Profil de bir-hacheim > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par bir-hacheim
Classement des meilleurs critiques: 70
Votes utiles : 5255

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
bir-hacheim "Le blog de bir-hacheim" (Tourcoing, France)
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Le patron de Dallaire parle : Révélations sur les dérives d'un général de l'ONU au Rwanda
Le patron de Dallaire parle : Révélations sur les dérives d'un général de l'ONU au Rwanda
par Jacques-Roger Booh Booh
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 L'ONU et le génocide rwandais., 8 février 2014
Après la lecture du dernier ouvrage de Bernard Lugan: Rwanda, un génocide en questions, j’ai décidé de m’intéresser de plus près au rôle des Nations Unies au cours des années 1993 et 1994.

Deux ouvrages hantent ma bibliothèque depuis longtemps sur le sujet:

- J’ai serré la main du diable du général Roméo Dallaire en charge des troupes de l’ONU au Rwanda (la MINUAR) que je commenterai prochainement.

- Le patron de Dallaire parle, révélation sur les dérives d’un général de l’ONU au Rwanda de Jacques-Roger Booh Booh qui fut le chef de la mission de l’Onu au Rwanda du 23 novembre 1993 au 15 juin 1994.

Il est clair que le général Dallaire est un personnage central dans les événements rwandais. Bernard Lugan tout comme les officiers français ayant écrit sur le sujet ne l’épargent vraiment pas *.

Je voulais en savoir plus.

Jacques-Roger Booh Booh fut diplomate camerounais et ministre des affaires étrangères de son pays avant d’accepter cette mission de représentation du secrétaire général de l’ONU, Boutros Boutros-Ghali durant ces mois décisifs au Rwanda. Dès sa prise de fonction, ses rapports avec Roméo Dallaire semblent avoir été mauvais et contreproductifs pour la mission de l’ONU qui était de favoriser la mise en oeuvre des accords d’Arusha sur le multipartisme dans le pays.

L’auteur nous propose sa relation des faits de sa nomination à la tête de la Minuar jusqu’à sa démission en juin 1994. Le récit est particulièrement intéressant en ce qui concerne les actions et les moyens mis en oeuvre par l’ONU, son rôle précis et l’analyse du comportement du lieutenant-général Dallaire visiblement taxé d’incompétence, de manipulations et de parti-pris pro-FPR.

Vixiblement, le diplomate camerounais a rédigé son ouvrage en réponse à la publication de l’ouvrage du militaire onusien en 2004. La coupe semblait vraiment pleine…

* Pour les ouvrages critiques sur le général Dallaire, lire Bernard Lugan, Pierre Péan, Jean-Claude Lafourcade, Didier Tauzin, Jacques Hogard.


Rommel
Rommel
par Cédric Mas
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un format synthètique pour aller à la découverte de l'évolution de Rommel de la 1ère guerre à la seconde., 6 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rommel (Broché)
C’est en lecteur passionné d'histoire militaire que je me suis penché sur l’ouvrage de Cédric Mas ! ;-)

J’ai d’abord été surpris par son format, 160 pages, car pour une biographie d’un tel personnage, c’est court. Cédric Mas s’en est expliqué par le format imposé par l’éditeur, les éditions Economica; ce qui l’a amené, avec la participation de Daniel Feldmann, à pratiquer des coupes pour arriver à un format plus synthétique. Ce faisant, on reste évidemment sur sa faim en termes de biographie classique si on compare à celle que Benoît Lemay a consacré à Rommel (650 pages – non lue) ou à la biographie de Joukov par Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri (720 pages en cours de lecture). On est donc en présence d’un exercice difficile. Pour ma part, j’y ai vu inconvénient et avantage. Inconvénient car, sur certains sujets ou passages, j’aurais souhaité en savoir plus. Par contre, cela a imposé à l’auteur, me semble-t-il, de se concentrer sur un objectif principal qui est, pour moi, l’évolution des savoir-faire professionnels et la dimension morale et psychologique de son sujet. Et en cela, l’ouvrage de Cédric Mas m’a particulièrement intéressé car cette approche est rare. En la matière, les historiens ont la chance de bénéficier de la correspondance abondante de Rommel avec son épouse.

Ce travail synthétique nous propose donc une analyse bien intéressante de l’évolution d’un officier de carrière allemand de la première guerre mondiale à la seconde, sans aucune complaisance sur son engagement envers Hitler, les crimes de guerres qui lui imputables et son rôle dans le complot de juillet 1944. Bref, on est loin des clichés habituels servis sur Rommel depuis Desmond Young ou Sir Basil Liddell Hart. On peut d’ailleurs regretter l’absence d’un chapitre qui eut été passionnant sur la “légende du Renard du Désert” tant pendant la guerre que durant la Guerre Froide.

A la lecture des événements, et Cédric Mas, le confirme, on a quand même, avec Rommel, un officier de talent qui a évolué dans son métier d’officier subalterne à supérieur capable de commander bien au delà d’un simple régiment… Si Rommel ne s’élève pas au niveau d’un Manstein, c’est quand même un officier supérieur de valeur avec certes des faiblesses morales et psychologiques importantes. Je pense que, comme beaucoup d’autres lecteurs, je retiendrai avant tout son rôle, risqué, à la tête de la 7ème Panzer Division durant la campagne de France et ses fulgurances, toujours aussi risquées mais souvent victorieuses durant la guerre du Désert.

A noter, l’abondance de cartes (15) plutôt lisibles. Ce qui n’est pas toujours le cas chez Economica !


Rwanda : un génocide en questions
Rwanda : un génocide en questions
par Bernard Lugan
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le génocide rwandais, il y a 20 ans déjà., 3 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rwanda : un génocide en questions (Broché)
Au printemps 2014, le génocide rwandais aura 20 ans. La tragédie qui vit disparaître près d’un million d’hommes, de femmes et d’enfants dans la région des Grand Lacs reste une blessure ouverte dans l’histoire de l’Humanité toute entière. D’autant plus que les causes et les responsabilités de cette série de massacres restent toujours à déterminer de manière sûre malgré l’existance du TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda).

Bernard Lugan, universitaire, est un historien de l’Afrique dont il a fait le sujet principal de ses nombreux travaux que je relaie régulièrement sur Bir-Hacheim. Il a, qui plus est, enseigné une dizaine d’année à l’Université du Rwanda dans les années 70-80. A noter également qu’il fut expert assermenté auprès du TPIR, cité par la défense lors de plusieurs procès majeurs du TPIR.

Bernard Lugan n’en ait pas à son premier essai sur le génocide rwandais. Il évoque régulièrement le sujet dans sa newsletter mensuelle “L’Afrique réelle” (disponible sur abonnement) et a déjà rédigé plusieurs ouvrages sur le sujet:

Rwanda, contre-enquête sur le génocide en 2007
François Miterrand, l’armée française et le Rwanda en 2005
Rwanda: le génocide, l’Eglise et la démocratie en 2004

A vingt ans des événements et six ans depuis son dernier ouvrage, Bernard Lugan propose de faire le point sur les dix questions qui lui paraissent essentielles autour des événements du printemps 1994:

comment l’histoire offcielle du génocide fut-elle écrite ?
le génocide du Rwanda était-il programmé ?
qui assassina le président Habyarimana le 6 avril 1994 ?
le génocide fut-il une conséquence de la démocratisation et des accords d’Arusha ?
qui étaient les “hutus modérés” ?
pourquoi le président Habyarimana fut-il diabolisé ?
les militaires hutu ont-ils fait un coup d’état dans la nuit du 6 au 7 avril 1994 ?
Le général Roméo Dallaire fut-il dépassé par les événements ou avait-il décidé de faire gagner Paul Kagamé ?
La France a-t-elle une responsabilité dans le génocide ?
Le TPIR a-t-il rendu une justice au profit des vainqueurs ?

Comme on peut le constater, les questions soulevées par Bernard Lugan sont précises et réservées à un public plutôt bien au fait des événements rwandais de l’époque. C’est la principale critique que l’on peut faire à l’ouvrage: il eut été nécessaire de bien rappeler les faits, au delà de la chronologie succinte fournie en annexe. Pour le reste, l’ouvrage est une argumentation solidement charpentée, précisément documentée des analyses de Bernard Lugan qui, au delà de l’historien, se révèle doué dans la présentation juridique des faits.

J’avais également la crainte que l’ouvrage soit redondant avec les ouvrages précédents de l’auteur. En fait, il vient s’appuyer sur les derniers faits/analyses/procédures judiciaires connus depuis ses différentes publications.

Bref, pour résumer les analyses de Bernard Lugan, la responsabilité du FPR de Paul Kagamé (au pouvoir actuellement au Rwanda) est clairement engagée dans l’assassinat du président Habyarimana mais aussi dans le déclenchement du génocide, l’ONU a failli dans sa mission, l’armée française n’est pas impliquée dans le génocide et le TPIR est un paravent de justice. On est bien loin de l’image communément admise autour du génocide rwandais.

On peut être d’un point de vue opposé au travail réalisé par Bernard Lugan mais je reste curieux de la réfutation de l’ensemble de ses arguments autrement que par l’anathème, le procès en négationnisme ou les récits de journalistes…

En conséquence, je recommande cet ouvrage tant sur le fond que par l’approche didactique et bien argumentée de l’auteur.

L’ouvrage est édité par les éditions du Rocher dans la collection “Lignes de feu” en janvier 2014 avec 12 cartes couleurs, annexes, chronologie, index et bibliographie.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 9, 2014 4:17 PM MEST


Les scorpions de Spin Boldak : 20 ans de missions d'une équipe des forces spéciales
Les scorpions de Spin Boldak : 20 ans de missions d'une équipe des forces spéciales
par Jean-Marc Tanguy
Edition : Broché

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Certainement la spécialité la moins connue des forces spéciales françaises..., 26 janvier 2014
On connait le journaliste Jean-Marc Tanguy pour ses nombreux articles consacré à la “res militaris” notamment dans le magazine Raid. Il anime également son blog perso, “Le mamouth“.

Il nous livre ici un ouvrage intéressant et original dans l’approche sur des unités bien peu connues dans les Forces Spéciales françaises: les commandos de l’air.

On est souvent habitué à recevoir les témoignages d’acteurs ayant fait partie de telle ou telle unité, ce fut le cas récemment pour le Marius des commandos marine ou Jean-Claude Saulnier à la Légion Etrangère.

Ici, l’ouvrage couvre la totalité de ce que l’on peut connaître de telles unités: genèse, organisation, évolutions, recrutement, profils, spécificités, équipements, missions, entrainement, bien évidemment les missions de combat mais aussi l’évocation de la reconversion.

L’approche est certainement moins directe, moins la restitution d’un vécu ou d’une expérience. Elle est de fait plus globale et en conséquence plus efficace. L’objectif est atteint mais Jean-Marc Tanguy a eu également l’intelligence d’interviewer des acteurs clés des commandos de l’air et de nous proposer leurs parcours en quand même près de 100 pages sur les 276 que compte le livre.

Parfois très précis et très technique, l’ouvrage pourrait rebuter le lecteur dilettante dans sa lecture mais ce serait passer à côté d’un des seuls ouvrages consacrés à cette spécialité originale et peu connue que constituent les commandos de l’air.

Pour conclure, je dirais que Jean-Marc Tanguy s’affirme bien comme l’un des spécialistes français les plus pointus en ce qui concerne les armées et les opérations de guerre. Il en est de même des éditions Nimrod que l’on peut désormais considérer comme le spécialiste francophone en la matière.


Affaires centrafricaines -Quand la Centrafrique bougera, l'Afrique explosera
Affaires centrafricaines -Quand la Centrafrique bougera, l'Afrique explosera
par DELPEY ROGER
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 La Centrafrique dans les années 80., 22 janvier 2014
Le contexte actuel en République centrafricaine m’a fait ressortir cet ouvrage de Roger Delpey paru en 1985. Il y a donc près de trente ans.

La deuxième raison qui m’a amené à le lire est l’auteur de l’ouvrage qui avait connu un gros succès d’édition avec “Soldats de la boue“, fruit de son expérience militaire de la guerre d’Indochine et de son travail de correspondant de guerre.

Qui plus est, Roger Delpey fut peut-être l’un des personnalités impliquées dans les fuites autour de l’affaire des diamants de Bokassa dont il semblait par ailleurs être proche.

Donc, dans ce contexte, c’est plus dans une approche “lecture d’ambiance” que j’ai lu cet ouvrage sur ce pays d’Afrique que je ne connais pas personnellement mais dont j’ai toujours entendu parlé par des amis africains ou par des anciens militaires ou coopérants.

L’ouvrage dénonce bien des personnages et des vicissitudes de l”ère Kolingba” (1981 à 1993): corruptions, concussions, prévarications, chantages, abus en tous genres, arrestations arbitraires et j’en passe. Il y a des moments particulièrement comiques tant certaines situations étaient absurdes. Delpey dénonce également l’attitude du pouvoir à Paris, de la diplomatie du Quai d’Orsay et des militaires engagés en RCA. Trente ans après, on a quand même l’impression de n’avoir guère avancé en Centrafrique*. Si le fait ethnique apparait régulièrement, le fait religieux est moins présent que dans la situation conflictuelle actuelle. C’est à noter.
Sur le style, il est alerte. Il s’agit d’un travail journalistique à la manière des enquêtes de Pierre Péan, sans sources documentées.

L’époque Bokassa n’est pas traitée et l’ouvrage se veut aussi une lettre ouverte au Président Mitterand, successeur d’un Valéry Giscard D’Estaing, “ennemi intime” de l’auteur suite à l’affaire des diamants.

A noter que le sous-titre: “Quand la Centrafrique bougera, l’Afrique explosera…” n’est démontré à aucun moment…

Roger Delpey est décédé en 2007.

* Quand on sait que le fils de Kolingba s’est présenté en janvier 2014, pour l’élection à la Présidence de la République, on peut légitimement s’interroger sur l’état actuel de la classe politique en RCA.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 31, 2014 10:10 AM CET


Le crocodile et le scorpion : La France et la Côte d'Ivoire (1999-2013)
Le crocodile et le scorpion : La France et la Côte d'Ivoire (1999-2013)
par Jean-Christophe Notin
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Remarquable sur le fond et sur la forme., 16 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le crocodile et le scorpion : La France et la Côte d'Ivoire (1999-2013) (Broché)
Je m’en doutais un peu avant de le lire mais le dernier ouvrage de Jean-Christophe Notin est un “must have”.

Enfin, si vous vous intéressez, comme moi, à l’Afrique, aux théâtres d’opérations extérieures de l’Armée Française, et au rôle de la France en Afrique.

L’ouvrage de Jean-Christophe Notin embrasse bien des angles de vue à la fois: géopolitique, politique, diplomatie, militaire et bien évidemment Histoire.

En 440 pages denses et passionnantes, il nous relate l’enchevêtrement des événements en Côte d’Ivoire sur près de 15 ans avec en points d’orgue la mise en place de la force Licorne et les événements d’avril 2011 à Abidjan.

Positionnant clairement les différents acteurs, il nous donne au travers de témoignages extrêmement nombreux et précis, bien des angles de vue différents sur la réalité ivoirienne.

En fait, il est difficile de caractériser clairement cet ouvrage qui est à la fois un livre d’Histoire (récente), un grand-reportage, un recueil de témoignages clés. Dans tous les cas, c’est un ouvrage très riche avec une démarche d’investigation exemplaire. J’avais été impressionné par les qualités d’historien et de biographe de Jean-Christophe Notin au travers de la lecture de quelques uns de ses ouvrages, c’est ici une nouvelle dimension de son talent que je découvre. Sûrement l’un des auteurs français, dans mes domaines de prédilection, qui m’aura le plus apporté ces cinq dernières années…

Vous comprendrez pourquoi je vous recommande chaudement la lecture de cet ouvrage sur la Côte d’Ivoire même si vous n’êtes pas un connaisseur de l’Afrique, car sincèrement, toutes les clés sont là pour bien comprendre la crise ivoirienne et mieux appréhender quelques uns de nos engagements récents au Mali ou en Centrafrique. Je suis d’ailleurs persuadé que l’auteur s’intéressera à ces crises d’ici quelques années…


Mes rêves avaient un goût de sel
Mes rêves avaient un goût de sel
par Roybon Jean-Pierre
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les nageurs de combat du commando Hubert dans les années 60/70., 30 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mes rêves avaient un goût de sel (Broché)
Je viens juste de reposer cet imposant ouvrage de 450 pages. J’avoue avoir été captivé de bout en bout par sa lecture.

Du gamin des bords de la Méditerranée passionné très tôt par la mer et par la plongée, on va passer au jeune homme qui s’engage dans les fusiliers marins. A 18 ans, sélection et formation fusilier marin pour passer au stage commando de marine et enfin à la spécialisation nageur de combat à 20 ans…

On est impressionné par les épreuves vécues par ces jeunes hommes au cours d’entrainements incessants. Sans jamais se livrer sur les opérations réelles des commandos de Monfort ou Hubert, l’auteur nous présente les entraînements et les missions types des nageurs de combat: pénétration fluviales ou dans les ports, destruction d’objectifs sur terre ou sur mer, exfiltrations. La spécialisation commando “nageurs de combat” reste réellement l’une des plus impressionnantes des vocations militaires.

Sur la forme, le récit est enlevé, sérieux mais enjoué, avec une faconde toute méditerranéenne, parfois triviale sans tomber dans le vulgaire, à mon sens.

Bref, on passe un très bon moment de lecture et on en sort en ayant une connaissance plus claire de ces hommes de l’eau et de la nuit.

Le dernier chapitre est plus polémique. L’auteur nous livre son ressenti sur l’état de l’armée et son opinion sur quelques missions et accidents survenus chez les nageurs de combat.

Il est clair qu’en cette fin d’année, je vous recommande vivement la lecture de cet ouvrage autobiographique, véritable plongée dans les commandos marine et en particulier au sein du commando Hubert.

A lire en complément de Marius, parcours commando d’Alain Alivon ou de En première ligne de Duncan Falconer (SBS britannique), tous deux aux éditions Nimrod.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 24, 2014 2:18 AM CET


Netgear WN2500RP-100FRS Répéteur universel Wifi-N 600 Dual Band 4 ports réseau
Netgear WN2500RP-100FRS Répéteur universel Wifi-N 600 Dual Band 4 ports réseau
Prix : EUR 44,90

4.0 étoiles sur 5 Efficace et facile à paramétrer !, 2 décembre 2013
J'avais déjà eu une expérience malheureuse sur ce type de produit.
Franchement, ici ce fut facile. Il suffit juste de choisir ensuite le meilleur emplacement pour répéter choisir.
Pas cher, facile d'utilisation et efficace ! Que demander de plus ? ;-)


La bataille des Ardennes : 16 décembre 1944-31 janvier 1945
La bataille des Ardennes : 16 décembre 1944-31 janvier 1945
par Guillaume Piketty
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Qu'il faisait froid en cet hiver 1944..., 2 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La bataille des Ardennes : 16 décembre 1944-31 janvier 1945 (Broché)
Je ne connaissais pas, jusqu’ici, Guillaume Piketty, auteur de plusieurs ouvrages notamment sur la Résistance. Cet auteur, professeur à Sciences Po et Visiting Professor à l’université d’Oxford nous propose une synthèse sur la bataille des Ardennes qui se déroula du 16 décembre 1945 à la fin janvier 1945.

L’ouvrage est édité dans la collection prolifique de Tallandier: “L’histoire en batailles”. Ce qui avait tendance à m’inquiéter un peu car le format usuel de la collection (de 200 à 250 pages) risquait de s’avérer limité pour une bataille de cette ampleur. J’avais déjà éprouvé cela sur l’excellent “L’offensive du Têt” de Stéphane Mantoux.

En bien, Guillaume Piketty s’en sort bien nous livrant, en 200 pages de texte, une synthèse animée de la bataille du “Bulge”. J’ai particulièrement apprécié la mise en valeur des évolutions du commandement, particulièrement dans le camp des Alliés. Bien dans l’esprit du temps, Guillaume Piketty a cherché également à nous faire réfléchir sur le vécu des hommes pris dans la guerre en cette fin 1944. Son récit est bien vivant s’appuyant sur des sources français comme anglo-saxonnes récentes comme plus anciennes.

Le texte est complété de notes utiles, d’une bibliographie et d’un index des personnes. Comme toujours, le nombre de cartes est limité; je pense qu’une carte par chapitre aurait été l’idéal.

Un bon opus de la collection “L’histoire en batailles”.


Pourquoi Hitler n'a pas eu la bombe atomique
Pourquoi Hitler n'a pas eu la bombe atomique
par Chevassus-au-Louis Nicolas
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Passionnante enquête sur le nucléaire des nazis !, 30 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pourquoi Hitler n'a pas eu la bombe atomique (Broché)
Opus numéro 1 dans la collection “Mystères de la guerre” pilotée par Jean Lopez, cette étude historique porte sur le développement de l’industrie nucléaire allemande jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.

Il s’agit en fait d’une enquête passionnante tant sur les avancées technologiques que sur les buts poursuivis mais aussi sur les hommes qui firent avancer ce programme.

On y découvre les pistes multiples suivies, les motivations et les querelles de personnes mais également le fait qu’au moins un essai d’explosion nucléaire aurait eu lieu sur la fin de la guerre. Ce que j’ignorais complétement !

La fin de l’ouvrage consacrée à la connaissances du sujet par les Alliés n’est pas moins intéressante avec les missions anglo-saxonnes et soviétiques en charge de la chasse aux équipes et aux équipements allemands à la toute fin du conflit.

Au final, une excellente étude de 120 pages sur un sujet qui pouvait être ardu. On peut souligner la qualité de rédaction de l’auteur qui a rendu les faits compréhensibles pour les non scientifiques et son enquête réellement passionnante !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 9, 2013 7:11 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20