undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo cliquez_ici soldes montres soldes bijoux
Profil de Bruno Bartolotta > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Bruno Bartolotta
Classement des meilleurs critiques: 7.350
Votes utiles : 842

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Bruno Bartolotta (Nice, France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Gotham - Saison 1 [Blu-ray]
Gotham - Saison 1 [Blu-ray]
DVD ~ Ben McKenzie
Proposé par TVserieshop
Prix : EUR 22,85

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une des meilleures séries du moment, 11 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gotham - Saison 1 [Blu-ray] (Blu-ray)
Au départ j'étais réticent je dois bien l'avouer d'imaginer une série ou Batman et les super-vilains de l'univers étaient encore des enfants ... Mais je dois bien avouer m'être grandement trompé ...

Gotham est une série extraordinairement bien ficelée. Si elle démarre sur l'assassinat des parents de Bruce Wayne, et que de façon récurrente, nous voyons ce jeune garçon de bonne famille et de bons sentiments développer une personnalité plus noire qui deviendra batman, la série n'est pas une série de super héros, elle est conçue comme une série policière dans une ville qui sombre dans une violence sans cesse plus importante où les psychopathes font la loi.

C'est dans une ville qui sombre en proie à la corruption et l'ultra-violence que nous suivrons les débuts de Jim Gordon à la GCPD, un homme habité par son travail résolu à en finir avec le crime et la corruption qui règne en maître dans la ville et dans sa police .... Un voyage semé d'embuches où le manicheisme du début laissera la place au fil des épisodes à plus de nuances a mesure que les protagonistes seront contraints à des choix extrêmes,

Côté vilains, cette première saison est centrée sur l'ascension du Pingouin dans la mafia. Au début, porte parapluie d'une des figures de la mafia locale, jeune homme au physique disgracieux et moqué, personnage complètement psychotique et lâche mais redoutablement intelligent, ambitieux et machiavellique. Il tient cette saison de bout en bout, la prestation de l'acteur est époustouflante, il laisse sur cette saison le même souvenir que heath ledger avais laissé dans son interprétation du Joker dans "The dark Knight" (le chevalier noir).

Et c'est bien là une des grande réussite de cette série: les acteurs sont extrêmement bons et rendent l'univers extrêmement riche et vivant d'une ville qui sombre dans la folie et l'extrême violence.

Un autre élément qui contribue à la réussite de cette série réside dans son scénario. L'histoire est très riche avec de nombreux rebondissements. La plupart des épisodes vous laissent scotchés et d'ailleurs l'effet est accentué puisque chaque épisode s'arrête sur un blanc pour que vous puissiez encaisser le coup avant que le générique de fin ne démarre.

Bref une série originale, une très bonne construction de la trame de la saison mais aussi des épisodes, de très bons acteurs. On y retrouve tout l'univers fou et noir de Batman mais l'approche policière lui donne une saveur très différente et originale.

A regarder, mais quand les enfants sont bien couchés car ce n'est vraiment pas pour eux et essayez de vous modérer parce que là vous risquez les nuits blanches ....


Sony Alpha 7R Appareil photo Hybride 36.4Mpix Ecran 7,5cm Capteur plein format Noir Boitier nu
Sony Alpha 7R Appareil photo Hybride 36.4Mpix Ecran 7,5cm Capteur plein format Noir Boitier nu
Proposé par PHOTO UNIVERS
Prix : EUR 1.508,90

15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un appareil déjà mythique qui marque un changement dans l'industrie, 5 juillet 2015
J'ai acheté l'alpha 7 il y a cinq mois et suite à une promotion exceptionnelle à l'étranger je suis passé à l'A7R. Membre d'une académie de photographes de près de 1000 personnes je constate à quel point cet appareil est en train de prendre des parts de marchés considérables nombre d'adeptes de Nikon et Canon passent à ce boitier et l'upgrade prochaine vers le Mark II suscite une engouement extraordinaire car les améliorations du prochain boitier corrigent les quelques défauts. Le sony A7R marque certainement un tournant dans le monde de la photographie et Sony s'est planté sur une seule chose : son prix. Pour trouver l'équivalent de ce qu'offre cet appareil chez la concurrence il faut débourser entre 3500 et 4000 euros pour le boitier seul !

Pour commencer Sony fabrique les capteurs les plus performants du marché. Les plus gros DSLR de Nikon sont équipés de capteurs Sony et sont considérés comme les meilleurs du marché. Le Capteur plein format de l'A7R est tout bonnement époustouflant. La gamme dynamique de restitution de la lumière est bluffante, je n'ai jamais vu ça ! Seuls les meilleurs Nikon offre une qualité comparable.

La netteté des images est incroyable et les objectifs natifs sont de très bonne facture.

L'appareil est un système sans miroir ce qui fait que l'appareil est exceptionnellement petit il tiendrait presque dans la poche. Cette prouesse technique est exceptionnelle. Fini les sacs énormes et le poids exagéré des gros DSLR. D'autant que les objectifs de la gamme sont aussi moins encombrants. Dans un petit sac à dos j'embarque l'appareil, 5 objectifs, filtres et batteries de rechange.

Les menus sont simples et accessibles, la prise en main et l'adaptation a été beaucoup plus simple qu'avec mon ancien Canon. et l'appareil a des fonctions très intéressante dont le célèbre Focus Peeking qui consiste pour les mise au point manuelles de faire apparaitre un contour de couleur pour définir précisément la zone qui est dans le focus. AUtre chose utile que j'utilise tout le temps est une ligne de niveau qui me permet dans le viseur d'identifier de suite si ma prise est droite ou légèrement de travers.

Je shoot beaucoup de HDR l'appareil permet un bracketing automatique jusqu'à cinq images à intervales réguliers sur une plage allant de -3 à +3 EV. toutefois le gros défaut est qu'il n'y a pas de déclenchement différé et automatique de la suite d'images. Il faut laisser le doigt sur le déclencheur, ce qui est un désastre sur trépied. Mais on peut acheter une petite télécommande qui elle déclenche la suite de prises de vues. Donc amateurs de HDR dépensez les quelques 5 ou 10 euros.

Cet appareil est exceptionnel et je ne partage pas du tout l'avis sur sa chèreté. Pour trouver des concurrents dont les avantages ne sont pas nécessairement évidents, il faut débourser chez Canon ou Nikon un minimum de 3500 à 4000 euros pour le boitier simple. Alors oui les objectifs s'agissant de plein formats sont chers mais au fond le système revient bien moins cher qu'un système équivalent chez la concurrence.

L'erreur vient du fait que son positionnement prix est trompeur. Les perfornances de cet appareil surpasse largement en terme de restitution de lumière un 5D mark3 de chez Canon et seul un D800 ou D810 de Nikon peut prétendre s'en rapprocher. L'appareil de Sony qui équivaut à une gamme de prix autour de 1500 euros chez Nikon ou Canon est l'alpha a6000, avec un capteur APSC au rendement exceptionnel et qui offre une gamme d'objectifs de très bonne facture et bien moins chère.

Ensuite 36Mpixel ... Et oui ça compte ! Le niveau de détail dans les photos est exceptionnel et même coupée l'image affiche un détail exceptionnel.

Enfin le système sans miroir permet une mise au point avant la prise vue. là ou les autres systèmes nécessitent que vous preniez la photo pour voir le résultat. Ici vosu le voyez instantanément avant même la prise de vue. Le viseur électronique pose problème pour ceux qui sont habitués à l'optique mais sur cet appareil il est de très bonne qualité et personnellement je m'y suis vite habitué et je trouve que c'est nettement meilleur de voir tout de suite le rendu sans avoir à avancer à taton en prise de vue manuelle.

Toutefois l'alpha A7R ne convient pas nécessairement à tout type de photographie car, premier du genre, il dispose de défauts.

Tout d'abord le manque d'objectifs natifs. Il y a très peu d'objectifs plein format pour monture E de Sony. La gamme couvre bien de 16 à 200 mm mais les ouvertures offertes pour les objectifs zoom ne sont pas très grandes. Seuls deux objectifs prime à focale fixe offrent des ouvertures plus grandes (en desous de f3,5/4) mais le choix est à mon goût relativement limité. Je trouve ça dommage vue les performance de l'appareil en basse lumière d'avoir si peu de choix d'objectifs capable de faire des prises de vues correctes dans un tel environnement sans trépied.

Il existe des adaptateurs pour fixer des objectifs de monture A de sony à la gamme plus étendus (mais ces objectifs sont gros pour l'A7R) et il est possible de mettre des adaptateurs pour montures canon ou encore Leica, ces derniers étant les meilleurs mais aussi les plus chers du marché. Mais l'usage d'adaptateurs n'est pas sans problème. Les autofocus pour objectifs canon sont mauvais et rend difficile toute prise de vue avec mouvement et quand aux exceptionnels objectifs leica, vous serez condamné au focus manuel. A noter toutefois que le Focus peeking et zoom permet une adaptation extrêmement rapide.

Un autre problème et là franchement c'est une honte c'est la batterie. Son autonomie est ridicule. Bien que peu chère, il vous faudra en acheter au moins deux ou trois autres si vous êtes un professionnel. C'est d'autant plus honteux aue l'appareil n'est livré avec aucune recharge extérieure. Si vous ne l'achetez pas en plus vous serez condamné à charger votre batterie à l'intérieur de votre appareil en le branchant au mur. Donc en même temps aue l'appareil achetez au moins une seconde batterie et un chargeur extérieur.

Enfin autre détail les fichiers RAW sont relativement lourd chez SONY. Avec du 36 Megapixel, quand vous avez Lightroom, Photoshop et dans mon cas photomatix ouverts en post sur un Mac avec 8 gb de Ram, ca tient mais y'a des moments où c'est un peu pénible. Bon je fait de la HDR avec des composites qui peuvent avoir jusqu'à 6 ou 7 calques sur des images de 36Mpixel chacune dans photoshop. M'enfin pour un professionnel c'est un détail à prendre en compte.

EN RESUME :

L'A7R est un appareil pour PROFESSIONNELS. Les amateurs préfèront l'A6000 avec un capteur APSC qui offre les mêmes avantages que l'A7R c'est à dire une qualité d'image exceptionnelle nettement supérieure à des appareils de gamme équivalente et bien plus chers chez ses concurrents, Mais l'A6000 est assis sur toute l'expérience des gammes NEX et offre une grande gamme d'objectifs de très bonnes factures et relativement peu cher.

Donc l'A7R est un appareil exceptionnel qui offre une des meilleures images plein format du marché, une qualité avec laquelle bien peu d'appareils peuvent tenir la concurrence peut être seulement les meilleurs Nikon puisque c'est Sony qui produit leurs capteurs. Le Gros Avantage de Sony sur ces autres appareils c'est que le système est sans miroir et donc l'appareil offre pour cette qualité un encombrement ridiculement bas, et le deuxième extraordinaire avantage c'est son prix. Vous aurez chez Sony le boitier et plusieurs objectifs de qualité exceptionnelle pour le prix du boitier seul chez la concurrence avec en plus une qualité d'image supérieure.

L'A7R est un boitier mythique qui marque certainement un tournant dans cette industrie. Mais c'est un boitier récent qui ne dispose pas encore d'une assise claire. Donc malgré ses avantages il pourrait ne pas servir le type de photos que vous faites. Il est parfait pour toute photos sur trépied, photo HDR, Landscape, city scape ... Les yeux fermés. Sur de la photo sur trépied vous n'aurez aucun problème à profiter pleinement de toutes les fonctionnalités et surtout des objectifs d'autres marques qui peuvent être adaptés à l'appareil.

Bien que de bonne facture avec des objectifs natifs de la marque l'autofocus est, de l'avis de photographes spécialisé dans le mouvement, encore un peu trop lent pour être utile. Pour les photographes de Studio, renseignez vous sur la compatibilité et le choix des systèmes de lumière.

Ceux qui aiment la photographie de rue apprécieront son bas encombrement et l'extrêmement bonne facture de ses deux objectifs à focale fixe de 35 et 55mm à large ouverture. Toutefois jetez quand même un oail à l'alpha a6000 car si le capteur plein format n'est pas une condition essentielle pour vous l'a6000, à moitié prix est un appareil exceptionnel à tout point de vue avec un AF bluffant de rapidité et de très bons objectifs à prix abordables.

Le peu de choix d'objectifs en Monture E en plein format de l'appareil est un véritable problème aussi donc j'invite les photographes professionnels à regarder la gamme disponible avant de faire leur choix pour cet appareil.

Enfin ceux qui souhaitent profiter des performances en basse lumière de l'appareil sur de la photo à main nue, sâchez que vous n'aurez de vraiment utile que les objectifs de 35mm et 55mm de la marque puisque des objectifs tiers n'offriront pas une performance d'AF suffisante.

A noter la sortie prochaine de l'A7R Mark II ... 41mpixel, capteur exceptionnel, AF considérablement amélioré (a voir si rend possible d'ouvrir vraiment la gamme d'objectifs Canon) et stabilisation 5 axe du marché pour une prise de vue manuelle optimisée...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 18, 2015 7:02 AM CET


Problèmes d'acidité gastrique? plus jamais!
Problèmes d'acidité gastrique? plus jamais!

4.0 étoiles sur 5 Simple et surprenant, 31 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Problèmes d'acidité gastrique? plus jamais! (Format Kindle)
Je viens de lire ce livre court pendant la nuit. Je ne peux pas encore me prononcer sur l'efficacité des solutions proposées ici mais d'ores et déjà je suis impressionné tant le diagnostique est précis. Suite à un stress extrêmement fort ces 7 dernières années j'accumule les problèmes gastriques et mon état empire alors que je n'ai même pas 40 ans. Ce qui est étrange avec ce genre de maladies c'est que les symptômes sont diffus, difficilement compréhensibles et le corps médical a été assez expéditif dans mon cas du genre : arrêtez de stresser, on va laisser passer la période ... Malheureusement, ça ne passe pas et les traitements proposés peu efficaces. Dans mon cas mon Ulcère n'est pas d'origine bactérienne donc le corps médical n'a aucune réponse médicale claire à me fournir. Avec le temps j'ai la sensation que tout s'empire lentement mais surement, inquiet, je recherche depuis quelques temps un point d'entrée pour modifier mes comportements alimentaires et mes habitudes de vie. Ce livre semble apporter la première pierre.

Déjà le diagnostic m'a impressionné. Ces trois dernières années suite à des douleurs à la poitrine relativement fortes je suis allé deux fois aux urgences craignant un infarctus résultat : RAS si ce n'est des amis qui m'ont gentiment dit que je devais avoir une tendance à somatiser et un médecin traitant qui semble prendre le tout à la légère. Bref ... En lisant ce livre, je découvre que les douleurs provoquées par le reflux gastrique s'apparentent à des douleurs cardiaques et sont souvent confondues ... Je découvre encore qu'un Ulcère n'est pas douloureux, une gène au niveau de l'estomac qui se soulage avec la prise d'aliments et qui peut être confondu avec des fringales ... Encore un problème que je connais plutôt bien et qui est une constante chez moi ...

Pour ce qui est des solutions, -et c'est la raison de mon 4 et non pas 5 étoiles je pense qu'elle auraient mérité plus de développement-. Des pistes néanmoins très intéressante puisque l'auteur présente plusieurs aliments et leurs propriétés et effets clairement explicités ce qui est utile pour bien adapter à son cas particulier. Cependant dans mon cas je réalise à quel point il faut changer mes habitudes et plus d'aides et d'exemples en la matière auraient été bienvenus, par exemple des menus types ou quelques points d'ancrage qui m'aurait mieux permis d'appréhender la façon dont je dois composer mes menus etc...

Mais bon, En résumé :

- Un livre très court qui se lit en 1 ou 2 heures où l'essentiel est dit dans des termes extrêmement simples
- Une présentation courte et efficace du fonctionnement de l'oesophage et de l'estomac
- Un diagnostic précis des troubles liés à l'acidité qui m'a permis d'identifier clairement des problèmes et symptômes que je ne comprenais pas
- Un programme pour stopper immédiatement les reflux gastriques (que je ne peux pas commenter car pas commencé)
- Plusieurs pistes d'aliments à consommer pour soigner l'ulcère

Le moins : Je pense que la partie programme et hygiène alimentaire aurait pu être plus développée.

Mais sinon très très bon bouquin, à acheter si vous ressentez des problèmes liés à l'acide gastrique et même si vous n'en avez pas, 2 heures de temps libre bien utilisées pour comprendre ce type de troubles et découvrir les effets positifs de certains aliments sur le fonctionnement de notre estomac...


Systema Solar
Systema Solar

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Excelentissime, 3 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Systema Solar (CD)
Excellent groupe des Caraibes colombiennes. Ici rien de très traditionnel, des rythmes latins révisés à la sauce boite à rythme et électronique pour toujours plus de pêche ! Une envie de danser en s'affranchissant des codes traditionnels, vous vous surprendrez à faire intuitivement quelques pas en écoutant le très Bon "Ya veras" avec une base de cumbia ou encore le fabuleux "quien es el patron" captivant dès les premiers accords. Vraiment très très bon. Du moderne, du rythme latin en direct de Colombie qui reste, de tous les pays d'Amérique Latine, une terre méconnue et pourtant fondatrice de la musique latine, où la salsa sort de son carcan traditionnel pour évoluer vers la grosse fête, là où sont nés la Cumbia ou le Vallenato qui restent sur tout le continent, des formes musicales parmi les plus populaires d'Amérique Latine, rythmes qui en leurs temps ont inspiré la fameuse Malegria de Manu Chao...


Libres! 100 auteurs, 100 idées
Libres! 100 auteurs, 100 idées
par Collectif La Main Invisible
Edition : Broché
Prix : EUR 12,00

16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sur mes cahiers d'écolier, j'écris ton nom Liberté !, 17 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Libres! 100 auteurs, 100 idées (Broché)
Jamais autre principe n'a fait couler autant d'encre et de sang dans l'histoire que la Liberté.

Partout on a fait des révolutions en son nom. Partout en son nom des élites ont réclamé le pouvoir et souvent elles ont abouti à des régimes qui étaient aux antipodes.

Nos systèmes contemporains, que l'on nous présentait il y a encore peu comme un idéal de liberté et de démocratie nous montrent aujourd'hui leur vrai visage : un social clientélisme généralisé dont le principal aboutissement est d'avoir porté aux nues une caste technocrate et son avatar corporatiste qui vivent grâce à une loi qu'ils ont façonné à leurs intérêts et aux largesses d'une dépense publique qu'ils contrôlent. Une loi et des dépenses qu'ils ont utilisé pour éliminer ceux, meilleurs, qui auraient dû prendre leur place ; vidant la démocratie de toute véritable liberté de choix et l'économie d'un renouvellement fondé sur l'utilité collective de la production.

Ce système est en train de s’effondrer devant l’ampleur du gaspillage qu’il a organisé pour se maintenir. La seule forme politique alternative organisée reste l’extrémisme qui s’alimente d’une colère légitime d’un peuple dupé pendant des décennies. Nous sommes nombreux à refuser la fatalité qui s’installe entre ruine et colère, à réclamer enfin que le monde de demain se construise sur les talents de chacun.

Car être libéral c’est bien cela avant toute chose : croire aux talents de chacun et réformer un système afin qu'il cesse d'entraver et qu'il pousse ces talents à s’exprimer pour le plus grand bien et des individus et de la communauté. La richesse et le progrès ne peuvent naître qu’à la base de la société, jamais dans l’histoire elles n’ont pu être décrété.

« Libres » est un livre qui s’inscrit dans cette démarche. Ecrit par une centaine de « Monsieur (et Madame) tout le monde » sur des sujets divers il présente une centaine d’idées, de problématiques souvent complexes mais dont les solutions sont simples dès lors que l’on accepte de faire confiance aux talents et à l’initiative pour les résoudre.

Un livre à l’image du libéralisme, qui n’est en rien une doctrine unique, et qui - la Suède l'a prouvé-, n’a jamais interdit la solidarité si chère à notre pays ; Un livre avec lequel on peut être d’accord sur certaines idées, moins sur d’autres mais qui dans leur ensemble relèvent d’une démarche simple, éthique avec laquelle nous adhérons tous : libérez les talents.

Ouvrez ce livre, découvrez la richesse de chacun, découvrez ce qu’est ce libéralisme qui renaît fortement en France, à l'image de nos blogs et nos journaux dont les fréquentations explosent. C'est qu'à l'heure où l'effondrement de l'état tel que nous le connaissons est inexorable, nous pourrions devenir bientôt l’ultime rempart solide, efficace et modéré dans un monde qui s’écroule.


Homeland - Saison 1 - Édition exclusive Amazon.fr (1 DVD de bonus contenant une interview exclusive de Gideon Raff, créateur de la série) [Blu-ray]
Homeland - Saison 1 - Édition exclusive Amazon.fr (1 DVD de bonus contenant une interview exclusive de Gideon Raff, créateur de la série) [Blu-ray]
DVD ~ Claire Danes

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un grand moment de télévision !, 14 novembre 2012
Superbe série qui traite du sujet du terrorisme et de sa lutte sous un angle inédit évitant brillamment les écueils manichéens du genre.

Le scénario se construit dans l’univers noir des services secrets, là où il n’y a pas d’alliés mais des « ressources », peu de collaboration mais beaucoup de manipulation, où l’on vous fait confiance surtout quand on a placé une caméra et un micro dans votre salon.

Dans cette guerre particulière où cacher l’information est la meilleure façon de gagner, on découvre un homme dont la vie a été brisée par 8 ans de captivité et tortures aux mains d’Al Quaida. Un homme qui tente de retrouver le fil d’une vie qui n’est plus la sienne alors que la nation l’accueille en héro.

Face à lui, une femme, souffrant d’un désordre mental dont l’obsession confère au génie, agent de la CIA, persuadée contre tous que cet homme est au centre d’un complot terroriste et fermement décidée à scruter tous les recoins de sa vie et de son intimité pour découvrir ce qu’il cache.

C’est ainsi que commence cette série au scénario époustouflant, construit autour de ces deux personnages et à l'image d'une enquête de services secrets, chaque épisode rajoutant un peu plus d'information nous permettant de saisir un peu plus l'ampleur de ce qu'il se trame et certaines informations nous obligeant de revoir en intégralité toutes les certitudes acquises; bref un scénario béton qui nous tient en haleine d'épisode en épisode jusqu'au coup de théâtre final !

Mais si l’on peut prendre cette série de bout en bout comme un divertissement extrêmement bien ficelé et original sans se prendre plus la tête, elle ouvre la porte à bien d’autres sujets … Où se situe la frontière entre la foi (foi en soi ou foi religieuse) et la folie ? Le Terrorisme est-il un façon de faire la guerre ou est-ce autre chose ? Est-il possible de reprendre le cour de sa vie quand on a été brisé ?

Décidemment une très belle série, dans un univers pourtant extrêmement dûr ! Vivement la suite !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 24, 2012 7:54 PM CET


Spartacus : le sang des Gladiateurs - Saison 1 [Blu-ray]
Spartacus : le sang des Gladiateurs - Saison 1 [Blu-ray]
DVD ~ Andy Whitfield
Prix : EUR 32,90

18 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A réserver à ceux qui ont le coeur bien accroché, 23 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Spartacus : le sang des Gladiateurs - Saison 1 [Blu-ray] (Blu-ray)
Avant d'expliquer les raisons de mon 5 étoiles, le papa que je suis doit mettre en garde des parents de bien faire attention à ce que cette série ne soit pas vue par des enfants de moins de 18ans ...

"Spartacus : blood and sand" pousse la violence et la luxure vers des extrémités rarement égalées à la télévision. Le sang et les scènes de corps mutilés et déchiquetés sont extrêmement présents dans chacun des épisodes ainsi que les scènes d'orgies et de luxure. Les deux éléments font partie intégrante de l'esthétique du film comme une toile de fond au drame qui nous est raconté.

Ceux que cela ne rebute pas découvriront une série vraiment à part qui revisite l'histoire de Spartacus. Personnage réel qui serait né vers -100 avant JC, il fut vraisemblablement un combattant Thrace, vendu comme esclave et enrolé comme gladiateur qui se rebellera et conduira à une révolte massive de tous les esclaves Romains. Entre -73 et -71, Spartacus fédèrera une armée de plusieurs dizaines de milliers d'esclaves qui pendant deux ans tiendront tête aux puissantes armées Romaines avant qu'ils ne soient massacrés.

La série garde les lieux et les personnages historiques mais elle rajoute des protagonistes pour pimenter l'intrigue et des passages semblent faux comme le sort de sa femme ou encore les conditions de la capture de Spartacus qui semblent être mal connus. Mais son propos n'est pas de rester fidèle à la réalité historique. Cette première saison se centre sur la vie des esclaves, qui ne vaut rien et dont l'unique objet est de satisfaire aux caprices de leurs maîtres, une aristocratie Romaine portée vers l'intrigue et la luxure.

Les gladiateurs sont des esclaves régis par un code d'honneur et dont la vie consiste à récolter la gloire dans une arène où ils s'étripent pour la plus grande richesse de leurs maîtres. Officiant dans une discipline musclée qui galvanise les foules les gladiateurs éveillent les appétits des femmes et font l'objet de toutes les manipulations de leurs maîtres tant les prestations de ces esclaves ont une influence sur leurs renommées et leurs bourses.

Spartacus débarque dans cet univers, pris comme gladiateur dans le but qu'il meure dans l'arène, Il connaitra une ascension au sommet. Mais son parcours sera particulièrement violent, rien ne sera épargné à cet homme qui décidément refuse de crever. Mu par un amour puis par un désir de vengeance, cette première saison nous mène de sa captivité jusqu'au démarrage de la rébellion, en treize épisodes d'une heure.

"Blood and sand", c'est une série à l'esthétique unique et choquante qui raconte l'histoire révoltante et particulièrement dure d'un surhomme qui fascina en leurs temps un Karl Marx ou un Ché Guevara et qui, plus de deux mille ans plus tard, continue à fasciner ! Une série sur le sujet comme je n'en avais jamais vu, très originale et que je recommande à ceux qui ont le coeur bien bien accroché !


The Elder Scrolls V : Skyrim
The Elder Scrolls V : Skyrim
Proposé par Excess Gaming
Prix : EUR 10,73

131 internautes sur 135 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le must du RPG, 6 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Elder Scrolls V : Skyrim (Jeu vidéo)
Je ne joue plus beaucoup à la console sauf à quelques jeux qui m'offrent la possibilité de me plonger dans un univers ouvert et libre. Pour avoir été fan d'Oblivion, j'ai donc acheté SKYRIM dès sa sortie et j'en suis à peu près à 80 heures de jeu tout en priant qu'il va encore durer longtemps tant je prends plaisir à jouer.

Bon je dois vous avouer que ma femme n'est pas très très contente ... Donc à tout acheteur potentiel, faites attention : ce jeu est si addictif que vous risquez d'en perdre votre conjoint ! lol Pour ceux qui sont célibataires ou que le divorce n'effraie pas donc, si vous aimez les jeux de rôle ou les environnement complètement libres et immersifs, achetez les yeux fermés, Skyrim est une aventure dont on ne se lasse pas.

Pour ceux qui ne connaissent pas la série des Elder Scrolls, elle présente un certain nombre de caractéristiques :

- Il s'agit d'une série de héroic Fantasy, un univers médiéval où règnent magie et chevalerie, chaque épisode se concentre sur une contrée différente de l'empire à une époque différente, après Morrowind, patrie des elfes noirs puis de cyrodill dans Oblivion (terre des impériaux), nous sommes ici à Bordeciel, berceau de la culture Nordique, caractérisé par un climat froid d'une rudesse incroyable et un peuple fort qui a une aversion pour la magie et reste extrêmement raciste à l'encontre des autres peuples.

- Chaque opus est caractérisé par une des plus grandes libertés de jeu vidéo. Les cartes sont gigantesques et aucune zone n'est fermée. vous pouvez aller à pied ou à cheval où bon vous semble à tout moment, monter au sommet des plus grandes montagnes où vous attendent des paysages splendides, nager sous l'eau en explorant des épaves (il vaut mieux un peu de magie pour ne pas finir noyer), dans cet opus, vous pouvez même vous laisser emporter par des rapides.

- Une grande liberté de personnage : Tant au niveau des races que des adaptations physiques le jeu est extrêmement libre. Si vous avez des caractéristiques de bases,propres à chaque race, c'est en réalité l'expérience qui fait le perso. Plus vous utilisez une compétence plus elle se développera. Ce qui permet de faire évoluer le personnage à la façon dont vous voulez jouer. En plus le jeu offre beaucoup de compétences possibles classées dans trois grandes catégories : Voleurs, Mages et guerriers. Ces catégories ne sont jamais limitatives, vous vous retrouverez avec un mix des trois certains talents de voleur, d'autres de guerrier et d'autres de Mage.

Pour ce qui est de cet Opus, Il y a un certain nombre d'avancées par rapport à l'excellent Oblivion :

- De nombreuses améliorations sur l'évolution des personnages : Les évolutions sont encore plus libres et moins rigides, les talents évoluent à l'usage réel par exemple, le talent "destruction" n'évoluera que si le sort de feu ou de glace touche une cible valide alors que dans oblivion, on pouvait sans cesse lancer les sorts pour augmenter la compétence.

- Le système de combat s'est affiné et imposera des choix. Dans oblivion, on pouvait avoir arme + bouclier + lancer des sorts de mage. Ici plus possible, Si l'on utilise les deux mains, plus d'accès à la magie ce qui oblige à planifier le perso et les config de combats de façon plus habile. Par ailleurs l'usage de l'invisibilité est réservé aux très forts en magie d'illusion et son effet est plus proche de ce qu'était un sort de "camouflage" dans Oblivion. Fini donc d'arriver par derrière les perso pour leur assainer un coup fatal sauf à être brillant dans les compétences de voleurs.

- Les adversaires sont plus coriaces : J'avais trouvé qu'Oblivion était une promenade de santé, là c'est quand même beaucoup plus dûr notamment par la présence de Boss dans les groupes ennemis ...

- Possibilité d'avoir des compagnons : De nombreux amis ou mercenaires existent dans le monde, ils vous accompagneront si vous le désirez, contre espèces sonnantes et trébuchantes en cas de mercenaires, gratuitement dans le cas des amis. Ils sont utiles, la complexité de certains donjons ou lieux rendra leur présence très utile.

- Un effort visuel : le jeu est globalement beaucoup plus beau avec une mention particulière pour les lieux et donjons. Là où tutes les cavernes se ressemblaient dans Oblivion, ici c'est très différent, les décors et textures sont splendides tout comme les jeux de lumière dans les environnements fermés. Plus de sort de vision Nocture dans cet Opus, donc vous profiterez pleinement des effets de lumière et de la splendeur des décors. Les ruines sont généralement splendides !

- Un accent mis sur l'exploration : L'interface a été dépouillée et l'on profite vraiment bien de l'univers visuel. la carte a été entièrement revue et reste beaucoup plus lisible et grande que celle d'Oblivion.

Pour le reste, il s'agit d'une épopée qui commence alors que l'on vous mène à l'échafaud pour avoir la tête tranchée ! Vous avez été pris avec le chef des rebelles et donc assimilés à eux et condamné à mort sans sommation. Vous êtes sauvés par un attaque de dragon la première depuis des centaines d'années .... Skyrim (Bordeciel en Français) est une terre en proie à la guerre Civile. Reliée à l'Empire, les Nordiques ont été interdits de cultiver leur culte, celui de Talos pour préserver la paix avec les Elfes. Une armée rebelle "les Sombrages" s'est constituée, dirigée par un des jarl (Chef d'une des 9 contrées) et vient d'assassiner le Haut roi de Skyrim ... C'est à ce moment là qu'apparaissent les dragons dans le ciel de SKyrim sans que personne ne sache ni comment, ni pourquoi ils sont revenus ...

Bien entendu, vous avez un destin, vous vous révélez être "l'enfant de dragon", un être humain dont le sang de dragon coule dans les veines, capable d'user de leur magie et destiné à arrêter l'invasion ...

Chemin faisant vous découvrirez le monde au gré des dizaines et des dizaines de quêtes dont regorge chaque recoin du monde, découvrirez les neuf capitales de contrées et des centaines de lieux dont la beauté égayera votre chemin. Vous pourrez adhérer à une ou plusieurs factions, Skyrim compte la Guilde des voleurs, la confrérie noire (assassins de l'ombre), Les mages, les compagnons (qui remplacent les guerriers d'Oblivion), les bardes (grands poètes devant l'éternel ! lol) ou encore rejoindre La légion impériale ou l'Armée des sombrages.

Le tout bien entendu avec une extraordinaire richesse scénaristique, chaque contrée ayant son histoire, ses problèmes etc ... Et comme dans Oblivion, peut être même plus, l'impression de vie dans les villes est très présente.

Bref, de nombreuses heures en perspective, et un grand motif de divorce ! rire !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 23, 2013 8:16 PM MEST


Spartacus: Blood and Sand [Import anglais]
Spartacus: Blood and Sand [Import anglais]
DVD ~ Andy Whitfield
Prix : EUR 6,35

7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A réserver à ceux qui ont le coeur bien accroché !, 20 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Spartacus: Blood and Sand [Import anglais] (DVD)
Avant d'expliquer les raisons de mon 5 étoiles, le papa que je suis doit mettre en garde des parents de bien faire attention à ce que cette série ne soit pas vue par des enfants de moins de 18ans ...

"Spartacus : blood and sand" pousse la violence et la luxure vers des extrémités rarement égalées à la télévision. Le sang et les scènes de corps mutilés et déchiquetés sont extrêmement présents dans chacun des épisodes ainsi que les scènes d'orgies et de luxure. Les deux éléments font partie intégrante de l'esthétique du film comme une toile de fond au drame qui nous est raconté.

Ceux que cela ne rebute pas découvriront une série vraiment à part qui revisite l'histoire de Spartacus. Personnage réel qui serait né vers -100 avant JC, il fut vraisemblablement un combattant Thrace, vendu comme esclave et enrolé comme gladiateur qui se rebellera et conduira à une révolte massive de tous les esclaves Romains. Entre -73 et -71, Spartacus fédèrera une armée de plusieurs dizaines de milliers d'esclaves qui pendant deux ans tiendront tête aux puissantes armées Romaines avant qu'ils ne soient massacrés.

La série garde les lieux et les personnages historiques mais elle rajoute des protagonistes pour pimenter l'intrigue et des passages semblent faux comme le sort de sa femme ou encore les conditions de la capture de Spartacus qui semblent être mal connus. Mais son propos n'est pas de rester fidèle à la réalité historique. Cette première saison se centre sur la vie des esclaves, qui ne vaut rien et dont l'unique objet est de satisfaire aux caprices de leurs maîtres, une aristocratie Romaine portée vers l'intrigue et la luxure.

Les gladiateurs sont des esclaves régis par un code d'honneur et dont la vie consiste à récolter la gloire dans une arène où ils s'étripent pour la plus grande richesse de leurs maîtres. Officiant dans une discipline musclée qui galvanise les foules les gladiateurs éveillent les appétits des femmes et font l'objet de toutes les manipulations de leurs maîtres tant les prestations de ces esclaves ont une influence sur leurs renommées et leurs bourses.

Spartacus débarque dans cet univers, pris comme gladiateur dans le but qu'il meure dans l'arène, Il connaitra une ascension au sommet. Mais son parcours sera particulièrement violent, rien ne sera épargné à cet homme qui décidément refuse de crever. Mu par un amour puis par un désir de vengeance, cette première saison nous mène de sa captivité jusqu'au démarrage de la rébellion, en treize épisodes d'une heure.

"Blood and sand", c'est une série à l'esthétique unique et choquante qui raconte l'histoire révoltante et particulièrement dure d'un surhomme qui fascina en leurs temps un Karl Marx ou un Ché Guevara et qui, plus de deux mille ans plus tard, continue à fasciner ! Une série sur le sujet comme je n'en avais jamais vu, très originale et que je recommande à ceux qui ont le coeur bien bien accroché !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 14, 2012 6:03 PM CET


Libéral mais non coupable
Libéral mais non coupable
par Charles Gave
Edition : Broché

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La crise tel qu'on ne vous l'avait pas encore expliqué, 15 décembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Libéral mais non coupable (Broché)
Que l'on adhère ou non au point de vue de M. Gave, l'ignorer c'est louper l'occasion de s'enrichir d'un certain regard sur une crise qui n'en finit pas de rebondir. Peu de livres sur le sujet offrent une approche résolument globale de la crise et encore moins d'ouvrages sont écris par de véritables entrepreneurs dont le franc parlé reste à mes yeux une caractéristique rafraîchissante dans ce type de livres même si cela peut déranger. Français ayant ses bureaux à Hong Kong, travaillant sur les marchés financiers, son approche est par essence globale, pragmatique et initiée. Le livre est de la même veine.

Si le titre est volontairement provocateur pour un public français, le contenu relève d'une analyse de la crise en adoptant un regard global sur les différents événements qui ont conduit à la situation désastreuse d'aujourd'hui. Si la cupidité du secteur bancaire est en fait un élément incontournable, on s'aperçoit en lisant cet ouvrage que celle ci n'a pu s'exprimer qu'en bout de course, faisant suite à une série de décisions de différents gouvernements prises pour des raisons politiques voire démagogiques aux Etats Unis qui ont fourni et favorisé un cadre réglementaire désastreux.

La crise prend son origine dans les années 90, la politique de taux de change pratiquée par l'ensemble de la sphère asiatique, conduit les populations locales à épargner et à investir massivement aux Etats Unis les banques américaines se retrouvant avec une manne gigantesque à investir en provenance des déposants asiatiques. S'ensuit la décision de Clinton, d'abolir le Glass steagall act qui depuis la crise des années 30 avait assuré la stabilité du système bancaire en séparant les activités de banques de dépôt des activités de banques d'investissement, cédant ainsi pour des raisons obscure à un lobbying bancaire qui s'était organisé pour trouver de nouvelles sources de revenus pour faire face au déclin inexorable du business model des banques de dépôt.

Dès lors les banques allaient pouvoir jouer avec l'argent des déposants et investir des marchés extrêmement risqués qui leur étaient jusqu'alors fermés, réservés à des banquiers d'investissements qui assumaient entièrement le risque qu'ils encouraient sur leurs biens propres et non pas sur ceux de leurs clients...

La deuxième décision désastreuse du gouvernement démocrate, prise cette fois ci pour des motifs éléctoralistes de bas étages a été de contraindre les banques à ouvrir la manne du crédit immobilier à des clients jusqu'alors considérés comme insolvable. Si l'on ajoute une politique de taux d'intérêts extrêmement bas favorisant l'émission de crédit à tout va, la bombe était lancée.

Les banques ont fini par prêter massivement à n'importe qui et leurs nouveaux métiers leur ont permis de titriser ces crédits et les revendre à d'autres tout en encaissant de très juteuses commissions sur lesquelles elles se sont rémunérées. Sous l'effet de cette réglementation perverse, les banques sont passées du métier de prêteur à celui d'agent dont l'activité consiste à encaisser de juteuses commissions sur le dos de leurs déposants.

Le choix qui a été fait ensuite de financer la crise sur les fonds public d'états dont les finances sont déjà extrêmement dégradées, fait planer le risque d'un effondrement de nos états.

Un ouvrage qui analyse donc la responsabilité des états dans cette crise et qui pose la question de l'effet désastreux de leur interventionnisme dans des phénomènes de sauvetage d'industries vouées au déclin (banques de dépôt par exemple) dont les conséquences sont gravissime ...

Lisez ce livre, c'est très intéressant


Page : 1 | 2 | 3 | 4