Profil de Ennis > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Ennis
Classement des meilleurs critiques: 468.025
Votes utiles : 133

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Ennis

Afficher :  
Page : 1
pixel
Un prophète (César 2010 du Meilleur Film)
Un prophète (César 2010 du Meilleur Film)
DVD ~ Tahar Rahim
Prix : EUR 9,99

35 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Nous voilà prévenus, 9 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un prophète (César 2010 du Meilleur Film) (DVD)
Un film sombre, dans ses images et dans son discours, pessimiste jusqu'à l'os. Un jeune délinquant incarcéré est contraint de se lier à l'une des bandes de la prison et, broyé et jouant du système, devient aussi abject que son maître.
Le spectateur est étourdi. Il lui est difficile d'aimer le film mais il l'aime, comme s'il disait « merci » après avoir reçu un coup de poing dans le ventre. Il a aussi un sentiment de « à quoi bon ? ». A quoi sert l'emprisonnement de cet homme dont on nourrit les noirceurs ? Le film démontre que, si l'incarcération est parfois une nécessité, elle est dangereuse si elle ne s'accompagne pas des moyens, pour les détenus et les prisons, d'anticiper la fin de ce passage.
Niels Arestrup plante un caïd effrayant, comme un traître paternel. Tahar Rahim ressemble à un ange déchu. Longtemps encore, le spectateur pense à son regard de prophète de mauvais augure qui se durcit au fil du temps, ainsi qu'il le revoit apprendre sous la contrainte à cacher une lame de rasoir dans sa bouche.
Le brio de la réalisation et du scénario, la force et l'intelligence du message... Audiard fait du grand cinéma.


Lifeguard On Duty
Lifeguard On Duty
par Matt Albiani
Edition : Relié
Prix : EUR 38,06

4.0 étoiles sur 5 Oubliez Baywatch, 18 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lifeguard On Duty (Relié)
Le livre contient près d'une centaine de photographies représentant des sauveteurs - uniquement masculins (au revoir les fans de Pamela Anderson...) - sur les côtes américaines. Le photographe Matt Albiani entretient le mythe mais évite habilement le kitsch. Il transmet une atmosphère sensuelle et sensible qui mêle beauté des hommes, simplicité nostalgique et douceur de vivre. Le travail sur les lumières et le rendu sur un papier mat y contribuent. Ajoutons un bon format et une alternance réussie entre noir et blanc et couleurs. D'une facture classique, quoique non dépourvue d'originalité, ce premier livre est une réussite.


Sinf.88,92,95,98,100,101,102,104
Sinf.88,92,95,98,100,101,102,104
Prix : EUR 16,17

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Encore et toujours, 26 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sinf.88,92,95,98,100,101,102,104 (CD)
Ces huit symphonies sont parmi les plus belles pages de Haydn. Dans un son remarquable, EMI ressort ici des interprétations de Klemperer enregistrées en studio de 1960 à 1971. Le chef aborde ces oeuvres avec son habituelle hauteur de vue, mûrie, voire analytique, en balance et en phrasés, à l'opposé d'un Haydn que l'on entend parfois sautiller gaiement dans l'ascenseur. Certains reprocheront bien entendu des lenteurs mais cette vision cohérente résiste admirablement bien au temps et n'entrave ni des envolées, ni l'émotion, au contraire. Enfin, ce Philharmonia était à l'époque une merveille (ces vents mis en avant !). Une référence au sommet laissée par ce chef génial... une de plus... et on en redemande...


Stabat Mater. Legends
Stabat Mater. Legends
Prix : EUR 10,70

28 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La consolation, 16 août 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stabat Mater. Legends (CD)
Il s'agit d'un chef-d'oeuvre méconnu de Dvorak qu'éclipse son incontournable 9ème symphonie. Le texte, qui a inspiré nombre de compositeurs, décrit la mère du Christ assistant à la mort de son fils. Marquée par la vie personnelle de Dvorak (il avait perdu précédemment trois enfants), la musique débute dans des vagues de douleur d'une beauté rarement égalée (géniaux 1er et 3ème mouvements). Au fil du temps, avec des rechutes dans le désarroi ou la révolte, elle tend vers l'apaisement.
Fin connaisseur de Dvorak dont il partageait les origines tchèques, Kubelik maîtrise ce Stabat Mater avec une sorte d'indiscutable évidence. Il en fait entendre la portée universelle et, aussi, les échos très personnels face au deuil. Emouvant et splendide. Tout comme le sont les interprètes (Reynolds dans le singulier 8ème mouvement ; l'orchestre si fin ; etc.).
Je ne connais pas de meilleur enregistrement. Celui de Laurence Equilbey ne correspond pas à l'oeuvre achevée et se limite à un accompagnement au piano, ce qui est dommage au vu des subtilités orchestrales de Dvorak ; celui de Robert Shaw est parfois vanté, surtout outre-Atlantique d'ailleurs, mais à mon avis il ne tient pas la comparaison.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 2, 2009 10:54 AM CET


Starcraft + l'extension Broodwar - bestseller series
Starcraft + l'extension Broodwar - bestseller series
Prix : EUR 5,66

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ou les échecs en temps réel, 9 août 2008
Amusant:5.0 étoiles sur 5 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Starcraft + l'extension Broodwar - bestseller series (Jeu informatique)
Les graphismes, évidemment, vieillissent. A part cela, on ne voit pas quel reproche adresser à ce sommet de stratégie et de plaisir ludique. Combien de joueurs ont soupiré en comparant les RTS de dernière génération à Starcraft ? Combien l'ont rechargé, après des années, pour la xième fois ? Il écrase ses suivants par deux qualités liées: les factions du jeu sont (vraiment !) différentes et équilibrées.
Sans même parler du réseau, l'IA est excellente. Le débutant peut s'y opposer rapidement mais elle reste capable de battre sèchement le joueur aguerri (rrrrrrr, ces pestes zergs contre mes beaux protoss !).
L'éditeur, qui joue du teasing pour un Starcraft 2 qu'il est en train de peaufiner, pourra-t-il égaler la perfection ? A ce jour, une chose est sûre : vous ne ferez pas d'erreur en découvrant, à un tel prix, le bon vieux Starcraft 1.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 7, 2011 10:00 PM CET


De l'eau pour les éléphants
De l'eau pour les éléphants
par Sara Gruen
Edition : Broché
Prix : EUR 22,30

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Contrastes, 7 août 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : De l'eau pour les éléphants (Broché)
Des lecteurs ont déjà bien esquissé l'histoire et je n'y reviens pas. Le thème ne m'intéressait pas du tout et j'ai acquis le livre au vu de bonnes critiques. Or je l'ai lu d'une traite et avec une pointe d'émotion sur la fin. Il y a en particulier des anecdotes touchantes ou succulentes (la disparition de la limonade) et d'excellentes transitions entre la vie de jeunesse au cirque et celle de vieillard en institution. Cela étant, le roman contient quelques solides stéréotypes, une vision parfois manichéenne, certains schémas simplistes, une narration un rien scolaire. En bref, la lecture procure un plaisir qu'il ne faut pas bouder mais, avec un léger recul, naît un lancinant sentiment d'avoir perdu son temps, voire de superficialité, comme s'il n'y avait pas grand-chose sous le strass et les paillettes...


Haendel : Dixit Dominus, Zadok the Priest
Haendel : Dixit Dominus, Zadok the Priest
Prix : EUR 11,00

35 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dixit dixit, 28 août 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haendel : Dixit Dominus, Zadok the Priest (CD)
La discographie du Dixit Dominus est injustement maigre. Composition de jeunesse de Haendel, elle surpasse nombre de ses oeuvres de maturité. C'est un coup de maître, un bijou plein de reflets contrastés. Pour citer deux exemples, le premier mouvement est d'une vigueur extraordinaire, alors que l'avant-dernier mouvement, un bouleversant duo de sopranos, est tout de douceur mélancolique.
Gardiner a enregistré l'oeuvre deux fois. Cette version, la plus ancienne mais toujours rééditée, est la meilleure. Enfin, écrire « la meilleure » ne lui rend pas justice. Elle semble en état de grâce : force, équilibre, nuances, précision, engagement. Tout particulièrement, les choeurs sont hors norme (écoutez notamment les vocalises du Gloria !).
D'autres choix ? Minkowski, mais sa version parfois « précipitée » convainc moins.
Tout autant un disque de référence qu'un cadeau parfait pour un néophyte en musique classique.


Je vais bien, ne t'en fais pas
Je vais bien, ne t'en fais pas
DVD ~ Mélanie Laurent
Prix : EUR 9,99

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Inattendu, 9 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (DVD)
Très bon film, d'une grande originalité. A la fois une réflexion subtile et sensible sur l'amour et la perte et un excellent suspens : il faut le faire ! Et quelle fin, toute dans les non-dits...

Les interprètes sont encensés à raison : Laurent, Boisselier et, surtout, Merad à contre-emploi. Au terme du film, quand l'énigme est résolue, on a envie de le revoir pour scruter chaque détail de la prestation sensationnelle de ce dernier.


Page : 1