Profil de Olivier Clementin > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Olivier Clementin
Classement des meilleurs critiques: 1.219
Votes utiles : 1127

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Olivier Clementin (Paris France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12
pixel
The Wages of Destruction: The Making and Breaking of the Nazi Economy
The Wages of Destruction: The Making and Breaking of the Nazi Economy
par Adam Tooze
Edition : Broché
Prix : EUR 15,49

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'économie de guerre nazie, 22 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Wages of Destruction: The Making and Breaking of the Nazi Economy (Broché)
Une histoire économique de l'Allemagne nazie dont les conclusions sont un peu inattendues. L'auteur montre que, loin d'être un succès comme on le pense parfois, la politique économique nazie a amené l'Allemagne au bord de la faillite en 1939 à cause de la redirection de toutes les ressources de l'économie vers le seul secteur de l'armement, et que le pillage des pays conquis était la seule solution pour que la population allemande ne meure pas de faim. Pour cette raison également, il était impossible de laisser partir les Juifs avec leurs actifs car l'impact sur les finances allemandes aurait été insupportable. On lit également que les généraux allemands avaient prévu implicitement, sinon explicitement, de laisser mourir de faim la population russe des territoires occupés car il n'y avait pas de solution pour les nourrir - et que l'utilisation d'une main d'aeuvre réduite en esclavage (prisonniers de guerre ou politiques) était indispensable à l'effort de guerre nazi.


1Q84 Livre 3
1Q84 Livre 3
par Haruki Murakami
Edition : Broché
Prix : EUR 9,60

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Lento, 22 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1Q84 Livre 3 (Broché)
Après un deuxième tome enlevé et plein de suspense, le troisième tome de la trilogie 1Q84 est trop lent. L'apparition du personnage excessivement bouffon d'Ushikawa ne relance pas tellement l'intérêt de cette histoire un peu banale dans la banlieue de Tokyo.


Le capital au XXIe siècle
Le capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La route du servage, 22 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le capital au XXIe siècle (Broché)
Les écrits les plus subversifs circulent en salle de marché : j’ai emprunté ce livre sur le bureau d’un trader. Je pensais que ce serait une étude très technique et statistique mais en fait c’est une histoire économique des inégalités depuis 1700 en Europe et aux Etats-Unis, narrative, pleine d’humour, et non dénuée d’intérêt littéraire malgré la complexité du sujet. L’introduction, en particulier, pose clairement les problèmes et mériterait d’être imprimée à part comme en son temps le Discours de la méthode. La critique sociale est particulièrement bien vue, à travers notamment les références littéraires à Balzac, à Jane Austen et même aux Aristochats. L’auteur touche un peu à tout, ouvre beaucoup de sujets, de la divergence entre la consommation et la production en Chine, à la banqueroute des deux tiers, et au fait que les riches se considèrent moralement supérieurs aux pauvres (entitlement effect).

Le point de vue est plutôt de gauche mais on ne jette pas l’économie de marché avec l’eau du bain. Je trouve cependant étonnant que l’auteur ne se pose à aucun moment la question de l’inégalité de consommation : il n’étudie que l’inégalité de revenus ou de capital en montants. Pourtant la même inégalité de revenus qu’au XIXe siècle (période où la pénurie de nombreux biens permet de transformer tout revenu additionnel en consommation utile) ne correspond pas à mon avis aujourd’hui à la même inégalité de consommation, d’autant plus que les citoyens du XXIe siècle disposent de nombreux services gratuits qui ne sont pas pris en compte dans les revenus (santé, éducation notamment). Plusieurs études sur le bonheur montrent d’ailleurs qu’au XXIe siècle, un revenu supérieur à trois ou quatre fois le revenu moyen cesse de procurer un bien être additionnel significatif, alors que selon Balzac il fallait bien vingt fois le revenu moyen pour vivre décemment en 1820. Et si les riches dépensent l’essentiel de leurs revenus en smart phones de luxe à mille euros alors que les pauvres ont des téléphones à vingt euros ce n’est peut-être pas si dramatique en termes d’égalité, même si en montant la différence est énorme.

Je trouve aussi que l’auteur écarte un peu trop rapidement l’hypothèse que les écarts de rémunération observés aujourd’hui sont dus aux écarts de productivité (il les attribue principalement au pouvoir de négociation excessif des « super-cadres »). En réalité on voit que de petites structures de quelques personnes (hedge funds, sociétés de private equity, start ups…) ont réellement des productivités énormes, et bien des cadres de grande société pourraient sans doute maintenir leur rémunération en travaillant indépendamment. Cela ne rend d’ailleurs pas le phénomène moins inquiétant car il semble pouvoir aboutir à une situation où un petit nombre de « super-producteurs » ferait marcher toute l’économie d’une seule main tandis que le reste de la population serait chez eux en survêtement, en train de jouer à la playstation.

Le principal enseignement de cette étude reste que le XXe siècle est une période exceptionnelle dans l’histoire économique, et que seules les guerres mondiales ont permis de modérer temporairement les inégalités. Le marché (et non les inefficiences du marché) tend naturellement à la concentration de plus en plus forte des patrimoines. L’équilibre économique de nos sociétés est donc fragile et dépend fortement du contexte politique. Finalement dans ce tableau assez inquiétant, une crise économique ou une guerre semble beaucoup moins à craindre qu’une situation d’esclavage généralisé et d’immobilisme social total - comme à la fin de l’Empire romain.


Gomorra: Dans l'empire de la camorra
Gomorra: Dans l'empire de la camorra
par Roberto Saviano
Edition : Broché
Prix : EUR 21,30

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Se non è vero..., 15 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra: Dans l'empire de la camorra (Broché)
Un « grand reportage » sur la Camorra par un journaliste napolitain, présenté par thèmes (la guerre entre les clans, l’influence du cinéma, les femmes…). Le style un peu lyrique me fait penser à Malaparte (en particulier les pages de La Peau dans lesquelles les intouchables de Naples sortent de chez eux devant l’éruption du Vésuve), mais là où Malaparte est cruel et gai, Roberto Saviano est plein de tristesse et de compassion – il m’a d’ailleurs fallu m’isoler pendant la lecture pour pleurer. Il y a aussi beaucoup d’humour, certains passages sont presque bouffons, et certains personnages semblent sortis de la Commedia dell’arte. Ce qui manque peut-être, c’est une analyse de la politique du gouvernement italien et des grandes tendances de la criminalité organisée, mais ce n’est pas vraiment l’objet de l’enquête, qui est plutôt anecdotique.


La Bible Manga, Volume 1 : La Mutinerie
La Bible Manga, Volume 1 : La Mutinerie
par Ryo Azumi
Edition : Broché
Prix : EUR 12,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'esprit de Dieu flottait sur les eaux, 19 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Bible Manga, Volume 1 : La Mutinerie (Broché)
Adaptation de la Bible en Manga. Ce volume couvre le livre de la Genèse, premier livre de l'Ancien Testament, depuis la création du monde jusqu'à la mort de Joseph, en passant par la tour de Babel, l'arche de Noé, la destruction et Sodome et Gomorrhe, Moïse etc... Il est très fidèle au texte me semble-t-il, avec une perspective un peu familiale et intimiste intéressante - il s'agit au fond de l'histoire d'une famille juive. Les versets les plus connus sont donnés avec leur référence dans la Bible.


Le Loup des steppes
Le Loup des steppes
par Hermann Hesse
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ennui, 5 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Loup des steppes (Poche)
Malgré quelques idées intéressantes dans le Traité du Loup des Steppes (première partie), j'ai trouvé ce livre très ennuyeux. D'abord il se la raconte un peu (Loup des Steppes ? Pourquoi pas Lion de la Savane ou Roi de la Montagne?). C'est très introspectif au début (cet intellectuel triste a des côtés attachants) et puis on part dans un délire onirique dont j'avoue que je suis passé à côté.


Dans les coulisses du monde
Dans les coulisses du monde
par Jean-Marc DE LA SABLIÈRE
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Diplomatie française, 30 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dans les coulisses du monde (Broché)
Jean-Marc de la Sablière revient sur sa carrière de diplomate entre les années 1970 et 2011, et sur les dossiers dont il s'est occupé dans chacun de ses postes. C'est passionnant de bout en bout, et la partie la plus intéressante à mon avis est celle qui décrit le fonctionnement de l'ONU, où il était représentant permanent entre 2002 et 2007, et les tractations qui s'y déroulent, notamment au moment de l'invasion de l'Irak en mars 2003. Il peint des portraits intéressants, objectifs, et assez francs des présidents et des ministres pour lesquels il a travaillé, ainsi que des chefs d'Etat étrangers ; les mentions de collaborateurs valeureux mais inconnus du grand public sont louables mais parleront moins au lecteur peu familier du Quai d'Orsay. Je trouve par ailleurs étonnant qu'il approuve les choix politiques français sur tous les dossiers internationaux - il aurait été intéressant de connaître un dossier sur lequel la diplomatie française lui a semblé inepte (mais peut-être qu'il n'y en a pas !) Sur la forme, je suis ennuyé par des anglicismes un peu regrettables sous la plume d'un ambassadeur de France (procrastiner pour temporiser, Caraïbes pour Antilles, clarification pour éclaircissement...), et par des expression de journaliste comme « feuille de route » ou « bouger les lignes », mais je suppose que ça fait partie du jargon diplomatique.


La Mer de la fertilité, tome 1 : Neige de printemps
La Mer de la fertilité, tome 1 : Neige de printemps
par Yukio Mishima
Edition : Poche
Prix : EUR 8,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Après Tsushima, 26 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Mer de la fertilité, tome 1 : Neige de printemps (Poche)
Une histoire d'amour malheureux dans une famille aristocratique, dans le Japon des années 1912-1914. Le héros, Kiyoaki, secret, sensible, compliqué, ressemble un peu à Mishima, même si sa sensibilité s'oppose à la tradition guerrière et virile japonaise (Kiyoaki méprise l'équipe de kendo alors que Mishima s'y est mis, tardivement il est vrai). Certains élément paraissent vaguement autobiographiques: le père sottement autoritaire, la grand-mère au fort caractère, l'amoureuse qui se fiance dans la famille impériale.
La tétralogie de la Mer de la Fertilité, dont ce livre est le premier tome, est considérée comme le testament de Mishima, qui s'est suicidé juste après. A noter que la version française est traduite de l'Anglais, selon le voeu de Mishima. Il vaut donc mieux lire l'édition anglaise à mon avis.


Anecdotes du temps de Napoléon Ier
Anecdotes du temps de Napoléon Ier
par Émile Marco Saint-Hilaire (de)
Edition : Broché
Prix : EUR 11,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Vie de saint Napoléon, 8 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Anecdotes du temps de Napoléon Ier (Broché)
Emile Marco de Saint Hilaire, "Suétone à quinze centimes la ligne", fit sa fortune en racontant des anecdotes sur l'Empire. La plupart sont probablement fausses mais certaines sont amusantes.


Norwegian Wood
Norwegian Wood
par Haruki Murakami
Edition : Poche
Prix : EUR 6,81

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Frédéric Moreau au Japon, 5 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Norwegian Wood (Poche)
Ce roman publié en 1987 (et dont la traduction française a pour titre "La ballade de l'impossible") est le premier grand succès de Murakami, et je crois le seul qui ne soit pas empreint de fantastique. Ce que peu de commentateurs ont vu, c’est qu’il s’agit d’un pastiche de l’Education Sentimentale : Naoko, c’est Mme Arnoux ; Midori, c’est Rosanette ; et Reiko, c’est bien sûr Mme Dambreuse, dont elle a la maturité et le corsage maigre. Les personnages sont tristes ou amoureux, parfois les deux. Beaucoup se suicident. Souvent, il pleut… A lire pour attraper une étudiante américaine (les Japonaises préfèrent Mishima).


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12