undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de De La Poer > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par De La Poer
Classement des meilleurs critiques: 3.000
Votes utiles : 158

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
De La Poer "Night is my friend" (Strasbourg, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10
pixel
Yoko Tsuno, tome 24: Le septième code
Yoko Tsuno, tome 24: Le septième code
par Roger Leloup
Edition : Album
Prix : EUR 10,60

3.0 étoiles sur 5 Un tournant contestable, 25 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yoko Tsuno, tome 24: Le septième code (Album)
Laissons de côté le graphisme des personnages, qui rajeunissent à chaque album jusqu'à en devenir caricaturaux, c'était déjà le cas auparavant. Retenons les décors réussis. On peut trouver certaines idées tirées par les cheveux (le sous-marin allemand en Amazonie) mais c'est particulièrement le fait de convoquer Pol pour tenter d'ouvrir une porte avec une partie d'échec, et Yoko qui trouve en écartant violemment les pions, qui est durement admissible.

Pour la comtesse Olga, admettons aussi, et l'ogive nucléaire héritée de la guerre froide. Le personnage de Krüger en revanche est archi-caricatural (un ancien nazi borne en Amérique du Sud) et on se débarrasse de lui avec la même aisance désinvolte que le compte Pavkine dans "Le maléfice de l'améthyste".

Mais c'est surtout l'intrusion d'Émilia qui me gène. Je ne suis pas contraint de supporter une ado agaçante de 14 ans qui diffuse un humour plutôt douteux. Il est vrai qu'elle se bonifie après avoir enfin reçu une gifle de Yoko. Si Monsieur Leloup a décidé de faire fuir le public adulte au profit de la jeunesse féminine pour faire "tendance", bien lui fasse, mais on n'est pas obligé d'applaudir cette manière de tourner le dos à son public habituel qui le suivait depuis 23 albums.

Aujourd'hui, je l'avoue, c'est l'affection que je porte à Yoko et mes goûts de collectionneur qui m'ont fait ré-acheter cet album après l'avoir dans un premier temps jeté à la poubelle. A sa lecture, les griefs que j'éprouvais à son égard lors de la première lecture se sont tassés. A tout prendre, il est non seulement un peu meilleur que "La servante de Lucifer" et "Le maléfice de l'améthyste", mais préférable aux deux récits chinois précédents.

Mais le personnage d'Émilia aurait pu être plus sympathique dès le début. Les ados tourmentés, cela me laisse froid. Elle me fait penser à celle qui se présentait sous ce nom sur un des sites de "Yoko Tsuno" : le franc-parler n'est pas nécessairement de l'insolence ou une agressivité faisant fi de la sensibilité du lecteur.


Yoko Tsuno, tome 26 : Le maléfice de l'améthyste
Yoko Tsuno, tome 26 : Le maléfice de l'améthyste
par Roger Leloup
Edition : Album
Prix : EUR 10,60

2.0 étoiles sur 5 Une chatte n'y retrouverait pas ses petits., 25 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yoko Tsuno, tome 26 : Le maléfice de l'améthyste (Album)
Bon, il faudra se faire à l'idée que le graphisme des visages est définitivement en dessous de la "grande période" concernant les albums n° 3 à 12. Certains se demandent si quelqu'un ne dessine pas à la place de Roger Leloup, et c'est ma foi bien probable. Rien à redire en revanche sur les décors et sur les divers avions exposés dans l'histoire, l'auteur reste un passionné de modélisme. Mais le pitch du voyage dans le temps commence à bien faire (on y a déjà eu 4 fois le droit dont les 2 mauvais albums "La pagode des brumes" et "La jonque céleste") et Émilia en profite pour rencontrer son arrière-grande-tante, son arrière-grand-mère,sa tante...oh ! au bout d'un moment, on ne sait plus et on baisse les bras. Et voilà une Bonnie qui se rend à l'époque actuelle (encore un personnage encombrant et inutile à caser dans les prochaines histoires). Quant au comte Pavkine, on ne comprend pas son rôle (il est russe blanc ou rouge ?). Et que vient faire Anastasia dans cette histoire ? Et était-il vraiment nécessaire de conférer un rôle à une améthyste soit-disant maléfique ? On sort de la Science-Fiction pour émerger en plein surnaturel. Bref, l'album est un peu meilleur que "La servante de Lucifer", mais ne mérite pas vraiment de compliments.


Yoko Tsuno, Tome 25 : La servante de Lucifer
Yoko Tsuno, Tome 25 : La servante de Lucifer
par Roger Leloup
Edition : Relié
Prix : EUR 10,60

2.0 étoiles sur 5 Un album pour rien, 25 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yoko Tsuno, Tome 25 : La servante de Lucifer (Relié)
Je suis de ceux qui considèrent que la série n'a cessé de péricliter après l'Astrologue de Bruges. Graphismes naïfs au niveau des personnages qui rajeunissent Yoko au stade d'adolescentes immatures, scénarios trop complexes (La porte des âmes) ou à l'inverse trop banals (La jonque céleste et La pagode des brumes). Mais là, je crois que Roger Leloup a touché le fond.

J'ai lu sans intérêt cet album et je serais bien en peine de pouvoir le résumer après coup. Trop de personnages s'y bousculent. Pourquoi cette obsession de créer à chaque album de nouveaux personnages (Lâthy, Angela, Zâthy, Balbok) dont certains sont de plus en plus puérils (un robot sous forme d'ange, un mini-dragon s'ajoutant déjà au chien Raspoutine). J'ai écris dans le commentaire sur "Le secret de Khâny" que l'album était recevable à partir du moment où l'on s'était fait à la nouvelle politique de Roger Leloup qui cible maintenant les adolescentes de 14 ans et laisse de côté (en faisant définitivement de Vic et Pol de simples meubles) "le public de jeunes de 7 à 77 ans" qui pouvait apprécier "La frontière de la vie" ou "Rheingold" voire "L'astrologue de Bruges".

Mais le scénario de "La servante de Lucifer" est si confus qu'on se fiche de cette fille aux cheveux violets et de son Belzébuth de pacotille que l'on n'entrevoit que quelques instants. Quant à Yoko, elle doit s'effacer pour laisser la place à Émilia, une nouvelle venue dont l'on se passe bien quand on est un lecteur de 52 ans. Même durant sa période de déclin, Roger Leloup avait fait mieux.


Yoko Tsuno, tome 27 : Le Secret de Khâny
Yoko Tsuno, tome 27 : Le Secret de Khâny
par Roger Leloup
Edition : Album
Prix : EUR 10,60

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un léger redressement, 7 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yoko Tsuno, tome 27 : Le Secret de Khâny (Album)
Avant d’acheter cet album, et au vu de ceux qui l’ont précédé, je faisais plus confiance aux critiques négatives qu’aux critiques positives. Je l’ai pourtant acquis car, appréciant la série, je voulais compléter ma collection.

Finalement, l’album n’est pas si mauvais que cela. On peut toujours trouver que Roger Leloup était plus inspiré dans les 20 premiers albums, et tout particulièrement les 10 premiers. On peut contester la dégradation du graphisme concernant les personnages (non les décors). On peut trouver le scénario peu plausible (un canon devant détruire les microbes et les bactéries de la Terre) et le titre de l’album bien grandiloquent (c’était quoi, le secret de Khâny ? L’hybride Tévy ? Pas de quoi en faire un fromage… ou alors, le thème aurait dû être mieux traité).

Or, le temps de mettre en place toute la smala de Yoko, depuis Angela jusqu’à Bonnie (qui ne confère aucun intérêt à l’histoire), il ne reste plus beaucoup de place pour l’intrigue principale (tant il est vrai que, de l’aveu de Roger Leloup lui-même, il se sent obligé de « resservir » ces personnages parce que chaque lecteur voudrait que X réapparaisse plutôt que Y, Y plutôt que X ou Z, ou encore Z plutôt que X ou Y. Quant au « méchant de l’histoire », il a beau être affilié à Karpan, il n’a aucune envergure et est sommairement présenté.

En dépit de tout cela, Yoko Tsuno reste Yoko Tsuno, et « Le secret de Khâny » est meilleur que « Le septième code » et « La servante de Lucifer », dans la mesure où Khâny éclipse la présence de l’insupportable Émilia, particulièrement désastreuse dans « Le 7° code ». L’histoire se laisse lire agréablement à condition que l’on soit prévenu à l’avance des tares qui affectent la série depuis ce dernier album. Et puis, ne soyons pas trop dur pour Émilia, le déclin de la série s’amorce après « L’astrologue de Bruges » et avant son apparition (disons : à partir de « La porte des âmes » et les deux histoires dans la Chine du XI° siècle).

Roger Leloup semble s’en être aperçu. Mais, avec Émilia il n’est plus tant question de plaire à l’ancienne génération (le trio de l’étrange est bien mort), laquelle avait pour elle d’être de tout âge et de tout sexe, qu’à un public bien ciblée de préadolescentes de 14 ans. Une fois que l’on a compris cela, on peut se surprendre à apprécier « Le secret de Khâny » (et notamment le retour de Pol, un Pol pourtant plutôt curieusement antipathique, la dénommée Bonnie allant jusqu’à dire à son sujet qu’elle doutait qu’une autre que Mieke partagerait un jour son cœur – que c’est aimable de sa part !).

Je déplore l’impossibilité d’attribuer à cet album un 2,5 étoiles, c’est ce qui aurait convenu le mieux.


Enfants des Fées - Épisode 1 : Pacte de Sang
Enfants des Fées - Épisode 1 : Pacte de Sang
Prix : EUR 0,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une amatrice qui mérité d'être connue, 12 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Enfants des Fées - Épisode 1 : Pacte de Sang (Format Kindle)
Excellent première partie d'un nouveau cycle signé Aurélie Chateaux-Martin. Même si le langage et les faits contenteront plus un jeune public qu'un adulte comme moi, je ne peux que m'incliner, étant moi-même un écrivain amateur ayant seulement publié depuis peu, devant le talent de cette dernière. Évidemment, le roman, comme c'est un cycle, a quelque mal à démarrer. Mais une fois plongée dans l'action, on ne regrette pas son achat. Félicitations, Aurélie, et poursuivez sur cette voie !


Victor Hugo et l'Affaire des filles de Loth, Tome 2 : Le sang de Gommorhe
Victor Hugo et l'Affaire des filles de Loth, Tome 2 : Le sang de Gommorhe
par Georges Ramaïoli
Edition : Album

4.0 étoiles sur 5 Un récit biblique sulfureux, 12 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Victor Hugo et l'Affaire des filles de Loth, Tome 2 : Le sang de Gommorhe (Album)
La deuxième et dernière partie d'une histoire originale. Victor Hugo, poussé par le chagrin que lui pose la mort de sa femme, s'en prend à Dieu et décrit un passage sexuellement sulfureux (orgies et incestes au programme). L'histoire qui se réfère à un chapitre réel de la Bible est particulière, dans la mesure où elle met en scène nombre de grands auteurs de l'époque : Lamartine, Sainte Beuve, Honoré de Balzac. Le graphisme est de bonne qualité, même si j'ai vu mieux. C'est le scénario qui soutient le tout. A lire et à relire sans s'en lasser !


Escale à Hollywood
Escale à Hollywood
DVD ~ Frank Sinatra
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 8,47

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un film agréable à regarder, 12 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Escale à Hollywood (DVD)
Un film un peu inégal, car il inclut parfois des chansons ou des séquences inutiles - comme les moments où la MGM fait la promotion de son chef d'orchestre maison, José Iturbi. Mais Frank Sinatra et Kathryn Grayson chantent bien, et Gene Kelly n'a pas son égal (je le préfère à Fred Astaire !) Le scénario est cousu de fil blanc, mais l'on s'ennuie rarement dans cette comédie archétypée mais qui est le prototype de Match d'amour et surtout de Un jour à New-York. L'humour n'est pas absent du film, et la séquence de danse avec la souris Jerry montre que les auteurs de "Qui veut la peau de Jack Rabbit" n'ont rien inventé, il ont été précédés d'une bonne cinquantaine d'années !


Chantons sous la pluie
Chantons sous la pluie
DVD ~ Gene Kelly
Proposé par KAPPA MEDIA
Prix : EUR 6,48

5.0 étoiles sur 5 Le must !, 12 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chantons sous la pluie (DVD)
Sans conteste la meilleure comédie musicale de tous les temps ! Gene Kelly, David O'Connor et Debbie Reynolds forment un trio réussi. Le film comporte des scènes d'anthologie (le passage instrumental avec Cyd Charisse, la chanson-titre du film ! Dan le personne de David O"Connor, Gene Kelly détient là un excellent partenaire pour la danse, et le film est basé sur un scénario en béton parsemé de moments humoristiques décrivant la panique qui hantait les studios hollywoodiens au moment du passage du film muet au film parlant. Même ceux qui ne prisent pas à priori les comédies musicales devraient apprécier !


Match d'amour
Match d'amour
DVD ~ Betty Garrett
Prix : EUR 13,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Match gagné !, 12 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Match d'amour (DVD)
Excellente comédie musicale qui certes n'arrive pas à la hauteur de "Chantons sous la pluie", mais qui mérite d'être retenu par tous les fans de Gene Kelly et sont sensibles aux charmes de la belle Esther Williams. Au sein d'un scénario sans suprises, certes, mais entretenus par des chansons ou des danses réussis, les acteurs et les actrices évoluent dans une excellent ambiance faite de bonne humeur. A recommander à touts ceux qui adorent la comédie musicale des années 1940 et 1950.


Tsui Hark - Vampire Hunters
Tsui Hark - Vampire Hunters
DVD ~ Chan Kwok Kwan
Proposé par C ma culture!
Prix : EUR 4,99

5.0 étoiles sur 5 Vous avez dit "vampire" ?, 12 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tsui Hark - Vampire Hunters (DVD)
Excellent film de vampire chinois, dont les caractéristiques diffèrent quelque peu du vampire occidental.Nul plagiat de "Dracula", plutôt un film qui mêle l'action sous forme d'arts martiaux et d'épouvante entre morts coulés dans la cire, zombie et vampires. Le film se laisse regarder du début à la fin sans que l'on se lasse. A recommander à tous ceux qui aiment les films de Tsui Hark, ce génie du cinéma de Hong-Kong.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10