Profil de yf > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par yf
Classement des meilleurs critiques: 50.899
Votes utiles : 19

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
yf (France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
La sagesse de l'amour
La sagesse de l'amour
par Alain Finkielkraut
Edition : Poche
Prix : EUR 8,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 l'amour précisément, 2 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La sagesse de l'amour (Poche)
Superbe texte de 1984 sur un sujet on ne peut plus essentiel, mais souvent traité avec un certain lyrisme qui peut empêcher d’en voir toute la subtilité. Rien de tel ici. Rien que de la philosophie du plus haut vol, difficile mais jamais absconse.
A l’appui de sa thèse, Finkielkraut convoque largement Levinas, jamais une mauvaise chose, et cela donne ce genre de phrases éblouissantes :
« La donnée primordiale du rapport de l’homme avec l’autre homme n’est pas l’hostilité, mais l’alliance ou plutôt la non-possibilité de l’indifférence. Il faut penser l’hostilité à partir de l’alliance, et non l’inverse. Ce n’est pas comme le veut Nietzsche le ressentiment à l’égard de la force qui engendre l’amour du prochain, cette apologie des malheureux et des faibles. C’est l’amour, saisissement par le prochain, investiture irrécusable, qui engendre, par réaction, la rancœur et la férocité. A ces généalogies de la morale, Lévinas oppose une réflexion sur le mal qui divulgue le secret moral de l’immoralité ; c’est parce que, comme dans la passion, je ne peux pas me soustraire à un autre qui m’échappe toujours, c’est parce que je ne suis pas l’égal du prochain, mais son élu, son otage, son débiteur, que me submergent parfois les pulsions agressives.»

Mais il va aussi au plus intime, dont voici un petit florilège:

« L’érotisme est l’expérience de l’inviolabilité d’autrui, ou mieux encore, de sa pudeur ».
« Même disponible, même à portée de caresse, le visage aimé manque, et ce manque est la merveille de l’altérité. Présent, l’autre reste toujours prochain (toujours à venir, tel un rendez-vous sans cesse ajourné) ».
« Etre deux : il faut toute la minutie et toute la ferveur du rituel amoureux pour accéder à la merveille enfouie sous cette évidence ».

Tout cela nous donne en effet une idée un peu moins vague de l’amour.
Défaut du texte: l’argumentation gagnerait à être un peu plus resserré. C’est un peu décousu par endroits, mais, dans l’ensemble, d’une grand richesse conceptuelle.


L'Étranger
L'Étranger
par Albert Camus
Edition : CD

5.0 étoiles sur 5 diction parfaite pour ce texte, 24 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Étranger (CD)
La diction de Michael Lonsdale correspond parfaitement à ce texte. Son style doux, peu demonstratif, impressionniste, qui semble dire à chaque phrase: "pas de jugement hatif !", apporte même quelque chose de plus. Magnifique symbiose.


Les enquêtes du commissaire Maigret Volume 4 : Coffret Métal - 11 Épisodes
Les enquêtes du commissaire Maigret Volume 4 : Coffret Métal - 11 Épisodes
DVD ~ Jean Richard

2.0 étoiles sur 5 films NON restaurés, 23 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
attention, contrairement à ce qui est indiqué sur ce coffret et repris dans la description par Amazon, les films ne sont nullement restaurés !


La Grande Bellezza
La Grande Bellezza
DVD ~ Toni Servillo
Prix : EUR 9,15

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Narrateur supérieur au film, 13 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Grande Bellezza (DVD)
Le sujet du film : à Rome, tranche de vie d'un homme de 65 ans, journaliste artistique, ayant écrit un roman plus tôt dans sa vie et devenu depuis un grand mondain, et se demandant à l'occasion s'il doit écrire un second roman.
Tout ceci pouvait faire un grand film proustien ou fellinien (une Dolce vita moderne, comme on l'a dit)
Mais la réalisation, très aseptisée, fait que le thème de la mort qui taraude notre narrateur est comme doublonné par cette caméra sans vie, d'où une impression générale plutôt cafardeuse.
Par exemple, les fêtes, déjà assez sinistres en soi (des sexagénaires dansant tous seuls comme des adolescents) sont filmées avec la musique en bande son, et non venant de la fête elle-même, ce qui donne un effet particulièrement nauséeux, sans doute non voulu.
Le point de vue désabusé du narrateur, justifié par ce qu'il voit autour de lui, ne nécessitait pas ce traitement cinématographique.
D'autant plus que ce narrateur est quant à lui humain, drôle, charismatique, chaleureux et sensible. Sa seule présence (même en vf) nous fait passer 2h20 assez plaisantes. Mais il aurait sans doute fallu qu'il prêtât sa caméra à un cinéaste plus aguerri. Qu'aurait fait par exemple Antonioni de ce scénario et de ce personnage ? Ou Raoul Ruiz. Oui, il me semble que Ruiz aurait fait un film assez fort.


La révolution de l'amour
La révolution de l'amour
Prix : EUR 14,99

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 ceci n'est pas un livre de new age, 25 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La révolution de l'amour (Format Kindle)
La révolution de l'amour a le mérite de mettre dans une large perspective, parmi d'autres éléments, ce moment, à l'époque de la révolution industrielle, où les jeunes et nouveaux salariés s'installent dans les villes et s'émancipent du poids de la communauté rurale.
De ce moment d'apparence relativement anodine naitra peu à peu des choses aussi cruciales que la laïcité et le mariage d'amour, qui lui-même entrainera l'amour inconditionnel des enfants (considérés auparavant, d'un point de vue émotionnel, plus ou moins comme du bétail), qui finalement donnera naissance à ce souci des générations futures qui commence aujourd'hui à s'imposer dans la sphère publique.

On peut donc bien parler d'une révolution, somme toute assez méconnue, sauf des historiens sans doute(et qu'il faut d'ailleurs relier au phénomène bien connu de transition démographique).
Luc Ferry a en tout cas visé juste en faisant de ce matériau historique un livre philosophique.

D'autant qu'avec lui, on est sûr d'être dans le rigoureux (il a été universitaire, spécialiste de Kant) bien que toujours abordable et parfaitement synthétique.
Il nous offre ici un très beau voyage à travers l'histoire de la pensée, toujours en rapport avec son sujet, s'offrant même le luxe d'être iconoclaste (il intitule un chapitre « l'échec de la philosophie », dans lequel il fait un sort au stoïcisme, à Schopenhauer (« viva la muerte ! » conclue-t-il, ironique, après un exposé pourtant objectif et détaillé de la pensée du philosophe allemand). Voilà qui est rafraichissant pour un universitaire ! Et rafraichissant tout court.

Quelques points faibles cependant :
Tout d'abord, le style façon cours en amphithéâtre, avec répétitions pour bien comprendre, etc. C'est voulu, nous prévient l'auteur, mais c'est quand même un peu trop par moment. (Mais il est vrai qu'en refermant le livre, on a bien les concepts en tête).

Mais surtout, on reste sur sa faim quant à ce sous- titre programmatique « pour une spiritualité laïque ».
En effet si l'importance de cette révolution est parfaitement saisie et les implications en effet gigantesques d'un point de vue politique (souci de l'écologie, de la dette, développement durable, aide au développement, etc), Il n'empêche que nous sommes tout autant démunis face à l'idée de la mort, voire davantage si, comme l'auteur et à juste titre, nous ne croyons plus aux vertus de l'ascèse philosophique ou aux diverses dissolutions du sujet dans le grand tout !

Or ce sous-titre fait terriblement new age/développement personnel, alors que le livre ne donne aucune réponse de cet ordre. Attention au malentendu, donc.
(Et l'illustration de couverture n'arrange pas les choses..., pourquoi pas un dessin de Folon, pendant qu'il y était !)

La thèse du livre n'en demeure pas moins profonde, inédite, captivante et très bien documentée.


A la recherche du temps perdu : L'Intégrale (111 CD)
A la recherche du temps perdu : L'Intégrale (111 CD)
par Marcel Proust
Edition : CD

14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le grand luxe, 14 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : A la recherche du temps perdu : L'Intégrale (111 CD) (CD)
A la recherche du temps perdu, ou comment, raconté en trois mille pages, un jeune homme finit par se mettre à écrire...

Décidemment, chez Proust, on ne fait pas dans le sec, mais dans la vie, la chaleur humaine, et jusque dans ses moindres recoins : ce pavé vous réchauffe le coeur avant même d'être ouvert...

Alors, à ceux que la lecture de ces trois mille pages de phrases riches et longues intimiderait ou découragerait, ce texte lu est la solution idéale.

Et pas lu par n'importe qui : André Dussolier, Michael Lonsdale (on peut difficilement trouver plus juste et délicat que ces deux-là) Guillaume Gallienne (parfait dans les scènes « de salon » - Guermantes, Verdurin à Balbec) et d'autres un peu en deçà (forcément...)

Comme le dit une lectrice plus haut, tout devient plus fluide lorsque c'est bien lu (par exemple, les incessantes appositions au milieu des phrases sont souvent lues plus rapidement, etc)

Bref, offrez vous ce luxe suprême : la Recherche, au creux de l'oreille, sans effort de lecture.

Vous pouvez même le mettre sur votre mp3 (enregistrer les disques sur un ordinateur via le lecteur media habituel présent sur l'ordinateur, puis charger les fichiers audio ainsi obtenus sur votre mp3) :
je vous certifie que dans le métro, c'est plus dépaysant que Lady Gaga.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 10, 2013 10:54 AM CET


Page : 1