Profil de Philiplo > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Philiplo
Classement des meilleurs critiques: 264
Votes utiles : 1358

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Philiplo (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Africa Calling
Africa Calling
Prix : EUR 15,76

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un jamaïquain en Europe, 13 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Africa Calling (CD)
Un peu par hasard sur mamazon version british, je tombe sur ce saxophoniste dont je ne n'avais jamais entendu le nom. Wilton Gaynair est né en 1927 en Jamaique. Des musiciens comme George Shearing l'entendent à Kingston. En 1955 il part en Europe, joue avec son compatriote le trompettiste Dizzy Reece et s'installe en Allemagne où il résidera jusqu'à sa mort en 1995. Quelques passages à Londres où il enregistre par exemple cet album en 1960. Il est accompagné par le pianiste londonien Terry Shannon, Jeff Clyne à la contrebasse, Bill Eyden à la batterie. Son compatriote Ellsworth McGranahan “Shake” Keane (1927-1997) intervient à la trompette sur certains morceaux comme "Just for Jan". Excellente version de "The Way You Look Tonight". Wilton a un son un peu rauque, un peu texan, tres dynamique, de belles improvisations. A découvrir, seulement 3 albums à son actif.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 14, 2013 10:41 AM MEST


Moanin'[Paper-Sleeve] [Reissue
Moanin'[Paper-Sleeve] [Reissue
Proposé par KELINDO³
Prix : EUR 48,42

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 S' Hicks standards, 7 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Moanin'[Paper-Sleeve] [Reissue (CD)
Le pianiste John Hicks (1941-2006) ne fait pas partie des têtes d'affiche. Comme beaucoup de musiciens il a séjourné un temps dans la pépinière des Jazz Messengers. Art Blakey est décédé en 1990, deux ans plus tard il grave cet hommage à son aîné. Il puise dans le répertoire célèbre du groupe en puisant beaucoup dans l'un des disques les plus célèbres du groupe Moanin'. Cela sonne évidemment différemment puisqu'il n'y a pas de souffleurs. Six standards sont au programme (7 à 8 minutes chacun) dont deux compositions de Benny Golson. Les thèmes sont revisités par le pianiste au touché très percussif qui évoque la syncope blakeysienne. Un disque qui n'engendre pas la mélancolie. Victor Lewis est un solide batteur qui demeure en retrait laissant la vedette au pianiste; il a quand l'occasion de briller sur "Blues March" et "Night in Tunisia". Le bassiste Marcus McLauren assure (bon solo sur Moanin'). L'album est super bien enregistré comme toujours avec Venus. En cherchant sur les pistes tracées par cet album, on peut le trouver à très bon prix.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (22) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 13, 2013 1:46 PM MEST


Love For Sale : Live In Dublin 1978
Love For Sale : Live In Dublin 1978
Prix : EUR 17,53

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Quand la technique n'est pas à la hauteur de l'artiste, 3 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Love For Sale : Live In Dublin 1978 (CD)
Fans de Zoot Sims vous êtes face à un dilemme : se procurer ou pas ce Cd. Le saxophoniste est en très grande forme, en 1978, lors du célèbre Kikenny Arts Festival de Dublin. Il alterne avec brio au ténor et au soprano. Du très bon Zoot qui swingue sur des standards ou bien sait émouvoir lorscde ballades comme "Emily". Il est accompagné par une section rythmique dont je ne connais pas les musiciens, des gars de Dublin je suppose (Noel Kelehan au piano, Jimmy McKay à la basse et John Wadham à la batterie). Mais... l'ingénieur du son devait manquer de micros, car la section rythmique est fort mal enregistrée: la basse bourdonne, la batterie a un son de casserole et le piano est loin (dommage car il semble très bon*), sans compter certains ronronnements et larsens. La firme Nagel Hayer qui nous a habitués à une très bonne qualité de ses prises de son, déçoit ici, même si l'enregistrement s'améliore nettement sur la fin. Dommage, l'ambiance est là, Zoot est très bon dans ses improvisations (en particulier au soprano) et par chance pas trop mal enregistré, mais ses trois compagnons beaucoup moins. À vous de choisir!
----------
* vérifications faites sur internet, Noel Kelehan est un célèbre pianiste de jazz et chef d'orchestre irlandais, décédé en 2012.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 6, 2013 6:32 PM MEST


Plays Benny Carter Songbook
Plays Benny Carter Songbook
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 53,29

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une anglaise et le continent, 2 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plays Benny Carter Songbook (CD)
Une grande dame s'en est allée le 20 aout 2013. La pianiste anglaise Marian McPartland, née Turner, (1918-2013) a rencontré en Belgique son mari, le trompettiste américain Jimmy McPartland à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elle part avec lui à Chicago et joue au début dans le groupe dixieland de son mari. Plus attirée par un jazz plus contemporain, en 1950 elle monte son propre trio) et entame sa longue carrière sur le continent américain. Grâce aux technologies issues du phonographe, elle nous laisse des heures et des heures de musique. Elle connait le jazz sur le bout de ses longs doigts après plus de 50 ans de carrière. Un piano qui sonne clair, plein de couleurs lumineuses, du style, de la classe, un art consommé de la ballade, un sens du swing. Elle part rejoindre tous ceux qu’elle a côtoyés au cours de sa longue carrière ou interviewés lors de ses célèbres émissions. Quel disque choisir pour un dernier adieu à une si grande dame ? L’album gravé en 1990 avec un musicien aussi accompli que Benny Carter (1907-2003) semble approprié. Plus d’un siècle de jazz à eux deux ! Ils n’ont plus rien à prouver, juste jouer pour le plaisir. D’accord sur un titre et c’est parti ! Ils revisitent 11 compositions de Benny Carter. Pour quelques titres Benny pose son saxophone alto et laisse toute sa place au trio. Trio qui comprend John Clayton à la contrebasse (le co-patron du Clayton –Hamilton Orchestra) et Harold Jones à la batterie. Ce disque est assez mélancolique et comporte de nombreuses admirables ballades comme Lonely Woman. Quelques morceaux plus entrainants comme « Another Time, another place » qui démarre sur un tempo médium et l’air de rien le tempo s’accélère et Mme Parland s’envole, Benny Carter enclenche par surprise son solo. Un morceau très joyeux et chantant conclut ce bel album, une invitation optimiste à la vie.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 3, 2013 3:03 PM MEST


After Midnight, The Complete Sessions
After Midnight, The Complete Sessions
Prix : EUR 7,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Cole c'est cool, 30 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : After Midnight, The Complete Sessions (CD)
Une petite discussion autour de Johnny Hartman m'a incité à réécouter un album excellent de Nat King Cole. Une ambiance after hours très jazz (loin de certains de ses enregistrements sirupeux qui ont fait recette). Ici, une bonne quinzaine de morceaux en compagnie de quatre invités à la solide expérience, lors de quatre séances différentes en 1956. Les 4 sidemen sont le violoniste Stuff Smith qui a accompagné la fine fleur du jazz dans les années 40 et 50. Le saxophoniste alto Willie Smith à la longue expérience des pupitres chez Lunceford ou Ellington et bien d'autres. Le tromboniste Juan Tizol, membre émérite du team Ellington et compositeur entre autre de Perdido et Caravan. Quatre plages chacun et cinq pour le trompettiste Harry "Sweet" Edison à qui va ma préference; sa sonorité veloutée se marie fort bien à la voix suave de Nat King Cole. Nat King Cole tient également le piano (instrument sur lequel il a commencé sa carrière de jazzman). Il est accompagné de partenaires réguliers Charlie Harris à la contrebasse, le petit frère de Lester Young, le batteur Lee Young et l'excellent guitariste John Collins. Des petites perles à foison dans cet album comme l'inusable "Route 66" avec Edison; un beau "Caravan" avec son créateur. Cela swingue avec Stuff Smith sur "I know that you know". On apprécie le son chaud de Willie Smith sur la ballade "You're looking at me". Couplet cocorico avec la reprise en anglais de la célébre chanson de Vincent Scotto et Henri Varna. Et bien d'autres thèmes que je vous laisse découvrir, même avant minuit.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 31, 2013 11:26 AM MEST


Live At Bubba's
Live At Bubba's

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 L'école des Jazz Messengers, 29 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live At Bubba's (Album vinyle)
Art Blakey a voulu que les jazz Messengers soit une pépinière, un groupe où lui même est titillé par les jeunes-pousses qu'il accueille dans son sextet. Cet album, un 33 tours, illustre bien la permanence et le renouvellement qu'était cet ensemble. Cet enregistrement est un live; saisi au Bubba's, restaurant de Fort Lauderdale en octobre 1980. Il a le nez, papy Blakey pour repérer les talents. Le jeune homme de 61 ans à la batterie pourrait être le père de tous ses partenaires. A commencer par le petit jeunot, un trompettiste qui ira loin, Wynton Marsalis (19 ans) avec comme voisins de pupitre le régional de l'étape, Bobby Watson (27 ans) au saxophone alto et Billy Pierce (32 ans) au ténor. Le pianiste James Williams (29 ans) et le contrebassiste Charles Fambrough (30 ans) sont déjà de solides musiciens. Cinq morceaux où brillent ces musiciens, poussés, propulsés par papy Blakey. Wynton Marsalis a déjà un jeu tres assuré (Moanin' et My funny Valentine). James Williams et Charles Fambrough s'en donnent à cœur joie sur "Au Private" (et non My Ideal comme indiqué sur la pochette), Bobby Watson est incandescent sur "Free for all". Billy Pierce excellent sur "Soulfull Mister Timmons".
Un album apparemment disparu des bacs, quelques vinyls trainent sur internet. Un album plein de punch.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 30, 2013 11:55 PM MEST


Just Friends
Just Friends

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Faire trompette à Nice, 29 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Just Friends (CD)
Je redécouvre mes 33 tours. Acheté à peu près à la même période que le Mahavishnu. Et dire que je n'écoutais guère à l'époque la production du label "Black and Blue". Ringard, pas très branché dans les années 70 les artistes de cette firme. Pres de quarante ans plus tard, c'est avec plaisir que j'écoute cet album oublié. Belle paire de solistes que le trompettiste Harry "Sweets" Edison et le saxophoniste ténor Eddie "Lockjaw" Davis. Ils sont dans le rythme avec Gerald Wiggins au piano, Major Holley à la contrebasse (qui ne double pas la partie de basse à la voix) et Oliver Jackson à la batterie. Un bon petit album enregistré en studio à Nice le 25 juillet 1975. Quelle sonorité ce Harry, des attaques précises, un son doux et feutré comme sur "There is no greater love", superbe interprétation en duo avec Major Holley. Romantique, avec un beau soutien du pianiste, sur "My old Flame". Le quintet est rassemblé pour le morceau final une composition de Sweets qui comme son nom l'indique est super.
Et dire qu'à l'époque je n'écoutais pas trop ce disque, depuis j'ai vieilli et j'apprécie bien cet album où Harry Edison est en grande forme.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 30, 2013 1:56 PM MEST


VISIONS OF THE EMERALD BEYOND LP (VINYL) UK CBS 1975
VISIONS OF THE EMERALD BEYOND LP (VINYL) UK CBS 1975

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 J'ai aimé. Depuis j'ai vieilli, 28 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : VISIONS OF THE EMERALD BEYOND LP (VINYL) UK CBS 1975 (Album vinyle)
Un article dans Jazz mag consacré aux diverses moutures de Mahavishnu m'a incité à ressortir le vinyl de cet album acheté à sa sortie. Depuis combien de temps je ne l'ai pas écouté? 35 ans ? J'aimais cela à l'époque, sensible aux solos fous de guitare et aux effets de pédales. J'écoute les premières notes, aucun souvenir. Certains morceaux comme "Faith" sont annonciateur de Shakti J'ai du aimer cela. Ce n'est plus le cas. Ponty et McLaughlin sont pourtant de sacrés musiciens mais cette musique ne me procure plus aucume émotion. J'ai vieilli mais il me semble que cette musique aussi. Un Regard sur le passé dépassé.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 13, 2013 10:32 PM MEST


Don'T Look Away Now
Don'T Look Away Now
Prix : EUR 10,33

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Les ballades de James, 25 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Don'T Look Away Now (CD)
Le saxophoniste et flutiste James Moody (1925-2010) ne fait pas la une des charts. Une carrière débutée auprès de Dizzy Gillespie. Des albums en leader dès 1948 jusqu'aux derniers enregistrements en 2008 (Moody 4A et Moody 4B chroniqués par Pierre), une longue carrière discrète.
Parmi ses albums signalons celui-ci où il joue (saxophone alto et surtout ténor) en compagnie du pianiste Barry Harris, du bassiste Bob Cranshaw, de l'excellent batteur Alan Dawson (et du chanteur Eddie Jefferson sur un morceau). Un disque où j'ai particulièrement apprécié deux superbes ballades: "Easy Living" démarrée en solo, envoutante ainsi qu'une émouvante version de "When I fall in love" avec un magnifique Barry Harris. Autre morceau phare, percussif et recherché, "Hear me" avec un étincelant Alan Dawson. J'aime moins le morceau éponyme qui ouvre l'album.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 25, 2013 6:04 PM MEST


Massaliazz
Massaliazz
Prix : EUR 12,84

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Sur un air d'operette, 22 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Massaliazz (CD)
Le répertoire du jazz puise (puisait) abondamment dans les comédies musicales de Broadway. Nos trois complices provençaux ressuscitent celui des opérettes de Vincent Scotto (Adieu Venise provençale) et des chansons de Marseillais d'une autre époque comme Fernandel (Félicie aussi passe à leur moulinette) ou Fernand Sardoux (merveilleuse version de "Aujourd'hui peut-etre", mon titre preferé). Des airs entendus auprès des grands-parents et qui prennent un sacré coup de jeune avec les arrangements tissés par le contrebassiste Michel Zenino. Les airs sont bousculés laissant place à un jazz très contemporain (enregistré en aout 2011 et distribué en 2013). Le saxophoniste Olivier Temime leur donne des allures coltraniennes et le batteur Jean-Pierre Arnaud les ponctue de cymbales scintillantes comme sur "La petite de la belle de Mai". A la fin de l'album quelques standards sont revisités (y compris dans leur titre). Un disque plein de soleil marseillais, plein de joie de jouer, un petit bonheur à écouter cette musique d'aujourd'hui.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 24, 2013 8:15 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20