Profil de Cramélas > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Cramélas
Classement des meilleurs critiques: 1.648
Votes utiles : 163

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Cramélas

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
pixel
Connectland S-CNL-MS-028-LASER Mini Souris laser filaire avec câble rétractable USB
Connectland S-CNL-MS-028-LASER Mini Souris laser filaire avec câble rétractable USB
Prix : EUR 12,00

4.0 étoiles sur 5 Mini-petite souris, sors de ton trou..., 16 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Très bonne petite souris, parfaite pout accompagner un Ultrabook. Elle tient dans la poche de la sacoche de mon UltraBook et le câble rétractable est rudement pratique. Aucun problème pour la faire fonctionner sous Ubuntu ; on la branche et "picétou". Coup de gueule en revanche pour l'emballage, énorme coque en plastique qui doit faire 100 fois le volume de la souris et n'est ni pratique à ouvrir, ni écolo.


Boîte à céréales happy dej', Derrière la porte
Boîte à céréales happy dej', Derrière la porte

4.0 étoiles sur 5 céréalement bien..., 24 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Boîte à céréales happy dej', Derrière la porte
J'ai l'habitude d'acheter mon müsli en vrac chez mon épicier bio préféré. Le sac en papier kraft c'est écolo mais c'est fragile. Donc j'ai acheté cette boîte en fer. Première impression: elle est grande, très grande. On peut facilement y stocker 1 kilo de müsli. À cause de sa taille, le couvercle a tendance à se tordre un peu quand on l'ouvre, mais ça reste solide. Quant à la décoration, les couleurs sont un peu trop girly (je ne suis pas sûr que le général Bigeard aurait sorti une telle boîte de son paquetage lors de ses petits-déjeuners dans le djebel...) mais bon, sur l'étagère de ma cuisine ça ne dépareille pas trop avec mes autres boîtes en fer.

Attention ! Au moment de la commande j'ai voulu être livré en point relais et sans recevoir aucune explication le site d'Amazon m'a informé que cette boîte ne pouvait pas être livré en point relais ! Etrange...


Canon Pixma MG2450 Imprimante jet d'encre multifonction Couleur
Canon Pixma MG2450 Imprimante jet d'encre multifonction Couleur
Proposé par iziprice
Prix : EUR 48,89

17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un prix canon, mais..., 11 mars 2014
J'avais rapidement besoin d'une imprimante qui fasse scanner et photocopieuse. J'ai pris celle-là à tout hasard ; au pire je perdais moins de 50 euros... Le vendeur m'avait bien indiqué que le câble USB n'est pas fourni. Allez hop, un câble de 2 m à 3,5 euros fera l'affaire. Déballage: juste une feuille avec des dessins et sans aucun mot qui indique comment préparer l'imprimante et installer les cartouches. Ce n'est pas super clair mais on arrive à se débrouiller. Les autres papiers livrés ne servent à rien, le CD-ROM est seulement pour Windows. Bon, on croise les doigts pour pouvoir télécharger les drivers pour Mac. Il ya juste une URL écrite sur la feuille. On se connecte: OK, le site est bien fait, on arrive à récupérer l'archive set-up (plus de 300 megabytes quand même). Installation, ça se passe bien. Juste la procédure d'alignement des têtes qui a mystérieusement planté à la fin mais la qualité d'impression semble correcte. Je joue un peu avec le scanner (en fait je l'ai surtout achetée pour ça): la qualité est bonne. Il faut parfois essayer l'option "Document" puis l'option "Photo" et juger laquelle donne le meilleur résultat. En conclusion, jusqu'ici tout va bien. Le détail qui fâche est la cartouche unique pour les 3 couleurs (au lieu d'une par couleur) qui va sûrement pousser à la consommation.

À part ça, je suis sidéré par le prix de cette machine. Pour le même prix je ne mange même pas pendant une semaine. On est vraiment dans un monde qui ne tourne pas rond. Comment peut-on vendre des objets de haute-technologie (qu'on n'achète pas chaque semaine) à des prix aussi dérisoires ? J'aurais été prêt à payer sans problème le double ou même le triple pour avoir le même engin fabriqué en France avec respect des normes sociales et environementales.


Un Flic
Un Flic
DVD ~ Alain Delon
Prix : EUR 11,70

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La signature d'un géant, 8 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un Flic (DVD)
Après un film aussi extraordinaire que "Le Cercle Rouge", il était difficile de faire mieux. Le début d'"Un Flic" est cependant de la même veine: atmosphère silencieuse, esthétique très travaillée et on retrouve la Plymouth Fury III de Corey dans "Le Cercle Rouge". Il y a d'ailleurs dans "Un Flic" un certain nombre de clins d'œil aux autres films de Jean-Pierre Melville ; comme si inconsciemment il savait qu'il signait là son dernier film et jetait un bref regard en arrière sur l'ensemble de son œuvre. On retrouve ainsi le train de nuit du "Cercle Rouge", mais avec une certain étonnement devant la grossièreté des maquettes de train et d'hélicoptère (dignes d'une série Z). De même, devant certains décors peints on a l'impression d'un bâclage de la réalisation. "Un Flic" est certes un bon film mais qui n'atteint pas le niveau des précédents Melville. À noter que le bonus du DVD contient les intéressants témoignages de Florence Moncorgé (fille de Jean Gabin) et de Jean-François Delon (frère d'Alain Delon) qui ont tous les deux travaillé sur le tournage d'"un Flic" et nous livrent deux visions différentes de la personnalité de Jean-Pierre Melville.


Du rififi a Paname
Du rififi a Paname
DVD ~ Jean Gabin
Prix : EUR 11,70

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Rififi maousse costaud !, 17 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Du rififi a Paname (DVD)
Malgré le titre franchouillard, il s'agit en fait d'un film au style très américain. Ça démarre fort dès le générique avec une musique accrocheuse ; on sent que les gros moyens ont été mis et on n'est pas déçu du résultat. Le film ne se déroule pas seulement à "Paname" mais également dans différents endroits du monde. La découverte des rues du Tokyo des années 1960 a d'ailleurs quelque chose de fascinant... Tout le gratin mondial des canailles semble réuni: des mafieux italo-américains, un trafiquant d'oeuvres d'art allemand (qui cherche à donner une dimension politique à son action), des filles de joie qui plument les caves. Sans oublier Jean Gabin qui y incarne un truand qui se donne une façade honorable ("pour le racket, je ne reçois que les employés de Monsieur Giscard d'Estaing") mais qui est plutôt désabusé et semble n'avoir de l'affection que pour son chien boxer. Un rôle sur mesure pour Gabin mais sans grande surprise. Dommage qu'il manque des dialogues d'Audiard qui auraient donné un peu plus de saveur à ce film.


Les Faucheurs de marguerites - partie 3 : La conquête du ciel
Les Faucheurs de marguerites - partie 3 : La conquête du ciel
DVD ~ Bruno Pradal
Prix : EUR 18,27

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Vol d'ennui, 14 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Faucheurs de marguerites - partie 3 : La conquête du ciel (DVD)
Cette troisième saison (après "Les Faucheurs de Marguerites" et "Le Temps des As") de la série de TF1 sur l'histoire de l'aviation n'égale pas les deux premières. Un rythme morne et des comédiens qui semblent peu inspirés empêchent ce feuilleton de décoler réellement (un comble quand il s'agit d'aviation...). Devant la platitude de l'action et de l'interprétation, on a parfois du mal à éviter de bâiller. Où est donc passée l'émotion, entre rires et larmes, du "Temps des As" ? Les débuts de l'Aéropostale auraient mérité quelque chose de plus fougueux. Un coffret de DVD à ne conseiller qu'aux fanatiques de la série qui ont déjà regardé les saisons précédentes.


Le Gentleman d'Epsom
Le Gentleman d'Epsom
DVD ~ Jean Gabin
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 6,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Perspective cavalière, 18 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Gentleman d'Epsom (DVD)
Souvent rediffusée à la TV dans les années 1970 et 1980, cette comédie sans prétention et aujourd'hui délicieusement rétro aura, à cause de celà, sans doute du mal à plaire aux moins de 40 ans. Comme presque toujours, les dialogues de Michel Audiard peuvent s'apprécier à différents niveaux et amuseront tout le monde y compris les plus érudits (on se régale rien qu'à entendre les noms des chevaux). Prestation parfaite de Gabin qui est comme un poisson dans l'eau dans le rôle d'un ancien officier de cavalerie, mythomane fréquentant le monde des turfistes, vivant d'expédients et dont on a plaisir à suivre les entourloupes. Mais le personnage reste cependant attachant: la scène où, sans le sou, il dîne avec son ancienne fiancée (qui a épousé un milliardaire) est un moment émouvant du film (c'est quand ils sont dans la difficulté davantage que dans l'aisance que l'on reconnaît les vrais gentlemen...). Par contre la présence de Louis de Funès est peu cohérente avec l'ensemble du film. Même si il joue un peu mieux que dans "Des Pissenlits par la Racine", il n'était vraiment pas fait pour réciter du Audiard. Heureusement que l'on retrouve avec plaisir les seconds rôles de l'époque comme Franck Villard (Le "Monsieur Eric" du "Cave se Rebiffe"), Albert Dinan ou Paul Frankeur.


Trois couleurs : Bleu
Trois couleurs : Bleu
DVD ~ Juliette Binoche
Prix : EUR 11,60

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Bleus à l'âme, 8 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Trois couleurs : Bleu (DVD)
Une jeune femme, Julie (Juliette Binoche), se retrouve seule après la disparition dans un accident de voiture de sa fille et de son mari, au moment où celui-ci allait achever une composition musicale commandée pour une cérémonie européiste. Julie recommence sa vie en se désencombrant de presque tout et en cherchant la liberté absolue... Ce qu'il y a de séduisant dans ce film ce sont les très gros plan et leur force d'évocation dans la simplicité. J'ai aussi aimé ces scènes dans ce manoir situé dans une campagne au ciel gris où on entend résonner les coups de fusil (les gens de cinéma étant surtout des urbains, il y a trop peu de films qui se situent dans la campagne française et savent en restituer l'ambiance. On pourrait citer "Le Pacha", "Le Cercle Rouge", ou... "The Bourne Identity"). Ça se gâte quand Julie se met habiter à Paris: on retrouve tous les clichés bobos (le grand appartement rue Mouffetard ; la copine qui est travailleuse du sexe, histoire de montrer qu'on est "libéral-libertaire"), comme si il fallait plaire au public attendu de ce genre de films. "Bleu" devient alors déconnecté de toute réalité sociale. Facile d'être libre sans travailler quand on a hérité (semble-t-il) d'une petite fortune. Dès lors, le thème devient davantage le sentiment individuel de liberté que la liberté des peuples, mais après tout pourquoi pas. Je reprocherais également une musique pompeuse (Kieslowski aurait été mieux fait d'ajouter à la simplicité de l'image la simplicité de la bande son. Peut-on d'ailleurs être libre sans être simple ?), et l'absence d'une fin convaincante (une dernière scène tout ce qu'il y a de lourd). Un film intéressant à regarder, du reste.


Robespierre, derniers temps
Robespierre, derniers temps
par Jean-Philippe Domecq
Edition : Poche
Prix : EUR 10,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Qui es-tu, Maximilien ?, 8 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Robespierre, derniers temps (Poche)
Honni depuis plus de deux siècles par l'Histoire officielle, bouc émissaire de tous les excès de la Révolution Française désigné par l'aristocratie et la bourgeoisie dite "libérale", Robespierre a par conséquent tout pour m'être sympathique. Cet ouvrage sur l'avocat d'Arras est cependant un peu déconcertant par sa forme: loin de la rigueur d'une biographie historique au récit linéaire, il demande une bonne connaissance de l'histoire de la révolution française. Cependant, la dernière partie du livre, qui nous fait vivre la dernière journée de Maximilien, m'a tenu en haleine jusqu'à la chute du couperet finale. Le cas Robespierre est fascinant et toutes les questions qui sont posées dans ce livre n'y trouvent pas toujours de réponse. On y discerne néanmoins que la bonne vieille hypothèse de l'idéaliste devenu despote (ceux que Romain Gary désignait comme les amants passionnés de l'humanité devenus jaloux et tyranniques quand ils se rendent compte que l'humanité ne se plient pas à leur idéal de bonheur), eh bien cette hypothèse ne colle pas à Robespierre ; homme de raison qui préférait la justice à la modération arrangeante. Il eut le tort d'être trop pur au milieu de vraies crapules (les Fouché, Tallien, Barras) qui finiront par avoir sa tête. Une partie du livre est consacrée au culte de l'Être Suprême, religion instaurée par Robespierre. Une telle religion sans révélation, faite de bric et de broc, étonne aujourd'hui. Il faut sans doute y voir la conséquence de l'échec, à la suite des pressions de Rome, de l'institution d'un gallicanisme véritable au début de la Révolution avec la constitution civile du clergé. Il aurait d'ailleurs été intéressant que l'ouvrage s'interroge sur l'influence du jansénisme sur les idées de la Révolution Française et plus particulièrement celles de l'Incorruptible. Robespierre, un Pascal qui se serait lancé dans la politique ?


La Vengeance du serpent à plumes
La Vengeance du serpent à plumes
DVD ~ Coluche
Proposé par Expédition sous 24H
Prix : EUR 6,72

2 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Nanard années 80, 8 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Vengeance du serpent à plumes (DVD)
Mon Dieu que ça a mal vieilli ! Rien qu'au début: la musique, le jeu des acteurs, la façon de filmer, les effets spéciaux bidon... Vraiment lamentable (c'était donc ça, le cinéma français des années 1980 ?). Et l'humour: des gags qui ne feraient pas même pas rire aujourd'hui des gosses de 7 ans. On a presque l'impression de regarder un vieux film des Charlots, le rythme effréné en moins. Quant à Coluche, il se contente de jouer le rôle de Coluche (je me demande ce qu'on aurait retenu de sa carrière d'acteur si il n'avait pas fait "Tchao Pantin"). Et pourtant, j'avais apprécié ce film à sa sortie. C'est bien pour ce souvenir que je lui mets trois étoiles, et aussi pour certaines trouvailles qui, je l'avoue, continuent à me faire sourire: la représentation de la Passion du Christ qui se transforme en poursuite de motos (après tout, Alfred Jarry avait bien fait de cette même Passion une course cycliste), Coluche déguisé en squelette qui a plus peur qu'il ne fait peur. Gérard Oury se permet même un peu d'auto-dérision quand Coluche parle de la Grande Vadrouille. Et puis Maruschka Detmers était quand même bien excitante à l'époque...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9