Profil de ghalia > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par ghalia
Classement des meilleurs critiques: 1.258.352
Votes utiles : 22

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
"ghalia"

Afficher :  
Page : 1
pixel
La Maestra
La Maestra
par Vénus Khoury-Ghata
Edition : Poche

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les oubliés de la Sierra Madre, 12 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Maestra (Poche)
Une histoire qui résonne comme l'écho lointain d'une plainte douce et désespérée, celle de la narratrice, ni « je » ni « elle » mais « tu », tuée à petit feu par une maladie sournoise. La jeune Anglaise au teint pâle s'échappe du havre sûr d'une maison de Mexico, pour suivre un cheval fou et fuir sa propre mort. Son hésitant voyage se termine dans un hameau désolé des hauteurs de la Sierra Madre, où elle partagera la vie des Indiens Huastèques qui la recueillent comme on ferait d'un chien égaré, sans y penser. Il y a là des personnages que l'on n'oublie pas : une Vieille médisante et sa chèvre, une couturière qui coud les vêtements des vivants et les linceuls des morts, une ribambelle d'enfants chapardeurs, un couple de vieux attendant en vain le retour de leur fils, devenu torero célèbre à la ville, un plâtrier philosophe façonneur de figures de saints... La mort rôde à tout endroit, ayant souvent le dernier mot dans un combat cruellement inégal avec la vie, une vie qui se vit comme en rêve, plus souvent cauchemar pour ces oubliés du gouvernement. Une écriture précise et sans détours pour un livre qui ne laissera pas indifférent.


Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler
Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler
par Luis Sepúlveda
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Drôle et tendre, 1 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler (Broché)
Une fable tendre et drôle écrite par Sepulveda pour ses enfants, du temps où la famille habitait à Hambourg.
Zorbas, le chat noir grand et gros, se réjouit : sa famille adoptive part en vacances, lui laissant l'appartement pour deux mois. Il pense passer des heures à vadrouiller avec ses copains du port ou à courtiser la superbe chatte blanche d'en face, Bouboulina. Mais il est pris dans une aventure étonnante : une mouette mazoutée vient s'abattre sur le balcon, pond un œuf et meurt, après avoir fait promettre au noble chat de s'occuper de son poussin et de lui apprendre à voler. Zorbas, surpris, accepte, et ses amis ne vont pas le laisser tomber. Une histoire d'amitié, de tendresse et de loyauté. Une réflexion aussi sur la responsabilité qu'a l'homme dans la nature. Et une écriture pleine de poésie.


Un temps de saison, suivi de "La Trublionne de Pierre Lepape"
Un temps de saison, suivi de "La Trublionne de Pierre Lepape"
par Marie NDiaye
Edition : Broché
Prix : EUR 6,80

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Etrange province, 1 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un temps de saison, suivi de "La Trublionne de Pierre Lepape" (Broché)
Marie N'Diaye emmène le lecteur dans un monde situé à l'envers de la réalité. Ou est-ce son endroit ? Herman le Parisien, à l'issue de ses vacances familiales en province, subit un choc : sa femme et son fils, partis chercher des œufs à la ferme voisine, ne reviennent pas. Les habitants gardent le silence : personne ne semble savoir où ils sont. Herman mène son enquête et réalise qu'un secret lie les habitants, un secret étrange, d'un autre monde. Pris de vertige, le lecteur continue sa lecture, page à page, et une certitude s'effondre après l'autre. Le monde décrit, la province que les Parisiens ne connaissent que l'été, semble innocent au départ. Pourtant, elle va se métamorphoser petit à petit en un lieu mythique et terrible, engluant Herman qui n'aura d'autre issue que de s'adapter, trouvant un bonheur relatif et précaire au sein de sa nouvelle communauté. La langue de Marie N'Diaye est envoûtante, périlleuse (qui ose encore jouer ainsi du subjonctif ?), précise et maîtrisée. On lit ce roman d'une traite. On le referme en regardant derrière soi pour s'assurer qu'aucun esprit inquiétant n'a lu par-dessus notre épaule.


Page : 1