Profil de Celie > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Celie
Classement des meilleurs critiques: 6.012
Votes utiles : 377

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Celie (france)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Un intérêt particulier pour les morts
Un intérêt particulier pour les morts
par Ann Granger
Edition : Poche
Prix : EUR 7,50

21 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une nouvelle série policière à l'époque victorienne, 6 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un intérêt particulier pour les morts (Poche)
Ce roman policier m'a souvent fait penser à ceux d'Ann Perry, avec une pointe de Patricia Wentworth pour le côté "romantique" de l'histoire. Voici une héroïne attachante, Elisabeth Martin, Lizzie, pour les intimes, fière dans le bon sens, fille d'un médecin humaniste qui lui a appris la valeur des choses et lui a montré, dès son plus jeune âge, la misère humaine de l'Angleterre victorienne (ici les mines de charbon). Cette jeune femme, sans ressources à la mort de son père, se retrouve à Londres, en tant que dame de compagnie de la veuve de son parrain. Sa langue bien pendue et son dégoût de l'injustice vont souvent trouver à s'exercer au sein d'une bourgeoisie riche, bien pensante mais pas bien propre dès que l'on gratte un peu. Cette langue bien pendue va aussi lui poser quelques soucis en la mettant en danger : dans cette maison, la précédente dame de compagnie a été retrouvée assassinée et il semble bien que le meurtrier soit quelqu'un de son entourage. Très rapidement, dans l'esprit du lecteur, se détachent trois coupables potentiels, tout comme dans l'esprit du jeune inspecteur Ross chargé de l'enquête qui n'est autre qu'un ancien enfant des mines pris en charge par le père de Lizzie. Entre retrouvailles et enquêtes (les chapitres sont écrits du point de vue de Lizzie ou de Ross), il va s'avérer qu'un autre coupable est possible...
Ce roman est vraiment agréable. Je pense que si vous êtes fans d'Ann Perry, ce livre est fait pour vous. L'intrigue tient la route, mais surtout permet de dépeindre l'Angleterre du moment, avec ses incroyables injustices et malheurs, une population riche, oisive, parfois futile et dépravée sous des dehors de parfaits gentlemen côtoyant une misère noire et des gens dont l'espérance de vie est plus que limitée. L'héroïne est attachante, le jeune Ross l'est tout autant, ainsi que d'autres personnages comme le cocher ou la jeune bonne Bessie. Un petit monde que j'espère retrouver rapidement dans le second volume!


90W Chargeur pour HP Compaq Presario CQ CQ60 CQ61 CQ70 CQ71 CQ70-220EM Notebook Adaptor - Original Lavolta AC Adaptatuer Alimentation Ordinateur PC Portable - 19V 4.74A
90W Chargeur pour HP Compaq Presario CQ CQ60 CQ61 CQ70 CQ71 CQ70-220EM Notebook Adaptor - Original Lavolta AC Adaptatuer Alimentation Ordinateur PC Portable - 19V 4.74A
Proposé par Smart Parts France
Prix : EUR 17,49

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 4 mois de vie, 1 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
On ne devrait jamais évaluer ce type de produit à l'achat. Ce chargeur a bien entendu fonctionné au déballage. 1 mois et demi après, la prise rentrant dans le chargeur (côté qu'on ne peut pas enlever) s'est fendu, laissant apparaître les fils. Puis, 3 mois après, un grésillement et plus rien ne fonctionne. Que dire de plus... Un produit qui a été utilisé normalement, et qui a nécessité l'achat d'un nouveau chargeur, cette fois-ci "l'autre" marque, qui, pour le moment, fonctionne. Rendez-vous dans quelques mois ! Vous me direz que c'est la faute à pas de chance, mais peut-être ferions nous mieux de payer plus pour avoir une qualité au-dessus, bien que payer plus ne soit plus gage de qualité.


Ordet
Ordet
DVD ~ Henrik Malberg
Proposé par BERSERK MEDIA
Prix : EUR 16,95

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La foi et l'espoir en images, somptueux en tous points, 10 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ordet (DVD)
Il est difficile de parler de ce film de manière rationnelle, en ce sens qu’il est un hymne à la foi, et que le miracle final (à taire pour ne pas gâcher le film à ceux qui ne l’ont pas vu) est tout, sauf acceptable par la raison. Et pourtant, je pense que ce miracle passe bien pour le spectateur, qu’il soit croyant ou non, parce que tout le film fait cheminer dans le domaine des possibles, en même temps que les personnages du film, en proie au doute et au questionnement. On a là le patriarche, Morten, fermier respectable et respecté, croyant, qui vit avec ses trois fils. L’aîné, terre à terre, n’a pas de temps à perdre avec des bondieuseries qu’il juge bien moins réelles et tangibles que les joncs à aller couper ou la truie à surveiller. Mais comme le dit sa femme, la douce et fine Inger, c’est un homme bon et c’est là le principal. Inger est la bonne fée de la maison, celle qui rassure, console, calme, nourrit, prend soin, et aplanit les difficultés. Elle est prête à accoucher de son troisième enfant, après deux petites filles. Le plus jeune des fils est encore très jeune, on le sent timide et très amoureux de la fille du tailleur. Malheureusement, le tailleur est plus engagé dans sa foi et sa pratique que la famille de Morten, et il refuse que sa fille aille chez ces Protestants qu’il estime trop tièdes. Morten juge le Dieu du tailleur froid et triste, tandis que le sien est synonyme de joie et de lumière. une mini guerre des religions, qui n'aura plus sa raison d'être lorsque les deux hommes seront témoins du même miracle. La dispute entre les deux hommes est à son comble lorsque survient le drame qui frappe la famille de Morten, à savoir le décès d’Inger et de son enfant pendant l’accouchement. Il ne faut pas oublier Johannes, le second fils, le seul à avoir fait des études, parce que son père le jugeait comme celui qui pouvait relancer la foi en Dieu dans ces lieux devenus oublieux de la divinité. Mais les études de théologie ont semblé faire perdre la raison à Johannes qui erre maintenant dans la maison, vêtu de son grand manteau, le regard perdu dans le vague et la parole lente. Johannes se dit être Jésus réincarné, que personne ne reconnaît, et s’exprime comme tel. Seule la petite fille, ainée des deux enfants d’Inger et du fils aîné, croit en son oncle et ne doute pas un seul instant qu’il peut faire l’impossible. Lorsque le drame frappe la maison, il s’enfuit, et reste introuvable. Lorsqu’il revient, au moment où la famille brisée s’apprête à refermer le cercueil d’Inger, c’est un homme nouveau, qui a quitté son manteau, s’exprime normalement, mais toujours avec des paroles qui laisseront planer un doute : Johannes est-il Jésus réincarné, ou sa foi lui a-t-elle permis d’accomplir un miracle, par la demande d’un enfant, représentant la pureté de la foi et la confiance totale en son Dieu ? A noter que deux hommes sont aussi présents, lors de ce miracle : le pasteur et le médecin, qui a essayé de sauver Inger. N’est-il pas étonnant que celui qui s’interpose pour empêcher ce qu’il considère comme un blasphème de la part de Johannes, est non pas le médecin, homme rationnel et concis, mais le pasteur, qui devrait être celui qui croit que la foi rend tout possible ? C’est un film magnifique, tant par le sujet qu’il traite, la foi, qu’on croit souvent avoir, mais qui est en fait bloquée par notre raison et nos analyses, notre logique bien terre à terre, et par son esthétique. Le noir et blanc rend les images magnifiques. Chaque plan montrant la campagne, la nature, est superbe et pourrait faire un tableau. Et il est étonnant de voir avec quel naturel on accepte le miracle, comment on a cheminé aux côtés de la famille de Morten pour finalement accepter que l’impossible n’existe pas, lorsqu’on a vraiment la foi.


Angèle de Foligno
Angèle de Foligno
par Michel Cazenave
Edition : Poche
Prix : EUR 9,90

4.0 étoiles sur 5 Angèle de Foligno, une sainte très étonnante, 15 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Angèle de Foligno (Poche)
Bonjour. Ce livre se lit comme un roman, mais sa valeur scientifique ne fait aucun doute. La personnalité d’Angèle de Foligno est étonnante. Femme aux multiples facettes qui commence sa vie comme une dévergondée, si on peut dire, pour finir comme une sainte, en une union si intime avec le Christ qu’elle se teinte d’un érotisme certain, qui peut-être déconcertant. Déconcertante, Angèle l’a été aussi pour ses contemporains : les frères franciscains se méfiaient de cette tertiaire franciscaine qui pouvait se mettre à hurler dans les églises, à se rouler par terre, à invoquer le Seigneur. Il faut lire les écrits de frère Arnaud (qui prendra en note ses paroles) pour comprendre qu’Angèle n’est pas folle, mais que son désir de Dieu est si déchirant et traumatisant dans son manque qu’elle ne peut que s’effondrer en appelant son Seigneur absent.
Michel Cazenave nous permet de situer Angèle en décrivant minutieusement, mais simplement, le contexte historique, avec la lutte féroce entre les Gibelins et les Guelfes, les premiers soutenant les prétentions des empereurs du Saint Empire Germanique, les seconds soutenants la papauté. Papauté qui se méfie des élans du grand saint italien de l’époque, saint François d’Assise, le « poverello » qui veut vire dans un état de pauvreté si absolue (comme celle de Jésus) que la curie romaine s’en inquiète et s’efforce d’adoucir, sans succès, la Règle écrite par le saint. Ce même François qui inspirera et guidera Angèle sur son chemin vers Dieu, qui se décompose en plusieurs étapes, appelés pas. Angèle qui peut se lancer, voyant mourir autour d’elle les seules personnes qui auraient pu la retenir dans le monde, sa mère, puis son mari et tous ses fils. Seront décrites toutes les étapes, et ce n’est pas toujours facile à comprendre, qui la mèneront jusqu’à une union intime et totale avec Jésus, la rendant épouse du Christ.
L’auteur s’attachant plus à décrire les pas d’Angèle vers la sainteté, il est sans doute utile de lire en complément une bibliographie plus basique de la sainte, puis ensuite de passer à la lecture proprement dite du « Livre des visions et Instructions ». Quoi qu’il en soit, un bon livre, une bonne introduction aux conflits de l’époque, et à cette sainte qui se mourait d’amour pour son Dieu.


Le Rosaire
Le Rosaire
par Padre Pio
Edition : Broché
Prix : EUR 7,90

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un titre qui correspond parfaitement à son contenu, 26 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Rosaire (Broché)
Bonjour, je voudrais réagir au commentaire précédent. Ce petit livre ne propose rien de moins que ce qu'il annonce dans son titre : il s'agit d'une aide, d'un accompagnement, destiné à ceux qui récitent le rosaire et cherchent des méditations en relation avec chaque mystère. Vous y trouverez donc les 4 mystères, et à l'intérieur de ceux-ci, pour chacun des 5 mystères, un passage de l'évangile en relation avec le mystère, plus un court texte de Padre Pio, qui vous permettra de méditer sur ce mystère.
On ne peut donc comparer ce livre aux ouvrages de Marie d'Agreda ou Catherine de Sienne, qui sont de gros livres, par ailleurs passionnants, qui relatent pour le premier la vie de la Vierge Marie telle qu'elle fut révélé par Marie elle-même, et pour le second, les visions de sainte Catherine.
Ce petit livre n'est pas non plus un ouvrage sur Padre Pio, puisqu’il ne comporte que de courts extraits de textes du Padre, destinés à commenter les mystères. Si vous voulez en savoir plus sur cet homme extraordinaire, je vous conseillerais pour une première découverte du Padre, l'excellent petit livre d'Yves Chiron Padre Pio, puis pour approfondir, Padre Pio et Padre Pio : Des foudres du Saint-Office à la splendeur de la vérité
Si vous souhaitez un accompagnement pour réciter le rosaire, et si, de plus, vous appréciez Padre Pio, je pense que ce petit livre vous sera un bon compagnon.


Bernadette et la Dame du Rocher : L'insolite rencontre
Bernadette et la Dame du Rocher : L'insolite rencontre
par Jean-Philippe Rey
Edition : Broché
Prix : EUR 12,00

5.0 étoiles sur 5 Une vision novatrice et inédite de la "saintoune" et "Aquero", 11 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bernadette et la Dame du Rocher : L'insolite rencontre (Broché)
Je me permets de faire un commentaire sur ce livre, parce que si, comme moi, vous avez déjà pas mal lu de documents sur Bernadette, Lourdes et les apparitions, vous risquez de penser que ce livre est un énième livre sur le sujet, qui n'apportera rien de plus.
Or, loin sans faut. L'auteur a pris le parti de parler de Bernadette et de la Vierge du point de vue physique. Et les descriptions de ces apparences, ou des émotions, outre qu'elles soient très intéressantes, car provenant de témoignages de témoins directs de l'époque, permettent de montrer une toute nouvelle facette de la petite sainte. L'auteur réussit son pari, nous montrer celle qui n'a jamais été bergère (une des démonstrations du livre, qui s'applique à dire la vérité sur les idées toutes faites sur Bernadette), comme une personne étonnamment vivante et touchante, en en cassant l'image d’Épinal qui lui est trop souvent attachée. Celle qui était considérée comme une paysanne frustre et inculte se révèle ainsi, sous la plume parfois presque colérique de l'auteur, comme une enfant certes, sans culture (outre celle d'un solide bon sens) mais fine et intelligente. Trop souvent, on confond culture et intelligence, et Bernadette en est un bon exemple.
L'auteur démontrera (et démontera!) ainsi la volonté, de presque toutes les époques, de "remodeler" la sainte, que ce soit physiquement, ou moralement, ce qui ira jusqu'à changer son visage : on apprend que celui qui avait été chargé de poser une pellicule de cire sur le visage de Bernadette, après sa troisième exhumation, a en effet épilé les sourcils, leur donnant une forme arquée (comparer avec les photos, je vous conseille le livre de photographies de l'abbé Laurentin, Album photos de Bernadette), mais a aussi effilé un nez qu'il trouvait trop fort, avec une petite pointe en prime. Cela rappelle les photos trafiquées de Thérèse de Lisieux, où son visage à peine reconnaissable se fondait dans des nuées de roses : être une sainte signifie-t-il ne pas pouvoir avoir une forte mâchoire ?
Quant aux apparitions, on en a la description par le menu. Les gestes entraînent des commentaires qui dépassent la simple description. Des images se forment, qui entraînent des découvertes.
Bref, un livre qui se lit comme une enquête ou un roman, et qui, encore une fois, aborde Bernadette et les apparitions d'un point de vue absolument novateur et passionnant.


Garfield Hors-série - tome 4 - Garfield s'emballe
Garfield Hors-série - tome 4 - Garfield s'emballe
par Davis
Edition : Album
Prix : EUR 14,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Rien de nouveau pour Noël..., 27 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Garfield Hors-série - tome 4 - Garfield s'emballe (Album)
Voilà le hors-série numéro 4 des aventures de Garfield, que je me suis bien entendu dépêchée d'acheter. On aime l'affreux matou où on ne l'aime pas :)
En ce qui concerne l'esthétique, sachez que la tête de Garfield que vous voyez se découper sur fond noir, sur l'image de présentation d'amazon, est en fait découpée, il n'y a pas de fond. Ce qui apparaît en jaune orangé est doré.

Vous ne trouverez dans cet album rien de neuf, si vous avez déjà les albums de Garfield. Il s'agit d'une compilation de sketchs tous consacrés à Noël. Ça peut être très sympathique de les avoir ici réunis, sauf si, comme moi, vous avez déjà les deux albums qui s'intitulent "Garfield aime les cadeaux" et "Ma saison préférée" (de même format que les bd). Parce que ces deux albums recensent toutes les histoires sur Noël qu'on trouve dans les bd (s'entendant avant les amours enfin joyeuses de Jon et Liz). Si vous les possédez, ce n'est donc pas la peine d'acheter ce hors-série, à moins que vous ne soyez le fan absolu qui veut tout avoir :)
Garfield et ses acolytes sont toujours aussi drôles, mais franchement, je suis déçue de voir cette répétition sous un packaging (comme on dit) différent. A réserver donc à ceux qui découvrent ou n'ont pas encore une petite compil des aventures de Noël.


Une mer sans soleil
Une mer sans soleil
par Anne Perry
Edition : Poche
Prix : EUR 8,80

23 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Nouvelle enquête de Monk, entre Histoire et polar, 18 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une mer sans soleil (Poche)
J'avoue que je commente ce livre afin de contrebalancer la note de 1 étoile, qui concerne le format du livre et non le livre lui-même...

Même si mon coeur penche plus vers les aventures de Thomas et Charlotte Pitt, je lis toujours avec grand plaisir celles de Monk. Beaucoup plus torturé que Pitt, Monk traverse, et nous fait traverser, l'Angleterre du XIXe siècle, passant des bas-fonds, si bien décrits qu'on peut presque sentir les odeurs des quais de la Tamise, aux quartiers huppés, où les magouilles sont peut-être plus dorées mais tout aussi révoltantes.
Nous voici plongés dans une enquête qui est pleine de faux-semblants, où l'évidence, que ce soit pour Monk et Rathbone, (l'avocat on ne peut plus droit, qui doit ici faire face à sa vie nouvelle de mari abandonné), ou encore le lecteur, laisse peu à peu place aux doutes. On se retrouve dans le milieu du trafic de drogue, ici l'opium, avec une description très honnête de la responsabilité des anglais dans la consommation (et le pourquoi de celle-ci) en Chine, de son utilisation sans garde-fou comme seul anti-douleur par les anglais, et de son détournement de "médicament" pour assujettir des personnes qui seront prêts à vendre père et mère pour s'en procurer. Sujet qui reste malheureusement très actuel, du moins en ce qui concerne ce dernier point. On y découvre même les premières utilisations des aiguilles pour les seringues. A ce côté toujours très descriptif et finalement instructif des livres de Anne Perry, l'amateur de romans policiers trouve son compte. Intrigues très finement ficelées, nombreux retournements, le "méchant" qu'on n'attendait pas, le petit indice qui aurait du nous éclairer... Qui est réellement cette femme retrouvée éventrée sur les docks ? Le bon docteur s'est-il vraiment suicidé ? Pourquoi sa femme s'accuserait-elle d'un meurtre qu'elle ne semble pas avoir commis ? Sans compter qu'il est facile de se mettre à la place des personnages. Rathbone, qui a sacrifié sa vie de couple à sa foi en la droiture et la vérité, se retrouve ainsi, comme nous souvent, face à un dilemme : utilisera-t-il ou non les photos léguées par son beau-père (cadeau empoisonné, lire le tome précédent pour l'explication) pour aider la vérité à se faire jour ? Les réponses dans le livre :)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 12, 2012 1:35 AM MEST


La mort s'invite à Pemberley
La mort s'invite à Pemberley
par P.D. James
Edition : Poche
Prix : EUR 22,00

19 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Déconcertant..., 14 juin 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La mort s'invite à Pemberley (Poche)
Bonjour. Contrairement à l'avis précédent, je suis une accro des livres de PD James. Je ne sais pas si c'est ce qui fait que je n'ai pas accroché avec ce titre, qui détonne dans la série des livres de l'auteur.
Primo, il n'est pas forcément nécessaire de connaître le roman de Jane Austen pour lire ce livre, mais cela doit aider, parce qu'il y a tant de personnages qu'on finit par s'y perdre. Secundo, comme il s'agit de PD James, il y a meurtre. Mais je n'ai pas vu l'intérêt de cette histoire. Sans doute y a-t-il intérêt pour la connaissance des mœurs et de la société de cette époque. Et pourtant, j'apprécie cet auteur au plus haut point. Il y a meurtre, mais pas vraiment d'enquête, les personnes principaux livrent leurs sentiments sur le meurtre. Un coupable est désigné dès le départ, jugé, condamné, sans que rien ne se passe vraiment, et la réalité n'est dévoilée que par l'arrivée d'une lettre qui remet les choses à leur place. Les personnages au comportement bizarre s'expliquent, mais bon... Puis, tout rentre dans l'ordre, et la vie continue comme avant.
Bien sûr, c'est un avis très personnel, mais je n'ai vraiment pas vu l'intérêt de ce livre. Qui passionnera peut-être les fans de Jane Austen. Mais j'attends maintenant de retrouver PD James dans la suite des aventures du commandant Dalgliesh, pour être sûre, cette fois, d'y trouver mon compte. Merci


Born To Die - Édition Limitée
Born To Die - Édition Limitée
Proposé par VTN-GmbH
Prix : EUR 7,35

33 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Lana del Rey ou la fille qui dérange..., 11 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Born To Die - Édition Limitée (CD)
25 commentaires déjà sur la belle, plus ou moins positifs. Je comprends que le personne puisse énerver, entre son côté de petite fille capricieuse (annulation de la promo en France suite à une question d'un journaliste qui, c'est sûr, ne "l'aimait pas"!), ses attitudes maniérées, son visage de poupée remodelé, bref, ce côté entièrement fabriqué et pensé (regarder Lana avant Lana, c'est à dire Lizzie Grant, et vous comprendrez). Ensuite, la belle se dit gangsta girl, avec côté Nancy Sinatra. Bon, le père de Lana n'est pas un truand mais homme d'affaires (quoique...) et il allonge les dollars pour la promo de sa fille, et Lana me semble plus la "girl next door" des Américains que la gangsta, même si ses chansons tournent souvent autour de l'alcool... Je ne soutiens pas non plus la comparaison avec Amy Winehouse, vraie gangsta pour le coup. Non, Lana est une poupée de porcelaine, dont la voix est aussi charmeuse que sa moue boudeuse.
Mais... Cet album, que Lana agace ou pas, est très bon. La voix est incroyablement sensuelle, monte, descend, s'enroule sur des mélopées en tous genres, voix grave pour passer en une seconde à une voix de Lolita. C'est un album osé, qui détonne sur ce qu'on entend habituellement à la radio.
Les 3 chansons qui ont fait sa gloire (Born to die, Video games, Blue jeans) ont ce côté David Lynch dont certains ont parlé, mix de voix, de sons, de "cris", un côté retro-soul. Ça, c'est la marque de fabrique de la chanteuse, qu'on retrouvera sur d'autres titres comme Dark paradise, Smmertime sadness... Mais on a aussi quasiment du trip hop avec Off the races, lancinant. Bon, du plus basique aussi avec du rnb, comme sur National Anthem, ou ballade un peu sirupeuse comme Lucky ones, un petit tour en pop avec Lolita... Et l'une des plus belles chansons de l'album, à mes yeux, qui serait parfaite pour la bande annonce d'un James Bond :), Million dollar man.
Cette jeune artiste, (dont on peut retrouver le premier album sur Internet, dit "Nevada" ou encore "Lana del Rey aka Lizzie Grant) a su se transformer pour faire sa musique. On peut même dire qu'elle a du se faire ce look, mi baby doll des années 60, mi vamp pour faire sa musique. Mais elle fait passer des émotions dans ses chansons, et, même si elle ne cartonne pas toujours en live, on ne peut pas lui nier du talent.
Un bon album, solide, qui ne lasse pas. Alors, nouvelle star ou étoile filante ?


Page : 1 | 2 | 3 | 4