undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères
Profil de Jorian 132 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jorian 132
Classement des meilleurs critiques: 836
Votes utiles : 2582

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jorian 132 "lire, quel plaisir!" (Paris, France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Vous n'aurez pas ma haine
Vous n'aurez pas ma haine
par Antoine Leiris
Edition : Broché
Prix : EUR 12,90

2.0 étoiles sur 5 Bisounours est-il la bonne réponse?, 26 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vous n'aurez pas ma haine (Broché)
L'auteur a vécu un drame épouvantable. Il a éprouvé le besoin de s'exprimer. Certains penseront que le deuil doit être plutot vécu dans l'intimité, avec une grande pudeur. Cela n'a pas été le choix de Leiris, c'est son droit le plus strict.

Par contre, comment peut-on être céder face à l'ennemi qui s'est clairement déclaré? Comment peut-on croire que c'est en renonçant à tout combat qu'on pourra le vaincre, voire lui résister? Comment peut-on faire semblant qu'il faut choisir entre sécurité et liberté, alors que les exigeances de la bien pensance et du poiltiquement correct ont abattu toutes les défenses des sociétés occidentales? Comment ne pas se rendre compte que les islamistes veulent la soumission de l'Autre, et rien d'autre, que cet argumentaire complaisant et compassionnel ne peut que les encourager à fustiger encore et encore l'Occident. "Si vous donnez un doigt à un fanatique, il vous prendra le bras".

Non, on ne peut que refuser le chemin de la dhimmitude proposé par l'auteur, tout en déplorant amèrement son drame. Ce livre ressemble au syndrome de Stockholm...Il faut savoir être plus courageux que ses ennemis!


Décomposition française: Comment en est-on arrivé là ?
Décomposition française: Comment en est-on arrivé là ?
par Malika Sorel-Sutter
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

5.0 étoiles sur 5 Edifiant!, 26 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Décomposition française: Comment en est-on arrivé là ? (Broché)
Avec une lucidité exemplaire, l'auteur, qui a connu "de l'intérieur" le fonctionnement des instances qui gouvernent la France, met à nu l'hypocrisie, les mensonges, l'égoisme avec lesquels les "élites", notamment politiques, mais aussi les décideurs non élus (Conseil d'Etat, Commissions innombrables,...), bien des intellectuels, les médias, le monde du spectacle, mènent la France à l'abime.

L'ideologie multiculturaliste/droits de l'hommiste/immigrationniste prévaut, et depuis 40 ans fait tout pour défavoriser les français de souche. L'égalité réelle est bafouée pour privilégier les membres de la diversité. L'identité et la culture françaises sont sacrifiées aux intérêtes sordides des "élites". Grands patrons et politiques favorisent une immigration délirante de populations qui ne veulent (peuvent?) pas s'intégrer, pour trouver de la main d'oeuvre bon marché ou des élécteurs dociles. La faute est rejetée sur la France qui serait raciste et xénophobe, alors que c'est un des pays les plus accueillants du monde!

Cette idéologie sournoise use de mensonges permanents, refusant d'admettre le réel qui montre le résultat catastrophique qu'entraine l'application de ses dogmes, mais aussi une novlangue aberrante qui cache le sens des choses (voir notamment par exemple le fameux et fumeux rapport Tuot (p 264...), ou le rapport de refondation (sic, c'est une véritable entreprise de destruction) (p 275...).On croit rêver, mais c'est un cauchemar!

Félicitations à Mme Sorel-Sutter pour son analyse implacable, documentée, sérieuse et incontestable. Sa conclusion est pessimiste, et au départ j'avais pensé que le terme "décomposition" dans le titre était peut-être exagéré. Aprés lecture, je crois qu'il correspond hélas à la stricte réalité.

Une seule remarque: parfois, l'auteur semble considérer que cette politique désastreuse a été volontairement mise en oeuvre, ce qui est effectivement le cas, elle a été menée par idéologie, ou par intérêt. Mais souvent (ex: p 185, p 205), elle semble penser que c'est par erreur, par manque de compréhension de la réalité, par légèreté que les "élites" ont conduit le pays à ce désastre. Non, cela a bien été pensé et voulu par la cléricature dominante de ce nouveau totalitarisme "soft" que la France et l'Europe subissent, en contournant la volonté du peuple chaque fois qu'il vote "mal" (exemple typique: le non au référendum constitutionnel, contourné par le traîté de Lisbonne). C'est moins l'incompétence que le désir profond de défaire la civilisation européenne qui a conduit à l'impasse actuelle.


Penser l'islam
Penser l'islam
par Michel Onfray
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

3.0 étoiles sur 5 Inégal!, 22 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Penser l'islam (Broché)
Il y a dans ce petit livre d'Onfray un fond philosophique connu: la raison et la pensée doivent primer sur les idéologies et les religions, et une intéressante reflexion (en gros pp 110 à 130) sur le sens de l'islam et son positionnement doctrinal. Il y a aussi, éparses dans l'ouvrage, des analyses pleines de bon sens et des appels contamment renouvelés de ne pas céder aux modes et de rechercher le réel à travers le fatras des discours éculés de la bien pensance et des prédicateurs islamiques ("ça n'a rien à voir avec l'islam", "pas d'amalgame","l'islam religion d'amour, de tolérance et de paix",...).

Mais hélas il y a aussi dans ce texte trop court et assez superficiel, aussi un peu baclé (des fautes de français tout à fait inhabituelles chez cet auteur), des erreurs, des parti pris, des lacunes qui affaiblissent l'ensemble. Quelques exemples:
- Onfray attribue la responsabilité des attentats des djihadistes en France à la politique française et au fait que la France et l'Occident bombardent en Syrie. C'est absolument faux. Les djihadistes ne répondent pas, ils attaquent délibérément. Les premiers attentats islamiques en France datent des années 1980! C'est faire l'autruche de ne pas vouloir voir que l'islam salafiste a déclenché une guerre de civilisation à l'Occident et à la France. Que l'arme de cette conquête soit la mitrailette (EI,...), le prédication (frères Ramadan,...), ou l'invasion migratoire organisée par la Turquie, le but est le même, il est clairement revendiqué: c'est soumettre l'Occident! La France est attaquée pour ce qu'elle est, pas pour ce qu'elle fait!
-Onfray évoque la nécessité de négocier avec l'Etat islamique. Belle utopie. Naiveté? Manque de réalisme?
-Onfray insiste lourdement sur le fait qu'il y a dans le Coran des versets durs (il en cite plusieurs,(pp 80 - 82 par exemple), certains d'une violence inouie, qui montre bien que l'islam est un messianisme ultra violent, pour qui l'existence même de l'Autre est une agression. Mais il évoque aussi les rares versets que les islamolâtres et les salafistes ressortent pour faire croire que le Coran contient aussi des paroles de paix. Or, les deux versets cités dans ce sens sont présentés de façon tronquée, incomplète, pour tromper et enfumer les "mécréants". Etonnant qu'Onfray relaie ce piège grossier à la pensée. Il y a le fameux S 2, 256 "pas de contrainte en religion..." dont la version complète précise que cette absence de contrainte concerne seulement le moment où les mécréants adopteront l'islam (voir l'excellente analyse de MT Urvoy dans "Entretiens sur l'islam", p 29). Puis il y a le S 5, 32 "celui qui a tué un homme c'est comme si il a tué tous les hommes..." sauf que le verset précise aussi que l'homme tué ne devait pas faire scandale - donc, il devait être musulman -, et que ceci ne s'applique qu'aux fils d'Israel dont le Coran considère que les juifs et les chrétiens n'en sont pas puisqu'ils ont faussé (recouvert) les écritures...
-A deux reprises, on sent une sympathie de l'auteur pour Chevènement. Il ne faut pas oublier que c'est lui qui a renoncé à inclure le droit de choisir sa religion, donc le droit à l'apostasie dans l'accord qu'il a jadis passé avec des oulemas en France!
-ET c'est trop facile de rejeter la responsabilité sur l'extrême droite, alors que nos (très) chères élites ont tant fait depuis 40 ans, pour en arriver là où nous sommes, en sacrifiant à une pseudo paix sociale les revendications outrancières de l'islam.

Au total, on attendait d'Onfray une reflexion plus approfondie, moins influencée par quelques idées à la mode.


LE LOUP DANS LA BERGERIE
LE LOUP DANS LA BERGERIE
par Eva Joly
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

3.0 étoiles sur 5 Histoire d'un escroc anti démocratique, 20 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : LE LOUP DANS LA BERGERIE (Broché)
Ce petit livre consacré aux malversations et à l'hypocrisie de Jean-Claude Juncker, actuel Président de la Commission européenne, apporte bien des informations et quelques révélations sur un politicien véreux, tricheur, un de ces membres actifs de l'oligarchie qui a mené le projet européen dans l'impasse où il se trouve aujourd'hui. L'auteur, qui connait les arcanes bruxelloises, analyse très pertinemment deux des trois malfaisants aspects du personnage: celui d'un fraudeur fiscal, et celui d'un pseudo démocrate qui tient pour rien la volonté populaire, si elle s'exprime contre la doxa du politiquement correct ou contre les intérets du Luxembourg. Mais, sans doute en raison de ses convictions politiques, elle oublie le troisième, tout aussi grave pour l'Europe: l'obstination multiculturaliste, sans frontiériste, immigrationniste de Juncker.

Premier point: il est désormais bien connu que Juncker est un truand fiscal. Il était premier Ministre du Luxembourg lorque cet 2tat a accordé à de très nombreuses multinationales des avantages fiscaux indus, au détriment des autres pays européens, et donc finalement aux frais de leurs contribuables. Quand on pense que cet homme, en même temps, se faisait le héraut de la lutte en Europe contre la "concurrence déloyale", on croit rêver, et on comprend pourquoi l'Europe, aux mains d'une oligarchie dévoyée, est dans cet état de faiblesse et de désamour. Voir aussi les privilèges insensés des fonctionnaires des instances européennes par rapport aux salariés d'entreprises normales et concurrentielles...

Deuxiéme point, le déni de la démocratie. Voici ce que dit Juncker au sujet d'une éléction ou d'un référendum dans un pays de l'Union: "Si c'est oui, on y va, et si c'est non, on continue"!!! Et cette Europe là, qui fait fi de la volonté populaire, qui contourne par mille arguties, traîtés, comités, à la merci de lobbies, se prétend encore démocratique! Exemple typique: le clair "NON" francais et néerlandais au référendum sur la Constitution européenne, contourné par le traîté de Lisbonne. La dérive autoritaire est évidente.

Troisième point, que l'auteur n'aborde pas: Juncker est un des promoteurs de l'idéologie droits de l'hommiste, multiculturaliste, immigrationniste, défaitiste, islamolâtre, qui sévit en Europe. Cette idéologie, devenue une véritable religion, dont les officiants sont les "élites" (sic) politiques, médiatiques, artistiques, souvent aussi universitaires (hélas), nous conduit tout droit vers l'effacement de la civilisation occidentale, vers la fin de la culture européenne. Les compromissions avec un islam obscurantiste et violent, qui se veut conquérant, la mansuétude envers une extrême gauche nihiliste et souvent très violente, la destruction de la mémoire et de l'identité des nations européennes (lire Sarrazin, Scruton, Sorel-Sutter, Zemmour,...), le pouvoir donné aux juges pour contourner la volonté populaire, le recours systématique au dénigrement et aux tentatives d'exclusion sociale des opposants, sont les moyens d'agir de ce totalitarisme "soft", qui certes pour l'instant n'envoie pas ses détracteurs au bucher, mais n'en est pas moins profondément un totalitarisme. Juncker et sa Commission, qui s'obstinent à nier les racine gréco-romaines et judéo-chrétiennes de l'Europe sont le fer de lance de cette guerre contre la vraie Europe.

Merci à l'auteur d'avoir dans ce livre levé le voile pudique que les médias aux ordres ne veulent pas troubler (Médiapart a-t-il jamais parlé des turpitudes fiscales de Juncker?), dommage qu'elle n'aborde pas le troisième volet de la supercherie...


Etat Islamique, le fait accompli
Etat Islamique, le fait accompli
par Wassim NASR
Edition : Broché
Prix : EUR 12,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un fatras confus et indigeste, 19 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etat Islamique, le fait accompli (Broché)
Certes l'auteur donne des informations originales sur l'Etat islamique, certes ses contacts lui permettent d'apporter quelques informations originales. Mais le livre est tellement désordonné, brouillon, mal écrit, empli de répétitions, que sa lecture devient laborieuse. Atran, Servent, Salazar (pour ne citer qu'eux) fournissent des essais bien mieux construits, même si c'est avec moins d'anecdotes, mais avec une vraie reflexion sur ce qu'est l'EI, ses façons de penser, d'agir, de communiquer.

De plus, il y a sous jacent à l'exposé, une posture de mansuétude envers l'Etat islamique et sa sauvagerie, qui laisse perplexe. Il faut aussi dire que les alliances et trahisons entre factions islamiques en Syrie et Irak sont si courantes, que fournir un exposé clair de cet écheveau n'est pas évident. Mais sur ce sujet, il y a bien mieux...


Le monde au défi
Le monde au défi
par Hubert Védrine
Edition : Broché
Prix : EUR 13,50

3.0 étoiles sur 5 Survol de la situation du monde, 16 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le monde au défi (Broché)
Ce petit livre de Védrine, un peu succint, est fort intéressant dans ses trois premiers chapitres. Le dernier, qui porte aux nues l'écologie, place l'environnement comme principal danger qui guette l'humanité, alors que des conflits terrifiants traduisent le grave conflit des civilisations, désormais en cours, et suggère des solutions utopiques qu'à l'évidence les égoismes des puissances (et des puissants), et des idéologies totalitaires en progrès hélas permanent, ne cherchet même pas à appliquer.

Sur la partie vraiment géopolitique de l'ouvrage, on apprécie la bonne compréhension par l'auteur des (tristes) réalités actuelles. Sa critique de la bien pensance européenne est plus affirmée que dans ses précédents ouvrages. On peut lui reprocher d'hésiter encore parfois à appeler un chat un chat, ainsi cette obstination à dire Daech au lieu de Etat Islamique, comme pour atténuer l'implication de l'islam, qui par ailleurs est bien mise en évidence. On s'étonne aussi des éloges injustifiés pour JC Juncker (p 64, p 115), quel espoir peut-on mettre sur un homme qui, lorsqu'il était premier ministre du Luxembourg, a plumé les autres pays européens en favorisant la fiscalité de bien des multinationales en Europe, et qui aujourd'hui favorise veulement l'immigration de peuplement de l'Europe!

Sur la dernière partie sur l'écologie, on ne peut que regretter que cette préoccupation, certes importante, mais visiblement obsessionnelle (voir les innombrables références au succès-sic- de la COP21) ait empêché l'auteur de fournir une vision plus large et plus diversifiée de ce qu'il faudrait faire dans l'avenir. Dommage, on aurait aimé des perspectives plus consistantes, plus réalistes.


Le coran décrypté : Figures bibliques en Arabie de Jacqueline Chabbi (2 avril 2008) Broché
Le coran décrypté : Figures bibliques en Arabie de Jacqueline Chabbi (2 avril 2008) Broché

2.0 étoiles sur 5 Une vision périmée du Coran et de l'islam, 13 mai 2016
Dans son précédent ouvrage, "le Seigneur des Tribus" (1997), Jacqueline Chabbi développait déjà sa thèse d'une origine tribale de l'islam, venant des fins fonds de l'Arabie. A l'époque, les travaux de nombreux chercheurs qui ont actualisé l'histoire (et non pas la légendologie) des origines du Coran et de l'islam étaient relativement peu connus, encore peu développés, même si des précurseurs (Azzi, Lammens, Zakarias,...) mettaient déjà en doute cette simpliste version de la naissance de la religion musulmane. Depuis, les Crone, de Prémare, Luxenberg, surtout Gallez, et bien d'autres ont amplement démontré que c'est en Syrie, au contact de juifs, de chrétiens et surtout d'une secte judéo-nazaréenne, que le Coran a initialement pris naissance, d'abord comme un lectionnaire, largement inspiré de "la Torah et l'Evangile".

Obstinée à vouloir encore, en 2008, défendre sa thèse périmée, l'auteur tente de prendre à témoin divers passages du Coran en se livrant à mille contorsions pour faire coller le texte à son point de vue. Bien des passages qui s'expliquent aisément avec la version des origines syriennes, en contact étroit avec judaisme et christianisme, nécessitent alors des interprétations compliquées voire imaginées de toutes pièces, car c'est difficile de faire coincider le Coran avec une théorie si éloignée de sa réalité.

Le plus grave défaut de cet ouvrage n'est pas tant de tenter de défendre un point de vue obsolète, mais de ne jamais faire référence aux thèses désormais reconnues comme historiquement valables, en tout cas à prendre en compte quitte à les réfuter, de ceux qui ne pensent pas comme l'auteur. Et pour tenter d'accréditer son point de vue, l'auteur commet de très nombreuses erreurs. Ainsi, elle n'hésite pas à situer dans le désert mecquois oliviers et figuiers; elle confond allégrement chrétiens et nazaréens, et aussi juifs rabbiniques et judéo-nazaréens; elle minimise les apports si importants du syriaque au Coran; elle affirme contre toute évidence que La Mecque est très souvent citée dans le Coran; elle en vient à attribuer aux djinns l'inspiration de Mahomet, négligeant et même écartant le rôle décisif de Waraka et d'autres juéo chrétiens qui ont si lourdement pesé sur le proto islam; elle affirme contre l'évidence qu'au début Mahomet n'a pas entendu parler de la Bible (p 213)...

Finalement, l'analyse de différents passages du Coran ne sert, dans cet ouvrage, qu'à essayer laborieusement de démontrer ses origines tribales venant de l'Arabie profonde. Il en résulte une mauvaises compréhension de bien des passages du Coran faisant référence à des personnages bibliques. Cette fiction désormais très peu crédible nuit aussi à l'islam, sont les racines syriennes et judéo nazaréennes expliquent historiquement les origines et la nature.

A ceux qui s'intéressent à une approche objective des origines de l'islam et du Coran, on peut suggérer De Prémare, Urvoy, Gallez, Delcambre ("Enquetes sur l'islam"), plutot que cet ouvrage où un auteur dépassé tente d'encore justifier une thèse périmée.


Paroles armées : Comprendre et combattre la propagande terroriste
Paroles armées : Comprendre et combattre la propagande terroriste
par Philippe-Joseph Salazar
Edition : Poche
Prix : EUR 14,00

3.0 étoiles sur 5 Un auteur subjugué par son sujet!, 12 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paroles armées : Comprendre et combattre la propagande terroriste (Poche)
Voila un livre intéressant, une analyse approfondie de la nature et du discours du Califat qu'est l'Etat Islamique. On apprend beaucoup de choses, et l'incurie -ou l'hypocrisie- des dirigeants occidentaux, qui refusent pour la plupart, de nommer et d'identifier l'ennemi, est bien mise en évidence. Les références intéressantes sont nombreuses, précises, la vacuité et le simplisme de bien des initiatives pour contrarier la "radicalisation", la vanité des paravents du type "loups solitaires" ou "dérangés mentaux" est magistralement démontrée.

Toutefois, j'exprimerai quatre importantes critiques à cet ouvrage.

D'abord, le style est ampoulé, les phrases sont souvent mak construites, parfois peu compréhensibles. Pour un adepte de la rhétorique, c'est assez surprenant et cela altère le texte et les arguments. La propension de l'auteur pour les jeux de mots devient vite lassante. Et quelle pose ridicule d'écrire "Al Quaida", et "Mehra", juste pour faire semblant que les autres ne savent pas!...

Ensuite, l'auteur ne voit pas que le déni du réel de nos élites sur le califat et les terroristes islamiques en général, résulte non d'une incompréhension, mais avant tout d'un parti pris volontaire, pour ne pas offusquer les musulmans, pour ne pasparaître islamophobe, pour préserver en Europe une illusoire "paix sociale". Les "pasdamalgamistes" et les "rienàvoiristes" savent la réalité du Califat, mais tentent d'induire en erreur les peuples d'Europe (ils y arrivent de moins en moins bien), en disjoignant le plus possible les méfaits du Califat et des salafistes en général, de la religion islamique.

Il y a aussi une minimisation du facteur culturel er religieux dans l'adhésion au Califat. L'auteur insiste lourdement sur les français passés au djihadisme, en ne mettant en avant que les cas des convertis, qui certes existent, en occultant que l'énorme majorité des soldats "home made" venus d'Europe du Califat sont des nationaux européens "de papiers", ils sont surtout arabes et musulmans,ce sont souvents des délinquants qui n'ont jamais voulu s'intégrer, L'auteur veut faire croire que le Califat attire surtout des hommes et des femmes de culture française ou européenne, et cela est faux!

Enfin et surtout, Salazar perd toute objectivité en décrivant les caractéristiques du Califat, car il est littéralement subjugué et ébahi par l'EI. Voici un florilège des termes glorifiant q'il utilise constamment au sujet du Califat: énergie, éloquence, virilité, éthique, esthétique, exemplaire, parfait, arabesque oratoire, excellent, adroit, irrésistible (on voit que l'auteur a écrit avant les défaites prévisibles du Califat à Palmyre, en Syrie, à Sindjar, dans les zones kurdes, et aussi en Irak), Tout à coup, pp 209 - 221, les djihadistes deviennent carrément "le peuple"! Jamais ou presque, des qualificatifs pourtant évidents quelle que soit la rhétorique, comme totalitarisme (cité une seule fois en fin d'ouvrage), fanatisme, cruauté, sectarisme, refus de toute altérité, haine,...Cette malsaine idéalisation du Califat provoque bien des erreurs d'appréciation de l'auteur: ses soldats ne s'attaqueraient qu'à des mécréants en uniforme (allez faire gober ce bobard aux victimes du Bataclan, du métro de Bruxelles, ou de l'école juive de Toulouse!); le Califat serait un champion du féminisme; il serait le "peuple"; qu'il puisse essuyer des échecs n'est même pas envisagé (p 236)...ou comment la béatitude de l'auteur le conduit à nier le réel, ce qu'il reproche volontiers à ceux qui ne pensent pas comme lui!!!

Au total, malgré une analyse originale et instructive, l'ouvrage est gâché par ces diverses faiblesses et surtout par ce parti pris pour l'infaillibilité du Califat...ce qui explique qu'il n'y ait pas un mot sur les si nombreux ex-soldats de l'EI qui tentent de quitter l'hydre au péril de leur vie!!! Tout messianisme a ses adeptes, ses acteurs, ses ennemis et ses repentis, et la plupart des messianismes sont violents, totalitaires, liberticides et, bien souvent, heureusement, voués à l'échec!


Dans la main droite de Dieu : Psychanalyse du fanatisme
Dans la main droite de Dieu : Psychanalyse du fanatisme
par Gérard Haddad
Edition : Broché
Prix : EUR 12,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Etincelant de verve et d'intelligence, 9 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dans la main droite de Dieu : Psychanalyse du fanatisme (Broché)
Vraiment excellent cet essai sur le comment et le pourquoi du fanatisme. Tous les ressorts qui mènent au fanatisme et à la violence (car un fanatique idéologue par définition, ne peut accepter l'altérité, l'Autre doit être éliminé, converti, ou au moins marginalisé) sont analysés: hubris, guerre du doute (qui favorise le dialogue) et de la certitude (qui mène au fanatisme), rôle des religions, importance des idées complotistes qui "justifient" le fanatisme, auto victimisation des fanatiques de façon passionnante.

Et pourtant, les comunautés humaines ne peuvent qu'être variées (voir la somme magnifique des oeuvres de Jack Vance). La tentation de l'universel homogène et égalitariste me paraît une douce illusion (il suffit qu'une communauté tienne à ses dogmes pour que le tout le monde il est gentil s'affaisse)! Le problème est que les différences, compte tenu de la violence inhérente à tous les êtres vivants, et encore plus à l'homme, entraîne le plus souvent conflits, heurts, oppositions, et pour peu qu'une idéologie, surtout messianiste, vienne se greffer sur ce substrat, le fanatisme trouve libre cours, avec son cortège de refus de l'altérité, volonté de prosélytisme, intimidation sinon plus de toute position contraire, et in fine extermination de l'Autre, car le fanatisme implique la quête du même, la seule existence de l'Autre lui est insupportable, elle est vécue comme une agression!

Le chapitre sur la quête du même est particulièrement judicieux, celui sur le fantasme millénariste est très bien vu mais si inquiétant! On frémit quand on voit que contrairement à "la fin de l'histoire" prévue par Fukuyama qui avait tout faux, ce XXIè siècle s'annonce profondément religieux (voir Malraux), en manque de trascendance (ce sur quoi joue l'Etat Islamique), et voit l'affrontement de divers messianismes (l'islam, le mondialisme sans frontiérismes, l'adulation de l'Autre par une Europequi s'auto détruit, les ambitions de l'Empire du Milieu,...), et quand on nsait la violence et le fanatisme des millénaristes, il y a de quoi être très, très inquiets!

Une critique quand même pour ce remarquable ouvrage qui fait prendre conscience de tristes réalités et fait bien refléchir: Contrairement à l'auteur, je pense que les causes du fanatisme sont plus psychologiques, émotionnelles, et surtout idéologiques, que sociales ou économiques. Enfin, si je partage l'idée que le fanatisme naît notamment de l'utopie universelle, je ne crois pas que l'Empire, surtout l'Empire romain, si tolérant au plan des idées, en soit le berceau. Par contre, certaines religions, notamment les monothéismes prosélytes, favorisant l'explosion du fanatisme.

Vivement conseillé à ceux qui cherchent une reflexion originale pour décrypter notre époque!


La bobocratie : Une classe à part
La bobocratie : Une classe à part
par Luc Gaffié
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'hypocrite schizophrénie des bobos, 8 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La bobocratie : Une classe à part (Broché)
Voici une magistrale démonstration de la duplicité du comportement des bourgeois bohêmes (bobos). Non, contrairement à ce que l'on entend souvent, les "élites" qui ruinent et détruisent la civilisation occidentale ne se trompent pas: c'est volontairement, pour protéger leurs positions et leurs fortunes, et parfois par idéologie, qu'ils pratiquent un pouvoir mortifère à l'encontre des peuples d'Europe et des USA.

Ces chantres de la mixité et du "vivre ensemble" se gardent bien de mettre en oeuvre ce qu'ils disent. Ils donnent des leçons aux autres, mais ne mettent en pratique aucun de leurs oukases. Ils dominent les politiques, les médias, les tribunaux, les spectacles, et bien sur ne peuvent tolérer aucune voix contradisant leur bien pensance. C'est un totalitarisme caché, qui veut passer pour de la démocratie, tout en contournant la volonté populaire dès qu'elle ne va pas dans le sens du "Bien", c'est à dire du politiquement correct, et dont les épanchements humanitaristes et compassionnels ne sont là que pour la galerie, pour paraître et faire semblant.

Et les bobos utilisent islam et immigration afin de servir leur pouvoir, mais il apparait progressivement que c'est un jeu de dupes, car islam et bobocratie ne peuvent s'entendre sur le long terme! Cela laisse prévoir une guerre civile qui vient (Rioufol), hélas!

Luc Gaffié expose tout ceci avec des arguments forts et convaincants. C'est édifiant et triste. Mais au moins on ne pourra pas dire "je ne savais pas"...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 24, 2016 5:46 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20