Profil de M. S. > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par M. S.
Classement des meilleurs critiques: 977.876
Votes utiles : 30

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
M. S.

Afficher :  
Page : 1
pixel
Les Aventures de Tintin, Tome 19 : Coke en stock
Les Aventures de Tintin, Tome 19 : Coke en stock
par Hergé
Edition : Relié
Prix : EUR 10,95

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Drôle et palpitant., 26 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, Tome 19 : Coke en stock (Relié)
Sur la lancée de "L'affaire Tournesol", dont il est inutile de souligner la perfection, Hergé nous livre un nouvel album drôle et intelligent, doté d'un rythme endiablé. Visiblement, Hergé s'amuse (encore...) : il multiplie les péripéties, invente de nouveaux gags assez géniaux (le travestissement du Capitaine en femme musulmane vaut son pesant de cacahuètes), rappelle les vétérans parmi les satellites de l'univers Tintin (dont, bien sûr, l'adorable Abdallah...) et en introduit de nouveaux, chez qui l'on devine un potentiel qu'ils ne pourront pas, hélas, confirmer par la suite (le pilote Szut).

Las, cet album excellent servira de cible aux ayatollahs de la bien-pensance (qui avaient un vieux compte à régler avec Hergé) et certains de ses dialogues les plus drôles seront remaniés pour ne plus encourir l'accusation (inepte) de "racisme". Aussi, à l'édition "normale" je vous conseille de préférer le fac-similé nouvellement édité par Casterman, qui reproduit fidèlement l'édition originale.


Le sceptre d'Ottokar
Le sceptre d'Ottokar
par Hergé
Edition : Relié
Prix : EUR 10,95

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Anschluss au pays de l'eau minérale, 26 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le sceptre d'Ottokar (Relié)
"Le sceptre d'Ottokar" s'inscrit dans la lignée des Tintin inspirés par l'actualité, après "Le Lotus bleu" et "L'oreille cassée". Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Hergé nous livre un album très réussi. Ici, c'est l'Anschluss qui est en ligne de mire, ainsi que les dictatures fascistes en général, qu'Hergé cible sans équivoque (après avoir été - de son propre aveu - un temps séduit par "l'ordre nouveau"... mais quel jeune Belge catholique et royaliste ne l'eût pas été en ces temps troublés ?)

Cet album introduit l'ambiance "roman d'espionnage" dans les aventures du petit reporter, un canevas qu'Hergé approfondira dans ses chefs-d'oeuvre "L'affaire Tournesol" et "Coke en stock". Cerise sur la gâteau : "Le sceptre d'Ottokar" enrichit la mythologie tintinesque en introduisant la Syldavie et la Bordurie, deux nations balkaniques pleines de ressources, ainsi que la cantatrice Bianca Castafiore, dit "le rossignol milanais"...


Tintin en Amérique
Tintin en Amérique
par Hergé
Edition : Relié
Prix : EUR 10,95

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Le Tintin le plus faible ?, 26 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tintin en Amérique (Relié)
Je l'avoue d'emblée : je n'apprécie pas beaucoup cet album. "Tintin en Amérique" souffre des mêmes faiblesses que ses deux prédécesseurs : absence de fil conducteur, naïveté excessive, manque d'humour. Mais si "Tintin au pays des Soviets" charme toujours par sa fraîcheur et "Tintin au Congo" par son ambiance fantaisiste et surannée, "Tintin en Amérique" se réduit à une suite de sketches sans grand relief et presque totalement dénués d'humour. Seuls deux points attirent l'attention : la plaidoirie d'Hergé en faveur des Amérindiens (on se souvient de la scène symbolique où les Pieds-Noirs sont chassés manu militari de leur territoire après qu'on y a trouvé du pétrole) et la parodie de l'industrialisation à l'américaine (la machine à fabriquer du corned-beef, horrible et grotesque). Mais c'est peu, bien peu, comparé à la suite...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 9, 2010 9:06 PM CET


Les Aventures de Tintin, volume 5 : Le Lotus bleu
Les Aventures de Tintin, volume 5 : Le Lotus bleu
par Hergé
Edition : Relié
Prix : EUR 10,95

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le charme opère toujours., 26 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, volume 5 : Le Lotus bleu (Relié)
Presque inchangé depuis son parution en noir-et-blanc dans les années 30, cet album s'impose comme le premier chef-d'oeuvre d'Hergé. Un ouvrage magnifique et gonflé pour l'époque, puisqu'Hergé y prend ouvertement parti pour une Chine humiliée par les puissances occidentales alors qu'elle ploie sous le joug de l'impérialisme japonais. "Le Lotus bleu" est le premier album "adulte" de Tintin. Pour la première fois Hergé maîtrise pleinement sa narration, et pour la première fois il atteint l'excellence dans le graphisme. Un album jalon, qui n'a pas pris une ride.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 2, 2009 1:22 PM MEST


Les Aventures de Tintin, Tome 18 : L'affaire Tournesol
Les Aventures de Tintin, Tome 18 : L'affaire Tournesol
par Herge
Edition : Relié
Prix : EUR 10,95

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La course aux armements selon Hergé, 26 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, Tome 18 : L'affaire Tournesol (Relié)
Si vous discutez avec des tintinophiles/-logues/-manes et leur demandez quel album ils considèrent comme le sommet de la collection, il y a de fortes chances que "L'affaire Tournesol" soit cité. Car non content d'être l'un des plus intelligents de la série, il est aussi parfait tant scénaristiquement que graphiquement. "L'affaire Tournesol" se présente comme une "somme tintonologique" - tous les personnages marquants s'y donnent rendez-vous, et l'on y retrouve tous les thèmes chers à Hergé : la science-fiction, la prospective, les régimes dictatoriaux et totalitaires, le roman d'espionnage, l'actualité et les questions géopolitiques. Un chef-d'oeuvre.


Les Aventures de Tintin, Tome 15 : Tintin au pays de l'or noir
Les Aventures de Tintin, Tome 15 : Tintin au pays de l'or noir
par Hergé
Edition : Relié
Prix : EUR 10,95

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une "modernisation" malheureuse..., 26 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, Tome 15 : Tintin au pays de l'or noir (Relié)
"Tintin au pays de l'or noir" connut de nombreux avatars avant de prendre la forme qu'on lui connaît aujourd'hui. Commencé juste avant la guerre - l'ambiance de la "drôle de guerre" se retrouve dans la première partie de l'album -, il fut délaissé par Hergé pour être repris bien plus tard et paraître en 1950. En conséquence, Hergé dut modifier le scénario afin d'y inclure - tant bien que mal - des personnages apparus entre temps comme le Capitaine Haddock et le Professeur Tournesol.

Mais l'épisode le plus malheureux est bien entendu la "modernisation" qu'Hergé consentit à faire subir à cet album sous la pression de son éditeur anglais. "Tintin au pays de l'or noir" allait subir un sort pire que celui de "L'île noire" : en effet, si l'on peut déplorer l'affadissement de ce dernier suite à l'orgie de détails et à la modernisation intempestive (et anachronique, vu la place de l'album dans la chronologie tintinesque), c'est toute la contextualisation géopolitique que l'on perd avec la nouvelle version de "L'or noir". Exit la lutte entre Juifs et Arabes dans la Palestine des années 40 sous mandat britannique, exit les références à l'Irgoun, etc. Dans "L'or noir" ancienne version, on comprend que le Khemed est une Jordanie avec du pétrole (l'identification est encore plus évidente dans "Coke en Stock" puisqu'on y voit le site de Petra). La nouvelle version anéantit totalement le lien entre l'oeuvre et l'actualité, une spécialité d'Hergé depuis "Le Lotus bleu" et "L'oreille cassée".

Pourtant, il s'agit d'un excellent album, particulièrement drôle puisque les Dupondt y franchissent le mur du çon tandis qu'on y découvre deux des personnages secondaires les plus géniaux : l'émir Ben Kalish Ezab et son fils, le "turbulent" Abdallah. Un must (comme la plupart des Tintin...), mais à lire et acquérir de préférence dans son édition non remaniée.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 9, 2010 8:24 PM CET


Page : 1