Profil de Philiplo > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Philiplo
Classement des meilleurs critiques: 316
Votes utiles : 1363

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Philiplo (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Classics 1953 - 1954
Classics 1953 - 1954
Prix : EUR 21,16

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Brelan de Dames, 4 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Classics 1953 - 1954 (CD)
La pianiste Beryl Booker (1922-1980) forme en 1953-54 un des premiers trios féminins en compagnie de la contrebassiste Bonnie Wetzel (1926-1965) et de la batteur(e) Elaine Leighton (1926). Leur groupe a tourné en Europe et accompagné Billie Holiday puis plus tard Beryl accompagnera Dinah Washington. Beryl Booker a grandi à Philadelphie et est une autodidacte du piano. Elle a débuté sa carrière avec Slam Stewart.
Ce CD rassemble le produit de 3 sessions différentes. Les 8 premiers titres ont été enregistrés en octobre 1953 à Los Angeles. Des morceaux enlevés et sur les plages 7 et 8 on découvre les talents de Beryl chanteuse à la voix très agréable. Puis vient la session parisienne de février 1954, celle où j’ai fait sa connaissance. Non je n’étais pas dans le studio, mais je l’ai entendu sur l’album Vogue de Don Byas qui reprend l’intégralité de cette séance de 5 plages. Un «Paris medley» excellent, où les doigts de Beryl courent sur le clavier, Elaine est la reine des balais et Bonnie à la basse solide et ronde. Sur les plages 11 à 13, elles accompagnent un Don Byas au saxophone toujours aussi enjôleur. Mention spéciale pour «I should Care» où la voix de Beryl prend parfois des intonations à la Blossom Dearie. Ils terminent sur un excellent blues de la pianiste. La troisième séance eu lieu à New York à l’été 1954. Six plages plus romantiques et mélancoliques, les meilleurs de l’album à mon goût. L’enregistrement est meilleur, le piano plus épanoui. Des ballades certes, mais avec des ruptures de rythme et des changements de tempo comme sur «Tenderly» ou «My Funny Valentine».
Une atmosphère en noir et blanc, de 78 tours (ça gratte un peu au début), délicieusement rétro.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (11) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 7, 2013 11:59 AM MEST


Ready for Freddie +1 [Remaster
Ready for Freddie +1 [Remaster
Prix : EUR 11,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Nous sommes tous debout pour Freddie, 3 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ready for Freddie +1 [Remaster (CD)
Un mois après avoir enregistré avec Wayne Shorter au sein des Jazz Messengers, le trompettiste Freddie Hubbard fait appel en novembre 1962 au saxophoniste pour une session Blue Note dont il est le leader*. Il mobilise aussi une paire déjà bien rodée auprès de John Coltrane : le pianiste McCoy Tyner et le batteur Elvin Jones. Art Davis à la contrebasse et Bernard McKinney au tuba ténor (qui ajoute une couleur particulière à l'album) sont aussi de la fête. Un disque qui déménage. Cinq titres (et deux alternates) dont trois compositions de Freddie et une de Wayne. Un disque étincelant, fulgurant du jeune trompettiste (24 ans au moment des faits). Un album marquant de cette période en particulier et du jazz en général.
___________
*Quelques mois plus tard on les retrouve sur l'album très différent de Freddie Hubbard The Body And The Soul
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 5, 2013 11:44 AM MEST


In The Studio And In Concert
In The Studio And In Concert
Prix : EUR 21,35

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Retrouvailles Tormé/ Paich pour notre plaisir, 3 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : In The Studio And In Concert (CD)
Le chanteur Mel Tormé et Marty Paich (et son orchestre) ont gravé quelques bons albums à la fin des années 50 et début 60 comme l'excellent The 1956 Tormé-Paich Legendary Sessions (chroniqué par Nic) ou encore Swings Shubert Alley avec Art Pepper en sideman de luxe. Le label Concord a eu la bonne idée de les rassembler à nouveau en 1988 pour un album en studio et un autre en public à Tokyo. Ces deux CD sont présentés ici dans le même boitier. La voix de Mel Tormé (1925-1999) n'a rien perdu de son charme et de sa classe , toujours aussi swingante et bien en place. Les arrangements de Marty Paich (1925-1995) sont toujours aussi subtils, offrant un bel écrin à chacune des chansons. Comme toujours il rassemble dans son orchestre des musiciens hors-pair. En studio comme en live on retrouvera par exemple Bob Enevoldsen au trombone, Gary Foster à l'alto; Ken Peplowski au ténor; Jack Sheldon à la trompette. Deux albums très réussis.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 3, 2013 10:53 PM MEST


The Age of Steam [UK Import]
The Age of Steam [UK Import]

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 A toute vapeur, 27 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Age of Steam [UK Import] (CD)
C'était l'époque où Gerry Muligan était un fan de Georges Moustaki.
Voilà un CD que j'avais mis de côté à la première écoute, peut-être rebuté par le piano électrique. Près de 20 ans plus tard je le ressors et c'est pour moi une (re)découverte. Le CD ne s'est pas bonifié avec le temps mais mon écoute et mes gouts ont du changer. Il a été gravé en 1971 Un album avec des élans funky comme sur "One to ten in Ohio", des côtés planants sur "Gran Tour". Une diversité d'arrangements et d'orchestration. On ne reconnait pas le guitariste Howard Roberts qui par moment se croit à Woodstock (A weed in Disneyland). Changement d'ambiance et beaucoup d'émotion sur "Golden Notebooks". Final tres entrainant. Toutes les compositions sont de Gerry Mulligan.
Une belle équipe avec lui: son complice Bob Brookmeyer au trombone; Tom Scott au ténor ou au soprano; Bud Shank au sax alto ou à la flûte; Harry Edison à la trompette.
Roger Kellaway au piano (relayé parfois par G. Mulligan); Howard Roberts à la guitare
Chuck Domanico est à la basse; John Guérin à la batterie alterne avec Joe Porcino. Emil Richards aux percussions.
Un album particulier et méconnu de Gerry Mulligan


Luminous / The Unspoken Word
Luminous / The Unspoken Word
Prix : EUR 14,79

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Deux concerts londoniens de Chico, 27 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Luminous / The Unspoken Word (CD)
Chico Freeman (tenor et soprano saxe) et Arthur Blythe (saxophone alto) sur la scène du Ronnie Scott lors de deux concerts différents (2 CDs) et intéressants .
Le premier en février 1989, rassemblait outre les deux saxophonistes, John Hicks au piano, Donald Pate à la basse, Victor Jones à la batterie, Norman Herdman aux percussions. Une belle prestation et le plaisir d'entendre John Hicks.
Le second concert a eu lieu en octobre 1993 avec comme complices des 2 saxophonistes Idris Muhammad à la batterie, Julian Joseph au piano et Curtis Lundy à la basse.
Deux saxophonistes post-bop qui ne laissent pas indifférent.
CD1: 61 mn et CD2: 78 mn
PS:Merci à Fritz qui m'a mis sur la piste de cet album.


Equilateral
Equilateral
Prix : EUR 22,23

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le moins connu des trois, 26 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Equilateral (CD)
Le saxophoniste Bill Pierce fait peu parler de lui. Je l'ai écouté il y a bien longtemps sur un disque des Jazz messengers avec Bobby Watson et le jeune Wynton Marsalis. Deux ans au sein de cette formation c'est une belle école . Il est aussi auprès d'Antonio Hart dans son premier album. Il a pas mal joué avec le pianiste James Williams à ses débuts et plus tard dans le groupe de Tony Williams comme sur l'excellent Tokyo Live.
Cet album utilise une formule relativement rare: en trio sans contrebasse. Deux partenaires de luxe sont de la fête, Hank Jones au piano et Roy Haynes à la batterie. Ce 2 janvier 1988, il devait être dans ses petits souliers, Billy en démarrant la session, n'ayant jamais joué avec eux. Paradoxalement ces deux géants du jazz sont relativement discrets dans l'album, laissant la vedette a Billy. Hank Jones livre tout de même quelques belles interventions. Dix thèmes plus ou moins connu, choisis au cours de la séance. Je préfère Billy Pierce dans les ballades où sa sonorité très chaude fait merveille. Il délaisse parfois le ténor pour le soprano comme sur "Alone together". L'écoute donne l'impression que l'interprétation s'améliore de plage en plage comme si le groupe prenait ses marques au début puis se lâchait davantage.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (20) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 1, 2013 11:29 PM MEST


Par Excellence
Par Excellence

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Guitare tres jazz, 23 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Par Excellence (CD)
Il y a quelques années j'étais chez un disquaire qui passait un disque avec un excellent guitariste: un jazz très agréable (il a du disparaitre, ce disquaire,comme bien d'autres!). Surprise de découvrir qu'il s'agissait de George Benson que je n'imaginais pas dans ce registre très "straight". Le disque me plaisait tant que je suis reparti avec. Une rythmique tout terrain de qualité avec Mickey Tucker au piano, George Duvivier à la contrebasse et Al Harewood à la batterie. George Benson donne beaucoup d'espace à ses partenaires en particulier le pianiste. Al Harewood est aussi très présent comme sur "Witchcraft". Un enregistrement live en club de très bonne qualité, enregistré en avril 1973. Plus de deux heures de musique (2 CD, 130 mn). Heureusement Benson chante très peu ("Masquerade is over"). D'excellentes improvisations sur la douzaine de standards interprétés comme sur "Blue Bossa" où l'on est emporté vers des espaces ensoleillés. Très bon album, entre 4 et 5 étoiles.

Huit des douze morceaux sont repris sur ce disque: The Masquerade Is Over
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : May 29, 2013 4:58 PM MEST


What Is There to Say?
What Is There to Say?
Proposé par roundMediaUK
Prix : EUR 3,31

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Baryton et trompette tout en douceur, 21 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : What Is There to Say? (CD)
Un des meilleurs albums de Gerry Mulligan et pourtant il y a le choix! Quartet baryton/trompette sans piano, cette formule n'est pas nouvelle pour Gerry, il l'a déjà fait dès 1952 avec Chet Baker. Il la reprend ici avec un trompettiste délicat et raffiné, Art Farmer. Dave Dailey est à la batterie et Bill Crow à la contrebasse. De la dentelle que ces morceaux presque susurrés comme "Festive Minor". Une atmosphère souvent feutrée entrecoupée de jaillissements plus rythmés comme "As catch can". L'incontournable "My funny Valentine" est du répertoire; une version épurée, ethérée, séraphique. Un si gros instrument et tant de douceur. Quartet ou quatuor? La musique est belle. La cymbale de Dave sur "Blueport" nous tire brusquement de notre quiètude. Un album enregistré en décembre 1958 et janvier 1959. Un tres bon cru.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : May 29, 2013 3:40 PM MEST


The Greatest Jazz Concert in the world
The Greatest Jazz Concert in the world
Prix : EUR 18,55

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Duke, Oscar, Ella, Benny, Johnny, Coleman, Zoot et bien d'autres, 18 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Greatest Jazz Concert in the world (CD)
Jamais entendu parler de ce coffret de 3 CD et pourtant quel album! Dans le cadre des tournées Jazz at the Philharmonic, Norman Granz enregistre au cours de trois concerts en juin et juillet 1967 (à New York, Hollywood et Oakland) la matière de cet album (paru seulement en 1975 et remastérisé en 1989). Il y a du très lourd. Cela commence par le trio de Oscar Peterson avec Sam Jones à la contrebasse et Bobby Durham à la batterie (batteur tout terrain, particulièrement apprécié par Norman). Ils sont rejoints pour une jam session par, excusez du peu, Clark Terry, Benny Carter, Paul Gonsalves et Zoot Sims, tous très en forme. Puis pour deux morceaux le trio accueille Coleman Hawkins (bien moins à l'aise que quelques années plus tôt). Le quatuor est rejoint par Johnny et Benny, un Johnny Hodges particulièrement bon. Pour finir ce premier CD deux plages avec le bluesman T-Bone Walker en compagnie du trio de Oscar et de Clark, Johnny et Paul Gonsalves. Mais ce n'est pas fini, sortons le second CD.
La 2eme galette est entièrement consacrée à Duke Ellington et son orchestre. Douze morceaux, chacun mettant en vedette un membre de l'orchestre comme Russell Procope, Jimmy Hamilton, Cootie Williams, Cat Anderson, un excellent Harry Carney sur "A chromatic love affair" , un très bon Paul Gonsalves sur "Mount Harrissa", un brillantisisme Johnny Hodges sur "Blood Count". Puis interviennent des sideman de luxe comme Zoot Sims qui dialogue avec Jimmy Hamilton et Paul Gonsalves("Very Tenor"), ou encore Clark Terry bataillant brièvement avec Cat Anderson (Wild Onions). Enfin pour terminer le CD, Oscar Peterson conduit le train A, embarquant tout l'orchestre. Excellent!
L'orchestre d'Ellington continue de nous enchanter au début du troisième CD en nous proposant quelques-unes de ses compositions les plus célèbres. Cela commence avec un "Satin Doll" où Benny Carter glisse son saxe. Puis d'autres tubes. Enfin, Johnny Hodges se taille la part du lion avec des solos sur "Prelude to a kiss", "Mood Indigo","I got it bad...","Things ain't what they used to be". Du grand Hodges! Quel orchestre!
Puis le rideau s'ouvre sur Ella Fitzgerald avec le trio du pianiste Jimmy Jones (avec Sam Woodyard à la batterie et Bob Cranshaw à la contrebasse), l'orchestre de Duke Ellington est toujours là pour un tapis de cuivre. Ella et le Duke comme sur la Côte d'Azur un an plus tôt. Quatre morceaux et l'orchestre se retire pour laisser Ella et son trio seuls en scène pour 3 morceaux plus intimistes. Ella en grande forme qui enchaine par un endiablé "Beetween the devil and the deep blue sea" soutenu par un trompettiste (Clark Terry ?). Ella tombée dans la potion magique du swing quand elle était petite. Un "Cotton Tail" sur les chapeaux de roues pour le final avec l'orchestre du Duke où s'illustre Paul Gonsalves.
Plus de 3 heures de concert de haute tenue (76 mn+60 mn+66mn). Chacun fait son show certes, mais du show comme cela on en redemande. Le titre de l'album n'est pas si grandiloquent que cela, on aurait bien voulu y assister à ce concert.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 28, 2013 2:38 PM MEST


Don't You Know I Care
Don't You Know I Care
Proposé par FRMusicFiendz
Prix : EUR 17,15

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Antonio a du tonus, 5 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Don't You Know I Care (CD)
Antonio Hart est un saxophoniste alto qui depuis près de 25 ans a joué avec pas mal de monde, en particulier Roy Hargrove. Un son puissant, légèrement aigrelet, épicé, epoustouflant dans les morceaux rapides. Le temps fort du disque c'est son "chase" avec le saxophoniste Gary Bartz sur "At the closet Inn". A lui seul ce morceau justifie l'acquisition de l'album. Sept des 9 morceaux sont des compositions de Antonio Hart. A la rythmique on trouve le batteur Greg Hutchinson et le contrebassiste Rodney Whitaker, tous deux tres bien à mon gout. J'aime moins le pianiste Aaron Graves que je trouve bien trop percussif. Le tromboniste Jamal Haynes et le percussioniste Kimati Dinizulu collaborent à l'album.
Autre révélaion de cet album, le trompettiste Darren Barrett, partenaire attitré de maints albums d'Antonio H et remarqué auprès de Elvin Jones. Je prefere Antonio Hart dans les morceaux enlevés que dans la ballade, celle d'Ellington donnant son titre à l'album. Dans l'ensemble un très bon album plein de tonus.
- C'est récent ?
- Attends je regarde. 1992! Plus de 20 ans déjà!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 7, 2013 2:35 AM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20