Profil de Pedro > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Pedro
Classement des meilleurs critiques: 473.972
Votes utiles : 781

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Pedro (Perpignan France)
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
Live After Death
Live After Death
Prix : EUR 17,55

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 LE Live !!!, 23 novembre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live After Death (CD)
Après 5 albums studio, Iron Maiden sort en 1985 son premier album live. Enregistré lors du World Slavery Tour, suite à l'album "Powerslave", "Live After Death" contient tous les meilleurs titres de la première période du groupe : Running Free, Run To The Hills, Hallowed Be Thy Name, The Number Of The Beast, The Trooper, Rime Of The Ancient Mariner...Ce double live fut enregistré en 2 soirs, dans la fameuse salle de Los Angeles, la Long Beach Arena, devant des milliers de fans américains de la vierge de fer. L'ambiance est énorme, le groupe désormais bien rôdé avec un line-up stable depuis 2 ans nous gratifie d'une prestation grandiose, tous les titres étant interprétés avec rigueur et concision. Ce live permet à Maiden d'asseoir sa domination sur le monde du métal, il est LE live du groupe à posséder, l'album à acheter pour qui ne connaît pas Iron Maiden. Un des 5 plus grands lives du métal, à ranger avec le Made In Japan de Deep Purple, le Reunion de Black Sabbath, le Live de Judas Priest et Alive de Kiss.


Appetite for Destruction
Appetite for Destruction
Prix : EUR 9,49

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sweet Guns o'mine, 14 novembre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Appetite for Destruction (CD)
1987, le hard rock s'enlise dans une lutte entre groupes Trash (Metallica, Testament, Megadeth...) et groupes glam (RATT, Mötley Crüe, WASP...). Les vieilles pointures issues des glorieuses années 70 s'essouflent, à l'image des Kiss, Aerosmith ou encore AC/DC. Un groupe va parvenir à réconcilier les fans de tous ces groupes : Guns N'Roses qui va développer un style à part, bien que très influencé par le punk, les Rolling Stones et Aerosmith. "Appetite For Destruction" fait l'effet d'une bombe dans les charts, un succès fortement appuyé par la réputation de mauvais garçons allouée aux Guns par la presse US. D'entrée, les Guns posent le décor avec "Welcome To The Jungle" qui est un descriptif de l'ambiance urbaine du Los Angeles de la fin des années 80. S'en suivent 11 titres tous aussi bons les uns que les autres avec une mention particulière pour le mélodique et formaté pour la radio "Sweet Child O'Mine". Le hard rock sale inspiré du punk est né, il ouvre des perspectives d'avenir doré pour les Guns.


Holy Land (Edition Française)
Holy Land (Edition Française)
Proposé par Funkingdom
Prix : EUR 33,00

13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Attention chef - d'oeuvre !, 11 novembre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Holy Land (Edition Française) (CD)
Grandiose ! Ce duxième album des brésiliens est le bon. Après un prometteur "Angels Cry" paru 2 ans plus tôt, Angra sort en 1996 "Holy Land", véritable feu d'artifice dans l'horizon métal plutôt sombre et brutal des années 90. Angra retrace l'histoire du Brésil depuis sa découverte il y a près de 500 ans, à aujourd'hui, sur fond de speed symphonique. La musique d'Angra est très complexe, les arrangements sont fantastiques, le tout formant un parfait alliage entre speed métal, musique traditionnelle du Brésil, et musique classique ou baroque. Les changements de rythme sont nombreux et la mélodie est omniprésente tout au long de l'album. Ainsi, les guitares électriques (véritables virtuoses) s'acoquinent avec les flûtes, les violons viennent taquiner la batterie, d'impressionantes percussions s'ajoutent à la basse, le didgeridoo et la contrebasse appuyant quant à eux de superbes choeurs, le tout survolé par la voie majestueuse du chanteur André Matos. Angra laisse une très large place aux instruments, ce qui explique la durée des titres, rarement en dessous des 5 minutes et demi et jusqu'à plus de 10 minutes pour l'épique "Carolina IV". L'intro "Crossing" est merveilleuse, Angra nous balade sur l'océan et, tels les découvreurs de cette "terre sacrée" du Brésil, nous posons pied - à - terre pour pénetrer dans la jungle amazonienne au son de chants sacrés portuguais du XVIème siècle, bientôt recouverts par le fracas d'un orage tropical... Vous voilà entrés dans le monde fantastique d'Angra, il est trop tard pour reculer, une seule solution possible, acheter ce disque.


Powerslave
Powerslave
Prix : EUR 10,64

19 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Maiden en Egypte, 10 novembre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Powerslave (CD)
Le line-up s'est stabilisé depuis l'arrivée de Nicko Mc Brain à la batterie lors du précédent album "Piece Of Mind". En 1984, Maiden est alors un groupe parfaitement rôdé qui remplit les stades à travers le monde. Powerslave permet à Maiden d'atteindre des sommets dans les ventes de disque bien que son style si peu commercial demeure. Cet album à la pochette superbe, où Eddie, la désormais fameuse mascotte du groupe, se retrouve dans la peau d'un Pharaon; est bien plus rentre-dedans que son prédécesseur. On est fixés dès les premiers accords de "Aces High" qui ouvre l'album de façon tonitruante ; suivi par "Two Minutes To Midnight", très direct également et qui deviendra dans les années à venir un des titres les plus joués en concert. Suivent 4 morceaux où Adrian Smith et Dave Murray se livrent des duels guitaristiques de haute volée ("The Duellists"), sublimés par l'omniprésente basse de Steve Harris. Bruce Dickinson nous gratifie une fois de plus d'une extraordinaire performance vocale tout au long de l'album mais aussi et surtout sur les deux derniers morceaux : "Powerslave" et "Rime Of The Ancient Mariner". Ce dernier dépasse les treize minutes, titre épique par excellence inspiré par l'oeuvre de Samuel Taylor Coleridge. Iron Maiden a pris cette habitude de terminer ses albums par de longs morceaux épiques à ambiance depuis "Hallowed Be Thy Name" sur "The Number Of The Beast" et "To Tame A Land" sur "Piece Of Mind", et au vu de leur qualité, il est difficile de s'en plaindre. La tournée qui suivit fut dantesque, le groupe évoluant dans un immense décor égyptien avec un Eddie de plusieurs mètres de haut et crachant du feu par les yeux. Cette gigantesque tournée mondiale allait donner naissance au premier album live du groupe : "Live After Death" en 1985.


Garage Inc.
Garage Inc.
Prix : EUR 12,98

13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 The Garage Remains The Same, 13 octobre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Garage Inc. (CD)
Suite à 2 albums injustement critiqués à cause de la nouvelle orientation musicale du groupe un peu moins Trash/metal, un peu plus Hard Rock, Metallica sort Garage Inc., un album de reprises enregistrées tout au long de sa carrière. Les groupes repris sont très divers et le choix des chansons en devient très éclectique. "Attendez-vous à du Police à la sauce Metallica..." avait déclaré le chanteur et guitariste rythmique James Hetfield avant la sortie de Garage Inc. En effet, on retrouve sur cet album-hommage du pur metal avec Mercyful Fate, Black Sabbath, Diamond Head, Motörhead..., du punk avec Danzig, du rock avec Nick Cave ou Queen, de la country-rock avec Lynyrd Skynyrd ou encore du folk (!) avec le traditionnel "Whiskey In The Jar". Le résultat est parfois surprenant mais Metallica parvient à redonner une seconde jeunesse à des titres anciens ou oubliés, témoins les superbes "Turn the Page" ou "Astronomy". A l'écoute de Garage Inc., on sent que Metallica s'est vraiment amusé à reprendre toutes ces chansons, et cette joie envahit rapidement l'auditeur.


In The Court Of The Crimson King
In The Court Of The Crimson King
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 32,95

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un monstre du progressif, 9 octobre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : In The Court Of The Crimson King (CD)
1969 : En cette année d'exploration lunaire, King Crimson nous délivre un album qui semble tout droit sorti de l'espace tant les compositions sont sombres, tristes et tellement tortueuses. L'album débute par "21ST Schizoid man", morceau très fort avec en fond, la voix torturée de Greg Lake, paraîssant provenir d'une lointaine planète, comme un appel au secours désespéré, révélant le terrible destin des hommes du vingt-et-unième siècle. Ce morceau se révèle être d'une très haute technicité où guitare, basse et batterie s'envolent pour des hauteurs infinies. "I talk to the Wind" est beaucoup plus mélodique, on peut y entendre de la flûte traversière, d'où un titre plein de souffrance, évoquant un homme perdu, parlant au vent et attendant une réponse qui ne viendra jamais. "Epitaph" est aussi très mélancolique tant dans les textes que dans la musique qui met en scène des violons et du mellotron. Il est caractéristique de la musique du Roi Crimson où se succèdent passages chantés et passages instrumentaux, ce qui donne des morceaux très longs comme en attestent les douze minutes de "Moonchild". Cette chanson contient un long passage de bidouillages instrumentaux qui évoque le rêve. Enfin, le dernier titre de cet album, "The Court of the Crimson King", est un véritable chef d'oeuvre mêlant d'impressionnants choeurs et une rythmique impeccable à la fantastique guitare du "professeur" Robert Fripp, principal compositeur du groupe. King Crimson est infiniment mélodieux mais également très complexe, ce qui peut être ressenti à la première écoute, pas toujours appréciée; mais au bout de deux écoutes supplémentaires, on est complètement conquis par ce qui est assurément un des meilleurs albums de Musique de tous les temps.


Piece Of Mind
Piece Of Mind
Prix : EUR 10,64

8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'ouverture américaine, 6 octobre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Piece Of Mind (CD)
Difficile de succéder à un album aussi puissant que "The Number of The Beast", pourtant Maiden relève fièrement le défi en évitant de se répéter et de sortir un album semblable au précédent, ce qui aurait été la solution de facilité. Sur ce quatrième album sorti en 1983, Iron Maiden ralentit quelque peu les tempos, de manière à s'ouvrir au marché américain jusque-là assez hermétique au quintette londonien. Pari réussi, avec l'athmosphère pesante des "Revelations", "Flight of Icarus" et "Die with your Boots on", c'est une nouveau type de fans qui s'ouvre à Maiden. On retrouve aussi sur cet album des titres plus rapides comme "The Trooper", un des très grands morceaux du groupe toujours joué en concert; ainsi que "Where Eagles Dare" qui débute l'album sur fond de mitraillettes. Comme pour "Hallowed be thy Name" sur l'album précédent, Iron Maiden clôture "Piece of Mind" sur un long mais grandiose morceau épique au texte directement inspiré de "Dune" : "To Tame a Land". "Piece of Mind" deviendra lui aussi un classique, mais que je place tout de même un peu en-dessous de "The Number of the Beast".


Number of the Beast
Number of the Beast
Prix : EUR 10,64

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bienvenue Bruce !, 6 octobre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Number of the Beast (CD)
Ce troisième album marque l'arrivée de celui qui deviendra le chanteur mythique du groupe, Bruce Dickinson. Il remplace Paul Di Anno, les autres membres du groupe étant insatisfaits de ses prestations scéniques et du peu de soin qu'il apportait à sa voix. Avec ce nouveau chanteur (ex-Samson), Iron Maiden réussit un album parfait, tant dans l'agressivité ("Invaders"), la rapidité ("Gangland"), ou la majesté sur des titres qui deviendront des incontournables du groupe mais aussi du Heavy metal comme "The Number of the Beast" ou le somptueux "Hallowed be thy Name", élu morceau métal du siècle par les lecteurs d'Hard Force Magazine. Iron Maiden conquiert l'Europe grâce à une tournée couvrant la quasi totalité du vieux continent; il est vrai que des titres comme "The Prisoner" ou "22 Acacia Avenue" sont de véritables tueries en live. Bruce Dickinson nous offre une performance digne des plus grands chanteurs métal dont il fait maintenant partie et on peut dire que son arrivée a permis à Maiden d'effectuer l'accession en division supérieure, d'être reconnu au plan international. Assurément un grand classique du Heavy metal, "The Number of The Beast" installe Iron Maiden au rang de maître incontesté du métal.


Somewhere Far Beyond
Somewhere Far Beyond
Prix : EUR 20,01

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La confirmation d'un style, 5 octobre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Somewhere Far Beyond (CD)
Sorti en 1992, le quatrième album studio de Blind Guardian montre l'affirmation de l'identité de ce groupe dont les premiers albums étaient assez proches d'Helloween et de son speed mélodique made in Germany. La musique de Blind Guardian est beaucoup plus diversifiée que celle de ces derniers, saans doute à cause de la touche classique apportée aux chansons. Ainsi, il n'est pas rare de trouver des violons ou des flûtes dans les compos de ces germains friands de musique médiévale et de légendes chevalresques, principal thème de leurs textes. Blind Guardian sait être rapide et violent sur "Time what is Time" ou "Journey trough the Dark", tout en conservant une touche mélodique, plus poussée sur "Somewhere Far Beyond" (le meilleur morceau de l'album), "The Bard's Song-The Hobbit" (médiéval à la guitare acoustique), ou encore en bonus sur une reprise de Queen : "Spread your Wings". Une bonne manière de découvrir le groupe avant ses deux albums majeurs : "Imaginations from the Other Side" et "Nightfall in Middle-Earth".


Holy Diver
Holy Diver
Proposé par roundMediaUK
Prix : EUR 1,84

12 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 DIO !!!, 5 octobre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Holy Diver (CD)
Ex-chanteur de Elf mais aussi et surtout de Rainbow, Ronnie James Dio se lance dans l'aventure solo avec ce premier album en 1983. Entouré d'excellents musiciens : Jimmy Bain à la basse, Vivian Campbell à la guitare et Carmine Appice à la batterie, Dio réussit un vrai coup de maître. "Holy Diver" est le premier album de l'histoire du métal à évoquer des thèmes aussi fantastiques. On peut dire que Dio est à l'origine de toute la vague du métal mélodique qui apparaitra dans le sillage d'Helloween à la fin des années 80 (Gamma Ray, Blind Guardian...). L'album démarre sur les chapeaux de roue avec "Stand up and Shout", vire à l'épique sur "Holy Diver", et au mélodique sur "Don't Talk to Strangers", avant de finir en apothéose sur "Shame on the Night". Un très bon album de Heavy metal des années 80 à conseiller aux fans des Judas Priest, Iron Maiden, Deep Purple ou autres Twisted Sister...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11