undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Davoï > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Davoï
Classement des meilleurs critiques: 865.276
Votes utiles : 799

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Davoï
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
G3 Live in Concert
G3 Live in Concert
Prix : EUR 17,07

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le domaine des Dieux, 25 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : G3 Live in Concert (CD)
Deux mots pour présenter le projet G3 : Joe Satriani, virtuose de la guitare électrique aussi original que talentueux, décide de monter une tournée avec 2 autres dieux de la six-cordes : son élève et pote de toujours Steve Vai, et le texan plus discret Eric Johnson. Chacun fait son concert avec ses propres musiciens, et à la fin, les 3 guitaristes se retrouvent avec la section rythmique de Satriani pour un boeuf géant. Ainsi, on retrouve sur ce CD live 3 morceaux de chacun plus 3 autres où les 3 gratteux se réunissent pour exécuter des reprises à leur manière. On retiendra du show de Satriani une certaine tendance blues (2 ans après son album de blues "Joe Satriani") et la très bonne version live de "Summer song". Pour Eric Johnson, son style tout en touché et en fluidité rappelle par moment Santana, notamment sur "Manhattan". Quant à Vai, il va beaucoup plus loin dans l'expérimentation de l'instrument, mais on a droit à une partie hallucinante (!) qui doit être une sorte de taping exécuté à toute vitesse sur "Answers". Du pur bonheur. Mais le plus beau reste à venir, car c'est bien le but du projet que de voir ces maîtres jouer tous ensembles. C'est le cas sur "Going Down" de D.Nix, où chacun y va de son solo; de "My Guitar Wants To Kill Your Mama" de Frank Zappa, très pêchu, et enfin l'apothéose sur le "Red House" d'Hendrix, dont on ne pouvait rêver plus bel hommage fait au père spirituel de tous les guitar-heroes. Le morceau s'étend sur plus de 9 minutes et c'est là que l'on se rend compte que l'on a affaire aux meilleurs guitaristes actuels, monstres de technicité, de feeling (c'est du blues !), aux styles assez différents et donc reconnaissables si on écoute avec attention. On distingue bien les 3 guitares, au début se succédant, puis s'envolant en même temps comme dans un tourbillon pour couper le souffle du public, que l'on sent médusé autant qu'admiratif devant une telle symbiose. Phénoménal !!!


G3 - Live In Concert
G3 - Live In Concert
Prix : EUR 6,99

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le domaine des Dieux, 25 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : G3 - Live In Concert (CD)
Deux mots pour présenter le projet G3 : Joe Satriani, virtuose de la guitare électrique aussi original que talentueux, décide de monter une tournée avec 2 autres dieux de la six-cordes : son élève et pote de toujours Steve Vai, et le texan plus discret Eric Johnson. Chacun fait son concert avec ses propres musiciens, et à la fin, les 3 guitaristes se retrouvent avec la section rythmique de Satriani pour un boeuf géant. Ainsi, on retrouve sur ce CD live 3 morceaux de chacun plus 3 autres où les 3 gratteux se réunissent pour exécuter des reprises à leur manière. On retiendra du show de Satriani une certaine tendance blues (2 ans après son album de blues "Joe Satriani") et la très bonne version live de "Summer song". Pour Eric Johnson, son style tout en touché et en fluidité rappelle par moment Santana, notamment sur "Manhattan". Quant à Vai, il va beaucoup plus loin dans l'expérimentation de l'instrument, mais on a droit à une partie hallucinante (!) qui doit être une sorte de taping exécuté à toute vitesse sur "Answers". Du pur bonheur. Mais le plus beau reste à venir, car c'est bien le but du projet que de voir ces maîtres jouer tous ensembles. C'est le cas sur "Going Down" de D.Nix, où chacun y va de son solo; de "My Guitar Wants To Kill Your Mama" de Frank Zappa, très pêchu, et enfin l'apothéose sur le "Red House" d'Hendrix, dont on ne pouvait rêver plus bel hommage fait au père spirituel de tous les guitar-heroes. Le morceau s'étend sur plus de 9 minutes et c'est là que l'on se rend compte que l'on a affaire aux meilleurs guitaristes actuels, monstres de technicité, de feeling (c'est du blues !), aux styles assez différents et donc reconnaissables si on écoute avec attention. On distingue bien les 3 guitares, au début se succédant, puis s'envolant en même temps comme dans un tourbillon pour couper le souffle du public, que l'on sent médusé autant qu'admiratif devant une telle symbiose. Phénoménal !!!


Master of Puppets
Master of Puppets
Prix : EUR 15,98

4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Master !...Master !..., 24 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
C'est avec "Master of Puppets", que Metallica prend véritablement son envol. Paru en 1986, il définit ce qui sera le style des "four horsemen" pour la seconde moitié des années quatre-vingt : des intros acoustiques bien tranquilles qui laissent peu à peu place à un bourrinage en règle.
Textes sombres, grosses guitares bien thrash, solis incisifs sous la baguette du grand Kirk Hammeth, rythmique implacable, le seul bémol provenant du chanteur...maîtrisant mieux sa six-cordes que son micro et étant à l'instar de Dave Mustaine, quelque peu limité techniquement. Mais là n'est pas l'essentiel, les groupes de thrash ne misant pas uniquement sur les prouesses vocales, mais privilégiant plutôt l'aspect puissant et dévastateur de leurs instrumentalisations. "Master..." est rapide, brut, mais possède la touche mélodique qui garantit le succès. Il contient quelques morceaux d'anthologie comme "Battery", "Master Of Puppets" ou encore l'instrumental "Orion". Avec cet album, Metallica s'est ouvert les portes de la gloire.


Sehnsucht
Sehnsucht
Proposé par BOUQUIN SHOP
Prix : EUR 29,89

4.0 étoiles sur 5 RAMMSTEIN !!!!, 23 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sehnsucht (CD)
Deuxième album pour nos teutons techno-metal qui explorent un peu plus l'aspect gothic et planant de leur métal sombre, en bourrinant un peu moins que sur leur précédent opus. La musique de Rammstein est compacte, dure, à la fois déprimante dans le ton et enjouée dans le rythme. Les paroles en allemand renforcent un peu plus l'originalité de ce groupe pourtant bien à part, mais dont la filiation semble orientée vers le metal indus de Ministry et le gothic des Sisters of Mercy et autres Bauhaus. Une innovation plus qu'intéressante dans le heavy-métal des années quatre-vingt dix.


Live Aus Berlin
Live Aus Berlin
Proposé par MEDIA BOX
Prix : EUR 9,66

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Die Sonne scheint..., 23 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Aus Berlin (CD)
Rammstein en live, c'est comment-dire, assez énorme... Déjà leur musique est tout ce qu'il y a de plus mastoc, style lents aller-retours sur les cordes graves de la guitare, mais en plus, Rammstein dégage par la voix et le charisme de son chanteur une majesté typiquement germaine. On croirait entendre les choeurs de l'armée rouge mêlés au raffut produit par une industrie sidérurgique à plein régime ! C'est très très lourd, dans le sens heavy du terme, mais Rammstein parvient à captiver l'auditeur avec ses textes bizarres (c'est le moins que l'on puisse dire), chantés en allemand, ce qui n'est pas très courant sans le métal. Ce CD rend parfaitement l'athmosphère qui se dégage d'un concert de Rammstein, où ce mélange de métal, de techno, et d'indus trouve toute sa mesure. Je vous conseille également de vous procurer la vidéo du concert pour admirer le jeu de scène du groupe, et plus particulièrement sa pyrotechnie.


Rage Against The Machine - Edition limitée - Digipack Luxe
Rage Against The Machine - Edition limitée - Digipack Luxe
Proposé par Funkingdom
Prix : EUR 35,00

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De la bombe !, 23 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rage Against The Machine - Edition limitée - Digipack Luxe (CD)
En plein essort du grunge, débarque dans la famille rock un véritable Ovni : Rage against the machine ! Inspiré autant par le funk, que Led Zeppelin ou les rappeurs U.S., R.A.T.M. crée une musique à part, sorte d'hybride rap/metal avec une puissance sonore impressionnante, bien que respectant la formule ancestrale guitare, basse, batterie. Le phrasé, l'attitude du chanteur Zack De la Rocha, et les textes vindicatifs contre le système sont typiquement rap, mais la lourdeur des guitares et le grognement grave de la basse sont tout ce qu'il y a de plus métal. Premier album de Tom Morello & co, mais encore aujourd'hui considéré par beaucoup comme leur meilleur, il est une pierre angulaire dans la musique rock des années quatre-vingt dix.


Rage Against the Machine
Rage Against the Machine
Prix : EUR 7,59

7 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De la bombe !, 23 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rage Against the Machine (CD)
En plein essort du grunge, débarque dans la famille rock un véritable Ovni : Rage against the machine ! Inspiré autant par le funk, que Led Zeppelin ou les rappeurs U.S., R.A.T.M. crée une musique à part, sorte d'hybride rap/metal avec une puissance sonore impressionnante, bien que respectant la formule ancestrale guitare, basse, batterie. Le phrasé, l'attitude du chanteur Zack De la Rocha, et les textes vindicatifs contre le système sont typiquement rap, mais la lourdeur des guitares et le grognement grave de la basse sont tout ce qu'il y a de plus métal. Premier album de Tom Morello & co, mais encore aujourd'hui considéré par beaucoup comme leur meilleur, il est une pierre angulaire dans la musique rock des années quatre-vingt dix.


Rain Of A Thousand Flames
Rain Of A Thousand Flames

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Puissantîssime !!!, 22 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rain Of A Thousand Flames (CD)
Jamais Rhapsody n'avait été aussi sombre que sur ce petit bijou sorti sous la forme d'un E.P., mais dont la durée dépasse les 42 minutes. Jamais la rythmique n'avait atteint un tel degré d'aggressivité (cf "Rain of a thousand flames"), jamais on n'avait entendu Fabio Lione chanter avec autant de hargne, et jamais les textes n'avaient été aussi noirs. De plus, les orchestrations désormais "classiques" du groupe, prennent ici un petit côté black-metal pas déplaisant du tout. Les refrains sont moins festifs, et la musique de ces italiens férus d'heroic-fantasy y gagne en consistance et en sollennité. Les titres longs sont des espaces privilégiés pour placer de nombreuses ambiances, de multiples changements de rythme, et pour laisser éclater le talent de compositeurs des Luca Turilli et bien sûr Alex Staropoli. Les quatre deniers morceaux forment une saga : on commence avec "Tears of a dying angel" et son long passage narré par Fabio imself, on continue avec le très médiéval instrumental "Elnor's magic valley", et le triste "The poem's evil page", avant de terminer en beauté sur "The Wizard's last rhymes", relécture rhapsodiesque de la "Symphonie du nouveau monde" de Antonin Dvorak très plaisante. Avec ce mini-album, Rhapsody a frappé un grand coup, à la hauteur de l'excellent "Symphony of the enchanted lands".


Unleashed in the East
Unleashed in the East
Prix : EUR 10,25

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Made in Japan ?, 22 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unleashed in the East (CD)
Vrai ou faux live ? Je ne me suis pas assez renseigné sur la question, mais des doutes subsistent quant à l'authenticité de ce live. Vraiment enregistré sur scène ou bien mis en boîte en studio, mais à la façon d'un live (les différents musiciens jouant tous ensemble), avec l'ajout de bruits de public en fond ? Difficile à dire, mais toujours est-il que ce live (vrai ou pas, donc) est excellent. Considéré par les fans ultimes du Priest comme le live essentiel du groupe, plus que les 2 autres sortis en 1987 ("Priest...live!") et 1998 ("Live meltdown"), il démontre toute la classe de ce dieu du heavy metal qu'était Judas Priest entre la fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingt. La musique est très heavy, en même temps très rapide, comme un mélange de Black Sabbath (originaire de Birmingham comme le Priest) pour la lourdeur et la voix haut perchée de Rob Halford, de Deep Purple pour les morceaux speed (Roger Glover le bassiste de Deep Purple était le producteur du Priest à ses débuts), et de Thin Lizzy pour la virtuosité des duels de guitare. Judas Priest a été un des premiers groupes à populariser le style vestimentaire cuir-clous-chaînes, mais oubliez les stéréotypes, dépassez les préjugés, et vous verez que ce groupe possédait de vrais bonnes chansons, puissantes et mélodiques à souhait. Des titres comme "Sinner", "The Ripper" mais aussi et surtout le magnifique "Victim of changes" sont grandioses, et à leur écoute, on s'aperçoit que Judas Priest a eu une influence énorme sur le heavy metal. On peut dire que ce groupe a été la transition parfaite entre les pionniers du heavy (Led Zep, Black Sabbath, Blue Öyster Cült...) et la New Wave Of British Heavy Metal (Iron Maiden, Saxon, Def Leppard...). Respect.


Rude Awakening
Rude Awakening
Prix : EUR 21,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mega-death ?, 22 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rude Awakening (CD)
Ce mois de mars 2002 restera comme une très bonne période pour les sorties de CD de heavy métal. Avec le fabuleux "Rock in Rio" d'Iron Maiden, et le "Power of the dragonflame" de Rhapsody, ainsi que le grandiose "A night at the opera" de Blind Guardian, voilà que Megadeth décide de sortir son premier album live. Et après plus de 15 ans de carrière, on peut dire que les fans commençaient un peu à s'impatienter. Et comme souvent, la patience est récompensée. Ce double live regroupe tous les plus grands titres de la bande à Dave Mustaine, tirés de tous leurs albums excepté du trop mou "Risk". Megadeth possède sur scène la rage qu'il n' a plus sur album, comme nous le prouvent les brûlots thrash-metal des débuts, joués ici avec furie. Al Pitrelli et Jimmy De Grasso n'ont aucune difficulté à jouer les chansons très techniques écrites du temps des regrettés Marty Friedman et Nick Menza. Les 2 guitaristes rivalisent en virtuosité, la section rythmique dévaste tout sur son passage, bref, Megadeth a la pêche. Le seul hic, c'est peut-être au niveau du chant de Dave Mustaine, quelques fois limite, et parfois semblant avoir été "retouché" au mixage...En tout cas, ce live n'est pas sur-produit et il s'en dégage une véritable ambiance de concert au niveau du son très brut. On ne s'ennuie pas une minute sur les 2 CDs, et il est difficile de dégager des moments forts tellement l'ensemble est bon. Cependant, mention spéciale pour le final apocalyptique avec à la suite "Symphony of destruction", "Peace sells" et "Holy wars", 3 chef - d'oeuvres ! A posséder absolument ! (Espérons maintenant que les rumeurs concernant le split du groupe suite à la blessure de Dave Mustaine ne soient que passagères).


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11