Profil de Wed > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Wed
Classement des meilleurs critiques: 245.247
Votes utiles : 14

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Wed

Afficher :  
Page : 1
pixel
Sound of the Beast : L'histoire définitive du Heavy  Metal
Sound of the Beast : L'histoire définitive du Heavy Metal
par Ian Christe
Edition : Broché
Prix : EUR 23,40

3.0 étoiles sur 5 Une bonne Introduction au Heavy Metal, 23 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sound of the Beast : L'histoire définitive du Heavy Metal (Broché)
On tient là un bon livre, toutefois pas très bien documenté sur l'histoire du Heavy Metal.
Le titre aguicheur "l'histoire définitive du Heavy Metal" est bien entendu quelque peu mensonger.

Ainsi, on voit des mouvements prolifiques de la scène Metal qui ne sont pas abordés : le sludge (High On Fire, Kylesa, Baroness, Mastodon), le post-Metal/post-Hardcore (Isis, Neurosis) ne me semblent pas figurer dans le livre alors qu'ils ont beaucoup contribué à la scène actuelle.

De même, l'experimental/avant-garde n'a le droit qu'a quelques dizaine de pages alors qu'il y avait beaucoup à dire. Je ne suis pas sûr que le nom de "Meshuggah" ait été écrit une seule fois. Alors qu'on connaît aujourd'hui l'importance décisive du groupe avec son apport de la polyrythmie et des riffs syncopés sur le post-hardcore, le progressif et bien entendu, l'émergence du mouvement "djent" aujourd'hui. Devin Townsend (qui, me semble-t-il n'est pas non plus mentionné) le dit mieux que personne : "We all rip of Meshuggah!". Pas de mention de certains albums cultes comme "City" de Strapping Young Lad (encore Devin Towsend!)...

Quant est-il aussi du Metal progressif? Pas une seule mention. Jamais le nom de "Dream Theater" n'apparaît une seule fois alors ne vous attendez pas à trouver non plus de mention de Rush, Ayreon, Cynic, Shining, Opeth, Textures ou Orphaned Land... Il y avait pourtant énormément à dire. J'imagine que le rapide chapitre consacré à la scène française est le fruit de la traduction, Anne Guitton semble alors avoir remarqué ce dénis de la scène progressive et propose une petite page sur le Death Metal Progressif français avec mention d'Hacride et Gojira, c'est toujours ça.

Être complètement exhaustif est bien entendu une entreprise impossible. Et si on peut, à la limite, pardonner à l'auteur de ne pas avoir su anticiper l'émergence du post-Metal (le bijou Panopticon pas encore sorti à cette époque et difficile de calculer le pouvoir d'un Oceanic tout récent), on ne peut que difficilement rester stoïque devant l'absence de mention de Meshuggah ou des grandes figures du Metal Progressif !

Ce n'est donc pas "l'histoire définitive du Heavy Metal" qui figure dans ce livre mais une excellente "Introduction à l'histoire du Heavy Metal" et cet ouvrage a bien entendu le mérite d'être l'un des rares livre sérieux à s'intéresser au Heavy Metal et son histoire. Et il fait figure de très bonne introduction.

Enfin, que dire de l'absence de références/bibliographie? Des citations et commentaires qui viennent de toute part, parfois faites par de parfaits inconnus (qui ne sont pas présentés) et que l'on doit croire sur parole (tout comme Ian Christie). C'est un manquement grave, dommage car l'ouvrage contient un bon index, tables de matières et beaucoup d'idées intéressantes comme des listes de meilleurs albums, de films sur le Metal, de prestations scéniques légendaires, etc.

PS : Comme je le remarque un lisant un autre commentaire : d'autres oublis assez conséquents dans cette oeuvre : le folk (Amorphis, Fintroll, Eluveitie, ...), le death mélodique (In Flames), le cyber (Fear Factory, Sybreed) et l'indus, le Metal symphonique (Nightwish, Epica, SepticFlesh ...).

Et probablement d'autres.

Et il est vrai que l'ouvrage apporte une place un peu trop conséquente à Metallica, et pourtant, il oublie de mentionner l'influence du rock progressif sur le groupe (ainsi que sur Maiden) et donc il est naturel qu'il oublie de l'aborder par la suite...


The Beginning Of Times (Edition Limitée)
The Beginning Of Times (Edition Limitée)
Prix : EUR 21,00

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A l'apogée de leur talent, 3 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Beginning Of Times (Edition Limitée) (CD)
Extrait de ma chronique à paraitre sur [...]

Le premier morceau « Battle For Light » est la représentation typique de ce que sera « The Beginning of Times ». Une magnifique mélodie au piano, portée par une guitare aux accents folkloriques et une alternance entre chant clair et chant caverneux (sans jamais qu'on puisse vraiment s'attendre à voir apparaître l'un ou l'autre), un pont folklorique bien sympa, des chœurs subtiles en fin de morceau, une montée en puissance qui finit en apothéose avec toujours cette grande force d'Amorphis : des refrains qui restent stockés dans votre tête à jamais.
Mais c'est sur « Mermaid », le second titre, que commence vraiment l'aventure avec l'apparition d'un chant féminin couplé au piano pour une séquence « émotion garantie ». Le chant féminin est d'ailleurs utilisé sur plusieurs pistes de l'album toujours avec délicatesse et parcimonie. Il est particulièrement bien utilisé sur « Soothsayer », « Crack In a Stone » et « The Beginning of times », morceaux absolument fantastiques au passage. Il n'est jamais au premier plan, il est toujours là pour rendre la musique d'Amorphis encore plus géniale (comme s'ils en avaient besoin !).
Tout comme « You I Need », on peut toutefois citer quelques pistes un peu en-deçà de la qualité générale de l'album (c'est plutôt subjectif cependant), d'ailleurs ce sont les plus courtes : « Three Words », « Reformation » et « Escape ». En fait, qu'on ne se méprenne pas, ce sont des morceaux superbes, mais tous les autres titres sont tellement géniaux qu'ils feraient presque passer les premiers pour du remplissage.
Quelques mots sur « Crack The Stone » et « The Beginning of Times », probablement les meilleurs morceaux de l'album. Dans ces deux titres on voyage constamment entre la fureur la plus extrême (le final du premier est d'une violence rare pour le groupe), la délicatesse la plus raffinée et le folklore, avec une grande cohérence et une totale réussite.

Tout arrive toujours au bon moment et pourtant rien n'est prévisible. Chaque effet, chaque chœur, chaque voix, chaque ambiance, chaque solo, tout est travaillé minutieusement mais s'incorpore naturellement à l'ensemble et fait place à l'émotion la plus intense. Toutes les bonnes vieilles recettes qui font le succès d'Amorphis sont présentes mais n'ont jamais semblées aussi bien utilisées et aussi bien ancrées. Je vais tenter de me calmer sur les superlatifs mais soyons clair : si vous n'aviez pas encore compris jusqu'ici, « The Beginning of Times » est un album magistral. Pas parfait mais on n'en est pas loin. On se demande toujours à la fin des morceaux comment on a fait pour passer d'une mélodie mélancolique au piano pour se retrouver dans un déluge de guitares et de fureur sans même s'en rendre compte et c'est là toute la force de « The Beginning of Times ». On aimerait que jamais aucune piste ne se termine et pourtant on meurt d'envie de découvrir la suivante. D'ailleurs une fois que l'on a déjà écouté l'album, on n'a qu'une seule idée en tête : le réécouter. Les titres les plus faibles sont de très bons titres et les très bons titres sont encore bien meilleurs.

Amorphis ne se réinvente peut-être pas (en a-t-il seulement besoin ?) mais il ne fait que s'améliorer et confirmer un talent dont on n'osait plus douter depuis longtemps. Pour ceux qui veulent découvrir le groupe, tout comme pour ceux qui en sont déjà accros, je vous conseille vivement cet album (et tous les précédents).

Wed/Selfdestruction


Attraction fatale
Attraction fatale
DVD ~ Gael García Bernal

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Amibiteux mais raté, 12 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Attraction fatale (DVD)
Soyons clair, il y a 2 possibilités avec "Attraction Fatale":
Soit vous êtes conquis.
Soit ce film vous répugne.

Je fais partie de ceux qui ont détesté ce film mais j'essaierai d'être le plus objectif possible.
Ce qui est bien:
- L'actrice principale talentueuse et convaincante (mais le reste du casting est une horreur)
- Le dénouement est plutôt original et ambitieux (mais probablement trop ambitieux)

Ce qui ne joue pas:
- Une première partie ultra cliché, niaise et (pour ma part) insupportable. Avec des répliques de séries B du style "Un baiser c'est le point sur le I du mot Amour"... Cette première partie, en plus d'être cliché et mauvaise, est lente et longue.
- Une deuxième partie plus "Thriller", avec des idées plus ou moins originales (Plus ou moins car on sent quand même une très très grande inspiration du célèbre "Truman Show") mais, par la suite, beaucoup trop de rebondissements improbables et mal mis en scène.
- La scène du grand méchant qui explique tout son plan machiavélique sur la fin....Complètement ridicule.
- Le final improbable, maladroit et complètement hors de propos.

Bref, un film à voir tout de même car il est plutôt original. Mais cela reste un film d'amateur, plein de défauts et plutôt raté...


Thrash Metal - Metalhit Sampler
Thrash Metal - Metalhit Sampler

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 ...payant, 26 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Thrash Metal - Metalhit Sampler (Téléchargement MP3)
Je trouve juste vraiment triste qu'on doive payer pour ces "Free Download Series" alors qu'au USA ils l'ont gratuitement... c'est pas comme si c'était des artistes connus en plus...


La Tour Sombre, Tome 3 : Terres perdues
La Tour Sombre, Tome 3 : Terres perdues
par Stephen King
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

4.0 étoiles sur 5 Entre deux mondes, 3 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Tour Sombre, Tome 3 : Terres perdues (Poche)
La saga ne fait que s'améliorer, après un premier volet difficile d'accès et un second pour mieux introduire les personnages principaux, on se précipite enfin dans le vif du sujet : la quête de la tour sombre.
Un ours géant mécanique, un train de conte de fée qui ne s'avère pas si sage que ça; des gens à l'esprit torturé qui s'entre-tuent, rendu fous par la batterie de Frank Beard (ZZ Top), ... Un excellent livre, parfait mélange de genres qui n'ont a priori rien en commun : SF, Western, Horreur, Drame...
Chaudement recommandé


Page : 1