Profil de F. Stephane > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par F. Stephane
Classement des meilleurs critiques: 3.540
Votes utiles : 676

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
F. Stephane (france)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Annihilator
Annihilator
Prix : EUR 18,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 un soin du visage peut-être ? 3,5 / 5, 14 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Annihilator (CD)
Bon ok, ce titre ne sert à rien mais des fois on n'a pas d'idées hein !
En même temps, Jeff ne s'est pas foulé non plus pour trouver un titre à son nouvel album, alors bon...

Mais s'est-il foulé en ce qui concerne la musique ?
Là c'est déjà plus intéressant, et compliqué à la fois.
Intéressant car tous les CDs d'Annihilator contiennent des morceaux de guitare de bravoure, des speederies jouissives, et un style reconnaissable entre mille.
Compliqué car tous les CDs d'Annihilator sont inégaux, contiennent les mêmes gimmicks, et le style est vraiment, mais alors vraiment reconnaisable.
Le tout est d'évaluer le nombre de tueries par album, et le nombre de petites nouveautés. En plus, Annihilator obéissant presque systématiquement à la règle du bon album sur deux, et sachant que Metal (pas foulé sur le titre non plus là....) était quand même bien paresseux, on a d'ores et déjà une idée sur la question.

Oui, "Annihilator" est bon. Mais seulement bon.
Pourtant l'album commence fort avec les trois meilleures pistes. "The Trend" brouille les pistes avec une intro inattendue, mais qui revient vite à des sonorités plus familières, et nous asséne un très bon morceau, rapide, rageur et inventif. Bravo.
"Coward" fait dans la speederie débridée, avec couplet déclamé comme à l'habitude, et "Ambush" lui emboite le pas, légèrement moins speed, mais avec un refrain bourrin à souhait qui fait plaisir.

Et voilà, ça commençait trop fort.
Le reste, même s'il contient de bonnes choses et notamment des touches assez étonnantes, comme la partie de basse de 25 seconds, ou la très rock'n'roll (on dirait presque du Skid Row !) Romeo Delight, mais ça ne suffit pas à passionner pour autant.
On écoute tout avec plaisir, mais sans fébrilité non plus.

Alors oui, un groupe avec une telle discographie a forcément composé ses références il y a bien longtemps, mais le père Jeff est quand même capable de surprendre. Réécoutez 'Waking the Fury' ou le génial 'Schizo Deluxe' pour mesurer la différence avec ce 'Annihilator', bien ficelé mais manquant quand même de génie.

Bon mais sinon vous voulez pas tourner pas loin un jour ?
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 26, 2010 12:54 PM MEST


Sting In The Tail
Sting In The Tail
Prix : EUR 6,99

8 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le chant du cygne...heu...du Scorpion 3,5 / 5, 15 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sting In The Tail (CD)
Bon, autant tuer le suspense toute de suite, je ne suis pas subjugué par cet ultime album de Scorpions.
S'il est bon ? Oui sans aucun doute !
Est-ce l'album qui devait cloturer 40 ans de carrière ?
Probablement pas...

Les Scorp' nous ont pondu là un très bon album de rock, qui groove bien, et qui a le bon goût de ne pas multiplier les ballades comme ce fut le cas pendant la période noire du groupe. Toutefois, rien de très énervé non plus (hormis peut-être "Rock Zone"), et l'album semble curieusement moins puissant que le sublime "Humanity", pourtant doté de plus de passages calmes.
Le style se fait volontairement plus 80's pour un retour aux sources assumé, mais du coup l'album ne fait pas avancer la carrière des teutons qui n'a pourtant pas fait beaucoup de sur place. La section rythmique notamment fait un bon en arrière en terme de qualité d'écriture. Cet ultime opus semble donc un peu fade après le come back "Unbreakable" et le chef d'oeuvre "Humanity".

Mais le savoir faire reste là, les mélodies font mouche, et certains morceaux sont vraiment hyper bien foutus (The Good Die Young, No Limit...) Klaus semble inoxydable (en studio du moins....) et les 44 minutes album s'écoutent sans s'en apercevoir.

Un bon album, mais pas ultra marquant, qui n'aurait probablement pas figuré parmi les favoris des fans s'il n'avait été le dernier.


Strings To A Web Edition Limitée CD+DVD
Strings To A Web Edition Limitée CD+DVD
Prix : EUR 11,69

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 la qualité dans la constance, 12 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strings To A Web Edition Limitée CD+DVD (CD)
Rage c'est comme un vieux pote. Il a ses défauts mais on est toujours content de le retrouver après tant d'années.
La relation a des hauts et des bas, mais au final, il est bien sympa ce Peavy.
Après le très bon "Carved in Stone", les teutons reviennent avec "Strings to a Web" et sa pochette moche. Tant pis.

Pas de surprise, c'est globalement bon, et du même acabit que le précédent, moins véloce cependant. Le p'tit nouveau se sent comme un poisson dans l'eau et n'a pas à rougir du spectre de Terrana.
Smolski tue tout, comme d'habitude également et pond des soli fantastiques, en plus de cracher des riffs metal bien jouissifs. En fait, le gros point faible de Rage, c'est le chant, comme à l'accoutumée encore une fois.
La musique a beau être excellente, on se dit qu'avec une voix dotée de plus de classe, ça serait vraiment grandiose. On peut d'ailleurs s'en persuader au visionnage du DVD bonus et des chansons interprétées par Hansi Kursch, qui, même s'il ne délivre pas une presta de folie, se révèle quand même plus adapté à ce style de metal. Mais j'y reviendrai.

"Edge of Darkness" ne commence pas l'album de manière aussi convaincante qu'à l'accoutumée, en raison d'un refrain vraiment trop joyeux (vu le titre c'est un comble !).
"Hunter and Prey", la deuxième piste s'avère beaucoup plus heavy, et les places auraient mérité d'être permutées selon moi. Le titre alterne mid temp et accélérations avec brio.
"Into the Light" et " Beggar's last dime" calment le jeu en proposant quelques chose de presque rock, avec des refrains bien catchy, hélas un peu trop happy pour moi.

Mais LE morceau de l'album, c'est indéniablement "Empty Hollow" et ses 5 parties pour 16 minutes, qui en font un ensemble encore plus réussi que le pavé présent sur 'Speak of the Dead'.
Enfin, la mélodie se fait élégante, le refrain fait mouche et les orchsetrations classieuses (hormis cette faute de gout à la fin du 2e passage, excellent au demeurant puisqu'il évoque le morceau 'unity').
Un morceau vraiment réussi, et qui inclut en plus quelques originalités et des idées assez fraiches pour Rage.
Le reste de l'album se poursuit de manière plus metalliquement classique, alternant morceaux efficaces et gentilleries (le refrain de purified par exemple).

Mais ça ne s'arrête pas là, car cette fois encore, la galette est agrémentée d'un sacré bonus, à savoir un DVD live des 25 ans au WOA ! (plus encore 2-3 autres morceaux).
Un live intéressant car il présente un groupe en forme, trois morceaux jusque là indisponibles en live (All I want, Lord of the Flies et Carved in Stone) et surtout agrémentés de guests.
Hansi (Blind Guardian) s'invite sur 3 morcaux, ainsi que le hurleur de Destruction. La délicieuse Jen Majura pousse la chansonnette sur deux autres titres.
Les prestations sont bien convaincantes, le show est bien filmé, seul le son déçoit un peu car il sonne un peu sourd, ce qui atténue le tanchant de la gratte.

En résumé, un bon album grévé du défaut habituel mais néanmoins réussi, et un bon DVD en bonus ! Que demander de plus ? Comment ça un vrai chanteur !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 20, 2010 1:54 PM CET


Agathe Cléry
Agathe Cléry
DVD ~ Valérie Lemercier
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 7,82

9 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Noir...c'est nul !, 9 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Agathe Cléry (DVD)
D'une manière générale, et malgré bien plus d'aides que dans la plupart des pays, le cinéma français, reconnaissons le humblement n'est pas fameux.
Cependant, il est un domaine où on assure plutôt, c'est la comédie...
D'habitude je ne donne pas dans les critiques de film, mais là, ayant subi ce film (j'ai du le regarder en plusieurs fois) et voyant qu'en plus il est bien noté sur amazon, il fallait que ça sorte !

Comment résister en effet à l'hilarité quand une infimière noire dit : "Vous me faites regretter de vous avoir sauvé la vie, la prochaine fois ne ratez pas votre suicide" à Valérie Lemercier ?
Comment ne pas aimer ces scènes chantées venant comme un cheveu sur la soupe, et de plus très mauvaises (extremement décousues, mal écrites et quasiment sans rimes) ?
Comment ne pas aimer ce ton délicieusement donneur de leçon ?

En ayant du goût.

Ce film est une bouse, et ceux qui veulent à tout prix défendre Chatilliez contre les critiques feraient bien d'avoir du sens critique justement.
Pas un sourire, et encore moins un éclat de rire ne vous viendra en regardant ce nanar mal foutu.
C'est mauvais un point c'est tout, et c'est tout juste sauvé par les prestas de Lemercier et Rochefort. Le racisme c'est mal, et les racistes sont partout, on a compris, merci pour la subtitlité du message.

Le film invente un concept : celui de la comédie pas drôle. Nul de bout en bout.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 16, 2010 1:18 PM MEST


Wearing a martyr's crown
Wearing a martyr's crown
Prix : EUR 12,05

4.0 étoiles sur 5 Fans d'In Flames ancienne période, venez ici !, 4 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wearing a martyr's crown (CD)
Ok, il est racoleur ce titre, et pas exact non plus.
Mais tout de même, sur plusieurs morceaux, on se surpend à se dire que tel ou tel passage pourrait se trouver sur Colony ou Clayman.
Est-ce là tout l'intérêt de la chose ? Oula non mon bon monsieur !

Nightrage, groupe que j'avais découvert grace à la participation de Mr Englund sur le très bon "Sweet Vengeance", nous pond ici son 4e bébé. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que le rejeton est bruyant !
Depuis le début, Nightrage évolue dans un melodeath, quand même un peu plus burné que la moyenne, avec moults passages hautement mélodiques et tout hautement jouissifs. Après deux tueries, et un album en demi teinte, je pense que ce nouvel opus sera mon préféré.

A la fois mémorisable et mélodique, sans que cela nuise à la rage (ouhaha, elle est capilotractée celle-là), cet album possède de très beaux passages (la fin acoustique de "Collision of Fate", l'instru finale "Sting of Remorse", qu'on croirait vraiment sortie de 'Jester Race'....) et du blast. Plein.
Rien que la chanson d'ouverture la fantastique "shed the blood" donne une bonne grosse claque, et également un beau sourire devant tant de férocité (j'ai rarement entendu une partie de double grosse caisse aussi rapide que sur l'intro). La chanson titre vaut également son pesant de caillots de sang, avec un superbe break très doux, suivi d'un vrai solo à l'ancienne. C'est d'ailleurs le cas sur tout l'album, où les grattes, que ce soit en riffs ou en mélodie, sont particulièrement remarquables et véloces.

Si les compromis tels que : voix claires, synthés, et refrains popisants vous sont impossibles, vous seriez bien inspirés d'écouter ce disque, qui recèle un pur album de metal, aggressif et mélodique, sans fioritures mais inspiré.


To The Metal
To The Metal

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 I'm in love with my Kai, 25 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : To The Metal (CD)
Ha je m'étais préparé à le défoncer cet album ! Il faut dire qu'après l'écouté en avant-première de la bouse intergalactique du morceau titre "To the metal", il y avait de quoi.
Un titre repompé sur Metal Gods, avec des textes à la Manowar : ça la foutait mal pour un album qui se voulait celui de renouveau et de l'inspiration retrouvée !
Une bonne grosse bouse donc, bien ridicule, bien bas de plafond comme l'affectionne un peu plus Gamma Ray au fil des albums. Elle semblait bien loin la classe et la majesté de Land of the Free ou de Insanity and Genius...

He ben pas si loin que ça finalement ! On s'attendait au pire après les nauséabonds/dispensable/inutiles New World order, Majestic et Land of the Free 2 ; le pire a justement été évité, et même plus que ça !

Bon attention, bien sûr Gamma Ray comme tous les grands groupes est un ex-grand groupe. Comprendre : ses meilleurs albums sont derrière eux, et c'est comme ça, jamais ils ne resortiront de chef d'oeuvre capables de rivaliser avec leurs classiques.
Le meilleur à faire dans ce cas là, c'est de retrousser ses manches et de faire de son mieux pour tenter de se rapprocher de son ex-statut.

Gamma Ray l'a fait indéniablement. Je n'y croyais pas, mais si.
- Première réussite : les teutons se souviennent que GR, c'est un groupe de speed ! L'album est globalement véloce, même si on en parle pas de Ride the Sky non plus. Cinq, voire six titres rapides sur 10, ça fait du bien.
dès le début 3 chansons qui avancent bien s'enchainent.
- Deuxième réussite : arrêter (enfin réduire) les refrains "fête de la bière". Le metal c'est méchant. Quand c'est pas méchant, ça doit être classe et épique.
- Troisième réussite : BEAUCOUP moins de fautes de gouts et de Manowareries que pour les dernières offrandes. On retrouve même parfois le souffle épique d'un land of the free, des ambiances un peu magiques et classieuses.
- Quatrième réussite : Michael Kiske. Non ok je déconne, mais même s'il ne chante qu'un refrain (pas mémorable du tout d'ailleurs), c'est quand même sympa sympa de l'entrendre, qui plus est sur une bonne chanson (indépendamment du refrain) avec du vrai metal dedans.

Bon alors bien sur, il y a la ballade lourdaude (no need to cry) ou les allemands (en général, pas seulement GR) se plantent dans les grandes largeurs, malgré les expérimentations intéressantes. Il y a aussi le single pourri (To the metal sus-mentionné plus haut), et quelques mélodies/arrangements/synthés douteux.
L'album n'échappe pas non plus à l'ombre de Judas Priest et même d'Helloween (l'intro de Deadlands semble calquée sur Sole Survivor !)

Mais l'impression globale est très positive.
Faute de concurrence, c'est le meilleur Gamma Ray depuis Powerplant, et intrinsèquement un album de qualité que je n'attendais pas, mais alors pas du tout de la part d'un Kai que je pensais vidé de toute créativité depuis bien logntemps !

Haiiiiiil to the metaaaaal....ah non j'y arrive pas là quand même !


Archangels in black
Archangels in black
Prix : EUR 15,57

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Consommez français !, 15 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Archangels in black (CD)
Je ne suis pas chauvin.
Et encore moins pour la musique. Les artistes français que j'apprécie doivent se compter sur les doigts de la main.
Question metal, il faut avouer qu'on est mauvais. Dans un pays où l'icone rock est Johnny Hallyday, et où les tubes rock nous arrivaient édulcorés et francisés dans les années 60, il faut pas s'étonner hein.
Mes chouchous sont tous scandinaves, allemands, ou même ricains.

Mais quand on réussit, il faut en être fier et le reconnaitre également. Pourtant l'entreprise Adagio me laissait froid à la base. Le 1er album, bien que respectant tout à fait les normes de qualité internationales, m'avait ennuyé. Et encore, c'était sans commune mesure avec les premières prestations live qu'on passera sous silence. Le 2e opus partait loin, très loin, et même si la qualité était irréprochable, il était pour le moins imperméable. Même Nevermore sonnait easy listening à côté.
Mais c'est avec le précédent album Dominate, et encore plus avec le ptit nouveau qu'Adagio a su me séduire. L'évolution s'est faite lentement, sans se presser, et le groupe semble enfin avoir trouvé la bonne formule, à savoir s'axer sur les chansons et les mélodies. Et l'efficacité.

Parceque le contenu est à l'image du contenant. C'est sombre, parfois véloce, et globalement assez sombre et pas content. Des incartades vers le death sont même parfois tentées (il est vrai que ce n'est pas nouveau chez le groupe, mais c'est ici mieux intégré et digéré).
La musique présentée ici, fortes de moultes influences, peut s'apparenter globalement à un bon mix SymphonyX/Malmsteen/Pantera. Avouez qu'il y a plus dégueulasse. Car vous ne trouverez pas ici de syndrome 'Majestic' : ici, on parle d'influences, pas de copie ni même d'hommage appuyé. Soyez donc rassurés quant au degré de personnalité de l'album.

Le niveau musical est excellent (mais ce n'est pas une découverte) et le chanteur mène bien la barque, avec une voix elle aussi assez particulière, à la fois puissante, variée et féroce quand le besoin s'en fait sentir. La musique est riche de nombreux breaks, d'ambiances et de soli impeccablement maitrisés. Les tempos sont également bien variés.

En bref, un des meilleurs albums metal français sortis à ce jour, et, ne le limitons pas à sa nationalité, un TRES bon album de metal tout court.
Stephan, la nation est fière de toi !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 18, 2010 9:23 PM CET


Dark Sun
Dark Sun

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 à suivre... 3,5 / 5, 15 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dark Sun (CD)
ça partait pourtant mal. Un nom de groupe pas ultra attirant, avec une pochette made in copain-qui-kiffe-les-mangas.
Mettons la galette tout de même.
Qu'est ce que c'est que cette intro ? Une fumeux speech d'un savant créant le fameux "Virus IV". Mon dieu que c'est raté, et cet accent (belge)! Aie, l'amateurisme continue.

Et puis Frightening Lanes déboule. Et ça rassure. Bon, la prod est peu juste, le groupe est signé chez les frenchies de Thundering chez qui l'argent ne coule pas à flots, mais tout de même, ça fait bien la blague.
Tiens, j'aime bien la voix du chanteur. Assez aigue, mais bien éraillée, comme si Eric Martin avait fauté avec Frederika (ex-White Skull).
Elle est vraiment particulière cette voix...mais la vache c'est UNE chanteuse ! Enfin une chanteuse qui ne se la joue pas diva et propose un chant différent des sempitenels clones de Simone/Tarja/Sharon & co. Une vraie bonne surprise !

Musicalement, les gus qui accompagnent la teigneuse Magali assurent également. Ils pratiquent un heavy mélodique de bon aloi, classique mais pas daté, avec une prédisposition à envoyer de la grosse rythmique en mi. Pas pour me déplaire honnêtement. Dommage que les grattes aient surement été enregistré en tout numérique (pod ou équivalent), on aurait voulu plus de patate. Le batteur, sans en jeter plein la vue, offre un jeu bien adapté et des petites subtilités aux cymbales pour qui sait tendre l'oreille.

Pas original du tout, mais jamais copie non plus, on serait bien en peine de donner un nom de référence pour qualifier la musique du groupe. Les différents membres du groupe ont fait leur armes chez James LaBrie band, Ayreon ou encore Dyslesia, ça peut vous donner une idée du style pratiqué.
On obtient au global un bon premier album, avec ses défauts de jeunesse, un peu radin (35 minutes) mais qui donne envie d'entendre une 2e opus, un peu plus imaginatif et mature.

à suivre donc !


As Daylight Dies
As Daylight Dies
Prix : EUR 11,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Ou qu'elle est la fureur ?, 13 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : As Daylight Dies (CD)
Ayant complètement craqué pour le dernier Killswitch (2009), suite à la découverte du velu End of the Heartache (2004), je me décidai à découvrir l'album d'entre deux, quasi unanimement encensé et assez largement considéré comme la référence du groupe.

Circonspect je suis...

Loin de moi l'idée de cracher mon fiel sur un combo que j'apprécie, mais quand même, je reformule la question posée en introduction : C'est quand que ça pète ?
Oui, ok, le milieu de l'album est pèchu (My Curse (géniale), For You et Still beats your name) mais objectivement c'est le moment le plus fort de l'album.
Bien sur, il faut savoir de quel poutrage on parle. On est loin de Bon jovi on est d'accord, mais quand j'écoute ce type de metal, c'est pour me faire défoncer le crane, saigner les oreilles et retourner les tripes.
Comparé à l'ode à la destruciton massive 'Heartache', et au plus mélodique mais bien véloce 'Killswitch', je trouve que cet album est un peu perdu entre les deux, ne rassemblant pas assez de qualités contenues de part et d'autre.

Alors un bon album indéniablement, mais qui n'a ni la force de son prédecesseur ni la 'catchytude' de son successeur en ce qui me concerne.


W.E.T.
W.E.T.
Prix : EUR 20,99

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 hard fm à mAORt 3,5 / 5, 13 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : W.E.T. (CD)
J'ai toujours préféré l'approche 'rock' à l'approche 'hard fm'.
A mon sens, la différence est notable, et j'ai toujours préféré Aerosmith à Poison, Mr Big à White Lion par exemple.
Mais d'un autre côté j'aime Jeff Scott Soto.

Alors j'ai jeté une oreille. Et même les deux.
WET a indéniablement des qualités : Le talent de l'interprétation, la production excellente, et un soin tout particulier apporté aux mélodies.
C'est d'ailleurs sur ce point que l'AOR met en général l'accent. Ici, on se retrouve bien dans cet univers de refrains ultra catchy, de choeurs millimétrés et de mélodies mémorisables. Un petit synthé vient ça et là habiller les morceaux.
La gratte ne fait pas décoration, et certaines parties rythmiques tapent même assez fort (l'intro du disque notamment, bien couillue, dommage que ce genre de passages ne soit pas plus présent).
En fait, on ne peut pas objectivement reprocher grand-chose , mis à part que le FM, ben c'est vraiment FM !

A vous de savoir quelle dose de sucre vous êtes prêts à ajouter à votre rock, pour ma part c'est un poil trop, mais j'écoute tout de même cet album avec un plaisir coupable :-)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 22, 2010 9:59 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20