undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Semper Victor > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Semper Victor
Classement des meilleurs critiques: 3
Votes utiles : 6954

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Semper Victor "FB" (France)
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
True Detective - Intégrale de la saison 2 [Blu-ray + Copie digitale]
True Detective - Intégrale de la saison 2 [Blu-ray + Copie digitale]
DVD ~ Colin Farrell
Prix : EUR 29,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 « Nous avons le monde que nous méritons », 5 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : True Detective - Intégrale de la saison 2 [Blu-ray + Copie digitale] (Blu-ray)
Bien qu’il n’y ait aucun lien entre leurs scénarios totalement indépendants, la saison 2 de « True Detective » ne peut pas s’envisager sans une comparaison avec la première dont le succès a suscité tant de commentaires et d’attentes. A ce titre Nic Pizzolatto, malgré une talent d’écriture remarquable, ne nous amène pas cette fois aussi haut dans les sommets de la série de genre qu’il affectionne.

Les huit épisodes de « True Detective 2 » se déroulent en Californie, mais en restitue une image trouble, gangrénée par la pollution, la corruption et la prostitution, bien loin des clichés habituels sur cette région ensoleillée. La base de l’intrigue est constituée d’une enquête sur l’assassinat de Ben Caspere, un influent administrateur civil, confiée par les différentes juridictions concernées à Antigone « Ani » Bezerides (Rachel McAdams), Raymond « Ray » Velcoro (Colin Farell) et Paul Wooddrugh (Taylor Kitsch). Leurs investigations en disent rapidement tout autant sur leurs souffrances personnelles (le divorce et le fils de Ray, l’homosexualité refoulée de Paul, le rapport d’Ani avec sa famille) que sur leurs motivations. Leur enquête est menée en parallèle de celle de Frank Semyon (Vince Vaughn), un truand repenti, floué de toute sa fortune suite à la mort de Caspere, et dès lors obligé de « replonger ». Paul est marié à Jordan (Kelly Reilly) et rêve d’avoir un enfant. Ray « collabore » depuis longtemps avec Frank, les deux hommes étant liés par un lourd secret.

L’histoire et ses nombreux méandres souffrent sans doute un peu de leur complexité. Comme dans la saison 1, l’intrigue trouve des ressorts dans des événements s’étant déroulés plus de vingt ans auparavant et dont les conséquences ressurgissent soudain. L’enquête en elle-même suit deux périodes, une première « officielle » et une seconde, à partir de l’épisode 5, qui franchit les strictes frontières de la légalité. D’un point de vue formel, la réalisation et la photo sont somptueuses. La bande musicale élaborée par T Bone Burnett est hallucinante (le générique, sur une chanson de Leonard Cohen est déjà à lui seul un chef d’œuvre). Certaines scènes, apparemment anodines, sont particulièrement fortes et abouties, comme par exemple les rencontres récurrentes de Frank et Paul dans le petit bar de Felicia, sur fond de chansons de Lera Lynn interprétées en live.

Par bien des points fascinante, servie par un casting remarquable, la saison 2 de « True Detective 2 » ne possède pas pour autant tous les ingrédients qui avaient fait de la saison 1 une série si envoutante. Extrêmement sombre (« nous avons le monde que nous méritons »), ce deuxième opus de l’anthologie voulue par Nic Pizzolatto, sans doute plus classique que le premier, est néanmoins une belle réussite qui foisonne de manipulations et de trahisons de toutes sortes.


Robert E. Lee
Robert E. Lee
par Vincent Bernard
Edition : Broché
Prix : EUR 24,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 « Heureusement que la guerre est une chose horrible, sinon nous pourrions l'apprécier », 3 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Robert E. Lee (Broché)
Très rares sont les bons livres en français sur la Guerre de Sécession et ses principaux acteurs. Plus rares encore sont les biographies francophones de généraux Sudistes ou Nordistes. Pour ces raisons, la parution du « Robert E. Lee, la légende sudiste » de Vincent Bernard est en elle-même un événement.

Son livre est une véritable biographie, un récit et une analyse de la vie de Robert E. Lee qui aborde tout aussi bien sa vie privé que sa carrière militaire. Le ton du livre et la multitude de détails qu'il nous rapporte (souvent issus de la correspondance de la famille Lee au sens large), nous plonge dans l'intimité véritable de Lee : son mode de vie, ses aspirations, ses grandes qualités morales ou ses petits défauts. Le lecteur suit tout d'abord les traces du jeune Robert à West Point, puis dans ses différentes affectations comme ingénieur militaire puis comme brillant officier au cours de la guerre du Mexique de 1846-48. L'image de son père, le fameux Light-Horse Harry de la guerre d'Indépendance, l'alliance par son mariage avec la famille de George Washington, font de lui le dépositaire d'une certaine aura. Père d'une nombreuse famille, ancré dans les traditions du Sud, en tant qu'héritier de la plantation d'Arlington. La guerre civile américaine va cependant chambouler son destin.

La biographie de Vincent Bernard prend toute son ampleur avec les chapitres consacrés à la Guerre de Sécession, dont il saisit toute la complexité : « Entre le Nord et le Sud, ce sont deux visions du monde et deux traditions distinctes et irréconciliables d’une même morale chrétienne qui s’opposent sur fond de déclin relatif du Sud et de lutte d’influence pour le contrôle des institutions politiques ». Le livre prend dès lors une tournure très martiale et l'étude de son héros est désormais centré sur ses capacités de général, sa manière de commander (allusive mais ferme), ses relations avec ses subordonnées, ses options tactiques (la défense-offensive), ses vues stratégiques (la recherche de la bataille décisive sur le territoire du Nord) et son absolu fidélité à son Etat, la Virginie. Le texte de Vincent Bernard, quand il s'agit de manœuvres et de bataille se fait clair et précis, sans jamais sombrer dans trop de détails ou d'exaltation. : « Heureusement que la guerre est une chose horrible, sinon nous pourrions l'apprécier » affirme d'ailleurs le général Lee lors de la bataille de Fredericksburg. L'auteur démontre la montée en puissance de Lee au fils des années : sa campagne ratée par amateurisme en 1861, ses demi-succès de 1862, ses brillantes victoires de 1863 et son échec cinglant à Gettysburg, sa résistance inspirée en 1864 et finalement ses miracles inutiles de 1865. La thèse de Vincent Bernard est que, malgré son génie de grand capitaine, Lee est écrasé par Grant, sans pour autant connaître de véritables défaites sur le terrain, parce qu'il n'a pas compris les mutations de son époque et le glissement progressif d'une guerre encore « romantique » vers une guerre industrielle et totale. Le livre s'achève sur du « la dernière vie de Lee » et son entrée dans la légende d'une nation réunifiée et lentement réconciliée avec elle-même.

Très bien documenté et écrit dans un style particulièrement agréable (et abordable), « Robert E. Lee, la légende sudiste » nous montre un homme à la barbe blanche intelligent et attachant, d'une profonde piété, empêtré dans le poids de son héritage morale et culturel, mais capable de remarquables fulgurances sur le terrain, à même de hisser ses soldats souvent si mal équipés, les « Lee's miserables », au rang des meilleurs combattants de leur époque. Vénérés par ses troupes, Lee est devenu une légende, plus qu'un symbole, car ses talents de général n'ont égal que sa discrétion et son effacement du champ politique. Cette biographie remarquable fera date, on peut en être sûr, au sein des livres en français sur son sujet. A noter un intéressant livret photo en pages centrales et de bonnes cartes sur la guerre de Sécession.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 7, 2016 8:40 PM CET


Ted & Ted 2 [Blu-ray]
Ted & Ted 2 [Blu-ray]
DVD ~ Aedin Mincks
Prix : EUR 22,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Ted : l'ours sans filtre, 1 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ted & Ted 2 [Blu-ray] (Blu-ray)
Ce coffret rassemble, sous une pochette cartonnée, les Blu-ray « Ted » et « Ted 2 » sortis séparément. Il n'y a aucun materiel supplémentaire dans ce coffret. Son intérêt viens de se prix intéressant et des deux films, bijoux d'humour irrévérencieux et décapant.

La scène introductive de « Ted » ressemble à un gentil conte de fées : un petit garçon mis à l'écart par les enfants du quartier fait un vœu pour que son ours en peluche Ted, reçu à Noël, lui parle et deviennent son ami. Une étoile filante passe et le vœu est exhaussé. Le film change ensuite radicalement de ton, le générique de début – hilarant – servant de transition. L'histoire se déroule 25 ans plus tard (avec quelques flashbacks). John (Mark Wahlberg), le petit garçon, a désormais 35 ans, une petite amie, Lori (Mila Kunis) et est toujours flanqué de Ted, devenu un temps célèbre mais maintenant retombé dans l'anonymat le plus complet. Mais le gentil ours en peluche a mûri, il est accro à la drogue et aux call-girls, aime passer des soirées à regarder Flash Gordon à la télé ou à faire la fête sans tabous. Son influence régressive sur John commence à taper sur les nerfs de Lori qui rêve de mariage. Exit le bon goût, bienvenue, chez Ted : toute la performance du scénario et de la réalisation de Seth MacFarlane est de rendre cette situation déjantée drôle et finalement crédible (sic). Les dialogues sont percutants (Joey Starr, la voix française de Ted, est parfaitement adapté au personnage), les gags s'enchaînent sans retenue et le film ne brûle pas trop vite ses cartouches. Seule la scène du concert de Norah Jones est un peu surfaite. On rit franchement des trouvailles scénaristiques de ce film qu'il fallait oser !

Il n'est pas toujours évident de réaliser une suite à un film à succès (quel que soit son créneau). Avec « Ted 2 », Seth MacFarlane a relevé avec succès ce pari difficile. « Ted 2 » est même sans doute ' la surprise en moins ' plus réussi que « Ted » dont il reprend les principaux ingrédients (un ours en peluche vivant qui ne sait pas ce qu'est le politiquement correct), mais sur les bases d'un scénario plus solide. Le point de départ de l'histoire est le souhait de Ted de fonder une famille avec sa petite amie Tami-Lynn, le problème étant que la justice ne lui reconnaît pas son statut d'humain et ne voyant en lui qu'un « bien » sans aucun droit. Trois ans ont passé depuis les précédentes aventures de Ted, John a divorcé, mais il est toujours prêt à se dévouer corps et âme pour l'ours en peluche de son enfance, avec lequel il passe son temps à fumer de l'herbe' Ted et John se lancent alors dans dans un procès pour faire reconnaître les droits de l'ours sans complexes et engagent Samantha (Amanda Seyfried), une jeune avocate débutante, pour défendre sa cause. Le trio doit bientôt affronter le système judiciaire américain et faire face aux appétits des grands fabricants de jouets. Le film est prodigieusement drôle. Les dialogues, souvent vulgaires, sont néanmoins particulièrement efficace. Seth MacFarlane (en VO) et Joey Starr (en VF) qui prêtent leur voix à un Ted désopilant sont d'ailleurs pour beaucoup dans cette réussites. Les gags qui s'enchaîne à un rythme effrénés, sont intelligents (si, vraiment), tant il font preuve d'une saine dérision envers notre société contemporaine. Étonnamment, le « Ted 2 » n'est d'ailleurs pas dénué d'une certaine morale. Bref, « Ted 2 », comme l'étaient les « South Park » dans un style un peu différent, montre les vertus comiques d'une irrévérence décapante, quand elle est utilisée avec autant de créativité.


IASG 1m/3.3ft Mirco USB LED Signal lumineux Cable de chargement USB Cable pour smartphones Android, Samsung, HTC, Nokia, Sony et autres (Cable LED or rose)
IASG 1m/3.3ft Mirco USB LED Signal lumineux Cable de chargement USB Cable pour smartphones Android, Samsung, HTC, Nokia, Sony et autres (Cable LED or rose)
Proposé par Guangzhou Shoking Trading Co.,Ltd
Prix : EUR 26,56

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Câble de charche lumineux et compatible Apple, 28 janvier 2016
Le câble micro USB iasg présente l'avantage d'être compatible avec les iPhone (5, 5s, 6 et 6s), les iPod Touch et Nano récents et les iPad de quatrième génération.

Son aspect général est assez basique et ne dégage pas une impression de grande solidité. Son originalité viens du fait qu'il produit une variété d'effets lumineux lorsqu'il est en fonctionnement (LED rouge insérée entre deux segments de câble blanc).

Long d'un mètre, le câble iasg permet d'utiliser son téléphone lorsque celui-ci est en cours de charge. Comme souvent avec ce type de matériel chinois compatible, sa durée de vie semble assez aléatoire malgré un prix déjà conséquent.

NOTE : produit reçu gratuitement, commentaire rédigé en toute indépendance après les tests nécessaires pour cela.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire | Permalien


The U.S. Civil War by GMT Games
The U.S. Civil War by GMT Games
Proposé par Mega Bookstore
Prix : EUR 247,83

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un jeu à la fois ambitieux et abordable, 26 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : The U.S. Civil War by GMT Games (Jouet)
« The U.S. Civil War » est un jeu original dans lequel Mark Simonitch donne sa propre vision de le guerre de Sécession et de la manière de la transcrire dans un jeu, tout en faire appel à des sources d’inspirations dont il ne se cache pas : The Civil War d’Eric Lee Smith et For The People de Mark Herman.

D’une manière générale, « The U.S. Civil War » est un jeu qui se concentre sur la partie strictement militaire de la guerre civile américaine et qui n’intègre presque aucun paramètre politique et encore moins sociologique. De manière très efficace, les mécanismes de jeu attribuent à chaque haque camp un budget (en grande partie aléatoire) de points d’actions à dépenser sur les trois théâtres d'opérations distincts. Sur l’immense carte (110x77 cm) qui sert de support au jeu, Mark Simonitch a également mis l’accent sur les « mouvements stratégiques » (par voie ferrée, voie fluviale ou par la route) et sur la question du ravitaillement. Les règles navales, relativement complexes, sont traitées dans un chapitre à part de règles avancées dont l’utilisation n’est pas obligatoire pour aborder le jeu.

Le système de résolution des combats a été calibré pour mettre en lumière le caractère décisif de l’attrition au cours de ce conflit. La faiblesse globale du commandement est reflétée par l’obligation de regrouper plusieurs généraux lorsque l’on souhaite concentrer ses forces dans un grande armée, alors que les petits détachements se contenteront d’un seul chef.

« The U.S. Civil War » laisse transparaître les qualités habituelles des jeux de Mark Simonitch : une qualité graphique indéniable, une finition remarquable, tant pour le matériel que pour le développement de ses mécanismes, et une excellente mise en scène des enjeux militaires de son sujet. Avec trois scénarios – un pour chacune des années 1861, 1862 et 1863 – et un jeu de campagne, The U.S. Civil War permet également aux joueurs plusieurs entrées, plus ou moins ambitieuses et complexes, pour s’approprier la mécanique rigoureuse et exigeante de ses règles.


Wild - Original Motion Picture Soundtrack
Wild - Original Motion Picture Soundtrack
Prix : EUR 17,14

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Libre comme l'air, 22 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wild - Original Motion Picture Soundtrack (CD)
L'album « Wild » reprend pour notre plus grand bonheur l'ensembles des chansons qui figure sur la bande musicale du film du même nom réalisé par Jean-Marc Vallée. Totalement dans l'esprit de ce voyage rédempteur sur le « Pacific Crest Trail » chacun de ces titres nostalgiques nous emporte, comme une rafale de vent, vers une soudaine et inexplicable liberté.

Les chansons phares de cette compilations sont les deux titres de Simon and Garfunkel (« El Condor Pasa (If I could) » et « Homeward Bound »), mais on retrouve également avec leurs meilleurs atours Springsteen, Wings, The Shangra-Li, Prefab Sprout , Léonard Cohen et quelques autres

Au total, avec 15 titres, c'est l'envie de partir sur un chemin ou de se plonger dans un bon livre, dans le même soucis d'évasion que suscite cet album très réussi, à l'image du film qu'il illustre musicalement.


iEC Oreillette Casque Bluetooth 4.1 lumineux Hifi clip Sports ecouteurs- Noir
iEC Oreillette Casque Bluetooth 4.1 lumineux Hifi clip Sports ecouteurs- Noir
Proposé par EC Technology FR Store
Prix : EUR 99,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Cordon lumineux et oreillettes haut de gamme, 22 janvier 2016
La belle boîte noir qui sert de coffret aux oreillettes Bluetooth iEC donne immédiatement le ton d'un produit qui veut se positionner sur une segment haut de gamme, ce que confirme également son prix.

Outre leur jolie emballage et le câble de recharge USB livrés avec elles, ces oreillettes possèdent bien d'autres qualités plus techniques :
- des écouteurs intra-auriculaires avec un crochet de fixation sur l'arrière de l'oreille pour éviter la chute
- un jeu d'écouteurs (embouts de taille moyenne) pré-installé ;
- deux jeux d'embouts et de crochets d'oreille de rechange (petite taille et grande taille) ;
- des commandes fixées sur la barre de support de chaque écouteur (arrête/marche, volume, changement de morceaux, changement du mode lumineux, réception ou rejet d'un appel téléphonique) ;
- une impeccable technologie Bluetooth 4.1 qui permet une connexion stable et efficace.

Leur caractéristique la plus originale et la plus amusante vient du fait que le cordon qui relie les deux oreillettes (à porter derrière la nuque, en mode sportif) s'allume (ton rouge) et change de luminosité en fonction de la musique et des mouvements de la personne qui les porte. Il s'agit là d'un gadget propre à susciter la curiosité qui suit habilement les tendances geeks à la mode en ce moment.

Des tests effectué, seul le caractère un peu massif des barres de support des oreillettes et la difficulté à trouver puis utiliser facilement les boutons qui sont placés dessus peut poser des problèmes, surtout lorsque l'on court. Le produit n'en demeure pas moins excellent.

NOTE : produit reçu gratuitement, commentaire rédigé en toute indépendance après les tests nécessaires pour cela.


RBM Studio GMT: C3i Magazine #27 Including Soviet Dawn Solitaire Board Game by RBM Studio
RBM Studio GMT: C3i Magazine #27 Including Soviet Dawn Solitaire Board Game by RBM Studio
Proposé par Mega Bookstore
Prix : EUR 105,30

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Il y a le feu au lac !, 20 janvier 2016
Le C3i n°27 fait la part belle à la série COIN de GMT Games, dont le succès est aujourd’hui retentissant. Le dossier principal de la revue (64 pages en anglais) est constitué par une « table ronde » de huit pages entre Mark Herman et Volko Ruhnke, à propos du développement de Fire in the Lake, leur prochain jeu dans cette série qui portera sur la guerre du Vietnam. Cuba Libre a également droit à un bel article (notes de conception et scénario original). Rebel Raiders on the High Seas s’octroie par ailleurs de nombreuses pages, avec deux articles distincts.

La première guerre mondiale (Bloody April), la seconde (No Retreat) et la Corée contemporaine (Next War Korea) ont également droit à des scénarios et des articles très complets. En marge de la présentation succincte de tous les jeux GMT parus en 2013, on retrouve avec plaisir les rubriques récurrentes qui font la réputation de C3i : un module SPQR Deluxe (bataille de Dertosa), la présentation d’un membre du « Hall of Fame », en la personne de Jack Greene, et la tribune libre de Mark Herman (Clio’s Corner) qui traite cette fois de la gestion de l’incertitude sur les intentions de l'ennemi dans les jeux d’histoire. .

Le magazine propose également aux amateurs des jeux de GMT Games une planche entière de pions pour des variantes, des scénarios ou plus prosaïquement des errata concernant plus d’une douzaines de jeux (Oriskany, Bloody April, Rebel Raiders, Iron and Oak, Cuba Libre, Andean Abyss, Flyng Colors, SPQR, Mr Madison War, Empire of The Sun, No Retreat North Africa, etc.). Une dizaine d’aides de jeu et de fiches de scénarios complètent ce catalogue de suppléments.

Comme cela est désormais systématiquement le cas, C3i magazine contient également un jeu complet en encart. Dans le n°27, il s’agit de Soviet Dawn, un jeu en solitaire qui explore la guerre menée par la Russie bolchévique pour sa survie, entre 1918 et 1921. Il s’appuie sur une carte stratégique (cases reliées par des connexions), des cartes événements et une trentaine de grands pions. Le livret de règles est indépendant du magazine, sans qu'il soit donc nécessaire de le détacher.


GMT: C3i Magazine #28, including Case Blue Mini-Boardgame by GMT Games C3i Magazine
GMT: C3i Magazine #28, including Case Blue Mini-Boardgame by GMT Games C3i Magazine
Proposé par Mega Bookstore
Prix : EUR 105,13

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 De Churchill à Case Blue, 20 janvier 2016
Le n°28 du magazine C3i de RBM Studio contient un jeu complet en encart intitulé Unconditional Surrender ! Case Blue 1942-43, dérivé de Unconditional Surrender ! World War 2 in Europe publié par GMT Games en 2014. Le jeu, conçu par Salvatore Vasta et développé par Mark Dey, couvre les opérations dans le sud de la Russie entre 1942 et 1943.

Au chapitre des extensions, le magazine est également bien rempli : bataille de Liège pour 1914 Offensive à outrance, variante pour Andean Abyss, scénarios n°121 et 122 pour Combat Commander, scénario sur la première bataille de Mantinée pour Hoplite, scénario pour Panzer et enfin un scénario pour Iron & Oak. Chaque scénario original a droit à son aide de jeu sur papier cartonné et à ses pions dans la planche du C3i n°28.

Le magazine (en anglais), dont le dossier central est consacré à la conception et au développement du jeu Churchill, s’ouvre sur un émouvant hommage à John Hill (1945-2015), le célèbre créateur de Squad Leader qui vient de nous quitter. Un autre dossier « hommage » sous la forme de la republication d’une interview, est consacré à S. Craig Taylor (1946-2012). Centenaire de la Première Guerre mondial oblige, C3i offre de longues pages à Ted Raicer et Michael Resch interviewés sur leurs travaux concernant la simulation de ce conflit via le wargame. Le magazine propose également un article historique sur la bataille de Liège (4 au 16 août 1914). Sur un sujet original, et très américano-américain, le C3i n°28 contient également un gros dossier de rétrospective sur la Guerre de Sécession sur les mers (historique, suggestion de lectures et de jeux…).

Pour conclure, signalons deux articles particulièrement intéressants. Le premier est écrit par Patrick Ruestchmann qui nous présente ici le jeu Newton Oriskany en tant qu’exemple de guerre asymétrique. Le second est la chronique Clio’s Corner, toujours très attendue, signée Mark Herman. Son thème est cette fois l’analyse de l’impact du personnage dont on tient le rôle dans la nature d’un jeu et de ses mécanismes. Vue de très haut, comme dans Churchill, la conduite de la guerre n’a certes pas les caractéristiques qui sont les siennes dans Squad Leader ou GBoH, mais l’échelle est-elle la seule composante à ce changement d’angle dans les jeux d’histoire ? Mark Herman, avec son immense expérience, nous éclaire à sa manière sur le sujet dans un C3i n°28 d’une qualité globale particulièrement remarquable.


GMT: C3i Magazine #26 including Objective Kiev Board Game by GMT Games
GMT: C3i Magazine #26 including Objective Kiev Board Game by GMT Games
Proposé par Mega Bookstore
Prix : EUR 73,69

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Objective Kiev, 20 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : GMT: C3i Magazine #26 including Objective Kiev Board Game by GMT Games (Jouet)
Le n°26 du magazine édité par Rodger MacGowan propose en encart Objective Kiev, de Frank Chadwick, dont la version originale a été publiée en 2010 par Victory Point Games. Ce jeu simple et fluide porte sur l'avancée du Groupe d'Armée Sud de la Wehrmacht vers Kiev, de juin à août 1941. Comme Battle of Moscow (du même auteur et dans la même série) qui avait été inséré dans le C3I n°25, le jeu est présenté avec un livret de règles indépendant, une nouvelle carte et de nouveaux pions.

Le magazine en lui même (64 pages en anglais) est par ailleurs plein à craquer d'excellents articles sur le monde du jeu d'histoire en général ou, plus spécifiquement, sur des jeux publiés par GMT Games. Dans cette seconde catégorie, on remarquera surtout un très bon dossier sur For The People. Les autres concernent Andean Abyss, Labyrinth, Thwilight in the East et 1805 :Sea of Glory. Dans la catégorie généraliste, et de manière plus originale, on trouvera un dossier très complet sur les relations entre concepteurs et développeurs proposé par Patrick Ruestschmann. Mark Herman consacre de son côté un article de réflexion théorique au concept d'initiative : « qui doit jouer en premier ? » s'interroge le maître ? John H. Butterfield, le denier lauréat du « CSR Hall of Fame Award » fait quant à lui l'objet d'un interview très instructive dans laquelle il apporte un éclairage sur les jeux qu'il a conçu dans les années 70 ou 80, comme Ambush, Battle over Britain, Freedom in the Galaxy, ou sur le plus récent D-Day at Omaha Beach (2009). Dans la même veine, mais de manière plus brève, les portraits de trois « C3i Players » sont également brossés de manière très vivante, en une ou deux pages chacun.

On trouvera enfin dans ce C3i n°26 des scénarios pour SPQR, Command & Color Ancients et Andean Abyss. Comme c'est l'usage la pochette du C3i contient une planche de pions (errata ou extensions) et des aides de jeu complémentaires pour de nombreux produits GMT Games : Combat Commander, Infidel, SPQR, Sea of Glory, American Revolution series, Empire of the Sun et No Retreat, et même une planche complète de 140 pions pour Twilight in the East. Pour conclure, notons que ce n° de C3i est dédié au regretté S. Craig Taylor (Wooden Ships & Iron Men, Flattop, Machiavelli, The Thin Red Line) qui nous à quitté en 2012. Si on ne doit plus compter désormais que sur la parution d'un seul C3i par an, son contenu est néanmoins particulièrement riche, intéressant et mis en valeur avec talent et avec soin.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20