Profil de Damien Hartmann > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Damien Hartmann
Classement des meilleurs critiques: 2.143
Votes utiles : 503

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Damien Hartmann (Champigny-sur-Marne, France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-15
pixel
Worldchanging: A User's Guide for the 21st Century
Worldchanging: A User's Guide for the 21st Century
par Alex Steffen
Edition : Broché
Prix : EUR 19,95

4.0 étoiles sur 5 Une collection d'appels à l'action, 18 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Worldchanging: A User's Guide for the 21st Century (Broché)
Cet album de problèmes qui touchent notre monde à différents niveaux (politique, environnement, économie...) a par moments une tendance à verser dans le commentaire facile et non supporté par des faits, du type "on sait bien que cela nous conduit vers un monde surpeuplé incapable de se soutenir lui-même." Ces passages sont néanmoins largement compensés par la compilation d'idées et d'actions adressant la foule de problèmes qui est dressée.
Même si toutes ne résonnent pas avec la même intensité, tout au long de ma lecture j'ai été amené à réfléchir à mon propre engagement pour le développement durable de notre planète. C'est une bonne façon de relire mes engagements et actions actuels, et de réfléchir à ce que je peux faire dans le futur. Il y a très certainement pour tout le monde des pistes pour devenir un citoyen plus attentif à son environnement, et de donner envie de s'impliquer dans sa communauté et dans le monde.


Le judaïsme pour débutants : 2 volumes
Le judaïsme pour débutants : 2 volumes
par Charles Szlakmann
Edition : Poche

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Très accessible introduction, 22 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le judaïsme pour débutants : 2 volumes (Poche)
Je ne connaissais pas grand chose du judaïsme avant de parcourir les deux tomes de cette introduction à la première religion monothéiste, outre ce qu'un catholique ayant fait du catéchisme en sait, et ce que quelques amis et connaissances juifs avaient pu m'en dire au long des années.

Ces deux livres abordent très bien tant l'aspect spirituel de la religion juive que les usages qui lui sont propres, ainsi que la culture des adeptes de cette religion. C'est d'ailleurs à la limite entre une bande dessinée et un essai : chaque page est couverte sur au moins 50% de sa surface par un ou plusieurs dessins. Ce qui donne un ton léger et humoristique, empreint d'une petite dose de second degré, qui rend vraiment la "lecture" agréable et accessible.

Au-delà du pur apport en terme de connaissance du judaïsme que cela apporte, il est en un sens confortant de constater que l'un des grands principes de cette religion est l'étude et l'application, pour s'améliorer sans cesse au profit de toute la communauté et de l'humanité. Confortant parce que cela rejoint aussi ce qui me semble être le message fondamental de la religion chrétienne, qui fixe comme but à chaque chrétien d'accéder à la sainteté par l'amélioration personnelle continue dans le service des autres, principe qui me semble aussi se trouver dans l'hindouisme et le bouddhisme, d'après mes lectures et mon interprétation.
Et ce livre m'a donc bien aidé à enrichir ma propre foi et mon appréhension de ma propre religion, tout en m'invitant à aller toujours plus avant dans l'ouverture aux autres.


Revelation Space
Revelation Space
par Alastair Reynolds
Edition : Poche
Prix : EUR 7,15

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Haletant et intelligent, 8 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revelation Space (Poche)
Faire cohabiter intrigue prenante et vulgarisation scientifique, c'est ce que fait habilement ce Revelation Space.

D'un côté, on a une histoire se déroulant au XXVIe siècle dans notre galaxie, où le niveau technologique est basé sur une évolution de celui qui nous est contemporain, en gardant les limites propres aux théories actuelles : les vaisseaux spatiaux ne se déplacent pas plus vite que la lumière (mais à une vitesse très proche), les modifications génétiques et bioniques sont légions, virus logiciels et biologiques se confondent (précisément à cause des implants technologiques greffés aux humains), etc. Et on découvre plein de choses sur l'astronomie et la physique, dont les étoiles à neutrons, différents effets de la gravité, les naines rouges...

Tout ça sans que l'on ait l'impression d'un exposé scientifique, loin de là ! L'intrigue qui sous-tend le roman est complexe et en aucun cas avec un dénouement attendu, mais il n'empêche que l'on ne peut s'empêcher de tourner page après page, tellement l'action suit un rythme effreiné et ses phases sont bien imbriquées.

Je ne mets néanmoins pas 5 étoiles à cause de certains personnages secondaires un peu trop fades et manquant de relief, même si les 3 principaux - ceux dont on suit le point de vue interne - sont excellents. C'est sans aucun doute à lire pour les amateurs de SF !


Les Confessions
Les Confessions
par Saint Augustin
Edition : Poche
Prix : EUR 5,40

3 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Trop tendu entre raison et foi, 7 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Confessions (Poche)
Saint Augustin destinait ces confessions à ses contemporains, pour leur donner son point de vue interne sur sa vie, et surtout sur sa façon de penser. Il espèrait par là permettre à d'autres de confronter leur propre intériorité à la sienne, et ainsi aider à la prise de recul de chacun.

A mon sens le caractère de "Confession" - qui vient du fait qu'Augustin s'adresse régulièrement à Dieu, au travers de prières ou de louanges - est surtout un prétexte pour cacher la vanité et l'égocentrisme qu'il y a derrière toute autobiographie. On peut difficilement remettre en cause la foi profonde d'Augustin - que ce soit au travers de ce qu'il décrit de sa vie dans cet ouvrage ou au travers de ce que l'Histoire nous a laissé de ses actes, mais il dit lui-même que malgré sa progression dans la foi et la vertu il se sent toujours tiré par ses instincts et ses désirs.

C'est cette tension entre raison et foi qui est présente tout au long de l'ouvrage. Elle illustre toute la difficulté à concilier philosophie et religion : par définition, la religion traite de ce qui sort du domaine de la connaissance, et est purement du domaine de la subjectivité. Ici Saint Augustin essaye de faire preuve d'objectivité vis-à-vis de sa propre subjectivité, avec un résultat qui ne m'est pas apparu très convaincant : il indique en somme que le fait même que la science et la connaissance ont des limites sont une preuve de l'existence et de la toute puissance de Dieu, au-delà de ces limites. Il propose aussi une description de la nature de Dieu, en partant de ce qu'il imaginait lorsqu'il était adepte des manichéens, mais il n'arrive au final qu'à la vague description de la nature de Dieu qui est celle officielle de l'église catholique aujourd'hui. Comment pourrait-il en être autrement ? Si il avait pu définir complètement rationnellement la nature de Dieu, il l'aurait retiré du domaine de la foi, et l'aurait placé dans le domaine de la connaissance. Et donc il n'y aurait plus de question de foi : on ne croit plus, on sait. Et alors que l'homme est libre de croire ou non, renier le savoir n'est pas possible.

C'est donc uniquement dans son objectif purement rationnel - permettre à d'autres de se mettre à sa place en leur livrant ses pensées et son point de vue - qu'Augustin est convaincant. Et sa vie toute entière est un témoignage de la tension à laquelle est soumis tout homme entre ses instincts et sa raison, et du fait que cette tension est dynamique : quelle que soit la progression de la raison, et éventuellement en parallèle de la foi, de nouveaux désirs tirant dans le sens inverse apparaissent.
Et le lien indéniable qu'Augustin met à jour entre raison et foi, c'est que la foi oriente la raison, elle est une sorte de gouvernail pour ce qui ne serait finalement qu'une barque à la dérive, sans objectif. En un sens, la foi donne une raison d'être à la raison, parce qu'elle invite à progresser. La direction vers laquelle elle invite à progresser dépend elle de ce en quoi on a foi. Quant à penser comme Augustin le croit qu'à la fin de ce parcours se trouve la Vérité unique, et bien, c'est une question de croyance !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 29, 2011 2:57 PM MEST


Rational Optimist: How Prosperity Evolves
Rational Optimist: How Prosperity Evolves
par Matt Ridley
Edition : Broché
Prix : EUR 13,19

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour inciter à remplir ce verre à moitié plein, 4 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rational Optimist: How Prosperity Evolves (Broché)
On confond souvent l'optimisme avec la naïveté dans le monde d'aujourd'hui, où il est de meilleur ton de faire preuve de "réalisme" que d'enthousiasme vis-à-vis de la direction que prend le monde en général. Comment affirmer que le monde va vers le mieux, dit-on, quand on voit ce qui se passe autour de la crise des dettes souveraines, des famines dans la corne de l'Afrique, etc., etc. ? Et puis "on ne peut pas remettre en cause le fait" que nous vivons moins bien que nos parents. Et ainsi de suite.

En tous cas c'est le genre de commentaires auxquels je me suis trouvé confronté en parlant autour de moi de The Rational Optimist - et mine de rien c'est aussi le genre de commentaires dont j'ai l'habitude depuis bien longtemps, étant très fondamentalement un optimiste. Ma façon de rétorquer habituelle était d'inviter à ne pas s'arrêter à des évènements négatifs mis en exergue, mais plutôt de regarder la "grande image" : regarder le progrès de l'humanité dans son ensemble et dans la durée plutôt que s'arrêter aux unes des journaux quotidiens.

The Rational Optimist, c'est exactement cette démarche, sur une très grande échelle. Matt Ridley présente brillamment le progrès de l'humanité dans son ensemble depuis ses origines jusqu'à aujourd'hui, et il dresse en même temps un inventaire rationnel - basé sur des faits - sans équivoque des raisons derrière l'extraordinaire progression de l'humanité au cours de son histoire. Son argument central, que la spécialisation - le fait que plus les hommes échangent entre eux plus ils sont en mesure de se spécialiser sur des métiers très pointus, et donc plus ils créent de la valeur dans ces métiers - est au coeur du progrès, est d'une très grande force et amène à porter un autre regard sur l'organisation de notre société. Même pour quelqu'un qui est déjà un optimiste convaincu !

Au-delà de la pure satisfaction intellectuelle que cela entraîne, le fait d'être fondamentalement optimiste (et non pas naïf et bête comme Pangloss) amène à agir, et à vouloir contribuer à ce grand progrès de l'humanité. Avec la conviction que tout problème existant peut être résolu, finalement nous nous trouvons tous devant un monde rempli d'innombrables opportunités !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 13, 2014 1:13 PM MEST


Die Ordensburg. Elfenritter 01.
Die Ordensburg. Elfenritter 01.
par Bernhard Hennen
Edition : Broché
Prix : EUR 9,81

4.0 étoiles sur 5 Du très bon, à essayer !, 4 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Die Ordensburg. Elfenritter 01. (Broché)
Petite remarque préalable : ce roman est le premier d'une trilogie qui se déroule dans un univers dévoilé par une autre série, commençant avec Die Elfen.. Je n'ai pas lu ces romans-là, et ça ne m'a pas semblé être un problème pour m'immerger dans l'univers.

Deux enfants issus de nations en guerre entre elles se retrouvent dans la même "école de chevaliers", et apprennent à utiliser leurs aspirations individuelles au service de leur groupe, plutôt qu'à celui de leur égoïsme. Ca, c'est globalement la belle leçon qu'on en tire.

Côté narration, on a ici un monde qui semble initialement manichéen et qui l'est au final de moins en moins au fur et à mesure que l'intrigue avance : malgré la présence d'elfes, de trolls et de kobolds, ce monde est très humain, plein de nuances.
La progression des deux héros n'est pas linéaire, et prend souvent le contrepied de ce à quoi on s'attend, ce qui est pour le mieux. Et alors que je me trouvais au départ devant encore un autre pavé de fantasy, il m'a été difficile d'en lâcher les pages : vivement la suite, pour savoir ce que deviennent Gischild et Luc.


Les chèvres du Pentagone
Les chèvres du Pentagone
DVD ~ George Clooney
Prix : EUR 9,01

8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 On s'ennuie plus qu'on ne rit, 4 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les chèvres du Pentagone (DVD)
Je fais partie de ceux qui se sont laissés tromper par la bande annonce : c'est bel et bien complètement décalé et avec une super brochette de très bons acteurs, mais malheureusement c'est vraiment très mou. Il y a plein de bonnes idées, de clins d'oeil sympas, de situations loufoques, mais tout cela est mal orchestré, mal rythmé, en somme mal réalisé.

Les acteurs sont tous très bons, en tête George Clooney et Jeff Bridges, mais ça ne suffit pas à relever ce plat décidément très fade. A part quelques sourires, on s'ennuie le plus clair du temps. Vous pouvez passer votre chemin !


Le Pacha
Le Pacha
DVD ~ Jean Gabin
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 12,98

1 internaute sur 9 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 On sent que la réalisation date, 14 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Pacha (DVD)
La première chose qui me revient à l'esprit en repensant au film, c'est l'enchaînement de percussions, tiré de la chanson de Gainsbourg qui sert de thème musical au film, qu'on nous ressert jusqu'à plus soif à de nombreux moments. Gainsbourg apparaît même dans une courte scène qui se déroule dans son studio d'enregistrement - le fait qu'elle se déroule à cet endroit n'a d'ailleurs pas beaucoup d'intérêt.

La deuxième chose, ce sont les répliques cinglantes de Gabin, concoctées aux petits oignons pour le Monsieur par Michel Audiard, et ça ce n'est que du très bon.

Le scénario n'est pas trop mal, mais il est malheureusement sans surprises. Comme on nous explique presque tout à l'avance, on a l'impression d'un déroulement très linéaire du film, et il faut donc trouver son plaisir autre part que dans l'intrigue. Et au-delà des dialogues et de Gabin, le film manque d'éléments forts pour le porter. Et comme la réalisation date des années 60, la caméra est statique et l'on ne se sent pas plongé dans une action trépidante, qui aurait pu compenser la linéarité du scénario. Dommage !


Taras Boulba
Taras Boulba
par Nicolas Gogol
Edition : Poche
Prix : EUR 6,20

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Grande épopée, certes, mais avec son revers de médaille, 14 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Taras Boulba (Poche)
La préface du traducteur de cette édition aide à se remettre dans le contexte dans lequel Gogol a écrit ce Taras Boulba : l'objectif était pour lui de mettre à l'honneur la fierté et la valeur du peuple russe (l'Ukraine en cette première moitié du XIXe siècle où Gogol écrit était depuis bien longtemps une province russe), et de contribuer à la recherche de "mythes fondateurs" de l'esprit national (de la même façon qu'on utilise Vercingétorix, Clovis et les autres comme bases historiques de la nation française). Il s'est néanmoins avéré que le document duquel Gogol a tiré le gros de ses détails était un faux, assez peu fidèle à la réalité de la vie des cosaques du XVIe siècle.

Dans ce cadre, on ne s'étonne pas que le roman soit un éloge sans réserve pour les valeurs viriles et chrétiennes orthodoxes que Gogol voit comme le liant de la société russe. Taras Boulba ne manque pas de s'émerveiller à tout va devant la force, l'impétuosité, le courage, la violence de ses fils, et tous les personnages cosaques présentent ce trait commun de s'emporter contre tout et n'importe quoi à une vitesse terrifiante. Et on nous présente alors des scènes de massacres, de pillages, de sièges et de batailles sanglantes comme de grands moments héroïques.

C'est bien trop amoral pour que j'y prenne plaisir. Même en ayant le contexte historique en tête, ou peut-être à cause de celui-ci, je ne pouvais m'empêcher à chaque moment de considérer ce à quoi ressemblait la situation prise de l'autre côté du miroir, du côté des victimes des cosaques. Et clairement on a là à faire à ce qui dans tout autre roman héroïque serait qualifié de brigands ou pillards.

Alors le roman a certes tout d'un récit épique, sauf un élément qui me semble crucial : une raison de vivre et d'agir pour son héros qui relève d'un idéal supérieur. Ici, le seul idéal de Taras Boulba et des cosaques c'est la satisfaction d'instincts qui sont plus animaux que humains. Et ça fait donc perdre leur portée aux grandes chevauchées, à la bravoure occasionnelle, et aux batailles sanglantes.


Mariage à la Grecque [Édition Prestige]
Mariage à la Grecque [Édition Prestige]
DVD ~ Nia Vardalos
Prix : EUR 13,00

4.0 étoiles sur 5 Du grand, du gros et du bon, 14 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mariage à la Grecque [Édition Prestige] (DVD)
Même en l'ayant déjà vu trois ou quatre fois, je prends toujours plaisir à revoir ce Mariage à la Grecque. Peut-être parce que, prenant le contrepied des comédies romantiques classiques, c'est plus des familles respectives des tourtereaux dont il est question que des tourtereaux eux-mêmes. Et que d'un côté comme l'autre les familles sont croustillantes de détails pittoresques, dans deux registres différents mais tout aussi drôles.

Le tout avec des acteurs vraiment bien pour leurs rôles, et avec juste ce qu'il faut d'exagération dans le nationalisme des émigrants pour que le ridicule soit très drôle (la maison avec fronton copié sur le Parthénon, la porte du garage peinte comme un gigantesque drapeau grec, le père de famille qui peut donner l'origine grecque de n'importe quel mot anglais...), tout cela sans non plus se moquer gratuitement.

Et puis au-delà du jeu sur les clichés et les situations décalées, on passe aussi un bon moment parce que le fond du film est très sain et sonne juste, à savoir comment trouver le bon équilibre entre vie de couple et vie avec la famille étendue ? La réponse donnée est très sage.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-15