undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Romain > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Romain
Classement des meilleurs critiques: 3.239
Votes utiles : 342

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Romain

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
412 Days Of Rock'N'Roll
412 Days Of Rock'N'Roll
Proposé par zoreno-france
Prix : EUR 19,96

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 It's only Rock n' Roll, 10 septembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 412 Days Of Rock'N'Roll (CD)
Ce combo CD/DVD retrace la tournée de The Answer qui ouvrait alors pour AC/DC sur le Black Ice Tour. On retrouve donc sur le CD 9 titres live composant une setlist habituelle, comprenant notamment les géniaux Demon Eyes, Comfort Zone ou encore Come follow me (de toute façon la quasi-totalité des chansons des Irlandais sont terribles, du pur rock n' roll comme l'annonce le titre de l'album), ainsi que 2 titres studio, dont une reprise de Rose Tattoo.

Le DVD reprend les mêmes morceaux mais pas forcément enregistés dans les même salles, ainsi que tous les clips du groupe (dont la moitié était déjà présente sur le DVD de l'édition spéciale de l'album Everyday Demons). Le gros regret est l'absence totale de sous-titres pour le documentaire, même des sous-titres anglais ça l'aurait fait, parce que franchement l'accent irlandais, moi pas tout capter...

Bonne mise en bouche pour préparer l'arrivée du 3e album studio, Revival, le 3 octobre prochain. The Answer, définitivement un groupe à suivre de très près.


360° At The Rose Bowl [(limited edition)]
360° At The Rose Bowl [(limited edition)]
DVD ~ U2
Proposé par marvelio-france
Prix : EUR 19,93

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un peu mitigé, 19 août 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 360° At The Rose Bowl [(limited edition)] (DVD)
J'adore U2, ça c'est dit. Le spectacle au Stade de France était gigantesque, la scène grandiose jouait un rôle prépondérant dans le show.
C'est peut-être de là que vient le problème de ce concert filmé: on voit très peu la scène, il n'y a pas beaucoup de plans larges. Alors oui c'est bien de voir le groupe de près, d'autant si on était plutôt éloigné lors du concert, mais du coup il manque quelque chose à ce DVD.

Rien à dire sur la setlist, les morceaux de No Line on the Horizon trouvent bien leur place aux côtés des classiques, et c'est vraiment sympa de réentendre Ultra Violet (même si le Vertigo Tour était un peu plus riche en surprises).
En revanche s'il y a bien un truc qui m'énerve, c'est cette manie de supprimer une chanson du concert et de la proposer en "bonus" sur le 2e DVD, comme s'il n'y avait pas assez de place sur le 1er... Sur le Elevation Tour, c'est One qui a dégagé (même pas proposée en bonus), sur U2 Go Home, c'est Mysterious Ways... Ici c'est d'autant plus débile que c'est le morceau d'ouverture, Breathe, qui est mis de côté. Résultat l'introduction du concert, avec l'arrivée de Larry seul, est escamotée.
Les bonus ne sont pas indispensables, toutefois la vidéo de The Edge confondant U2 et Youtube est vraiment drôle.


Saint Seiya Next Dimension - Le myth d'Hades Vol.2
Saint Seiya Next Dimension - Le myth d'Hades Vol.2
par Masami Kurumada
Edition : Broché
Prix : EUR 8,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un peu mieux que le premier tome, 29 juillet 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Saint Seiya Next Dimension - Le myth d'Hades Vol.2 (Broché)
Le principal de l'action se déroule cette fois-ci "de nos jours" et retrace les efforts de Saori et de Shun pour sauver Seiya. Les planches s'enchaînent de façon un peu plus fluide et le dessin s'améliore (bon ils ont tous changé de couleur de cheveux, mais c'est pas le plus important...).
Le scénario s'étoffe et on voit où l'auteur va en venir, mais la suite a intérêt à être rudement bien menée pour ne pas s'empêtrer dans des imbroglios spatio-temporels...

A vraiment bien séparer de Lost Canvas car ça part dans une direction totalement différente, avec des noms et looks différents pour les chevaliers d'or de la précédente guerre (ce qui n'est pas plus mal car ceux de Lost Canvas ont tendance à beaucoup trop ressembler à leurs "contemporains", ce qui manque un peu de crédibilité).


Mirrorball, Live & More
Mirrorball, Live & More
Prix : EUR 20,90

12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Aurait pu mieux faire, 7 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mirrorball, Live & More (CD)
Enfin un live de Def Lep', si on passe le très moyen disque bonus de Vault et celui acoustique et assez sympatoche de Slang.
Ce qui saute aux yeux en regardant la setlist, c'est qu'elle est totalement dépourvue de surprise. Trois chansons de Sparkle Lounge pour dire que quand même, c'était la tournée de promo de l'album, le reste est composé de tous les tubes du groupe, avec évidemment tous les singles issus de Hysteria (sauf Women). Pyromania est aussi bien représenté avec 5 titres, il y a l'habituel enchaînement Bringin' on the Heartbreak - Switch 625... La reprise de Rock on, extrait de Yeah!, fait presque figure d'ovni parmi ce "greatest hits" du Leppard...
On n'aurait pas dit non à un Let it go, Another Hit and Run, ou encore dans nos rêves les plus fous un Wasted ou un Rock Brigade.
On ne va pas cracher dans la soupe, même si le père Elliot a maintenant de sérieuses difficultés à monter dans les aigus, le tout est d'assez bonne qualité.

Trois nouvelles chansons studio sont également présentées: Undefeated, efficace ; Kings of the World, ou comment Rick Savage a trop écouté Queen et mode d'emploi de traficage de la voix d'un chanteur ; It's all about believin', hyper pop mais pas désagréable.

En revanche le DVD est plutôt loupé. Un concert complet aurait vraiment été appréciable, au lieu de ça on doit se contenter d'un court documentaire sur la dernière tournée, filmé caméra à l'épaule, avec une qualité sonore assez pourrie (heureusement que ça ne parle pas beaucoup). Petit moment d'émotion avec le "retour" de Rick Allen à Donnington, les larmes aux yeux, 23 ans après sa première apparition en concert suivant son accident.
Quatre pauvres extraits de concert sont éparpillés, parfois avec un décalage son - image qui doit se vouloir "fashion", et enfin les clips de Nine Lives et C'mon c'mon.

On aurait donc été en droit d'attendre un peu mieux de la part d'un groupe avec 30 ans de carrière à son actif, et on se prend à espérer qu'un jour sortira le grand In the Round in your Face en DVD...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 19, 2011 9:04 PM MEST


Red Light Fever
Red Light Fever
Prix : EUR 19,81

4.0 étoiles sur 5 Queen revisited, 31 mai 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Red Light Fever (CD)
Taylor Hawkins, batteur des Foo Fighters, a mangé du Queen quand il était petit, et ça s'entend. Pas seulement par les présences de Roger Taylor sur Your Shoes et de Brian May sur Way Down et Don't have to speak, mais dès la première chanson, Not Bad Luck, les choeurs du refrain nous renvoient instantanément au groupe anglais.

Hawkins n'a pas une voix qu'on pourrait qualifier de belle, mais elle est assez caractéristique et correspond en tout cas au style de musique joué ici, finalement plutôt éloigné des Foo Fighters.
Très bon album de rock donc, d'où se dégagent quelques perles telles que It's over, Hell to pay ou Never enough.
Recommandé.


Chris Shiflett & The Dead Peasants
Chris Shiflett & The Dead Peasants
Prix : EUR 16,92

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Très plaisant mais trop court, 31 mai 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chris Shiflett & The Dead Peasants (CD)
Chris Shiflett, guitariste des Foo Fighters, s'offre un interlude folk qui semble parfaitement lui correspondre à l'écoute de ces très bonnes compositions. Dommage toutefois que l'album soit court: 9 chansons en 36 minutes, ça passe trop vite.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 12, 2013 10:56 AM CET


Wasting Light
Wasting Light
Proposé par marvelio-france
Prix : EUR 8,01

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 ça envoie du bois quand même..., 12 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wasting Light (CD)
Les Foo Fighters sont un des meilleurs groupes de rock américain, du bon, du gros, du qui transpire bien. Même s'ils ont pu parfois s'égarer une chouille dans les méandres de la pop, ils ont toujours su coller aux fondamentaux du rock avec une voix puissante et des rythmiques millimétrées bien que parfois assez alambiquées, servies par des riffs toujours efficaces.

Wasting Light ne déroge pas à la règle, ne serait-ce que par son titre d'ouverture, Bridge Burning, qui prouve à lui seul que Grohl et sa bande ne sont pas là pour faire du tricot: voix hurlante, riff précis, refrain mélodique.
Le single Rope reste dans cette veine avec une complémentarité des 3 guitares assez extraordinaire. Pat Smear fait effectivement son retour officiel dans le groupe après avoir participé comme musicien additionnel sur la tournée précédente.

Pour le reste, à part White Limo qui fleure bon le Weenie Beenie avec sa voix sur-saturée, on retombe dans du rock un peu plus classique, donc pas fondamentalement original, mais on marche, on court même, jusqu'à la fin de ce disque, comportant une jolie ballade intitulée I should have known, avec en guest Krist Novoselic à la basse et l'accordéon.

Vue la production rock actuelle, il ne faut pas bouder son plaisir et ne pas hésiter à se procurer ce disque, largement au-dessus de la mêlée. Vivement Rock en Seine, en live, ça va dépoter...


The King of Limbs
The King of Limbs
Prix : EUR 13,16

10 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Radiohead poursuit tranquillement son chemin, 29 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The King of Limbs (CD)
Le moins que l'on puisse dire avec Radiohead, c'est qu'ils ne vont jamais vraiment là où on les attend. Alors que In Rainbows pouvait sonner comme un retour à une formule un peu plus rock, pas loin de OK Computer, son successeur prend un total contre-pied, à l'image de Kid A... Un peu comme un nouveau cycle. Et tout comme Amnesiac et Kid A formaient un dyptique, il se murmure de façon persistante que The King of Limbs aurait prochainement une suite directe...

Comme le laisse présager sa pochette franchement flippante, The King of Limbs est un album sombre de bout en bout, ce qui lui confère une homogénéité que Radiohead n'avait pas encore tout à fait atteinte auparavant (ça et là pouvait traîner une chanson un peu plus rythmée). Le fait qu'il n'y ait que 8 chansons va dans le sens de cette sensation de bloc, assez froid, comme un désir d'aller directement au but.

Ne disons pas que cet album serait plus inaccessible qu'un autre (un disque de Radiohead est-il réellement accessible après tout ?), c'est juste que comme d'habitude, le groupe excelle dans sa capacité à nous désarçonner avec une musique au premier abord minimaliste, mais en fait d'une richesse incroyable, comme on peut l'entendre dans les superbes arrangements vocaux de Give up the Ghost, tout en n'hésitant pas à revisiter son répertoire (Codex fait beaucoup penser à Pyramid Song).

Ne nous leurrons pas: les réfractaires à Radiohead n'aimeront toujours pas, certains fans crieront de nouveau au génie... Pour ma part je dirais qu'avec The King of Limbs, Radiohead ne révolutionne pas son propre style, mais reste largement au-dessus de la mêlée.


Different Gear, Still Speeding (Edition Limitée)
Different Gear, Still Speeding (Edition Limitée)
Prix : EUR 18,58

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Plus qu'honnête, 4 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Different Gear, Still Speeding (Edition Limitée) (CD)
Disons-le tout de go: Liam Gallagher a eu l'intelligence et le bon goût (oui je sais, c'est surprenant) de ne pas faire du Oasis.
L'écoute du premier single, l'irritant Bring the Light, me laissait tellement présager le pire que je ne pouvais qu'être agréablement surpris par ce que propose Beady Eye.
Au menu donc, du rock et de la pop certes pas d'une grande originalité, mais d'une efficacité certaine à l'image de Four Letter Word et du fort sympathique The Roller (à écouter et jouer au coin du feu...), de légères réminiscences psychédéliques (The Morning Son), et deux ou trois trucs inutiles (Bring the Light donc, et For Anyone).
L'essai ne demande qu'à être transformé, mais cela fait du bien de voir que Beady Eye a su dès le départ s'affranchir de l'ombre de Noel Gallagher, même si nous savions déjà, à l'écoute des trois derniers disques d'Oasis, que Liam, Gem et Andy Bell étaient capables de composer des chansons de qualité.
Vivement la suite.


Saint Seiya Next Dimension - Le myth d'Hades Vol.1
Saint Seiya Next Dimension - Le myth d'Hades Vol.1
par Masami Kurumada
Edition : Broché
Prix : EUR 8,99

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Très brouillon, 22 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Saint Seiya Next Dimension - Le myth d'Hades Vol.1 (Broché)
Certes le fait que ce manga soit en couleurs est très appréciable, néanmoins le dessin est assez enfantin et approximatif, surtout par rapport au soin et au détail apportés à Lost Canvas.
C'est à croire que Kurumada refuse de faire évoluer son art et préfère demeurer sur ses acquis par peur de décevoir, alors que 25 ans se sont écoulés depuis le Saint Seiya original.

L'histoire quant à elle est très étrangement menée. Les pages s'enchaînent d'une façon qui n'a ni queue ni tête (exemple: Shion et Dohko sont à deux doigts d'en venir aux mains, l'instant suivant ils redeviennent super potes), les personnages semblent venir de nulle part, sans aucun passif (espérons que cela sera développé plus tard, mais un minimum eût été appréciable), le sort d'Alone est expédié à une vitesse hallucinante...

Bref l'idée de proposer une suite "officielle" et alternative à la saga est bonne, mais ce manga souffre terriblement de la comparaison avec son "spin-off" Lost Canvas qui, même s'il a tendance à s'enliser un peu au bout de 16 volumes, propose des qualités graphiques et scénaristiques largement supérieures.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8