Profil de XXZ31 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par XXZ31
Classement des meilleurs critiques: 40.618
Votes utiles : 341

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
XXZ31 (toulouse)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Introduction à l'économie
Introduction à l'économie
par Jacques Généreux
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

3.0 étoiles sur 5 Complexe, 15 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Introduction à l'économie (Poche)
Malheureusement, malgré ce que disent les autres commentaires, j'ai trouvé ce livre un peu compliqué, je n'ai pas pu le terminer. J'espérais un ouvrage plus simple, mais peut-être est-il impossible de trop simplifier cette science, je ne sais pas.


Dire non
Dire non
Prix : EUR 9,99

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 De longues phrases mais peu de contenu, 20 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dire non (Format Kindle)
Des éléments intéressants mais vite oubliés au regard d'une écriture peu évidente, compliquée. De belles phrases mais l'auteur pourrait peut-être écrire plus simplement, pour le bien de son propos.
Je ne partage pas la théorie idéaliste de l'auteur qui voient des gens gentils partout et semble nier des problèmes d'intégration de certaines populations qui, pour lui, sont simplement injustement victimisées. Selon lui, c'est de la faute du ministre de l'intérieur mais il ne s'interroge pas sur le bienfondé des choses : s'il y a de la fumée, il doit y avoir un feu, non ?
Il théorise beaucoup, use de philosophie, mais tout cela n'est pas pragmatique, les choses sur le terrain sont toutes autres et on dirait que M. Plenel n'a pas vraiment eu à vivre de situations pénibles, que tout pour lui est théorique.
Enfin, s'il n'aime pas l'ancien gouvernement (moi non plus) et n'apprécie guère la politique de l'actuel, il ne propose pas d'alternative, n'ouvre pas le champs des possibles vers une autre voie ; peut-être n'est-ce pas là son but mais c'est dommage. Hubert Védrine, dans son récent ouvrage, le fait.


Farming Simulator 2012 3D
Farming Simulator 2012 3D

13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Bof, 12 avril 2012
Amusant:3.0 étoiles sur 5 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Farming Simulator 2012 3D (Jeu vidéo)
Attendant ce jeu avec une certaine impatience, je suis assez déçu. Aucun tutoriel ne vous apprend les différentes tâches du jeu, vous vous retrouvez dans votre ferme sans savoir quoi faire.
La 3D n'apportant rien, je l'ai désactivée.
Les tâches sont très répétitives et finalement peu amusantes ; vous labourez un champs gris qui prend alors une autre teinte de gris. Une fois semé, il devient plus ou moins noir. Quand vous avez plusieurs champs vous ne savez plus trop lequel a été labouré, lequel a été semé, il faut reconnaitre les différents tons de gris.
Finalement, on laboure, on sème, on arrose (si on ne le fait pas ça ne change rien), on récolte puis on vend sa récolte.
Les machines agricoles sont peu nombreuses, il n'y a pas d'animaux, pas de gestion réelle de la ferme mais plutôt des tâches longues à effectuer ; labourer un champs en mode manuel, sans engager un assistant, est vite lassant.
L'amélioration des machines consiste seulement dans le fait que la machine en question aura un champ d'action plus large, vous passerez donc moins de temps à labourer ou semer mais ça ne change rien au principe.
J'ai du mal à comprendre l'aspect gris des champs, déjà non réaliste et qui diffère trop peu entre un champs labouré (et donc prêt à être semé) et un champs sur lequel on a déjà semé. On peut parfois semé deux fois de suite sur le même champs.
La carte est peu utile car on ne peut pas la voir en entier ni la faire bouger. Il faut donc soit apprendre par coeur l'emplacement des stations de céréales, soit consulter la notice.

Bref, après une dizaine d'heures passées sur le jeu, je me lasse de celui-ci.


Let England Shake
Let England Shake
Prix : EUR 6,99

6 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le retour de la sirène du Dorset, 19 février 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Let England Shake (CD)
Quatre ans après le magnifique mais déroutant White chalk (2007), la sirène elfique a l'accent britannique prononcé revient nous hanter avec un album encore plus déroutant.
Ecouter Let England shake, c'est un peu comme les gens qui disent bonsoir dès 14 heures ; ça surprend.
Le nouvel opus tourne chez moi autant sur la platine vinyle que dans le lecteur CD, au gré des humeurs, et les impressions premières des sens évoquent une ambiance de forêt tranquille, de village de RPG, de déesse improbable.
Du fait de l'enregistrement de l'album dans une église, on pense à Brendan Perry perché en Irlande dans son beffroi, et on goute petit à petit à la maturité nouvelle de la musicienne qui, depuis quelques temps, à délaissé les guitares saturées au profit du piano et de l'autoharpe, instrument fort curieux. A quand l'emploi du thermine ?
Inutile de commenter « track by track », c'est un exercice périlleux et peu pertinent.
Personne n'aurait l'idée de commenter un roman chapitre par chapitre, on parle de l'ensemble du livre. Les chansons sont, elles, les chapitres qui composent le disque ; chapitres plus ou moins long, plus ou moins prenant, ils constituent un tout.
Les quelques titres présentés sur le net avant la sortie de l'album, comme let England shake, The last living rose ou the Words that maketh murder, sont celles qui interpellent le plus rapidement, et qui restent en tête, notamment grâces aux chaeurs des compères de longue date ; Mick harvey, John Parrish.
D'autres titres semblent être dans la continuité, ou faire office de passeurs d'une chanson à une autre. D'autres encore, comme Written on the forehead, sonnent comme des Ovnis au vol pas toujours très stables. C'est une chanson que je ne cerne pas et dont la longueur m'échappe, pour un propos assez inexistant. Quel étrange son froid ! il fait penser à un électro-encéphalogramme de vache folle.
Bref, cet album sonne bien, oui, mais il demeure étrange, périlleux ; adjectifs autant positifs et négatifs selon qu'on voit le verre à moitié vide ou à moitié plein. A vous de choisir.
Un sentiment mitigé, qui demande surement à être affiné après de nombreuses écoutes, bien plus que celles qui ont suscitées ce commentaire, qui n'est qu'une ébauche visant à cerner une aeuvre déroutante -plus encore que d'habitude- de PJ Harvey.
On appréciera toutefois le renouvellement continuel, d'album en album, de la mystérieuse anglaise qui poursuit son petit bonhomme de chemin en nous clouant souvent sur place.


Pauline
Pauline
par Alexandre Dumas
Edition : Poche
Prix : EUR 4,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Petit roman de jeunesse, 13 février 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pauline (Poche)
Roman de jeunesse de Dumas, après ses succès avec ses pièces de théâtre, Pauline est une aeuvre courte qui annonce les grands romans futurs, comme Le Comte de Monte-Cristo.
Que dire de Pauline ? Nous ne sommes pas entièrement dans l'univers gothique car dès le début nous connaissons la fin. Les narrateurs se succèdent et narrent cette histoire déjà passée et terminée. L'élément de suspens n'est donc pas présent ici.
L'ensemble est bon mais peu original, assez convenu, et me déçoit à titre personnel par comparaison avec ses autres romans. Alors bien sur, pourquoi comparer ? Est-ce qu'on apprécie moins l'omelette d'aujourd'hui parce que le couscous d'hier était meilleur ? Non, bien entendu, mais, dans notre esprit, la comparaison se fait parfois tout de même, en dehors de tout sens logique.
Je ne peux m'empêcher de trouver ce petit roman en deçà des grands romans de Dumas que j'ai pu lire, comme La dame de Monsorau, avec le fou Chicot, le roi Henri III, le seigneur de Bussy, son acolyte Rémi et ce fourbe de duc d'Anjou.
C'est pourquoi je donne une note moyenne à Pauline, qui vaut tout de même le coup d'être lu, sans laisser un souvenir qui me portera jusqu'au tombeau.


Le Papillon des Etoiles
Le Papillon des Etoiles
par Bernard Werber
Edition : Poche
Prix : EUR 6,60

11 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Papillon qui se brûle les ailes, 11 août 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Papillon des Etoiles (Poche)
Pour moi, l'oeuvre de Werber a commencé à chuter après L'empire des anges.
Ce roman est moyennement bien écrit, il n'y a pas de véritable recherche, le postulat de base est niais et enfantin : les hommes sont méchants, ils polluent, il faut partir sur une autre planète. C'est pas que je ne sois pas d'accord, mais c'est dit d'une façon vraiment trop simpliste. Des raccourcis en veux-tu en voilà sur le fanatiste religieux, le terrorisme.
L'intrigue est moyenne, ça se laisse lire sans être captivant, je l'ai terminé pour le principe, content de pouvoir passer à une autre livre.


Sexuality
Sexuality
Prix : EUR 15,00

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 yes !, 15 mai 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sexuality (CD)
En fait, c'est un album pop. Au sens de l'abréviation populaire, ou pop comme le bruit que fait une bulle de salive quand elle éclate, ou encore pop comme dans pop-sicle, sucette en américain.
Il y a un peu de tout ça dans cet album, et le résultat c'est que ça s'écoute bien.
Sous ses nappes de synthé et ses fameuses notes sexuelles (pas très clair tout ça quand même) qui ne sonnent pas du tout Jean-Michel Jarre comme j'ai pu le lire (Dieu nous en garde !), les titres s'écoulent les uns après les autres tels des numéros de loto correspondants à votre heureuse grille gagnante. Comme quelqu'un l'a déjà mentionné, un titre au moins rappelle immanquablement Gainsbourg (Roche), avec ses paroles faussement niaises, atteignant leur but simple ; elles sont la cerise sur le gâteau, elles se posent parfaitement sur la musique kitsch, plage, sable, sea/sex and fun. De plus, elles sont drôles !
Un titre fou à remarquer est Divine, que Tellier interprètera lors du concours de l'Eurovision ce mois-ci, en y ajoutant quelques phrases en français pour faire plaisir à tous les coincés de ce concours ringard.
Et le titre Sexual sportswear, à écouter en boucle sans trop se poser de questions.
Et le reste......


New Grids
New Grids
Prix : EUR 13,00

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Coming too soon ?, 2 mars 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : New Grids (CD)
Coming soon est un groupe génial en live, je les adore. Mais je suis un peu déçu par l'album, pour plusieurs raisons.
Premièrement, le choix des chansons. On ne retrouve même pas le titre Small town qui ouvre leurs concerts. Je trouve la sélection des titres discutable mais je ne connais pas non plus tout leur répertoire. Mais sachant qu'ils peuvent jouer plus de 20 titres en concert, ils doivent bien en avoir d'autres que ceux-ci. Pourquoi pas une reprise de Nick Cave ?
Ensuite, la production de l'album est assez moyenne, rien ne ressort vraiment et la voix d'Howard Hughes est mal exploitée -et il a une si belle voix !-. Que s'est-il passé ?
La chanson Big boy, interprétée par le jeune batteur Leo aurait été dispensable ; je n'ai pas souvenance d'avoir un album studio avec un chant aussi faux. Même les intonations fausses du chant du chanteur d'Indochine sont gommées en studio. Quel est l'intérêt de ce titre que je zappe à chaque écoute du disque ? de plus, son attitude arrogante finie par taper sur les nerfs.
Quant à l'énergie des concerts ? je ne la retrouve pas non plus. Je conseille à tous mes amis qui ne sont pas emballés par les titres studio de voir ce groupe en concert, c'est le jour et la nuit. J'attendais mieux. Le groupe était-il pret pour cet album ?


Chopin : L'Intégrale
Chopin : L'Intégrale
Prix : EUR 76,49

36 internautes sur 37 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 oui !, 14 décembre 2007
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin : L'Intégrale (CD)
On a pu reprocher aux autres coffrets des intégrales de donner des versions interprétées par des musiciens parfois de secondes zones. Ici, il n'en est rien, les aeuvres sont jouées par de grands pianistes reconnus : kissin, rubinstein, horowitz, cortot, etc...
Le coffret se divise en deux parties : 17 disques d'enregistrements récents, de 1970 à nos jours, et une douzaines de cds de pianistes légendaires, qui datent un peu plus. Petit bémol par rapport à ça, la qualité sonore de ces archives n'est pas toujours excellentes. Passer d'un des 17 premiers disques, au son cristallin, à un enregistrement des années 1930 peut décevoir l'auditeur. Mais la faute ne revient pas à l'éditeur qui fournit ici un bien beau coffret, où chaque disque se trouve dans une pochette en carton.
Le coffret est accompagné d'un livret bien rempli, que je n'ai pas encore lu entièrement, qui comporte une biographie de Chopin et un tas d'informations sur le contenu du coffret et les pianistes présents sur les enregistrements.


White Chalk
White Chalk
Prix : EUR 13,26

26 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un grand disque, 27 septembre 2007
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : White Chalk (CD)
Cet album est merveilleux. Bin oui. Je ne ferai pas de commentaire piste par piste mais je préférerais parler de l'ensemble. Il n'y a aucune chanson énervée du genre « who the fuck ? », on y trouve que des balades. L'ensemble forme selon moi un tout, alors que la thématique de l'album précédent était de faire des chansons courtes et toutes uniques, que chaque chanson soit « un petit univers à part entière », dixit Polly.
Mais sur White chalk on glisse sur un tapis de beauté, on se love dans des couvertures de piano et on se laisse emporter par cette voix aérienne, toujours dans les aigus, sur le fil, prête à flancher. On connaît PJ Harvey forte et sauvageonne, elle est ici fragile, mise à nu. Cette manière de se révéler est émouvante et nous laisse voir une autre facette de l'artiste, et pas des moindres. Il faut du courage pour délaisser la guitare saturée et se mettre au piano, avec l'aide d'Eric Drew Feldman, car notre belle elfe (eh oui, si vous trouvez des photos où on voit ses oreilles vous verrez qu'elle a les oreilles pointues !) de la campagne anglaise maîtrise mal le clavier et délègue donc à l'ancien claviériste de Captain Beefheart les parties les plus délicates.
Les paroles, quant à elle, semblent aborder la nature, comme dans The mountain, ou elle nous parle tout simplement d'un aigle qui vole au dessus d'une montagne. Mais elle dit ça si bien !
To talk to you semble se référer à la disparition de sa grand-mère, que cela soit arrivé ou non.
Etc.
Il nous faudra à tous beaucoup de temps pour bien connaître cette cuvée 2007, mais à titre personnel, je peux dores et déjà dire que cet opus me redonne du courage pour les prochaines années à venir. Encore une fois, un grand merci à cette jeune femme qui sait se renouvellement d'album en album et qui fait montre d'un grand talent.
Polly, see you in Paris, 16/11/07.


Page : 1 | 2 | 3 | 4