Profil de Pedro > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Pedro
Classement des meilleurs critiques: 449.478
Votes utiles : 777

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Pedro (Perpignan France)
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
Surfing With The Alien Remastered
Surfing With The Alien Remastered
Prix : EUR 10,98

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 SATCH !!!, 10 juin 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Surfing With The Alien Remastered (CD)
Cet album totalement instrumental paru en 1987 (15 ans déjà !) marque l'explosion au grand jour du talent de Joe Satriani. Après un premier album pas mal, mais pas extraordinaire, voici enfin la consécration : on savait Satriani à l'aise sur sa guitare, inventif et original, mais alors là !!! C'est simple, il y a tout sur cet album : de la mélodie, du rythme, de la technique, du feeling, bref, tous les ingrédients pour faire un guitariste de génie. Toutes les chansons sont différentes, Joe passe aisément du heavy metal ("Surfing with the alien", "Crushing day"...) à la ballade ("Always with me..."), ou encore du boogie endiablé ("Satch boogie") à une sorte de requiem moderne ("Hill of the skull"), en passant par des moments purement "satrianiens", que l'on ne peut rattacher à rien d'existant jusque là ("Echo"). Tous les effets dont dispose un guitariste sont utilisés, ainsi que toutes les techniques du jazz et du rock réunis : bend, slide, vibrato, taping, double taping ("Midnight"), sweeping, legato, et bien d'autres que je ne connais pas...Mais plus qu'un simple déballage de technique, la musique de Satriani a quelque chose de fantastique, elle "fait voyager" l'auditeur. Par les ambiances qu'il crée, par la façon particulière qu'il a de "faire parler" sa guitare (il n'y a pas besoin de chanteur !), Joe est le guitariste qui arrive le mieux à rattacher sa musique à des émotions. Vous aurez peut-être un peu de mal à comprendre ce que je veux dire, mais prenez la peine d'écouter et vous verrez...Toujours est-il que cet album restera comme le meilleur album instrumental des années 80, une véritable démonstration de guitare, mais aussi tout simplement une oeuvre majeure de la musique du XXème siècle. A se demander si vraiment tu n'es pas un alien, Joe !?!


No Prayer for the Dying
No Prayer for the Dying
Prix : EUR 7,00

8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pas excellent mais très bon quand même !, 10 juin 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : No Prayer for the Dying (CD)
Steve Harris (le bassiste) déclarait en 1999 que sur "No prayer for the dying", : "le niveau du groupe avait baissé". C'est vrai qu'au vu des excellents albums livrés par Maiden dans les années quatre-vingt, "No prayer..." peut paraître un peu en deçà...Mais bon, il faut rappeler que dans ses plus belles années, Maiden a été le leader incontesté de la scène heavy metal, par ses fabuleux albums d'abord, et par ses concerts démesurés ensuite. Donc, difficile de rester dans la constante, d'autant plus que les deux derniers albums de Maiden à cette époque étaient deux véritables chefs-d'oeuvre, leurs disques les plus aboutis : "Somewhere in time" et l'IMMENSE "Seventh son of a seventh son". Mission difficile donc pour Maiden, devant aussi supporter le départ d'un de ses membres, Adrian Smith, guitariste au style très fin, mais également compositeur de talent comme le prouvait son implication grandissante dans l'écriture des titres au cours des deux derniers albums. Son remplaçant sera trouvé par Bruce Dickinson, en la personne d'un de ses amis : Janick Gers, évoluant dans un style plus anarchique que son prédécesseur. "No prayer for the dying" marque une sorte de retour aux sources pour Maiden qui laisse de côté l'aspect progressif développé sur les 2 derniers albums, pour revenir à un heavy plus direct, dans la veine de ses 2 premiers disques. Les textes ne sont plus ésothériques, mais plutôt engagés ou tenant compte de la vie de tous les jours ("Holy Smoke", "The assassin", "Tail gunner"). La chanson titre de l'album peut surprendre par son côté très mélodique, voire triste, mais il faut dire que c'est une véritable réussite. Enfin, le traditionnel titre épique de fin d'album : il est superbe et pourtant méconnu, "Mother Russia", sorte d'hommage à la Russie redevenue libre après l'effondrement de l'URSS, et plein de magnifiques mélodies slaves sur un rythme très typique. Pour finir, je dirais que "No prayer..." n'est peut-être pas le meilleur album de Maiden, mais que c'est tout de même un très bon disque que je conseille à tous les amateurs de heavy metal.


Skunkworks
Skunkworks

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Changement de style, 10 juin 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Skunkworks (CD)
3ème chapitre des aventures de Bruce Dickinson en solo, "Skunkworks" marque un changement brutal avec tout ce que "Air Raid Siren"avait fait auparavant. l'ex-chanteur d'Iron Maiden (revenu au bercail depuis) nous délivre un album rageur, quasiment grunge, n'ayant rien à voir avec ses deux albums précédents qui évoluaient dans un heavy metal plus traditionnel. Le résultat est surprenant, mais l'immense chanteur qu'est Bruce Dickinson se tire à merveille de cette épreuve, réussissant parfaitement à placer ses vocalises sur un style plutôt inhabituel pour lui, sûrement influencé par les nouveaux membres de son groupe, très jeunes, et donc forcément influencés par Nirvana et toute la mouvance grunge. Il en ressort un album original et plutôt bon, quoique un peu en-deçà de ses autres prestations discographiques et notamment l'excellent "Balls To Picasso" pour lequel j'avoue avoir une petite préférence.


Holy Live Ep
Holy Live Ep

4.0 étoiles sur 5 Samba !!!, 23 mai 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Holy Live Ep (CD)
Il pouvait paraître surprenant de sortir un album live après seulement 2 albums et un EP. Mais pour Angra, ce live représentait juste un cadeau pour les fans français présents à Paris pour son enregistrement, et un un moyen de faire taire ses détracteurs qui affirmaient que la musique du groupe serait impossible à reproduire sur scène, du fait de l'intervention de nombreux instruments symphoniques. Angra passe l'examen avec succès grâce à la grande virtuosité de ses musiciens et par l'utilisation de claviers ou de samples. 6 titres c'est peu, mais c'est assez pour démontrer le talent du groupe sur ses meilleurs morceaux : le superbe "Nothing To Say", le tranchant "ZITO" ou encore l'épique "Carolina IV"...La musique brésilienne est très présente avec l'utilisation de percussions et on sent que le groupe a vraiment la pêche ! Un live de très bonne facture, à posséder absolument pour tout fan d'Angra.


Angels Cry
Angels Cry

4.0 étoiles sur 5 Brazil !, 23 mai 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Angels Cry (CD)
Le premier essai est déjà le bon pour Angra. Ce premier album des brésiliens sorti en 1994 pose les bases de ce qui sera le style du groupe pendant plus de 6 ans, jusqu'à son split récent. On ne peut que regretter la séparation de ces 5 merveilleux musiciens à l'écoute de leurs albums, tant leur musique était riche en mélodies diverses. Car Angra c'était avant tout de la mélodie, un savant mélange de speed métal, de progressif, de musique traditionnelle brésilienne (sur le deuxième album "Holy Land"), et d'influences classiques certaines, jamais pompeuses, à l'inverse d'un Rhapsody ou d'un Yngwie Malmsteen. Les morceaux d'Angra sont longs, ils comportent de nombreuses et différentes phases, allant de l'athmosphérique au très rapide, en passant par des tempos moyens, le tout lié par de remarquables transitions (cf le titre "Angels Cry" sublime !). Les violons et flûtes viennent contre-balancer une rythmique puissante, les guitares tranchantes savent se faire intimistes, tout comme la voix de l'exceptionnel chanteur André Matos alternant chant à demi chuchoté et hautes envolées lyriques. Un bel album, très reposant pour l'esprit, point de départ d'une (hélas) trop courte mais formidable carrière...


If You Want Blood You've Got It
If You Want Blood You've Got It
Proposé par MMT-France
Prix : EUR 17,05

23 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le premier live ., 15 mai 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : If You Want Blood You've Got It (CD)
Si vous aimez le rock et en particulier les albums live, si vous aimez les concerts pleins de sueur et de fougue juvénile, cet album est pour vous. Enregistré en 1978 durant la tournée "Let there be rock", ce disque est un hommage à la musique rock. L'ambiance qui s'en dégage est un concentré de que pouvaient être les concerts rock, d'Elvis Presley aux Rolling Stones, en passant par Led Zeppelin ou The Clash. Les amplis bourdonnent avec la saturation poussée à son maximum (cf le début de "Riff raff"), la batterie est cognée férocement, la basse vient appuyer avec force la rythmique et le chanteur s'égosille. Les riffs sont simples, les solos suintent le blues speedé et le rythme est on-ne-peut-plus binaire. A la fin des années soixante-dix AC/DC représentait l'essence même du rock, il ne remplissait pas encore les stades, mais plutôt les salles de concerts enfumées; et avec son boogie-hard endiablé, il était promis à un immense succès, ce que l'album suivant "Highway to hell" allait confirmer. "If you want blood" est vraiment un live exceptionnel : en plus de représenter à merveille la carrière du groupe depuis ses débuts 4 ans plus tôt en regroupant ses meilleurs titres, il est aussi et surtout le seul album live que AC/DC ait sorti du vivant de son désormais mythique chanteur Bon Scott.


Fireworks
Fireworks
Proposé par BOUQUIN SHOP
Prix : EUR 13,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Mouais..., 14 mai 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fireworks (CD)
Difficile de succéder à un album du calibre de "Holy Land", c'est ce qui semble ressortir A l'écoute de ce "Fireworks". Angra a quelque peu différencié son style, les guitares se faisant plus lourdes comme annoncé sur "Holy Live". Le groupe gagne en puissance mais perd en orchestrations et en arrangements symphoniques. La musique s'en trouve moins riche, même si un effort a été fait sur la production en général et sur le son plus heavy des guitares en particulier. Les fans seront peut-être déroutés par l'absence de longs morceaux à ambiance tels "Angels Cry" ou "Carolina IV", Angra ne paraissant pas exploiter toutes ses capacités. L'album est homogène, il contient dix titres de bonne facture, dont le mélancolique "Lisbon" .Il est dommage qu'Angra ait perdu le grain de génie et d'inventivité qui le caractérisait lors de ses deux premiers albums. Un bon album de speed mélodique, mais tout de même décevant comparé à la bombe que les fans attendaient.


The Metal Opera
The Metal Opera
Proposé par dvdpromo
Prix : EUR 39,90

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 All-star game, 9 mai 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Metal Opera (CD)
Amateurs de metal brutal, passez votre chemin ! Avec Avantasia, la mélodie et les orchestrations sont de rigueur, il est ici question de speed mélodique. Tobias Sammet le leader d'Edguy nous a pondu avec cet "Avantasia - The metal opera part I", un petit bijou de speed à l'allemande avec belles mélodies et choeurs d'opéra. Et il s'en est donné les moyens le bougre, surtout quand on regarde la liste des invités sur cet album. La crème du heavy-speed germain et international est présent, jugez-plutôt : Mickael Kiske (ex-Helloween), David Defeis (Virgin Steele), Oliver Hartmann (At Vance), André Matos (ex-Angra), Kai Hansen (Gamma Ray) ou enore Timo Tolkki (Stratovarius) pour les choristes (et j'en passe); Henjo Richter (Gamma Ray) et Jens Ludwig (Edguy) aux guitares, Marcus Grosskopf (Helloween) à la basse et Alex Holzwarth (Rhapsody) à la batterie, si c'est pas une dream team ça !;-)
Il en ressort un véritable opéra métal où les choristes se succèdent (on aurait peut-être préféré les entendre encore plus, en canon par exemple) et les musiciens nous délivrent un speed racé, hautement technique et orchestral, qui trouve son point d'orgue sur les deux dernières compos (superbes !) "Sign of the cross" (tiens, c'est pas du Maiden ça ?) et "The Tower". Vivement la suite !!!


System Of A Down
System Of A Down
Prix : EUR 6,99

31 internautes sur 37 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les nouveaux dieux du néo !, 26 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : System Of A Down (CD)
Le néo-metal, bof, bof...Un leader :Korn, un dauphin : Limp Bizkit, quelques trublions :P.O.D., Linkin Park, mais malheureusement aussi beaucoup de "suiveurs" qui profitent juste de la mode favorable à ce style. Mais s'il y a un groupe qui propose une réelle alternative, tout en restant dans une musique proche du néo, c'est bien System Of A Down. Ce premier album, moins reconnu par la critique que le deuxième, est pourtant peut-être plus furieux, plus brut. Moins abouti, moins travailé aussi, il est toutefois beaucoup plus accrocheur, beaucoup plus direct et énergique. La musique est hargneuse, le chanteur grogne, mais ce qui est fabuleux avec System, ce sont les passages plus calmes, où le groupe se laisse entraîner dans une sorte de délire ska/musiques d'Europe centrale et de l'est, écart tout naturel quand on sait que les 4 membres du groupe sont d'origine arménienne. Il en ressort un cocktail détonnant, puissant au niveau des guitares et de la rythmique, et complètement extravagant au niveau du chant. Totalement nouveau, System Of A Down, c'est la classe au travers de l'originalité.


Satriani, Johnson & Vaï : G3 - Live In Concert [VHS]
Satriani, Johnson & Vaï : G3 - Live In Concert [VHS]
VHS

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le domaine des Dieux, 25 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Satriani, Johnson & Vaï : G3 - Live In Concert [VHS] (Cassette vidéo)
Deux mots pour présenter le projet G3 : Joe Satriani, virtuose de la guitare électrique aussi original que talentueux, décide de monter une tournée avec 2 autres dieux de la six-cordes : son élève et pote de toujours Steve Vai, et le texan plus discret Eric Johnson. Chacun fait son concert avec ses propres musiciens, et à la fin, les 3 guitaristes se retrouvent avec la section rythmique de Satriani pour un boeuf géant. Ainsi, on retrouve sur ce CD live 3 morceaux de chacun plus 3 autres où les 3 gratteux se réunissent pour exécuter des reprises à leur manière. On retiendra du show de Satriani une certaine tendance blues (2 ans après son album de blues "Joe Satriani") et la très bonne version live de "Summer song". Pour Eric Johnson, son style tout en touché et en fluidité rappelle par moment Santana, notamment sur "Manhattan". Quant à Vai, il va beaucoup plus loin dans l'expérimentation de l'instrument, mais on a droit à une partie hallucinante (!) qui doit être une sorte de taping exécuté à toute vitesse sur "Answers". Du pur bonheur. Mais le plus beau reste à venir, car c'est bien le but du projet que de voir ces maîtres jouer tous ensembles. C'est le cas sur "Going Down" de D.Nix, où chacun y va de son solo; de "My Guitar Wants To Kill Your Mama" de Frank Zappa, très pêchu, et enfin l'apothéose sur le "Red House" d'Hendrix, dont on ne pouvait rêver plus bel hommage fait au père spirituel de tous les guitar-heroes. Le morceau s'étend sur plus de 9 minutes et c'est là que l'on se rend compte que l'on a affaire aux meilleurs guitaristes actuels, monstres de technicité, de feeling (c'est du blues !), aux styles assez différents et donc reconnaissables si on écoute avec attention. On distingue bien les 3 guitares, au début se succédant, puis s'envolant en même temps comme dans un tourbillon pour couper le souffle du public, que l'on sent médusé autant qu'admiratif devant une telle symbiose. Phénoménal !!!


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11