undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Antihuman > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Antihuman
Classement des meilleurs critiques: 2.452.870
Votes utiles : 36

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Antihuman

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
DR SLEEPLESS T01
DR SLEEPLESS T01
par Warren Ellis
Edition : Broché

1.0 étoiles sur 5 "Où est mon p***** de jet-pack ?", 4 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : DR SLEEPLESS T01 (Broché)
Doktor Sleepless est le type même de série se voulant vicieuse et complexe, alors que la narration n'est rattachée à rien et que l'on se contente de choquer le bourgeois sous une fallacieuse image pleine de significations obscures, et aussi de sentences vulgaires...

On a surtout l'impression de lire une sorte d'énième d'aventure du docteur Octopus contre Spiderman et le non-sens de ce comic joue contre contre lui car ici tout vient de n'importe quoi.

Mais il ne suffit pas de vouloir être à part pour réaliser une bonne oeuvre, et si dans le tome 2 il y a un peu plus d'explications, ce volet est totalement incompréhensible.

Donc jetez cet album ou mangez-le mais faites attention, les auteurs vivent de toute évidence dans une chambre capitonnée.


Daho L'Homme qui chante
Daho L'Homme qui chante
par David Chauvel
Edition : Album
Prix : EUR 18,95

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Trop suceur, 6 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Daho L'Homme qui chante (Album)
Rédigé sur le mode "sympa-je-suis-ton-copain" cet ouvrage se veut résumer la carrière de ce dandy en toc qu'est Daho, idole des années 80 et aujourd'hui reclus has-been à la pop faiblarde et chouchou des Inrockuptibles, ce canard trendy pour vieux-jeunes...

D'abord les images pastel empêchent toute émotion forte et aussi, bien qu'on puisse célébrer le talent d'un type qui a eu son temps, c'est de toute façon typiquement franchouillard d'idolâtrer des gens de ce genre (comme Renaud, le quasi-clodo qui ne boit pas que de l'eau) et de favoriser le copinage; au lieu de s'intéresser à des têtes inconnues, plus jeunes, plus flamboyantes, et peut-être plus audacieuses.

D'autant plus dommage que Daho, avant de sombrer dans le nombrilisme bêta parisien, a parfois écrit de vraies bonnes chansons qui pourraient donner des leçons à ce rock anglo-saxon qui est souvent toujours le même (sans même parler du rap débile aux paroles rebelles de retardés mentaux qui tourne sur la FM.) Mais était-ce la peine de préciser qu'il ch** vert ?

Non, de toute évidence, et par ailleurs ce roman graphique aurait été beaucoup plus valable en montrant la face cachée du music-business - chose qu'on ne voit nulle part dans cette bio.


Sylvia
Sylvia
par Leonard Michaels
Edition : Poche
Prix : EUR 5,60

4.0 étoiles sur 5 "Le coût de notre amitié dépassait sa valeur", 17 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sylvia (Poche)
Jeune et en couple avec une quasi-psychopathe, Leonard nous raconte sa vie d'alors. Mais Sylvia, c'est son nom, n'est qu'une petite bourgeoise orgueilleuse se croyant radicale... comme tant d'autres.

Donc evidemment, l'atterrissage sera brutal et impossible à concevoir. Surtout quand tous vos amis sont vous, sinon pires: à commencer par cette Agathe Seaman, une des meilleures copines de Sylvia, une fille à papa qui joue à la rebelle en dépit de ses piètres intentions - tout d'abord se faire mal et ensuite jouer à la bonne samaritaine, comme de juste - et qui soigne son addiction dans des asiles de luxe que lui paye ses parents.

Bien sûr, Leonard lui-même n'est pas un ange, il nous décrit sa façon élitiste et parfois hautaine de voir la vie, il est juif jusqu'au bout des ongles sans se rendre toujours compte de ses erreurs de points de vues - ce qui le confine d'ailleurs fréquemment à la caricature - lui a des envies, dans la vie il aime surtout écouter de la musique et lire, prendre l'air, renifler la tendance, et de ses petits détails qu'il nous décrit tout le long tel que le regard appuyé de cette fille en Porsche, ou tel que sa vision de ces employés d'une compagnie aérienne scandinave, ou alors ainsi que son regard moqueur vis à vis des buts artistiques de sa femme, certains sont en effet totalement ironiques voir nonchalants.

Mais le bonhomme est affectueux avant tout, et- surtout il ne trompera pas sa femme au contraire de la terriblement jalouse Sylvia (qui elle ira jusqu'au bout, notamment avec cet absolu cuistre ayant "le coin des lèvres rebiquant autant que ses boucles brunes" qui séduit grâce à son fric et aussi du fait de sa gentilhommière en plein New York.) L'argent étant souvent beaucoup plus utile que l'intelligence...

Sans divulguer le dénouement assez malheureux, disons que Sylvia, comme toutes les oeuvres de Michaels, est en définitive un roman intime empreint des atroces marques de la réalité qui plaira à certains et, sans doute, moins à ces cafards pédants. Mais qui s'en fout, au final ?


George Romero's Empire of the Dead: Act One
George Romero's Empire of the Dead: Act One
par George Romero
Edition : Broché
Prix : EUR 18,94

5.0 étoiles sur 5 La femme Xavier est le problème..., 23 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : George Romero's Empire of the Dead: Act One (Broché)
Rares sont ces produits grand-public qui font fonctionner l'activité intellectuelle sans être juste des machines à fric pour bourrins, et "Empire of the Dead" est de ceux-là: cette oeuvre dont George A. Romero, le vrai père des morts-vivants, est beaucoup moins naive que Walking Dead, cette série savonneuse pour débiles légers cabalistes, et surtout, apporte enfin un point de vue réaliste de ce que pourrait donner un monde envahi par les zombies.

On adorera dedans le seul protagoniste vraiment humain bien qu'entre la vie et la mort sinon entre le bien et le mal, Xavier; et aussi cette mauvaise blague qui fait que New York City est à présent dirigé par de mauvais vampires. Puissamment corrosive, l'histoire de "Empire of the Dead" donne donc une bonne leçon et cultive le mystère - chose que bien peu peuvent se permettre ! Bref, enfin un grain de sable jeté dans une parfaite machine qui ne fonctionne que trop pour les $.

Pour ma part je ne suis que trop impatient de découvrir le tome 2 de cette série qui redore superbement entre autre le blason d'un auteur qui s'était perdu depuis un moment à cause de mauvais films, et même s'il n'y a pas à l'intérieur de ce comic des sabres lasers ou des super-héros torturés, le graphisme de cet Alex Maleev est de toute façon un modèle du genre.

Un vrai chef d'oeuvre, on vous dit.


Supreme Power, Tome 5 : Nighthawk
Supreme Power, Tome 5 : Nighthawk
par Daniel Way
Edition : Broché

4.0 étoiles sur 5 "Dis-leur que c'est que le début", 11 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Supreme Power, Tome 5 : Nighthawk (Broché)
Fait plutôt original pour un comic, ici le protagoniste est Noir (parceque, bien sûr, un super-héros ne PEUT PAS être Noir et de plus, s'habiller avec des vêtements noirs) et donc strictement personne ne le soupçonne: bonne planque... Les bases sont donc adroitement posées et l'on peut découvrir ce qui est finalement une narration classique typique de chez Marvel sans pour autant devoir se procurer le tome 1 ou le 499 pour comprendre.

De plus, malgré des propos un peu démagos sinon faciles et commerciales, on observera que ce super héros ne fait décidément rien comme tout le monde et aussi qu'il ressemble un tant soit peu à cet autre homme-chauve souris qui vit à Gotham. Egalement le méchant cruel de ce volet, le Clown, qui évoquera surtout aux esprits initiés de la BD le Joker, mais qui fait évoluer dans l'absurde une histoire déja bien sournoise dans son fondement.

Donc par certains cotés; ça ressemble un peu à la pelouse du voisin, et par d'autres, ça ressemble à rien, sinon à d'autres comics naturalistes tels que le Preacher. De même, on a jamais vu non plus un super héros qui défend la nativité et les valeurs chrétiennes envers et contre tout - décidément Nighthawk se la donne...


Vengeance
Vengeance
Prix : EUR 9,99

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Le gros Biolay déconnecte.., 29 août 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vengeance (CD)
Entre tous ces invités qui veulent bien de lui et ces chansons molles du genou on dirait que Biolay a pris la grosse tête: il est maintenant persuadé d'être un génie !! On se prend à regretter un Gainsbourg beaucoup plus humble et beaucoup plus audacieux aussi...

Bref si ses premiers albums étaient amusants sinon assez irrévérencieux le lyonnais un peu balourd s'est depuis muté en une sorte de Mr Jourdain très fier de sa prose et de ses collaborateurs franchouillards qui ont également l'intêrêt d'être des vedettes en France: dans ce LP il y a beaucoup de has-beens et de rappeurs vaguement connus, c'est dire la qualité de l'ensemble. Biolay et Alain Delon, même combat ??


Moi je (Pink Slip Mix)
Moi je (Pink Slip Mix)
Prix : EUR 1,29

5.0 étoiles sur 5 Pure french-touch!!!, 27 août 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Moi je (Pink Slip Mix) (Téléchargement MP3)
à écouter absolument si vous aimez l'electronica, la synth-pop genre Depeche Mode ou la dark wave... Moi Je de Robomusic nous change de ces "artistes" aux petits pieds qui sont surtout mainstream. De même le texte en forme de poème de Moi Je est suffisamment ambigu pour plaire à tous ceux qui aiment vraiment la musique et non les calculettes.

A vous de vous faire votre avis en l'écoutant...


Carnets noirs : Acte 1, La Scène international
Carnets noirs : Acte 1, La Scène international
par Stéphane Leguay
Edition : Relié

4.0 étoiles sur 5 nuit noires, 26 août 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carnets noirs : Acte 1, La Scène international (Relié)
Ce livre est à propos de la dark wave et du gothic rock, qu'on trouve surtout dans les charts alternatifs. Evidemment il n'y a rien de plus ridicule qu'un goth-fan bardé de rimmel et de résille noire que vous croiserez dans l'une de ces soirées consacrées au genre - ayant lieu généralement dans le XVIIIème arrondissement - mais en même temps, la musique ça n'est pas que ça, et parfois, l'Art dépasse l'homme, non ?

Ce qui faut tout de même préciser, c'est 1/ qu'en France pouvoir se procurer des disques du marché alternatif c'est encore plus dur aujourd'hui puisque la moitié des disquaires intéressants ont fermé il y a peu (dont le Virgin Megastore) pour être remplacé par des salons de thé pour résidents valétudinaires, et 2/ que d'autre part les quotas français imposés aux radios ne protègent en réalité que les plus gros vendeurs, la FM française étant totalement infectée...

Donc dans "Carnets Noirs", cet sorte de guide pour néophytes, si vous n'êtes pas parisien et que vous ignorez ce qu'est La Locomotive, la Cigale, et ces autres endroits obscurs surtout fréquentés par des fous de musique plus que par des millionnaires russes bling-bling, vous découvrirez ce que sont ces groupes cultes tels qu'en goth rock, les "Sisters of Mercy" ou qu'en EBM, "Front 242", ou qu'en electronica emo "Ladytron" et beaucoup d'autres plus récents...

A vous de vous faire ensuite votre avis et de ne pas vous laisser classer dans quelque case réductrice !


Alice en danger
Alice en danger
par Ed McBain
Edition : Broché

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La morale en péril..., 8 août 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alice en danger (Broché)
Se déroulant dans le milieu de la classe moyenne supérieure, l'intrigue de ce roman tacle ces néo-bobos aisés aux grands principes qui prennent pourtant l'argent d'ou qu'il provienne... y compris des manipulations douteuses de quelques courtiers et traders, en l'occurrence l'ancien métier du mari d'Alice.

En fait c'est en cela que repose le plus intéressant des événements de ce polar, McBain appuie là ou ça fait mal, et c'est peut-être cela qui a fait que cette histoire de rapt a été mal-comprise à sa sortie par ceux-là qui ont l'habitude de lire des policiers très pré-digérés. En effet, quel différence fondamentale y-a-t-il entre ces crimes commis en col blanc et certains principes criminels ?

Pourtant la loi du fric sévit partout ou elle passe, et d'abord pour ceux qui l'applique ! Pour finir, ce thriller psychologique est plutôt de teneur rare et à la trame admirablement construite d'autant plus que le milieu dépeint par l'auteur, avec tous ses petits détails et son ton acide, est très juste: ce serait dommage de ne pas lire, surtout que sa construction en scénario digne d'un épisode TV du génial "Columbo" est également très pertinente.

Seul bémol, la fin peu crédible qui pourra décevoir. Et aussi le fait que ce livre date de 2006, mais en même temps comme disait ma grand-mère si les derniers bouquins édités étaient les meilleurs cela se saurait.


Sick Man [Ltd.Edition]
Sick Man [Ltd.Edition]
Prix : EUR 12,28

5.0 étoiles sur 5 'I'm the sick man !!", 1 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sick Man [Ltd.Edition] (CD)
and it feels soooooooooooooo good. Period.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx xx x x xxx xxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxx xx xxxxxxxxx x xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxx xx x xxxxx x xxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxx.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6