undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de GossipG > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par GossipG
Classement des meilleurs critiques: 54.078
Votes utiles : 153

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
GossipG (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Le premier qui pleure a perdu
Le premier qui pleure a perdu
par Sherman Alexie
Edition : Broché
Prix : EUR 14,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le premier qui pleure a perdu, 27 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le premier qui pleure a perdu (Broché)
Ce qu'il est important de savoir sur ce livre, en premier lieu, c'est que depuis quatre ans il s'agit de l'un des livres les plus censurés des Etats-Unis. Il y a deux semaines seulement, les parents d'élèves de l'Etat d'Idaho ont réussi à le faire éliminer de la liste des livres à lire en classe de 2nde. Alors pourquoi un tel acharnement ?

"Le premier qui pleure a perdu" (ou "Journal d'un indien à temps partiel" si l'on traduit le titre original) est l'histoire d'un adolescent d'origine Amérindienne qui décide d'aller étudier dans une école où la grande majorité des élèves sont blancs. Junior, le protagoniste, rencontre bien des difficultés à s'adapter dans sa nouvelle école et doit également faire face aux réactions des jeunes de la réserve d'où il est originaire. Son meilleur ami lui-même le considère comme un traitre.

Dire qu'il y a peu de livres exprimant les pensées et les expériences des jeunes Amérindiens d'aujourd'hui serait un bel euphémisme. Bien que divertissant, ce livre, au langage parfois très cru, livre surtout sans détour une analyse de la place de la race dans la société américaine moderne. C'est certainement cela, plutôt que le langage certes un tantinet grossier, qui dérange tant dans une Amérique qui préfère s'imaginer vivre dans une société post-raciale.

"Le premier qui pleure a perdu" est un livre violent, brut et vrai, que je conseille à tous les ados, les filles, les garçons et les autres, qui en apprécieront certainement la franchise. Junior ne s'embarrasse pas de politiquement correct, et nous expose son quotidien sans fioritures. Bien sûr, le sujet de la race et de la lutte des classes est prédominant, mais ce livre relate avant tout les tribulations d'un adolescent qui cherche à trouver sa place et à manoeuvrer le délicat passage à l'âge adulte.


Avant toi
Avant toi
par Jojo Moyes
Edition : Broché
Prix : EUR 8,20

28 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Avant toi, 7 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Avant toi (Broché)
Nous suivons donc Louisa, 26 ans, paumée, récemment au chômage, complexée par l'intellect d'une petite soeur qui au cours du livre ne m'a jamais paru très brillante mais passons. Louisa répond à une annonce pour tenir compagnie pendant six mois à Will, un tétraplégique qui depuis deux ans est coincé dans un fauteuil roulant, souffre le martyr et en a assez de la vie en général.

Il y a plusieurs choses que j'ai aimées dans ce livre. J'ai aimé voir Louisa parvenir à dompter peu à peu le caractère revêche de Will, et j'ai aimé voir leur relation progresser. Par-dessus tout, j'ai aimé la façon dont l'auteur a abordé le sujet du handicap. En effet, que de restrictions lorsque l'on est en fauteuil. Ayant moi-même un père handicapé, j'ai retrouvé dans ce livre beaucoup des obstacles qui font de la vie en fauteuil un véritable parcours du combattant. La curiosité malsaine des étrangers, leur révulsion, l'impossibilité de faire quoi que ce soit avec spontanéité parce que oui, il faut sans cesse se faire confirmer et re-confirmer que l'endroit est accessible aux handicapés, l'absence absolue de contrôle sur sa propre vie quand tout le monde autour de soi se sent obligé de décider pour vous, tout cela m'a frappé, et je dirais que Jojo Moyes a fait un assez bon travail sur le sujet.

Malheureusement, l'auteur gâche tout avec Louisa, qui existe essentiellement pour nous permettre de rencontre Will. Disons-le tout de suite, Louisa, bien qu'étant la narratrice, n'est pas le personnage principal. Elle ne fait pour ainsi dire rien.
On se rend assez vite compte que Louisa vit une vie limitée. Elle n'est pratiquement jamais sortie de son bled au fin fond de l'Angleterre mais oh, n'allez pas la plaindre, car elle se satisfait assez facilement de la situation et n'a absolument aucune ambition. Voilà le personnage qui nous ai présenté au début du livre, et à votre avis comment Louisa va-t-elle se sortir de sa torpeur et tourner une nouvelle page de sa vie ? Eh bien, elle ne va pas le faire. Non, Will va le faire pour elle. On penserait que l'histoire tragique de ce dernier suffirait à lui faire réaliser que la vie est courte et qu'elle n'en fait pas grand-chose. Mais non. Il faut que ce soit Will qui la pousse à chaque étape. C'est Will qui décide qu'elle doit reprendre des études de stylisme - parce qu'apparemment s'habiller avec fantaisie vous rend magiquement doué pour la mode ?

Et c'est là que le bât blesse pour moi. Louisa ne décide pas de sortir de sa petite zone de confort pour elle-même, parce qu'elle s'est rendu compte qu'elle valait plus que la petite vie étriquée qui l'attend, parce qu'elle s'est rendu compte qu'il était temps qu'elle se prenne en charge. Oh non. Elle le fait parce que Will lui dit de le faire. Voilà. C'est la seule raison. Parce que l'opinion qu'il a d'elle suffit miraculeusement à la guérir de ce qui l'empêchait jusque-là de vivre sa vie à 100%.

Alors attention, "Avant toi" est un bon livre, et je l'ai vraiment aimé, peut-être même plus que tout ce que j'ai pu lire depuis le début de l'année. J'aurais simplement voulu que Louisa soit capable d'avoir une influence sur son propre destin. Mais au fond elle n'a jamais été l'héroïne de cette histoire. C'a toujours été Will.

EDIT : A noter qu'un film basé sur ce livre est en cours de développement.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 16, 2014 1:58 AM MEST


Les nouvelles petites filles modèles - Tome 1 - L'accident
Les nouvelles petites filles modèles - Tome 1 - L'accident
par Rosalind Elland-Goldsmith
Edition : Broché

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'été des petites filles modèles, 12 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les nouvelles petites filles modèles - Tome 1 - L'accident (Broché)
Il n'est pas nécessaire de relire les "Petites filles modèles" de la Comtesse de Ségur pour apprécier ce premier tome car les livres de Rosalind Elland-Goldsmith sont évidemment très différents. Pas de château ici, mais un moulin dans le Var, où nos petites filles modèles passent leurs vacances d'été.

Evidemment, de nos jours, les petites filles ne sont plus si modèles et préfèrent envoyer des sms à leurs copines plutôt que faire leurs devoirs de vacances - on les comprend. Camille et Madeleine sont devenues des pré-ados qui ont désormais chacune leur personnalité. C'est que la Comtesse de Ségur ne s'était pas beaucoup intéressée à ces parangons de vertu, si ce n'est pour nous les montrer en exemple. Je n'ai pas trouvé Camille "pétasse" - simplement pleine de vie. A l'opposée, Madeleine nous apparaît timide, gauche et peu sûre d'elle. J'ai trouvé intéressant que l'auteur s'attache à ce qui n'était qu'un détail du livre originel (le fait que Camille laissait Marguerite faire ce qui lui chante) et le transforme en source possible de conflit entre les deux soeurs.

Je n'ai pas encore parlé de Sophie, mais évidemment son personnage est probablement le plus intriguant. Sa belle-mère est devenue sa tante, mais elle n'en est pas moins féroce. Quant à la pauvre Sophie, c'est une ado colérique et secrète qui se charge d'ajouter un peu de drame au livre.

J'ai beaucoup aimé ce livre, même avec ses défauts. Une grande partie de l'action était terriblement prévisible, et j'avoue que j'aurais apprécié que l'auteur dévie du chemin emprunté par la Comtesse de Ségur en montrant plus de nuances dans sa description de la tante Fédora. Je m'interroge toujours sur les motivations d'un personnage tel que celui-là, et je ne pense pas qu'on puisse se satisfaire du bon vieux "les méchants sont très méchants, et les gentils très gentils."
Il se dégage néanmoins de ce premier tome une certaine candeur, il y flotte dans l'air un délicieux parfum estival et tous les passages descriptifs m'ont personnellement enchantée. Curieusement, ce livre m'a moins rappelé la Comtesse de Ségur que Les Penderwick : L'été de quatre soeurs, de deux lapins et d'un garçon très intéressant de Jeanne Birdsall, mais je pense qu'il devrait plaire quand même aux nostalgiques de Sophie et de ses amies.

L'auteur a apparemment prévu d'étaler sa série sur sept tomes. Les quatre premiers tomes sont déjà disponibles.


Le club des tricoteuses - Nouvelles chroniques
Le club des tricoteuses - Nouvelles chroniques
par Kate Jacobs
Edition : Relié
Prix : EUR 18,25

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 D'une vie à l'autre ?, 9 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le club des tricoteuses - Nouvelles chroniques (Relié)
Juste pour que ce soit clair pour tout le monde : ceci est le troisième tome de la série du Club des Tricoteuses. Pourtant, vous n'en trouverez que deux en français. En effet, les gens de City Editions ont apparemment décidé de sauter complètement le tome 1, pour une raison qui m'échappe. Le tome 1 raconte l'histoire de la création du club, c'est quand même un moment important dans un club non ? J'espère que City daignera nous faire l'honneur d'une publication du tome 1 en préquel, parce que cela devient ridicule.

Le livre en lui-même est très sympathique. Le résumé parle de vacances d'hiver, car en réalité ce livre est un livre de Noël. Ce qui est bizarre c'est que ce n'est précisé nulle part, ni dans le titre ni sur la couverture. Un choix de l'éditeur, apparemment. Je sais que je pinaille un peu, mais je préfère le préciser car la couverture et le titre VO (Knit the Season) sont très éloquents sur le sujet et que peut-être d'autres gens comme moi font des listes de livres à lire au moment de Noël pour se réchauffer l'âme.

Quant à l'histoire en elle-même, elle est fidèle à l'esprit du club : ces livres ne sont peut-être pas des chef-d'oeuvres, mais l'écriture de l'auteur reste fluide, et les personnages ont quelque chose de réconfortant, comme retrouver de vieilles amies. A partir de ce moment-là on ne peut que passer un moment agréable (et avoir des envies de tricot).


La petite garce dans la prairie
La petite garce dans la prairie
par Alison Arngrim
Edition : Broché

28 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La petite garce dans la prairie, 17 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La petite garce dans la prairie (Broché)
Au début je m'étais dit qu'il n'était peut-être pas utile de commenter sur Amazon mes impressions sur ce livre, mais après l'avoir fini en une matinée, y avoir pensé toute la journée et ne pas arriver à dormir à cause de lui, j'ai changé d'avis.

D'aussi loin que je me souvienne, Nellie Oleson a été le premier personnage que j'ai littéralement adoré. Je ne sais pas si je la trouvais exactement "française" comme l'insinue Alison Arngrim, mais son côté garce m'attirait plus qu'autre chose. Il y a eu beaucoup de garces télévisuelles depuis, mais aucune n'a pris la place de Nellie dans mon coeur de fan. Toutes ces informations inutiles pour en venir au fait que, plutôt que d'être automatiquement emballée par ce livre, j'ai attendu des semaines pour l'ouvrir et je l'ai fait avec beaucoup de scepticisme car il y a peu d'autobiographies qui ne m'ont pas laissé une mauvaise impression. Je sais bien qu'il n'est pas évident de juger les mémoires de quelqu'un, et qu'on ne demande pas à une célébrité de savoir écrire correctement, mais c'est comme ça.

Autant le dire tout de suite, le livre d'Alison Arngrim m'a enchantée. J'ai su que je le lirais d'une traite dès l'introduction. Non seulement Ms. Arngrim est capable d'écrire, mais en plus elle écrit bien, sa plume est très agréable, elle n'essaye pas d'impressionner avec un style impossible, mais en même temps ce n'est pas le style de tout le monde. Alison Arngrim est ce que j'appellerais une conteuse. Elle nous entraîne dans son univers et fait qu'on n'a plus qu'une envie : continuer à lire.

Ms. Arngrim nous conte son enfance à Hollywood, ses parents pour le moins excentriques, ses mésaventures avec un frère visiblement perturbé (ces confidences sont faites avec beaucoup de pudeur, ce qui la rend plus attachante encore), et puis fatalement son arrivée dans la prairie. Trois actrices de la série ont sorti des livres, mais seul celui-ci a été traduit en français. Cela s'explique sans doute entre autres par le succès que rencontre Ms. Arngrim avec son spectacle, mais à mon humble avis c'est surtout parce que ce livre répond à une attente des fans, qui est de connaître l'envers du décor de la série. Eh bien, les fans ne seront pas déçus, une grande partie du livre est consacré à "La petite maison dans la prairie" parce que je crois que la série est également une grande partie de la vie de l'actrice. Là où d'autres préfèrent renier ce qui les a rendus célèbres, Alison, elle, l'embrasse et en est reconnaissante, ce qui la rend d'autant plus touchante. A croire qu'Alison Arngrim a lu dans le coeur de ses fans, car son livre répond parfaitement aux attentes de ceux-ci, et le portrait très tendre qu'elle brosse de ceux qui ont été ses collègues et famille pendant sept ans ne pourra que donner envie de se replonger dans les vieux épisodes de "La petite maison" - de toute façon perpétuellement en cours de rediffusion sur M6.

Jusqu'à aujourd'hui, Alison Arngrim n'était qu'un personnage flou à mes yeux, un visage donné à Nellie Oleson, mais en lisant ce livre Nellie a laissé place à Alison et j'ai découvert une personne charmante et drôle, prête à se moquer d'elle-même, excessivement généreuse (je n'avais aucune idée de son travail auprès des malades du SIDA ni de son action envers les enfants victimes d'inceste - cette loi californienne était tout bonnement abominable d'ailleurs) et, oui, garce, puisqu'elle a fait sien ce mot qu'on lui a tant de fois lancé à la figure.


Etoiles
Etoiles
par Simonetta Greggio
Edition : Poche
Prix : EUR 4,60

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Etoiles, 14 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etoiles (Poche)
"Etoiles" est un livre très court qui nous conte une histoire charmant, bien que pas très crédible, plus un conte qu'un véritable roman finalement. Mais l'écriture de l'auteur est un délice, en particulier quand elle prend sa plume pour nous parler de cuisine et de la Provence... On s'y croirait.

Juste une petite remarque : où donc se cache le carnet de recettes conçues par Manuel Laguens promis par le synopsis ? Non que ce soit totalement indispensable, mais je ne comprends pas ce qui s'est passé. Ce carnet de recettes n'existe-t-il que dans l'édition Broché ? Si tel est le cas, c'est assez décevant, j'aurais bien tenté quelques-unes des recettes mentionnées dans le livre.


Zoé et Chloé, I : Cherche garçon sachant danser
Zoé et Chloé, I : Cherche garçon sachant danser
par Sue Limb
Edition : Broché
Prix : EUR 7,30

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ah ! l'adolescence, 1 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Zoé et Chloé, I : Cherche garçon sachant danser (Broché)
Je n'aurais probablement pas lu ce livre si je n'avais pas dévoré, il y a quelques années de cela déjà, la série des 15 ans et des poussières du même auteur (série actuellement rééditée par Scripto, au passage). En effet, la couverture et le résumé ne m'attiraient pas des masses, on sentait le roman de midinettes (non que ce soit mal - mais pas toujours une bonne chose non plus) mais comme Sue Limb m'avait laissé un bon souvenir et que je voulais un bouquin court, je me suis laissée tenter. Et je n'ai pas été déçue.

Pourtant, je dois l'admettre, c'était loin d'être gagné. A vrai dire, à la lecture des premières pages, je me suis dit que je n'allais jamais réussir à rentrer dedans. Zoé et Chloé sont deux amies qui ont un énooorme problème : pas de cavalier pour le bal de l'école. L'horreur totale ! Et donc, très logiquement, elles décident de passer une petite annonce pour en trouver. Tout plutôt que d'aller seules au bal. Seulement, pour ne pas avoir l'air désespérées, elles choisissent de faire de leur annonce une offre pour un mystérieux job. Les candidats seront-ils à la hauteur de leurs espérances ?

Bon, dit comme ça, on sent le remâché, le vu et revu de drame adolescent par excellence qui va nous faire lever les yeux au ciel toutes les cinq minutes. Oui, mais voilà, l'auteur a une arme secrète : le second degré. Passé les premiers chapitres, on s'aperçoit vite que, sans tourner nos deux héroïnes en ridicule, Sue Limb se moque gentiment de ses personnages en en rajoutant exprès. Cela transparaît dans sa façon d'écrire et ça rend l'histoire beaucoup plus agréable.

Mais surtout, le livre est très drôle. L'humour de l'auteur est un véritable délice, et je me suis surprise plusieurs fois à rire tout haut tellement les situations étaient hilarantes. Notre narratrice ne manque d'ailleurs pas d'autodérision, ce qui la rend, elle et son mélodrame, bien plus sympathique.

En résumé, "Zoé et Chloé" est un livre plein de drôlerie que je ne regrette pas d'avoir ouvert. N'hésitez donc pas à passer outre le côté "junior" que la maison d'édition a choisi de mettre en avant. Grâce à la plume de Sue Limb, même les plus âgés pourront se délecter des aventures de ce drôle de duo.


Mini-Accro du shopping
Mini-Accro du shopping
par Sophie KINSELLA
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

30 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le retour de Becky, 8 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mini-Accro du shopping (Broché)
Il y avait longtemps qu'on attendait la suite des aventures de notre accro du shopping préférée, et bien voilà elle est enfin là, plus accro que jamais ! Nous retrouvons Becky deux ans après la fin du dernier tome (L'accro du shopping attend un bébé), et si certaines choses ont changé dans sa vie, d'autres sont restées les mêmes : ainsi, Luke, son mari, est toujours un workaholic (au même titre que Becky est une shopaholic - ces deux-là se sont trouvés), incapable de lâcher son BlackBerry, toujours collé à son ordi, et obsédé par la crise financière qui touche la Grande-Bretagne au point, parfois, d'en oublier sa petite famille. Car le plus grand changement, évidemment, c'est l'addition d'une troisième personne dans l'équation : Minnie, la fille de Becky et Luke, deux ans au compteur, LA mini-accro du shopping par excellence (Suri Cruise, beware !), une terreur en Baby Dior qui connaît Gucci et Prada plutôt qu'1-2-3, dont le cri de guerre est "A moooi ! A Minnie !" dès qu'elle repère quelque chose digne de son intérêt et dont tout le monde s'accorde à dire qu'elle est insupportable. Tout le monde sauf, vous l'aurez deviné, sa maman, pour qui la petite est un ange de bon goût et qui ne comprend absolument pas comment on peut trouver un seul défaut à son cher trésor.

Vous l'aurez compris, la maternité n'a pas transformé Becky en femme sage et posée - pour notre plus grand bonheur ! Comme toujours dans cette série on alterne entre vouloir la baffer et la trouver géniale. L'humour délicieusement british de Sophie Kinsella est au rendez-vous, on rit, on prie pour que Becky cesse d'agir comme une gamine, et en même temps on en redemande ! On oscille donc entre amour et haine pour le personnage, on passe sa vie à lever les yeux au ciel en se disant "Voilà qu'elle recommence" - tout en ne souhaitant pas qu'il en soit autrement.

"Mini-accro du shopping" est donc un livre qui remplit ses promesses, un moment de détente qui prend des allures de retrouvailles tellement il est bon de retrouver Suze, Tarkie, Danny et les autres, vieillis mais pas plus sages et certainement toujours aussi drôles ! Le seul bémol serait le fait que Sophie Kinsella tente de nous faire comprendre qu'il est normal pour un enfant de deux ans d'être aussi capricieux que Minnie... Ce que je trouve très faux, mais en même temps je n'ai pas d'enfants !

Malgré cela n'hésitez pas à vous plonger dans ce 6ème tome des aventures de notre accro du shopping préférée... Tout en priant très fort pour que ce ne soit pas le dernier !


Princesse Sara Vol.3
Princesse Sara Vol.3
par ALWETT Audrey
Edition : Album
Prix : EUR 10,95

6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tome 3, 6 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Princesse Sara Vol.3 (Album)
Rien à redire sur le contenu de ce tome 3, l'histoire suit son cours et les dessins sont toujours aussi magnifiques (j'avoue que c'est plus ou moins la raison pour laquelle j'achète ces BD^^), en fait le seul souci je le dois à la maison d'édition. Apparemment, Soleil Productions a décidé qu'un format plus petit serait une meilleure idée pour cette série. Le seul souci quand on change le format des livres en cours de série c'est que (pour les lecteurs qui comme moi aiment leurs belles étagères de livres) ça jure atrocement par rapport aux tomes précédent. D'autres penseront que ce n'est qu'un détail mais c'est toujours un peu décevant, surtout que ça n'aurait pas changé grand-chose pour eux de continuer avec le format d'origine. Pour ceux que ça indiffère, le T3 est aussi bien que les précédents. Les autres sont prévenus et n'auront pas la mauvaise surprise que j'aie eu en rangeant mon tome sur l'étagère =)


Raiponce
Raiponce
DVD ~ Mandy Moore
Prix : EUR 11,69

20 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Raiponce, 29 avril 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Raiponce (DVD)
"Raiponce" est basé sur l'histoire bien connue de la princesse des frères Grimm aux si longs cheveux d'or qu'elle les déroule jusqu'en bas de sa tour. Evidemment, le conte a été arrangé à la sauce Disney comme toujours, mais l'histoire de la firme est plutôt jolie : une goutte de soleil serait tombée sur la Terre, créant une fleur aux pouvoirs magiques que s'est appropriée Mother Gothel (qui est une façon de dire "marraine" en allemand, pour la petite histoire), une femme âgée de centaines d'années qui se sert des pouvoirs de la fleur afin de rester jeune pour l'éternité. Ses plans sont compromis lorsque le Roi donne la fleur à boire à sa Reine afin de sauver leur enfant, une petite fille qui naît avec de longs cheveux blonds. Mother Gothel découvre bien vite que les cheveux de Raiponce ont gardé les propriétés de la fleur, et enlève la petite fille qui reste enfermée dans sa tour, cachée aux yeux de tous... Jusqu'à ce que dix-huit ans plus tard, un bandit en fuite ne l'y retrouve, musclée la rencontre d'ailleurs.

Ce film est un pur Disney dans le sens où l'histoire est belle et magique, pétrie de bons sentiments, et même la 3D que les plus âgés dénigrent ne suffit pas à gâcher le film, au contraire la scène où s'élèvent les lanternes dans le royaume est franchement belle à couper le souffle. Du côté des voix, l'actrice et chanteuse Mandy Moore double Raiponce et j'ignore qui a pensé au génial Zachary Levi (l'acteur de "Chuck")pour Flynn mais j'applaudis des deux mains parce qu'il fait un travail super. A voir en VO, vraiment, en plus les chansons sont bien plus belles en anglais.

"Raiponce" est quand même l'exemple même de l'évolution des mentalités. C'est vraiment visible dans la relation entre Raiponce et Flynn Rider, le "bandit charmant", qui est beaucoup plus tournée vers l'humour et l'autodérision que la romance à l'ancienne. Je serais incapable de dire avec quel film ç'a commencé, mais je sais que je l'avais déjà remarqué dans "La princesse et la grenouille". Les princes (je compte Flynn dans les princes) d'autrefois étaient beaux et braves, mais sans grande personnalité, alors que ceux des années 2000 sont plus égoïstes, ont parfois peur, mais ont aussi hérité d'une bonne dose d'humour (vraiment récent ça, et appréciable) qui les rend plus attachants. Autrefois, ils évoluaient comme des personnages lointains, irréels (je pense par exemple aux Princes Charmants de Blanche-Neige, de La Belle au Bois dormant et de Cendrillon), ou sombres et torturés (La Belle et la Bête) alors qu'aujourd'hui ce sont des héros à part entière, avec des défauts, du mauvais caractère et oui pas mal de qualités quand même. Quant aux princesses, fini les jeunes filles élégantes qui ne piquent jamais de colère (on n'a jamais vu Cendrillon balancer son plateau à la tête de sa belle-mère), Raiponce - et Tiana d'ailleurs - sont des jeunes filles charmantes mais aussi maladroites et drôles, et surtout elles ont cessé d'attendre que leur prince les sauve et sauvent pas mal les fesses de ces messieurs elles-mêmes. Bref, les Disney ne sont pas seulement des dessins animés légendaires, il témoigne de l'évolution des moeurs et de la vision qu'on a du couple. Raiponce et Flynn sont très modernes, très actuels, et c'est peut-être pour ça que certains ont du mal à s'y attacher quand ils ont été habitués à Blanche-Neige et Cendrillon. Pourtant, le film reste un Disney dans l'âme, c'est un film d'animation superbe, drôle et attachant qui mérite vraiment le coup d'oeil. Les temps changent, et je crois qu'au lieu de regarder Raiponce en le comparant aux chefs-d'oeuvres de notre enfance, on devrait l'apprécier pour ce qu'il est : du très bon divertissement.


Page : 1 | 2