undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Profil de Thierry > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Thierry
Classement des meilleurs critiques: 43.763
Votes utiles : 187

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Thierry "Thierry" (France, Aube)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Carrie
Carrie
par Stephen King
Edition : Poche
Prix : EUR 6,60

5.0 étoiles sur 5 Premier roman : premier coup de maître !, 20 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carrie (Poche)
Carrie, sous le joug d'une mère bigote - qui n'a sans doute pas réglé ses comptes avec ses premiers émois amoureux - vit dans un no man's land affectif, tiraillée entre son désir de s'extirper de cette bondieuserie maternelle et son inadaptation sociale qu'elle aimerait conjurer, ignorant les codes moutonniers des adolescents bêtes et méchants de son époque.
Cinq éléments vont se télescoper pour donner corps à cette tragédie : la cruauté jusqu'au boutiste de certains adolescents, la détresse de Carrie, la folie de sa mère, la rigidité de l'institution scolaire (qui maintient la punition suprême : pas de bal de fin d'année pour Chris), et enfin, l'empathie, la compassion de Sue (qui "sacrifie" son petit ami et sa participation au bal de fin d'année).
Toute cette histoire nous est proposée sur un rythme soutenu dont King n'a pas toujours le secret, où la narration à la troisième personne (fréquemment saupoudrée des pensées profondes des personnages, principalement de Carrie) est balisée par des extraits des livres (l'Ombre dissipée, l'autobiographie de Sue Snell), des commission d'enquête, des témoignages qui ont tous été réalisés après le drame.
La société américaine cherchant à comprendre ce qui a bien pu se passer, mais souhaitant également - très vite - à mettre tout cela sous le tapis.
Du Stephen King très pugnace qui - pour son premier roman - n'hésite pas à quasi rayer une ville de la carte avec une efficacité redoutable. Ce ne sera pas la dernière...
J'avais lu Carrie il y a presque trente ans, j'ai pris plaisir à le redécouvrir.


MAGIMIX Toaster 'vision rose' - 11530
MAGIMIX Toaster 'vision rose' - 11530

5.0 étoiles sur 5 Quand le prix semble justifié..., 24 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : MAGIMIX Toaster 'vision rose' - 11530 (Cuisine)
Très bon produit qui répond totalement à notre besoin de griller plusieurs type de pains, avec des formats et des densités de mie variés.
La transparence des bords est vraiment utile et pas seulement esthétique. A ce propos ce grille-pain est joli et respire la qualité.
Il n'y a plus qu'à confirmer dans le temps car après 2 expériences de Bodum ayant rendu l'âme au bout de 2 mois, je reste prudent...
Bref ce magimix coûte 200 euors et pour le moment il les vaut.


Bodum 10709-565Euro Bistro Grille-Pain Vert Citron
Bodum 10709-565Euro Bistro Grille-Pain Vert Citron
Prix : EUR 56,61

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Très déco, mais pas fiable, pour vous en convaincre lire mon texte... (mais service amazon au top !), 23 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bodum 10709-565Euro Bistro Grille-Pain Vert Citron (Cuisine)
C'est mon deuxième Bodum vert citron. Le premier acheté en décembre 2013 pour les raisons suivantes : design vraiment sympa et très bonne critique vue sur une vidéo d'un site canadien qui chronique des produits de ce type. Sans compter les bonnes critiques sur Amazon notamment.
Ce joli grille-pain a rendu l'âme (levier de mise en fonctionnement qui remonte sans arrêt avec une sorte de flash à l'intérieur en bas, au niveau des commandes) moins de 2 mois plus tard. Mauvaise utilisation ? Difficile à croire, surtout après avoir possédé des Seb, Bosch, Tefal dont je me suis séparé non pas parce qu'ils ne fonctionnaient plus, mais parce que leur look était un peu dépassé... (le dernier, un Bosch, par ailleurs revendu sur Leboncoin...)
J'ai donc fait appel au service après vente Amazon par chat un dimanche pour faire part de mon problème. Là j'aurais pu mettre 5 étoiles, car mon interlocuteur m'a immédiatement proposé un remplacement sans aucun frais pour moi.
J'ai donc retourné le Bodum défectueux et reçu le nouveau le mardi soir suivant, soit 2 jours après. Service au top !
Le nouveau Bodum (identique) est arrivé début février 2014 avec tous nos encouragements pour succéder fièrement et dans la durée à son clone... Moins de mois plus tard, même avarie : le levier n'accroche plus. Impossible de faire griller la moindre tartine... De nouveau, un dimanche là encore, appel via chat amazon, qui m'accorde un remboursement (car je ne souhaitais pas reprendre le même modèle... vous savez ce qu'on dit : jamais deux sans trois...). J'ai immédiatement recommandé un autre grille pain - de marque Magimix cette fois -, plus cher certes, mais je veux mettre toutes les chances de mon côté !).
En tout cas, si je n'ai mis que 2 étoiles pour le Bodum (dommage, car il est vraiment chouette esthétiquement), j'ai été en revanche très satisfait du service après vente Amazon, qui n'a pas cherché à me rendre responsable du problème. Car après deux pannes, on peut légitiment se poser des questions quant à l'utilisation.
Pour conclure sur le Bodum : j'espère que mon cas est isolé (2 fois tout de même !) car sinon ce modèle - quand il fonctionne - est vraiment un beau produit, avec entre autres des parois froides, un grillage harmonieux du pain, mais un peu long (surtout quand on est 4 à attendre la tartine grillée !).


Down And Out In Paris And London
Down And Out In Paris And London
Prix : EUR 18,52

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Signé "The tangent" : pour votre plaisir, 6 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Down And Out In Paris And London (CD)
Je ne l'ai pas encore totalement en main, ou plutôt en oreilles, mais je peux déjà confirmer qu'il y a là tout ce qui fait ce groupe : un touché punchy, tendre et subtil où les amateurs de prog et de jazz se retrouveront sans conteste.
La justesse des compositions et de la voix de Tillison sont sublimes. Je ne connais pas beaucoup de groupes capables de titiller notre émotivité (positive ici) à ce point. Sans en faire trop, car c'est ça la force de The Tangent : toucher en plein coeur sans faire pénétrer la pointe. Mille fois merci pour ce moment de musique rare !


Whirlwind
Whirlwind
Prix : EUR 18,95

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pas vraiment original, mais jubilatoire tout de même, 6 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Whirlwind (CD)
D'accord, cela aurait pu être un nouvel opus de Neal Morse. On aurait à peine fait la différence.
Un nouveau Morse saupoudré de The Flower Kings.
A la première écoute, j'ai été déçu, fustigeant la longueur de l'ensemble et des passages inutiles, dénonçant ce flirt permanent avec tout ce que nos 4 gredins ont déjà commis... de bon (quand même).
Et puis, à la faveur d'une écoute plus libre et totale, j'ai quand même pu apprécier la qualité, la finition et surtout le jus, l'enthousiasme que cet album procure ! Jubilatoire !
Pour sûr, cela ne s'écoute pas à l'apéro avec des amis : pour écourter une soirée, y a pas mieux. Tout le monde n'est pas réceptif. Les longs passages, les changements de rythme, le jeu de Portnoy, ... faut un peu d'entraînement ;-)
Alors, si le côté messe peut gaver, je me suis fait une raison. Après tout, il vaut mieux chanter ça qu'inciter au meurtre. Et puis d'autres artistes pop/rock anglo-saxons (et des plus connus) nous servent ça tous les jours ou régulièrement. Alors, pardonnons mes frères.
Oui pardonnons. Alors, les p'tits gars, on accepte parce que vous avez sacrément bien bossé, parce que votre musique nous fait pétiller le coeur.
Mais qu'on ne vous y reprenne plus !


Histoire de Lisey
Histoire de Lisey
par Stephen King
Edition : Poche
Prix : EUR 8,60

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 S'abreuvrer à la mare aux mots de King : patron, vous me remettrez ça !, 11 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Poche)
D'accord je l'avoue, comme je l'ai lu dans un commentaire, j'ai moi aussi failli abandonner Lisey et son histoire au tout début, chez King le tout début pouvant dépasser les 100 pages.
Et puis, comme Lisey et ses intuitions (qui lui font laisser la bêche à Na'ya Lune, par exemple), j'ai repris la route et King a saisi ma main pour m'entraîner, me plonger dans son monde et sa mare aux mots.
Y a pas à dire, que King soit maître de l'horreur ou pas, je n'ai pas trouvé d'autre romancier capable de vous transporter vraiment "ailleurs" à partir de toutes nos petites et grandes tracasseries de la vie. Et en l'occurrence, et entre autres, la mort.
Certes, comme je le dis plus haut, le démarrage est poussif, confus et ne laisse pas présager de la qualité du roman. Mais en écrivant cela, je me rends compte que je dis une bêtise... car les débuts de pas mal de romans de King sont aussi excitants que le coulage de la dalle béton d'une maison. Justement, King pose habilement et patiemment les fondations, avant de nous élever des bon sang de murs dans une architecture pas croyable !
Histoire de Lisey (j'ai vu que la traduction du titre gêne certains... moi pas compris...) est de mon humble point de vue une oeuvre majeure de King. C'est une plongée dans l'amour, le deuil, la fraternité (la soeurité ?), la folie comme fléau, la folie comme porte de sortie et finalement un certain isolement (un contournement ?) vis à des vis des grands remparts sociaux de notre monde (la clinique pour fous, les adjoints du shériff barraqués et rassurants, l'hôpital, etc.). King nous ramène à l'essentiel : l'amour de nos proches, la perte de nos proches. L'aspect irrationnel de l'amour (Lisey aimera Scott dès le début, malgré son côté inquiétant).
Alors, j'ai lu dans les commentaires que certains ont repéré les passages qui seraient du vrai grand King. Si j'ai bien compris ce sont ceux qui font la part belle au fantastique. D'accord. Mais pour moi King c'est aussi une construction habile, comme un magicien qui fait disparaître des objets, pour nous les resservir un peu plus tard, nous laissant pantois. C'est aussi tout le reste et notamment cette bonne vieille habitude de nous faire "connaître", nous détailler, nous faire aimer ses personnages. Ils sont d'ailleurs toujours aussi durs à quitter. On se retrouve à notre tour avec un deuil sur les bras. Merci Stephen King. Patron : la même chose ! Vite !


Walhalla
Walhalla
par Clive Cussler
Edition : Poche
Prix : EUR 8,60

1 internaute sur 5 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Sacré Cussler !, 4 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Walhalla (Poche)
Sans doute suis-je un brin maso. Car des Cussler, j'en ai lu plusieurs et à chaque fois l'invraisemblance du récit, les rebondissements et situations ridicules me déçoivent ou plutôt me font rire. Pourtant régulièrement je remets ça.

Pourquoi ? Les romans de Cussler débutent presque toujours de la même manière, avec un fait historique (même non avéré) lointain et/ou un fait plus comtemporain. Ici l'introduction c'est l'incursion Viking sur le sol américain et le massacre de sa colonie par des indiens, suivi par le récit d'un objet marin insolite (un sous-marin) qui coule des bateaux à la fin du 19ème siècle, ce qui nous amène à Jules Verne, au capitaine Némo et au Nautilus...
Tout ça met l'eau à la bouche, forcément.

On entre ensuite dans la vif du sujet avec la destruction par le feu du Dauphin d'émeraude lors de son voyage inaugural... Bien.
Le meurtre d'un inventeur de génie sous les yeux de sa fille, qui réussit à conserver le mobile du crime, un malette qui ne va pas tarder à jouer les pompes à huile... Ok.
Le sauvetage par Pitt et ses collègues appuyés par d'autres bateaux, où tout le monde se congratule, la larme à l'oeil. D'accord.

Aucun doute, les ingrédients promettent une lecture passionnante !

Un peu plus loin ça se gâte. En effet, c'est Cussler en personne (je veux dire en personnage !) qui sauve nos amis d'une mort certaine, à bord de son bateau automatisé. Le pauvre Cussler devait sècher devant sa machine à écrire à se demander comment il allait pouvoir tirer d'affaire Pitt et ses compagnons d'infortune. L'auteur nous a habitué à une courte apparition par roman, mais à chaque fois l'impact sur l'intrigue est minime.

Ensuite, et c'est récurrent dans les aventures de Pitt, il y a la bagarre avec un type indestructible, mais Pitt est plein de ressources et Al est toujours là quand il faut.

Autre fait récurrent, l'assaut foireux des gardes côtes et des chasseurs F16 contre le gigantesque méthanier dont l'accès est protégé par des hommes équipés de lance-missiles portables... Ils échouent tous lamentablement et le dernier F16 se sauve comme une fillette apeurée par une araignée.
Pendant ce temps Pitt et Al se pointent, aidés par une vieille connaissance, à bord d'un sous-marin de plaisance dernier cri, histoire d'envoyer les méchants par le fond.

J'arrête-là, parce qu'en lisant ma critique, certains inconditionnels vont trouver que "je défouraille" jusqu'à l'indigestion...de pruneaux.
Ce n'est pas faux.

Car en résumé, Cussler a toujours la bonne idée de mêler des faits historiques plus ou moins énigmatiques avec des réalités contemporaines (ici la cupidité de gens prêts tout pour que leur business, le pétrole, prospère et que leur emprise sur les états-unis soit totale et quasi-légitime).
Mais Cussler a aussi la manie d'utiliser des ficelles trop énormes pour faire progresser son intrigue. A faire palir d'envie James Bond ! Un poil de réalisme donnerait plus de force à un récit qui, par ailleurs, se lit cul sec.

Dernier coup de canif, et je me trompe sans doute, mais en insinuant dans son récit que Jules Verne n'a pas inventé lui-même le capitaine Némo et son Nautilus, mais s'est inspiré d'un ingénieur naval anglais et son sous-marin, je me demande si Cussler n'est pas entrain de jouer les anglo-saxons vaniteux et un brin anti-français. D'ailleurs le personnage français du président du club Jules Verne est dépeint comme peu sympathique, peu enclin à aider le génie Pelmutter (l'homme qui trouve immédiatement le secret de Verne, bien sûr !).

Walhalla, c'est un bon roman pour les vacances. Ca tombe bien, on est en août. Après les vacances, on l'aura vite oublié.


Zone de confinement
Zone de confinement
par Joshua Spanogle
Edition : Broché
Prix : EUR 22,30

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De la fraicheur dans le monde du thriller, 22 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Zone de confinement (Broché)
J'ai adoré ! La narration est rythmée, notamment elle nous imprègne parfaitement du personnage principal. L'intrigue est solide et sa construction nous permet de garder le fil. L'approche médicale et son vocabulaire sont suffisamment clairs et simples. Ce roman m'a sorti des auteurs habituels (Clancy, Ludlum, etc.). Ca dépoussière. Malgré le nombre de pages ce livre se lit avec allant. A découvrir !


Stardust We Are
Stardust We Are
Prix : EUR 25,94

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tout n'est pas excellent, mais l'essentiel l'est !, 17 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stardust We Are (CD)
J'avais fait connaissance avec TFK via Space Revolver il y a quelques années et j'avais été totalement séduit par cet album très cohérent et d'une grande richesse musicale, offrant des sonorités prog, rock et jazz.
C'est donc avec confiance que je me suis offert le double CD Stardust We Are (je sais, je ne prend pas les choses dans le bon ordre, une vieille habitude...), histoire de prendre un double dose de bonheur.
Ca commence très rock (qui donne envie de danser !) avec un très enlevé In the eyes of the world. On arrive après quelques atermoiements à un sublime Church of your heart et un peu plus loin le gigantesque The man who walked with kings dont le seul reproche est d'être trop court ! Circus Brimstone est déroutant mais jouissif au possible (à écouter bien fort !). Crying clown est nostalgique et Compassion un peu déprimant...
Volià pour le cd 1.
Le second est dans la même veine. Démarrage "orgue d'église" pour un intermède suivi par un prenant et tourmenté The end of innocence. Le rythmé The merry-go-round nous propose un final solo très beau. Don of the universe nous propose un petit périple en Inde avec des sonorités bien assemblées. On glisse ensuite vers un Different people très années 70 sauce TFK. Kingdom of lies préfigure ce que l'on trouvera plus tard sur Space revolver. Très bon ! Ghost of the red cloud chaloupe ensuite dans un style très reggae. Pas de doute les TFK sont à l'aise dans pas mal de registres. Et pour terminer Stolt et sa bande nous servent le titre éponyme, un morceau gigantesque tant par sa longueur (25 mn) que par sa qualité musicale ! Une sorte de synthèse de tout ce qu'on trouve sur les 2 cd. Un moment de prog de toute beauté qui, à lui seul, justifie l'achat.
Alors pour conclure, je dirais que les TFK auraient pu mettre un peu moins d'intermèdes, voire supprimer certains morceaux non essentiels (lequels ? pas facile). Sûr que ça peut rebuter les non initiés, car il faut accepter de passer du temps à tout ingurgiter. Mais ils sont ainsi, ils vous en donnent (trop ?) pour votre argent : du bon, du moins bon, de l'excellent mais surtout un prog pur jus avec les vitamines inside !


Légendes
Légendes
par Robert Littell
Edition : Broché
Prix : EUR 21,40

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 C'est bon d'être manipulé par un tel roman !, 17 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Légendes (Broché)
Nombre de romans, films d'espionnage nous servent des personnages parfaits, irresistibles, courageux, etc.
Ici que nenni ! Les personnages principaux (Martin, Lincoln, Dante) ont certes des caractéristiques particulières, des aptitudes qui en font des agents secrets de premier plan, mais ils sont avant tout des hommes simples avec des forces et des faiblesses... en fait un seul homme aux multiples facettes qu'il ne maîtrise plus vraiment et qui vont s'imposer à lui pour résoudre "presque en équipe" une énigme, une manipulation absolument énorme. Ce roman traite de la manipulation sous toutes ses formes : à l'échelle d'un pays (la CIA qui "contrôle" le destin de la Russie) mais aussi de l'humain (Martin et ses légendes et les différents protagonistes qui sont tous plus ou moins manipulateurs et/ou manipulés). Nombre d'aspects de l'espionnage y sont abordés efficacement, sans fioriture : liquidation, infiltration, concurrence entre services, trahison, contacts, etc.
Et le plus étonnant, c'est que dans ces méandres le lecteur s'y retrouve et comprend parfaitement l'intrigue. Un excellent roman !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6