Profil de Ktulu > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Ktulu
Classement des meilleurs critiques: 1.221.606
Votes utiles : 10

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Ktulu (Rennes, France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Scream
Scream
Proposé par mrtopseller
Prix : EUR 6,97

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Laissez-vous prendre au jeu..., 22 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scream (CD)
« Some of you know him... some of you don't ! » dit-il avec une voix robotique à la Limp bizkit. Non, pas d'erreurs, il s'agit bel et bien du nouveau disque de Couisse Cow-nelle, sauvagement intitulé « Scream ». « Crier », c'est en effet ce qui peut se passer à la première écoute de ce troisième solo définitivement pop, r'n'b et électro !

Mars 2008, un séisme plutôt violent s'abat sur la petite planète des fans de l'ex frontman de Soundgarden et Audioslave. Son prochain effort sera produit par Timbaland. Le même Timbaland, producteur entre autres de Jay-Z, Missy Elliot et Nelly Furtado. Gloups. L'addition semble être salée après un « Carry on » efficace mais inégal. La carrière solo du bellâtre serait-elle aussi peu concluante qu'il en viendrait à signer un pacte avec le mentor de Justin Timberlake ?

Lorsque les premiers extraits me sont parvenus, un mélange de surprise, d'excitation et de méfiance s'est emparé de moi. « Ground zero », et son beat box urbain sur lequel Cornell pose sa sublime voix soul, est la bonne surprise de la sélection. « Long gone » est beaucoup moins original : un titre r'n'b banal, malgré tout assez aérien. Tandis que le single « Scream » se démarque par son beat futuriste, son refrain tubesque et son final en slide inquiétant.

« Scream » est un album qui ne s'écoute que d'une seule et longue traite. L'ensemble s'enchaîne, avec entre chaque titre une phase musicale de liaison souvent réussie. Un très bon point donc. Certains titres sont faiblards, comme le trop mielleux « Never far away » ou la tentative ratée qu'est « Climbing up the walls » à se réconcilier avec un bon pop/rock. D'autres sont au contraire inventifs, variés et plutôt dansants. « Time » et sa suite « sweet revenge » sont construits autour d'arpèges simples mais efficace, portant vers des chorus mémorisables dès la première écoute. Le story-telling « Other side of town » surprend : une pop song aux accents graves, catchy et calibrée pour toucher un large public. Enfin, « Watch out » clôt l'album nerveusement, couplé à un sublime blues en ghost track.

Si l'aspect purement musical déroute au premier abord, il dévoile rapidement ses charmes à travers des beats inspirés et vibrants. La voix de ce cher Chris reste impressionnante, bien que travaillée et lissée à bloc. L'ensemble est surprenant, efficace, frais, innovant et nécessite un point de vue neutre (mais est-ce vraiment possible ?) pour l'apprécier pleinement. En effet, il n'est ni comparable avec les précédents efforts de Cornell, ni avec la discographie d'Audioslave et Soundgarden. Evitons de penser que ce disque a été crée par le même charismatique, enigmatique et fantasque frontman de Soundgarden. L'homme a changé, les tendances aussi.

(Je précise que je suis un fan absolu de Chris Cornell, Soundgarden et Audioslave. Et oui, j'ai adoré ce disque !)


Late Registration
Late Registration
Prix : EUR 11,99

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 LE chef d'oeuvre de Mr. West !, 7 octobre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Late Registration (CD)
Kanye West avait pourtant frappé très fort avec son "College dropout", porté par des tubes tels que "Jesus walks" ou "All falls down". Pour ce deuxième album, il repousse carrément les limites du rap en proposant un ensemble ultra varié, où invités prestigieux et samples de classe se succèdent à une allure déconcertante.

Très peu de choses sont à jeter, et ce n'est pas le trio d'entrée de l'album qui me contredira : le sublime "Heard 'em say" avec la voix fluette d'Adam Levine, le monstrueux "Touch the sky" (produite par Just Blaze et samplant Curtis Mayfield) avec le prodige Lupe Fiasco (allez écouter son album "The cool" !!!) et le tube incontournable de ce Late registration : Goldigger, avec Jamie Foxx imitant Ray Charles.

Le reste est loin d'être dégueu : Drive slow (avec l'instru retouchée de "Shorty wanna be a thug" de 2pac), Addiction (avec ses petites touches de guitares sublimes), Diamonds from Sierra Leon (l'original et le remix avec Jigga) et le titre final concluant l'album de toute beauté : "Late".

Mais LE morceau de l'album est bel et bien "Roses". Kanye lui-même l'avait qualifié de Classic track. Un refrain est très touchant et porte littéralement l'auditeur au septième ciel.

Une toute petite déception concerne le morceau "Crack music". Je suis bien déçu de ne pas avoir un VRAI feat. avec Game, qui ne prononce que deux phrases en tout pour tout. Dommage également de l'excellente "My way home" (rappé par Common) ne soit pas plus longue. Et que dire de la décevante "We major", avec pourtant la légende Nas dessus...

Mais qu'importe, "Late registration" est un chef d'oeuvre qui à mon avis ne subira pas l'épreuve du temps. Varié, pleins d'émotions, Kanye West est un génie ! Dommage que sa "suite", "Graduation" ne soit qu'un album quelconque (alors que beaucoup crient au génie...).


One Day as a Lion
One Day as a Lion
Prix : EUR 11,15

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Enfin du nouveau chez Zack De la Rocha !, 5 août 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : One Day as a Lion (CD)
One day as a lion, c'est l'association entre Zack de la Rocha (rappeur de RAGE AGAINST THE MACHINE, que l'on ne présente plus) et de Jon Theodore (batteur de Mars volta). Concrètement, l'opération donne : 1 synthé + 1 batterie + le rap corrosif de Zack. Et le résultat est décoiffant !

Ce EP est une totale réussite, très classique dans le genre, mais efficace. Les titres se ressemblent beaucoup, mais font mouche (écoutez "Wild international", une petite bombe). C'est également l'occasion d'écouter Zack chanter (!) sur certains refrains ("Ocean view", "Last letter"). Très bon également ! Il assure également tous les synthés, au son lourd et limpide. Côté batterie, Theodore assure à mort, l'intro de "One day as a lion" (le titre final) est une pure merveille.

Voilà ce que je pouvais raconter à propos de cet EP (un peu court : 5 titres pour 20 minutes) très prometteur. Vivement la suite !


Page : 1