Les Vampires avec lesquels Azusa doit vivre ont chacun leurs qualités et leurs défauts : les jumeaux perdent rapidement des points, et même si Léo semble avoir pris une longueur d'avance et conquérir le caeur de la jeune femme avec facilité, l'énigmatique Dimitri continue malgré tout d'intriguer cette dernière. Vers qui ira sa préférence ?

Après un premier tome plus que convainquant, Mizushiro Setona sait toujours aussi bien tenir son lecteur en suspense !

Dans ce deuxième tome de Black Rose Alice, on en apprend plus sur l'univers dans lequel évoluent les Vampires. On fait davantage connaissance avec les nouveaux personnages centraux de l'histoire, notamment la fameuse Alice qui donne le titre au manga.

La mangaka reprend les codes des shôjos classiques (une jeune fille entourée d'une multitude de beaux garçons plus charmants les uns que les autres, qui cherchent à conquérir le caeur de leur belle) pour mieux s'en jouer et les détourner, jusqu'à rendre parfois les situations plus qu'hilarantes.

Malgré une avancée plutôt lente de l'intrigue, la fin du deuxième tome laisse présager beaucoup plus d'action dans les tomes à venir. Bref un vrai bonheur !


Black Rose Alice Vol.1
Black Rose Alice Vol.1
par Setona Mizushiro
Edition : Poche
Prix : EUR 6,79

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour les amateurs de Vampires, 2 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Rose Alice Vol.1 (Poche)
Après le succès de L'infirmerie après les cours, Mizushiro Setona nous propose avec Black Rose Alice une saga fantastique unique qui renouvèle le mythe du Vampire.

Vienne, 1908. Alors que la vie sourit à Dimitri, un jeune et charismatique chanteur d'opéra, celui-ci se fait renverser par un fiacre, au détour d'une rue. L'accident aurait dû être mortel, mais étrangement, le jeune homme ressort indemne de cette collision. D'étranges évènements commencent alors à se produire dans son entourage : suicides et autres morts inexplicables se succèdent... Quelque chose semble avoir changé en lui. C'est alors qu'un certain Maximilien, tout aussi séduisant que charismatique, l'aborde et lui révèle leur véritable nature.

Tokyo, 2008. Azusa est professeur dans un lycée et vit une aventure avec l'un de ses élèves, jusqu'à ce qu'un accident vienne changer sa vie à jamais.

Dimitri, ayant mystérieusement traversé les siècles, propose alors un étrange pacte à la jeune femme... L'acceptera-t-elle ?

Quand Mizushiro Setona s'essaye au fantastique...
Captivé dès les premières pages, Mizushiro Setona fait voyager ses lecteurs d'époques en époques, de la société viennoise du XXème jusqu'au Japon d'aujourd'hui.

Dans ce tome à valeur d'exposition, les héros sont présentés un à un : entre Dimitri, personnage tourmenté au charme redoutable, et Azusa, timide et déterminée, ce manga marquera d'emblée par le charisme des personnages principaux. La mangaka prend le temps de développer son univers, à la fois fascinants et complexes, elle pose les débuts d'une intrigue dans laquelle rien ne sera laissé au hasard.

Mais l'intérêt majeur de la série réside surtout dans ce que fait Mizushiro Setona du Mythe du Vampire. Alors que ceux-ci, dans certains mangas, ne sont que prétexte qu'à dépeindre de beaux éphèbes pour faire fantasmer les lectrices, ici, ce sont les beaux éphèbes qui sont prétexte à une réflexion poussée sur l'Amour ou la notion de choix. Dans Black Rose Alice, les Vampires peuvent sortir en plein jour, utiliser des familiers, et même si ces caractéristiques ne sont pas sans rappeler le Dracula de Bram Stocker, les Vampires, chez Setona, sont différents sous bien d'autres aspects (à vous de découvrir leurs petites spécificités au fil des tomes ^^)

Le graphisme, quant à lui, est de toute beauté. Soigné, bien que parfois légèrement brouillon, on sent que Setona a particulièrement travaillé sur les décors et les costumes. Plein de raffinement, les dessins aideront le lecteur à plonger dans l'ambiance et apportent une petite touche shôjo très agréable.

Ce premier tome de Black Rose Alice est donc plus que prometteur. La mangaka revisite entièrement le mythe des Vampires en y insufflant des thèmes qui lui sont récurrents dans ses mangas, tels que l'Amour ou les liens entre attirance et répulsion. Mizushiro Setona, à travers son univers fantastique, réussit à entrainer ses lecteurs dans un tourbillon d'émotions, de poésie et de violence, qui ne laissera pas indiffèrent. Une fois le premier tome posé, le besoin de lire le suivant se fait sentir.

Black Rose Alice est donc la série à ne manquer sous aucun prétexte, surtout si vous aimez les Vampires !


Wicked : la Véritable Histoire de la Méchante Sorcière de l'Ouest
Wicked : la Véritable Histoire de la Méchante Sorcière de l'Ouest
par Gregory Maguire
Edition : Relié
Prix : EUR 25,00

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Maguire, ce Magicien !, 28 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wicked : la Véritable Histoire de la Méchante Sorcière de l'Ouest (Relié)
Qui n'a jamais entendu parler du pays d'Oz et de la célèbre Dorothée aux souliers enchantés ?

Dorothée a triomphé du Mal : la Méchante Sorcière de l'Ouest n'est plus et le peuple se réjouit. Mais et si nous ne connaissions qu'une seule partie de l'histoire ? Pour quelles raisons le Magicien a-t-il envoyé une si petite fille tuer une dangereuse trouble-fête et surtout, comment Elphaba, une studieuse étudiante de Shiz est-elle devenue Sorcière ? Dans Wicked, Gregory Maguire retrace la véritable histoire de la Méchante Sorcière de l'Ouest, de sa naissance jusqu'à sa mort.

Reprendre l'univers créé par L. Frank Baum pour lui conférer une incroyable complexité politique et théologique, il fallait oser ! Le pari est relevé et pourtant, l'ensemble réussit. Gregory Maguire serait-il un véritable Magicien ?

Dans Wicked, Maguire réinterprète à sa manière l'histoire du Magicien d'Oz : il revient aux origines du conflit qui opposa le Magicien à Elphaba, une enfant née avec la peau verte, qui bien plus tard se fera connaître sous le nom de Sorcière de l'Ouest. L'auteur développe les personnages en leur donnant davantage de relief, il leur donne un passé, une famille, une histoire personnelle... Au fil des pages, on sent les personnages évoluer, devenir adulte, parfois, perdre leurs illusions : avec sa soif de justice, Elphaba est une héroïne de caractère, elle ne mâche pas ses mots et est prête à tout pour défendre ce en quoi elle croit. Maguire s'est approprié l'univers et les protagonistes du Magicien d'Oz, qui sous sa plume se transmutent.

Wicked est donc un exercice de style réussi avec brio. Bien loin du livre pour enfant, l'auteur réussit à rendre Oz et ses habitants beaucoup plus réel à nos yeux, tant et si bien que vous ne verrez plus jamais le monde d'Oz de la même façon.

Maguire pose aussi les bases d'une réflexion sur le Bien et le Mal, sur ce qui les distingue l'un de l'autre. La notion de Pardon est elle aussi abordée. Au même titre, l'Histoire "avec sa grande Hache" (comme disait si bien Georges Perec) et l'endoctrinement des masses sont dénoncés : dans Wicked, Oz devient la scène de sombres complots politiques, un monde véritablement dystopique, où tout se trouve manipulé, même le Destin.

Parfois, quelques longueurs se font ressentir dans l'intrigue, qui se veut plus contemplative qu'active, mais de bons rebondissements sont au rendez-vous ! J'ai été entièrement transportée par l'histoire de cette sorcière malgré elle et comme Elphaba, je me suis rebellée contre le Magicien et son système despotique.

Et si vous ne connaissez pas Le Magicien d'Oz sur le bout des doigts (ce qui était mon cas. Je n'avais vu que le film, dans une jeunesse pas si lointaine que ça, mais quand même ^^), rassurez-vous : Wicked peut se lire comme un roman fantasy indépendant. Les références sont bien là, tout en subtilités, mais elles ne restent pas indispensables pour comprendre et apprécier l'aeuvre.

Etant fan de l'histoire de Wicked, ou plutôt de son adaptation en comédie musicale du même nom, j'ai été très heureuse de voir sortir ce roman chez Bragelonne, surtout que l'édition, brochée, est de toute beauté... Bref, un vrai bonheur qui m'a donné envy de m'attaquer aux romans d'origine !


Que sa volonté soit faite, tome 1
Que sa volonté soit faite, tome 1
par Tamiki Wakaki
Edition : Broché
Prix : EUR 6,85

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Fiction/Non-fiction !, 23 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Que sa volonté soit faite, tome 1 (Broché)
Keima est le Dieu de la drague, aucune fille ne lui résiste... dans les jeux vidéos. Véritable Otaku qui s'assume, le garçon se moque bien de la vie réelle tant qu'il peut conquérir le caeur pixélisé de ces jeunes filles virtuelles.

Mais quand sa réputation de « Dieu Tombeur » devient tellement forte qu'elle traverse l'au-delà, le garçon se retrouve à passer un pacte avec Elsy. Cette jeune (et naïve) démone pense que Keima est un réel Dom Juan mais quand elle se rend compte de son erreur, le pacte est déjà passé et s'il ne veut pas mourir, notre Otaku va devoir récupérer les mauvais esprits qui se cachent dans le caeur des jeunes filles en les faisant tomber amoureuses de lui... Ce qui est légèrement compliqué quand on ne connait que la drague dans les jeux vidéos, vous en conviendrez.

Bourré d'humour, Que sa volonté soit faite est vraiment l'un des shônen du moment. Alors qu'en lisant le résumé, on pourrait s'attendre à un manga-harem classique (un garçon maladroit et une multitude de filles qui lui courent après), l'humour et l'autodérision des personnages font toute la différence.

Le mangaka semble bien connaître le monde des Otakus : il joue avec les codes des jeux de dragues et des mangas, ce qui ravira les lecteurs qui ne sont pas étrangers à ce monde.

Les graphismes, quant à eux, restent relativement classiques et agréables à l'aeil. A la fois mort de rire devant les pitreries de Keima et attendris par la personnalité des jeunes filles à conquérir, on n'a pas le temps de s'ennuyer. La légèreté et le sérieux de Que sa volonté soit faite plait. Pourtant, après trois tomes reprenant un schéma d'intrigue relativement identique (au rythme de deux mauvais esprits à capturer par tome), et malgré certains éléments qui annoncent une évolution prochaine, on peut se demander quelle direction prendra la série sur le long terme, car bien que ce manga soit fort sympathique, Tamiki Wakaki devra réussir à renouveler sa série, afin de ne pas lasser son lectorat.


Le Livre de Saskia - Tome 1 : Le Réveil
Le Livre de Saskia - Tome 1 : Le Réveil
par Marie Pavlenko
Edition : Broché
Prix : EUR 14,90

9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un roman qui donne des ailes, 19 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Livre de Saskia - Tome 1 : Le Réveil (Broché)
Entre humour, amour et aventures, le Livre de Saskia saura régaler les amateurs d'Urban Fantasy !

Saskia vient d'avoir dix-huit ans. Enfant trouvée dont on ignore les origines véritables, la vie de notre héroïne est tout ce qu'il y a de plus ordinaire : entourée de sa mère et de ses amis, tout va bien dans le meilleur des mondes... Jusqu'au jour où Tod, un mystérieux (et séduisant) garçon se met à la suivre partout où elle va. Non seulement, l'attitude est louche, mais pire encore, celui-ci ne se sépare jamais de son coutelas : autant dire qu'il y a de quoi avoir peur. Pourquoi s'intéresse-t-il à Saskia ? Veut-il la protéger, comme il le dit si bien, et si oui, de quoi ? Et quelle est cette langue étrange dans laquelle il s'exprime parfois ?

Premier tome d'une trilogie à venir, le Livre de Saskia, tome 01 : le Réveil s'est révélé être une bonne surprise. Pourtant, entre non-dits frustrants et interrogations du début qui restent sans réponses « parce que tu comprends, Saskia, on n'a pas le droit de te dire pourquoi on te protège, ni même de quoi, mais on t'expliquera tout ça plus tard, promis », autant vous dire que ma lecture était assez mal partie... Je voulais des explications, oui, mais durant une centaine de pages, je vous préviens, celles-ci seront quasi inexistantes et il vous faudra prendre votre mal en patience (ou faire comme moi et aller vous spoiler en lisant la présentation de la série, à la fin du premier tome XD) Et puis finalement, passé ce cap plutôt pénible, le Livre de Saskia se révèle être une lecture tout ce qu'il y a de plus agréable : les personnages deviennent attachants et de bons passages humoristiques sont rendez-vous :
« Ils jouaient à quoi, au juste ? Ils étaient au bord de s'éventrer et paf, il suffisait d'une petite mamie de mauvais poil pour tout oublier. »

Cet humour, présent tout au long du roman, mais aussi la façon dont Tod et Saskia se taquinent l'un l'autre, se tournent autour, m'ont parfois rappelé Twilight. J'ai aussi retrouvé un petit côté Oksa Pollock dans le premier roman de Marie Pavlenko, notamment dans le développement d'une mythologie complexe et originale. Ici, il n'est pas question de vampires, loup-garou, fées ou autres zombies : l'auteure invente ses propres créatures mythiques, réussit à rendre crédible l'univers qu'elle a créé, et c'est tout à son honneur. (je n'en dis pas plus pour éviter de vous spoiler, mais l'univers vaut le détour ^^)

Vous l'aurez donc compris, le Livre de Saskia ne révolutionne pas le genre par le fond de son intrigue (une orpheline aux origines troubles, des créatures surnaturelles et une prophétie, vous me suivez ?), mais surprend plutôt par l'univers développé sous la plume de l'auteur. Les dernières pages du premier tome se lisent toutes seules, émouvantes, prenantes, comme si l'intrigue montait finalement en crescendo... Alors, à quand la suite, que ce crescendo se poursuive et que les aventures de Saskia décollent enfin, pour notre plus grand plaisir ?


X Day - Integrale Deluxe
X Day - Integrale Deluxe
par Setona Mizushiro
Edition : Relié

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un manga coup de coeur !, 16 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : X Day - Integrale Deluxe (Relié)
« Moi, j'aimerais qu'elle disparaisse, l'école... »

Qui n'a jamais eu cette pensée ? Mais entre vouloir et passer définitivement à l'acte, il n'y a qu'un pas. Alors que les élèves connectés à la chatroom de leur lycée se plaignent des professeurs et des cours, une jeune fille ordinaire écrit ces mots. Rika ne supporte plus sa vie quotidienne : elle vient de rompre avec son petit-ami, et ne peut plus pratiquer son sport favori suite à une blessure. Bref, tout va mal et, alors que les discours s'enflamment au sujet d'une hypothétique destruction de l'école, l'énigmatique Polaris propose de s'unir et de passer définitivement à l'acte.

Deux garçons et deux filles se réunissent alors sous le signe de la Grande Ours avec cette idée commune, mais réussiront-ils à supporter le poids de leur quotidien ? Rika, Jangalian, Polaris et Kin-san apprendront à se soutenir mutuellement, en attendant le jour X.

Série courte en deux tomes, X-Day est le manga qui a révélé Mizushiro Setona en France (L'infirmerie après les cours, Heartbroken Chocolatier, Black Rose Alice). Proposant une réflexion qui ne laissera pas ses lecteurs insensibles, ce shôjo retrace le quotidien de quatre jeunes ordinaires qui vont se réunir autour d'un même projet, mais pas des plus anodins : détruire leur lycée. Au fil des pages, on apprendra les raisons qui les motivent.

« Comment des choses aussi triviales peuvent-elles nous blesser ? »

Mizushiro Setona possède un talent indéniable, celui de créer des personnages aussi complexes qu'attachants. Entre Polaris, la lycéenne introvertie qui, dès qu'elle revêt ses habits de gothic-lolita, devient exubérante, Jangalian, le professeur de sciences qui déteste les élèves et les autres professeurs, ou encore Kin-san, le beau gosse du lycée qui cache un passé trouble, X-Day possède une galerie de personnages originaux et pourtant terriblement proches de nous. Le lecteur, touché par l'authenticité de ces personnages rit et pleure, vit avec ces quatre héros touchants par leur détresse. Comme eux, il se raccroche à l'espoir d'un monde meilleur.

X-Day est un Shôjo qui marquera par l'originalité du thème abordé. Les graphismes, bien que parfois légèrement brouillons, charment au premier coup d'oeil par leur finesse. Caractéristiques de Mizushiro Setona, les dessins sont à la fois épurés et expressifs. En un mot, efficaces.

Vous l'aurez donc compris, X-Day est une oeuvre à découvrir ou à redécouvrir dans mon cas car je suis tellement éprise de ce Shôjo qu'il m'arrive de le relire juste pour le plaisir. Véritable coup de caeur, je le conseille à tous. En 2009, Asuka a d'ailleurs réédité cette série en réunissant les deux volumes en un seul (et superbe !) intégrale deluxe aux pages de papier glacé et aux illustrations couleurs... Bref, une belle édition pour un manga émouvant, comme on aimerait en lire plus souvent !


Promise
Promise
par Ally Condie
Edition : Broché
Prix : EUR 18,30

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un début prometteur !, 2 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Promise (Broché)
Alliant un style poétique à une réflexion sur le libre-arbitre, le premier roman d'Ally Condie, Promise, est le premier tome d'une trilogie qui s'annonce passionnante.

Dans le monde où vit Cassia, toute notion de chance ou de choix est bannie. Rien n'est laissé au hasard : ce que vous mangez, le métier que vous exercerez plus tard, ni même le moment de votre mort. Votre vie entière est programmée à l'avance par la société selon un système complexe de classement et de probabilités. Il n'est donc pas étonnant que ceux qui sont à leur tête, les Officiels, organisent aussi les mariages selon des critères de compatibilité, pour éviter toute union malheureuse.

Cassia a dix-sept ans et c'est le moment pour elle de découvrir qui sera son Promis (celui qui deviendra son époux). Aussi, quand la société lui présente Xander, son ami de toujours, comme étant celui qui partagera sa vie, la jeune fille est on ne peut plus convaincue du bien fondé du système des Officiels et de la justesse de leurs choix... Jusqu'à ce que Cassia consulte le fichier numérique consacré à son Promis et y découvre un tout autre jeune visage que celui de Xander. Cette simple image suffit à instaurer le doute dans son esprit : qui est son véritable Promis ? S'agit-il réellement d'une simple erreur, alors que la société n'est jamais sensée en commettre ?

Popularisé par le fameux 1984 de George Orwell, dépeignant un monde terrifiant dans lequel toute émancipation individuelle semble impossible, la Dystopie est un genre qui a le vent en poupe en ce début d'année. Avec un univers qui n'est pas sans rappeler Delirium, ou encore Hunger Games, Promise se démarque pourtant des autres sur de nombreux points.

Promise, comme l'a expliqué son auteur dans une interview, ne donne pas dans le spectaculaire ou les coups d'éclats. Ce livre a plutôt des airs de roman initiatique avec une héroïne qui est à la recherche du bonheur. A partir de petits évènements de la vie quotidienne, Promise montre l'émergence de la rébellion intérieure de Cassia. D'abord docile et convaincue de l'utilité des Officiels, elle en vient à se rebeller contre la vie qu'elle menait et au futur qu'elle désirait.

Le lecteur s'attache facilement aux personnages, notamment à Xander, souriant et à l'écoute, mais aussi à Ky, l'autre Promis de Cassia, qui émeut le lecteur par son passé sombre. Ici, point de manichéisme, puisque la société, malgré ses imperfections, ne se trouve pas pour autant fustigée. L'auteur laisse au lecteur le loisir de se faire son opinion sur ce qui est le mieux ou non (une société qui contrôle tout ou la liberté de choix, qui peut mener aux erreurs). Car au même titre que Cassia, le lecteur devra trancher.

La narration est pleine de poésie, l'intrigue, plus introspective. On se laisse facilement emporter par la plume d'Ally Condie. La finesse de la réflexion qu'elle propose à ses lecteurs fait toute son originalité.

Même si la fin du premier tome laisse présager qu'il y aura davantage d'action dans les tomes à venir, il n'y a pas forcement besoin de rebondissements pour surprendre les lecteurs et Allie Condie l'a parfaitement compris en évitant les écueils du genre ou les faux semblants. Promise est donc un roman qui prend le risque de décevoir les amateurs de suspense, mais qui saura combler les lecteurs appréciant la réflexion. Ce roman est comme une bouffée d'air frais dans une mêlée de dystopies sombres et oppressantes.

La suite de ce tome prometteur, intitulée Crossed, paraîtra aux USA en novembre prochain. La France, quant à elle, devra attendre début 2012.


Rivage mortel
Rivage mortel
par Carrie Ryan
Edition : Broché
Prix : EUR 17,75

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour les amateurs de frisson !, 18 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rivage mortel (Broché)
Après La Forêt des Damnés, Carrie Ryan signe son deuxième roman avec Rivage Mortel, qui ne laissera pas les amateurs de frissons indifférents.

Bien que présenté comme telle, Rivage Mortel n'est pas à proprement parler la suite directe de La Forêt des Damnés. Ici, l'univers reste le même, mais les années ont passées, et l'héroïne est différente : désormais ce ne sont plus les aventures de Mary que suit le lecteur, mais celles de Gabry. Et, alors que l'héroïne de La Forêt des Damnés marquait les esprits par sa forte indépendance, Gabry, quant à elle, se caractérise plutôt par sa persévérance. Manquant cruellement de confiance en elle, la jeune fille est cependant prête à tout quand il s'agit de sauver les gens qu'elle aime. C'est ce qui la rend touchante aux yeux des lecteurs, car malgré des moments de faiblesse ou d'abattement, elle affronte ses peurs et fait preuve de courage.

Les autres personnages ne sont pas non plus en reste, entre Catcher le garçon à l'âme torturée et Elias, le mystérieux étranger. Et si, à l'évocation de ces deux garçons, vous craignez d'avoir de nouveau affaire à un triangle amoureux bateau, je vous rassure, c'est plus compliqué que ça (ouf !). Et ce, même si le moteur de l'intrigue reste relativement semblable à celui du premier tome (une jeune fille vivant à l'abri dans sa ville, qui s'en trouve soudain arrachée, doit tout faire pour survivre à l'extérieur et sauver les gens auxquels elle tient), l'histoire prend une tournure plutôt différente.

Alors que la présence des zombies aurait pu faire sombrer le roman dans un spectaculaire aussi gratuit qu'inutile, l'écriture de Carrie Ryan est pleine de finesse. L'auteur parvient à scotcher le lecteur par la seule force des sentiments qui se dégagent ses protagonistes. Les dernières pages du roman happent le lecteur tant l'émotion est forte.

L'oppression ressentie à la lecture de La Forêt des Damnés s'estompe alors pour laisser place à des émotions plus brutes, causées par un contact plus direct avec les Mudos : derrière les barrières qui protègent la ville, il n'existe pas de grillage visant à séparer les infectés des humains, les rapports s'en retrouvent donc changés. Peut-on encore considérer ces revenants comme des êtres humains, après leur mutation ? Rivage Mortel, au sein de son univers post-apocalyptique pousse le lecteur à s'interroger sur la définition de l'être humain.

Ni tout noir ni tout blanc...

Le monde que Carrie Ryan a créé a l'avantage d'éviter tout manichéisme, il déborde de complexité.

Mêlant instants de calme et cris incessants, le monde des Damnés fascine par la sécurité des villes et effraye toujours autant en dehors de celles ci. Et pourtant, malgré l'aspect sombre du livre, une lueur d'espoir semble toujours persister. Comme Gabry, le lecteur avance dans sa lecture en débroussaillant les chemins inconnus, dépasse sa peur des Mudos et finit par y découvrir, malgré l'horreur, que l'amour et l'espoir demeurent.

Rivage Mortel s'avère donc être une suite intelligente, qui, par sa complexité, surpasse La Forêt des Damnés et lui confère un aspect plus abouti. Carrie Ryan a judicieusement fait un bond dans le temps, pour nous donner une vision plus riche de l'univers qu'elle a créé. On regrettera cependant que les questions restées sans réponses à la fin de La Forêt des Damnés ne se trouvent que survolées dans ce tome ci.

Sa suite, The Dark and Hollow Places, paraîtra en France courant 2012.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10