undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Profil de F. Stephane > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par F. Stephane
Classement des meilleurs critiques: 9.980
Votes utiles : 698

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
F. Stephane (france)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21-27
pixel
Double Live Annihilation
Double Live Annihilation
Proposé par groovetemple77
Prix : EUR 22,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un bon live mais pas grandiose comme on l'espèrait, 24 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Double Live Annihilation (CD)
Après deux albums avec un line up à peu près stable (chose rarissime) et surtout après 15 ans de carrière, il était temps de sortir un vrai live !
Avec autant de classiques, une réputation live de folie et un chanteur capable, ça va être la tuerie.
C'est dans ce contexte que sort ce double live Annihilation, qui nous offre plus de 100 minutes de folie metallique.

Folie ? Et bien non pas tant que ça, d'où ma légère déception. Parceque si sur album, on doit se taper pas mal de morceaux moyens, en live on a en général droit à du best of, et quand bien même, l'énergie fait passer les morceaux les moins attractifs.
Et là il faut bien dire que le concert a du mal à démarrer.
Mais quelle idée débile de mettre "Murder" et "The Box" dès le départ ? De les jouer tout court d'ailleurs !
Heureusement, le meilleur vient ensuite, et tous les gros classiques sont là, ainsi qu'une bonne sélection du dernier album en date, le très bon "Waking the Fury".

Mais on a droit à un live un peu trop appliqué, la faute à quoi exactement je ne sais pas... Peut-être au chanteur, très bon mais manquant un poil de charisme ? On sent un petit manque de folie tout au long du disque qui l'empèche d'accéder au panthéon des plus grands, ce qui ne rend pas tout à fait justice au groupe, qui délivre des prestations live complètement atomiques.

Attention je pinaille, les version de "Phantasmagoria" ou "King of the Kill" par exemple, sont excellentes, le son est percutant, et le public bien présent. J'en voulais juste un poil plus ^_^

PS : une vidéo filmée à Paris de "BLackest Day" est dispo en fin de CD1 (j'y étais!!!)


Waking The Fury
Waking The Fury
Proposé par CD-Blitzversand
Prix : EUR 12,40

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Waking the Fury le bien nommé, 23 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Waking The Fury (CD)
La traversée du désert est bien finie pour Jeff qui nous revient avec des albums de plus en plus inspirés, et cette fois se payant même le luxe de faire avancer le shmilblick !
Place ici à un son limite indus, avec des guitares ultra saturées. On obtient un petit effet "mouche" sur la prod' qui pourra déplaire aux puristes, mais qui a l'avantage de coller à l'approche assez moderne des nouveaux morceaux.

Joe Comeau a bien trouvé sa place, il hurle bien, mais pas seulement, et les autres zicos mettent la barre très haut, comme d'hab.
Ca déboule avec un "Ultra Motion" imparable, et "Torn" a un petit côté moderne dans les arrangements et les bidouillages de son.
Puis vient la tuerie absolue, "Lunatic Asylum", qui renoue avec le côté barré et psychotique des débuts. Un des meilleurs morceaux du groupe et un des plus furieux également.
Au menu des réussites, on peut citer la classique "Striker", la ACDCienne "Nothing To Me", plus réussie que celle de précédent album et la thrasherie de fin d'album règlementaire "Cold Blooded"

On obtient un album plus homogène qu'à l'accoutumée avec moins de différence de qualité entre les tubes et les morceaux moins bons.

Décidemment les canadiens sont increvables et reviennent régulièrement avec une qualité qu'on attendait plus...et ce n'est pas fini !


Carnival Diablos
Carnival Diablos
Proposé par marvelio-france
Prix : EUR 10,04

3.0 étoiles sur 5 Hunter Killer ? pas encore cette fois mais ça s'en rapproche 3,5 / 5, 23 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carnival Diablos (CD)
Halleluia !
Jeff est de nouveau prêt à aller de l'avant, ET avec un groupe. Mine de rien, ça ne lui était pas arrivé depuis 1993...

Alors ça y est ? De retour comme à la grande époque ?
Assurément non, mais quand même, pas mal de qualités !

"Denied" démarre l'album de la manière la plus jouissive qui soit, et il est dommage que notre entrain soit coupé net avec la pénible "Perfect Virus".
Heureusement que Battered, bien qu'étant une speederie thrash des plus classiques remet les pendules à l'heure. Miam.
Vient ensuite la chanson titre, très calme et toute en ambiance, tellement surprenante la première fois qu'on peut se demander si le cd n'a pas changé tout seul. C'est aussi là qu'on découvre les talents vocaux de Joe Comeau qu'on ne devinait pas si versatile sur les 3 premiers titres. Chapeau garçon !
Suit un (gros) ventre mou composé de morceaux classiques et d'un hommage à AC/DC. Time Bomb" achèvera de plomber l'ambiance.

La fin d'album laisse toutefois sur une bonne impression grace à l'étonnante "Epic of War", assez épique justement, et son chant Dickinsonien à s'y méprendre, et la tuerie "Hunter Killer" de bon aloi.

Un bonne remise en selle, et si la note peut paraitre un peu sévère, elle est plus là pour baisser un peu la moyenne que je juge trop élevée.
Un album possèdant trop de remplissage, mais néanmoins agréable à écouter en raison des hits contenus, une constante chez les caribous.

PS : écoutez la ghost track, l'hilarante "Chicken & Corn", qui mériterait de constituer tout final de concert du groupe !


Criteria For A Black Widow
Criteria For A Black Widow
Proposé par Smart-FR
Prix : EUR 21,14

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Retour au palace...mais on s'est trompé d'itinéraire !, 23 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Criteria For A Black Widow (CD)
On peut comprendre le désarroi de Jeff, qui, traversant une période particulièrement difficile dans sa vie, eut envie de se replonger dans sa gloire passée. D'autant qu'après un 'accident' comme Remains, il a surement fallu remettre du cash rapidement dans le compte en banque...

Dès lors quelle meilleure idée que de refaire appel à la recette du cultisimme "Alice in Hell". Beaucoup de groupes s'y sont collés, entre tournées et albums (en vrac Anthrax, Helloween, Queensryche, GammaRay etc...) et Annihilator fut un des premiers a effectuer cette démarche un brin commeciale il faut l'avouer.

Et ce n'était peut-être pas la meilleure idée à avoir.
Sur le papier, tout semblait ok : date anniversaire, line up culte de 1989, Alison de retour sur la pochette...

En pratique, on a certes un album fidèle à l'esprit "Alice in Hell", mais sans la flamme de génie et de fougue qui animait les compères 10 ans plus tôt.
Pourtant "Bloodbath" et "Back to the Palace" commencent fort, même si dès le départ on sent le recyclage à plein nez. Pas que je regrette les errances de "Remains" hein ! Mais on sent Jeff prisonnier assumé de son mythe dès le début.
Aussi quand les morceaux deviennent moins féroces et moins inspirés, ça devient beaucoup moins intéressant.
Un schizo part 3, et un Sonic Homicide (faisant directement référence aux titres du 1er album culte) plus tard, on se rend compte que le génie ne se commande pas, et que l'alchimie musicale est bien plus qu'une volonté de composition : Il s'agit d'avoir les bonnes personnes au bon moment, et dans le cas qui nous intéresse, c'était en 1989.

L'album n'est pas mauvais non, il est juste nettement en deça de ce qu'il aurait du être et restera à postériori un des plus dispensables de la discographie, alors qu'il aurait pu être une de ses références.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 23, 2009 4:16 PM MEST


Remains
Remains
Prix : EUR 12,96

1.0 étoiles sur 5 tricks and traps... 1,5 / 5, 23 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Remains (CD)
Si "set the world on fire" était un peu à part dans la discographie du groupe par son côté 100% heavy metal, Remains l'est bien plus encore, de par son côté expérimental.

Le début de l'album fait froid dans le dos, avec "Murder" qui fait concurrence à "The Box" comme pire début d'album de tous les temps, et Sexecution ou No Love ne rattrapent pas le fiasco. Deux riffs qui tournent en boucle, un son très synthétique (batterie électronique, mais pas seulement, même la guitare sonne moins "vraie", surement pour mieux coller au propos).
C'est la faute de l'ex femme de Jeff, c'est lui qui le dit dans la bonus, comme si cette interview avait été mise sur la réédition pour 'excuser' cet album d'exister sous la banière d'Annihilator...Amusant que la musique en fond de l'interview provienne de "Refresh the Demon" :-)

Comme c'est signalé dans l'autre chronique, 3 titres thrasy rattrapent le disque d'un bide total, mais trois titres sur 11 c'est peu.
Pour continuer à paraphraser Blaster, le changement pourquoi pas, mais je doute que ce mélange puisse réellement séduire quiconque.
Pas assez indus pour les fans du genre, pas assez metal pour les puristes, cet album mal inspiré a définitivement le cul entre deux chaises, tellement qu'il s'est retrouvé le séant par terre.

Cette période sombre pour Jeff est heureusement passée, et le bonhomme nous offira encore de bien belles perles métalliques dans le futur. Mais pas en 97...


In Command [Live 1989-1990]
In Command [Live 1989-1990]
Prix : EUR 33,08

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un vrai bon live de thrash !, 23 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Command [Live 1989-1990] (CD)
En 1996, aucun réel témoignage live d'Annihilator n'a encore vu le jour. Tout juste quelques faces B, la plupart avec un son un peu crado.

O joie, un live d'Annihilator est annoncé, et surprise, ce n'est pas une tournée "Refresh the Demon" (la vache ça aurait été bon !!) mais un collection de titres du début de carrière des (du) canadien(s).

Passée la déconvenue...et ben la vache c'est bon aussi !
5 titres de la première tournée "Alice" en 89, et 9 de la tournée d'après, avec Coburn Pharr au chant composent cet album (qui n'est pas un best of contrairement à l'intitulé d'amazon).

Le plus vieux live est le plus digne d'intérêt à mon avis, puisqu'on y retrouve une énergie et une férocité jouissive. Ca ne s'arrête jamais, même pas de blanc entre les chansons, qui sont souvent un poil modifiées ou accélérées. Seul bémol, on aurait aimé retrouver "Human Insecticide" présente sur Bag of Tricks et provenant surement du même concert, histoire d'avoir tout sur la même galette (surtout que niveau place, ça rentre, pourquoi les labels ne blindent-ils pas leur CDs à fond quand cela est possible ????). Bref du tout bon pour le fan de thrash que je suis.

La seconde partie, les 9 titres made in 90, même s'ils sont à mon goût moins bons car (un poil) moins intenses, sont paradoxalement plus intéressants.
En effet on y retrouve 2 titres de Alice in Hell chantés par Pharr, et une reprise de AC/DC. Le bonhomme s'en sort bien globalement, tout comme les zicos, tous au diapason du niveau d'exigence Waters.
Ca joue vite, carré et le son est très bon pour de vieilles prises exhumées dez cartons.

Au final, on obtient un excellent live, très énergique, qui sonne bien brut et qui retransmet bien la patate du groupe en concert (ceux qui les ont déjà vu savent de quoi je parle !)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 23, 2009 5:07 PM MEST


Refresh The Demon
Refresh The Demon

3.0 étoiles sur 5 Innocent Eyes...ha non ! 3,5 / 5, 23 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Refresh The Demon (CD)
Avec le retour au thrash (abandonné seulement le temps d'un album, Set the World on Fire) de l'album précédent, Waters persiste et signe.
Un peu plus aggressif et torturé, Annihilator continue dans la lignée de king of the kill, une sorte de mix de metal plus moderne tout en renouant avec les inquiètantes ambiances des débuts sur quelques morceaux.

Le début de l'album est assez convainquant, car même si tous les titres ne sont pas géniaux, de "Refresh the Demon" (fantastique) jusqu'à la 7e chanson, Anything for Money, le disque se laisse écouter avec grand plaisir.
On retiendra particulièrement "a man called nothing", assuremment le 2e meilleur titre du CD.

Le final en revanche est assez décevant, pour ne pas dire inutile ("Innocent eyes" composé pour le fils de Jeff...je crois que je vais vomir, c'est du thrash oui ou merde ?). Parmi les deux bonus aux sons approximatifs (probablement du live en studio ?) on nous recolle l'immonde "The Box" quel intérêt ? Riff Raff est par contre très sympa et bien dynamique.

Un bon album, un pas dans la bonne direction, mais hélas à cette époque, Annihilator a déjà raté le coche et traverse la période la plus noire de sa carrière...C'est pas juste :-)


Bag of Tricks
Bag of Tricks
Proposé par Small World Design FR
Prix : EUR 26,30

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 faces B, raretés et démos. - qualité 3,5, intérêt actuel 1,5 -, 22 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bag of Tricks (CD)
Il est toujours difficile d'évaluer la qualité de ce genre de compilations.
La note ne reflète pas tant
Produit réservé au fans ? Tentative honteuse de la maison de disques pour se faire du fric facile ?
On trouve ici quelques titres remasterisés et des démos rares, rendues obsolètes par les rééditions des premiers albums, les faces b live du single Stonewall, elles aussi rendues elles aussi moins intéressantes depuis la sortie du live.
Restent de réellement inédit la sympathique "Fantastic Things " chantée par le bassiste de l'époque et l'incroyable version live de "Human insecticide", surpassant largement la version studio.
Pour les plus accros, on trouve aussi des démos de chansons de "set the world..." chantées par le 2e chanteur, Coburn Pharr.

Vous le voyez, le produit est plutôt bon intrinsèquement, et présentait un intéressant document à sa sortie en 1994. Depuis, le temps a passé et à émoussé l'intérêt d'un tel produit.


King of the Kill
King of the Kill
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 65,95

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Le début des albums inégaux, 22 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : King of the Kill (CD)
Et oui, le sieur Waters commence à manquer d'inspiration à partir de son 4e album.
Un peu normal me direz vous, quand on fait tout de A à Z, et que par conséquent aucune influence extérieure ne vient varier un peu la musique.
Ce coup ci, c'est même Jeff qui se colle au chant, et il s'adjoint seulement les services d'un batteur (et pas n'importe lequel, Randy Black de Primal Fear)
Reste qu'à partir de King of the Kill, la routine "moitié d'album monstrueux / 50 % morceaux meu inspirés" devient la règle pour notre canadien favori.

De King of the Kill on se souvient surtout de la chanson titre, efficace en diable et ravageuse en concert, mais moins du reste. Et pour cause.
Après un démarrage (the box) catastrophique, le niveau qui fut celui du groupe a du mal à se maintenir.
Au chapitre des réussites, on citera l'excellente "Hell is a war" et les véloces "Second to none" et "Fiasco" et puis...c'est à peu près tout !
Le reste de l'album n'est pas honteux loin de là (ha, on me fait signe que la bonus "only bLonely" pue sévèrement du bec) mais ça sent la chanson vite composée sans ce souci du détail qui était présent jusqu'alors.
Simplification du propos, pourquoi pas, ce fut bien exécuté sur "Set the world on Fire", mais ici ça manque de corps et ce n'est pas 21, Bad Child, où même la chanson "Annihilator" (qui aurait du être monstrueuse !) qui me feront mentir.

Allez Jeff, tu peux faire mieux remue toi !


Set The World On Fire
Set The World On Fire

4.0 étoiles sur 5 Sound good to me !, 22 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Set The World On Fire (CD)
Ouh les vendus !
L'album le plus soft du groupe a du se faire méchamment casser à sa sortie, et bien injustement à mon sens.

Exit le thrash , place à un heavy beacoup plus mélodique, et nettement moins alambiqué (sauf réminiscences comme la fabuleuse Brain Dance) qui a du décevoir pas mal de headbangers à l'époque.

Le groupe essaie d'évoluer, de proposer quelque chose de neuf, et s'en sort rudement bien. C'est un des albums les plus à part du groupe, car un des moins typés techno thrash / je suis schizophrène / j'aime les poupées.

On commence par un titre heavy redoutable, classique absolu en concert encore joué aujourd'hui qui donnera le ton de l'album à venir. C'est plus lent, plus catchy et moins complexe.
Les speederies sont encore présentes, mais plus dominantes et avec un aspect "rock" qui calme un peu le propos (No Zone, Don't bother me).
Les ballades ou assimilées font leur apparition, avec Sounds good to me, le couplet de Snake in the Grass ou la très jolie Phoenix Rising.

Aaron Randall le ptit nouveau gagne encore en tessiture par rapport à C.Pharr et rend ces morceaux extrèmement dignes d'intérêt grace à son excellente interprétation et sa belle voix tantôt claire tantôt éraillée.
Un chanteur qu'on aurait aimé réentendre plus souvent.

L'album se clot sur l'incroyable Brain Dance, sorte de fil d'ariane de la saga Alice, qui part dans tous les sens avec un brio et une touche de folie parfaitement maitrisée.

Un très bon album, sans génie peut-être, mais réalisé de main de maitre et très agréable à écouter.

Fiiiiire !!!!


Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21-27