Profil de Barthel Damien > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Barthel Damien
Classement des meilleurs critiques: 1.404
Votes utiles : 1625

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Barthel Damien "Rock Fanatic" (Menucourt, Fr)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Before and After Science
Before and After Science
Prix : EUR 9,98

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le sommet d'Eno, 18 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Before and After Science (CD)
Brian Eno est un génie de la musique expérimentale, tout le monde le sait. Après avoir participé aux deux premiers albums de Roxy Music, après avoir collaboré avec Robert Fripp pour l'album (No Pussyfooting) en 1973, Eno (de son vrai nom, attention les yeux, Brian Peter George St John le Baptiste de la Salle Eno ; il est à moitié belge de part sa mère, qui était de cette nationalité) a entamé une carrière solo en 1974 avec le très arty-glam Here Come The Warm Jets (suivi de Taking Tiger Mountain (By Strategy) la même année). En 1975, il sort Another Green World, qui impose d'emblée son nouveau style, l'ambient. Puis il collabore avec Bowie, et en 1977, enregistre et sort ce Before And After Science monumental, son meilleur album solo. Par la suite, il reproduira Bowie, puis recollaborera avec Fripp, puis produira les Talking Heads, groupe dont le nom est l'anagramme d'un des titres de Before And After Science, devinez lequel (oui, effectivement, « King's Lead Hat ») !

Pour Before And After Science, Eno s'est entouré de musiciens exemplaires : batteurs Phil Collins, Jaki Liebezeit (de Can), Dave Mattacks, Andy Fraser... bassistes Paul Rudolph, Billy MacCormick, Percy Jones... guitaristes Phil Manzanera (de Roxy Music), Robert Fripp, et lui-même... claviéristes Achim Roedelius et Möbi Moebius, ainsi que lui-même, naturellement... et au chant, lui-même aussi. Produit par ses propres soins et ceux de Rhett Davies, l'album est à double sens, et était vendu, en vinyle, avec 4 illustrations (hélas, absentes du livret CD - sur le vinyle était indiqué 14 pictures , allusion aux 10 titres et 4 images ; désormais, il est simplement indiqué 10 pictures sur le CD). Clairement, la face A est assez pop (mais très arty quand même), tandis que la face B est nettement plus zen, expérimentale et ambient. Deux faces distinctes. Avant et Après la Science.

Grandes chansons sur ce disque. A commencer par... la dernière, « Spider And I », chanson baignant dans une ambiance doucereuse et mélancolique, grâce à de superbes nattes de synthétiseurs. Ou ce « By This River » terriblement touchant enregistré avec Achim Roedelius et Möbi Moebius (de Cluster), sur lequel les notes de piano comptent parmi les plus belles que je connaisse. Ces deux titres, mais également le vaporeux et lent (et superbe) « Here He Comes », sont sur la face After, la face B, la face ambient du disque. Sur la face Before, la face A, la face popisante (mais quand même loin d'être évidente), on a « Energy Fools The Magician » et « No One Receiving », tous deux avec Phil Collins, ou « Backwater », morceau rythmé, trépidant (mais Eno-esque) avec Jaki Liebezeit, la drum-machine humaine comme le surnommaient ses copains teutons de Can. On a aussi le sublime « Kurt's Rejoinder » qui sample la voix de Kurt Schwitters (artiste allemand mort en 1948, peintre et poète surréaliste, anarchiste membre du fameux mouvement Dada crée par Tristan Tzara - le sampler sur le morceau est un extrait de Ur Sonata , fait entre 1921 et 1932). Eno en avance sur son temps (et Avant la Science, ah ah ah), il sample avant même que les samplages soient monnaie courante.

Disque culte phénoménal, Before And After Science offre 39 minutes et 44 secondes de rêverie, de voyage sonore hors du commun, et prolonge l'aventure d'Another Green World (sans en être une suite). Sommet absolu de Brian Eno, cet album, sous sa très sobre pochette en noir & blanc contrasté, est à conseillé à tous les amoureux d'aventures musicales. Pas vraiment conceptuel malgré ses deux faces bien distinctes (et en rapport avec le titre de l'album, la seconde face fait plus moderne, en un sens, plus scientifique), l'album, sorti en pleine année punk, est une véritable Oeuvre d'Art. Aucun autre terme ne convient. Dans mon Top 10 permanent !


Le Bonheur de la tentation
Le Bonheur de la tentation
Prix : EUR 9,99

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magistral, 15 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Bonheur de la tentation (CD)
Pour moi, le meilleur de Thiéfaine depuis "Alambic/Sortie Sud" (mais dans un tout autre style). Un disque parfait, si ce n'est "Le chaos de la philosophie", qui est nul. Mais sinon, c'est plus de 50 minutes de magnificence, avec des classiques à la pelle ("Exercice de simple provocation avec 33 fois le mot 'coupable'", "La ballade d'Abdallah Geronimo Cohen"...). Indispensable !


Calling All Stations
Calling All Stations
Prix : EUR 21,98

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Sous-estimé, 15 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Calling All Stations (CD)
Unique album avec le chanteur Ray Wilson (du très mauvais groupe Stilstkin), un disque sous-estimé, sans aucun succès à l'époque, et franchement réussi. Certes, Phil Collins manque, mais le style de ce disque est vraiment à part. A écouter d'urgence !


We Can't Dance
We Can't Dance
Prix : EUR 22,07

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellent !, 15 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : We Can't Dance (CD)
71 minutes, c'est un poil long (deux titres ne sont pas du niveau : "Tell me why" et "Living forever"), mais devant autant de chefs d'ooeuvre ("Driving the last spike", "Dreaming while you sleep", "Way of the world", "No son of mine"...), on se tait et on écoute. Un excellent cru, très pop/rock, de Genesis, certes rien à voir avec la période 1970/1977, mais excellent quand même.


Meteo Für Nada
Meteo Für Nada
Prix : EUR 5,49

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Bof bof..., 15 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Meteo Für Nada (CD)
Mis à part la première et la dernière chanson, et éventuellement "Affaire Rimbaud", je n'aime pas ce disque kitschement produit, trop pop et commercial, et franchement surestimé. L'album suivant sera, cependant, pire...


Répression
Répression
Prix : EUR 7,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 THE disque de hard-rock français, 15 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Répression (CD)
Mis à part "Les sectes" qui est bof, rien à dire. Le sommet du meilleur groupe de hard français, soit le meilleur album de hard de notre pays, un disque radical, engagé à donf', rempli de classiques, avec "Antisocial", "Le mitard" et son texte signé Mesrine (avec des ajouts de Trust) et son samplage de la voix de Mesrine en final... Un disque violent et puissant, limite punk !


Rue De Siam
Rue De Siam

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Je ne m'en lasserai jamais, 15 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue De Siam (Album vinyle)
Qu'est-ce que je suis content d'avoir le vinyle, vu que le CD est désormais épuisé, introuvable ! Un des meilleurs albums de cold-wave/post-punk, et il est français, en plus. Rien à jeter, c'est sombre, violent, glauque, musicalement parfait, avec des textes flirtant avec les tabous (drogue, maladie, suicide, folie, sexe SM, totalitarisme, guerre et ses séquelles). Âmes sensibles s'abstenir, mais c'est juste puissant !


Take No Prisoners
Take No Prisoners
Prix : EUR 17,99

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Lou Reed talks. And talks. And talks. And talks., 15 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Take No Prisoners (CD)
Un double live assez controversé, très long (seulement 10 titres en tout), dans lequel Lou Reed parle plus qu'il ne chante, balançant des vérités cruellement rigolotes sur des peoples de l'époque, sur le gouvernement, sur ses concurrents et collègues musicaux... Certes, musicalement, c'est frustrant, car Lou Reed intercale ses monologues (drôles, mais très longs et nombreux) sur des interprétations pas toujours complètes de ces classiques. C'est plus un spectacle de stand-up musical qu'un live, mais c'est, aussi, pour peu qu'on soit anglophone ou anglophile (il faut comprendre la langue, sinon, aucun intérêt), souvent jubilatoire. J'adore.


La Désabusion
La Désabusion

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Magnifique, 15 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Désabusion (CD)
Dernier album de Nino Ferrer, et son meilleur (en concurrence avec le très rock "Nino Ferrer And Leggs" de 1973 et le plus jazzy "Blanat" de 1979, ceci dit). 11 magnifiques chansons, même si, c'est vrai, "Marcel Et Roger" et "Le Bonheur" sont moins exceptionnelles. Mention spéciale à "La Danse De La Pluie", "Trapèze Volant", la chanson-titre et "Blues En Fin Du Monde". Ce disque rare et difficile à trouver est une pure merveille méconnue de chanson (et de rock, car c'est riche en guitares, signées Micky Finn, fidèle à Nino depuis 1973) française. Sublime.


Bretonne
Bretonne

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent, 2 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bretonne (CD)
Je suis le premier surpris (car, si j'aime la musique celtique - mais à petites doses - , je n'aime pas Nolwenn Leroy en général) de trouver ce "Bretonne" remarquable. 12 excellentes reprises d'airs traditionnels ou de chansons, et une chanson écrite (par Miossec) pour l'album, "Je ne serai jamais ta parisienne", qui est aussi très bonne. Bref, un disque très réussi, que j'aime énormément. Mention spéciale à "Brest", "Suite sudarmoricaine" et "Greensleeves", seule chanson en anglais (7 en français, 5 en breton ou gaëlique).


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20