undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de Romain > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Romain
Classement des meilleurs critiques: 3.053
Votes utiles : 340

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Romain

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
A Head Full Of Dreams
A Head Full Of Dreams
Prix : EUR 14,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Chronique d'un groupe en chute libre., 4 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Head Full Of Dreams (CD)
Je n'ai rien contre le changement et l'évolution, au contraire. Le chef d'oeuvre A Rush of Blood to the Head marquait déjà une étape par rapport à Parachutes ; Viva la Vida, qui a pu diviser, engageait Coldplay sur une voie déjà beaucoup plus commerciale mais se fondait sur des compositions de qualité. Même sur Mylo Xyloto, en cherchant bien, on pouvait trouver quelques bons morceaux.

A l'écoute de Ghost Stories j'avais eu une lueur d'espoir dans la capacité de Coldplay à revenir sur ses bases et proposer des morceaux tout simplement beaux et bons.
Las, ce A Head full of Dreams vient réduire tous ces espoirs à néant.

Il n'y a tout simplement quasiment rien à sauver sur cet album. Le premier single Adventure of a Lifetime était déjà de très mauvais augure et faisait penser à du mauvais Maroon 5 (si tant est que Maroon 5 puisse encore proposer quelque chose de bon... mais je m'égare).

Le groupe a ensuite divulgué des morceaux tous plus mauvais les uns que les autres: A head full of dreams, l'horrible Hymn for the weekend (quand on ne sait pas faire du Rn'B, on n'en fait pas, même avec Beyoncé en featuring), Everglow (ah si en fait celle-là est écoutable).

Le reste de l'album est tout aussi difficile: Birds ne ressemble à rien, Army of one est juste moche avec sa voix passée à la moulinette de l'autotune (ça pouvait marcher avec Cher, pas là...), et je ne parle pas de ces horripilants interludes (Kaleidoscope et Colour Spectrum) qui ne sont là que pour faire du remplissage.

Bon allez, le final Up & Up n'est pas désagréable, les choeurs sont bien gérés, la mélodie est sympa, et ça fera fureur dans les stades avec le public les mains en l'air. On a connu Noel Gallagher plus inspiré sur un solo de guitare, mais pourquoi pas...

Ce qu'il faut donc retenir de ce dernier opus de Coldplay: pas grand chose. Les instruments ont quasiment disparu du paysage, bienvenue au royaume du synthé et de la boîte à rythme. Plus d'inspiration pour les paroles ? Balancez des hohoho dans toutes les chansons !
J'aurais vraiment voulu aimer cet album, mais j'estime avoir déjà fait un effort avec Mylo Xyloto, là c'est au-dessus de mes forces.

Je ne sais pas ce que Coldplay prévoit pour la suite, mais je n'aime pas cette voie.


Saint Cecilia EP
Saint Cecilia EP
Prix : EUR 0,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tout Foo Fighters en 5 chansons, 22 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Saint Cecilia EP (Téléchargement MP3)
Les Foo Fighters avaient prévu de sortir cet EP à la vente à l'issue de leur tournée. Suite aux attentats de Paris et l'annulation de la fin de leur tournée européenne, ils ont tout simplement décidé d'en faire cadeau.
C'était vraiment Noël avant l'heure tant cet EP regroupe toute la quintessence des Foo Fighters:
- Saint Cecilia est pop-rock
- Sean est limite punk et semble tout droit sorti du premier album du groupe
- Savior Breath flirte avec le metal
- Iron Rooster (ma préférée) est cool et comme Sean fleure bon le Foo Fighters des 90's
- The Neverending Sigh est très proche de ce que le groupe fait actuellement.

Tous les morceaux sont très inspirés, comme toujours hyper en place et très bien produits.
C'est assez différent de Sonic Highways mais ça apporte un bon complément, vu que ce précédent opus ne comptait que 8 titres.

J'insiste, cet EP est GRATUIT, il n'y a donc aucune raison de se priver d'une aussi bonne musique.


Honor 7 Smartphone débloqué 4G (Ecran: 5,2 pouces - 16 Go - Double Nano SIM - Android 5.0 Lollipop) Argent/Blanc
Honor 7 Smartphone débloqué 4G (Ecran: 5,2 pouces - 16 Go - Double Nano SIM - Android 5.0 Lollipop) Argent/Blanc
Prix : EUR 319,00

5.0 étoiles sur 5 Excellent smartphone, 15 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Un excellent smartphone avec un écran irréprochable, une fluidité à toute épreuve et une très bonne qualité photo. J'en suis très satisfait.


Def Leppard
Def Leppard
Prix : EUR 18,00

9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Rien de nouveau sous le soleil anglais, 2 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Def Leppard (CD)
De l'aveu même du groupe, 7 années s'étant écoulées depuis le dernier album Songs from the Sparkle Lounge, ils ont voulu proposer quelque chose de familier en guise d'entrée en matière. Pari plus que réussi tant Let's go est la copie quasi-conforme de Pour some Sugar on me dans le rythme et l'intro notamment (faudra aussi songer à varier les titres des chansons, il y a eu Let it go, Gotta let it go, maintenant Let's go...).

On navigue donc en terrain très connu sur ce Def Leppard le bien nommé, puisque censé rassembler toute la quintessence du groupe (et d'autres aussi, franchement Man enough ressemble trop à Another one bites the Dust pour être honnête).
On est donc face à des compositions pas désagréables à écouter, à part certains morceaux comme Energized ou Last Dance qui ne servent pas à grand chose, mais le manque d'originalité se fait tout de même grandement ressentir, même si Battle of my own et Blind Faith sortent un peu du lot.
Wings of an Angel endosse quant à elle le rôle de titre épique de l'album, à la manière de White Lightning (Adrenalize) ou Paper Sun (Euphoria).

J'ai quand même un petit coup de coeur pour Sea of Love qui a bien la pêche et We belong, qui est un peu gnan-gnan mais l'idée des couplets où chaque membre du groupe chante une ligne en lead est sympa.

Enfin l'album est remarquablement produit, les voix sont comme d'habitude hyper travaillées (ça ne passera jamais en live, mais peu importe, ils ne jouent presque pas en France...).

Maintenant il faut se poser la question: aujourd'hui qu'attend-on de Def Leppard ? Ce nouveau disque n'est quand même pas (complètement...) une resucée de Hysteria, et à chaque fois que le groupe s'est un peu éloigné de ses habitudes, comme sur Slang ou X, les fans ont râlé (perso j'aime beaucoup Slang, beaucoup moins X).

Pour ma part je considère qu'on peut écouter ce Def Leppard avec nostalgie, comme une sorte de bonus, potentiellement l'album de la fin d'une carrière de 35 ans. Ce n'est pas nul, ce n'est pas top non plus, mais ça fait quand même plaisir aux oreilles.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 21, 2015 12:00 AM CET


MOBISEAT Dispositif de sécurité pour chaise, noir
MOBISEAT Dispositif de sécurité pour chaise, noir
Prix : EUR 33,80

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Indispensable du bébé nomade, 9 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Totseat - Totseat (Puériculture)
Le Mobiseat ne prend pas de place, est très facile à installer sur tous types de chaises (un simple réglage à faire selon la hauteur du dossier) et se lave aisément.
Si vous partez en voyage ou allez au resto avec bébé (où les sièges bébé se font rares), c'est le produit qu'il vous faut.

Attention la notice précise bien que cela ne doit pas remplacer au quotidien une chaise haute normale, et bien entendu ne pas laisser l'enfant sans surveillance puisqu'il dispose d'une certaine liberté de mouvement.
L'enfant doit également pouvoir se tenir assis seul.

Je recommande hautement ce produit.


Keep the Village Alive
Keep the Village Alive
Prix : EUR 22,00

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un album plutÃ't léger, 14 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Keep the Village Alive (CD)
Après le sombre et splendide Graffiti on the Train, les Stereophonics présentent un album globalement plus optimiste, un peu dans la lignée de Keep calm and carry on, mais avec une production très poussée, similaire à Graffiti on the Train.
Certains morceaux comme I wanna get lost with you et Song for the Summer sont plutôt anecdotiques et côtoient d'excellents titres de la trempe de Sunny et Sing Little Sister (ce dernier donne furieusement envie de bouger son popotin).

Kelly Jones est toujours à la production et confirme son goût pour les instrumentations assez poussées, à l'image de Fight or Flight et sa très belle montée en puissance, tout en sachant conserver quand il le faut des arrangements plus simples (l'entêtant C'est la vie).

On se retrouve au final avec un album qui, à titre personnel, me marquera moins que Graffiti on the Train (que je considère comme leur chef-d'oeuvre des années 2000), mais qui maintient la flamme du groupe et une régularité exemplaire dans la publication des albums (tous les deux ans).

Le 2nd disque de l'édition spéciale offre 2 acoustiques (You're my Star, tiré du best of Decade in the Sun, et I wanna get lost with you) et 4 autres morceaux studios, probablement enregistrés lors des sessions de Graffiti on the Train, Javier Weyler y étant crédité à la batterie ; à l'écoute notamment de Let me in, l'ambiance générale de ce précédent album est bien restituée ; n'hésitez donc pas à vous procurer cette édition.


The book of souls - Édition Deluxe (inclus : 2 CD et livre relié)
The book of souls - Édition Deluxe (inclus : 2 CD et livre relié)
Prix : EUR 21,46

6 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Jusqu'où iront-ils ?, 7 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The book of souls - Édition Deluxe (inclus : 2 CD et livre relié) (CD)
En préambule concernant l'édition collector de cet album: le packaging est vraiment splendide, la pochette, le livre et ses illustrations, ce sont des éditions comme celle-ci qui me donnent vraiment encore envie d'acheter des CD plutôt que des mp3.

Sur la musique maintenant, puisque c'est tout de même la question centrale: pas mal de gens reprochent à Iron Maiden depuis quelques années (notamment depuis A matter of life and death) d'aligner les riffs sans rapport entre eux dans une même chanson ; notons tout de même que le procédé n'est pas nouveau et apparaissait déjà dans les albums des 80's (je prends en exemples Rime of the Ancient Mariner, Heaven can wait ou encore Seventh Son of a Seventh Son).
Du moment que le morceau dans son ensemble reste cohérent, ça passe, après chacun appréciera ou non les mélodies proposées.

Sur cet album, si on met de côté la "faute de goût" évidente de l'intro de Shadows of the Valley (pas écrit par Adrian Smith, encore heureux, mais il a dû bien rigoler quand Gers a présenté le riff...), force est de constater que Maiden conserve un sens implacable de la mélodie tout en restant fondamentalement heavy metal, du rythme typique en cavalcade de If eternity should fail aux rapides Speed of Light et When the river runs deep (ces deux dernières sonnant pour le coup très Maiden 80's).
Alors oui le groupe continue à vouloir faire du prog, je pense bien sûr au déjà fameux Empire of the Clouds qui explose le record de longueur qui demeurait détenu par Rime of the Ancient Mariner, mais franchement elle n'est pas tripante cette chanson ? La mélodie est belle, les différents mouvements s'enchaînent magnifiquement, bref on ne sent pas passer les 18 minutes.

La voix de Dickinson semble parfois un peu juste, mais se rattrape avec quelques contre-chants bien sympas (notons aussi un court retour de Bruce "the siren" sur l'intro de Speed of Light). Les soli de guitares restent assez classiques, toujours aussi mélodieux, avec une utilisation assez fréquente de la wah-wah.

Donc non, Iron Maiden est loin de révolutionner son style depuis Brave New World, non ils ne referont pas du Maiden période Di'Anno ou Number of the Beast, mais ce qu'ils font ils le font bien, et après tout c'est tout ce qu'on leur demande.


Drones - Édition limitée CD+ DVD
Drones - Édition limitée CD+ DVD
Prix : EUR 23,49

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 On n'est pas loin du retour aux sources tant annoncé, 12 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drones - Édition limitée CD+ DVD (CD)
Muse avait décidé de massivement teaser ce nouvel album en dévoilant au fur et à mesure une bonne moitié des morceaux. Et à vrai dire j'avais très peur de ce que j'entendais: Psycho me semblait être un honteux auto-plagiat de Uprising, Dead inside la daube dub-step / electro de service que le trio nous pond à chaque album depuis Resistance, et Mercy une ballade franchement peu inspirée.
Les suivants, Reapers (et son final ultra heavy) et Defector, étaient en revanche beaucoup plus prometteurs, et on ne peut nier que Muse est revenu à une musique beaucoup plus organique et "simple" dans sa production, dans le sens où la plupart des morceaux se contentent du triptyque guitare / basse / batterie, et que ça marche bigrement bien.

On est donc sur un album concept reprenant le thème cher à Bellamy de l'aliénation des masses ; ce n'est pas non plus un album à la Pink Floyd dans la mesure où il n'existe pas de thème musical qui serait commun à plusieurs morceaux.
Les titres sont globalement très rock et amènent à une fin en revanche beaucoup plus calme, dès le très beau Aftermath, puis arrive l'épique The Globalist, d'une durée de 10 min, très progressif, commençant comme une musique de western, passant ensuite par la ballade, puis un instrumental hard, pour enfin arriver à un dernier mouvement où l'on retrouve les influences de la musique classique, un peu délaissées sur The 2nd Law ; l'ensemble est très bien construit, même si certaines parties auraient pu être un peu raccourcies.

L'album se clôt sur le sidérant Drones, chanson a capella à la limite du chant liturgique, mais qui est tellement bien amenée par la fin de The Globalist que ça passe parfaitement bien.

Beaucoup de détracteurs pointent les emprunts trop marqués à Queen ou Rage against the Machine (certains parlent même de AC/DC, perso je ne vois pas où...) ; on se permettra de répondre que Queen n'a pas le monopole des contre-chants, pas plus que Morello n'a celui de l'utilisation de la whammy...

En conclusion Muse a sorti un album de grande qualité, largement supérieur aux deux précédents, qui saura probablement réconcilier les fans de la première heure et les adorateurs de la récente période du groupe.


Toto XIV - Edition standard avec livret 12 pages
Toto XIV - Edition standard avec livret 12 pages
Prix : EUR 20,00

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 C'est dans les vieux pots etc., 7 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Toto XIV - Edition standard avec livret 12 pages (CD)
Il y en aura toujours pour râler qu'il faudrait que les vieux raccrochent pour laisser la place aux jeunes, mais si les vieux nous sortent des albums comme ça, ils doivent rester dans les alentours !
La tournée du 35e anniversaire avait déjà démontré que Toto était encore au top, avec notamment un Joseph Williams en grand forme vocale, ce 14e album studio enfonce le clou.

Un soin particulier a été apporté aux voix et harmonies, rappelant les meilleurs moments des débuts du groupe, mais les instruments ne sont pas en reste, Lukather bien entendu toutes guitares dehors sur Running out of Time et 21st Century Blues, et bien entendu les claviers de David Paich et Steve Porcaro.
On parle beaucoup de Keith Carlock, qui est bon bien entendu, mais on le sent tout de même plus limité que le grand Simon Phillips.

Les chansons sont superbes, effectivement The Little Things et 21st Century Blues sont un peu anecdotiques, mais des morceaux comme Holy War ou Great Expectations sont là pour remettre les pendules à l'heure. Et balancer une chanson comme Orphan en lead single, avec ses mesures à 6 temps bien casse-gueule, il fallait oser.

En résumé Toto nous a sorti un grand album, on en redemande.


Raise a little hell
Raise a little hell
Prix : EUR 22,28

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le retour de mes chouchous, 16 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Raise a little hell (CD)
Seulement un an et demi après le un poil (mais alors vraiment un petit poilou) décevant New Horizon, The Answer reviennent avec un album très solide.
Bien qu'un peu surprenant du fait que les mid-tempo dominent, l'ensemble est toujours aussi carré et on ne peut s'empêcher de taper du pied et bouger la tête à l'écoute de Long live the Renegades, I am what I am... Last Days of Summer est heavy comme il faut, et la ballade réglementaire s'appelle Strange Kinda' Nothing et est somptueuse.

Comme d'habitude (l'année dernière seulement !) c'est tournée des petites salles (pas pour moi cette fois-ci, j'ai décidé d'investir sur la 3e tournée d'adieux de Toto, que j'aimerais bien voir sur scène au moins une fois...), comme d'habitude ce sera certainement au top, mais comme d'habitude ils ne monteront probablement pas en "gamme" de salles... Je ne demande pas le Zénith, mais si au moins ils pouvaient passer du Trabendo au Bataclan par exemple, ce serait top car ils le méritent vraiment.

Long live The Answer !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8