Profil de F. Stephane > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par F. Stephane
Classement des meilleurs critiques: 6.510
Votes utiles : 689

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
F. Stephane (france)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
As Daylight Dies
As Daylight Dies
Prix : EUR 11,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Ou qu'elle est la fureur ?, 13 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : As Daylight Dies (CD)
Ayant complètement craqué pour le dernier Killswitch (2009), suite à la découverte du velu End of the Heartache (2004), je me décidai à découvrir l'album d'entre deux, quasi unanimement encensé et assez largement considéré comme la référence du groupe.

Circonspect je suis...

Loin de moi l'idée de cracher mon fiel sur un combo que j'apprécie, mais quand même, je reformule la question posée en introduction : C'est quand que ça pète ?
Oui, ok, le milieu de l'album est pèchu (My Curse (géniale), For You et Still beats your name) mais objectivement c'est le moment le plus fort de l'album.
Bien sur, il faut savoir de quel poutrage on parle. On est loin de Bon jovi on est d'accord, mais quand j'écoute ce type de metal, c'est pour me faire défoncer le crane, saigner les oreilles et retourner les tripes.
Comparé à l'ode à la destruciton massive 'Heartache', et au plus mélodique mais bien véloce 'Killswitch', je trouve que cet album est un peu perdu entre les deux, ne rassemblant pas assez de qualités contenues de part et d'autre.

Alors un bon album indéniablement, mais qui n'a ni la force de son prédecesseur ni la 'catchytude' de son successeur en ce qui me concerne.


W.E.T.
W.E.T.
Prix : EUR 24,00

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 hard fm à mAORt 3,5 / 5, 13 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : W.E.T. (CD)
J'ai toujours préféré l'approche 'rock' à l'approche 'hard fm'.
A mon sens, la différence est notable, et j'ai toujours préféré Aerosmith à Poison, Mr Big à White Lion par exemple.
Mais d'un autre côté j'aime Jeff Scott Soto.

Alors j'ai jeté une oreille. Et même les deux.
WET a indéniablement des qualités : Le talent de l'interprétation, la production excellente, et un soin tout particulier apporté aux mélodies.
C'est d'ailleurs sur ce point que l'AOR met en général l'accent. Ici, on se retrouve bien dans cet univers de refrains ultra catchy, de choeurs millimétrés et de mélodies mémorisables. Un petit synthé vient ça et là habiller les morceaux.
La gratte ne fait pas décoration, et certaines parties rythmiques tapent même assez fort (l'intro du disque notamment, bien couillue, dommage que ce genre de passages ne soit pas plus présent).
En fait, on ne peut pas objectivement reprocher grand-chose , mis à part que le FM, ben c'est vraiment FM !

A vous de savoir quelle dose de sucre vous êtes prêts à ajouter à votre rock, pour ma part c'est un poil trop, mais j'écoute tout de même cet album avec un plaisir coupable :-)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 22, 2010 9:59 PM CET


frame
frame
Prix : EUR 14,50

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 fatigué du speed ? réécoutez-en !, 11 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : frame (CD)
Ha vous aussi, vous saturez des Strato, Sonata Arctica, Dragonforce et autres ?
Normal, il y a eu tant de bons albums de ce type dans les années 90 que ça ne sert vraiment à rien de continuer dans cette voix...

Pourtant les italiens de DGM s'inscrivent directement dans cette lignée de refrains fédérateurs et de double grosse caisse nerveuse.
Alors pourquoi ça marche avec eux ?
- VS Stratovarius : la recherche musicale, oscillant entre speed et prog, des mélodies moins évidentes.
- VS Sonata Arctica : la guitare ne fait pas que de la figuration et le groupe se rappelle que du metal, c'est de la gratte qui tabasse.
- VS Dragonforce : le bon goût tout simplement ^_^

Certes c'est un peu limitatif j'en conviens, mais force est de constater que DGM évite les nombreux écueils du style (refrains chantables à l'avance, mélodies gnangnan) tout en respectant les codes (breaks nombreux, soli de synthé, descentes de manche frénétiques), un peu comme pourrait le faire leurs compatriotes de Labyrinth ou encore Symphony X, pas si éloigné.

Des musiciens virtuoses donc, un très bon chanteur, à la fois mélodique et pêchu quand il faut, et un batteur qui a bien mangé ses frosties au ptit déj.
Un album pas révolutionnaire, pas très élopigné de leur précédente offrande, mais avec tout ce qu'il faut là où il faut, suffisamment accessible, frais, et juste assez surprenant pour mériter un gros coup de pouce de votre part.
Donnez vos sous à ces ptits gars, Maiden en a assez comme ça !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 14, 2010 4:20 PM CET


One Night In Madrid
One Night In Madrid
DVD ~ Jeff Scott Soto
Proposé par dodax-online-fr
Prix : EUR 6,44

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un des meilleurs frontman du rock !, 7 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : One Night In Madrid (DVD)
Jeff Scott Soto en live c'est toujours un grand moment !
Pourtant on ne peut pas dire que l'homme soit un grand compositeur, et ses albums solo alternent entre le franchement moyen (Prism) et le très sympa (Lost in Translation), mais ce n'est jamais très marquant.
Mais en live...ah en live, c'est une autre paire de manches. Le monsieur a du métier, et un immense répertoire dans lequel piocher.

Du coup, en prenant ses meilleurs titres, les classiques de Talisman, des reprises et quelques titres empruntés à ses nombreuses collaborations, on obtient des shows franchement excellents !
Et c'est le cas ici, on retrouve enfin Jeff pour un live d'envrion une heure et demie, généreux et riche en surprises. Du rock mélodique, lorgnant parfois vers le metal, parfois vers la pop, qui se fait l'écho de l'ouverture musicale de JSS.
D'aucuns seront peut-être frustrés par le peu de titres de Jeff au regard de la setlist complète. Ils auront raison, mais personnellement ça ne me dérange pas.

Le concert est généreux à l'image de Jeff, showman d'exception à la voix si chaleureuse. Certes, l'expérience va avec l'age, et on la sent (la voix) un poil moins puissante et claire que sur le génial live at the Gods par exemple, mais le bonhomme reste tout de même un monstre.
Le son n'est également pas parfait, manquant un poil de puissance (surtout la gratte), mais c'est du rock, pas le nouveau Slayer. Il n'empèche que ça rend certains morceaux (i'll we waiting par exemple) moins entraintants qu'à l'accoutumée. L'enregistrement reste un peu roots, bien rock, et globalement bien en adéquation avec la musique proposée.
Sitôt lancé le concert, on ne décroche plus, tant les moments forts sont nombreux (Colour my XTC, Drowning, Stand Up) jusqu'au "funky medley" final totalement génial.
Les zicos s'en tirent bien, mais on regrette un peu le line up Howie Simon/ALex Papa/Gary Shut, d'autant plus qu'on les voit dans les bonus et qu'ils ont apparemment participé à des dates antérieures.

Visuellement, c'est réussi et sobre. La salle est petite mais comble, et le public, pourtant enthousiaste est assez peu remuant. Etrange quand on voit l'énergie déployée sur scène.
Car s'il est un bon chanteur, Jeff est également un sacré showman, et si sa gestuelle serait "too much" chez n'importe quel autre chanteur, chez lui ça passe très bien, on ne peut que s'incliner devant tant d'aisance.
Le montage évite l'écueil MTV, et le concert ressemble vraiment à un concert, péchu et sans artifice.

Un live pas exceptionnel (notamment à cause d'un passage calme un peu long) comme on aurait pu l'espèrer, mais juste très bon, et bien complémentaire à celui de 2003, ne comportant que peu de redites. Il se révèle totalement indispensable pour ceux qui n'ont pas eu la chance de voir l'homme pour de vrai. Pour les autres, cette chronique ne sert à rien, vous l'avez probablement déjà acheté :-)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 11, 2010 11:33 PM CET


Ironbound (Edition Limitée)
Ironbound (Edition Limitée)
Prix : EUR 22,48

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 NOT in vain !, 23 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ironbound (Edition Limitée) (CD)
Au milieu des années 90, j'aimais vraiment bien Overkill. J'appréciais les classiques, et m'étais pris une grosse baffe avec le génial "WFO" et le mythique live qui suivit.
Je m'accomodais de la légère baisse de régime de "Killing Kind" et me régalais de la tournée !
En revanche, à partir de "From the underground", je me dispensais de l'album, et n'assistais qu'au concert.
Necroshine était un poil meilleur, mais la recette était trop évidente, et surtout les titres étaient moins inspirés.
Certes ça bastonnait toujours, mais souvent avec des mélodies un peu concon et des riffs moins inspirés.
Alors quand les suivants sortirent, j'avoue avoir fait l'impasse, ne jetant qu'une oreille pour m'apercevoir que ça me laissait froid.
Et puis j'ai écouté "Ironbound" un peu par hasard.
Et j'ai bien fait la vache !

'Mon' overkill de WFO semble être de retour !
La première triplette de titres met d'accord d'emblée. "The Green and the Black" balance bien, avec à la fois une ambiance 80's (intro bien longue) et du bon thrash qui avoine. Le groupe se souvient même d'une certaine époque où il oeuvrait dans les longs titres (plus de 8 min au compteur).
"Ironbound" possède ce refrain dévastateur que toute chanson titre se devrait de possèder, et "Bring me the night" est une grosse speederie sans aucune baisse de régime comme à la grande époque.
Je ne vais pas vous faire le track by track, mais la grosse force de cet album par rapport aux dernières offrandes des gosses de Brooklyn, c'est que ça avance ! Le tempo général du disque est bien enlevé, parfois même furieux. Du coup, adieu les lourdeurs qui me faisaient décrocher une dizaine d'années.
Cerise sur le gateau, pas si fréquent dans ce style, les soli sont excellents, et on pense souvent à la NWOBHM lors des passages méoldiques. Rien de tel qu'un peu de mélodie avant de se manger de nouveau un gros riff bien abrasif dans la gueule. Et des riffs abrasif il y en a croyez-moi, et de qualité !

Au final, rien de bien nouveau, toujours un super son, un chanteur particulier et de la basse bien ronflante.
Juste le retour à un excellent niveau de ce groupe méritant, et je n'en demandais pas tant !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 1, 2010 11:15 AM CET


Unarmed : Best Of 25th Anniversary
Unarmed : Best Of 25th Anniversary
Prix : EUR 6,99

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Unarmed le bien nommé, 17 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unarmed : Best Of 25th Anniversary (CD)
Si l'on en croit les communiqués de presse, les citrouilles ont voulu faire dans l'original, en proposant un réenregistrement de leurs plus grands titres pour leurs 25 ans. Soit.
Première réflexion, ils considèrent donc que des titres comme "Falling to Pieces" ou "Forever and one" font partie de la crème de leur répertoire... ceci explique donc certaines choses...

Plus sérieusement, pas mal de groupes se sont livrés à ce genre d'exercice, et le résultat est aléatoire suivant qui le pratique. Iced Earth nous a pondu un 'Days of Purgatory' incroyable, tandis que Testament a livré un 'First Strike Still Deadly' bien foutu mais expurgé de la hargne et de l'urgence qui habitaient les compos originales.
Dans le cas d'Helloween, quand Dr Stein démarre on croit à une blague. Si si vraiment. La chanson originale n'est déjà pas bien méchante, mais fait partie de l'histoire et fait un tabac en concert. Cette 'reprise' fera peut-être un tabac avec Tata Georgette, mais pour le lecteur de cette chronique j'émets un vieux doute.
'Future World' et son ambiance Yves Duteil semble prendre le même chemin. If I couldf Fly, moins rock à la base, passe déjà mieux, mais c'est pas encore ça.
Soudain on se dit que le groupe a été jaloux que son ancien frontman (Kiske) qui a décidé de réenregistrer "ses" compos d'Helloween (donc parmi les pires) en acoustique. Le résultat en fut tellement catastrophique que Helloween décida de se lancer dans une sorte de course à l'ineptie, en y allant de son réenregistrement stupide.

Dieu merci, le carnage ne va pas aussi loin que celui de Kiske, et on se surprend même à trouver "Perfect Gentleman" sympa avec son ambiance celtique, ou "Falling to Pieces" peut-être meilleure que l'originale. La trilogie est elle plutôt bonne, malgré quelques arrangements un peu trop pompeux, et de très loin le meilleur titre de l'album.

En prenant encore davantage de recul (là on commence à ne plus entendre le disque quand même) on croit comprendre la démarche qu'a entrepris le groupe.
Se faire plaisir et revisiter ses classiques (sic) sans complexe et sans barrière musicale. Après tout, 25 ans de metal ça fait du bien de souffler un peu.
On se met à rapprocher un peu leur disque du 'In the Mood' d'Heavens Gate. Hélas, le disque d'Helloween ne dispose pas du second degré et de la distanciation qui faisait le charme du disque des autres allemands.
Pire, il s'étend sur un cd entier, tandis qu'In the Mood avait la bonne idée de se cantonner à une demi-heure bien contenue, et du coup intelligemment frustrante.

Helloween n'a jamais été doué pour les ballades et quand leur musique s'adoucit, elle prend facilement un côté sirupeux. Si on prend en plus en compte que Deris s'attaque à une majorité de titres époque Keepers, on peut supposer qu'ils vont se prendre une méchante volée de bois vert, comme à l'époque de Chameleon.
Pourtant il y a quelques moments à sauver, mais à part les gros fans et les musiciens plus ouverts d'esprit que les simples auditeurs, il est fort à parir que ce disque n'intéressera pas grand monde.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 4, 2010 10:29 AM CET


Entretien avec un vampire [Blu-ray]
Entretien avec un vampire [Blu-ray]
DVD ~ Tom Cruise
Proposé par VipBluray
Prix : EUR 8,49

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bon film, bon bluray, 16 décembre 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Entretien avec un vampire [Blu-ray] (Blu-ray)
Je ne vais pas chroniquer le film, on connait ses qualités, et force est de constater qu'il a bien vieilli (beaucoup mieux que le Dracula de Coppola...)
La performance de Tom Cruise est surement une de ses toutes meilleures, et même ses détracteurs devraient l'apprécier. Kirsten Dunst est elle aussi étonnante de maturité.

Pour ce qui est de la qualité d'image, c'est bon, mais pas exceptionnel, comme souvent avec les "vieux" films. Les noirs sont très bons, et les nombreuses scènes nocturnes sont toujours bien lisibles. Pas de visuel tape à l'oeil dans ce film, donc on n'est pas éblouis mais pas déçus pour autant. La bande son s'en tire bien elle aussi, mais je ne peux comparer avec la version DVD.

Les bonus sont assez peu nombreux, mais sont sous-titrés et reprennent à la fois des images d'époque et d'autres plus récentes (Kristen par exemple, qui revient sur sa prestation).

A noter que le film commence étrangement par une intro, une espèce d'interview réalisée pour la réédition qui aurait du à mon sens figurer en bonus mais bon...


Metallica : Français pour une nuit
Metallica : Français pour une nuit
DVD ~ Metallica
Proposé par envoi rapide et immédiat
Prix : EUR 17,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Masters of Nimes !, 15 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Metallica : Français pour une nuit (DVD)
Puisque tout le monde s'extasie (à raison) sur les images, je vais m'attarder un peu sur la partie sonore.
Le son est génial, comme toujours (pour les live du moins), le public bien présent et James, même s'il est un peu fatigué en fin de set, a retrouvé une voix presque aggressive comme au bon vieux temps de Live Shit !
ça fait du bien d'entendre Blackened et les morceaux les plus thrash avec de la hargne dans la voix, contrairement aux faces b live de triste memoire par exemple.
En revanche, musicalement, c'est pour le moins approximatif. Le niveau technique de Lars diminue d'année en année (ou est-ce trop physique au obut de temps d'années ?) et les rythmiques sont bien moins acérées que par le passé. Pourquoi pas après tout, c'est du rock, probablement assez peu overdubbé, et ça apporte un peu de fraicheur et de spontanéité. Mais ça fait tout de même bizare d'entendre des morceaux joués depuis 25 ans d'une manière aussi approximative.
Deuxième point, la setlist : oui elle est bonne. Mais aussi très classique. La seule surprise étant finalement Dyer's Eve, ça fait peu, surtout que le groupe faisait tourner au moins 50 morceaux différents sur la tournée.
Il faudra donc attendre le live à Mexico pour avoir une setlist fabuleuse de 30 et quelques morceaux. Dommage. D'autant qu'un 3e live au Canada a l'air d'être dans les cartons (rien de confirmé pour le moment) !

Au final, un live excellent mais un poil trop classique et nonchalant, heureusement sublimé par un visuel dantesque, qui fait passer tous ces bémols au second plan.

A voir si ça vaut le coût ou s'il sera préférable de se rabattre sur l(es) autre(s) live à paraitre...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 30, 2009 6:23 PM CET


Scorpions - Amazonia, Live in the Jungle
Scorpions - Amazonia, Live in the Jungle
DVD ~ Scorpions
Prix : EUR 6,99

13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Increvables ! 3,5 / 5, 14 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scorpions - Amazonia, Live in the Jungle (DVD)
Les inusables papys n'en finissent plus de surfer sur la vague de leur come back. Et c'est bien légitime, car personne en 2003 ne donnait cher de leur peau. En l'espace de deux albums et de deux énormes tournées, ils ont rappelé au monde pourquoi ils étaient devenus un des plus gros groupes de rock.
En attendant un nouvel album qu'on nous annonce comme étant la continuité directe de Blackout et consorts, on a le droit à un DVD live.
On peut se demander l'intérêt d'un tel objet, puisque la tournée de "Unbreakable" était immortalisée par "Live in Vienna" (tout moisi il est vrai) et 2007 a vu la sortie du mémorable concert du WOA.

D'un point de vue strictement musical, on dénote 6 morceaux ne figurant pas sur les précédents DVDs, ce qui représente un tiers de la galette.
Pas si mal, mais comme certains le savent ici, je ne suis jamais content.
En effet, on n'aurait pas craché sur '"Rhythm of Love", "Send me an Angel" et "A moment In a Million Years" (bon, ok celle là on s'en fout) au profit d'une énième version de Still Loving you ou Wind of Change. Ces chansons ont été jouées les deux dates qui composent ce DVD, donc pas d'excuse...
Le principal défaut de ce DVD est donc de sortir trop tôt après les autres, et de ne pas apporter assez de sang neuf. Une petite heure 30 de show, il y avait définitivement la place pour plus.
Cela dit, on retrouve des chansons ultra connues (Holiday, Wind of Change...) dans des versions un peu modifiées, en compagnies de guests du pays bien sympas (même si quelques fautes de goût émaillent les prestations tout de même).
En revanche on se félicitera de l'homogénéité du son des deux dates, même si le son de la plus courte retenue me semble meilleur (le son de gratte est presque thrash !)
Autre point positif, les sous de ce DVD seront majoritairement reversées pour la préservation de la forêt amazonienne.

Au global donc, c'est du bon, on est sidérés de retrouver nos quinqua/sexagénaires dans une telle forme, le son est bon comme d'habitude, et malgré une voix de plus en plus nasillarde et approximative, Klaus s'en sort encore avec les honneurs pour ses 60 ans. Mais pour combien de temps ? Dire qu'ils ont prévu 300 dates en 2 ans pour le prochain album !

Track Listings
1. Hour I
2. Coming Home
3. Bad Boys Running Wild
4. No Pain No Gain
5. Always Somewhere
6. Holiday
7. Dust In The Wind
8. Wind Of Change
9. 321
10. Blackout
11. Big City Nights
12. Still Loving You
13. Rock You Like A Hurricane
------------------------------
14. Hour I
15. Love 'em Or Leave 'em
16. Make It Real
17. Tease Me, Please Me
18. Humanity
------------------------------
19. Amazonia - Greenpeace Documentary
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 30, 2009 6:26 PM CET


Gods of Vermin Ltd edition
Gods of Vermin Ltd edition
Prix : EUR 20,75

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 The Place where he hides... 3,5 / 5, 9 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gods of Vermin Ltd edition (CD)
Qui ça ? Henning Basse voyons. Quand il ne se peint la tronche (et le reste peut-être, je ne veux pas savoir) avec le schtroumps de Metalium, il se cache chez Sons of Seasons.
He ben il devrait peut-être faire l'inverse dis donc !
On découvre ici le talentueux vocaliste faire autre chose que la courses aux gueulantes et ça fait du bien.
L'entendre sur un registre plus varié lui va vraiment bien.

Bon, mais le père Henning n'est pas seul (Simone d'Epica vient d'ailleurs parfois l'appuyer) et une bonne voix sans des chansons qui tiennent la route, ça donne le 1er Revolution Renaissance par exemple.
Point de ça ici, mais un metal racé, assez varié, qui oscille entre heavy classique mais burné, ballades mélancoliques, et ambiances un peu sombres.
Les claviers sont utilisés avec parcimonie pour créer des atmosphères assez orignales, et les mélodies parfois légèrement dissonantes se marient bien avec le feeling thrash de certaines rythmiques.

On peut trouver beaucoup de ressemblances bien sûr, mais rien en particulier et force est de reconnaitre que Sons of Seasons a su créer une musique avec pas mal de personnalité.
Cette audace ne fait pas mouche à chaque fois et rend le propos par moments décousu, mais on ne peut que respecter le travail de composition et d'arrangements des compositeurs.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20