Profil de F. Stephane > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par F. Stephane
Classement des meilleurs critiques: 3.097
Votes utiles : 649

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
F. Stephane (france)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Live at masters of rock
Live at masters of rock
Prix : EUR 16,59

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 King of the Kill !!! ha bah non, 16 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live at masters of rock (CD)
Ceux qui ont vu le groupe en concert (quel que soit le line up) savent que c'est toujours un grand moment de boucherie, et ceux qui l'ont vu avec Dave savent que ça poutre sévère, le bonhomme assurant presque aussi bien que Jeff à la gratte, et se payant le luxe d'être le meilleur chanteur (du moins le mieux adapté et le pus versatile) qu'ait compté Annihilator dans ses rangs.
Ca commence dans la finesse avec un King of the Kill impeccable et implacable (quel titre bon sang !) et ça baisse hélas d'un cran avec la suite (Blackest Day, Op Annihilation et Clown Parade). Quel dommage d'aligner une triplette de titres sympas mais pas folichons, et ce, dès le départ !
Ensuite, c'est le sans faute, que du classique, il faut dire qu'en concentrant la moitié du setlist sur les seuls deux premiers albums, ça ne pouvait pas rater.
Hélas, le concert est court (une heure dix) et ne contient que 13 titres, dont seulement 5 ne figurant pas déjà sur le live précédent. Du coup les impasses sont nombreuses, et si la prestation de ce jour n'était hélas pas plus longue (festival oblige) on aurait aimé un peu de rab en bonus ou du moins des titres implacables en remplacement du départ molasson (Drive, Refresh the Demon et Maximum Satan par exemple ??), qui auraient atténué un peu la légère frustration. Et puis finir à chaque fois sur "Shallow Grave", quelle idée...A vouloir faire un hommage à ACDC, au moins choisir "Nothing to Me" bien meilleure dans le genre.

Frustration également due à l'interprétation très propre des titres. Anni (pour les intimes) sur scène, ça joue propre (encore qu'on entende une incroyable bourde bien ratrappée sur "in Command"), mais il manquait déjà le grain de folie au double live Annihilation (par rapport au live 89-90 par exemple).
Le son de la batterie est un poil pateux, et si le son d'Annihilator a été une référence durant les années 90, il faudrait maintenant que le pépère s'adjoigne les services d'un ingé son extérieur pour avoir vraiment le "gros son".

On ne retrouve pas tout à fait l'exaltation d'un vrai concert, mais il est vrai que le DVD en souffre beaucoup moins que la version CD.
Si vous la trouvez, préférez celle-ci, car en dépit d'un montage un peu mollasson, on bénéficie d'une bonne image, d'un son un poil plus dynamique et de l'excellente présence scènique de Jeff et Dave. La version vidéo vaut presque une étoile de plus.

A me relire, je tape fort. Pourtant je l'aime ce live, il est tout de même assez couillu, bien foutu et comporte son lot de hits.
Mais après 20 ans de carrière et autant de tubes, je ne peux m'empêcher d'être un peu déçu. On aurait voulu quelque chose de plus fou, et surtout de plus fourni !


Dark Matter Dimensions
Dark Matter Dimensions
Prix : EUR 12,92

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 bien mais pas top..., 2 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dark Matter Dimensions (CD)
Scar Symmetry s'inscrit dans la longue liste de groupes nordiques pratiquant un 'mélo death', style plus que sur-représenté aujourd'hui. (Soilwork & co)
Celui-ci se distingue tout de même de la concurrence, par un petit côté 'cyber', un peu futuriste dans les claviers pas désagréable.

Je m'étais penché sur la sortie de leur précédent opus, 'Holographic Universe' qui m'avait laissé passablement froid. Pas que l'album soit mauvais, mais il était assez passe-partout et peu mémorisable. Il y a du mieux dans le nouveau, c'est plus énergique, les mélodies sont moins évidentes (mais encore un peu trop tout de même).
"Iconoclast", le premier morceau démarre très bien, on croirait presque du Maiden avec sa mélodie à deux guitares, puis ça balance un rythme bien rapide avec un clavier bien inquiètant appui des grattes. Le chant hurlé se tape les couplets, tandis que le chant clair s'installe sur les refrains. Un chant vraiment très clair, trop peut-être, car il faut reconnaitre qu'il manque de puissance.
Bref, la formule est connue et efficace, mais sont-ce les mélodies qui sont trop gentilles ? Je ne sais pas, mais on a bien du mal à accrocher ou à retenir une chanson en entier. On ne peut pas vraiment prendre un morceau en défaut, tout est bon, mais hélas seulement bon.
Pourtant, ça joue bien, certains soli sont très bien vus, et probablement que si le style n'était pas si saturé, Scar Symmetry impressionnertait bien plus.

En fait, on pourrait considérer que Scar Symmetry est la réponse du label à Mercenary signé chez Century Media.
Le style pratiqué est très similaire, de (très) grosses rythmiques, un chant clair, un autre hurlé, un batteur pachydermique, vous voyez le topo.
Malheureusement pour eux, j'ai découvert leur musique après mes chouchous, et ça ne plaide pas en leur faveur. Mercenary possède un sens de l'arrangement, de la mise en palce des passages et de la mélodie qui relègue loin derrière la concurrence. Quand les refrains de Scar Symmetry sont presque enjoués, chez la concurrence il se font majestueux ou mélancoliques, ce qui se prète bien mieux à ce genre de musique.

Si ce type de metal vous intéresse, je vous conseille plutôt d'opter pour la musique des excellents danois, plutôt que pour ce (sympathique) clone, à qui il manque encore le vrai talent pour être passionnant.


Completion Makes The Tragedy
Completion Makes The Tragedy
Prix : EUR 12,48

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Strid + Thomen = yeeaahh....ah non en fait....2,5 / 5, 30 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Completion Makes The Tragedy (CD)
Blind Guardian fait partie de mes groupes préférés, quant à Soilwork, 'Chainheart Machine' et 'Predator's Portrait' sont en bonne place dans ma liste des albums cultes.
C'est donc avec un certain intérêt que j'ai acheté cet album, avec même une certaine admiration pour notre bon vieux Thomen, que je ne pensais si aventureux musicalement parlant. Se remettre en question/en danger après 15 ans à délivrer du speed teuton, il fallait oser, chapeau bas !

Hélas, le constat n'est pas à la hauteur de cette dream team.
Coldseed nous délivre un album moderne, lorgnant beaucoup plus vers les horizons du suèdois que du batteur allemand. Hélas, la musique du sextet (ben oui ils sont accompagnés de joyeux drilles quand même) oublie d'être precutante ! Ce qui est un comble quand on connait la patate (dans des styles très différents certes) des deux protagonistes principaux !
Moi qui m'attendais à un bon metal racé, furibard, mélodique et véloce, je me retrouve avec un espèce de metal moderne, globalement mou et pas très bien produit de surcroit (encore quelque chose d'incompréhensible).

Bien sur, certaines chansons sont bonnes. 'Democracy Lesson' est typiquement single Soilwork (mais en plus soft), tandis que les speederies ne sont pas totalement absentes (Five more to Fix, Completion makes the Tragedy et On me way). Il est regrettable de constater que ce sont de très loin les meilleurs pistes, et du même coup celles qui s'écartent le moins de l'univers musical habituel des compères.
Vous saurez de quoi je parle quand vous subirez la pénible 'my affliction', track d'ouverture ratée s'il en est.

En clair, tout n'est pas à jeter, mais force est de constater que cette association fait quand même bien pétard mouillé. C'est dommage quand on voit les autres réussir (Thomen avec Savage Circus, Speed avec Disarmonia Mundi, mieux que son groupe d'origine !)

A quand un deuxième en restant peut-être un peu plus fidèle à vous mêmes les gars ?
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 20, 2009 10:09 AM CET


Lionsheart
Lionsheart

5.0 étoiles sur 5 Quel album ! Quelle voix ! 4,5 / 5, 1 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lionsheart (CD)
Découvert complètement par hasard à la médiathèque à côté de chez moi il y a bien longtemps, j'ai resorti ce brulot en faisant du rangement.
Parfois, ce qu'on a trouvé éclatant un temps semble terne et finalement sans saveur plus tard. Les gouts changent, aussi il est toujours amusant de réécouter des CDs oubliés depuis longtemps.

Bien m'en a pris, ce disque est en tout point conforme à mon souvenir, et le plaisir fut au rendez-vous !
Formé par l'excellent Steeve Grimmett (Grim Reaper, Onslaught) et les jumeaux Owers, Lionsheart nous délivre là un putain d'album, le meilleur de son erratique (et confidentielle) carrière. Il faut croire que les deux frangins étaient pour beaucoup dans la qualité des morceaux, car dès le 2e album "Price in Tact", le niveau, bien que bon, baisse d'un cran en les voyant quitter le navire.

Pour l'heure, c'est ce premier opus qui m'intéresse, et si j'osais je le rapprocherai du fabuleux "Worldchanger" de Jorn.
Non pas que les styles se ressemblent plus que ça, mais on obtient dans les deux cas des albums assez particuliers, à savoir sans style bien défini. On ne sait pas si on écoute du Hard FM, du gros rock, ni même du speed ou du néo classique. "Lionsheart" contient tout ça, et s'érige en touche à tout talentueux.
Le seconde point commun, c'est que le disque est emmené de voix de maître. Nom de nom quelle voix ! La presta est de haut niveau et touche même au sublime parfois. Ecoutez 'The portait' c'est bien simple j'ai des frissons à chaque fois que je l'écoute ! On dirait une chute de studio de Marching Out (Malmsteen) tellement c'est bien foutu et bien interprété.

Si ce titre constitue le point d'orgue du disque, habilement situé à la moitié de l'écoute, ça ne doit pas détourner l'auditeur des excellents 'Had Enough' et 'World of Pain' qui ouvrent le bal, des speeds tantôt rock 'Ready or Not' et 'Good Enough' tantôt carrément Helloweenienne 'Living in a Fantasy'.

Un très bon album, encore une fois injustement méconnu qui mérite vraiment pour qui aime le heavy classique. Car dans classique il y a 'classe' et ce disque n'en manque assurément pas !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 6, 2009 10:08 PM MEST


Age of Aquarius
Age of Aquarius
Prix : EUR 19,26

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Prends tes vitamines Timo à la fin !, 29 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Age of Aquarius (CD)
Bon c'est vrai, c'est bien moins ridicule que ton premier essai. En même temps, plus minable c'était guère possible tu en conviendras non ? Il te reste un peu de bon sens, et on entend bien que tu as essayé de moins copier tes ex copains, mais on sent aussi que ça n'a pas été facile...
Pourtant la chanson titre est soft, mais pas mal fichue, et "Behind the Mask" sonne comme un Scorpions aux hormones. "Into the Future" est un belle tentative également, avec son petit côté Mike Olfield/Gary Moore. Il est pas mal du tout au passage ton petit chanteur là ! En plus ça fait plus sérieux, ça ressemble à un groupe comme ça. Et tu as arrêté les soli néo classiques vides de sens à tout crin, c'est bien ça aussi !

Alors pourquoi tu t'es arrêté en chemin comme ça ? Des rythmes lents sur fond de grosses orchestrations, tu l'as déjà fait et pas qu'un peu. ça pouvait impressionner il y a 15 ans, mais là ça ne cause plus à grand monde.
Et pourquoi faire autant de passages calmes ? Ok, tu n'as jamais composé du thrash, mais là, 9 titres et un seul qui pète un peu, ça fait juste non ?

Au final, les bonnes idées sont noyées dans une soupe pas franchement folichone qui fait qu'on se désintéresse rapidement d'un album qui a pourtant de bonnes choses.
Allez, le prochain, tu mets la patée à tes ex collègues, parceque quand même, ça serait dommage de continuer à passer pour un looser alors que tu as créé Strato non ?
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 15, 2010 9:35 AM CET


Live In America
Live In America
DVD ~ Jorn

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un bon live, mais à l'image des albums, un peu feignant...3,5 / 5, 16 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live In America (DVD)
Oui Jorn chante comme un dieu.
Oui le son est énorme (pas aussi percutant que sur album, la gratte est un peu moins en avant, mais ça fait très live, bien naturel).
Oui l'image est bonne, c'est agréable à regarder, sobre et bien filmé, sans artifices mais efficace.

Le problème en ce qui me concerne vient surtout du setlist. 15 chansons dont deux solos, soit 13.
Une tonne de reprises, certes bonnes, mais entendues 100 fois (perfect strangers, cold sweat...)et qui laisse surtout peu de place aux compositions de Jorn lui même, pour la plupart peu judicieusement choisies.
On se consolera avec la très bonne "Soulburn" et l'inatendue "Godless And Wicked", mais on reste vraiment sur sa faim...
Pour un tour d'horizon comme celui là, on aurait aimé au moins un ou deux titres de 'Worldchanger' par exemple.

Si on rajoute au tableau un public bien trop timide, et un Jorn assez peu charismatique sur scène, on obtient un live digne d'intérêt, mais décevant au regard du talent d'interprétation du groupe.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 7, 2009 7:32 PM MEST


Worldchanger
Worldchanger

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur album de Jorn, tout simplement !, 16 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Worldchanger (CD)
"C'est la voix" dit l'autre chronique.
Certes.
Mais en ce qui me concerne c'est surtout les compos et la qualité d'écriture qui fait sortir ce disque du lot. Les albums solo de Jorn me laissent assez froid en général, et je le déplore car j'aimerais me régaler plus de son superbe timbre. C'est justement sur cet album que j'y arrive !

Car pondre un disque de 9 titres, tous dans un style radicalement différent (sans l'homogénéité qui plombe les autres disques de Jorn) et presque tous réussis, il fallait le faire !
On a droit à presque toutes les facettes de rock/metal, en passant par le lourd (Tungur Knivur, Glow In The Dark), la ballade (House Of Cards), le hard rock (Sunset Station) le bourrin speed (Bless The Child), le 70's décalé (Christine), bref, c'est éclectique et ça se paie le luxe d'être digeste.
Seule "Captured" est franchement dispensable, mais apporte elle aussi sa touche de diversité.

Un grand album, un des tous meilleurs avec la voix de Jorn, tous projets confondus (Ark, Masterplan, solo, etc...)
S'il n'a pas eu la médiatisation que Jorn a désormais, et que l'album est donc assez méconnu, ne vous privez pas de mettre la main sur ce cd....ce qui n'est peut-être plus si facile que ça remarquez...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : May 11, 2012 7:45 PM MEST


The Dark Discovery
The Dark Discovery

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 A great discovery ! 3,5 / 5, 15 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dark Discovery (CD)
Ne voyant pas de chronique pour ce bon premier album d'Evergrey, je me devais de réparer cette injustice !

En effet, ce fut une bonne découverte. Un ami s'était intéressé à ce jeune groupe car l'album était produit par le talentueux Andy Larocque (génial gratteux de King Diamond entre autres), et me le fit écouter.
L'accroche fut immédiate, car Evergrey propose d'emblée une musique très personnelle et ne ressemblant à rien d'autre (encore plus vrai il y a 12 ans). On sent bien pourquoi Larocque a aidé le groupe, tant l'univers sombre et fantomatique du combo est proche de celui du King. Toutefois ici, point de grand guignol et de voix de fillettes, c'est beaucoup plus sobre.

L'album n'est pas le plus facile d'accès, en raison d'une production bien sur perfectible et d'un sens de la mélodie encore immature. Tout le milieu de l'album par exemple n'est pas toujours mémorisable. C'est sans doute pour cela qu'il est rarement cité, peu connu et même peu exploité sur scène par le groupe.

Il n'empèche que le début du cd vaut son pesant de cacahuètes, avec "Blackened Dawn" et "December 26th" et la chanson titre. Des riffs plus thrashy que par la suite, et une ambiance déjà bien travaillée émaillent cet album.
"When the River calls" et la géniale "To hope is to fear" font également partie des hauts faits de ce disque.

The Dark Discovery est un bon premier jet, qui fut surement nécessaire à l'accouchement du chef d'oeuvre "Solitude - Dominance - Tragedy" qui suivra.


Solitude Dominance
Solitude Dominance

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La référence du groupe, 14 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Solitude Dominance (CD)
A quelques semaines du passage d'Evergrey à Paris, il m'a pris l'envie de replonger dans ce vieil album.
L'album précisemment qui m'a fait succomber au groupe. J'avais beaucoup apprécié "Dark Discovery" (et oui je suis le groupe depuis le tout début !) mais celui ci marque clairement une étape.
Moins thrashy, plus axé sur l'émotion tout en étant plus économe de moyens que pour les albums plus récents.

Ici, moins de gros choeurs (moins de gros son aussi) mais un talent d'écriture imparable.
9 titres, 9 bombes, fait rare chez un groupe qui a tendance, comme beaucoup, à faire un bon tiers de remplissage.
Ici, on sent les idées foisonnantes et même si certains peuvent trouver les albums suivants plus aboutis, ils ne sont pour moi que le développement de tout ce qui a été dit ici. Le fait que j'ai connu cet album à sa sortie joue évidemment dans la balance je suppose.

"Solitude Within", devenu un classique ouvre le bal macabre. Son break avec violoncelle est merveilleux de simplicité et d'épuration, et créée pourtant toute une ambiance. Deuxième plage, deuxième classique, "Nosferatu", imparable. Je ne vais pas faire un track by track ennuyeux, mais juste insister sur la fantastique "She Speaks to the Dead" (une des toutes meilleures compositions de Tom et sa bande), et sur la géniale "Corey Curse" et son thème de synthé qui ne varie pas de toute la chanson, et donne un côté lancinant absolument hypnotique.
Le côté gothique et fantomatique cher à la première époque musicale du groupe (qui se dissipera sur "Recreation Day) est ici à son summum.

Un album essentiel aux fans du groupe, et même aux autres, tant la musique parait ici plus fraiche et spontanée que sur les (tout de même très bons) albums suivants.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 8, 2009 6:06 PM CET


Last Look At Eden
Last Look At Eden
Prix : EUR 12,00

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Europe continue d'innover 3,5 / 5, 9 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Look At Eden (CD)
Après la renaissance et l'évolution salvatrice du dyptique Start from the Dark/Secret Society, Europe continue à revisiter sa musique et se remettre en question.
Si les deux précédents opus pouvaient irriter certains fans par leur trop grande similitude avec les albums solo de Norum, et surtout l'abandon quasi total de l'ancien Europe, ils ne vont pas être contentés par cette nouvelle offrande en ce qui concerne le deuxième point !

Son énorme (ça sature un peu d'ailleurs, le mastering a été abusé sembe t'il), guitares en avant, "Last Look at Eden" écrase tout sur son passage. Intro symphonique à la Strato et tempo bien lourd, cette chanson est une merveille, presque épique. Après le départ pour le moins étrange de 'Secret Society', on peut dire que là ça commence très fort !
"Gonna get Ready" revient vers des sonorités plus conventionnelles, mais toujours avec cette approche moderne adoptée depuis le come back. Un bon morceau très rock, légèrement teinté d'influences 70's avec la patte typique du groupe.
Le feeling 70's s'accentue avec la troisième piste, "Catch that plane", qui évoque également par ses claviers l'album "Out of this World".
"The Beast" envoie le bois comme il faut tandis que "No Stone Unturned" baigne dans une ambiance sombre et symphonique totalement inédite pour Europe.
Les deux ballades sont par contre moins réussies que la poignante "Mother's Son" de l'album précédent, et U Devil U sent bont le remplissage.

Bilan, encore un bon album pour Europe qui s'inscrit durablement dans la liste des groupes ayant réussi leur come back. Un cran en dessous des imparables 'Start from the Dark' et 'Secret Society' (moins de morceaus marquants tout de même), mais l'album contient suffisamment de nouveaux éléments et de nouvelles sonorités pour susciter l'intérêt de tout fan de rock.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20