undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de popkorn > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par popkorn
Classement des meilleurs critiques: 489.389
Votes utiles : 145

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
popkorn (Paris)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
The Devil Put Dinosaurs Here
The Devil Put Dinosaurs Here
Prix : EUR 15,97

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une autre réussite pour Alice, 4 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Devil Put Dinosaurs Here (CD)
Quatre ans après le magnifique "Black gives way to Blue", Alice in Chains revient avec "The devil put dinosaurs here". Les sonorités sont rapidement reconnaissables et ça commence avec les morceaux les plus lourds de l'album (les deux très bons "Hollow" et "Pretty done" suivis de "Stone"). L'oppressant "Lab monkey" est une des meilleures chansons du disque et montre le talent toujours intact de Jerry Cantrell pour créer des atmosphères menaçantes.
Cet album est dans la directe continuation de "Black gives way to Blue" et comporte plus de chansons calmes, plus ou moins sombres mais absolument toutes réussies : "Voices", "The devil put dinosaurs here", "Scalpel", ou "Hung on a hook". L'album finit sur une très belle note avec "Choke", mon morceau préféré, dernière ballade chargée d'amertume.
Duvall est plus présent qu'auparavant et son entente avec Cantrell semble avoir progressé. D'une manière générale, les compositions sont moins sombres et offrent moins d'ascenseurs émotionnels que "Black gives way to Blue". Malgré une qualité indéniable, on n'atteint donc pas les sommets du précédent album. "The devil put dinosaurs here" reste cependant un superbe album d'Alice qui mérite très largement les cinq étoiles.


Black Gives Way To Blue
Black Gives Way To Blue
Prix : EUR 10,75

5.0 étoiles sur 5 Le meilleur album d'Alice in Chains !, 27 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Gives Way To Blue (CD)
Les fans inconditionnels de Layne vont bondir, pourtant je ne fais que dire ma vérité : ce "Black gives way to blue" est le meilleur album d'Alice toutes époques confondues. A l'image d'un AC/DC qui a sorti "Back in black" après la mort de Bon Scott, Alice frappe très fort pour son retour.
Bien sûr, le style a quelque peu changé : les chansons sont moins noires / glauques / désespérées et sont maintenant plus noires / tristes / nostalgiques. Quelque part, c'est ce qui fait la différence : les chansons sont beaucoup plus touchantes. Duvall fait le boulot mais reste très discret, et finalement c'est ce qu'il pouvait faire de mieux. L'album est très homogène même si "Check my brain" est un peu légère niveau paroles, "Last of my kind" est le morceau le moins intéressant mélodiquement ou "Black gives way to blue" qui reste simplement sympathique.
Le reste est vraiment très réussi : "All secrets known" a une atmosphère oppressante qui me rappelle celle de "Them bones", "Your decision" et "Take her out" sont très belles et plus mellow, "Acid bubble" et "Private Hell" sont les plus torturées... En ce qui me concerne, le chef d’œuvre de l'album est "When the Sun rose again" - dédicace à Layne ? - avec sa guitare acoustique d'une sobriété à couper le souffle et le refrain qui libère la tension avec ses arpèges et paroles tristes.
Il serait dommage que les anciens fans d'Alice ratent ce superbe album. Au final, Jerry a toujours été l'âme du groupe et il le démontre ici en toute beauté.


...Like Clockwork
...Like Clockwork
Prix : EUR 14,82

3 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Fatigué..., 27 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : ...Like Clockwork (CD)
Comme plein de monde ici, j'ai suivi Josh Homme avec Kyuss et Queens of the Stone Age et chaque nouvelle sortie d'album me rendait impatient. QOTSA, ça avait toujours été du rock lourd avec un peu de sexy / sleaze et une dose d'in-your-face qui excitait mes oreilles.
En 2013, Homme est fatigué, problèmes personnels, et sur scène on voit bien qu'il n'a plus la flamme. L'album est à cette image : mou, fatigué et avec peu d'inspiration. Franchement, j'ai beaucoup de mal à aller au bout du disque : les deux seuls morceaux qui me rappellent ce que furent les QOTSA sont "I sat by the ocean" et "My god is the Sun". Le reste se perd dans le mou et l'indifférence. Malheureusement.


There Is Nothing Left To Lose
There Is Nothing Left To Lose
Prix : EUR 20,23

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Plutôt réussi, 23 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : There Is Nothing Left To Lose (CD)
Ce troisième album des Foo Fighters est comme la plupart des autres : des superbes chansons au début et un étiolement sur la fin. Les cinq premiers titres sont clairement les meilleurs, et de loin. Ils allient énergie et bon entrain, à la manière de "The colour and the shape". Breakout, Gimme stitches et Generator font toujours partie de mes titres préférés.
Le reste de l'album a tendance à ralentir : Aurora, Live-in skin et Headwires s'en tirent bien. Par contre Ain't it the life et M.I.A. sont plutôt quelconques et dispensables. Trop mou à mon goût !
Au final on a un bon album des Foo - loin d'être parfait mais qui reste très sympathique - que je conseille à ceux qui ont apprécié les deux premiers ;)


Diamond Eyes
Diamond Eyes
Prix : EUR 9,68

39 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un diamant pour Chi, 12 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Diamond Eyes (CD)
L'album Diamond Eyes a été "leaké" sur le net depuis quelques mois et beaucoup ont pu l'écouter avant sa sortie officielle. On va commencer par rassurer tout le monde : l'album est vraiment très bon, même avec quelques semaines de recul. Niveau son, on a un mélange des sonorités de White Pony et les guitares lourdes de Deftones ainsi qu'un chant qui va titiller nos souvenirs de l'époque Around the fur. Car c'est LE point qui fait clairement plaisir : Chino est en très grande forme et envoie quelques chants méchamment sentis comme à la belle époque.
L'album est beaucoup plus homogène en qualité que Saturday Night Wrist et bien meilleur que l'éponyme Deftones. On en arrive au un niveau entre White Pony et Around the fur, mais toujours sans détrôner l'incroyable Adrenaline. Il y a beaucoup moins de bidouillages électroniques et de sons new wave. Les chansons sont en général un peu plus rapides que celles de Saturday Night Wrist, et c'est tant mieux ! C'est en particulier "Rocket Skates", "CMND/CTRL", "Royal" et dans une moindre mesure l'excellent "Diamond Eyes" (que vous pouvez écouter sur le site officiel du groupe). Eh oui, l'album démarre très fort !
Comme sur White Pony, il y a des chansons plus calmes mais elles gardent une bonne dynamique et ne ralentissent pas l'album et son écoute ("Risk", "Prince" ou "You've seen the butcher" qui est juste la meilleure chanson de l'album pour moi). Les chansons mellow de l'album sont à voir du côté de "976-Evil", le magnifique "Beauty school" et "Sextape" qui me fait penser à du Team Sleep avec ses guitares atmosphériques...
Finalement, là où le groupe surprend c'est de se retrouver dans un registre qu'ils avaient abandonné 10 ans plus tôt avec White Pony - mais sans jamais s'auto-parodier. Il mérite très largement ses 5 étoiles, et est d'ores et déjà un candidat sérieux pour le titre d'album de l'année.
Pour finir, une pensée pour Chi qui a l'air d'aller un peu mieux. Soigne toi bien, bro'...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : May 7, 2010 4:33 PM MEST


Spinnerette
Spinnerette

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Retour en forme, 26 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Spinnerette (CD)
Plus de 5 ans après le dernier album des (très) regrettés Distillers, Brody et Tony nous reviennent avec un nouveau groupe. Pour le compléter, viennent s'ajouter Johannes et Irons, respectivement ex-Queens of the Stone Age et ex-Red Hot Chili Peppers.
Bon, autant être direct : si vous ne jurez que par le punk old school à la "Sing Sing Death House" et que le son/format pop vous horrifie, vous pouvez passer votre chemin. Vous serez déçu et je l'ai d'ailleurs été énormément aux premières écoutes. Par contre, si vous laissez une chance à Spinnerette, vous allez découvrir qu'il s'agit d'un superbe premier essai.
Côté son, ça a clairement évolué et l'influence du son du "Era Vulgaris" des QOTSA saute aux yeux ("Sex bomb", le bon "Spectral suspension" ou "Rebellious palpitations"). C'est aussi moins agressif que lors de la première partie de la carrière des Distillers. Je vais dire le gros mot : plus radiophonique.
Pourtant l'album démarre fort avec le single "Ghetto Love" qui est le morceau le plus énergique de l'album et se poursuit avec le très bon "All babes are wolves". Brody Dalle essaie clairement de varier son chant sur ce disque ce qui est un effort très appréciable. Les meilleurs titres sont pour moi "Cupid" qui ferait un magnifique générique de film, le planant "Distorting a code", "Driving song" et "The walking dead" mes deux titres préférés. Les guitares se font plus douces mais les mélodies restent pour la plupart accrocheuses. "Impaler" est un titre assez surprenant.
Pour conclure, c'est un album qui mérite d'être écouté même s'il a quelques défauts. L'écriture était sans doute meilleure sur "Coral Fang". Et le dernier coup de gueule : quand on entend leur super son en concert (avec notamment un guitariste supplémentaire on stage) et que sur CD on reste sur sa faim on ne peut que s'énerver contre la tendance globale à FMiser le son. "Spinnerette" aurait pu être bien meilleur encore et risque de décevoir les fans de la toute première heure de Brody. RIP les Distillers.


Death Magnetic (Edition limitée - Digipack)
Death Magnetic (Edition limitée - Digipack)
Prix : EUR 14,22

5 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Metallica Magnetic, 16 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Death Magnetic (Edition limitée - Digipack) (CD)
Après une succession d'albums ayant déçu les soi-disant hard-core fans, Metallica est de retour avec Death Magnetic. Le résultat est tout simplement époustouflant et va très au-delà de ce que je les pensais encore capables de faire. Ils ont réussi à créer une œuvre qui atteint le niveau de Justice for all, et c'est un immense exploit. Saint Anger, S&M, Garage INC, Load / Reload, Metallica "Black album" et Kill'em all sont dépassés. A l'aise.
Le gros son est bien là, les solos sont inspirés, James chante mieux que sur les précédents opus, les chansons sont longues mais pas inutilement. Je suis presque tenté de dire que cet album est la logique continuation de Saint Anger dans le sens où Metallica n'a pas répété les mêmes erreurs mais retourne vers un son agressif après les épisodes Metallica, Load et Reload. Les morceaux sont riches, complexes et cohérents comme à la belle époque. Les idées sont pleinement exploitées là où elles restaient plutôt brouillonnes dans leurs trois derniers disques.
Niveau son, on pense tout de suite a un mélange Justice / Garage INC / Saint Anger. Pourtant, on ne se retrouve pas avec un album « 80's revival » : le son reste moderne et bien ancré à aujourd'hui. Problèmes de production ? N'importe quoi ! Avec du matériel digne de ce nom, des enceintes de qualité, pas de problèmes de saturation dans les graves comme je l'ai souvent lu à gauche à droite. Le tout reste quand même « garage » ou live, chose qui me plait personnellement venant plus du rock punk alternatif au son crade. Pas de son aseptisé de supermarché ou surproduit, et c'est très bien.
L'album demandera un certain nombre d'écoutes avant de pouvoir faire apprécier toutes ses qualités. Les chansons comme « Just your life », « End of the line », « Broken, beat & scarred », « My apocalypse » sont titanesques et je pèse mes mots. Les mélodies accrochent grave et n'ont rien à envier à leurs glorieux prédécesseurs. C'est assez dur de ne pas être emballé car on retrouve un souffle épique qu'on n'avait pas connu depuis Justice for all. Les solos de Kirk dans « All nightmare long » m'ont scotché. « Day that never comes » est vraiment un superbe morceau, l'instru de 10 minutes « Suicide & redemption » passe comme une lettre à la poste.
Alors OK, on peut admettre que la qualité de l'écriture n'est pas aussi bonne qu'en 86, que James ne chante plus aussi bien malgré une nette amélioration, que la basse de Rob reste disrète... Mais Death Magnetic est clairement un de leurs meilleurs albums toutes périodes confondues, très homogène et très très supérieur à la production actuelle. Metallica entre un peu plus encore dans la légende. Respect messieurs.


In Your Honour (2CD)
In Your Honour (2CD)
Prix : EUR 9,29

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Two not so loud..., 2 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Your Honour (2CD) (CD)
Aïe aïe aïe... A la première écoute du premier disque j'ai cru qu'il s'agissait du "Not so loud". Erreur fatale. Après une petite réflexion, je me suis dit : "A tous les coups le 2e CD va être rempli de ballades molassones". Croyez moi ou pas mais c'est exactement ça.
Pour les fans de la première heure de Nirvana (la tempête sur scène) et des Foo Fighters, il est difficile de se contenter de ce genre de disque. Pas de rage, les morceaux soit-disants péchus sont limite Rock FM... Sont où les morceaux comme I'll stick around, Breakout, Wind up ou One by one ?
Bon, bien sûr c'est pas mauvais mais il suffit pas d'une chanson comme Best of you ou DOA pour avoir un bon album.


Nirvana - Unplugged In New York
Nirvana - Unplugged In New York
DVD ~ Nirvana
Prix : EUR 6,99

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mythique, 1 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nirvana - Unplugged In New York (DVD)
Le concert mythique de Nirvana à NYC enfin en DVD et en intégralité. La première chose qui "saute au yeux" c'est le son absolument énorme et qui retranscrit à merveille le côté live du show. On profite enfin à 100% de la basse de Krist et des choeurs de Dave. On redécouvre littéralement certaines chansons. Si on ajoute à ça la qualité d'image parfaite, on peut mettre les vieilles VHS directement à la poubelle.
Côté bonus, on a les 5 titres joués en répétition. Le son est pas toujours au top mais ça fait toujours plaisir. Ensuite il y a un documentaire très intéressant des témoins de la soirée, "Bare Witness", que certains connaissaient déjà (déjà passé sur MTV).
Brièvement, côté performance scénique pour ceux qui ne connaissent pas, les chansons sont fabuleuses, Kurt est génial et le groupe signe un récital qui est entré dans l'Histoire du rock depuis belle lurette. Simplement indispensable, pour les fans et les autres.


Era Vulgaris
Era Vulgaris
Prix : EUR 12,27

8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Euh... Finalement, il est pas si mal..., 21 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Era Vulgaris (CD)
Bon pour commencer, je suis fan de rock puissant donc plus porté vers les sons lourds type les premiers QOTSA et bien sûr, Kyuss. J'ai littéralement détesté cet album aux premières écoutes, le sentiment étant le même en les voyant le jouer live.
Mais après plusieurs écoutes, de très intéressantes mélodies se révèlent petit à petit. Ca commence fort avec « Turning on the screw » et « I'm designer » qui est excellente. Les guitares sont plus crunchy que d''habitude, la voix de Josh Homme un poil racoleuse. « Misfit love » a un son plus lourd et est dans la continuation de Lullabies to paralyze. Ensuite, « Make it wit chu » apporte une pause sympa avant l''imparable « 3's & 7's ». Troy van Leeuwen assure bien tout le long de l'album.
La dernière partie de l'album est plus calme mais pas moins intéressante avec notamment « Suture up your future » et le long « The fun machine took s** ! & died » qui clôture Era Vulgaris. Il n''y aura finalement eu que « Sick, sick, sick » d''un peu ennuyant.
Au final, cet album travaille le cerveau et Homme et Cie font subtilement évoluer leur stoner. Era Vulgaris mérite vraiment d'être (bien) écouté. Qu'on se le dise !


Page : 1 | 2 | 3