Profil de André > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par André
Classement des meilleurs critiques: 1.292
Votes utiles : 527

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
André

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12
pixel
Gounod : Oeuvres pour piano à pédalier et orchestre
Gounod : Oeuvres pour piano à pédalier et orchestre
Prix : EUR 16,98

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un plaisir pour les amateurs de Gounod, 26 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gounod : Oeuvres pour piano à pédalier et orchestre (CD)
Mon père était accordeur de piano. Je connais le piano, l'orgue, l'harmonium [on en avait un chez nous], et le clavecin, mais je n'ai jamais vu de piano à pédalier. A l'intérieur de la pochette du CD, à l'image, on voie un double piano à queue juxtaposé, avec un système de pédalier,(comme dans un orgue) lié en dessous du piano vraisemblablement. Par contre, je ne voie pas la différence avec le son du piano. Pour se rendre compte, il faut regarder sur google le début du concerto de Gounod, on voie que l'introduction se joue avec les pieds, sans les mains.
Ce CD nous donne des oeuvres de grandes qualités, complètement méconnues. Et le pire est qu'on aurai perdu un "choral et toccata" pour piano à pédalier et orchestre. C'est du très grand beau Gounod qu' on entend sur ce CD, et les amateurs seront comblés. Jugez plutôt.
I- une suite concertante (1886)
1° Entré de fête: Moderato maestoso
2° Chasse: Allegro con fuoco [en forme de galop mendelssohnien, calmé par un thème central plus lent, mélodieux et sensuel. Puis vient la reprise du galop initial]
3° Romance: Andante cantabile [très poétique]
4° Tarentelle: Vivace [rythmé au tambour de basque]
II- un concerto pour piano à pédalier et orchestre en mi bémol majeur (1889)
1° Allegro moderato [avec un thème central un peu dans le style de la marche hongroise de Berlioz]
2° Scherzo [on pense tout de suite à la "marche funèbre d'une marionnette" qu' Hitchcock a utilisé en générique de ses séries télévisées, mais au tempo du scherzo de la 3ème sonate de Chopin].
3° Adagio ma non troppo [on n'y apprécie une douce cantilène pleine de sensualité à la Gounod]
4° Allegretto marziale (pomposo) [qui sonne comme le troisième mouvement de la petite symphonie pour instruments à vent, avec un fugato et une belle mélodie arpégée à la Gounod]
III- fantaisie sur l'hymne national russe (1886)
IV- Danse roumaine (1888)
Le tout interprété par Roberto Prosseda au piano à pédalier, et Howard Shelley à la tête de l'orchestre de la suisse italienne.
Toutes les oeuvres du CD ont été dédiées à la pianiste Lucie Palicot.
André


Hansjörg Schellenberger - Orchestra della Svizzera Italiana Lugano : Lost & Found : Concertini für Oboe
Hansjörg Schellenberger - Orchestra della Svizzera Italiana Lugano : Lost & Found : Concertini für Oboe
Prix : EUR 18,79

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Dédié à celles et ceux qui aiment le son du hautbois, 25 septembre 2014
Quand on pose la question: "de tout les instruments de l'orchestre, lequel préférez-vous?" On répond généralement le hautbois, parfois le violoncelle et exceptionnellement un autre instrument. Ce CD répond à cette demande. L'hautboïste, Hansjörg Schellenberger a un son de hautbois superbe, fluide et agile dans la virtuosité. Le lié, le détaché, les traits rapides, les trilles, les arpèges et les sauts d'octaves glissent tout seul. C'est un interprète qui sait ce qu'il joue et qui comprend ce qu'il joue, dès la première attaque. Le soliste dirige également "l'orchestra delle svizzera italiana Lugano".

Présentation

I August Friedrich Martin Klughardt (1847-1902) concertino pour hautbois et orchestre op. 18
1° Zemlich Lehbhaft
2° Ruhig und sehr ausdrucksvoll
3° Lehbhaft
II Joseph Reicha (1752-95) [et non 1746-95 comme indiqué dans la pochette] concerto pour hautbois et orchestre en si b majeur
1° Allegro
2° Adagio
3° Rondo Allegro
III Johann Wenzel Kalliwoda (1801-1866) divertissement op. 58 pour hautbois et orchestre
1° Introduzione (Allegretto)
2° Allegro - Andante
3° Adagio
4° Vivace - Presto
IV Joseph Reicha concerto en fa majeur pour hautbois et orchestre
1° Allegro
2° Adagio
3° Rondeau Allegretto
V Ignaz Lachner (1807-95) concertino pour hautbois et orchestre
1° Allegro moderato
2° Andantino
3° Rondo Allegretto quasi Andantino

Il s'agit là de cinq super chefs d'oeuvre ; et je pèse mes mots.
Josef Reicha est l'exacte contemporain de Mozart et n'a rien à lui envier. Il était l'oncle du célèbre Anton Reicha. L'hautboïste à qui ces concertos ont été probablement dédié à cette époque, devait avoir beaucoup de souffle. J'ai vécu les mêmes difficultés en travaillant les concertos de Lebrun qu'on joue si mal sur CD. En tout cas, les concertos de Josef Reicha sont plus difficiles à jouer que le concerto pour hautbois et orchestre de Mozart.
Pour Kalliwoda, il parait que Robert Schumann aimait sa musique. Je comprend pourquoi. Ce divertissement a été retrouvé récemment comme la plupart des ouvrages de ce CD. Je connais mal ce compositeur et c'est une erreur de ma part. Il est contemporain de Mendelssohn comme Lachner.
Klughardt a écrit ce concertino en 1870. C'est un ouvrage hyper romantique. Le mouvement lent est terriblement nostalgique, prenant et poétique. Mon système émotif en a pris un coup.
Pour Ignaz Lachner, c'est encore pire. Il expose un thème orchestral qu'il développe comme une symphonie schumannienne. Et c'est l'entrée en scène du hautbois qui nous fait comprendre qu'il s'agit d'un concerto et pas une symphonie. Le mouvement lent, mélodieux et expressif, se conclu par une cadence [passage joué en solo sans l'orchestre] qui enchaine le dernier mouvement un peu dans le style du troisième mouvement du concerto en mi majeur pour flute et orchestre de Saverio Mercadante (dont James Galway a fait sa carrière). Lachner appelle ça un concertino (petit concerto); j'appellerai plutôt ça un concertone (grand concerto).
Klughardt, Kalliwoda et Lachner ont lié les mouvements de leurs ouvrages concertants comme Mendelssohn et plus tard Richard Strauss.

Je le répète, ce sont de très belles oeuvres peu ou pas jouées. La seule œuvre que je connaissais, et que je désespérais d'entendre jouer un jour est le concerto de Joseph Reicha en si bémol majeur. J'ignorais qu'il en existait un autre en fa majeur.

Le titre lost&found veut dire perdu et retrouvé. On a cru tous ces ouvrages perdus et ils ont été retrouvé récemment. C'est ce qu'on appelle un "premiere recording".

André


Sur tes yeux (La Trilogie italienne, tome 1)
Sur tes yeux (La Trilogie italienne, tome 1)
par Irène Cao
Edition : Broché
Prix : EUR 6,30

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La vraie guerre d'Algérie sans fioriture., 11 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sur tes yeux (La Trilogie italienne, tome 1) (Broché)
Comme le premier roman "par le sang versé", ce nouveau livre, écrit en 1972, nous raconte les aventures militaires d'un autre groupe de légionnaire qui ont participé à la guerre d'Algérie. Les héros sont les suivants: Jean Bernis, Patrice Andrieux, Tahar Kahil, Hans Harp, Erik Retz, Jesus Azoul et Mikhail Chakhvorostenko (surnommé Flipper). N'oublions pas Laurence Dulac (on parle si peu des femmes dans la légion). Cet ouvrage est en 5 parties divisées en 46 chapitres.

C'est probablement le seul roman qui traite des combats pendant la guerre d'Algérie avec une telle exactitude. La violence de cette guerre en explique son titre. La façon dont le peuple algérien était pris entre la violence d'un côté, et la cruauté de l'autre, est bien rendue.

Au début du roman, on nous explique comment certains personnages sont passé de la guerre d'Indochine à la guerre d'Algérie. On y apprend beaucoup de choses concernant la stratégie des combats, avec des personnages très vivants (caractère et personnalité comprise).

J'en avais entendu parlé et ce livre le confirme: dans la légion, l'homosexualité n'est pas un tabou. Ca vient du fait que dans les combats les plus violents, les homosexuels sont aussi redoutables que les autres. Dommage que la légion ne se soit pas aperçu de la même chose concernant les femmes car, dans les opérations militaires, elles sont aussi terribles que les hommes. J'ai pu m'en rendre compte en lisant "seul derrière les lignes ennemies" de Gilbert Reuille (voir mon commentaire) à propos de cette guerre, justement.

On devrait également en faire une sorte de film saga en cinq parties parce que ces combats sonnent vraies.

André


Par le sang versé
Par le sang versé
par P Bonnecarrere
Edition : Poche
Prix : EUR 10,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La guerre d'Indochine plus vraie que nature, 11 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Par le sang versé (Poche)
Ce roman écrit en 1968, raconte les aventures militaires d'un groupe légionnaires qui ont participé à la guerre d'Indochine. Les principaux personnages sont: Antoine Mattéi, Erwin Klauss, Rudolf Krugger, Karl Osling, Adam Ickewitz, Juan Fernandez et Antoine Clary. Il se présente en 5 parties divisées en 43 chapitres.

Cet ouvrage ne se contente pas seulement de nous raconter leurs aventures sur le terrain militaire, mais il nous raconte aussi comment certains se sont retrouvé à la légion. C'est comme ça qu'on apprend beaucoup de chose. Tout est dit: les désertion, les trahisons, les actes de bravoures, et aussi des actes de violence de type Oradour-sur-Glane. J'ai personnellement beaucoup apprécié,(chapitre 30) l'anecdote de l'aumônier qui, après avoir combattu, a dit une messe à l'attention d'une prostituée héroïque, morte au combat, malgré la morale bien pensante.

Ce livre est génialement bien raconté, et la violence des combats est bien reproduite. Je suis persuadé que ceux qui l'ont vécu vont ressentir à la lecture, les mêmes sensations qu'ils ont eu pendant les combats.

Une petite information personnelle: quelqu'un de mon entourage connait Antoine Mattéi. Je comprend pourquoi ce roman ressemble tellement à un récit authentique. Son auteur a reçu le prix Eve Delacroix en 1969.

Les réalisateurs de film devraient mettre en image les cinq épisodes de ce roman comme la saga des "Angélique". Il y a une telle chronologie et un rythme si soutenu, qu'il est surprenant qu'on n'y ai pas pensé. Paul Bonnecarrère est mort récemment, et on pourrait lui rendre hommage avec un travail de ce genre.

André


Louis Massoneau : Oboe Quartets
Louis Massoneau : Oboe Quartets
Prix : EUR 22,19

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Ensemble più: un trio à corde avec un hautboïste de très grand talent, 26 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Louis Massoneau : Oboe Quartets (CD)
Qui connais Louis Massonneau ? Né en 1766 à Kassel et mort en 1848 à Ludwigslust. En terme clair, il est né quatre ans avant Beethoven et mort un an après Mendelssohn pour le situer dans son époque. C'était un compositeur allemand d'origine française. Son père était chef cuisinier à la cour de Kassel. Il a été successivement en poste à Göttingen (1785), à Frankfort (1795), à Dessau (1799), et Ludwingslust (1802 à sa mort). Ces quatuors avec hautbois ont été composés à peu près en 1798.

A présent, qui connais "l'ensemble più" ? Cet ensemble se compose d'Eva Gosling, violon, Martin Börner alto, Thomas Grote violoncelle, et Andreas Gosling hautbois. Une belle équipe.

Ce qui frappe immédiatement à l'audition, c'est le timbre du hautbois qui se détache facilement de l'homogénéité d'un trio à corde par le caractère de sa sonorité. Et l'hautboïste Andreas Gosling a un son superbe. Andreas Gosling est un artiste à suivre. Avec son ensemble più, il pourrai jouer des oeuvres de Kreutzer, Viala, Ferlendis (pour qui Mozart a écrit son quatuor avec hautbois et trio à corde).Je l'attends également pour les six concertos pour hautbois et orchestre de Ludwig Lebrun. Je pense que ce type d'ouvrage lui va très bien.

Ce CD a été une très belle découverte pour moi.

André


Indochine SOS
Indochine SOS
par Andrée Viollis
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Les raisons lointaines et profondes de la guerre d'Indochine, 11 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Indochine SOS (Broché)
Présentation.

Il s'agit d'un livre de 284 page.
Préface de l'éditeur
Avant-Propos
Indochine SOS
Annexes

Le livre

Dans les années trente, Paul Reynaud, alors ministre des colonies en voyage pour l'Indochine, charge une journaliste (Andrée Viollis) d'enquêter derrière son dos, pour avoir un autre son de cloche que les réceptions mondaines de l'époque pourrai lui donner sur la situation indochinoise.
Ce livre se lit comme un journal de bord ou se succèdent anecdotes et témoignages, jour après jour.

Sur le territoire indochinois, les populations autochtones sont traités avec mépris et violence. Toutes les vexations racistes y passent. De plus, la gestion des cantons et villages par des mandarins corrompus, créent une mafia qui entraine un mécontentement. Le communisme russo-chinois profitent de cette situation pour les endoctriner. Ce qui déclenche une répression plus terrible encore.
Pourtant, les "indigènes" qui séjournent sur la métropole française des années 30, sont traité sans discrimination par rapport à la population de souche française. Mais arrivés en Indochine, ils sont fouillé et humilié. On leur supprime livres et journaux. Leurs diplômes ne leur donne aucun débouché. On les arrête au moindre prétexte. Leurs interrogatoires se déroulent avec des tortures choquantes. Sans oublier la justice expéditive et partiale dont ils sont victime, par rapport à la justice clémente et complice pour les colons blancs.
Voici ce que la journaliste dit page 22.
"Je ne veux pas discuter ici le principe de colonisation. Des députés noirs siègent dans notre chambre parce que notre Révolution accorda aux indigènes, un droit de vote qu'ils ont toujours gardé. Je vivrai avec cette idée que la France use de méthodes colonisatrices plus humaines et plus intelligentes que l'Angleterre. Quelques jours d'Indochine auront suffi pour balayer brutalement cette illusion".

Les annexes du livre détaillent les injustices dont sont victime les autochtones indochinois par rapport aux colons.
Je fais un rapprochement entre la lecture de ce livre et "les jauniers" de Paul Monet. Il faut savoir que jaunier veut dire négrier pour les populations de race jaune.

A l'école ou à l'université, si un professeur veut donner un cours sur la guerre d'Indochine, il devrait citer et résumer la lecture ce livre pour expliquer les raisons lointaines et profondes qui ont conduit le peuple indochinois vers l'indépendance.

André
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 30, 2013 5:20 PM CET


ANDRE MESSAGER: LES DEUX PIGEONS
ANDRE MESSAGER: LES DEUX PIGEONS

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un ballet au répertoire des danseurs classiques et pas au répertoire des mélomanes, 12 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : ANDRE MESSAGER: LES DEUX PIGEONS (CD)
Il est regrettable que les mélomanes avertis méconnaissent certains ballets classiques; surtout celui-là. Il est également surprenant que les danseurs soient plus éduqués musicalement que les mélomanes. Ce ballet constitue à mon sens l'une des meilleures partition musicale de ballet français de la seconde moitié du XIX ème siècle avec "Sylvia" (Delibes), "Javotte" (Saint Saëns), le ballet égyptien (Luigini), et "Namouna" (Lalo). Ces oeuvres sont très peu jouées en concert, et c'est une erreur.

Ce ballet s'inspire d'une fable du génial Jean de la Fontaine, à la différences que les pigeons se sont transformé en tourtereaux humain. L'action se passe en Roumanie, ce qui a permis au compositeur d'insérer dans son style "français du terroir" des danses d'Europe centrale qui égales celles de Glazounov dans Raymonda, Brahms pour les danses hongroises et Dvorak pour les danses slaves, tellement c'est confondant de réalisme.

Grosso modo, l'histoire se résume ainsi. Gourouli et Pepio s'aiment, mais Pepio s'ennui. Il veut vivre libre comme les bohémiens et part s'encanailler chez les tziganes. Il tombe sous le charme de Djali. Gourouli, de son côté intervient en donnant de l'argent à un gitan pour que Pepio perde en jouant aux cartes. L'orage éclate et personne ne veut accueillir Pepio parce qu'il est ruiné. C'est dépité et meurtri qu'il retourne auprès de Gourouli vivre un vrai bonheur, plus sécurisant.

Dans la fable de la Fontaine le pigeon aventurier pendant son escapade, est piégé, attaqué par des rapaces, agressé par un gosse à la fronde. L'oiseau, blessé et harassé, rentre dans le même état que Pepio, auprès de son copain.

En somme, il s'agit d'une page musicale pleine de trouvailles artistiques ou voisine le charme, la sensualité, le comique (où Gourouli imite les mouvements de la tourterelle), les danses folkloriques d'inspiration tzigane, avec une danse pizzicato comme Delibes. Je retiens la jolie mélodie d'introduction au lever de rideau du premier acte "les filles qui tressent des guirlande de fleur pour Mikalia" (mère de Gourouli). Cette mélopée est si agréable et insouciante à l'oreille que le bon Dieu pourrait nous accueillir dans son paradis avec cette illustration musicale, si on a la chance d'y entrer. Bien entendu, je n'oublie pas le spectacle sonore du deuxième acte. Cette valse de style "belle époque à la française", qu'on regrettera toute sa vie de ne pas avoir dansé le jour de sa première rencontre avec la personne qui va partager notre existence intime.

Pour des raisons personnelles, je préfère l'interprétation de Michel Queval à celle de Richard Bonynge; c'est un goût qui n'engage que moi. Cette partition a encore plus de saveurs musicale que "la fille mal gardée" de Ferdinand Hérold, que j'adore (quand Hérold n'est pas trafiquée par John Lancheberry avec ses orchestrations à la Leopold Stokowski). De toute façon, Messager est un compositeur qui me fascine.

A titre de curiosité, voici ce qu'André Messager a composé comme ballet dans sa carrière.
- Fleur d'oranger (1878)
- Les vins de France (1879)
- Mignons et Vilains (1879)
- Les deux pigeons (1886)
- Scaramouche (1891)
- Amans éternels (1893)
- Le chevalier aux fleurs (1897)
- le procès des roses (1897)
- Une aventure de la Guillomard (1900)

J'espère que des chefs d'orchestre curieux et des chorégraphes inventifs, mettrons ces ouvrages en chantier. En tout cas, ce ballet est un hommage à Camille Saint-Saëns et ça s'entend.

André


Trumpet And Orchestra (Coffret 6 CD)
Trumpet And Orchestra (Coffret 6 CD)
Prix : EUR 19,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Il faut lui écrire des chefs d'oeuvre pour bugle et orchestre, 5 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Trumpet And Orchestra (Coffret 6 CD) (CD)
Voici un garçon qui joue de la trompette comme Maurice André. En plus, il joue du bugle comme...Sergeï Nakariakov. En tout cas, c'est ce qu'on devrait dire dans le futur.

Il faudrait lui écrire des oeuvres pour bugle et orchestre. Quand j'ai effectué mes obligations militaires, j'avais deux copains buglistes dans ma formation orchestrale militaire, et je n'ai jamais entendu ça.

Quoi ça?

Des transcriptions d'ouvrages de Sarasate, Paganini, Tchaïkovski, des partitions pour violon, violoncelle, hautbois etc ... transcrit pour le bugle. Dans ma jeunesse, je me suis amusé aussi à transcrire "el canto del ruiseñor" [le chant du rossignol] et "peteneras" de Pablo de Sarasate, le mouvement lent du concerto pour violon de Tchaïkovski, deuxième romance de Beethoven, concertos pour flûte de Vivaldi, Télémann etc... parce que le répertoire du hautbois ne me convenait-pas. C'est ce que ce jeune garçon a fait pour le bugle, et avec un talent foudroyant. Il m'a subjugué.

Le père de Nakariakov a réalisé, pour son fils, la plupart des transcriptions de ces CD. Il serait opportun que des compositeurs français de la trempe de Laurent Petitgérard par exemple, qui écrit si bien des opéras, écrive un grand concerto symphonique pour bugle et orchestre à l'attention de Nakakiakov. Avec un talent pareil, le compositeur devrait pouvoir se rendre populaire. Et pourquoi pas une grande suite concertante à la Télémann pour bugle et grand orchestre symphonique, avec une ouverture à la française [maestoso, fugato vivo et tempo primo]avec suites de mouvements à état d'âme divers et des danses folkloriques dont une valse faubourienne parisienne avec flon-flon accordéon. Je dis ça parce que ce compositeur a cherché à faire du "frenshy" dans son opéra "elephant man".

J'ai passé ma commande, à présent, j'attends mes chefs d'oeuvre.

En tout cas, il faut lui donner un répertoire personnalisé. Les meilleurs compositeurs devraient rivaliser de trouvailles musicales pour permettre l'épanouissement artistique de ce bugliste exceptionnel. J'espère que la concurrence créative des compositeurs vont s'acharner sur le talent de cet interprète.

J'ai déjà entendu des concours de l'eurovision où ont brillé un interprète belge à l'accordéon et un candidat espagnol à l'harmonica. On a écrit de la musique de film pour Gheorghe Zamfir; on aurai pu écrire quelque chose pour ces interprètes, et surtout pour Nakariakov.

Sergeï Nakariakov a également réalisé un autre coffret de 3 CD pour bugle/trompette et piano.

André


Sinfonie Nr.3
Sinfonie Nr.3
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 59,14

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'orchestre et un orchestre à découvrir., 16 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sinfonie Nr.3 (CD)
C'est ce que j'ai entendu de mieux à propos de ces deux ouvrages. Pas d'excès dans la troisième symphonie (qui est en réalité la cinquième). Mais, cette symphonie n'a pas besoin d'être mise en avant tellement elle est populaire. Par contre la suite algérienne mérite qu'on s'y arrête un instant.

L'exécution qu'en donne Vladimir Valek est pleine de clarté. On entend tout. Les triolets des pupitres des bois qui gazouillent avec les pupitre des cordes dans le génial premier mouvement. Et un joli son de cor solo par dessus le marché.

Les youyous imités par des trilles des pupitres des bois à l'unisson avec le triangle dans le deuxième mouvement, tels que la partition l'indique, et qu'on entend parfaitement bien dans cette interprétation.

Il est dommage qu'on ai pas cité le nom de l'altiste solo du troisième mouvement de la suite algérienne. C'est probablement le seul altiste qui joue aussi juste sans faire grincer la corde la [celle qui est la plus aigu pour un instrument qu'on accorde: la, ré, sol, do]. Son vibrato est naturel et il entre en scène discrètement tout en dominant les autres éléments de l'orchestre.

Ce sont des orchestres comme celui-là qu'il faut plébisciter, et pas ceux qu'on nous diffuse tout le temps. Un orchestre qui a un grand nom, n'a pas forcément un meilleur son que les autres. On le voie ici, l'orchestre radio-symphonique de Prague a un son nettement supérieur à certains orchestres que je ne nommerai-pas. Cet orchestre fait parti des orchestres que j'aimerai entendre plus souvent. Les orchestres, premier prix de conservatoire, sonnent souvent mieux que les grandes phalanges orchestrales de renommé internationale.

André


Andre Messager ~ Les Deux Pigeons - Michel Queval (Conductor), National Paris Opera Theatre Orchestra (Cybelia)
Andre Messager ~ Les Deux Pigeons - Michel Queval (Conductor), National Paris Opera Theatre Orchestra (Cybelia)

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un ballet au répertoire des danseurs classiques, et pas au répertoire des mélomanes, 16 août 2013
Il est regrettable que les mélomanes avertis méconnaissent certains ballets classiques; surtout celui-là. Il est également surprenant que les danseurs soient plus éduqués musicalement que les mélomanes. Ce ballet constitue à mon sens l'une des meilleures partition musicale de ballet français de la seconde moitié du XIX ème siècle avec "Sylvia" (Delibes), "Javotte" (Saint Saëns), le ballet égyptien (Luigini), et "Namouna" (Lalo). Ces oeuvres sont très peu jouées en concert, et c'est une erreur.

Ce ballet s'inspire d'une fable du génial Jean de la Fontaine, à la différences que les pigeons se sont transformé en tourtereaux humain. L'action se passe en Roumanie, ce qui a permis au compositeur d'insérer dans son style "français du terroir" des danses d'Europe centrale qui égales celles de Glazounov dans Raymonda, Brahms pour les danses hongroises et Dvorak pour les danses slaves, tellement c'est confondant de réalisme.

Grosso modo, l'histoire se résume ainsi. Gourouli et Pepio s'aiment, mais Pepio s'ennui. Il veut vivre libre comme les bohémiens et part s'encanailler chez les tziganes. Il tombe sous le charme de Djali. Gourouli, de son côté intervient en donnant de l'argent à un gitan pour que Pepio perde en jouant aux cartes. L'orage éclate et personne ne veut accueillir Pepio parce qu'il est ruiné. C'est dépité et meurtri qu'il retourne auprès de Gourouli vivre un vrai bonheur, plus sécurisant.

Dans la fable de la Fontaine le pigeon aventurier pendant son escapade, est piégé, attaqué par des rapaces, agressé par un gosse à la fronde. L'oiseau, blessé et harassé, rentre dans le même état que Pepio, auprès de son copain.

En somme, il s'agit d'une page musicale pleine de trouvailles artistiques ou voisine le charme, la sensualité, le comique (où Gourouli imite les mouvements de la tourterelle), les danses folkloriques d'inspiration tzigane, avec une danse pizzicato comme Delibes. Je retiens la jolie mélodie d'introduction au lever de rideau du premier acte "les filles qui tressent des guirlande de fleur pour Mikalia" (mère de Gourouli). Cette mélopée est si agréable et insouciante à l'oreille que le bon Dieu pourrait nous accueillir dans son paradis avec cette illustration musicale, si on a la chance d'y entrer. Bien entendu, je n'oublie pas le spectacle sonore du deuxième acte. Cette valse de style "belle époque à la française", qu'on regrettera toute sa vie de ne pas avoir dansé le jour de sa première rencontre avec la personne qui va partager notre existence intime.

Pour des raisons personnelles, je préfère l'interprétation de Michel Queval à celle de Richard Bonynge; c'est un goût qui n'engage que moi. Cette partition a encore plus de saveurs musicale que "la fille mal gardée" de Ferdinand Hérold, que j'adore (quand Hérold n'est pas trafiquée par John Lancheberry avec ses orchestrations à la Leopold Stokowski). De toute façon, Messager est un compositeur qui me fascine.

A titre de curiosité, voici ce qu'André Messager a composé comme ballet dans sa carrière.
- Fleur d'oranger (1878)
- Les vins de France (1879)
- Mignons et Vilains (1879)
- Les deux pigeons (1886)
- Scaramouche (1891)
- Amans éternels (1893)
- Le chevalier aux fleurs (1897)
- le procès des roses (1897)
- Une aventure de la Guillomard (1900)

J'espère que des chefs d'orchestre curieux et des chorégraphes inventifs, mettrons ces ouvrages en chantier. En tout cas, ce ballet est un hommage à Camille Saint-Saëns et ça s'entend.

André
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 13, 2014 6:15 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12