Profil de Fred > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Fred
Classement des meilleurs critiques: 1.261.535
Votes utiles : 39

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Fred "frideriko" (France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Rising Force
Rising Force
Prix : EUR 9,99

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Triste et Manifique., 7 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rising Force (CD)
Exemple parfait du surdoué génial manquant de l'autocritique et du doute tant nécessaires au créateur, c'est paradoxalement sur son premier album qu'Yngwie Malmsteen est le plus convaincant et le plus touchant. Son feeling énorme, sa technique obscène et son talent de soliste trouvent dans la production vieillote et un rien précieuse le légitime écrin néo-classique qu'il ne retrouvera malheureusement plus. Toutes les compositions semblent venir de sombres et anciennes forêts suédoises embrumées, et les couleurs sépias et dorées qui se dégagent de l'album nous font pénétrer dans cet univers fondamentalement baroque. Réussite exemplaire à la fraîcheur virginale et printanière, Rising invoque à la force d'une naïveté persuasive les fantômes de Vivaldi et d'Albinoni. A écouter un jour de pluie de Printemps, en chemise à jabot à la lueur de candélabres en or.


Crystal Planet
Crystal Planet
Prix : EUR 7,99

1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Surfing in a BlueDream with the Alien of the Crystall Planet, 7 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crystal Planet (CD)
L'étape la plus marquante de Crystall Planet est la recherche de toujours plus de feeling et d'émotions. Ayant visiblement compulsé les Saintes Ecritures de Stevie Ray Vaughan, Satriani s'éloigne un peu du blues de l'album précédent et apporte à son univers et son jeu de guitare désormais plus agressif et tendu davantage de finesses. Aussi Crystall Planet peut apparaître comme une réminiscence plus fine et maîtrisée de l'album Surfing with the Alien...il peut arriver des choses bien pires à un musicien!


Not of This Earth
Not of This Earth
Proposé par Edealcity
Prix : EUR 7,21

1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Les Debuts, 7 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Not of This Earth (CD)
Premier album, premières armes. Même si Satriani a alors à l'époque un style déja très personnel, on y détecte encore facilement l'influence de Jeff Beck, Ritchie Blackmore (comparer Driving at Night avec le solo de Death Alley Driver sur Straight Between the Eyes), Frank Zappa, John Mac Laughlin ou Robert Fripp. Ce disque est cependant très intéressant, et contient de très bons morceaux, très évocateurs (Driving at Night, Hords of Locust, The Enigmatic, Brother John, Not of this Earth). Il y a encore des choses à peaufiner, mais l'ambition de composer une musique originale est là.


Time Machine
Time Machine
Proposé par lise et ses cd
Prix : EUR 19,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Encore un p'tit morceau avant la route..., 7 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Machine (CD)
Ce double album, mi-studio mi-live, est une sorte de collector de luxe. L'excellente partie studio recèle des morceaux écartés des albums précedents, B-sides et inédits. Notamment le très agressif et surprenant "Dweller on the Threshold" (Cthulhu mon ami), "Baroque", l'orchestral et magnifique "Time Machine", l'audacieuse reprise instrumentale d'une chanson de Billie Holliday "All Alone", l'inquiétant "I am become Death" (mise en forme musicale de Hiroshima) viennent augmenter le pourtant déjà très riche corpus musical et thématique de Satriani. La partie live avait déjà le mérite jusqu'à récemment d'être le seul live de Satriani. Sorte de best-of live, s'y détachent "Crush of Love" et la très belle improvisation en intro de "Circles".


Surfing with the Alien - Edition limitée - Digipack Luxe
Surfing with the Alien - Edition limitée - Digipack Luxe

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Alienant, 7 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Surfing with the Alien - Edition limitée - Digipack Luxe (CD)
Album somme, résumé prémonitoire de toute l’oeuvre de Satriani, Surfing with the Alien expose dans sa production rachetèque les merveilles mélodiques de son auteur; et l’album n’en est que plus lumineux. Le déferlement sonore et la recherche de climats de science-fiction inspirés de nouvelles, de mythologies ou de bandes-dessinées (Ice 9, Lords of Karma, Hill of the Skull, Surfing with the Alien) ou de thèmes plus classiques (Always with me, Always with you, Satch Boogie, Midnight) s’interpénètre avec le puisement dans des inspirations musicales variées mais constamment synthétisées dans l’univers guitaristique satrianien : blues classique dynamité (Surfing with the Alien), piano jazz (Midnight), hot jazz (Satch Boogie), hard FM 80’s enrichi (Crushing Day), dissonances arabisantes inquiétantes (Lords of Karma), délire funk post-Zappa (Ice 9), classique (Always), progressif néo-Robert Fripp (Hill of the Skull) ; bref, le kaléidoscope de ce disque est inépuisable et comme un gamin on y reste scotché à regarder toutes ces couleurs scintillantes. Toute la suite de l’ouvre de Satriani constitue l’exploration et l'enrichissement de cet univers.


The Extremist
The Extremist
Prix : EUR 7,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Enorme, 7 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Extremist (CD)
J’ai découvert Satriani en 92 avec "The Extremist", et j'ai trouvé ce que je cherchais sans le savoir vraiment : un maximum d'expressivité et d'inventivité instrumentales. Contrairement aux albums précédents, celui-ci bénéficie d'un producteur "roots" en la personne d'Andy Johns (Rolling Stones, Led Zeppelin, etc), donnant aux chansons l'ambiance franchement rock voulue par Satriani. Le son énorme vient souligner la diversité des titres, et les bijoux blues-jazz tels que "New Blues" ou "Why", Folk "Rubina's Blue Sky Happiness" côtoient le violent "War" qui n'aurait pas dépareillé sur un album de Metallica. A la recherche de davantage de feeling et d'émotions sonores pures, Satriani poursuit sur ce disque l'épuration de son jeu. Fruit d'une démarche sincère, The Extremist reste à ce jour la mise en forme la plus (hard) rock de l’univers mélodique de Satriani.


Joe Satriani
Joe Satriani
Prix : EUR 6,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Riche et Austere, 7 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Joe Satriani (CD)
J'ai eu un avis mitigé sur cet album lors de sa sortie, mais sept ans après je réalise que c'est l'un de ceux que j'écoute le plus. Le son rêche et simple en apparence peut rebuter, mais au fil des écoutes il laisse entrevoir la richesse des compositions comme Cool#9, Morocco Sunset, Luminous Flesh Giant ou Killer Bee Bop. Jazzy, Bluesy, Groovy (Manu Katché à la batterie), Satriany, ce disque marque une nouvelle étape dans l'enrichissement du style guitaristique et sonore du Maître, s'abreuvant à la source de son univers (Beck, Vaughan, Blackmore) et du blues-rock en général (Robert Johnson, BB King).


Presence
Presence
Prix : EUR 5,00

14 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album froid, 28 juin 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Presence (CD)
L'absence totale de claviers et de guitares acoustiques auxquels Led Zep nous avait habitues sur les albums precedents, donne au disque un son rugueux tres particulier. L'album s'ouvre sur le souffle epique d'"Achilles Last Stand" qui evoque dans son tournoiement rythmique tous les tourments du heros luttant contre l'adversite. Suivent des ambiances heavy funk, rock et blues tres originales, jusqu'au final tres touchant sur la solitude : Jimmy Page livre sur le magnifique "Tea for One" l'un de ses plus beaux solos, melancolique et glacial pendant au chant apathique de Robert Plant. Un album tres coherent musicalement, qui marque cependant dans une cynique ironie (le titre "Presence") le lent declin au niveau humain qui debute pour le groupe cette annee-la.


Page : 1